CÉRÉMONIE DHOMMAGEàChristian de DuveÉglise de BlocryOttignies-Louvain-la-Neuve8 juin 2013© Peter Badge
2AccueilMotet de la Messe pour les Trépassésde Marc-Antoine CharpentierOuvertureChant : Imagine (John Lennon)	Présentation...
33Séquence 1Lecture : Se pourrait-il ?		Se pourrait-il qu’un homme creuse la terreSans que jamais il ne s’arrête de creuse...
44Lecture : Le beau, le vrai, le bienOn peut se demander, devant l’importance de l’art dansles civilisations préhistorique...
55Lecture : Fais, Seigneur…Fais, Seigneur, quun homme soit saint et grandet donne-lui une nuit profonde, infinie,où il ira...
66Séquence 2Lecture : Un dernier virageJallais conclure sur cette « profession de foi », lorsquunedernière autocritique ma...
77Parole de ThierryParole d’AlainParole de DanielChant : Volver (Olivia Ruiz)Parole de FrançoiseOrgue : Auf meinen lieben ...
8Séquence 3Lecture : On raconteOn raconte que l’un des anciens étant à l’agonie, à Scété,les frères qui l’entouraient le r...
9Séquence 4Parole du professeur Bruno Delvaux, recteur de l’UCLParole du professeur Émile van Schaftingen directeur del’In...
10D’où viendra l’initiative ? (…)La réforme ne peut venir que de la base.Clercs et laïcs, croyants et libres-penseurs de t...
11les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussivous laver les pieds les uns aux autres, car c’est un exem...
EnvoiLecture : Pour aller dans une étoileToujours la vue des étoiles me fait rêver, aussi simplementque me donnent à rêver...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Carnet hommage Christian de Duve

10 329 vues

Publié le

Ce carnet a été distribué au public présent à l'hommage laïc pour Christian de Duve qui prend place ce samedi dès 15h à l'Eglise de Blocry d'Ottoignies Louvain la Neuve. Les textes choisis par la famille mettent en évidence la philosophie qui a présidé à la vie et la carrière du prix Nobel de médecine et éclairent aussi sa décision d'en finir avec la vie, par euthanasie, alors qu'il était atteint d'un cancer du colon.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
10 329
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8 675
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Carnet hommage Christian de Duve

  1. 1. CÉRÉMONIE DHOMMAGEàChristian de DuveÉglise de BlocryOttignies-Louvain-la-Neuve8 juin 2013© Peter Badge
  2. 2. 2AccueilMotet de la Messe pour les Trépassésde Marc-Antoine CharpentierOuvertureChant : Imagine (John Lennon) Présentation de la célébration2
  3. 3. 33Séquence 1Lecture : Se pourrait-il ? Se pourrait-il qu’un homme creuse la terreSans que jamais il ne s’arrête de creuser ?Qu’il descende chaque jour plus profondémentDans les profondeurs des puits,Qu’il creuse ainsiJusqu’à la moindre parcelle de terreEtJusqu’aux plus lointaines blessures de la terre ?Pourrait-il alorsEntrevoir le vide qui nous habite,Ce videQui remplit le monde et les forêtsSans que nous le sachions vraiment.Yves NamurCe que j’ai peut-être fait (Lettres Vives)Orgue (Improvisation)
  4. 4. 44Lecture : Le beau, le vrai, le bienOn peut se demander, devant l’importance de l’art dansles civilisations préhistoriques, si la recherche du beau n’apas précédé celle du vrai et du bien dans le développementdu cerveau humain. En ce qui me concerne, je soupçonneque l’émotion artistique, musicale en particulier, a été pourbeaucoup dans l’élaboration de mon concept d’UltimeRéalité.Au dessus de tout, bien entendu, je continue de situer l’amour,ce facteur dominant des relations humaines ou, du moins, quidevrait l’être. (…)En fin de compte, peut-être devrais-je me référer à Héraclite– avec son panta rhei (« tout coule ») – et remplacer« Ultime Réalité » par « Réalité en voie de devenir », sujetteà évolution, ce mot clé de la pensée moderne, comme ausside tout mon récit.Quant au mystère, (…) je conserve cette notion commeenglobant tout ce que les humains ne comprennent paset s’efforcent de comprendre à l’aide de ce que notremonde contient peut-être de plus mystérieux : le cerveau.Nous ignorons toujours comment fonctionne cette machineadmirable que nous avons dans la tête, d’où naissent nosconcepts, nos questionnements, nos émotions, nos valeurs,notre capacité d’amour.Christian de DuveSept vies en une(Odile Jacob)Orgue (Improvisation)
  5. 5. 55Lecture : Fais, Seigneur…Fais, Seigneur, quun homme soit saint et grandet donne-lui une nuit profonde, infinie,où il ira plus loin quon ait jamais été ;donne-lui une nuit où tout sépanouisse,et que cette nuit soit odorante comme des glycines,et légère comme le souffle des vents,et joyeuse comme Josaphat.Fais quil parvienne enfin à maturité,quil soit si vaste que lunivers suffise à peine à le vêtir ;et permets-lui dêtre aussi seul quune étoilepour quaucun regard ne vienne le surprendreà lheure où son visage change, bouleversé.Fais que le temps de son enfance ressuscite dans son cœur ;ouvre-lui de nouveau le monde des merveillesde ses premières années pleines de pressentiments.Fais quil lui soit permis de veiller jusquà lheureoù il enfantera sa propre mort,plein déchos comme un grand jardinou comme un voyageur qui revient de très loin..."Rainer Maria RilkeLe Livre de la Pauvreté et de la Mort(Traduction d’Arthur Adamov, Actes Sud)Orgue (Improvisation)
  6. 6. 66Séquence 2Lecture : Un dernier virageJallais conclure sur cette « profession de foi », lorsquunedernière autocritique ma soudain fait changer davis.Je me suis rendu compte que cette notion dUltime Réalité,que jai énoncée il y a dix ans et réitérée depuis à plusieursreprises, nétait pas le fruit dune conviction raisonnée,mais bien un simple prolongement de ce fil conducteur issudu déisme de ma première enfance qui transparaît toutau long des citations qui précèdent. Il est enveloppé dun« flou artistique » qui me permet de prendre mes distancesà légard dune croyance que mon cerveau rationnel rejette,tout en continuant à baigner dans le mysticisme romantiquedu boy-scout qui contemple le ciel étoilé. Suite à cetteconstatation,lanotiondUltimeRéalitéacessédemportermonadhésion. Elle est devenue pour moi une cause dembarraset de malentendu, que je me dois de dissiper tant que jen aiencore le temps.En effet, cette notion évoque presque immanquablementcelle dune entité intemporelle dont nous ne faisons quedécouvrir lexistence et la nature. Entre mon Ultime Réalitéet lÊtre immanent des religions monothéistes, le pas estaisément franchi. Je nen voudrais pour preuve que laccueilfavorable que ma proposition a reçu dun grand nombrede croyants. Pour ceux que jinduirais à franchir ce pas,je dois à lhonnêteté intellectuelle de préciser que telle nestpas mon intention. Je ne puis plus, rationnellement, me rallierà ce concept dun Être immanent.Christian de DuveSept vies en une(Odile Jacob)
  7. 7. 77Parole de ThierryParole d’AlainParole de DanielChant : Volver (Olivia Ruiz)Parole de FrançoiseOrgue : Auf meinen lieben Gott BWV 646 (J.S. Bach)
  8. 8. 8Séquence 3Lecture : On raconteOn raconte que l’un des anciens étant à l’agonie, à Scété,les frères qui l’entouraient le revêtirent d’un linceul et semirent à pleurer. Mais lui, ouvrant les yeux, éclata de rire.Il rit une seconde et une troisième fois. Lorsque les frèresl’entendirent, ils lui dirent : « Père, dites-nous pourquoi vousriez tandis que nous pleurons ? » Il répondit : « La premièrefois j’ai ri parce que vous avez peur de la mort. La secondefois, parce que vous n’êtes pas prêts à mourir. Et la troisième,parce que je quitte mon labeur pour aller vers mon repos. »Et, ayant prononcé ces paroles, il ferma les yeux et mourut.Thomas MertonLa sagesse du désert(Albin Michel)Parole d’Anne qui chante a capellaThe death of Queen Jane de Joan Baez
  9. 9. 9Séquence 4Parole du professeur Bruno Delvaux, recteur de l’UCLParole du professeur Émile van Schaftingen directeur del’Institut de DuveParole du professeur Jean Vandenhaute, de l’université deNamur, ami de Christian de DuveOrgue : Fantasia en sol mineur (J.S. Bach)Séquence 5Lecture : Brûlante actualitéDe toute évidence, le message de Jésus reste d’une actualitébrûlante. Dans son essence, il annonce une nouvelle formede rédemption qui correspond exactement à ce que notrevision darwinienne de la condition humaine recommandesi nous voulons échapper aux conséquences fatales de latache originelle imprimée dans nos gènes par la sélectionnaturelle. Toutefois, pour être efficace, il doit être détachéde son contexte biblique et adapté aux conditions nouvellesde l’humanité, totalement imprévisibles du temps de Jésus.Surtout, il doit être débarrassé de la mythologie qui a étédéveloppée autour de lui au cours des siècles, qui réservesa portée centrale aux seuls croyants. Car c’est ici que le bâtblesse.
  10. 10. 10D’où viendra l’initiative ? (…)La réforme ne peut venir que de la base.Clercs et laïcs, croyants et libres-penseurs de toute obédiencedoivent, non pas effacer leurs différences – ce seraitimpossible – mais chercher ensemble, au-delà de ce qui lesdivise et avec le concours du plus grand nombre possiblede philosophes, de moralistes, de scientifiques et d’autrespenseurs unis par l’honnêteté intellectuelle, un énoncé dumessage de Jésus adapté aux conditions actuelles et surlequel ils pourraient se mettre d’accord. Il appartient à tous leshommes et femmes de bonne volonté de définir ensemble,dans le cadre de ce message – qu’il me paraît préférablede ne pas appeler chrétien pour éviter les amalgames – lesdirectives qu’il conviendrait de suivre pour nous délivrer denotre « péché originel génétique ».Christian de DuveDe Jésus à Jésus en passant par Darwin(Odile Jacob)Orgue (Improvisation)Évangile : « Je vous appelle amis »Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure étaitvenue, l’heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avaitaimé les siens qui sont dans le monde, les aima, jusqu’àl’extrême. Au cours d’un repas, Jésus se lève de table, reposeson manteau et prend un linge dont il se ceint. Il verse ensuitede l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds deses disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.Lorsqu’il eut achevé de leur laver les pieds, Jésus prit sonmanteau, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ceque je vous ai fait ? Vous m’appelez “ le Maître et le Seigneur ”et vous dites bien, car je le suis. Dès lors, si je vous ai lavé
  11. 11. 11les pieds, moi le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussivous laver les pieds les uns aux autres, car c’est un exempleque je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-levous aussi. En vérité, en vérité, je vous le dis, un serviteurn’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grandque celui qui l’envoie. Sachant cela vous serez heureux si dumoins vous le mettez en pratique.(…)Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous, pour quevous soyez pleins de joie. Voici mon commandement :aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Nuln’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa viepour ceux qu’il aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce queje vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car leserviteur reste dans l’ignorance de ce que fait son maître ;je vous appelle amis. (Jean 13,1… 17 et 15, 12-15)Prolongement amical (Gabriel Ringlet)Orgue : Que ma joie demeure Cantate 147 (J.S. Bach)
  12. 12. EnvoiLecture : Pour aller dans une étoileToujours la vue des étoiles me fait rêver, aussi simplementque me donnent à rêver les points noirs représentant sur lacarte géographique villes et villages. Pourquoi, me dis-je,les points lumineux du firmament nous seraient-ils moinsaccessibles que les points noirs sur la carte de France ?Si nous prenons le train pour nous rendre à Tarascon ou àRouen, nous prenons la mort pour aller dans une étoile.Ce qui est certainement vrai dans ce raisonnement, c’estqu’étant en vie, nous ne pouvons pas nous rendre dans uneétoile, pas plus qu’étant morts, nous puissions prendre letrain. Enfin, il ne me semble pas impossible que le choléra,la gravelle, la phtisie, le cancer, soient des moyens delocomotion célestes, comme les bateaux à vapeur, lesomnibus et le chemin de fer sont des terrestres.Mourir tranquillement de vieillesse serait d’y aller à pied.Vincent Van GoghLettres à Théo (Gallimard)Finale du film qu’Aurélie, petite fille de Christian de Duve,a consacré à son grand-père.Chant des petits enfants : « Je tire ma révérence »InvitationRequiem de Fauré pendant les salutations.À l’orgue : François Houtart, compositeur, titulaire des orgues du couventSt Antoine à Bruxelles.

×