La crise économique pèse sur l’évolution de la demande électrique
La consommation intérieure française a tendance à stagne...
La pointe électrique croit 2 à 3 fois plus vite que l’énergie consommée sur les 10
dernières années
Sur la décennie passée...
Une réduction significative des productions installées d’ici à 2016
La capacité de production, notamment fioul et charbon,...
Une croissance des énergies renouvelables
Malgré un léger ralentissement en 2011, la croissance du parc éolien devrait se ...
Les marges de sûreté se réduisent significativement à partir de 2016
Elles se réduisent d’année en année avec la fermeture...
Le renforcement des interconnexions électriques
Le rôle des interconnexions électriques pour la sécurité
d’approvisionneme...
Un besoin de vigilance
Des mises en indisponibilité supplémentaires de groupes de production d’ici 2016 réduiraient les ma...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bilan prévisonnel 2013

1 220 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
538
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bilan prévisonnel 2013

  1. 1. La crise économique pèse sur l’évolution de la demande électrique La consommation intérieure française a tendance à stagner. L’effet de la crise économique se prolonge et révise à la baisse les prévisions de consommation électrique. La consommation du secteur industriel reste fortement affectée par la crise. La correction porte sur les aléas calendaires, climatiques et d’activation d’effacement de consommation. Elle vise à s’affranchir des évolutions conjoncturelles pour ne conserver que les évolutions structurelles.
  2. 2. La pointe électrique croit 2 à 3 fois plus vite que l’énergie consommée sur les 10 dernières années Sur la décennie passée, la pointe de consommation a connu une croissance soutenue (plus de 2000 MW par an en moyenne). Ceci conduit à se prémunir des risques de défaillance en cas d’évènement climatique extrême.
  3. 3. Une réduction significative des productions installées d’ici à 2016 La capacité de production, notamment fioul et charbon, mais aussi au gaz, se réduit avec la fermeture de centrales non conformes à la réglementation environnementale en Europe (7700 MW en France) prévues entre 2013 et fin 2015.
  4. 4. Une croissance des énergies renouvelables Malgré un léger ralentissement en 2011, la croissance du parc éolien devrait se maintenir entre 2014 et 2018 (800 MW/an), le développement du photovoltaïque semble ralentir, avec une hypothèse de croissance (800 MW/an également) entre 2014 à 2018.
  5. 5. Les marges de sûreté se réduisent significativement à partir de 2016 Elles se réduisent d’année en année avec la fermeture de centrales à combustible fossile. Cette dégradation doit être compensée par de nouvelles capacités de production et d’effacement, pour permettre d’assurer la sécurité d’approvisionnement en cas de vague de froid intense. Pour arriver à ces résultats RTE réalise des analyses en puissance sur toute heures (les lois de la physique imposent qu’à tout instant la production et la consommation d’électricité soient égales ce dont ne peuvent rendre compte les analyses en seule énergie) du système électrique ouest-européen (les fluctuations annuelles des imports/exports représentent dès aujourd’hui près du quart de la consommation française et ne peuvent être ignorées) et de ses aléas (disponibilité de la production, variation de la consommation, aléas climatiques).
  6. 6. Le renforcement des interconnexions électriques Le rôle des interconnexions électriques pour la sécurité d’approvisionnement en France et en Europe, est essentiel, grâce aux solidarités, aux mutualisations et aux échanges économiques qu’elles permettent. Les nombreux projets que RTE développe et mettra en service dans les prochaines années sur la plupart des frontières (Espagne, Italie, Royaume-Uni, Belgique, Allemagne, Suisse et Irlande) contribuent à renforcer ce rôle et améliorent l’intégration des systèmes électriques européens.
  7. 7. Un besoin de vigilance Des mises en indisponibilité supplémentaires de groupes de production d’ici 2016 réduiraient les marges. La poursuite du développement de mécanismes de flexibilité doit être encouragée et notamment des effacements de consommation.

×