Le commerce équitable                                                                       dossier préparé par le groupe ...
Le commerce équitable en questions    •   Quest ce que le commerce équitable ?    •   Quelle est lhistoire du commerce équ...
En Savoir plus…Sites Internet de référencePlate-forme du commerce équitable : www.commercequitable.orgAssociation Max Have...
Label d’épargne solidaire : www.globenet.org/finansolComité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) : ww...
Extraits de sites InternetCommercequitable.orgQue se passe-t-il sur notre planète ?" 56 % de la population mondiale vit ac...
Commercequitable.comExtrait de la charte du siteRéintégrer lhomme au centre de léconomie, telle est la démarche du commerc...
3.   Le développement de l’éco-tourisme équitable pour sensibiliser l’opinion public a la conservation des         traditi...
par tous les pays ni par toutes les couches de la population mondiale (déséquilibres Nord-Sud - pays exclus de lamondialis...
En France, création dune plate-forme française de commerce équitable.Cette plate-forme, crée à linitiative de Max Havelaar...
Les produits du commerce équitable : 2500 produits à un prix justeLe prix appelé juste couvre le coût de production y comp...
MaxHavelaarFrance.orgCréée en Hollande en 1988, lassociation de commerce équitable Max Havelaar est désormais implantée da...
Des petits producteurs hors jeuDans les pays du Sud, les petits producteurs de café sont soumis à une totale dépendance à ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Coméquitable

589 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
589
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
11
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Coméquitable

  1. 1. Le commerce équitable dossier préparé par le groupe CCFD de Viroflay décembre 2002Quand le Commerce devient équitableDepuis une trentaine d’années, une poignée d’associations, de magasins, d’entreprises se sont lancé un défigigantesque : prouver qu’une façon différente de faire du commerce est possible, respectueux de tous les participantsaux échanges. Ils ont développé un commerce alternatif qui arrive aujourd’hui à la connaissance du grand public.Ainsi donc, lidée du commerce équitable nest pas nouvelle. En 1964, lors d’une séance de la Conférence des NationsUnies pour le commerce et le développement (CNUCED) à Genève, le slogan "Trade but not Aid" (Du Commerce maispas de lAssistance - Handel statt Hilfe) est lancé. Sous cette formulation lapidaire, un changement complet d’approchedes relations économiques entre les pays riches et les pays pauvres commence à apparaître : le commerce équitable vafaire ses premiers pas.Au cours de la conférence suivante en 1968 à New Delhi, les pays en voie de développement ont à nouveau présentéleurs revendications pour un commerce plus équitable - mais sans succès.Cet échec a stimulé quelques groupes néerlandais à chercher des voies alternatives. En avril 1969 fut ouvert à Breukelenla première "Boutique Tiers Monde". Lobjectif est de vendre des produits artisanaux du Tiers Monde provenantdirectement des producteurs (des artisans). Linitiative connut un franc succès, car deux ans plus tard quelques 120boutiques vendaient des produits du Tiers Monde.En France, c’est l’abbé Pierre qui est à l’origine des premiers échanges équitables avec un pays en voie dedéveloppement. Après la partition de l’Inde, le Bengladesh est créé en 1971. La misère des populations qui s’étale dansles media frappe l’opinion publique. L’abbé Pierre propose alors aux communes de France de soutenir les bengladeshisen les aidant à vendre en France les produits artisanaux qu’ils fabriquent. Un réseau d’échange est mis en place. C’estainsi que la première pierre des magasins Artisans du Monde est posée.Créée en Hollande en 1988, lassociation de commerce équitable Max Havelaar est désormais implantée dans 17 pays,et délivre son label à plusieurs produits de consommation courante. Plusieurs associations ont maintenant décidédadopter le même logo pour harmoniser leur image au plan international.Aujourd’hui, les produits du commerce équitable sont aussi disponibles dans les grands magasins. La France et lesautres pays d’Europe paraissent être à la veille d’un véritable « décollage » du commerce équitable.Commerce éthique ou équitable : ces termes appellent chaque personne à se comporter en citoyen responsable, refusantd’être complice de forme d’échanges dégradantes pour l’homme et la planète, autrement dit à devenir consom’acteur. -1- 20/12/02
  2. 2. Le commerce équitable en questions • Quest ce que le commerce équitable ? • Quelle est lhistoire du commerce équitable ? • Quels sont les critères principaux qui définissent une relation de commerce équitable ? • Y-a-t-il un rapport entre commerce équitable et développement durable ? • Le commerce équitable est-il une alternative viable pour les petits planteurs et les artisans des pays défavorisés ? • Dans quelle mesure le commerce équitable contribue à la protection de lenvironnement ? • Comment les organisations de commerce équitables apportent un support financier aux producteurs ? • Comment les organisations du commerce équitable apportent un soutien technique aux producteurs ? • Un produit équitable, cest quoi ? • Quels sont les produits du commerce équitable : 2500 produits à un prix juste ? • Les produits équitables sont-ils plus chers que les produits traditionnels ? • Qui sont les producteurs ? • Qui sont les consommateurs de produits "équitables" ? • Qui contribue au développement du commerce équitable en Europe et en France ? • Quel est le pouvoir réel du consommateur ? • Y-a-t-il un code de bonne conduite ? • Quelles sont les boutiques et les réseaux de distribution ? • Comment mesurer le commerce équitable en chiffres ? • Pourquoi promouvoir le commerce équitable ? • Comment le commerce équitable sest développé et sest professionnalisé ? • Comment agir pour un commerce plus juste ? • Le commerce équitable est-il un modèle économique alternatif viable ? • La plupart du temps, les produits vendus via le commerce équitable sont de lartisanat... sont-ce des produits vraiment intéressants pour les consommateurs et pour les producteurs ? (intérêt et rentabilité) • Quels types de produits sont disponibles dans la gamme des produits équitables ? • Dans le cas des produits issus de lagriculture, est-ce que la qualité des produits est comparable aux produits que lon trouve dans le commerce ? • Est-ce que tous les produits du commerce équitable sont labellisés ? • Comment peut-on savoir si un produit est réellement "équitable" ?Un regard chrétien sur le commerce équitable ?• Les valeurs sous-tendues par le commerce équitable ( droits de l’Homme, reconnaissance du travail, justice ) sont- elles des valeurs chrétiennes ?• Comment un chrétien peut se situer par rapport au commerce équitable ?• Pourquoi le CCFD ( ONG chrétienne catholique ) soutient le commerce équitable ?• Le commerce équitable n’est-il pas un vœu pieux, une utopie, qui risque même des dérives sectaires ?• Le commerce équitable contribue-t-il vraiment au développement de l’homme ? producteur comme consommateur ?• Le commerce équitable permet-il un réel partage et échange entre les acteurs ?• Peut-on dire que le commerce équitable contribue à la paix dans le Monde ? -2- 20/12/02
  3. 3. En Savoir plus…Sites Internet de référencePlate-forme du commerce équitable : www.commercequitable.orgAssociation Max Havelaar (label de commerce équitable ) : www.maxhavelaarfrance.orgFédération Réseau des Magasins Artisans du Monde : www.artisansdumonde.orgSociété importateur pour Artisans du Monde : www.solidarmonde.frUn site marchand de commerce équitable : www.commercequitable.comUn autre site marchand de commerce équitable : www.commerce-solidaire.comUn autre site marchand de commerce équitable : www.andines.comVoyages d’aventure et d’exploration : www.atalante.frAssociation de consommateurs Consommation Logement et Cadre de Vie : www.clcv.orgRéseau de centres de documentation Tiers-Monde : www.ritimo.orgOrganisation de labellisation internationale : www.fairtrade.net -3- 20/12/02
  4. 4. Label d’épargne solidaire : www.globenet.org/finansolComité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) : www.ccfd.asso.frDes Livres• L’aventure du commerce équitable – Nico Roozen et Frans van der Hoff – Ed. JC Lattès Nico Roozen et Frans van der Hoff sont à lorigine dune des initiatives les plus novatrices du monde économique. Ce livre raconte leur histoire, leur combat et par là même lhistoire du développement du commerce équitable.• Le guide du consommateur responsable – Milène Leroy – Ed. Marabout Pour tous ceux qui veulent savoir ce quest la consommation éthique, responsabilisant le consommateur. Connaissez-vous l’origine de vos achats ? Qui vous dit que votre jean ou vos baskets nont pas été fabriquées par des enfants surexploités ?• Pour un commerce équitable – Ritimo, Solagral – Ed. Mayer• Le Livre de cuisine du commerce équitable – Banziger – Ed. Viridis• Un monde solidaire, comprendre et agir Centre de Recherche et d’Information pour le Développement – Ed. Syros -4- 20/12/02
  5. 5. Extraits de sites InternetCommercequitable.orgQue se passe-t-il sur notre planète ?" 56 % de la population mondiale vit actuellement dans la pauvreté : 1,2 milliard de personnes vivent avec moins de1.05 euros par jour et 2,8 milliards dautres vivent avec 2.1 euros par jour ". Tels sont les chiffres alarmants récemmentpubliés par la Banque Mondiale dans son enquête menée sur une période de 10 ans.La mondialisation financière comme celle de la production ont accru les déséquilibres tant entre pays riches et pauvresquà lintérieur des pays mêmes : le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) le rappelait dans sonrapport de lannée dernière : les 1,3 milliard dhabitants des pays les plus pauvres sont 86 fois moins riches que les NordAméricains. Ce rapport était de 22 il y a 20 ans.Alors que les débats sur la mondialisation occupent de plus en plus de place dans lactualité française, les petitsproducteurs et artisans du Sud restent soumis à une pression sauvage des lois du commerce.Les matières premières, qui font vivre une grande partie des salariés et producteurs du Sud, voient leur cour, sur lemarché mondial, saffaiblir dannée en année. Par exemple : le cours du café a atteint 0.55 euro la livre en octobre 2001alors quil était de 1.69 euro en mars 1998. Pour les producteurs la pression des intermédiaires (multinationales,commanditaires, groupes industriels) est de plus en plus forte : les prix et les conditions dachat sont imposés. Pressiondautant plus écrasante pour les petits producteurs qui nont pas daccès direct au marché mondial.Dans ces conditions, un petit paysan ou artisan ne peut vivre dignement de son travail. Il est couramment obligé detravailler dans des conditions comparables à lesclavage, faire travailler ses enfants, et renier son environnement social,économique, écologique et culturel.Et alors, que faire ?Il existe une autre manière de faire du commerce, une autre manière de consommer. Depuis quelques années, lecommerce équitable simpose comme étant une alternative efficace pour réduire les inégalités et redonner à lhomme saplace dans les échanges commerciaux internationaux.Visant à établir un rapport déchanges satisfaisants pour tous - du producteur au consommateur - le commerce équitableest fondé sur les principes suivants : • assurer une juste rémunération du travail des producteurs et artisans les plus défavorisés, leur permettant de satisfaire leurs besoins élémentaires : santé, éducation, logement, protection sociale • garantir le respect des droits fondamentaux des personnes (refus de lexploitation des enfants, de lesclavage... ) • instaurer des relations durables entre partenaires économiques • favoriser la préservation de lenvironnement • proposer aux consommateurs des produits de qualité.Quelle est la valeur de nos achats ?Octobre 2000 : 9 % des français ont entendu parlé du commerce équitable, en septembre 2001, ils sont 24% (sondagesIpsos). Ce bond spectaculaire sexplique par un relais soutenu des media, un travail permanent des associations et dunecertaine réflexion sur les valeurs citoyennes en France. Les Français prennent conscience de la nécessité de payer unprix juste pour rétablir léquilibre entre le Nord et le Sud.Le développement du Commerce Equitable se traduit par une augmentation du nombre de boutiques ainsi que desvolumes de produits vendus en grande surface. En France, la quantité de boutiques spécialisées et la consommation decafé labellisé Max Havelaar ont doublé en 5 ans pour atteindre aujourdhui le nombre de 120 boutiques et 1000 tonnesde café. Ces variations sont impressionnantes mais les chiffres restent encore inférieurs comparés à ceux de nos voisinseuropéens.Le consommateur français est donc de plus en plus sensible aux problèmes de lenvironnement et aux conditions deproduction dans les pays en développement et choisit de plus en plus cette alternative au commerce mondial dit"traditionnel". Les produits se diversifient et sont de plus en plus accessibles, au plus grand plaisir de ces nouveauxconsomacteurs. -5- 20/12/02
  6. 6. Commercequitable.comExtrait de la charte du siteRéintégrer lhomme au centre de léconomie, telle est la démarche du commerce équitable.Face à la pression du commerce mondial, il apparaît comme une réponse adaptée - en effet : • "56% de la population mondiale vit actuellement dans la pauvreté : 1,2 milliards de personnes vivent avec moins de 1 dollar par jour et 2,8 milliards supplémentaires vivent avec 2 dollars par jour". tels sont les chiffres alarmants récemment publiés par la Banque Mondiale dans son enquête menée sur une période de dix ans. • La mondialisation financière comme celle de la production ont accru les déséquilibres tant entre pays riches et pauvres quà lintérieur des pays mêmes : le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) le rappelait dans son dernier rapport de cette année : les 1,3 milliards dhabitants des pays les plus pauvres sont 86 fois moins riches que les Américains. Ce rapport était de 22 il y a 20 ans. • Au Sud, les salariés comme les petits producteurs ou artisans indépendants sont soumis à une concurrence désormais mondialisée. Le développement des "zones franches" (zones où sont supprimés impôts et droits du travail), accentuent le nivellement par le bas. • Les matières premières, qui font vivre une grande partie des salariés et producteurs du Sud, voient leurs cours sur le marché mondial saffaiblir dannées en années. Pour les producteurs, la pression des intermédiaires (multinationales, commanditaires, groupes industriels, ...) se fait de plus en plus forte : les prix, les conditions dachat sont imposées. Pression dautant plus fortes pour les petits producteurs qui nont pas daccès direct au marché mondial.Dans ce contexte, ces derniers fabriquent des biens dans des conditions de travail souvent inhumaines, voiredesclavage. Les conséquences sont également catastrophiques pour leur environnement social, économique, écologiqueet culturel.Pour réintégrer lHomme au centre de léconomie et lutter ainsi contre la pauvreté, le commerce équitable est aujourdhuiune alternative crédible.Visant à établir un rapport déchanges satisfaisants pour tous - du producteur au consommateur -, le commerce équitableest fondé sur des principes déquité, de partage et de solidarité planétaire.Notre objectif central : sensibiliser le consommateur et donner ainsi au commerce équitable une dimension plus grandeet plus forte !En tant que consomacteurs, cest vous qui avez le pouvoir de faire avancer les choses ! Alors agissons ensemble pourque la planète que nous laisserons à nos enfants soit une Planète où règnent des valeurs dhumanité et de bien-êtrepartagés !Le projet commercequitable.com s’articule autour de 3 axes principaux : 1. La mise en place de nouveaux projets de commerce équitable (Développement Durable) comme alternatives à la destruction des économies locales des pays du Tiers-Monde • Ingénierie de projets, accompagnement et suivi • Développement de gammes de produits écologiquement et socialement viables • Mise en place de transferts de compétences, formation, échanges inter-projets • Evaluation des dispositifs mis en place / certification de nouvelles filières 2. La sensibilisation des acteurs économiques et du grand public aux enjeux et aux vertus du commerce équitable et du Développement Durable • Information et sensibilisation • Création de réseaux, partenariats, synergies • Création d’un pôle ressource sur les méthodologies de projets et la formation des acteurs • Création de supports de communication • Evénementiel, médias -6- 20/12/02
  7. 7. 3. Le développement de l’éco-tourisme équitable pour sensibiliser l’opinion public a la conservation des traditions et des écosystèmes naturels • Organisation de voyages d’immersion chez les producteurs • Mise en place de circuits d’éco-tourisme • Echanges inter-culturels • Sensibilisation sur les répercutions sociales et écologiques des activités mises en place • Création d’activités participatives pour valoriser et préserver la Nature • Actions de sensibilisation et d’informationLe stade de développement actuel de commercequitable.comA l’heure actuelle, le projet commercequitable.com est en pleine phase de développement et d’expansion.L’équipe est en train de se structurer et se renforcer (6 personnes actuellement). De nouveaux associés (acteurs del’économie solidaire en France : 3 Cigale, Garrigues, Rodolphe Cotelle) viennent d’entrer dans le capital qui est ainsipassé à 165 000 francs. La société possède actuellement 250 000 francs de stocks achetés aux petits producteurs qu’ellesoutient, Notre bureau vient de s’agrandir (35 mètres carrés) pour accueillir une petite plate-forme logistique.Les investissements globaux (stocks, matériel, démarches administratives, publicité...) se montent à 350 000 francs.L’activité commerciale a démarré en décembre 2001 (il y a 18 mois) et s’améliore de jours en jours...doucement, étapepar étape, l’activité prend de l’ampleur...grâce à vous.Sur Internet, l’activité commerciale est encore lente...mais prometteuse ! Afin de donner un véritable envol à sonactivité, l’équipe de commercequitable.com a choisi de diversifier sa stratégie vers d’autres canaux de distributionnotamment les salons (Marjolaine, Vivre Autrement, Médecines Douces etc. ...) et la vente directe - organisation deréunions sur le commerce équitable chez les particuliers (*).Dès que l’activité prendra un rythme « de croisière », nous envisageons de monter avec certains de nos partenaires uneboutique sur Paris...mais pour cela, il faut être patient...et grandir pas à pas !(*) Ces réunions sont organisées de façon suivante :L’équipe de commercequitable.com rencontrent les futures animateurs et vous fait une présentation de qui noussommes, de notre activité, de notre démarche, de nos produits... Un reportage vous est présenté sur vidéo pour vousmontrer notre travail de terrain puis la réunion se termine par un débat et une rencontre avec nos produits pour ceux quiauront été séduits…Si vous êtes intéressés et que vous avez des amis qui comme vous sont sensibles au commerce équitable, n’hésitez pas ànous contacter, nous nous ferons un plaisir de vous rencontrer.Actuellement, nous donnons la priorité aux axes suivants : • La mise en place de partenariat avec les entreprises qui souhaitent simpliquer dans des projets de commerce équitable et de développement durable (partenariat acquis avec EDF - projets en discussion avec HP Invent, La Vie Claire, WWF France, Serono Suisse, Union des Banques Suisses, Solvay France). • L’organisation de réunions chez les particuliers (un plan de formation est en cours de réalisation pour les animateurs de ces réunions - il devrait être effectif à la rentrée vers fin septembre) • La participation à des Salons • L’organisation d’événements autour du commerce équitable (conférences, actions ponctuelles...) • La création de partenariats avec des enseignes proches de la notre (affiliations, fédération, synergies...) • Le développement de nouveaux projets de commerce équitable pour étendre notre gamme et soutenir de nouveaux producteurs.Quest ce que le commerce équitable ?Un commerce social dont le but nest pas la recherche du profit maximal mais laide au développement.Le commerce équitable, apparu dans les années 1960-pour plus de détails voir le paragraphe: Lhistoire du commerceéquitable- sur linitiative dorganisations non gouvernementales en Angleterre et aux Pays Bas, a pour principe daiderdes coopératives dartisans dans les pays en développement à se développer de manière durable.Pour cela, il garantit à ces petites coopératives de bénéficier dun prix juste pour leur travail afin de leur permettre demieux répondre à leurs besoins fondamentaux (santé, éducation, logement) et dinvestir dans le développement de leurscommunautés.La notion de commerce équitable est apparue et sest progressivement précisée dans les pays occidentaux qui ont prisconscience que les bénéfices de la croissance des échanges et du commerce nétaient pas partagés de manière équitable -7- 20/12/02
  8. 8. par tous les pays ni par toutes les couches de la population mondiale (déséquilibres Nord-Sud - pays exclus de lamondialisation et des échanges...).Le commerce équitable entend intervenir comme un "complément" au commerce international traditionnel. Il vise àfavoriser les producteurs et les communautés marginalisées des pays moins développés en contribuant à undéveloppement durable par lamélioration des conditions des échanges.Le système du commerce équitable nobéit pas, en effet, aux règles du marché classique. "Il garantit aux producteurs uncontrat à long terme et la fixation dun prix minimum pour éviter la fluctuation des cours" explique Victor Ferreira ledirecteur de lassociation Max Havelaar (pionniers du commerce équitable en Europe.). La vente se fait sansintermédiaires et la production est en partie pré financée pour éviter le recours à des crédits exorbitants. En contrepartie,le producteur sengage à fournir un produit de qualité, à respecter les normes sociales établies par lOrganisationinternationale du Travail et à consacrer une partie du produit de la vente à des projets de développement (éducation,amélioration des conditions de vie, mise en place de projets de développement...).Afin de parvenir à mettre en place de tels projets de développement "éthiques" durables, un certain nombre de règles ontété définies dans la relation commerciale avec ces coopératives dartisans.LHistoire du commerce équitableLidée du commerce équitable nest pas nouvelle. Lors de la Conférence des Nations Unies pour le commerce et ledéveloppement (CNUCED) en 1964 à Genève, le principe "Trade but not Aid" (Du Commerce mais pas de lAide -Handel statt Hilfe) fut lancé. Au cours de la conférence suivante en 1968 à New Delhi, les pays en voie dedéveloppement ont à nouveau présenté leurs revendications pour un commerce plus équitable - mais sans succès.Cet échec a stimulé quelques groupes néerlandais à chercher des voies alternatives. En avril 1969 fut ouvert à Breukelenla première "Boutique Tiers Monde". Lobjectif est de vendre des produits artisanaux du Tiers Monde provenantdirectement des producteurs (des artisans). Linitiative connut un franc succès, car deux ans plus tard quelques 120boutiques vendaient des produits du Tiers Monde.Le véritable démarrage du commerce équitable remonte à 1973, quand fut introduit le café indio "indioSolidaritätskaffee" fourni directement par des coopératives du Guatemala. Le commerce équitable connut undéveloppement encourageant avec le café, dont le chiffre daffaires a rapidement dépassé celui des articles artisanaux.De manière générale, on peut observer une évolution des objectifs des Boutiques Tiers Monde. A lorigine, celles-ciétaient plutôt des centres daction de sensibilisation à la problématique du Tiers Monde que des agences commerciales.Au cours des années 80, les activités de commercialisation ont gagné en importance et elles ont pris une placeéquivalente à celle de linformation. La qualité des produits sest sensiblement améliorée et la palette des produits sestélargie. En outre, un véritable professionnalisme commercial a vu le jour dans certains magasins et lon a assisté auxpremières percées dans les centres commerciaux.En 1988, un label "Fair Trade" sous le nom de "Max Havelaar" est attribué pour la première fois à un café. MaxHavelaar est un personnage clé dans lhistoire des Pays Bas : héros dun roman du même nom écrit par Multatuli auXIXe siècle, il symbolise la révolte dun citoyen contre linjustice du système colonial de lépoque en Indonésie.1998 : les produits "équitables" entrent dans la grande distribution grâce au premier "label" de commerce équitable.Jusquà la fin des années 80, les acteurs du commerce équitable étaient des magasins importateurs ou des centralesdimportation.En 1988, ce premier "label" de commerce équitable amorce une toute nouvelle approche du commerce équitable. Par lacréation dun label, Max Havelaar avait pour objectif de sortir du circuit alternatif pour entrer dans la grandedistribution. En quelques mois, les ventes de café équitable atteignent aux Pays Bas 2% des ventes totales de café.Dautres pays sengagent dans cette voie : soit en utilisant le label Max Havelaar, soit en créant leur propre label :Transfair et Fairtrade.Parallèlement, de nouveaux produits alimentaires (thé, sucre, cacao et chocolat, miel et bananes) bénéficient des labelsdu commerce équitable.En 1997, les acteurs du commerce équitable se regroupent : Cest la création de FLO qui coordonne les 3 labels decommerce équitable.Les trois organisations proposant des labels de commerce équitable (Max Havelaar, Transfair et Fairtrade) se réunissentau sein dune structure unique : FLO International (Fair Trade Labelling Organisation), afin de coordonner leurs actions. -8- 20/12/02
  9. 9. En France, création dune plate-forme française de commerce équitable.Cette plate-forme, crée à linitiative de Max Havelaar France, regroupe les principaux acteurs du commerce équitable :Agir Ici, Andines, ASPAL, Artisans du Monde, Artisanat SEL, CCFD, ECHOPPE, ISF, Max Havelaar, ISTOM.....Ce collectif vise à promouvoir le commerce équitable auprès de lopinion publique française.En 1998, 1999 et 2000, dautres organisations rejoignent la plate forme (Alter Eco, Boutic Ethic).Un produit équitable, cest quoi ?Pour lAssociation Max Havelaar France, quatre critères de base donnent un caractère "équitable" aux produits : 1. Le nombre dintermédiaires doit être limité. Les produits sont achetés le plus directement possible à des petits producteurs organisés sur une base collective, par exemple des coopératives villageoises. Cela permet aux producteurs déviter la pression des intermédiaires. 2. Le prix dachat doit être "juste" . Il doit permettre au producteur datteindre un niveau de vie décent. Il se compose le plus souvent : • dun prix minimum garanti (qui ne varie pas en fonction de loffre et de la demande - de la variation des cours de la bourse ou dune pression liée à des pratiques locales (par exemple, des artisans obligés de vendre leurs produits à très petits prix sils veulent garder le "marché" offert par lintermédiaire...) • dun montant de solidarité supplémentaire qui peut éventuellement sy ajouter. Ce prix équitable est toujours plus élevé que celui du marché (lorsquil en existe un), et cela quel que soient les fluctuations des cours. 3. La production peut être pré financée. Les producteurs peuvent bénéficier, sils le demandent, dun préfinancement partiel de la production alimentaire ou artisanale, ce qui leur évite de devoir sendetter auprès dusuriers. 4. Les relations contractuelles doivent être durables. Des relations contractuelles de long terme lient les partenaires du Nord et du Sud. Pour le café que promeut le Label MAX HAVELAAR, les importateurs sont invités à sengager pour un an minimum, renouvelable.Pour résumer, un prix équitable est, daprès nous, un prix acceptable à la fois par lacheteur et le vendeur et qui permetau producteur de bénéficier des avantages suivants : • un accès au marché • une rémunération du travail qui soit juste et qui permette un développement durable des producteurs, de leurs familles et de leurs communautés • une relation commerciale qui valorise les producteurs et promeut le respect mutuel • une amélioration des conditions de travail • des avances de paiement lorsque nécessaireEst-ce que tous les produits du commerce équitable sont labellisés ?Malgré que la labellisation des produits soit un secteur en forte expansion, tous les produits ne sont pas encore labellisés: les initiatives se multiplient notamment avec Fair Trade, Transfair, Max Havelaar....afin quune charte éthiqueréellement appliquée et contrôlée permette lappellation d"équitable" aux produits.Comment peut-on savoir si un produit est réellement "équitable" ?Les organisations du commerce équitable encouragent le consommateur à aller vers des boutiques, des catalogues, dessites Internet bien identifiés par la profession. Ces "enseignes" passent par un dispositif de contrôle qui garantit que leurproduit sont effectivement issus du commerce équitable (lappartenance à une plate-forme ou à une fédération est ungage de crédibilité certain : ex la Plate-forme du Commerce équitable, lEFTA, la Fair Trade Federation...). -9- 20/12/02
  10. 10. Les produits du commerce équitable : 2500 produits à un prix justeLe prix appelé juste couvre le coût de production y compris le coût social et environnemental.Il doit assurer aux producteurs un niveau de vie décent et une marge destinée aux investissements. Dans le cas dedenrées primaires telles que le café, le cacao dont les cours sont fixés sur des bourses internationales, le mouvement ducommerce équitable paie le prix international plus une marge supplémentaire.Le versement dun prix juste aux producteurs nimplique pas nécessairement que les consommateurs vont payer pluscher. Environ la moitié des prix des produits relevant des échanges équitables est supérieure à ceux du marché, lautremoitié étant inférieure ou égale aux prix communément pratiqués.Nombreux sont en réalité des produits extrêmement compétitifs, comme cest le cas des bananes portant le label"commerce équitable" et vendues depuis peu aux Pays Bas et en Suisse. Cest labsence dintermédiaires dans la chaînede distribution couplée à la précieuse contribution des volontaires du mouvement qui explique ce genre de performance.Autre bienfait du commerce équitable : une minorité croissante de consommateurs refuse de payer des prix qui obligentles producteurs à vivre dans des conditions dégradantes.De récentes études ont effectivement montré que les Européens font des choix de plus en plus éclairés et quils sontdisposés à payer plus cher si le produit respecte des critères importants à leurs yeux. Au Royaume Uni par exemple,86% des consommateurs interrogés ont déclaré connaître les produits portant le label du commerce équitable et 68% ontaffirmé quils étaient prêts à payer davantage.Ces chiffres atteignent respectivement 84% et 64% en Suède et les deux tiers environ de la population interrogée pource qui est des Pays Bas et de la Belgique.Aujourdhui, quelques 2500 produits, le plus souvent de qualité supérieure, constituent la gamme des produits"équitables". On y trouve du chocolat avec une teneur particulièrement élevée en cacao et du chocolat garanti sans sojagénétiquement modifié ; du café qui concurrence les meilleures qualités proposées sur les marchés ordinaires ; unéventail de plus en plus large de produits biologiques et des textiles imprimés avec des teintures végétales plutôt quechimiques.Lors du démarrage du mouvement, les produits proposés étaient pratiquement tous artisanaux.Cest toujours le cas des bijoux, articles ménagers, jouets, objets dart, cadeaux et, depuis peu, des vêtements quecomprend le panel. Ces produits artisanaux revêtent une valeur pratique et culturelle immense , reflétant la diversité desmatériaux et des talents dont disposent les fabricants.Ouvrant la voie au thé, au cacao, au chocolat, au sucre, au vin, aux jus de fruits, aux noix, aux épices, au riz et à dautrescéréales, le café a été introduit en 1973 dans le commerce équitable et en est rapidement devenu lun des piliers. Lesproduits alimentaires représentent en moyenne 60% du chiffre daffaires au détail du commerce équitable - dont lesventes de café assurent la moitié en terme de valeur.On assiste aujourdhui à une véritable professionnalisation du commerce équitable : contrôle de la qualité, techniques demarketing et communication, nouveaux réseaux de distribution. Cest dans un souci defficacité que le commerceéquitable sapproprie les outils du secteur privé traditionnel.Les campagnes de sensibilisation se multiplient. La gamme des produits artisanaux sétend. Il en est de même desproduits alimentaires : viennent sajouter au café, le cacao, le miel, le sucre, les bananes.... - 10 - 20/12/02
  11. 11. MaxHavelaarFrance.orgCréée en Hollande en 1988, lassociation de commerce équitable Max Havelaar est désormais implantée dans 17 pays,et délivre son label à plusieurs produits de consommation courante. Aujourdhui les 17 associations ont décidé dadopterle même logo pour harmoniser leur image au plan international.En France, les consommacteurs achètent du café " Max Haavelar ", en Allemagne du thé " Transfair ", en Suède dumiel "Rättvisemärkt ", en Angleterre du jus dorange " Fair Trade ", et en Finlande des bananes " Reilon KaupanEdistämisthdistys ". Avec cinq noms différents pour un même label, ladoption dun logo unique était devenueindispensable pour assurer la cohérence des 17 associations nationales qui composent la structure Max Havelaar."Ce changement de logo est un enjeu énorme, explique Victor Ferreira, responsable de Max Havelaar France. Noustravaillons depuis trois ans sur le sujet avec Fair Trade Labelling Organization, lassociation qui fédère les 17 pays.Tout le monde a accepté lidée dadopter un logo commun, mais il a fallu ensuite se mettre daccord sur le choix dulogo, et prévoir une période de transition entre le nouveau et lancien ". Après plusieurs mois de recherches, lesassociations se sont mis daccord sur ce nouveau logo, créé par un cabinet anglais, Interbrand. Une campagne decommunication est prévue au mois doctobre 2002 en France pour son lancement, et pour sensibiliser à nouveau lesconsommateurs aux produits Max Havelaar. Cette campagne sappuiera sur différents supports : un spot publicitaire, despartenariats avec la presse nationale et locale, des animations dans les grandes surfaces, etc. " Il faut toucher lapopulation sur le terrain, dans les magasins, les lieux où elle consomme, explique Victor Feirrera. Après avoir informéles consommateurs sur ce quest le commerce équitable, il faut communiquer sur la qualité de nos produits, carpersonne nachètera un produit sil nest pas bon, sous prétexte que cest un geste pour le Tiers Monde ".Produits équitables • Les cafés labellisées Max Havelaar sont disponibles dans les magasins : Atac, Auchan, Carrefour, Casino, Cora, Leclerc, Match, Monoprix, dans les boutiques spécialisées et magasins bio (Artisans du monde, Biocoop, Naturalia...), par correspondance : Artisanat SEL (02 38 89 21 00), Eole (02 41 68 22 84). • Les thés labellisés Max Havelaar sont disponibles dans les magasins : Monoprix, dans les boutiques spécialisées et magasins bio (Artisans du monde, Biocoop, Naturalia...), par correspondance : Artisanat SEL (02 38 89 21 00), Eole (02 41 68 22 84). • Les bananes labellisés Max Havelaar sont disponibles dans les magasins : Monoprix, dans les boutiques Artisans du monde et Biocoop. • Nouveauté : Jus dorange, chocolat et riz disponibles dans les magasins MonoprixCommerce équitable« Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi quà sa famille uneexistence conforme à la dignité humaine ». Déclaration universelle des droits de lHomme, 1948.1,3 milliards de personnes vivent en-dessous du seuil de pauvreté, les 20% dindividus les plus pauvres se partagent1,1% du revenu mondial. Rapport Mondial sur le Développement Humain 1999, PNUD.Ces deux dernières décennies, les échanges commerciaux internationaux se sont multipliés aux dépens des pays du Sud,creusant les inégalités entre les hommes et menaçant toujours plus des écosystèmes déjà fragilisés.Il est aujourdhui manifeste que le développement économique na pas permis une plus grande équité entre les êtreshumains. Bien au contraire, les disparités économiques et sociales ne cessent de saccroître et une part non négligeablede la pauvreté dans le monde senracine dans les fondements même du commerce mondial.Quelques chiffres...Le volume du commerce mondial est aujourdhui 14 fois supérieur à ce quil était en 1950. Dans le même temps, laplanète a perdu environ 30% de ses richesses naturelles. En 1980, les 1,3 milliards dhabitants des pays pauvres étaient22 fois moins riches que la population américaine. Aujourdhui, ils le sont 86 fois moins.Cest pour bousculer cette logique que diverses organisations et associations se sont constituées en plate-forme dans lebut de promouvoir un commerce "équitable" : un système déchanges entre le Nord et Sud respectueux des Droits delHomme et de lenvironnement. - 11 - 20/12/02
  12. 12. Des petits producteurs hors jeuDans les pays du Sud, les petits producteurs de café sont soumis à une totale dépendance à légard dacheteurs etdintermédiaires eux-mêmes sans emprise sur les cours mondiaux, ce qui entraîne pour les premiers, un endettementfréquent, une absence de fonds propres et des revenus de misère. De plus ils sont à la merci du moindre accidentclimatique (inondation, sécheresse), biologique (maladie des plantes ou des hommes), économique (mévente desproduits, fluctuation à la baisse) ou politique (guerre civile). Esclaves de conditions de vie très précaires, les petitsproducteurs sont souvent contraints de se tourner vers des cultures plus rentables (comme la coca en Bolivie et auPérou) ou se sexiler vers les bidonvilles.Il faudrait une vie de travail (33 ans) pour acquérir une maison en dur et un hectare de terre dune valeur totale de10000 francs, 300 ans pour acquérir un camion à 100 000 francs et... 3 000 ans pour acquérir un équipement complet demoto-mécanisation dune valeur de 1 million de francs, comparable à celui dun agriculteur européen ou américain.Vers un commerce plus justeLe progrès, le changement proposé par le commerce équitable passe non par la charité, ni une aide financière mais parune organisation différente. Celle-ci doit permettre aux petits producteurs de vendre le produit de leur travail à un prixdécent qui leur offre la possibilité dinvestir et daméliorer leurs conditions de vie.Principes fondamentaux du commerce équitable : • refuser lesclavage, le travail forcé et lexploitation des enfants • travailler avec les producteurs les plus défavorisés • garantir un prix dachat minimum satisfaisant les besoins élémentaires (santé, protection sociale, formation...) • entretenir des relations durables pour permettre une dynamique de développement • favoriser des production respectant lenvironnement • assurer une transparence de fonctionnement et une traçabilité exemplaire par des contrôles permanents.Des engagements réciproques :Le contrat signé entre les organisations de commerce équitable et les petits producteurs permet de fixer leursengagements réciproques. Les organisations garantissent les principes du commerce équitable, tandis que les petitsproducteurs sengagent sur la qualité des produits et les délais de livraison.En créant un label de commerce équitable, lassociation Max Havelaar accorde une reconnaissance à un systèmedéchanges satisfaisant pour tous, du producteur au consommateur. " Equitable ", en un mot. - Fin du dossier - - 12 - 20/12/02

×