Pi viñafrancespara pdf

396 vues

Publié le

PRESENTACIÓN PARA EL MASTER

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
396
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
12
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pi viñafrancespara pdf

  1. 1. Protection de la vigne Rafael Laborda Cenjor, rlaborda@eaf.upv.es Dpto. Ecosistemas Agroforestales Universidad Politécnica de Valencia
  2. 2.  protection des végétaux La protection des végétaux (ou "protection des plantes") comprend lensemble des mesures qui contribuent à protéger les plantes cultivées et autres produits récoltés destinés à la consommation humaine contre les dégâts occasionnés par dautres organismes, et ainsi à éviter les pertes. O 2 CO 2 AZUCAR H2O
  3. 3.  La notion de "maladies et ravageurs" comprend tous les organismes qui peuvent occasionner des pertes de récolte
  4. 4. simplification des systèmes de productionIntensification de (systèmes lagriculture moins diversifiés) Aggravation des problèmes phytosanitaires connaissance insuffisante des causes des problèmes et des interactions au sein de lagro-écosystème . Mesures prises souvent simplistes et peu durables (Utilisation croissante de pesticides)
  5. 5. Cercle vicieux des pesticides Aggravation des problèmes phytosanitaires Utilisation croissante de pesticides Affaiblissement de les défenses naturelles des agro-écosystèmes nouveaux problèmes phytosanitaires apparition de . résistances nouvelles matières actives
  6. 6. Évolution des moyens de lutte Deuxième guerre mondiale: arrivée des pesticides organiques de synthèse DDT • synthétisé par Otto Zielder en 1874 • propiétés insecticides découvertes en 1939 par Paul Muller • utilisé durants la 2e guerre mondiale pou proteger les soldats vs typhus, malaria, … • rendú accesible au public à la fin de la guerre • largement adopté par la communauté agricoles (produit très efficace, persistant et peu coûteux)
  7. 7. Évolution des moyens de lutteFin des années ’50: Remise en question des pesticides  1962: Publication du livre Silent Spring, de Rachel Carson  Message du livre  Les pesticides représentent una menace important por l’environnement  Ceux-ci devraient être utilisés plus intelligemment Des alternatives plus écologiques existent et leur utilisation devrait être intensifiée
  8. 8. Les pesticidessaccumulent au fil de lachaîne trophiquepour se concentrer dansles derniers maillons decette chaîne ,doù les effets indirectsque peuvent avoir lespesticides surcertains organismes.
  9. 9. Évolution des moyens de lutte Impact du livre Silent Spring Prise de conscience de la problematique des pesticides par l’ensemble de la population  Réajustement des systèmes règlementaires  Nouveau regain d’intérêt pour les alternatives aux pesticides organiques de synthèse  Développement des mouvements écologistes
  10. 10. Évolution des moyens de lutte’60 Apparition du concept de lutte integrée combinaison depesticides avec dautres approche écologique mesures techniques de la gestion de lhabitat
  11. 11. IPM "IPM est une stratégie qui fait appel à tous les moyens acceptables sur les plans économique, écologique et toxicologique pour maintenir les maladies et / ou ravageurs au dessous du seuil économique de tolérance, en faisant appel en priorité aux mécanismes naturels de régulation."
  12. 12. Seuil économique de tolérance
  13. 13. Résistance aux pesticides
  14. 14. Résistance aux pesticides
  15. 15. Résistance aux pesticides
  16. 16. población población tiempotiempo
  17. 17. Situación actual del programa de revisión de s. a. establecida por la Directiva 91/414/CEE 2ª Fase de Evaluación: Organofosforados, Carbamatos y otras s. a. de uso relevante. Organofosforados Insecticidas: 70 s. a.  23 notificadas  47 No defendidas. Carbamatos insecticidas: 22 s. a.  12 notificadas + 10 No defendidas Otras s. a.: Nº sustancias activas Nº s.a. defendidas Nº s.a. a retirarHerbicidas 31 15 16Fungicidas 13 10 3Insecticidas 4 0 4Otros 8 3 5TOTAL 56 28 28 La Comisión UE se espera que conceda de plazo hasta el año 2005 para finalizar la evaluación.
  18. 18.  NOUVELS PRODUITS:  MOINS TOXIQUES  MOINS EFFICACES?
  19. 19. EFICACIA OVICIDA DE FENOXICARB 100 80% EFICACIA 60 40 20 0 -1 0 1 2 3 4 5 6 EDAD DEL HUEVO EN DÍAS
  20. 20. Choix du produit "Le bon produit, à la bonne dose, au bon moment" SYSTÈME
  21. 21. Choix du produit "Le bon produit, à la bonne dose, au bon moment" SYSTÈME
  22. 22. Choix du produit "Le bon produit, à la bonne dose, au bon moment" SYSTÈME
  23. 23. Choix du produit "Le bon produit, à la bonne dose, au bon moment" SYSTÈME
  24. 24. SYSTÈME
  25. 25. Choix du produit Traiter en protégeant la santé de lutilisateur
  26. 26. Choix du produitTraiter en protégeantla santé duconsommateur Les limites maximales de résidus (LMR) de pesticides est la concentration maximale autorisée existant sur et/ou dans une récolte donnée, résultant dune applications de la spécialité considérée selon les principes des bonnes pratiques agricoles fixées lors de lautorisation de mise sur le marché du produit phytosanitaire. Elles sont exprimées en milligrammes de substance par kg de végétaux (mg/kg
  27. 27. Courbe de dissipation 1,6 1,4 1,2 1 0,8 délai dutilisation avant récolte 0,6 LMR 0,4 0,2 0 T+0 T+7 T+14 T+21 T+28 T+42 T+56 BUENA PRÁCTICA AGRÍCOLA
  28. 28. Choix du produit Traiter en préservant lenvironnement
  29. 29. Choix du produit Traiter en préservant lenvironnement
  30. 30. Les points essentiels à respecter Traiter seulement en absence de vent (< 10 km/h) pour éviter les dérives vers lextérieur de la parcelle. Vérifier que des précipitations ne sont pas prévues dans les heures suivant lapplication afin déviter des phénomènes de ruissellement / lixiviation
  31. 31. effets sur lafauneauxiliaire
  32. 32. effets sur lafauneauxiliaire
  33. 33. effets sur lafauneauxiliaire
  34. 34. Le maintien des auxiliaires naturels Importance du choix du produit On choisira un produit qui présentera le moins de risque par rapport à la faune auxiliaire... Chaque fois que possible, une date dintervention où les auxiliaires sont abscents ou faiblement présents.
  35. 35. Le maintien des auxiliaires naturels mites3 Predatory predators4 General Parasites4 bees5 Honey DurationCommon name Chemical Selectivity2 of impact to natural (trade name) class1 (affected groups) enemies6abamectin (Agri-Mek) M moderate (mites, leafminers) H L M/ II long to predatory H mites and affected insectsBacillus thuringiensis M narrow (caterpillars) L L L IV nonebifenazate (Acramite) CE narrow (mites) L L L IV shortcarbaryl (Sevin) dust C broad (insects, mites) L/H H H I longcarbaryl (Sevin) 80S C broad (insects, mites) L/H H H I longcarbofuran (Furadan) C broad (soil organisms) L L L — none soil appl.chlorpyrifos (Lorsban) OP broad (insects, mites) M H H I moderatecryolite (Kryocide) I narrow (foliage chewing insects) L L L IV short to nonediazinon-foliar OP broad (insects, mites) L H H I moderate to longdicofol (Kelthane) CH narrow (pest mites and mites) H M M IV long to beneficial mitesdimethoate OP broad (insects, mites) H H H I long
  36. 36. How to Manage Pests2006 Fungicide Efficacy and Treatment Timing Resistance risk Powdery Downy Bunch rot Phomopsi Eutyp 1 (FRAC#) mildew mildew s a Botrytis SummeFungicide rAbound high (11) ++++ ++++ + — +++ — 2Flint high (11) ++++ +++ ++ ++ ++ —Elite high (3) ++++ — ++ ++ — —JMS Stylet 3 low ++++ — +++ ++ — — oilPristine high (7/11) ++++ ++++ ++++ +++ +++ —Procure high (3) ++++ — — — — —Quintec high (13) ++++ — — — — —Rally high (3) ++++ — — — — —Rubigan high (3) ++++ — — — — —Sovran high (11) ++++ ++++ ++ ++ ++++ —Sulfur low (M2) ++++ — — — — —Topsin-M high (1) ++++ — ++ ++ + ++++ Rating: ++++ = excellent and consistent, +++ = good and reliable, ++ = moderate and variable, + = limited and/or erratic, +/- = minimal and often ineffective, — = ineffective
  37. 37. SYSTÈME
  38. 38. Observations visuelles : les comptages Compter le nombre de ravageurs et/ou dauxiliaires ou évaluer le niveau dinfestation de la maladie Ils permettent de déterminer  si le seuil de nuisibilité est atteint ou non
  39. 39. Pièges pièges pièges à phéromones pièges alimentaireschromatiques (piège sexuel) non sélectifs sélectifs
  40. 40. Lucha biotécnica
  41. 41. Piège sexuel suivre le déroulement du vol Moment optimal Estimer le risque d’intervention
  42. 42. MARZO ABRIL MAYO JUNIO JULIO AGOSTO1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4 1 2 3 4
  43. 43. Observation des stades phénologiquesH = botones florales I1 inicio de floración I2 plena floración (50% de flores abiertas)separados
  44. 44. SYSTÈME
  45. 45.  Répartition optimale des matèries actives a la surface des végétaux, tout en réduisant au maximum les pertes par ruissellement ou par dérive Concentration Volume de bouillie des produits Kg m.a/Ha Teneur en matière active
  46. 46. Vitesse pression Debit de lesd’avancement buses Volume de bouillie Biologie de Surface foliaire l’organisme à protéger Stade Densité de phénologique plantation
  47. 47. l/ha kg/ha F = racimos visibles0,01 % 600 0,06 Cyproconazol G = racimos separados 800 0,08 H = botones florales separados 0,1 1000 I floración 0,12 1200 posfloraux 0,16 1600
  48. 48. Contrôle de la qualité des impacts de la pulvérisationContrôle du débit des buses régler correctement le pulvérisateur
  49. 49. La confusion sexuelleLa confusion sexuelle est une méthode de lutte bio-technique basée sur la perturbation de lacommunication sexuelle entre les partenaires. ? ? ? ?
  50. 50. La confusion sexuelle
  51. 51. Les auxiliaires naturels Quels sont les différents types dauxiliaires? Les prédateurs : ce sont des organismes vivants qui tuent dautres êtres vivants nuisibles pour sen nourrir : oiseaux, insectes (larves de coccinelles, de chrysopes...).
  52. 52. PREDATEURS: CRHYSOPES
  53. 53. PREDATEURS - COCCINELLES
  54. 54. parasitoïdes Les : ce sont des insectes dont les larves se développent aux dépens dun autre insecte qui en mourra
  55. 55. parasitoïdes
  56. 56.  Vecteurs de maladies sur les insectes nuisibles: Bactéries et champignons entomophages
  57. 57. Le maintien des auxiliaires naturels Importance des observations à la parcelleIl est essentiel dobserver régulièrement la culture, ou de réaliser despiégeages, de façon à estimer la pression parasitaire et la densité de lapopulation auxiliaire.La confrontation de ces 2 informations permet à lagriculteur de décider aumieux de ses interventions phytosanitaires
  58. 58. Le maintien des auxiliaires naturelsImportance de limplantation et de lentretien des haies et des bandesenherbéesLes haies peuvent héberger et nourrir les auxiliaires :• refuges naturels pour les oiseaux et insectes utiles• Les fleurs sont essentielles comme sources de nourriture pour denombreux auxiliaires des cultures car ceux-ci consomment du nectar
  59. 59. Le maintien des auxiliaires naturelsImportance des bandes fleuries pour héberger et nourrir les auxiliaires lelong des chemins, autour des parcelles ou entre les serres.- implantation sur 5 à 10% de la surface cultivée. Les bandes doiventavoir au moins 1 mètre de largeur.-semis en avril/mai, 10 à 20 kg/ha sur sol bien préparé.-entretien des bandes fleuries par désherbage mécanique
  60. 60. LenherbementConsiste à installer ou à laisser se développer de façonpermanente ou temporaire, sur la totalité ou sur une partie dela surface (tous les inter-rangs, un rang sur deux, seulementles inter-rangs de roulements…), une couverture végétale. Il permet de : - lutter contre le ruissellement et l’érosion des sols - d’améliorer la portance du sol - d’améliorer la qualité de la vendange.
  61. 61. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 1. Adapter lécosystèmechoix de cultivars tolérants modification entretien des désinfection rotations ou résistants des densités brise-vent des équipements appropriées Ravageurs agents pathogènes cultures mauvaises herbes organismes utiles
  62. 62. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 2. Identifier alliés et ennemis La majorité des organismes vivants sont utiles. identifier et connaître les espèces qui habitent les écosystèmes agricoles hongo 3 hongo 2 insecto 1 ácaro 2 ácaro 1 insecto 3 hongo 1 virusinsecto 2 bacteria adventicia 1 cultivo adventicia 2
  63. 63. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 3. Evaluation du contexte abondance des stade de conditions abondance des organismes utiles développementenvironnementales organismes nuisibles des cultures DÈCISION
  64. 64. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 4. Utiliser des seuils dintervention Traiter ou ne pas traiter - voilà la question
  65. 65. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 5. Combiner les méthodes de lutte mécanique génétique culturalebiologique chimique réduction plus durable et souvent plus efficace des populations dorganismes nuisibles
  66. 66. LA MISE EN PLACE EN SIX ÉTAPES 6. Évaluer les conséquences et lefficacitédes actions utilisation de Registre des diagnostics et des parcelles témoins interventions phytosanitaires gestion intégrée des ennemis des cultures pour lannée suivante
  67. 67. PREVENTION Antagonistes, ennemis naturels.. Resistance des plantes Pratiques agronomiquescompatibilitéperturbation minime insufissants ???de l’ecosystèmseuil de tolérance Biologiques biotechnologiques tactiques génétiques curatives chimiques etc THERAPIE
  68. 68. DÍA x 1,2 x 1,3 x 1,41,00 1,00 1,00 1,00 7 0 0 ,0 02,00 1,20 1,30 1,403,00 1,44 1,69 1,96 x 1 ,2 6 0 0 ,0 04,00 1,73 2,20 2,74 x 1 ,35,00 2,07 2,86 3,84 x 1 ,46,00 2,49 3,71 5,38 5 0 0 ,0 07,00 2,99 4,83 7,53 PULGONES8,00 3,58 6,27 10,54 4 0 0 ,0 09,00 4,30 8,16 14,7610,00 5,16 10,60 20,66 3 0 0 ,0 011,00 6,19 13,79 28,9312,00 7,43 17,92 40,50 2 0 0 ,0 013,00 8,92 23,30 56,6914,00 10,70 30,29 79,3715,00 12,84 39,37 111,12 1 0 0 ,0 016,00 15,41 51,19 155,5717,00 18,49 66,54 217,80 0 ,0 018,00 22,19 86,50 304,91 0 ,0 0 5 ,0 0 1 0 ,0 0 1 5 ,0 0 2 0 ,0 0 2 5 ,0 019,00 26,62 112,46 426,88 D ÍAS20,00 31,95 146,19 597,63

×