l’hubservatoire
 
 
 
 
 
 
 
Étude des processus de la
coproduction de l’innovation 
Seconds enseignements - Juin 2015 ...
 
 
 
L’Hubservatoire est une expédition sur dix­huit mois ​au coeur des processus de                       
coproduction ...
 
Nouveaux enseignements et pistes de         
réflexions 
L’absence de méthode partagée pour l’accompagnement d’initiativ...
changement pérenne des organisations, une politique d’innovation et de                 
développement durable pour chaque ...
Pour avancer dans la voie d’une coproduction renforcée, nous réfléchissions aux                     
différentes raisons p...
Pour autant, face aux enjeux économiques, les innovations conçues avec les territoires                       
doivent pens...
2. Jeu des acteurs : une connaissance précise, partagée et                   
objective 
 
La première phase exploratoire ...
changement sont à l’origine de nombre d’échecs de projets coanimés par des acteurs                         
publics. 
 
La...
 
Souvent l’innovation n’est pas conçue comme un bien culturel, un bien                     
commun, mais un marché, un es...
3. Gouvernance : s’inscrire dans un véritable partage 
 
L’innovation suppose un espace ouvert, indéterminé. Ainsi l’organ...
rencontres sont généralement ceux de réseaux, de silos, d’entre­soi. Il n’existe ni                       
espaces, ni out...
4.1 ­ Faire écosystème 
 
● Faire du projet, un véritable espace de débat : 
 
➢ Tout mettre en œuvre, durant tout le temp...
➢ Aller à la rencontre de l’altérité. Cela est intimement lié à la diffusion des                           
bonnes pratiqu...
● Accepter une approche itérative, remettre sans cesse les critères d’évaluation du                     
projet en débat. ...
Annexe : ​Articles publiés sur l’Hubservatoire 
 
● Le droit des marchés publics est­il l’ennemi de l’innovation? 
Juin 20...
● Quand le monde universitaire s’associe à la coproduction de l’innovation                   
territoriale 
Mai 2015, par ...
● Stéphane Vincent (27ème Région) : “Coconception et coproduction ne sont pas                     
neutres politiquement” ...
● L’innovation départementale, pour des territoires pas si ringards 
Décembre 2014, par Bruno Caillet 
Lecture du rapport ...
● Crowdfunding, valeurs d’échanges et monnaies digitales 
Septembre 2014, par Régis Chatellier 
Entretien avec Guillaume L...
● Nils Veaux : "détecter d’autres façons de mettre en œuvre des politiques                       
publiques" 
Août 2014, p...
 
● Richard de Logu, Labfab Rennes : “trouver un équilibre entre consensus et                       
responsabilité” 
25 j...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Hubservatoire - Second rapport d'étape - Juin 2015

698 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
698
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
208
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Hubservatoire - Second rapport d'étape - Juin 2015

  1. 1.   l’hubservatoire               Étude des processus de la coproduction de l’innovation  Seconds enseignements - Juin 2015                              l’hubservatoire est un projet :              en partenariat avec :        
  2. 2.       L’Hubservatoire est une expédition sur dix­huit mois ​au coeur des processus de                        coproduction de l’innovation sur les territoires​, du micro­local à l’international.    L’objectif de cette étude est d’élaborer un référentiel commun pour les porteurs de                          projets dont l’objet peut être différent, mais le mode de fonctionnement comparable.                        Notre démarche repose sur une étude quantitative et qualitative ainsi que sur la                          production de contenus éditoriaux à partir d’interviews et de lectures de rapports ou                          d’ouvrages en lien avec la coproduction et l’innovation.    L’Hubservatoire est animé par Le hub agence et Plein Sens, en partenariat avec la                            Caisse des dépôts et Consignations, la CCI France, l’Arène Île­de­France et                      NovaGreen.    Ce second rapport d’étape présente les nouveaux enseignements tirés des recherches                      documentaires et entretiens réalisés pour le site de l’Hubservatoire et représentés sous                        forme de ​cartographie heuristique​. Ces nouveaux jalons nous permettent d’affiner les                      éléments méthodologiques ayant vocation à constituer, à terme, un référentiel commun.     Dans un souci de continuité, nous amendons ici les quatre thématiques du précédent                          rapport d’étape :  ● Les enjeux de la coproduction  ● L’organisation du jeu des acteurs  ● Les conditions de gouvernance  ● Les premiers éléments de méthode    Cette publication a pour vocation à être un point de départ à la discussion et aux                                échanges, nous souhaitons que l’étude de l’Hubservatoire soit, comme son objet,                      coproduite. Nous vous invitons à réagir, critiquer, ajouter ou augmenter ces                      réflexions de vos commentaires et références, soit directement sur le site, par                        mail, ou en commentant nos articles.        2 
  3. 3.   Nouveaux enseignements et pistes de          réflexions  L’absence de méthode partagée pour l’accompagnement d’initiatives innovantes                apparaît de plus en plus clairement.    Derrière ce désir d’innovation à tout endroit, mot fourre­tout chez la plupart des                          décideurs, difficile de ne pas avoir le sentiment de modèles épuisés, qu’un état du                            monde différent met en question chaque jour de manière plus pressante. Il faudrait être                            innovant sans questionner le modèle des organisations publiques et privées.    Pourtant, l’innovation suppose une prise de risques et motive, selon nous, une conduite                          de changement des organisations dont les modes de coproduction et de proximité                        pourraient être les leviers. Organisées de façon systémique, en cycles courts, des                        politiques d’innovation permettraient d’avancer plus rapidement avec des                investissements moindres. Pour l’ensemble des parties prenantes, il existe un véritable                      besoin d’une action conduite en temps réel, de manière agile et transverse.     ● Les collectivités territoriales, confrontées aux limites de leur action                  (méthodologiques et financières) ont besoin de modèles innovants pour conduire                    leur politique.    ● Les citoyens revendiquent d’être parties prenantes dans la conduite de tout ou                        partie de la gestion de l’espace public.    ● Les entreprises mesurent que l’innovation est la condition de leur survie et cette                          innovation s’inscrit dans un paradigme nouveau.    Pour chaque partie prenante, ce paradigme associe des principes de connexion, de                        collaboration et de commun. Principes que l’on ne peut approcher autrement que dans                          des pratiques de coproduction. Et c’est la proximité géographique et continue entre les                          parties prenantes qui sécurise l’opérationnalité des modes de coproduction.    L’innovation coproduite ne peut se contenter d’être le simple fait d’un                      financement, par l’acteur public, d’un produit ou d’un service innovant. Ce point                        s’apparentant à une politique d’achat ne nous concerne pas ici car il ne structure                            pas un changement profond de chaque partie prenante. Il faut réfléchir de manière                          systémique, chez chaque acteur partie prenante, aux conditions de la mise en                        place d’une logistique conséquente pour la conduite d’un projet de recherche et                        d’innovation. Seule cette version de l’innovation nous semble autoriser un                    3 
  4. 4. changement pérenne des organisations, une politique d’innovation et de                  développement durable pour chaque partie prenante.    Nos approches conduites de façon heuristique, et dans un échange permanent, révèlent                        assez précisément les grandes idées suivantes :    ● Un manque de précision et de partage des vocabulaires associant les parties                        prenantes à la conduite d’un projet coproduit ainsi qu’une fascination du projet                        innovant qui souvent est la cause première de certains projets. L’innovation                      associant collectivités territoriales et entreprises notamment nous semble plus                  reposer dans les pratiques de coproduction que dans le produit innovant lui                        même. Pour autant, la coproduction n’est pas une injonction.    ● Les conditions de gouvernance s’inscrivent rarement dans un partage sincère au                      point où, sur le long terme, tout ou partie des acteurs intégrés dans un projet                              n’engage pas l’énergie nécessaire à la réussite du dit projet. Il n’y pas                          coproduction sans confiance mutuelle, sans un véritable travail sur les conditions                      de partage des politiques d’innovation.    ● La coproduction suppose un espace de reconnaissance et d’échanges. Or les                      organisations publiques et privées, organisées en silos, mues de plus en plus                        par l’urgence, ne disposent pas des outils pour comprendre et pour entretenir le                          jeu des acteurs.    ● Aucune méthode magique ne permettra la mise en œuvre de tels programmes                        de coproduction de l’innovation. La question est complexe et suppose même                      l’engagement dans un écosystème qui n’existe et ne s’appréhende qu’à un                      instant T, sur un lieu donné. Pour autant, quelques règles, le partage autour de                            compétences dédiées à l’animation de tels systèmes sont de premières pistes à                        explorer.      1. Enjeux de la coproduction    La première phase de nos travaux ne nous avait pas permis de repérer des projets                              innovants qui soient à la fois pérennes, efficients et réellement coproduits entre acteurs                          publics, entreprises et usagers. Chacun réunit l’une ou l’autre de ces caractéristiques,                        mais aucun ne répond à un « modèle idéal » de coproduction qui permettrait la                              participation d’acteurs publics, privés ainsi que des usagers dans une relation de long                          terme, productrice d’innovation.    4 
  5. 5. Pour avancer dans la voie d’une coproduction renforcée, nous réfléchissions aux                      différentes raisons pour lesquelles un projet de coproduction de l’innovation, associant                      entreprise(s), puissance publique et usagers a des chances de fonctionner. A cet égard,                          la nécessité d’​une mesure partagée du bénéfice semble confirmée. Chacun, du                      concept à la mise en œuvre, doit mesurer un bénéfice au regard de ses propres                              attentes. L’attente objective de chaque acteur partie prenante doit être clairement                      énoncée, évaluable et ré­évaluable tout au long du projet.    La suite de nos recherches renforce également l’idée que les projets innovants doivent                          systématiquement garder ​l’équilibre social dans leur ligne de mire​. ​Sur de telles                        bases, penser une politique de coproduction de l’innovation est une occasion formidable                        de se demander quel projet de société l’on souhaite construire.    Que peut­on attendre de la puissance publique quand l’innovation vise une réduction                        des coûts de production d’un bien ou la mise au point d’un nouveau produit de                              consommation courante ? L’innovation pour être pérenne doit être soutenable, sa                      supposée valeur d’usage ne garantit pas sa large appropriation. Pour qu’il y ait mesure                            partagée du bénéfice, le projet d’innovation doit à tout endroit relever d’un possible                          équilibre social et faire preuve dans son fonctionnement et dans ce qu’il vise, de «                              convivialité ». Le projet d’innovation doit participer à un « mieux être » à long terme des                                  parties prenantes, l’ensemble des externalités doit donc être appréhendé. Aucun                    participant au projet ne peut se retrouver dépendant d’un autre coproducteur ni de                          l’innovation elle même si il ne l’a pas voulu, ni n’en a mesuré les risques quant à sa                                    propre autonomie.    Ceci est peut­être la raison pour laquelle l’Economie Sociale et Solidaire est un                          gisement majeur d’innovations capables de fédérer les entreprises, les collectivités                    territoriales et les usagers.    L’évaluation du soutien à certains projets innovants par la puissance publique                      pourrait d’abord porter sur la notion d’équilibre social plus que sur le concept                          même d’innovation, concept difficile à estimer.    Enfin, ​une nouvelle question qui émerge est celle de ​la modélisation et de la                            transférabilité de l’innovation​.     L’innovation ne se décrète pas. Penser de telles dynamiques de développement sous                        l’angle de pratiques de coproduction c’est donc assumer que les projets innovants                        dépendront du territoire sur lequel ils émergent. Ceci implique de dépasser le                        “copier­coller” des modèles qui, si ils ont pu fonctionner ailleurs, autrement, ne sont pas                            réplicables aisément, hors sol.    5 
  6. 6. Pour autant, face aux enjeux économiques, les innovations conçues avec les territoires                        doivent penser leur diffusion, ailleurs, sur d’autres territoires. Ceci ne peut se faire que si                              :    ● les financements portent sur les conditions de mutualisation plus que sur                      d’innovation elle même.  ● les acteurs locaux, travaillent à mailler de larges territoires d’expérimentation                    pour échanger leurs expériences.  ● les besoins, conditions d’expérimentation et jeu des acteurs sont analysés et                      partagés pour permettre une diffusion plus aisée des expériences.       Une nouvelle fois, les innovations dont on parle ne peuvent s’arrêter à un simple                            financement de la part de l’acteur public. Pour conduire le projet, la collectivité                          territoriale devra le comprendre, le partager en interne, dédier des ressources et des                          moyens, penser les conditions de sa pérennité. Les usagers devront la tester, faire                          remonter l’information nécessaire et cela suppose des dispositifs sincères. Les                    entreprises devront être plus pédagogues, plus transparentes et partageuses.                  Autrement dit, chaque acteur devra remettre en cause sa façon de procéder dans la                            conduite de ses propres missions, se défaire des silos qui structurent la conduite de leur                              mission. « Nous ne sommes pas légitimes pour agir à cet endroit » combien de fois,                                dans nos échanges avons nous entendu cette réserve ? Quand Google se lance dans                            la production de véhicules, parlent­ils de légitimité ? Quand Amazon propose son propre                          système de distribution, parlent­ils de légitimité ?    L’innovation est freinée, d’abord par la perception que les organisations ont d’elles                        mêmes et de la liberté qu’elles ne se donnent pas. Les principaux blocages sont moins                              d’ordre administratifs que culturels.    L’innovation est transverse. Face aux remises en questions que suppose la conduite                        d’un projet innovant entre acteurs que tout quasiment oppose, il pourrait être intéressant                          de se concentrer moins sur l’innovation en soit, moins sur l’utopie d’une solution toute                            faite, que sur les conditions de la coproduction. Une solution « toute faite » n’est, par                                principe, pas innovante. Les systèmes innovants dont on parle sont complexes, mobiles                        et pluriels, ils engagent différentes parties prenantes.    C’est la raison pour laquelle la coproduction de l’innovation est moins une                        pratique qu’un acte politique. Une telle démarche n’a rien de neutre. Ce point                          est essentiel, aussi est ce la raison pour laquelle nous associons politique                        d’innovation à espace de débats et de partages.    6 
  7. 7. 2. Jeu des acteurs : une connaissance précise, partagée et                    objective    La première phase exploratoire de l’étude a montré que nombre de projets échouent à                            cause d’une simple méconnaissance du jeu des acteurs impliqués directement ou                      indirectement dans le projet d’innovation. Différence de culture, différence d’aspirations                    et d’objectifs, refus d’apprécier la nécessaire subjectivité avec laquelle chacun estime                      une situation ou incapacité à communiquer… Autant de facteurs bloquants qui montrent                        quela coproduction demande de veiller à penser le jeu des acteurs très tôt dans le                              projet. Or nombre de projets cofinancés par la puissance publique relèvent d’appels à                          projets générant un effet d’aubaine qui ne permet pas ce travail préalable.    Les dernières avancées de la recherche mettent en évidence les caractéristiques d’un                        espace où le jeu des acteurs puisse s’exprimer de manière positive.     Un espace impartial de croisement des ressources doit exister. ​Le sondage que                        nous menons révèle, outre la nécessité d’évaluer ce qui ferait projet réellement                        coproduit et innovant, celle de disposer de facteurs d’évaluation. Or l’innovation étant                        hors cadre, supporte rarement des indicateurs pertinents. Plus encore, cette évaluation,                      même imparfaite, pour faire sens doit être tripartite et conduite durant toute la durée du                              projet. C’est de cette seule manière que l’on disposera d’une base de connaissance et                            de référentiels capable d’accompagner efficacement d’autres projets.    Un temps nécessaire, avant même la décision de coproduire un projet innovant, doit                          être consacré à la connaissance des acteurs parties prenantes du projet, leurs besoins,                          leurs forces et leurs faiblesses.      Un espace public d’intelligences. ​L’innovation suppose une aptitude à supporter la                      complexité, une capacité à imbriquer, à tisser ensemble des éléments différents. La                        puissance publique, plus que de simplement aider au financement d’innovation doit                      produire de l’intelligence sur son territoire, c’est à dire créer par tous moyens la                            possibilité de faire lien entre les idées, les gens de manière horizontale et transverse…    L’enjeu est donc moins le développement d’un projet innovant, dans une dynamique de                          “one shot” que la mise en place et l’animation d’un véritable écosystème structuré et                            animé pour aisément faire émerger et pour porter des projets innovants dans un projet                            politique de développement territorial cohérent. Cet écosystème aura plus de chance                      d’être porteur d’innovations durables si il est assumé par l’acteur public comme l’un des                            leviers de changement de ses propres pratiques de conduite du service public. Une                          telle approche expliquant probablement pourquoi nombre de résistances au                  7 
  8. 8. changement sont à l’origine de nombre d’échecs de projets coanimés par des acteurs                          publics.    La puissance publique agit comme animateur et intervient dans un second temps,                        après qu’un jeu d’acteurs (entreprises, associations, usagers…) ait mis en place les                        bases du projet.    Seuls les territoires d’usages (et non les frontières administratives) sont aptes à                        efficacement conduire de tels projets. L’usage s’entend dans la possible pratique du                        produit ou service mais aussi dans une possible audience et modèle économique pour                          la réplicabilité du projet en question.      L’innovation repose sur de l’impensé, de l’improbable que la puissance  publique ne peut seule – ou à l’aide d’experts – estimer. Simplement ménager  librement – donc de manière non instituée ­ les conditions de rencontres,  d’essais, de succès et d’échec est une condition de réussite de tels  programmes. Il s’agit de produire un espace d’intelligence qui ne peut se  résoudre à une organisation algorithmique de la connaissance et des  dispositifs. Cet espace doit laisser une place essentielle au sensible, à la  sérendipité.      Un espace du savoir et du faire. ​Les connaissances concernant les projets et                          conditions de coproduction de l’innovation ne sont pas partagées. En cas de succès, le                            projet devient « une barrière à l’entrée du marché », en cas d’échec, une honte que l’on                                  tait et sur laquelle on ne communique pas. Donc à propos de laquelle on n’apprend pas.                                Une tolérance plus grande à l’échec est indispensable pour sortir de ce schéma fermé.                            C’est par le “faire”, l’expérimentation que l’on apprend.     Souvent nous remarquons que dans le jeu des acteurs associé aux process de                          coproduction, les « faisants » sont souvent impliqués en fin de projet. Instrumentalisés,                          infantilisés, les usagers et leurs compétences ne sont pas pris en compte, ils ne sont                              pas impliqués dès l’origine des projets. L’innovation étant par nature, nouvelle et                        risquée, le rôle des experts est souvent surévalué. Or l’expert analyse un fait, un projet                              fort de cadres, de préalables qui, par principe, ne sont pas innovants. Bien souvent,                            l’expert rassure sur la capacité à produire du même.    Si le mouvement des makers et des fab labs prend une place de plus en plus                                importante, force est de constater que, comme les pratiques de démocratie                      participative, ils sont souvent utilisés comme alibi d’un manque de confiance,                      d’un manque de respect, dans la capacité donnée à chacun d’être force de                          proposition et d’accompagnement de tels projets.  8 
  9. 9.   Souvent l’innovation n’est pas conçue comme un bien culturel, un bien                      commun, mais un marché, un espace de pouvoir. Si l’on promeut les pratiques                          de co­construction, elles sont rarement accompagnées des dispositifs de                  partage et d’écoute nécessaires à leur développement massif. Il n’existe pas                      d’espaces de partage associant le faire et le savoir dans un programme de                          co­développement commun.    Un espace entrepreneurial ouvert. ​Les financements publics importants voués à                    l’innovation reposent sur de lourds principes d’évaluation qui bien souvent conduisent à                        une privatisation de ces fonds au profit de grandes entreprises capables d’effectuer le                          lobbying nécessaire à l’obtention de telles aides. Les politiques d’innovation et plus                        particulièrement d’aide à l’innovation ne peuvent pas être réservées aux grandes                      entreprises et doivent laisser la place aux associations et aux petites entreprises.    Nombre de projets candidat aux financements publics sont conçus par des spécialistes                        de financement, fort de grilles d’évaluation préalable. Si financièrement une telle                      approche fait sens, elle ne garantit en rien la qualité d’un projet à venir. S’assurer que le                                  projet émerge d’un tissu multi­partenarial préalable et travaillant au long cours                      participerait aux conditions de tels succès.    En formulant des besoins, plus qu’en proposant des solutions, en travaillant                      sincèrement et durablement à l’animation d’écosystèmes ouvert, les acteurs                  publics pourraient motiver le développement de « petits programmes » plus que                        de « machines à tout faire ». Nous trouverions ainsi des réponses concrètes                          aux besoins formulés. Ceci permettrait le passage d’un mouvement abstrait                    d’innovation à un véritable changement social.    Les grandes entreprises concourant à de telles aides pourraient avoir comme                      obligation de justifier une coconstruction sincère du projet avec des parties                      prenantes issues de plus petites entreprises ou de la société civile.    L’innovation portée, accompagnée, initiée par la puissance publique doit moins viser                      l’émergence d’éventuels nouveaux marchés, la création d’emplois que rien ne garantit,                      que l’implication constante des acteurs de la cité dans les changements qui les                          concernent réellement.    L’innovation coproduite n’est pas un objet magique de changement, c’est un travail                        politique, moteur, capable d’éclairer et d’accompagner chacun dans le dessin commun                      auquel il souhaite participer.    9 
  10. 10. 3. Gouvernance : s’inscrire dans un véritable partage    L’innovation suppose un espace ouvert, indéterminé. Ainsi l’organisation d’un projet ne                      peut ni supporter l’inertie propre aux acteurs publics, ni accepter la privatisation de tels                            espaces au profit d’acteurs économiques notamment. Les conditions de développement                    de tels projets sont essentiels et reposent sur une réflexion commune des conditions de                            gouvernance. L’aide aux innovations étant bien souvent l’effet d’aubaines, elle ne                      permet généralement pas de consacrer le temps nécessaire et préalable au                      déploiement d’une gouvernance sincèrement partagée, propice à la coproduction.                  Quelques premières propositions émergeaient du premier rapport d’étape pour                  l’organisation d’une gouvernance propice à la naissance de coproductions pertinentes.    Les règles de gouvernance ne faisant quasi jamais l’objet d’un débat et d’une étude                            préalable au financement, ce manque conduit généralement à des relations client /                        prestataire ou à une instrumentalisation qui sont à l’origine de nombre d’échecs. La                          nécessité de ​s’assurer que chaque partie prenante soit réellement à l’origine des                        règles d’organisation d’un projet de coproduction ​semblait évidente. ​Il serait alors                      pertinent de mesurer l’impact de chaque partie prenante sur la définition des règles de                            gouvernance afin de tendre vers la recherche de consensus tout en évitant l’inertie. La                            base de gouvernance d’un projet co­construit doit être le débat équitable destiné à                          l’obtention de réponses concrètes et opérationnelles.    La mesure des besoins et des objectifs de chacun apparaissait également comme un                          préalable pour que, dans les décisions, le risque et la responsabilité de chaque partie                            prenante soient évalués de manière transparente. In fine il s’agit d’​accepter la                        responsabilité de celui qui porte le risque​.    La suite des recherches confirme, par ailleurs, l’intérêt de ​privilégier des systèmes                        décentrés, autonomes, connectables et open source. ​L’innovation suppose une                  approche hors cadre, conduite en périphérie. Toute structure de décision centrée,                      dépendante d’acteurs dominants est vouée à l’échec. Les formes doivent être légères et                          conçues pour l’échange et la connexion. La notion de collèges thématiques informels                        associés dans des comités décisionnels serait une piste à explorer.    En ce sens, un nouvel enjeu de gouvernance émerge : ​repenser les formes de                            leadership au sein de la sphère publique​. ​Le terme « d’élu » pourrait être réévalué                              pour privilégier celui de « personnel politique ». Les citoyens pourraient attendre autre                          chose que des super­héros à ces postes et accepter donc, de part et d’autres, la                              possibilité, le droit de ne pas savoir et la nécessité de conduire sincèrement l’animation                            de relations vouées aux conduites de changement, à l’aménagement d’un espace social                        des possibles.    User de technologies relationnelles partagées​, ​c’est incontestablement là que se                    joue la gouvernance d’un projet innovant et coproduit. Sur les territoires les espaces de                            10 
  11. 11. rencontres sont généralement ceux de réseaux, de silos, d’entre­soi. Il n’existe ni                        espaces, ni outils capables de connaître celles et ceux qui participent à l’intelligence                          d’un territoire. Animer, partager, enrichir de telles bases pourrait être une des missions                          premières des collectivités territoriales. Cet outil, partagé, serait moins coûteux à                      développer. Il pourrait même être, pour celles et ceux qui souhaitent conduire des                          innovations de proximité, un espace de service et donc une source d’auto financement.      Si une politique de changement et d’innovation est conduite de manière durable                        sur un territoire, elle ne peut être menée dans l’entre­soi, le cadre et l’institution.                            Elle doit ménager la possible rencontre, l’occasion de la question et de                        l’accident.    4. Méthode : accepter l’innovation    Une des choses les plus marquantes émergeant de nos entretiens est que la plupart de                              celles et ceux qui participent à une démarche innovante refusent les risques inhérents à                            l’innovation et cherchent par tous moyens à imposer au projet un cadre, cadre qui le tue.    La culture de l’innovation suppose une démarche entrepreneuriale à mille lieux des                        postures foncières, patrimoniales, de pouvoirs et de réseaux qui conduisent une part                        des politiques publiques.    Dans ce contexte, l’avancée des recherches nous permet d’affiner notre proposition                      méthodologique en identifiant deux leviers principaux : la réussite d’un projet innovant                        coproduit est conditionné par son imbrication au sein d’un ​écosystème propice et pour                          faire écosystème, il apparaît primordial d’​agir hors­cadre​. Si ces leviers semblent a                        priori simples, voire relever du sens commun, leur mise en oeuvre pratique se révèle                            pleine d’écueils au­delà des discours de façade. La nécessité d’un fonctionnement                      baptisé “hors du cadre” démontre bien la persistance sur les territoires de                        fonctionnements en silos, de réseaux qui n’ont d’écosystème que le nom.    La coproduction, comme l’innovation ne se décrètent pas. Donner à un projet le label                            “coproduit” ou “innovant” n’assure en aucun cas une action performative. En ce sens,                          les points méthodologiques suivants semblent pouvoir éclairer les notions d’écosystème                    et de démarche hors­cadre.            11 
  12. 12. 4.1 ­ Faire écosystème    ● Faire du projet, un véritable espace de débat :    ➢ Tout mettre en œuvre, durant tout le temps du projet pour travailler à la                            confiance entre les membres, parties prenantes. La confiance supposant                  principalement l’action de « chefs d’orchestre » impartiaux, connaisseurs                  des espaces entrepreneuriaux et de la puissance publique.  ➢ Remettre du politique dans le projet, l’animation de l’écosystème et du                      débat qui l’anime.    ➢ Être dans une pratique permanente de rétroaction. Cela implique de                    penser l’écosystème et le projet lui­même de coproduction de l’innovation                    comme un espace de flux. Il s’agit d’assumer la transversalité et les                        conditions du dialogue.  ➢ Créer des lieux de partage stimulant les pratiques d’immersion et de                      découverte. Ce lieux hors­cadre doivent être conçus comme des espaces                    eux mêmes coproduits.    L’innovation suppose une dynamique agile et donc le ménagement de systèmes                      ouverts, de flux et non de stocks de connaissances, pouvoirs et chasses                        gardées.    ● Travailler une culture de l’innovation :    ➢ Travailler à l’acceptation de l’innovation. L’acceptation passe notamment                par l’effort d’énonciation d’éléments lisibles d’appropriation pour chacun.                Il faut s’assurer de partager des éléments communs de vocabulaires. Si                      nécessaire, ne pas énoncer le projet dans sa dimension globale, le                      rendre appropriable pour chacun. Dans la même idée, il s’agit d’être clair                        dès le début sur les éléments de propriété intellectuelle, en somme                      s’assurer de partage la même vision du projet.     ➢ Privilégier les conditions de l’action plus que l’objet de l’innovation lui                      même, notamment en pensant un monde qui évolue au rythme du                      numérique. Le digital est un levier de changement, moins dans sa                      technologie même que dans ce qu’il produit en termes d’organisations                    transverses et collaboratives notamment.    ➢ Concevoir le projet sur des espaces restreints mais, dès l’origine travailler                      les conditions au maillage d’un territoire plus large.    12 
  13. 13. ➢ Aller à la rencontre de l’altérité. Cela est intimement lié à la diffusion des                            bonnes pratiques mises en place ailleurs.    Comment autoriser l’administration à innover alors qu’elle est tous les jours                      sous l’injonction permanent de « ne pas faire n’importe quoi » ? Acteurs publics                            et privés doivent ménager des espaces neutres, permettant l’émergence des                    ces possibles.      4.2 ­ Fonctionner hors­cadre    ● Ne pas se contenter de se référer à des solutions ayant fonctionné ailleurs pour                            évaluer le projet :    ➢ D’abord considérer l’écosystème impliqué dans le projet. L’innovation                repose sur un type de culture, d’organisation du jeu des acteurs et de                          représentation qui reste suffisamment fragile pour être associé à un                    terreau complexe et par nature singulier.  ➢ Intégrer le temps de l’innovation dans le projet c’est­à­dire travailler à «                        l’évangélisation », intégrer un « service après vente » propre au projet,                        notamment pour continuer à travailler l’écosystème.    ➢ Mettre l’humain et le culturel au centre de la conduite du changement.                        C’est en partant des besoins et des usagers que l’on peut conduire au                          mieux la définition du projet et sa réalisation.    ➢ Accepter de dépasser un cadre juridique trop strict et quelques fois                      inadapté au projet d’innovation. Concevoir des organisations d’économie                mixte, répondant au droit commun, capable de passer les contrats avec                      la souplesse nécessaire à ce type de projets.    ➢ Dépasser les blocages culturels concernant le financement de                l’innovation.    L’innovation repose sur une posture que seul l’aménagement d’espaces                  décisions nouveaux, informels, immersifs autorise. Enfermés dans des cadres                  administratifs, de rentabilité court terme, de revendication, peu de projets                    innovants ont les moyens de produire une activité et une économie, nouvelle et                          durable.        13 
  14. 14. ● Accepter une approche itérative, remettre sans cesse les critères d’évaluation du                      projet en débat. Débat dont l’enjeu est plus d’être constructif que sélectif :    ➢ Évaluer moins la demande de solution que travailler à une réponse à                        apporter à un besoin, que chacun partage et sait énoncer. Cela implique                        au niveau des marchés publics de sortir des logiques d’appel d’offres                      portant sur une solution, pour énoncer les demandes en termes de                      besoins principalement.    ➢ Exploiter les ressources et les idées les plus en périphérie des espaces                        d’innovation habituellement repérés. ​Assumer un groupement qui se                construit avec le projet lui­même. S’assurer que le groupement repose                    sur des valeurs capables d’animer un débat en permanence.    ➢ Insuffler au sein des collectivités territoriales une posture et une culture                      entrepreneuriale.     ➢ Substituer à la valeur concurrence celle de coopération.    ➢ Favoriser l’expérimentation plus que la théorisation.    Pour innover il faut accepter de ne pas connaître la solution. C’est seulement                          dans la capacité de ménager de possibles espaces d’échanges, de                    confrontation même que l’on peut évaluer l’espace d’un possible équilibre et                      d’une idée nouvelle.            Voici les premiers jalons méthodologiques de notre étude portant sur les conditions de                          coproduction de l’innovation. Merci de débattre à leurs sujets. Vos contributions, ainsi                        que les articles produits par l’Hubservatoire et le résultat de notre sondage auprès des                            porteurs de projet permettront d’enrichir cette expédition au coeur des processus de                        coproduction de l’innovation.             14 
  15. 15. Annexe : ​Articles publiés sur l’Hubservatoire    ● Le droit des marchés publics est­il l’ennemi de l’innovation?  Juin 2015, par Mélanie Paris  La commande publique est un passage obligé du processus d'appropriation de                      l'innovation par les territoires. Pour prospérer, l'innovation doit briser les barrières                      culturelles des acheteurs publics.   http://hubservatoire.fr/articles/le­droit­des­marches­publics­est­il­lennemi­de­linnovation     ● Chacun cherche son écosystème  Juin 2015, par Bruno Caillet  Clusters, pôles de compétitivité, living labs : l’écosystème est à la mode et à chaque                              mode son écosystème. Quelles conditions pourraient participer au développement                  d'écosystèmes dédiés à l'émergence de formes, concepts, projets innovants sur les                      territoires ?   http://hubservatoire.fr/articles/chacun­cherche­son­ecosysteme     ● Xavier Comtesse : “Il faut coucher dans le même lit”  Juin 2015, par Bruno Caillet  Xavier Comtesse est co­fondateur du ​Swiss Creative Center ​et de ​Watch Thinking​, le                          premier think tank sur l'agenda industriel. Pour lui, la coproduction nécessite d'abord un                          partage des savoir­faire.  http://hubservatoire.fr/articles/xavier­comtesse­il­faut­coucher­dans­le­meme­lit     ● A Brest, la gouvernance contributive au coeur de l’innovation territoriale  Juin 2015, par Bruno Caillet  Michel Briand, membre du Conseil National du Numérique et ancien élu de Bretagne,                          sur les concepts de gouvernance contributive, d’écosystème d’innovation et de mise en                        réseau des porteurs de projet.   http://hubservatoire.fr/articles/a­brest­la­gouvernance­contributive­au­coeur­de­linnovati on­territoriale     ● L’innovation ne se décrète pas, elle se cultive  Mai 2015, par Bruno Caillet  Entretien libre avec Jean­Pierre Quignaux, responsable de la mission "Usages et                      Services Numériques, Innovation et Aménagement Numérique du Territoire" de                  l'Assemblée des Départements de France (ADF).   http://hubservatoire.fr/articles/linnovation­ne­se­decrete­pas­elle­se­cultive           15 
  16. 16. ● Quand le monde universitaire s’associe à la coproduction de l’innovation                    territoriale  Mai 2015, par Bruno Caillet  Entretien avec David Carassus, professeur des universités et directeur de la chaire                        Optima, qui réunit les acteurs locaux et les enseignants­chercheurs de l’Université de                        Pau et des Pays de l’Adour.  http://hubservatoire.fr/articles/quand­le­monde­universitaire­sassocie­a­la­coproduction­ de­linnovation­territoriale     ● Pour des territoires catalyses d’innovation  Mai 2015, par Bruno Caillet et Mélanie Paris  Lecture du rapport d'Akim Oural : "L'innovation au pouvoir ! Pour une action publique                            réinventée au service des Territoires"  http://hubservatoire.fr/articles/pour­des­territoires­catalyses­dinnovation     ● Théories de la réconciliation  Avril 2015, par Bruno Caillet  Lecture de l'ouvrage de Julien Cantoni, "​La société connectée​" (édition Inculte, Paris                        2014).  http://hubservatoire.fr/articles/theories­de­la­reconciliation     ● Contribution de l’Hubservatoire sur le rapport d’Akim Oural sur l’innovation                    territoriale  Avril 2015, par Bruno Caillet  Bruno Caillet, coordinateur du programme Hubservatoire, reprend et commente les                    termes de la mission sur le développement de l'innovation territoriale confiée à Akim                          Oural par Marylise Lebranchu, Ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique.  http://hubservatoire.fr/articles/contribution­de­lhubservatoire­au­rapport­akim­oural­sur­li nnovation­territoriale    ● La Ferme! cultive les imaginaires  Mars 2015, par Régis Chatellier  À Saint­Nazaire, Stéphane Juguet cultive à La Ferme ! un espace de co­construction et                            prototypage entrepreneurial, culturel et politique… en centre­ville.  http://hubservatoire.fr/articles/la­ferme­cultive­les­imaginaires­politiques     ● Désintermédiation bancaire et sagesse des foules : des promesses pour les PME  Mars 2015, par Régi Chatellier  Entretien avec Thierry Merquiol, cofondateur de la plateforme d'equity crowdfunding                    Wiseed.  http://hubservatoire.fr/articles/desintermediation­bancaire­et­sagesse­des­foules­des­pro messes­pour­les­pme         16 
  17. 17. ● Stéphane Vincent (27ème Région) : “Coconception et coproduction ne sont pas                      neutres politiquement”  Mars 2015, par Bruno Caillet  Entretien ­ Stéphane Vincent, directeur du laboratoire de transformation publique la                      27ème Région, pose un premier regard sur le rapport d’étape produit par l’Hubservatoire                          en janvier 2015.  http://hubservatoire.fr/articles/stephane­vincent­27eme­region­­coconception­et­la­copro duction­ne­sont­pas­neutres­politiquement     ● Quand le service public change de logiciel, c’est au capital qu’il s’abreuve  Mars 2015, par Bruno Caillet  Derrière l’innovation et la performance, aucun débat de valeur sur ce qui ferait service                            public ne semble plus aujourd’hui avoir droits de cité.  http://hubservatoire.fr/articles/quand­le­service­public­change­de­logiciel­cest­au­capital­ quil­sabreuve     ● Les territoires numériques de demain, pour un nécessaire changement de logiciel                      politique  Février 2015, par Bruno Caillet  Le rapport réalisé par Claudy Lebreton en 2013 propose enfin autre chose qu’une                          politique numérique de développement fondée sur le ​hardware​.  http://hubservatoire.fr/articles/les­territoires­numeriques­de­demain­pour­un­necessaire­ changement­de­logiciel­politique    ● Retour sur : Territoires nous sommes innovation  Février 2015, par Bruno Caillet et Régis Chatellier  Le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves) organisait la rencontre ​Territoires,                    nous sommes innovation​, le 17 février 2015 à Paris.  http://hubservatoire.fr/articles/retour­sur­territoires­nous­sommes­innovation    ● L’innovation et la mélodie des choses  Janvier 2015, par Aurélien Fabre  Paul Valéry écrit en 1910 un texte étonnant sur la nature de l'invention, des mots qui                                résonnent dans les débats actuels sur l'innovation.  http://hubservatoire.fr/articles/linnovation­et­la­melodie­des­choses    ● Les ingénieurs, l’innovation, les marchands de pouvoir  Janvier 2015, par Bruno Caillet  "L'essence de la technique n'est rien de technique". Dans son bref texte L’ingénieur et                            l’innovation, Thierry Gaudin propose d’éclairer cette citation d’Heidegger, montrant que                    parfois la technique est au service du pouvoir et occupe seule le débat.  http://hubservatoire.fr/articles/les­ingenieurs­linnovation­les­marchands­de­pouvoir        17 
  18. 18. ● L’innovation départementale, pour des territoires pas si ringards  Décembre 2014, par Bruno Caillet  Lecture du rapport de Rémi Chaintron, "L’innovation dans les politiques                    départementales : un patrimoine commun".    ● L’innovation conviviale comme levier d’une coproduction durable  Décembre 2014, par Bruno Caillet  Quel effet produit donc l’innovation sur nos imaginaires pour que souvent ni le doute, ni                              la critique ne la mette en question ? La convivialité dans l'innovation comme outil de                              socialisation réelle de l'invention.  http://hubservatoire.fr/articles/linnovation­conviviale­comme­le­levier­dune­coproduction­ durable    ● Les mots, maux de la ville ?  Novembre 2014, par Régis Chatellier  Julien Damon et Thierry Paquot publient aux PUF l'ouvrage Les 100 mots de la ville,                              "des ghettos de riches aux favelas, regards croisés sur nos réalités urbaines et le futur                              des villes".  http://hubservatoire.fr/articles/les­mots­maux­de­la­ville    ● Pensées partagées, pour coproduire la visualisation d'un projet  Octobre 2014 Bruno Caillet  Les dessins et croquis de l'ouvrage Pensées partagées livrent des pistes pour                        accompagner les conditions d'émergence et de partage d'idées en devenir.  http://hubservatoire.fr/articles/pensees­partagees­pour­coproduire­la­visualisation­dun­p rojet    ● Vers la coproduction d’un urbanisme en circuit­court ?  Octobre 2014, par Régis Chatellier  Entretien avec Benoit Le Foll, co­porteur de Build in My Backyard.  http://hubservatoire.fr/articles/vers­la­coproduction­dun­urbanisme­en­circuit­court    ● De Johannesburg à Detroit, Grind coproduit des modèles de réhabilitation urbaine  Septembre 2014, par Régis Chatellier  Entretien avec Alice Cabaret, co­fondatrice de Grind, association internationale                  d'acteurs de la réhabilitation urbaine basée à Johannesburg.  http://hubservatoire.fr/articles/de­johannesburg­a­detroit­grind­coproduit­des­modeles­de ­rehabilitation­urbaine            18 
  19. 19. ● Crowdfunding, valeurs d’échanges et monnaies digitales  Septembre 2014, par Régis Chatellier  Entretien avec Guillaume Lebleu, co­fondateur en 2013 de Credibles, plateforme de                      crowdfunding dédiée au secteur alimentaire, sur les nouvelles formes de financement de                        l’économie locale, les modes de calcul de la valeur et l’émergence possible de nouvelles                            formes de monnaies.  http://hubservatoire.fr/articles/philosophie­et­propriete­dans­le­crowdfunding­et­leconomi e­collaborative    ● Philosophie et propriété dans le crowdfunding et l’économie collaborative  Septembre 2014, par Régis Chatellier  De l'importance d'énoncer la philosophie et les finalités des projets collaboratifs et de                          corproduction de l'innovation.  http://hubservatoire.fr/articles/philosophie­et­propriete­dans­le­crowdfunding­et­leconomi e­collaborative    ● Quelles stratégies de développement pour l'économie circulaire ?  Septembre 2014, par Bruno Caillet  Rencontre ­ Julien Saint­Amand, CCI Montauban, en charge d'une plateforme                    d'échange et de cycles­courts inter­entreprise.  http://hubservatoire.fr/articles/quelles­strategies­de­developpement­pour­leconomie­circ ulaire    ● Quelle politique publique de l’innovation ?  Août 2014, par Bruno Caillet    Rencontre : David Adolphe, chargé de mission des écosystèmes de l’innovation pour la                          la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services du Ministère de                            l'économie, du redressement productif et du numérique.  http://hubservatoire.fr/articles/quelle­politique­publique­de­linnovation    ● Vous avez dit coproduction ?  Août 2014, par Régis Chatellier  En innovation, les termes "coproduction" et "collaboratif" sont­ils voués à n'être liés qu'à                          des phénomènes de crises ?  http://hubservatoire.fr/articles/vous­avez­dit­coproduction    ● Commun ? Les révolutions qui nous attendent  Août 2014, par Bruno Caillet  Lecture de l'ouvrage ​Commun, essai sur la révolution au XXIème siècle (éd. La                          Découverte), de Pierre Dardot, philosophe et Christian Laval, sociologue.  http://hubservatoire.fr/articles/commun­les­revolutions­qui­nous­attendent      19 
  20. 20. ● Nils Veaux : "détecter d’autres façons de mettre en œuvre des politiques                        publiques"  Août 2014, par Bruno Caillet  Rencontre ­ Nils Veaux, directeur général du cabinet Plein Sens.  http://hubservatoire.fr/articles/nils­veaux­detecter­dautres­facons­de­mettre­en­oeuvre­d es­politiques­publiques    ● Felipe Cassapo : “le mot écosystème prend tout son sens au Brésil”  Août 2014, par Régis Chatellier  La ville de Curitiba au Brésil accueille et accompagne depuis 2009 le Centre                          International de l’Innovation, dirigé par Filipe Miguel Cassapo. Ce franco­brésilien                    installé depuis 14 ans au Brésil défend et promeut l’innovation durable, d’un point de                            vue écologique et sociétale.  http://hubservatoire.fr/articles/felipe­cassapo­le­mot­ecosysteme­prend­tout­son­sens­au ­bresil    ● Initiatives territoriales d’économie circulaire : “Collectivités, don’t get in the way”                      ?  Juillet 2014, par Régis Chatellier  Aurélien Fabre ­ Quel positionnement et quelle approche pour les collectivités                      territoriales dans les projets de coproduction de l’innovation appliqués à l’écologie                      industrielle. Pour Pascal Hardy, rencontré au Colloque de Cerisy sur l’avenir de                        l’industrie, l’initiative privée et le pragmatisme sont de rigueur.  http://hubservatoire.fr/articles/initiatives­territoriales­deconomie­circulaire­­collectivites­d ont­get­in­the­way­     ● A Bordeaux, les Darwiniens fédèrent numérique, écologie urbaine et économie                    coopérative  Juillet 2014, par Bruno Caillet  Rencontre avec Jean­Marc Gancille, co­fondateur et directeur de la transition                    écologique du "projet entrepreunarial militant" Darwin, installé à Bordeaux.  http://hubservatoire.fr/articles/a­bordeaux­les­darwiniens­federent­numerique­ecologie­u rbaine­et­economie­cooperative    ● La coproduction selon Gilberto Gil  Juin 2014, vidéo.  Vers une culture de la co­création, condition d'une nouvelle urbanité. Retour sur                        l’interview de Gilberto Gil effectuée alors qu’il était encore Ministre de la culture du                            gouvernement de Lula au Brésil.  http://hubservatoire.fr/articles/la­coproduction­selon­gilberto­gil          20 
  21. 21.   ● Richard de Logu, Labfab Rennes : “trouver un équilibre entre consensus et                        responsabilité”  25 juin 2014, par Régis Chatellier  Rencontre ­ Richard de Logu, directeur de l’association Bug, à l’origine du projet et                            aujourd’hui porteur du Labfab, expose la singularité de ce projet en terme de                          gouvernance.  http://hubservatoire.fr/articles/richard­de­logu­labfab­rennes­trouver­un­equilibre­entre­c onsensus­et­responsabilite    ● Gouvernance, le management totalitaire  Juin 2014, par Bruno Caillet  La lecture de la présentation de l’essai ​Gouvernance, le management totalitaire écrit par                          le philosophe Alain Deneault aux éditions Lux, nous a d’abord inspiré un possible papier                            sur les risques et les illusions des méthodes de coproduction.  http://hubservatoire.fr/articles/gouvernance­le­management­totalitaire    ● Kalundborg Symbiosis : la coproduction de l’écologie industrielle  Juin 2014, par Régis Chatellier  Kalundborg Symbiosis, ou comment la réunion informelle de quelques entrepreneurs                    locaux a abouti à l'exemple le plus abouti au monde en terme d'écologie industrielle.  http://hubservatoire.fr/articles/kalundborg­symbiosis­la­coproduction­de­lecologie­industr ielle    ● Développeurs vs culture numérique  Juin 2014, par Régis Chatellier  Tariq Krim, entrepreneur créateur de Netvibes et de Jolicloud, vice­président du Conseil                        national du numérique, présentait en mars 2014 un rapport au ministère des PME, de                            l’innovation et de l’économie numérique. Un rapport remis à Fleur Pellerin juste avant                          son remplacement au numérique par Axelle Lemaire.  http://hubservatoire.fr/articles/developpeurs­vs­culture­numerique      21 

×