La régulation de la température corporelleDans notre corps, toutes les réactions biochimiques qui se produisent dans nos m...
Que l’on appelle communément « la chair de poule ». Les poils qui recouvrent notre peau se  redressent et prennent du volu...
renseigné sur une augmentation de la température extérieure via un système de nerfs. Comment va-t-il réagir ?          Une...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La régulation de la température corporelle

168 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
168
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La régulation de la température corporelle

  1. 1. La régulation de la température corporelleDans notre corps, toutes les réactions biochimiques qui se produisent dans nos milliers de milliards decellules ne peuvent se faire qu’à une température de 37° C. Si cette valeur vient à diminuer ou àaugmenter, le bon fonctionnement de nos cellules est remis en cause et cela peut aller jusqu’à notre mortIl doit donc exister des mécanismes de régulation qui vont permettre à notre corps d’avoir unetempérature fixe, ceci aussi bien si on se trouve dans le froid glacial de Sibérie ou dans la chaleur torridedu Sahara.Vous allez découvrir qu’un thermostat existe en nous, installé et géré par un SeigneurBienveillant et Généreux. a) En cas d’abaissement de notre température corporelle Vous êtes en hiver, il fait très froid : des récepteurs sensoriels, sur votre peau, sensibles au froid vont renseigner votre cerveau. Ils sont programmés pour détecter les températures qui sont en dessous de 36° C. Dès que leur activité se déclenche, ils engendrent des messages vers l’hypothalamus. Qui les a programmés de la sorte ? A partir de ces données, l’hypothalamus tel un chef d’orchestre, va coordonner un ensemble de réactions qui auront pour but de permettre une stabilité de votre température interne à 37°. Effectivement car si vous vous trouvez dans un milieu où la température est froide, votre corps va perdre sa chaleur et votre température interne va chuter. C’est ce qu’on appelle l’hypothermie, qui mène à une mort certaine. Il faut donc déclencher un système de chaufferie dans notre organisme qui va produire constamment de la chaleur pour compenser les perditions. Pour mieux comprendre, imaginez que vous êtes en montagne, dans un chalet, en hiver. Il fait –20° dehors. Votre cheminée est allumée mais vous ressentez le froid malgré tout. Que faites-vous alors ? Vous allez introduire plus de bois dans le feu de la cheminée. A ce moment, la température de la pièce s’adoucit. Il en est de même dans notre corps mais c’est bien plus grandiose ! La piloérection
  2. 2. Que l’on appelle communément « la chair de poule ». Les poils qui recouvrent notre peau se redressent et prennent du volume pour créer un coussin d’air entre eux et la peau. Ceci a pour effet de limiter les échanges entre notre corps et l’extérieur et donc de limiter les pertes de chaleur ! Le frisson thermique Les muscles présents directement sous notre peau vont se contracter. Ce travail mécanique engendre une production de chaleur qui va permettre une légère augmentation de notre température. La vasoconstriction Les vaisseaux qui transportent le sang au niveau de notre peau voient leur diamètre diminuer pour limiter la circulation du sang au niveau de la peau. Ce phénomène est bénéfique puisque le sang est une source de perte de chaleur. En limitant l’apport du sang dans la peau, vous limitez les pertes de chaleur ! Pour preuve, observez vos mains dans le froid, elles deviennent toutes blanches ! Il fallait y penser, et Lui y a pensé ! Notre Créateur nous a dotés de vaisseaux dont le diamètre est réglable selon Sa volonté et pas par la nôtre ! Il veille sur nous encore et toujours. Quels ingrats nous sommes de ne pas Le remercier ! La glycogénolyse Dans le foie, le sucre stocké sous forme de glycogène va être découpé puis libéré dans le sang sous forme de glucose. Ce surplus de glucose dans le sang va permettre aux cellules de produire plus d’énergie et donc plus de chaleur. Voilà le fameux bois de cheminée dont je vous ai parlé ! Ainsi 4 mécanismes sont mis en jeu pour nous permettre de survivre dès qu’il commence à faire froid. Quand on découvre cela, on a l’impression d’être un robot, un pantin manipulé par une force supérieure qui gère tout à l’intérieur de notre organisme.b) En cas d’accroissement de notre température corporelle Maintenant sur notre peau, un deuxième type de cellules sensorielles va intervenir. Ce sont des récepteurs sensibles cette fois à la chaleur extérieure. Encore une fois, l’hypothalamus va être
  3. 3. renseigné sur une augmentation de la température extérieure via un système de nerfs. Comment va-t-il réagir ? Une vasodilatationLes vaisseaux sanguins de notre peau vont augmenter leur diamètre, ce qui va permettre à un fluxplus important de sang d’arriver. Observez-vous quand il fait chaud, vous devenez tout rouge ! Votrepeau évacue ainsi le supplément de chaleur qui est dans votre sang ! La sudationIl existe des millions de glandes au niveau de notre peau qui peuvent produire de l’eau sous forme desueur. Lorsque cette sueur liquide se dépose à la surface de notre peau, elle va s’évaporer. Or lepassage de cette sueur depuis l’état liquide à l’état de vapeur nécessite de l’énergie. C’est l’énergiethermique, c’est à dire votre chaleur qui va permettre cette évaporation. Votre peau se refroidit alors! Incroyable, n’est ce pas ! Nous sommes dotés d’un système de climatisation qui dépasse de loin ceuxfabriqués par les hommes. Une diminution de production de chaleurL’activité métabolique des cellules qui nous constituent se ralentit. Il y a ainsi moins de chaleur qui seproduit. Regardez quand il fait chaud, vous vous sentez faible, « raplapla », vous avez envie de dormir: c’est normal, vos cellules fonctionnent au ralenti. à notre égard.

×