Cartographie et sig 2014

7 684 vues

Publié le

Présentation 1, cours Cartographie et SIG 2014.

Publié dans : Formation
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
7 684
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
909
Actions
Partages
0
Téléchargements
641
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cartographie et sig 2014

  1. 1. Université Cheikh Anta Diop de Dakar Faculté des Lettres et Sciences Humaines Département de Géographie Licence 3 UE … Cartographie et SIG Dr. Ibrahima Sylla Enseignant titulaire Département Géographie UCAD Février 2014
  2. 2. Sommaire indicatif • Éléments d’introduction – Cartographie – SIG • Enjeux de société liés à la cartographie et au SIG – Démocratisation / Banalisation – Participation – Logiciels libres – Webmapping • Analyse de politique publique : le PNG
  3. 3. Indications bibliographiques Consulter www.coinderecherche.com
  4. 4. Préoccupation ancienne…
  5. 5. Question Qu’est-ce que la cartographie ? Qu’est-ce que la cartographie n’est pas ?
  6. 6. Cartographie ? • Confusion persistante pendant plusieurs siècles – Géographie (?) – Cartographie (?) – Topographie (?) • Causes : – Interférence entre les disciplines – Méthodes rudimentaires sinon artisanales ne permettant pas une spécialisation nette
  7. 7. • Plusieurs définitions (littérature) • En 1966 – L’Association Cartographique Internationale (ACI) donne une définition selon laquelle la cartographie est l’« ensemble des études et des opérations scientifiques, artistiques et techniques intervenant à partir des résultats d’observations directes ou de l’exploitation d’une documentation, en vue de l’élaboration de cartes et autres modes d’expression, ainsi que de leur utilisation ».
  8. 8. … • Suivant cette définition, la cartographie est à la fois : – Une Science, car ses bases sont mathématiques (détermination forme et dimensions Terre, systèmes de projection, canevas planimétrique et altimétrique, précision, fiabilité du produit) – Un Art , car impliquant des choix de représentation reposant sur des qualités esthétiques, didactiques – Une Technique, car nécessitant l’utilisation durant tout le processus de moyens sophistiqués (photo aériennes, satellites, ordinateurs, impression et diffusion)
  9. 9. À vous ! Qu’est-ce que la carte ?
  10. 10. Carte ? • Plusieurs définitions • Mais toutes les cartes ont en commun de représenter une portion de l’espace terrestre.
  11. 11. … • Il apparaît à travers les définitions que : – La carte est une représentation, un dessin : un document visuel respectant des principes et des règles bien définis ; – La carte est une représentation plane : elle matérialise le passage de la sphère terrestre à un plan grâce aux systèmes de projection qui présentent tous des imperfections ;
  12. 12. – La carte est une représentation réduite : elle présente souvent une portion de l’espace concerné avec un rapport de réduction que définit « l’échelle » ; – La carte est une représentation simplifiée : elle utilise une visualisation graphique et avec des figurés conventionnels ou non ; – La carte est une représentation conventionnelle : sa vocation est admise par tous et elle repose sur un langage partagé.
  13. 13. Source : D. Poidevin, 1999. Typologie ?
  14. 14. De manière générale : –« cartes de base » ou « cartes générales » « fonds de carte » – « cartes thématiques ou « cartes spéciales »
  15. 15. Cartes topographiques
  16. 16. Carte spéciale
  17. 17. En plus des catégories générales, il y a une typologie plus large concernant les cartes : –Cartes d'analyse –Cartes de géoconception et de planification –Cartes temporelles –Tableau de bord et cartes d'état opérationnel –Cartes d’inventaire des réseaux
  18. 18. –Cartes statistiques (choroplèthe) –Cartes de présentation –Cartes heuristiques (mentales, cognitive, carte des idées, mind map) –Cartes de points d'intérêt –Cartes en 3D et globes
  19. 19. Usages VOYAGER DÉVELOPPER LA CONNAISSANCE GÉOGRAPHIQUE RÊVER GÉRER L’ESPACE MENTIR
  20. 20. [Cf. cours dernier sur] • Le langage cartographique – Mode d’implantation des variables visuelles – Types de variables visuelles – Propriétés des variables visuelles
  21. 21. Le SIG ? « Système informatique permettant, à partir de diverses sources, de rassembler et d'organiser, de gérer, d'analyser et de combiner, d'élaborer et de présenter des informations localisées géographiquement, contribuant notamment à la gestion de l'espace ». (Société française de photogrammétrie et télédétection,1989).
  22. 22. « Un SIG est un ensemble de principes, de méthodes, d'instruments et de données à référence spatiale, utilisé pour saisir, gérer, analyser, modéliser, simuler et cartographier les phénomènes et les processus distribués dans l'espace géographique. Les données sont analysées afin de produire l'information nécessaire pour aider les décideurs ». (d’après Thériault, 1992)
  23. 23. Somme toute, expression aux significations variées désignant • Ensemble données spatiales structurées sous forme numérique • Système informatique (logiciel) pour manipuler données géoréférencées • Ensemble processus techniques et humains permettant l’utilisation d’informations géographiques (localisées) numériques
  24. 24. Par conséquent, appellations multiples –SIRS (Système d’Information à Référence Spatiale) –SIE (Système d’Information sur l’Environnement) –SIL (Système d’Iinformation Localisée) –SIT (Système d’Information sur le Territoire) – Et de plus en plus Géomatique
  25. 25. Quelle que soit l’appellation… • Les SIG ont pour vocation la production et l’exploitation d’informations géographiques pertinentes sur une problématique de gestion du territoire • Peu importe le terme que l’on emploie, le but visé est le même : moderniser notre façon de faire ...
  26. 26. Ce que le SIG n’est pas ? • GPS – Global Positioning System
  27. 27. • Une carte statique – papier ou numérique – Les cartes sont souvent des produits du SIG – Juste un simple moyen de visualiser le résultat d’une l’analyse
  28. 28. • Un logiciel informatique
  29. 29. STRUCTURE DU SIG ? • Du matériel (ordinateurs, périphériques, réseaux…) • Des logiciels (Logiciels SIG du marchés, développements spécialisés) • Des données (génériques, spécifiques) • Du savoir faire (procédures, méthodes..) • Une problématique (décrire, stocker, comparer, comprendre, communiquer, simuler..) Une problématique... pour répondre à des besoins !  Organiser des connaissances thématiques  Analyser le territoire  Améliorer et simplifier la communication ( partenaires , grand public..)  Donner du sens pluridisciplinaire  Prévoir, simuler, modéliser Décider
  30. 30. En définitive, SIG : intégrateur de données et de fonctionnalités • Des données multi-sources… – Images – Cartes – Tableaux … géoréférencés
  31. 31. Images satellitales et photos aériennes
  32. 32. Des fonctionnalités multiples – Traitements d'images – Analyses spatiales – SGBD – Analyses statistiques
  33. 33. • Explorer une base de données • Analyser des faits ou des phénomènes • Synthétiser un ensemble d’observations et/ou de variables • Présenter un diagnostic ou le résultat des analyses 35
  34. 34. L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE ? – « Information qui est reliée à une localisation sur la Terre, exprimée par rapport à un système de référence » – Matière première d’un SIG • Dans un SIG les informations numériques sont stockées dans une – Base de données géographiques
  35. 35. Information spatiale • Localisation (X, Y, et éventuellement Z) • Forme (point, ligne, polygone) Information thématique • Attributs
  36. 36. Dimension graphique de l’Information géographique Il existe deux modèles de données graphiques (soit 2 manières de représenter graphiquement l'information spatialisée) - Mode vectoriel (ou « vecteur ») - Mode raster (ou image)
  37. 37. Raster et Vecteur Monde réel Représentation raster 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 41 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 R T R T H R R R R R R T T H R T T R R Représentation vecteur point ligne polygone
  38. 38. Distinction Raster et Vecteur 42
  39. 39. Vectorisation Extraction de couches (Layers) 43
  40. 40. Pixel (matrice) Point (nœud) Ligne (arc) Polygone (surface)
  41. 41. Quelques définitions • Les Points – définissent des localisations d'éléments séparés pour des phénomènes géographiques trop petits pour être représentés par des lignes ou des surfaces qui n'ont pas de surface réelle comme les points cotés. • Les lignes : – représentent les formes des objets géographiques trop étroits pour être décrits par des surfaces (ex : rue ou rivières) ou des objets linéaires qui ont une longueur mais pas de surface comme les courbes de niveau. • Les polygones : – représentent la forme et la localisation d'objets homogènes comme des pays, des parcelles, des types de sols ...
  42. 42. Notion de couches de données Relation dynamique 46
  43. 43. De la réalité aux données Réalité composée de Phénomènes (objet tangible tel maison, champs évènement tel accident,, être vivant tel personne, concept tel lot) modélisés par Classe d'objets (entités) ex.: maison décrites par Attributs ex.: spéculations culturales Opérations ex.: calcul rendement à l’hectare qui contiennent ou produisent une Donnée ex.: 2 47 Source: Y. Bédard & S. Larrivée (2000). Notes de cours. Département des sciences géomatiques, Université Laval, Québec.
  44. 44. Des données géo-référencées Quel que soit le type de modélisation graphique choisi dans un SIG les données sont géoréférencées. • Géoréférencer consiste à attribuer des coordonnées cartographiques à un thème à l'aide de points de calage. Il peut s'agir d'une image en mode raster ou d'un thème en mode vecteur.
  45. 45. Les objets sont repérés dans un référentiel spatial – Référence Géographique (latitude / longitude) ou –Référence Cartographique (UTM, Lambert, etc.)
  46. 46. UTILITÉ DU SIG ? Fonctions dites « 5 A » Le SIG permet d’: - Acquérir (saisir, numériser, importer) - Archiver (structurer, stocker, organiser) - Accéder (éditer, gérer, interroger) - Analyser (cartographier, simuler, traiter, modéliser) - Afficher (restituer, exporter) des données spatialement référencées.
  47. 47. A faciliter la réponse à nombre de questions que l’on se pose : • Quelles sont les parcelles concernées par une inondation éventuelle? • Quelles sont les zones sensibles en cas d‘épidémie ? • Qu'est-ce qui a changé dans la zone depuis 1961 ?
  48. 48. • Quel est le chemin le plus rapide pour aller de la caserne des pompiers à l'incendie? • Où implanter des postes de santé ? • Quelles sont les zones favorables à la culture du riz ? • Comment évolue la déforestation de 1980 à aujourd’hui ?
  49. 49. Possibilité de : • Disposer les objets dans un système de géoréférencé, • Convertir les objets graphiques d'un système à un autre • Facilite la superposition de cartes de sources différentes • Extraire tous les objets géographiques situés à une distance donnée d'une route
  50. 50. • Fusionner des objets ayant une caractéristique commune (par exemple : toutes les maisons raccordées à un réseau d'eau potable) • Définir des zones en combinant plusieurs critères (par exemple : définir les zones inondables en fonction de la nature du sol, du relief, de la proximité d'une rivière).
  51. 51. PRINCIPAUX DOMAINES D’UTILISATION DU SIG ? • Planification urbaine • Transport • Marketing • Tourisme • Santé • • • • • Hydrologie Foresterie Protection civile Télecoms Etc.
  52. 52. Avantages du SIG • Informations stockées de façon claire et définitive • Gestion d’une multiplicité d'informations attributaires sur des objets • Compréhension des phénomènes et prévision des risques (simulations) • Conception rapide de cartographies
  53. 53. • Localisation dans l'espace et dans le temps • Capacité de réaction rapide face aux évènements ayant un impact sur le territoire • Précision des coûts ou des bénéfices • Implication de divers partenaires dans les choix d'aménagement • Définition d’itinéraires et de plans adaptés
  54. 54. PRINCIPAUX GROUPES D’UTILISATEURS ? - Pouvoirs publics Collectivités locales Bureaux d'études Centres de recherche Gestionnaires de réseaux Organismes publics Universités et Grandes écoles
  55. 55. Prochainement, la suite

×