Métier ET
Formation
Réalisé par :
YASSINE AMEKRAZ
Encadré par :
MR. LAASEM BRAHIM
OFPPT « … »
Délégation « … »
Région « … »
Sommaire
Introduction :......................................................................................................
Introduction :
L'informatique est l'art, la technique ou la science qui consiste à manipuler des
informations à l'aide d'u...
L’informatique exerce ces quatre fonctions dans des domaines d’application
différents qui sont au nombre de cinq. Mais att...
I. Métier de Technicien en «techniques de développement
Informatique » :
Le développeur en informatique (Technicien en DI)...
 La programmation : Ce spécialiste du développement peut se charger
de l'écriture d'une ou de plusieurs parties d'un prog...
4. Critères d’Evaluation :
Préciser ses goûts, ses aptitudes, ses champs d’intérêt et ses qualités
personnelles.
Comparer ...
Les métiers de l'informatique regroupent :
 les administrateurs de bases de données ou DBA : chargés du bon
fonctionnemen...
 les renverseurs : chargés de faire du reverse engineering sur du code existant
au niveau source ou binaire à des fins d'...
 Le programme Techniques de Développement Informatique prépare à
l’exercice du métier de technicien spécialisé en dévelop...
 permettre de développer le souci de la qualité dans l’exécution de ses
tâches ;
 permettre de comprendre des concepts r...
 La matrice des objets de formation, à double entrée, permet de voir les liens
entre des éléments placés à l’horizontale ...
Conclusion
Le métier de technicien en développement informatique est plus demander sur
le marché d’emploi, et on peut cons...
13
14
a) Inconvénients :
Cette carrière demande un grand effort physique
Risque d'accident : électricité, poussière électroni...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport métier et formation (Développement informatique)

2 781 vues

Publié le

Rapport OFPPT.
Rapport métier et formation.
technicien de Développement informatique.
Métier de Technicien en «techniques de développement
Informatique »
Critères d’Evaluation
Responsabilité
Avantages et inconvénients

Publié dans : Formation
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 781
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
114
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport métier et formation (Développement informatique)

  1. 1. Métier ET Formation Réalisé par : YASSINE AMEKRAZ Encadré par : MR. LAASEM BRAHIM OFPPT « … » Délégation « … » Région « … »
  2. 2. Sommaire Introduction :............................................................................................................................................... 2 I. Métier de Technicien en «techniques de développement Informatique » : ....................................................................................................................4 1. Tâches :..............................................................................................................................................................................4 2. Operations :.......................................................................................................................................................................4 3. Conditions du Travail : ....................................................................................................................................................5 4. Critères d’Evaluation :......................................................................................................................................................6 5. Responsabilité : .................................................................................................................................................................6 6. Avantages et inconvénients :...........................................................................................................................................6 a) Avantages :.......................................................................................................................................................................6 b) Inconvénients : ..............................................................................................................................................................14 c) Exigence :.......................................................................................................................................................................14
  3. 3. Introduction : L'informatique est l'art, la technique ou la science qui consiste à manipuler des informations à l'aide d'un outil, l'ordinateur. L'informatique a pour objet de définir des algorithmes qui permettent de modifier la vision que l'on a d'un problème, ou d'extraire d'une grande quantité d'informations mal structurées, de nouvelles connaissances plus utiles. Les outils de l'informatique sont les ordinateurs. Actuellement, on utilise presque exclusivement des ordinateurs digitaux (dans lesquels les informations sont codées sous forme d'états discrets) et qui fonctionnent selon les principes de la machine de « Von Neumann » (définie dans les années quarante). Cette machine comprend deux parties, une unité logique et arithmétique banalisée et un magasin ou mémoire qui contient des programmes et des données. Un programme décrit les opérations logiques à réaliser sur les données. Les deux idées neuves sont les suivantes ; • L'unité logique est banalisée. On ne sait pas lors de sa construction à quoi elle va servir, elle est seulement capable d'exécuter séquentiellement certaines instructions. • Les programmes et les données sont placés sur un pied d'égalité dans la mémoire. Il est impossible de discerner les programmes des données si ce n'est par l'effet qu'ils ont sur l'unité logique. Un ordinateur doit aussi comporter des organes d'entrée et de sortie qui permettent à l'utilisateur de placer ses informations dans la mémoire et de les y relire lorsque la machine les a manipulées. L'informatique s'oriente depuis quelques années vers la micro-informatique individuelle. L'ordinateur individuel est utilisé par une seule personne à la fois qui décide seule de l'activité de la machine. Le prix des petits ordinateurs continue à baisser, ce qui accentue la tendance qui consiste à distribuer les machines plutôt que d'utiliser un gros système travaillant en temps partagé. Les ordinateurs sont mis à la disposition de chacun et connectés en réseau. Une connaissance suffisante de ces machines et des concepts qui en sous-tendent le fonctionnement contribue à démythifier le phénomène de “l'informatisation de la société” et permet d’utiliser l’outil dans les meilleures conditions.
  4. 4. L’informatique exerce ces quatre fonctions dans des domaines d’application différents qui sont au nombre de cinq. Mais attention, ils ne correspondent pas obligatoirement à des familles de métiers, car certaines d’entre elles regroupent plusieurs domaines d’application. On distingue donc :  l’informatique de gestion : Elle se retrouve dans absolument tous les secteurs d’activités. Comme son nom l’indique, elle permet de traiter toutes les informations utiles à la gestion de l’entreprise (gestion des stocks, des paies, des banques de données). C’est celle qui fait travailler le plus grand nombre d’informaticiens : d’ailleurs la tendance est à l’augmentation du volume d’informations et à la réduction des délais de prise de décision.  l’informatique industrielle : C’est la gestion de la production assistée par ordinateur, l’automatisation, la conception assistée par ordinateur (CAO). C’est l’informatique des chaînes d’usines et des bureaux d’études ;  l’informatique scientifique : L’informatique au service des chercheurs et des scientifiques dans le domaine de la recherche fondamentale.  l’informatique communicante : Ce domaine d’application est celui qui connaît le plus grand développement depuis quelques années avec les autoroutes de l’information, internet, les réseaux internes aux entreprises mais aussi les télécommunications qui sont désormais inséparables de l’informatique.  la micro-informatique : Elle permet le traitement de petits fichiers comme les textes, les tableaux, les petites bases de données. La micro- informatique s’est répandue dans l’entreprise et gagne aujourd’hui les foyers, ce qui crée de nouveaux emplois notamment dans le domaine de l’assistance aux utilisateurs.
  5. 5. I. Métier de Technicien en «techniques de développement Informatique » : Le développeur en informatique (Technicien en DI) réalise et maintien des applications informatiques adaptées à un domaine (industrie, gestion, loisirs, un type d’organisation (individu, PME 1 / PMI2 , grands comptes….) et à un champ technologique (PC, Internet, télécommunications…). Il assure la conception technique, la programmation, la mise au point (tests) d’applications informatiques. 1. Tâches :  Conception : décrire, à partir de spécifications, les classes-objets impliquées pour réaliser la fonctionnalité demandée.  Codage : implémentation de ces classes en respectant un "guide de programmation", correction ou évolution du code.  Test unitaire : réalisation de "bouchons" permettant de simuler les autres parties du projet afin de tester son propre développement de façon indépendante.  Réponse à Fait Technique: document précisant que la demande de correction ou d'évolution du code a bien été effectuée ou, au contraire, a été rejetée (en préciser les raisons). 2. Operations :  L'analyse : Lors de la phase de conception, le développeur analyse le projet qui lui est confié, en fonction des besoins des utilisateurs, consignés dans un cahier des charges. Il étudie les étapes de fonctionnement du programme, puis détermine une solution technique avant de créer un prototype de la future application. 1 Petites et Moyennes Entreprises. 2 Petites et Moyenne Industries
  6. 6.  La programmation : Ce spécialiste du développement peut se charger de l'écriture d'une ou de plusieurs parties d'un programme ou le concevoir dans sa totalité. Il détaille les lignes de codes informatiques (c'est-à-dire les ordres que va comprendre l'ordinateur). De plus en plus, il a recours à des logiciels standards prêts à utiliser (progiciels), qui lui font gagner un temps considérable. Ensuite, il participe aux phases d'essai, essentielles pour tester les applications.  L'application : Ensuite, il réalise les notices techniques d'installation, ainsi que les guides pour les utilisateurs. Il est parfois amené à apporter à ceux-ci un soutien technique ou à les former à l'application. En l'absence de technicien de maintenance en informatique, il peut assurer lui-même le suivi de son produit. 3. Conditions du Travail :  Autour des logiciels : Le développeur exerce dans toutes les sociétés fabriquant des logiciels, que ce soit dans les domaines de l'informatique de gestion, de l'informatique industrielle ou technique. Par exemple, les sociétés de services en ingénierie informatique (SSII), les éditeurs de logiciels, les entreprises utilisatrices...  Jamais de routine : Sous la houlette d'un chef de projet, il travaille sur des programmes toujours différents, en relation avec des secteurs d'activité très variés: (télécommunications, transports, banque, assurance, industrie automobile, commerce, grande distribution...).  De plus en plus d'analyse : Les nouveaux outils de développement (ateliers de génie logiciel, langages orientés objet) facilitent l'écriture des programmes et font évoluer l'activité du développeur vers plus d'analyse et moins de programmation. Avec l'usage croissant des progiciels, il s'implique davantage dans des opérations de paramétrage et de retouches. Parallèlement, la durée de vie des applications se raccourcit. Confronté à de multiples changements, le développeur doit sans cesse s'adapter.
  7. 7. 4. Critères d’Evaluation : Préciser ses goûts, ses aptitudes, ses champs d’intérêt et ses qualités personnelles. Comparer ses goûts, ses aptitudes, ses champs d’intérêt et ses qualités personnelles avec les exigences liées au travail du développeur informatique. Reconnaître les forces qui facilitent son travail ainsi que les faiblesses qu’il faudra palier. 5. Responsabilité : Offrir un soutien aux utilisateurs et leur fournir l’information requise sur les outils informatiques. Assurer le fonctionnement des outils informatiques et s’occuper de leur entretien. Signaler les anomalies ou les pannes dans le fonctionnement des équipements, apporter les solutions requises à une utilisation optimale. Tenir un journal de bord présentant un éventail de solutions et de conseils pour l’utilisation des outils informatiques. Assurer un service de qualité pour toutes les opérations informatiques. 6. Avantages et inconvénients : a) Avantages : Le technicien est toujours en mouvement. Il est toujours en contact avec les utilisateurs. Il est au courant des nouvelles technologies. Il est presque libre pour faire qu’autre travail en parallèle avec son Métier. Avec son diplôme il peut travailler avec l’état et les sociétés privées. II. Marché de travail : 1. Milieu de travail :
  8. 8. Les métiers de l'informatique regroupent :  les administrateurs de bases de données ou DBA : chargés du bon fonctionnement d'une base de données et/ou d'un système de gestion de base de données ;  les administrateurs réseau : chargés de gérer les comptes et les machines d'un réseau ;  les administrateurs système : chargés de la maintenance applicative des serveurs ;  les analystes-programmeurs : chargés de spécifier techniquement les concepts définis par le concepteur (ou analyste) en composantes informatiques ;  les architectes de systèmes d’information : chargés de définir la cartographie de systèmes informatiques (logicielle et matérielle) ;  les chefs de projets : chargés de la rédaction des cahiers de charges des applications manuelles ou innovantes et à élaborer les résultats informatiques exigés par les demandeurs. Une autre de leurs tâches consiste en la planification des projets, techniquement et en termes de ressources humaines.  les chercheurs : chargés de formaliser les problèmes à résoudre, de développer des algorithmes permettant de les résoudre, de définir de nouvelles structures de données, de nouveaux concepts, de nouveaux langages de programmation ou de nouveaux systèmes informatiques ;  les concepteurs (ou analystes) : chargés d'identifier les besoins des utilisateurs et de les spécifier. Leur rôle consiste en particulier à expliquer les concepts à des experts non informaticiens ;  les consultants : chargés par essence d'analyser un environnement, un besoin ou un problème informatiques sur les plans fonctionnel et technique et de proposer un ou plusieurs scénarios d'évolution ou de résolution adéquats. Leur champ d'activité est, en pratique, beaucoup plus variable et vaste : il s'étend du conseil à la gestion de projet, en passant par l'action commerciale ;  les développeurs : chargés de la programmation au sein du projet ;
  9. 9.  les renverseurs : chargés de faire du reverse engineering sur du code existant au niveau source ou binaire à des fins d'interopérabilité (prévu par la loi DADVSI), d'audit de sécurité, d'analyse de code malveillant (malware) et, de façon générale, de recherche en sécurité informatique. Corps de métier méconnu, il ne faut pas le confondre avec celui des crackers dont le but est de contourner les protections/restrictions logicielles telles que les DRM ;  Les employeurs sont multiples : SSII (société de services en ingénierie informatique), société d’édition de logiciel ou dans une entreprise utilisatrice. Le contexte de travail varie fortement selon les CAS. De même, le domaine d’application, informatique de gestion ou informatique industrielle, module l’activité. Banque, assurance, télécommunications, transport, aéronautique… sont tous des secteurs concernés par le développement informatique. Enfin, plus un service est petit, plus on exige une grande polyvalence.  Dans une SSII, le développeur est envoyé en mission successivement chez plusieurs clients où il travaille sur plusieurs projets. IL peut être employé dans le cadre d’un contrat de régie ou de forfait. Dans tous les cas, les contacts avec le client sont déterminants. Les sociétés de service sont souvent spécialisées par domaine technique ou par secteur d’activité.  Chez un éditeur de logiciel, le contexte de travail est généralement plus stable et le développeur doit prendre en compte les besoins de plusieurs clients, formalisés dans le plan de développement du produit logiciel. Enfin dans une entreprise utilisatrice industrielle ou non, le développeur travaille en interne, sur des missions du même type qu’une SSII ou un éditeur de logiciel selon les cas III. Formation proposée : 1. Programme de formation: Un programme est un ensemble cohérent de compétences à acquérir, formulé en termes d’objectifs et découpé en modules. Il décrit les apprentissages attendus du stagiaire en fonction d’une performance déterminée. Ses objectifs et son contenu sont obligatoires. Buts de la formation :
  10. 10.  Le programme Techniques de Développement Informatique prépare à l’exercice du métier de technicien spécialisé en développement informatique.  Conformément aux buts généraux de la formation professionnelle, le programme de formation Techniques de Développement Informatique vise à:  Rendre la personne efficace dans l’exercice d’une profession  lui permettre d’effectuer correctement et avec une performance acceptable, au niveau du seuil d’entrée sur le marché du travail, les tâches et les activités inhérentes au travail du développeur informatique;  lui permettre d’évoluer convenablement dans le cadre du travail en favorisant :  l’acquisition des habiletés intellectuelles qui rendent possibles des choix judicieux au moment de l’exécution des tâches ;  le développement des capacités d’analyse et de résolution de problèmes reliés à l’exécution des tâches ;  le renforcement des habitudes de précision et de rapidité dans l’exécution des tâches reliées au travail de l’informaticien;  le développement du souci de communiquer efficacement avec ses supérieurs et collègues, en faisant un bon usage du français et de l’anglais à titre de langue seconde ;  le développement des attitudes d’éthique professionnelle et le sens des responsabilités ;  l’habitude d’une préoccupation constante au regard de la santé et de la sécurité au travail.  Assurer l’intégration de la personne à la vie professionnelle  faire connaître les droits et responsabilités comme travailleur ;  faire connaître le marché du travail, en général, et le contexte du métier en particulier ;  lui permettre de se familiariser avec le métier en l’intégrant à un milieu de travail.  permettre de développer son initiative, sa créativité, son autonomie, le goût de la réussite et le sens des responsabilités ;
  11. 11.  permettre de développer le souci de la qualité dans l’exécution de ses tâches ;  permettre de comprendre des concepts reliés aux techniques et aux outils de travail en constante évolution ;  permettre d’acquérir des méthodes de travail efficace.  Assurer la mobilité professionnelle.  permettre d’acquitter une solide formation de base ;  permettre de développer des attitudes positives à l’égard des changements professionnels et technologiques ;  permettre d’accroître sa capacité d’apprendre, de s’informer et de se documenter ; 2. . Compétence :  Une compétence est un pouvoir d’agir, de réussir et de progresser qui permet de réaliser adéquatement des tâches ou des activités et qui se fonde sur un ensemble intégré de connaissances, d’habiletés, d’attitudes et de comportements. Les compétences sont de deux types :  Les compétences spécifiques portent sur des tâches types du métier ou de la fonction de travail et qui rendent la personne apte à assurer avec efficacité la production d’un bien ou d’un service.  Les compétences transversales portent sur une activité de travail ou de vie professionnelle qui déborde du champ spécifique des tâches du métier lui-même ; ces compétences peuvent être transférables à plusieurs activités de travail.  La matrice des objets de formation met en évidence les compétences transversales (ou générales), les compétences spécifiques (ou propres au métier) ainsi que les grandes étapes du processus de travail.  Les compétences transversales portent sur des activités communes à plusieurs tâches. Elles portent, entre autres choses, sur la compréhension de principes techniques ou scientifiques liés au métier. Les compétences spécifiques portent sur des tâches et des activités inhérentes à l’exercice du métier. Quant au processus de travail, il met en évidence les étapes les plus importantes de l’exécution des tâches et des activités propres au métier.
  12. 12.  La matrice des objets de formation, à double entrée, permet de voir les liens entre des éléments placés à l’horizontale et des éléments placés à la verticale. Le symbole «∆» montre qu’il existe un lien entre une compétence spécifique et une étape du processus de travail. Le symbole «o» indique un rapport entre une compétence transversale et une compétence spécifique. Des symboles noircis indiquent, en plus, que l’on tient compte de ces liens dans la formulation d’objectifs visant l’acquisition de compétences spécifiques.  La matrice des objets de formation est conçue en tenant compte des finalités et des buts de la formation professionnelle, à partir des tâches et des opérations définies au moment de l’analyse de la situation de travail. La logique qui a présidé à sa conception influe sur la séquence d’enseignement des modules. De façon générale, on prend en considération une certaine progression en fonction de la complexité des apprentissages et du développement de l’autonomie du stagiaire. De ce fait, l’axe vertical présente les compétences spécifiques dans l’ordre où elles devraient être acquises et sert de point de départ à l’agencement de l’ensemble des modules. Certains modules deviennent ainsi préalables à d’autres ou doivent être vus en parallèle avec eux. 3. Objectifs généraux : Les objectifs généraux servent à catégoriser les compétences à faire acquérir par le stagiaire. Ils servent à orienter et à regrouper les objectifs opérationnels 4. Module de formation : Subdivision autonome d’un programme de formation professionnelle formant en soi un tout cohérent et signifiant.
  13. 13. Conclusion Le métier de technicien en développement informatique est plus demander sur le marché d’emploi, et on peut constater cette augmentation dans les grandes villes (Casablanca. Rabat) dans les sociétés d’informatique ou les sociétés de les défirent technologies, cette augmentation est cause du développement économique et sociale que le MAROC les a pris pour arriver au but du MAROC 2010, mais là nous spécialité demande beaucoup d’effort et passion pars que le technicien avec le temps il aura des problèmes de santé et surtout au dos, à part l’accident qu’il peut les fait en moment qu’il installe des matériels ou le moment de son déplacement. Le salaire technicien en développement informatique ici ou MAROC est encore bas para port à un technicien en DI ou pays européenne il a comme salaire dit qu’il est embouché entre 1400 € et 2200 €. À propos de conditions de travail, le technicien en développement informatique trouve beaucoup de difficultés techniques, matériel et parfois des difficultés d’économique.
  14. 14. 13
  15. 15. 14 a) Inconvénients : Cette carrière demande un grand effort physique Risque d'accident : électricité, poussière électronique… Il faut terminer son travail on maxi ment de vitesse et sons faute. Le salaire de base (2500 DH) est bas para port à ses compétences et son niveau de travail. Niveau de responsabilité très élevé. Nécessité des recherches et des stages de perfectionnement du suivi du matériel et son évolution. b) Exigence :

×