Modélisation & restitution monumental de banasa

638 vues

Publié le

ce projet présent la modélisation et restitution monumentale 3D du site Archéologique de BANASA en tant moyen de valorisation de ce site à l'aide de différentes techniques: Sketch UP pour le 3d et GIMP pour les carte interactives. aussi vous trouvez une large étude archéologique sur ce site romaine de BANASA.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
638
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Modélisation & restitution monumental de banasa

  1. 1. UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDELLAHECOLE NATIONALLE DES SCIENCES APPLIQUEESSOUTENANCE DU PROJET DE FIN D’ETUDESPour l’obtention du Diplôme de Master Spécialisé :Sciences de la Préservation du Patrimoine Culturel au MarocModélisation-Restitution monumentale, cas du site de BANASA.Présentépar:Mr : Rédwane AàouineMembresde Jury :Mr .Rachid BenslimanMr. Rachid ArharbiMr. Abdelouahed Ben-Ncer
  2. 2. Si tous les chemins mènent à Rome, toutes lesreprésentations du monde romain ne doivent pas nécessairementemprunter le même chemin...!!! Patrimoine Site BANASA Modélisation Restitution
  3. 3. un patrimoine est aujourd’hui parcellaire etcomplexe. Il est en effet riche de ses nombreusesoccupations au cours du temps mais a aussi subi lesvicissitudes de l’histoire.Il faut donc donner au public les clés de laconnaissance de ce patrimoine afin qu’il puisse mieux lecomprendre et se l’approprier.
  4. 4. L’accès à l’information relative à un édifice dupatrimoine est une clef pour sa conservation et savalorisation, notamment dans le cadre de la conceptiond’outils permettant d’adapter la visite, réelle ou virtuelle,pour tous les publics.
  5. 5. Ce projet, vise à structurer de manière cohérenteles informations iconiques en les associant à uneergonomie de consultation simple et ludique, ainsi oncherche à permettre au grand public d’accéder et decontribuer à l’histoire imagée du Site.
  6. 6. Présentation du siteArchitecture Romaine du siteCartographie Interactive.La modélisation 3D.Géo-modélisation.La réalité virtuelle.
  7. 7.
  8. 8. L’identification des ruines qui entourent le marabout deSIDI ALI BOU JENOUN avec la cité antique de BANASA est établien 1871 par CH. TISSOT et confirmée par H. DE LA MARTINIEREen 1888.Entre 1933 et 1955, les fouilles dirigées par R.THOUVENOT assisté d’A. LUQUET ont dégagé les vestiges de laville d’époque impériale.
  9. 9.
  10. 10. céramique d’époque Almohade
  11. 11. Céramiques maurétanienAmphore Mana BTonneletTonnelet à col mouluréCrucheVase BANASA
  12. 12. C’est le cœur vivant de la cityromaine, du fait qu’il se composeessentiellement : d’un Basilique, un forum etun Capitole ; qui sont le centre d’intérêt de lavie quotidienne du citoyen romain
  13. 13.
  14. 14. Une maison romaine (domus en latin, ce qui seprononce "domousse") peut être aussi bien une maisontraditionnelle et familiale appelée villa quun type dimmeuble àétages, appelé insula, réservé au centre des grandes cités.
  15. 15. Maison romaine traditionnelleMaison romaine à péristyle
  16. 16.
  17. 17. La modélisation tridimensionnelle est létape en infographietridimensionnelle qui consiste à créer, dans un logiciel demodélisation 3D, un objet en trois dimensions, par ajout, soustractionet modifications de ses constituants.
  18. 18. Le modèle 3D permet d’avoir sous les yeux une multituded’informations structurées et de mettre en évidence leurs liens : Un moyen fort pour l’archivage. La restitution hypothétique. La manipulation et l’analyse des informations archéologiques. La modélisation, appelée également « réalité virtuelle », émergeprogressivement dans le domaine archéologique.
  19. 19. Les primitives .Lextrusion .Les enveloppes.Les opérations booléennes.Les effets spéciaux .
  20. 20. 1)- Création d’un fichier Sketch up pour la géo-modélisation.2)- Géolocalisation de notre modèle.
  21. 21. 3)- Repositionnement des principaux axes de dessin.4)- Traçage de l’empreinte de notre bâtiment.5)- Subdivision de notre empreinte pour différentes hauteurs de toit.
  22. 22.  6)- Extrusion de notre empreinte jusqu’à la hauteur correcte du bâtiment.
  23. 23.  7)- Application de textures. 8)- Géo-modélisation des toits.
  24. 24. 9)- ajustement de la position de notre bâtiment sur le relief.10)- prévisualisation de notre bâtiment dans Google Earth.11)- importation de notre modèle géo-positionnée dans GoogleBanque d’images 3d.
  25. 25. Modélisation 3D du plan architectural duquartier sud-ouest, maison de Venusles bases des bustes dans la restitution du centremonumental de BANASAVue de 2 articles en3D provenant de larestitution du centremonumental deBANASA
  26. 26. Depuis l’apparition de la technologie de la réalité virtuelle,les chercheurs se sont intéressés particulièrement à l’interaction 3Dqui peut être considérée comme la composante motrice de toutsystème interactif. En effet, l’interaction donne une meilleuresensation d’immersion et un sentiment d’être réellement dansl’univers virtuel. Qui sera un facteur majeur dans la valorisation dupatrimoine culturel.
  27. 27. L’utilisation des technologies numériques permet deconcevoir des approches novatrices, dans le but d’enrichir l’offreculturelle de visite ; C’est à cette demande, la modélisationnumérique est à la base de la plupart des dispositifs multimédia devisite , qui contribueront à la valorisation par leurs capacité àdonner à voir, à revoir et donc à comprendre ; par le plus grandnombre l’objet étudié sur des supports variés allant de l’image fixeà l’image animée diffusée sur cédérom « CD » ou sur des dispositifsmuséographiques immersifs ou encore en ligne sur le réseauInternet par une plateforme structurée et dynamique.
  28. 28. C’est donc face à ces constats que de nombreuses perspectivess’ouvrent à ce projet de valorisation numérique : La création d’une équipe de travail constituée d’archéologues (pourl’analyse et le découpage des données), de professionnels de la diffusionnumérique, et de graphistes (pour le rendu visuel du modèle). La mise en place d’une base de données générale et applicable à d’autressites archéologiques La reconstitution 3D des autres monuments du site tel qu’il fut avant sadestruction. La mise à jour continue du modèle 3D par des campagnes d’acquisitionrégulières L’intégration de l’ensemble des données d’archives 2D du site (plans,récits, photos, etc.).

×