desSenteurscour
Si le Château et ses jardins font partie des merveilles du monde, moins connu est l’intérêt exceptionnel de la villede Ver...
Versailles et l’histoire des parfumsVersailles fut, dès le XVIIèmesiècle, le berceau du métier de parfumeur tel qu’on le c...
Àl’initiative de François de Mazières, député-maire deVersailles, ancien président de la Cité de l’architectureet du patri...
Espace d’interprétation de l’histoire du parfum à travers les siècles et témoignant du lien fort existant entre l’art dela...
Conçu par Nicolas Gilsoul, architecte-paysagiste, ce nouveau jardin public de3600m2se niche au cœur du quartierSaint-Louis...
Les passages constituent un héritage patrimonial du XVIIIèmesiècleque la Ville souhaite revaloriser. . Créer de nouveaux p...
Le Vieux Versailles (réf. plan A)C’est autour de la rue du Vieux-Versailles que se situait le villagemédiéval, détruit à l...
La cathédrale Saint-Louis deVersailles (réf. plan D)Depuis la destruction de l’église Saint-Julien en 1679, le quartier n’...
La visite de la Cour des senteurs se veut le prolongement naturel de lavisite du Château et la découverte de l’excellence ...
Rue des RécolletsAvenuedeSceauxAccèsjardinMaison des ParfumsGuerlainLenôtreMaison FabreDiptyquePoint tourismeJardin des Se...
RemerciementsInformations pratiquesCour des Senteurs8, rue de la Chancellerie 78000 VersaillesTél. 01 39 51 17 21Horaires ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

DP Versailles lance la Cour des senteurs

797 vues

Publié le

À l’initiative de François de Mazières, député-maire de Versailles, ancien président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, la Ville de Versailles lance la Cour des Senteurs. Elle réunit dans un même lieu les fragrances les plus rares, les traditions, les savoir-faire et les matières premières qui composent l’univers des parfums.

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
797
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

DP Versailles lance la Cour des senteurs

  1. 1. desSenteurscour
  2. 2. Si le Château et ses jardins font partie des merveilles du monde, moins connu est l’intérêt exceptionnel de la villede Versailles comme laboratoire de la modernité urbaine à travers les siècles. Village de 400 habitants en 1650,une véritable explosion démographique liée au soudain statut de capitale de la France, avec le prestige et laqualité architecturale qui en découlent, fait de notre ville le premier exemple de « ville nouvelle ». Depuis cinq ans notrestratégie se décline autour d’un certain nombre d’axes dont la valorisation de notre patrimoine architectural et végétal,avec notamment la requalification de sites d’exception ; le renforcement de notre capacité à attirer de nouvellesactivités économiques ; l’ancrage de notre ville dans la modernité en faisant appel aux architectes ou paysagistes detalents, qui continuent à perpétuer, dans la Cité royale, la tradition d’excellence de la France.L’ouverture de la Cour des Senteurs, qui s’inscrit dans le cadre du 400èmeanniversaire de la naissance de Le Nôtreque nous célèbrons cette année, est le reflet de cette politique. La première Cour qui s’inscrit dans la trame du premierordonnancement urbain de 1685 conçu par Le Nôtre et Le Vau autour de la place d’Armes, était devenu, au fil dutemps, un ilot urbain enclavé et très dégradé. L’objectif était de la transformer en un passage attractif entre le Châteauet le plus vieux quartier de Versailles, le quartier Saint-Louis. Pour valoriser cette capacité d’attraction, il fallait lui attribuerune singularité qui ait un sens avec l’histoire de Versailles. La présence de l’Osmothèque et de l’ISIPCA fondé par Jean-Jacques Guerlain, le souvenir de la «Cour parfumée» ou la reconnaissance de la corporation des gantiers-parfumeurspar Colbert m’a conduit vers l’univers des parfums.En créant un cheminement qui permet aux visiteurs du Château d’accéder plus directement à la rue des métiers d’artdu Vieux Versailles, à la salle du Jeu de Paume et au Potager du Roi, la ville se dote d’un nouvel itinéraire raffinéreprésentatif de l’excellence du savoir-faire français et de la richesse de son histoire. Après avoir traversé l’espaceludique et didactique de la Maison des Parfums, les visiteurs pourront découvrir les ateliers-boutiques de quatreenseignes de prestige françaises, Guerlain, Lenôtre, Diptyque et la Maison Fabre réunies autour de la même thématiquedes senteurs. Le Jardin des Senteurs, et ses différentes essences végétales nécessaires à la composition des parfums,offrira un prolongement recherché et délicat à cette déambulation olfactive qui s’ouvre sur les rues du Jeu de Paumeet du Vieux Versailles. 350 ans après la construction du site par le protecteur des gens de lettres et célèbre auteur du«Journal de la Cour», Philippe de Dangeau, l’ouverture de la Cour des Senteurs atteste qu’en modernisant la ville touten renouant avec son riche passé, l’histoire de Versailles peut aussi s’écrire au présent.François de MazièresDéputé-maire de Versailles
  3. 3. Versailles et l’histoire des parfumsVersailles fut, dès le XVIIèmesiècle, le berceau du métier de parfumeur tel qu’on le conçoit aujourd’hui. Afinde fournir aux souverains et à la cour les produits les plus sophistiqués, les artisans ont longtemps rivaliséde génie pour créer fragrances, mais aussi sachets, gants et éventails parfumés qui constituaient deséléments obligés de la parure du courtisan. Des pouvoirs thérapeutiques étaient également attribués auxparfums, à l’image des parfums de bouche à l’ambre, ou au gingembre, qu’utilisait le Roi Soleil. C’est sousle règne de Louis XIV que la parfumerie est élevée au rang d’art par Colbert. Alors que le Roi Soleilest surnommé ‘’le roi le plus fleurant du monde’’, la cour de France sous Louis XV est rebaptisée‘’cour parfumée’’ par ses voisines européennes. Sous le règne de Louis XVI, Marie-Antoinetteéprouve notamment une grande passion pour les senteurs florales (jasmin, rose, lys, violette …)qu’elle partage avec Jean-Louis Fargeon, le célèbre maître gantier-parfumeur, qui, en offrant à lasouveraine une paire de gants parfumés, lance une nouvelle mode etdevient le parfumeur attitré de la famille royale.Dans le sillon de cette singularié, Versailles accueille encore de nos jours deuxétablissements référents dans le domaine des parfums : I’ISIPCA (Institut SupérieurInternational du Parfum de la Cosmétique et de l’Aromatique Alimentaire) etl’Osmothèque.L’ISIPCA, fondé en 1971 à l’initiative de Jean-Jacques Guerlainest aujourd’hui la seule formation internationale diplomantepour les métiers de la parfumerie.L’Osmothèque, siège du conservatoire mondial desparfums, créée en 1990, a pour vocation de recenseret rassembler les parfums existants ou à venir, maisaussi de retrouver la trace des grands classiquesdisparus et de les faire renaître. Ses fondateurs ontainsi pu rassembler un nombre important de formules et reconstituer les parfumscorrespondants (3000 parfums, dont 400 disparus).Les créations en parfumerie sont certainement parmi les plus fragiles etévanescentes, l’Osmothèque se propose de conserver et transmettre cepatrimoine qui fonde la renommée de la parfumerie française.
  4. 4. Àl’initiative de François de Mazières, député-maire deVersailles, ancien président de la Cité de l’architectureet du patrimoine, la Ville de Versailles lance la Cour desSenteurs. Elle réunit dans un même lieu les fragrances les plusrares, les traditions, les savoir-faire et les matières premières quicomposent l’univers des parfums.Situé à 100 mètres du Château, ce site d’accès libre, bénéficied’un concept original conçu comme une promenade des senspermettant de découvrir l’art du parfum. La première étape estla Maison des Parfums : un espace d’interprétation conçu parl’architecte-scénographe Philippe Pumain, en collaboration avecElisabeth de Feydeau, historienne des parfums. Elle ouvre sur lesJardins des Senteurs, dessinés par l’architecte-paysagiste NicolasGilsoul, comprenant cabinets de curiosités pour initier au langageet aux matières fétiches du parfumeur, collections botaniques etpromenades buissonnières dans l’univers théâtral des fragrances.La Place des Senteurs, au cœur de la Cour,accueillera quatre grands noms du luxe français :u GUERLAIN Depuis 1828, l’audace créative de Guerlainpourrait être résumée en quelques mots : faire de l’art de labeauté un véritable art de vivre et répondre à la modernitépar la créativité. La nouvelle boutique Guerlain dévoilera untout nouveau concept qui conjugue savoir-faire et histoirede la Maison aux métiers d’art et de création. Des oeuvresartistiques uniques se feront l’écho du rayonnement de Versailles : boiseries sculptées, marbre précieux jalonnerontles espaces consacrés aux parfums, soins et maquillages. Thierry Wasser, parfumeur Guerlain, rend hommage à lareine Marie-Antoinette dont la fleur préférée était le jasmin, et lui dédie un parfum proposé exclusivement à la Courdes Senteurs. A découvrir également, les ateliers olfactifs. www.guerlain.comu LENÔTRE proposera les dernières créations salées et sucrées de ses Chefs : chocolats, pâtisseries… qui font laréputation mondiale de la Maison. A découvrir : le macaron pailleté au cœur coulant d’une confiture de fleur dejasmin, clin d’œil à la fleur fétiche de Marie-Antoinette. Des gourmandises, à emporter ou à déguster sur place pourune pause gourmande.La cour des senteurs Institution moderne de la gastronomie, la Maison Lenôtre, fondéeen 1957, incarne à travers le monde l’élégance et la rigueur du luxefrançais. Ses activités en font un acteur incontournable des métiersde la gastronomie : les boutiques pour proposer le meilleur de lacuisine à emporter, l’organisation de réceptions et d’événementsd’exception pour répondre à une clientèle toujours plus exigeante,le savoir-faire pour former et conseiller aussi bien des professionnelsque des amateurs au sein de la prestigieuse Ecole Lenôtre.www.lenotre.comu DIPTYQUE présentera un répertoire inédit et délicat desenteurs pour la maison, construit comme une ode aux jardins etaux belles matières premières. D’apparente simplicité, chaquefragrance est, de fait, une réinvention sophistiquée de la nature.Dans le cadre de sa nouvelle boutique, à Versailles, Diptyquepropose en exclusivité un coffret de trois mini-bougies, en résonanceavec le Jardin des Senteurs.Parfumeur visionnaire et passionné, Diptyque propose depuis 1961,des créations qui s’expriment hors des sentiers battus pour mieuxravir les fidèles initiés et les amateurs éclairés, à travers le monde.Les parfums pour la maison sont empreints d’une signature olfactivedistinctive et singulière, tissée des plus belles matières premières.Dans une quête de beauté sans ostentation, dans une obsessiondes finitions, Diptyque prône une idée d’un luxe ultime, qui se respireintuitivement. www.diptyqueparis.fru MAISON FABRE mettra en scène ses créations inspirées dela tradition des gantiers parfumeurs. Pour l’ouverture de sanouvelle boutique dans la Cour des Senteurs, la Maison Fabreprésentera sa première collection de maroquinerie et de gantsparfumés.Gantier à Millau depuis 1924, la Maison Fabre incarne, depuis quatre générations, le luxe à la française. Ses éditionsraffinées, alliant savoir-faire traditionnel et style résolument contemporain, attirent une clientèle internationale. La MaisonFabre fabriquait les gants de Grace Kelly et en a récemment réalisé vingt paires pour Nicole Kidman, qui incarne laprincesse de Monaco dans «Grace of Monaco», dont la sortie est prévue fin 2013. www.maisonfabre.comPour tous ceux qui souhaiteraient prolonger cette promenade raffinée, la Cour des Senteurs et son jardin permettrontune nouvelle traversée urbaine originale qui invitera les visiteurs à découvrir le plus ancien quartier de Versailles, sesartisans d’art, la salle du jeu de Paume et le Potager du Roi.
  5. 5. Espace d’interprétation de l’histoire du parfum à travers les siècles et témoignant du lien fort existant entre l’art dela parfumerie et la ville de Versailles, la Maison des Parfums, imaginée par l’architecte et scénographe PhilippePumain, en collaboration avec Elisabeth de Feydeau, historienne des parfums, est la première étape du parcoursolfactif de la Cour des senteurs.Extension de l’hôtel de Dangeau datant du XVII ème siècle, la façade sur rue du bâtiment, érigée au début du XIXèmesiècle, puis modifiée au XXèmesiècle, a été restructurée selon l’esthétique des parfumeries d’antan.Pour éveiller la curiosité des passants sans dévoiler ses secrets, sept gouttes de verre monumentales colorées habillentla vitrine de la Maison des parfums. Ces sept gouttes représentent symboliquement les sept familles olfactives.L’agencement de l’intérieur de la Maison des Parfums est pensé pour susciter chez le visiteur un effet de surprise et uneexpérience sensorielle, interactive et didactique originale.Un travail d’architecture significatif a ainsi été réalisé, en amplifiant le volume intérieur de l’espace jusqu’au faitage, eten ne conservant qu’une fine galerie périphérique soutenue par des tirants de métal.La scénographie choisie évoque un cabinet de curiosités moderne, décoré avec des matériaux nobles évoquant lapréciosité des flacons à parfum : pierre bleue polie au sol, parois murales en verre opalescent rythmées de colonnettesen inox et corniche dorée surplombant la fontaine à parfum, l’une des originalités du lieu. Cette fontaine à eau parfuméediffusera une fragrance de fleur d’oranger chère au roi Louis XIV conçue par Drom, un des grands producteurs mondiauxde parfums.Pour intensifier cette atmosphère onirique et intemporelle,différents jeux de lumière de couleur se projetteront sur le plafond.Le parcours muséographique de la Maison des Parfums proposeplusieurs niveaux de lecture pour répondre aux attentes desvisiteurs :Dévoilant les grandes dates du parfum, une frise chronologique,rehaussée par des images et des petits textes explicatifs, sedéploie sur toute la périphérie de l’espace.Trois grands écrans illustrent la dimension esthétique et oniriquedes trois chapitres thématiques et didactiques sur lesquels sontconstruits la visite : « Histoire et culture du parfum » de l’antiquité à nosjours, avec un focus sur la Cour de France, « Matières premières » et« Luxe et excellence de la parfumerie ».Pour approfondir les thèmes de ces trois sections, lesaménagements muraux révèlent les nombreuses singularités del’univers du parfum :Des alcôves audiovisuelles présentent des programmes courtsqui explorent les différents aspects de la composition du parfum(récolte des matières premières, élaborations des fragrances,parti-pris de création de grands parfumeurs ou les métiers d’artassociés à la parfumerie…).Une succession de coffrets à objets répertorient, de façonludique et pédagogique, flacons et matières premières associésà l’univers du parfum.Des diffuseurs à senteurs, intégrés aux alcôves audiovisuelleset aux coffrets à objets, offriront aux visiteurs la possibilité devisualiser simultanément l’origine de la senteur testée (florale,boisée …).Emblème du lieu, une fontaine à eau parfumée à la fleur d’oranger,tapissée d’une mosaïque dorée, distillera une atmosphèreapaisante et harmonieuse. Une évocation des fontaines àparfum, disposées à l’entrée des salles à manger, sous le règnede Louis XIV, qui permettaient aux convives de se rafraîchir lesmains avant de dîner sans couverts.La Maison des Parfums© Philippe Pumain
  6. 6. Conçu par Nicolas Gilsoul, architecte-paysagiste, ce nouveau jardin public de3600m2se niche au cœur du quartierSaint-Louis, entre le château de Versailles et lePotager du Roi. Dédié à l’art du parfum, ce jardinsecret abrite plus de 200 espèces végétales auxparfums envoûtants et aux lignes élégantes. Sascénographie, support narratif et évocateur desmystères du parfumeur, propose une immersion dessens dans une promenade olfactive et esthétiquese déroulant en trois actes : l’Ecrin, l’Herbier etle Jardin.L’Ecrin de flacon de parfum. Par essence trèsminérale et bénéficiant d’un jeu de lumièresvariant selon le temps grâce au choix de deuxdifférents types de pavés, la Place des Senteurscomporte un micro-jardin très olfactif, situé juste àla sortie de la Maison des Parfums et dessiné enhommage à Guerlain. Aussi, s’appelle-t-il, « Aprèsl’ondée », en référence au célèbre parfum crééeen 1906, à base de lys, violettes et d’œillets.Ces trois fleurs sont cultivées ici sous un amandier.Un autre amandier, rehaussé par une banquettede roses et de sauge borde également la terrasseLenôtre. Deux pierres de calcaire, creusées à ceteffet, recueillent l’eau de pluie et permettent auxoiseaux de s’ébrouer.L’Herbier. Après une parenthèse ombragée oùl’on découvre l’herbier du jardin, la deuxièmeséquence joue la surprise, avec la découverted’un deuxième espace, plus étroit, qui communiqueavec la porte du jardin des Récollets par unepasserelle en bois.Amplifiant le travail de scénographie et d’illusionoptique sur les volumes, quatre cabinets decuriosités en bois et en métal, traités en poly-miroir pour démultiplier les multiples reflets dujardin, sont disposés pour initier les visiteursaux 10 matières premières fétiches utiliséesen parfumerie (iris, jasmin, vétyver, benjoin …),suspendues ici dans de la résine. Ces cabinetsde curiosités présentent les éléments delangage des parfumeurs et l’emplacement et laliste des végétaux, avec leur correspondanceen latin. La façade du couvent des Récolletsrepousse le fond de scène derrière un jardin frais,cristallin, tapissé de fougères, d’hémérocalles,de narcisses et d’hostas, rehaussés de parfumssuaves de vanille et de fleur d’oranger.Le Bouquet. A ce moment, la promenade debois s’élève pour pénétrer dans le magnifiquejardin public des Récollets, accessible depuisles rue de la Chancellerie et des Récollets.Portant le regard au-delà d’une canopéed’amélanchiers, celle-ci offre une vue sur leclocher de la cathédrale Saint-Louis et lescoteaux de Satory et surplombe le jardin, oùl’on explique la question des accords, desillusions et la manière dont la nature utilise leparfum pour polliniser. Structuré par une grandeclairière de trèfles dans l’espace central etune épaisseur végétale déclinant plusieursambiances (placettes minérales blanchesentourant des pommiers, choix de rosesornementalesraresauxparfumspoivrés,musqués,ou de noisette, pamplemousse ou banane …),les chaises longues en bois du jardin invitent lesvisiteurs à des pauses propices à la quiétudeet à la rêverie. Roseraie des illusions, côteauimpressionniste et futaie argentée explorentici l’assemblage des matières naturelles et lesassociations inédites.Le jardin desSenteurs©NicolasGilsoul
  7. 7. Les passages constituent un héritage patrimonial du XVIIIèmesiècleque la Ville souhaite revaloriser. . Créer de nouveaux passagesurbains désenclavent les quartiers, permettant à la vie, à l’activitééconomique et au lien social de s’épanouir davantage dans la ville. Cespassages s’inscrivent également dans une logique de développementdurable en optimisant la circulation pédestre ou cyclable, diminuantainsi l’utilisation des transports motorisés. Chacun de ces passages, dotésd’une personnalité propre, sont autant d’invitations à la promenade età la découverte. Dans cette optique, l’ouverture de l’allée Le Nôtre enjuin, du jardin des Etangs Gobert en septembre ou la réouverture destraversées historiques de l’ancien hôpital royal Richaud en fin d’année,sont autant de propositions nouvelles pour l’agrément des circulationsurbaines et le bien-être en ville.La Cour des Senteurs représente, elle aussi une traversée urbaineoriginale pour relier le Château au quartier Saint-Louis.Tissu urbain chargé d’histoireLe projet de la Cour des Senteurs s’insère dans un tissu urbain chargéd’histoire. A quelques dizaines de mètres de la place d’Armes et dans lepérimètre historique, il est entouré par le Palais des Congrès et par l’ancienhôpital militaire, l’ancien couvent des Récollets, conçu par l’architecteJules Hardouin-Mansart en 1684 et occupé par l’armée depuis le XIXesiècle. Avant la mise en œuvre du nouveau projet, le site était encloset inaccessible au promeneur. Il était constitué d’un ensemble situé aucœur d’un îlot, composé de deux cours intérieures et d’un étroit passagecouvert menant au jardin des Récollets. La première Cour s’inscrit dans latrame du premier ordonnancement urbain de 1685 conçu par Le Nôtreet Le Vau autour de la place d’armes. La propriété fut construite auXVIIèmesiècle par le marquis Philippe de Dangeau. Auteur du «Journalde la cour», protecteur des gens de lettres, plume du Roi et membre del’Académie française, Boileau, lui dédie sa Satire sur la noblesse tandisque La Bruyère le dépeint dans ses Caractères sous les traits de Pamphile.Une traverséeurbaine originaleUn site reconnectéEn 2010, dans le cadre des contreparties obtenues du ministère de laDéfense au titre des départs d’activités militaires, la Ville de Versailles négociel’achat d’une parcelle, située au 9 rue des Récollets. L’objectif : créer une voiede circulation piétonne entre la place d’Armes et les rues commerçantes duquartier via le jardin des Récollets dans le cadre d’un projet d’aménagementde l’ensemble immobilier situé 8 rue de la Chancellerie, propriété de la Ville.Ce nouveau site reconnecté deviendra la Cour des SenteursL’hôtel de Dangeau© Nicolas Gilsoul
  8. 8. Le Vieux Versailles (réf. plan A)C’est autour de la rue du Vieux-Versailles que se situait le villagemédiéval, détruit à l’époque de Louis XIV. Très pittoresqueavec ses petites rues étroites et ses maisons anciennes, ilse définit comme «un quartier dans le quartier». Réputé àl’époque pour ses tavernes et ses auberges, les voyageurs,les commis, et même les aventuriers se rendaient rue de Satoryet logeaient dans des caravansérails. Au moment des Etats-Généraux, les députés se réunissaient chez Blaizot, un libraire versaillais, au 7, rue de Satory,pour évoquer les événements en cours et les relations entre les représentants des trois ordres.Mirabeau était un de ses lecteurs les plus assidus. De nos jours, c’est dans la rue de Satory,vivante et animée, que les restaurants et les cafés ont élu domicile et attirent les habitants et lestouristes. Au croisement de la rue de Satory, la plus ancienne rue de Versailles, la rue du VieuxVersailles s’est au fil du temps spécialisée dans les métiers d’art (doreur, restaurateur de tableaux,vitrailliste, costumier, ébéniste...), la création contemporaine (créateurs de bijoux, de meubles artdéco...) et la décoration intérieure.La salle du Jeu de Paume (réf. plan B)Cette salle fut construite en 1686. Le roi Louis XIV et les membres de la Cour, y jouaient au jeu depaume, l’ancêtre du tennis actuel. Ce lieu fut le théâtre du fameux Serment du Jeu de Paume du20 juin 1789. Là, 578 députés des Etats généraux (qui en rassemblaient 1118) firent « sermentde ne jamais se séparer et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeraient jusqu’àce que la Constitution du Royaume soit établie et affermie sur des fondements solides ». Cepremier acte fondateur de la démocratie sera à l’origine dela séparation des pouvoirs et de la souveraineté nationale.La salle du Jeu de Paume est classée monument historique le22 mars 1848. Devenue bien national en 1793, elle abriteaujourd’hui un musée à la mémoire de la naissance de ladémocratie française à Versailles où fut voté l’abolition desprivilèges et la déclaration des Droits de l’homme et où s’estréunie la première Assemblée nationale.Le quartier Saint-Louis est le plus ancien quartier de Versailles. Il occupe l’emplacementde l’ancien village de Versailles antérieur à la construction du Château.Le potager du Roi (réf. plan C)Le roi Louis XIV demanda au jardinier Jean-Baptiste de LaQuintinie de créer, à l’emplacement d’un marécage, unpotager capable de subvenir aux besoins de la cour. Endépit de l’ingratitude du terrain et de moyens rudimentaires, lestravaux du futur Potager du Roi furent menés avec efficacitéentre 1678 et 1682. La Quintinie mit ainsi au point la culturedes primeurs et put servir à la table royale, des aspergesen janvier, des fraises en mars, des figues… Les prodigesaccomplis par La Quintinie lui attirèrent la reconnaissancede Louis XIV. Ce dernier aimait, dit-on, venir se promener auPotager. Descendant du château par les «Cent marches»bordant le parterre de l’Orangerie, dont La Quintinie était aussiresponsable, il arrivait par la Grille du Roi. Le monarque remontait ensuite une allée ponctuée deseize poiriers ‘Robine’, avant de découvrir, depuis la terrasse aujourd’hui abaissée en son milieu,le Grand Carré où s’affairaient une trentaine de garçons jardiniers. Féru de jardinage, Louis XIVapprit même à tailler les arbres fruitiers avec La Quintinie. Se déployant sur une étendue de 9hectares, le Potager du Roi conserve ses subdivisions d’origine, lui valant d’être classé Monumenthistorique depuis 1926. Quant à ses arbres fruitiers, leurs formes extrêmement variées résultent dela présence et du travail, entre 1873 et 1995, de l’Ecole Nationale d’Horticulture. Son savoir-faire se perpétue de nos jours pour le plaisir visuel et gustatif des visiteurs. Il abrite aujourd’hui, lesélèves de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage qui travaillent désormais dans les bâtimentsbordant le Potager.Le parc BalbiDans le prolongement du Potager du Roi, le parcBalbi, classé monument historique en 1926, tire sonnom de la comtesse de Balbi, favorite du roi LouisXVIII. Louis XVIII portait un intérêt particulier auxplantes et à leur constitution. L’objectif du roi était depouvoir «voyager dans son jardin». En 1788, le parcBalbi devient un jardin de collection. Les vestiges dujardin anglais sont conséquents. C’était un parc de2,5 hectares avec une grande rivière qui subsiste, ponctuée d’îles et de passerelles aboutissantà un lac également conservé. On trouvait dans le parc quatre fabriques de jardin, dont seul lebelvédère et la grotte qu’il domine, ont subsité.La Cour des senteurs au cœurdu quartier Saint-Louis
  9. 9. La cathédrale Saint-Louis deVersailles (réf. plan D)Depuis la destruction de l’église Saint-Julien en 1679, le quartier n’avait plus delieu de culte. Louis XIV s’était engagé àen faire construire un pour les habitants.Louis XV concrétisera la promesseroyale. On commença par concevoirune chapelle (qui fut rattachée à l’égliseNotre-Dame). Puis, sous la pression deshabitants, Louis XV fit appel à JacquesHardouin-Mansart, dit Mansart de Sagonne pour imaginer un lieu de culte plus beau et plusvaste. Construite de 1742 à 1754, l’église Saint-Louis est un bel exemple de style baroqueà la française. Bénie en août 1754, elle abrite les derniers signataires du serment du jeu dePaume en 1789 avant d’être consacrée comme cathédrale en 1843. Sa façade, ornéede colonnes doriques et corinthiennes, est flanquée de deux campaniles. Un dôme, coifféd’une flèche en forme de balustre, surplombe la croisée du transept. La cathédrale Saint-Louis est classée monument historique depuis 1906.Les carrés Saint-Louis (réf. plan E)En 1737 Louis XV accorde à deuxentrepreneurs la permission de bâtirun ensemble de maisonnettes « lescarrés Saint-Louis », destiné à abriterles étals d’un nouveau marché. Cesquatre placettes carrées (Carrés auPuits, Carré à l’Avoine, Carré à laFontaine et Carré à la Terre), disposéesautour du carrefour des rues Royaleet d’Anjou, vont voir s’aligner desboutiques surmontées de combles mansardés. Mais le marché ne réussit pas à attirer laclientèle escomptée. Aussi, dès 1755, les maisons sont surélevées pour être transforméesen habitations. Menacées de destruction sous Napoléon III, elles ont pu être sauvées etconstituent un exceptionnel ensemble urbain préservé du XVIIIesiècle. Elles abritent toujoursdes commerces en rez de chaussée et constituent un des endroits les plus pittoresques deVersailles inscrits à l’inventaire des monuments historiques en 1931.L’hôtel des Affaires étrangères(réf. plan F)L’Hôtel des Affaires étrangères et dela Marine est le nom d’un bâtimentsitué au 5 rue de l’Indépendanceaméricaine à Versailles, à proximité duchâteau et de la Cour des Senteurs. Ilfut construit par Jean-Baptiste Berthieren 1762 à la demande du duc deChoiseul, secrétaire d’État aux Affairesétrangères pour abriter les services etles archives des Affaires étrangèreset de la Marine. À l’étage d’apparat de l’hôtel, est construit une galerie de 5 pièces enenfilade où furent installées les archives diplomatiques. C’est là que furent négociés les traitésde Versailles et de Paris qui mirent fin, en 1783, à la guerre d’indépendance américaine.L’architecte J.-B. Berthier adopta le principe d’une architecture à voûtes plates en brique pourmettre le bâtiment à l’abri des risques d’incendies. En raison du va-et-vient des diplomates quine manqueraient pas de fréquenter les lieux, une galerie d’apparat fut conçue et décoréepour donner une image brillante de la diplomatie française. Classé monument historique,l’hôtel est désormais occupé par la bibliothèque municipale. Sa somptueuse galerie, dontle décor subsiste intégralement, constitue un lieu de visites exceptionnelles organisées parl’Office de Tourisme.La pièce d’eau des SuissesLa rue de l’indépendance américaine del’hôtel des Affaires étrangères aboutit sur lapièce d’eau des Suisses. Construit en 1679et 1683, sur une surface de 13 hectares,cette pièce d’eau de près de 700 mètresde longueur et de plus de 300 mètres delargeur, tient son nom des gardes-suisses quil’ont creusée. Lieu de fêtes nautiques sousl’ancien régime, bordé de vastes pelouseset de larges allées plantées de superbesplatanes, l’endroit est un lieu privilégié dedétente dans le quartier Saint-Louis.
  10. 10. La visite de la Cour des senteurs se veut le prolongement naturel de lavisite du Château et la découverte de l’excellence de l’art de vivreà la française. Destination touristique internationale majeure, Versaillesaccueille, chaque année, plus de 6,5 millions de visiteurs pour son Châteauet près de 10 millions de visiteurs pour son domaine. Deuxième site le plusvisité de France derrière la tour Eiffel, la cité royale dispose de flux touristiquessignificatifs.Une nouvelle porte d’entrée touristiqueIdéalement située à 100 mètres de la place d’Armes bordant le Châteaude Versailles et jouxtant le plus ancien Palais des Congrès de France, laCour des Senteurs contribue à renforcer l’attractivité de la Ville de Versaillesauprès du grand public français et étranger et de la clientèle d’affaires enséminaires et congrès d’entreprises 200 jours par an.La Cour des Senteurs devient désormais la nouvelle porte d’entrée touristiquedu plus ancien quartier de Versailles reliant le Château à la Salle du Jeu dePaume, au Potager du Roi, à la rue des métiers d’art du vieux Versailles ouaux Carrés Saint-Louis.De surcroît, Versailles est désormais, depuis 2008, grâce au partenariat nouéavec le Comité régional du tourisme, la porte d’entrée touristique ouest del’Ile de France avec Orly et Roissy.Cour des Senteurs et ChâteauA partir de mai, des formules découvertes thématiques conjuguantvisite du château et de la Cour des Senteurs seront proposées parl’Office de tourisme et les réceptifs locaux. Des itinéraires sont déjàdiffusés dans le guide du tourisme de Versailles ainsi que sur lesdifférents supports d’information destinés aux tour operator.Une nouvelle destinationtouristique dans le prolongementdu ChâteauDes audio-guides, en dix langues, assortis d’une carte encodéeproposant les différents sites, seront mis à disposition des touristesdans les différents points d’information. Ces audio-guides intègrent lesprésentations du Château, de la Cour des Senteurs et des curiositésdu quartier Saint-Louis à découvrir dans le prolongement de latraversée de la Cour des Senteurs.Information et signalétiquePremière accroche touristiqueen sortie de gare, un pointd’information sera aménagéen face de la gare VersaillesChâteau-Rive Gauche. Apartir de ce nouvel accueil,le visiteur pourra chemineravenue de Sceaux en suivantune signalétique ludique etdidactique installée sur leparcours le conduisant àla Cour des Senteurs. Cettesignalétique représentantdes personnages historiquesemblématiques de Versaillessera illustrée d’anecdotes surl’histoire du parfum. Un pointrelai installé dans la contre-allée de l’avenue de Sceauxguidera les visiteurs jusqu’audernier point d’informationsitué en bordure de la Maisondes Parfums. Il présentera laCour des Senteurs mais aussitoutes les offres du quartierSaint-Louis pour tous ceuxqui souhaitent prolongerleur promenade après avoirtraversé le Jardin des Senteurs.-Signalétique_tete.indd 20 19/04/13 17:13SignalétiqueCour des SenteursAudiopen
  11. 11. Rue des RécolletsAvenuedeSceauxAccèsjardinMaison des ParfumsGuerlainLenôtreMaison FabreDiptyquePoint tourismeJardin des SenteursCabinets à herboriserJardin des PollinisateursCarré des ParfumeursAvenuedeSceauxAccèsjardinMaison des ParfumsMaison des ParfumsMaison des ParfumsRue des RécolletsAvenuedeSceauxGuerlainGuerlainLenôtreMaison FabreDiptyquePoint tourismePoint tourismePoint tourismeJardin des SenteursJardin des SenteursJardin des SenteursJardin des SenteursJardin des SenteursJardin des SenteursJardin des SenteursCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserCabinets à herboriserJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursJardin des PollinisateursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursCarré des ParfumeursAv.deSceauxsiraPed.vAAv. de Saint-cloudBddelaReineessioraPaledeurruedesEtatsGénéraux1672345tSalle du Jeu de PaumetPotager du RoiEntréeduchâteauuAFBCED1 Maison des Parfums7 Jardin des Senteurs2 Guerlain3 Lenôtre4 Maison Fabre5 diptyqueVue aérienneA Vieux VersaillesB Salle du Jeu de PaumeC Potager du RoiD Cathédrale Saint LouisE Carrés Saint LouisF Hôtel des Affaires étrangères
  12. 12. RemerciementsInformations pratiquesCour des Senteurs8, rue de la Chancellerie 78000 VersaillesTél. 01 39 51 17 21Horaires d’ouverture : du mardi au dimanche,de 10h00 à 19h00.Accès librewww.courdessenteurs.versailles.frwww.versailles-tourisme.frwww.versailles.frAccès :• Voiture, depuis Paris :, par l’autoroute A13,1èresortie Versailles Château, puis suivre Château deVersailles. Parking place d’Armes ou Saint-Louis• RER C : arrêt Versailles Rive Gauche.(5 minutes à pied)• Train SNCF : - Depuis Paris Saint- Lazare jusqu’à la gareVersailles Rive Droite. (10/15 minutes à pied) - Depuis Paris Montparnasse jusqu’à la gareVersailles Chantiers. (10/15 minutes à pied)© Ville de VersaillesImprimé sur papier PEFCLa Ville de Versailles remercie :Guerlain, diptyque, Maison Fabre; Firmenich,Scentys, Drom, Clarins fragrance group, Givenchy,l’Osmothèque.

×