Je me présente ! Morgan Germain. Petite blonde qui a tout ce qu’il faut où      il faut, mais également un peu là où il ne...
de Johnny lui-même. Ben oui, Vanessa l’a laissé tomber et moi aussi j’aimeraisvivre mon American Dream à moi !            ...
Un réveil rude (décalage horaire oblige !) qui donne ça(Le premier qui se moque gare à lui !)      Je décide d’aller à San...
Avant d’arriver dans cette ville mythique qu’est San Francisco, une petitehalte à Monterey, qui propose une grande gamme d...
Deuxième jour à San Francisco et j’ai tellement de choses à faire ! Jedésire tout d’abord arpenter ces rues fort pentues c...
J’avoue que me promener dans la nature n’est en, général, pas mon truc.J’ai mal aux pieds, je m’ennuie et à la vue du moin...
La route est longue mais j’arrive néanmoins à Las Vegas dans l’après-midioù je ne sais garder les yeux sur la route tellem...
Après une longue nuit, je me lève tard et prends la route peu avant midi.Je profite des paysages et je contemple la transi...
Dernier jour de mon trip californien que je vais consacrer à une journéetotalement Beverly Hills-Hollywood ! Visite du cél...
Dernier jour. Je me lève déjà remplie de nostalgie de ce voyage qui auraété pour moi un « road trip » comme je les aime, c...
Morgan Germain
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Morgan Germain

1 238 vues

Publié le

3 commentaires
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 238
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
3
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Morgan Germain

  1. 1. Je me présente ! Morgan Germain. Petite blonde qui a tout ce qu’il faut où il faut, mais également un peu là où il ne faut pas ! Certes j’ai 23 ans, mais parfois on pourrait me prendre pour une fille de 15 ans, aussi bien mentalement que physiquement. Je suis ce qu’on peut appeler une série-maniac ! Des vieilles comme des nouvelles, je dévore une énorme quantité de séries et je ne suis jamais rassasiée ! Je vais souvent au cinéma et suis friande de toutes les infos peoples sur les acteurs du petit ou du grand écran. Je vous présente ici le compte-rendu de mon voyage californien, cette région mythique des USA de par ses magnifiques paysages et parcs nationaux mais également de par la grande présence de l’industrie du cinéma et de la télévision. J’espère que ce journal de bord, que j’ai rédigé à mon image, vous amusera autant que je me suis amusée à l’écrire !(Et oui D comme Day ! on vaquand même se mettre un peuà l’anglais !) J’atterris ! Waouw, je suis à L.A., le rêve ! Il y a tellement de choses que je veux faire pendant ces 9 jours que je ne sais par où commencer ! Ah si, je sais ! Je vais boire un café au Starbucks du coin et manger un donut au Dunkin Donuts se trouvant à côté ! Voilà, mes vacances au pays de l’oncle Sam commencent ! Après avoir été voir l’étoile de Johnny (Depp Of course !) sur le Walk of Fame, je me mets à la recherche
  2. 2. de Johnny lui-même. Ben oui, Vanessa l’a laissé tomber et moi aussi j’aimeraisvivre mon American Dream à moi ! Mon Johnny chéri, 14 ans de perdu ! Mais avec moi, tu vas le trouver ton Paradis ! Mais, il n’est nulle part ! Snif ! Je poursuivrai donc mon périple sans lui !Tant pis ! Je décide de faire un arrêt sur uneplage plus que célèbre : Malibu. Alerte à Malibuétant toute ma jeunesse (je le regardais ledimanche avec mémé et pépé…), je ne peuxm’empêcher d’aller faire un tour sur cetteplage mythique et de courir au ralenti. Bon jevous avoue que ça ne donne pas tout-à-faitcomme dans la série…
  3. 3. Un réveil rude (décalage horaire oblige !) qui donne ça(Le premier qui se moque gare à lui !) Je décide d’aller à Santa Barbara où j’espère assouvir ma curiositémaladive en voyant l’environnement des stars. Je me promène dans leurquartier, en essayant de passer inaperçue. Peut-être verrais-je Tom Cruise sortirles poubelles ou Leonardo Di Caprio aller chercher son journal ? Hélas, je vois seulement Alan sortir de la maison de Kim, il tromperaitdonc Alisson avec sa propre sœur, alors que Kim est enceinte de James, le cousind’Alan… OH MY GOD ! C’est horriiiiible ! Je garde cette info en tête pour laBelgique, le magazine Public voudra peut-être en faire sa couverture ! Je me dirige alors vers San Simeon où je me demande ce que je vais faire.C’est alors que je vois un énorme bâtiment qui s’avère être le « fameux » (ou pascar moi je n’en avais jamais entendu parler…) Hearst Castle qui montre une foisde plus l’extravagance et le « m’as-tu vu » légendaire des américains.
  4. 4. Avant d’arriver dans cette ville mythique qu’est San Francisco, une petitehalte à Monterey, qui propose une grande gamme d’excursions afin d’observer lesbaleines, s’impose ! Impressionnant de voir ces énormes mammifères marins enmouvement ! Bon j’ai essayé de prendre quelques photos de moi devant ellesmais cela n’a pas été fructueux ! On voit bien ma tête sur chaque photo mais lesbaleines… c’est une autre histoire… Ensuite départ pour San Francisco où je ne peux m’empêcher de passersur le fameux Golden Gate Bridge et de faire une dizaine de photos ultraclichées ! J’ai dû me battre avec une centaine de chinois pour y arriver mais « Idid it ! ». Bon ok, Il y en a quand même une qui a su s’incruster mais bon… On va faire avec hein ! Je termine cette troisième journée californienne par un repas, qui n’estpas des plus diététique, mais qui est incontournable lorsque l’on voyage auxEtats-Unis… Un gigantesque hamburger ! Miam ! Mais j’avoue que cela fait 3jours de suite que j’en mange un et je commencerais presque à rêver delégumes… si si je vous jure !
  5. 5. Deuxième jour à San Francisco et j’ai tellement de choses à faire ! Jedésire tout d’abord arpenter ces rues fort pentues comme le fait Adrien Monkainsi que prendre le tramway (ce que Monk n’a jamais fait. Vous savez combiende bactéries peuvent se trouver là-dedans ?) Je visite ensuite Alcatraz, qui a jadis accueilli lescriminels les plus endurcis tel Al Capone pour ne citer quelui ! C’est vraiment impressionnant et la visite est fortagréable ! Mais maintenant, j’en suis sûre, tous mesvêtements et chaussures ne rentreront jamais dans uneseule cellule ! Enfin, je fais un petit tour dans Chinatown où un décor « Made in Asia »vraiment époustouflant m’attend. Je rentre dans un petit magasin de remèdes« miracle » à base d’herbes. Je n’ai pas pu m’empêcher d’en acheter un contrela cellulite. Il m’a dit « satisfait ou remboursé » mais je pense qu’il sait très bienque je ne vais pas revenir aux USA pour un pot d’herbes à 4,5$ si ma celluliterésiste !
  6. 6. J’avoue que me promener dans la nature n’est en, général, pas mon truc.J’ai mal aux pieds, je m’ennuie et à la vue du moindreinsecte je crie comme une petite fille. Mais j’ai pris moncourage à deux mains, enfilé les seules chaussures sanstalon que je possède et je suis allée me promener dansle Yosemite National Park ! Waouw, c’est magnifique ! Je ne regrette pas les deux ampoules que j’ai sur chaque pied ! Ni les ampoules sur ces ampoules. Ce parc nous offre la nature à l’état pur comme, je pense, on peut rarement la voir. Des cascades gigantesques dans lesquelles on rêve de se jeter, une flore extraordinaire et tellement diversifiée qu’on ne sait où regarder. Après cette journée épuisante, je me couche avec les poules car je veux melever le plus tôt possible demain afin de profiter un maximum de Las Vegas etdes magnifiques décors se trouvant dans cette ville du vice.
  7. 7. La route est longue mais j’arrive néanmoins à Las Vegas dans l’après-midioù je ne sais garder les yeux sur la route tellement il y a de l’animation et deslumières de tous les côtés. Je décide donc d’aller directement garer la voiture àl’hôtel et de terminer ma journée à pied. Je ne peux m’empêcher de faire le tourdes curiosités et de les photographier (la tourEiffel, la statue de la liberté et même un fauxElvis) ! Pas besoin d’aller visiter le mondelorsque l’on va à Las Vegas. Je suis néanmoinsdéçue que le fameux Montecito n’existe pas enréalité… Enfin, je termine ma soirée dans les casinos. J’ai 23 ans mais celan’empêche pas les gardes du Bellagio de me demander mon passeport. Et oui, àLas Vegas il faut avoir 21 ans pour regarder (oui regarder !) un charmantmonsieur jouer au craps. Mon espoir était qu’il gagne le gros lot et que, commedans les films, il donne un jeton de 1000 $ à la (belle) blonde qui le regarde…mais non il a juste pris ses jetons et est parti !
  8. 8. Après une longue nuit, je me lève tard et prends la route peu avant midi.Je profite des paysages et je contemple la transition entre un environnementdésertique et Los Angeles, ville cosmopolite, tout en essayant de ne pasprovoquer un accident sur la route. Moi qui suis habituée à n’être dépassée quepar la gauche, je ne sais que faire avec ces voitures passant par la gauche maiségalement par la droite. J’essaie de ne pas paniquer mais j’avoue que ce n’est pasfacile !Telle une horloge, j’ai faim à midi pile ! Et comme toute fille capricieuse, je nesais pas attendre ! Quand j’ai faim, je suis de mauvaise humeur, je râle et je meplains. Il vaut donc mieux s’arrêter le plus vite possible. Je vois un petitrestaurant le long de la route. On se croirait dans le Bagdad Café et je ne peuxd’ailleurs m’empêcher de chantonner « I’m caaaaaalling youuuu » en attendantmon omelette ! Encore une fois, je me croirais dans un film et j’adore ça !
  9. 9. Dernier jour de mon trip californien que je vais consacrer à une journéetotalement Beverly Hills-Hollywood ! Visite du célèbre Universal Studio où je mepromène telle Susan Mayer dans WisteriaLane ou encore en imitant un duel decowboy entre deux saloons ! Je me senscomme une star de cinema ! Tellement queles gardes sont obligés de me jeter hors de laloge d’Eva Longoria dans laquelle j’avais prismes aises. Un petit passage dans les rues de Beverly Hills s’impose également. Fouler les rues du Prince de Bel Air ainsi que de Brenda, Brandon, Kelly et les autres me fait tout drôle ! Les maisons, comme vous pouvez vous l’imaginer, sont splendides ! Je calcule le nombre d’années que je devraiséconomiser pour pouvoir m’en payer une comme cela… Ne le faites pas, c’estdémoralisant ! Enfin, j’essaie de me rapprocher le plus près de l’enseigne Hollywood, maisles films comme « Friends with benefits » nous mentent ! Il n’est pas possible des’en approcher et encore moins s’asseoir dessus !
  10. 10. Dernier jour. Je me lève déjà remplie de nostalgie de ce voyage qui auraété pour moi un « road trip » comme je les aime, c’est-à-dire voir ce qui a étémontré maintes et maintes fois à la télévision ou au cinéma, marcher dans lespas d’illustres stars mais également voir des paysages et des lieux qu’il n’est paspossible de voir ailleurs. Je peux à présent re-re-re-re(…)-re-regarder mes nombreuses sériesfétiches en compagnie de mon chéri en lui rabattant les oreilles avec des « j’aiété là », « et là aussi », « j’ai vu ça » comme je l’avais fait pendant 6 mois à lasuite de mon voyage à New-york ! Je pense qu’il me maudit déjà !

×