Article tour#13 light

139 vues

Publié le

Projet Good life

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
139
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article tour#13 light

  1. 1. THE GOOD LIFE 100% PARIS THE GOOD LIFE 100% PARIS/Tour #13 1 The Good Book Focus : The Good Street-Art Blazed & Confused Livre imprimé/livre numérique
  2. 2. La participation de 100 artistes et une surface peinte de 4500m2. Pour une exposition qui ne durera 1 mois (Du 1er au 31 octobre 2013). Il est maintantn 12h, voilà presque 4 heure que j’attend, heureuse- ment il fait beau et un artiste viens faire une performence en direct juste sous nos yeux. Dans la file on apprend qu’exceptionnellement la tour sera ouverte toute la nuit, certain sont rassuré car cela leur assure une place dans ce lieu mystique, moi j’ai peur. Il est 13 h le soleil ne se couche pas avant 19h cela voudrait dire que l’attente sera encore de minimum 6 heure... Tout le long de la file on peu observer des messages ecrits aux marqueur tel-que : “ Je suis arrivé a 8h... Il est 11H54”. J’espère que cette expo vaut le coup ! Dans la file d’attente je rencontre des artistes, des enfants accompa- gnés, mais aussi des personnes agés, la population est hétéroclite, cela me donne le sourire. Le street art sort enfin de ces barrières, il n’est plus limtés a “la rue”, il est entré dans la classe “art”. J’observe les visiteurs, eux aussi sont pret à patienter les quelques 10 h d’attente pour vois cette exposition unique. La tour #13 est un im- meuble regroupant des logements sociaux, alors que celle-ci doit etre détruite la marie du 13 ème arrondissement décide de permettre au artiste de rue de peindre dans un premiere temps la facade puis chacun des appartement de l’immeuble. La réalisation de cette oeuvre géante aura pris 7 mois. En ce mercredi matin glacial dans les rues de la capitale, je descend du métro pour me rendre à la tour #13. La tour #13 c’est un immeuble desafecté puis réhabilité par de tres nombreux street-artiste à l’initiative de la ville de Paris. Il est 08h14, je commence a entré dans la file qui me parrait d’hors et déja interminable. Des rumeurs cours depuis quelques jours maintenant. Il y’aurai au minimum 10h d’attente avant d’accéder au temple. Je suis déterminé mais 10h c’est beaucoup ! The Good Street-Art : Tour #13 Aujourd’hui nous partons pour un lieu unique, et éphémère. Sur les quai de seine au 5 rue Fulton, Paris 13e , se dresse cette immense tour surnomé par ses visiteurs “ Temple du street art”. Je suis armé de mon apareil photo et d’une grande volonté, je me retrouve donc à 8 h ce matin d’ octobre 2013. Voici ma retrospective sur la Tour #13. 2 THE GOOD LIFE 100% PARIS THE GOOD LIFE 100% PARIS/Tour #13
  3. 3. Il est 19h33, j’entre enfin dans le sanctuaire apres plus de 10h30 d’attente, l’expo peut commencer. Dés les premiers pièces nous sommes plongé dans l’ambiance, un artiste a suspendu des bombes de peintures en forme d’ogive afin de s’élever contre le systeme Syrien. Je continue mon chemin lors’un Monsieur m’interpelle : “Vous avez le choix sois vous montez la tour a pied, sois vous prenez l’ascenseur et vous la descendez à pied ?” Une majorité des visteur choisi alors l’ascenseur, je décide de montez les escaliers. Je vais profitez de cette article pour me poser des questions et donc vous questionnez à propos du street-art. Effectivement, il y’a encore peu de temps le street-art était largement négligé par le grand public, ceux-ci le voyait comme un poid pour la société. Ce public avait l’occasion de l’observer au quotidien dans les rues, les métro et peu être mème sur n’importe quel mur si l’on ob- serve bien, mais non, ils ont attendu que cette art soit politiquement et donc médiatiquement reconnu pour commencer à le voir. Grâce à des artistes tel-que Bansky, Shepard Ferey (Obey), Invader ou encore C215, qui ont permis au street art de connaitre sa libération. Du jour ou lendemain les médias on en fait leur “dada” tant bien mème qu’ils le négliaient voir le combattaient hier encore... La question que je me pose aujourd’hui est la suivante : “ Le Street Art est il devenue populaire car économique- ment intérréssant ?” Je pense qu’il est légitime de se demander pourquoi des oeuvres sont aujourd’hui vendu des milliers d’euros, alors qu’il n’est censé n’ être qu’une peinture éphèmere sur un mur. Dés lors que les galeristes se sont intérréssés au vrais artistes de la rue, d’autres artistes mécon- nuent ont vu le jour aussi, ils sentaient que cette art deviendrai alors une machine écomique. Aujourd’hui le capitalisme perverti nôtre population, on ob- serve que lorsque des oeuvres ne sont pas exposés, au sens clas- sique au seins d’une galerie, elles sont a peine observés. Lorsque les médias en parle c’est par ce que le capitalisme le veux. Ont peu desormais donné un prix ? en vendre ? en acheter ? tres bien je vais gagner de l’argent ! Le grand public observe l’évolution à travers son petit écran et on leur annonce qu’une oeuvre se vend 200 000 euros ! Comment ca ? Et bien oui messieurs dames, les petits ecritaux ou portraits que vous voyez sur vos mur coutent trés cher ! Du coup ce grand public se met à observer dans ses rues, puis dans les journaux, sur internet jusqu’au jourd ou il s’achetera un t-shirt OBEY. La machine économique Street-art est lancé, je suis heureux pour les artistes, mais je constates une fois de plus que l’homme n’à plus de personnalité, il suit le mouvement. Il ne faut pas oublier que le Street-art est un mouvement con- testaire, qui se bat contre certaine valeurs, ces même valeur qui aujourd’hui promouvoit cette art. Dans les marches de nombreuses oeuvres son présentes, un gigantèsque arbre tarvers toute la cage d’escalier, c’est impres- sionant. Le graphisme est magnifique et l’ambiance parfaite. Je poursuit mon chemin au traver des différents appartements ou de nombreuses instalations on été misent en place. Les ouevres se suivent mais ne ressemblent pas, les différents pays et donc cultures représentés sont bien présentes, chacun des artistes a son propre univers, parfois torturés, ou engagés. Chacune des pièces de l’appatement sont peintes, des toilettes pleines de giclures de sang, des salles de bains ou des corps jonchent le sol, ou encore un portrait d’un de mes auteurs favoris a savoir : Arthur Rimbault. J’oublie vite l’attente et découvre un univers somptueux, de la couleur, de l’engagement, une démarche artistique sans equi- voque. THE GOOD LIFE 100% PARIS THE GOOD LIFE 100% PARIS/Tour #13 3
  4. 4. Photographies Report 4 THE GOOD LIFE 100% PARIS THE GOOD LIFE 100% PARIS/Tour #13
  5. 5. De mon point de vu l’air numerique mange petit à petit nos liberté en pensant en avoir plus nous devont ultra dépendant du système, donc des esclaves modernes. Les livres numériques incluent l’achat d’une tablette numérique, via cette même tablette vles entreprises peuvent détenir de tres nombreuses informations sur vous, cela ira enrichir des bases de données qu’il revendront au plus offrant ! Pourquoi veulent ils nous faire passer dans une air completement numérique ? Nous avons vecu des siècles en uti- lisants le livre papier, celui-ci a permit aux auteurs de nous compté des récits des anciens temps, le simple fait d’imprimé sur du pa- pier à permit à ces livres de traverser le temps. Imaginer vos tab- lettes numérique, d’ici deux années la tablette acheté aujourd’hui deviendra completement obsolète, dans vingt ou trente ans les formats de lectures seront différents, vous ne pourrez pas laisser une belle bibliothèque à vos enfants. Votre tablette sera dépassé il faudra alors acheter de nous ces livres numériques, cela nous fait rentrer dans une air “d’hyper-consomation”. Le livre physique est un élément majeur de notre histoire, ils nous rapporte des récits et nous permet de ne pas oublier le passé, il ne vit pas sur batterie ou sur une supposé technologie, il se suffit a lui même. Livre imprimé / Livre numérique Aujourd’hui le livre numérique tente de remplacer peu à peu les livres imprimés. Nous en sommes en droit de nous demander si cette avancé technologique est réellement pertinantes ? Effectivement nous pouvons pensez que le livre numérique annihile le vrai plaisir de lecture à savoir l’utilisation de ses différents sens tel-que l’odorat ou encore le touché. Le second problème serai le simple fait de lire un livre au trav- ers un écran nous abbruti au même point que notre télévision. L’écran abîme les yeux et supprime les raports humains, effective- ment devant un écran nous sommes seul et donc fermé sur ce qui se déroule autour de nous, devenont de bêtes moutons lisant des livre sur tablette sans jamais relever les yeux. Quand tout à coup la tablette tombe à terre ! MISÉRICORDE ! Mon écran est cassé oh non ! Je ne peux finir mon livre ! Et directement la réflexion suivante : “ Je dois me racheter une tablette...” Nous sommes en plein dans le système, consommons encore et encore ! Faites tombez un livre imprimé, allez-y, il ne sera pas cassé ou autre, de plus la batterie ne s’arrêtra pas de fonctionner je peux vous l’assurer ! Et que serai l’autodafé avec des tablettes numérique ? Bien sur je plaisante, cependant le seul vrai avantage que je trouve a cette air du livre numérique est la protection et la sauvegarde de la culture. effectivement grace au différents moyes de sauvegardes qui sont misent a notre disposition les autodafé à venir seront des actes sans grande importance pour notre culuture puisque tout notre connaissance sera en mémoir au quatre coin du monde. Pour conclure je dirai que le seul avantage du livre numérique est le fait de pouvoir stocker bon nombres de vos bouquins favoris sur une seul et même tablette. Les livres im- primés prennent de la place, ce dont nous manquons cruellement au XX1 ème siècle. Cependant le livre physique est aussi une passerelle culturelle entre nous et nos futurs enfants, un livre se partage une tablette non. Je finirai mon sujet en pausant une question à savoir si le réel problème ne viendrai pas du fait que les populations ne lisent plus ? Autodafé de 1933 Robin Alliel pour THE GOOD LIFE/2014 THE GOOD LIFE 100% PARIS THE GOOD LIFE 100% PARIS/Tour #13 5

×