SUR LES TRACES
DE FRERE GABRIEL TABORIN
Evocation des lieux où il est passé
BELLEYDOUX, au nord du département de l’Ain, 900 m. d’altitude
FRERE GABRIEL TABORIN naît à Belleydoux le 01/11/1799
BELLEYDOUX fait partie du PARC NATUREL REGIONAL DU HAUT-JURA
L’église de Belleydoux, consacrée par Mgr. Devie en 1833
A l’intérieur de l’Eglise de Belleydoux, plaque en l’honneur de FGT
Hommage de reconnaissance des Frères
de la Sainte Famille à leur Fondateur
Font baptismal de l’église de Belleydoux
L’ancienne église, où FGT a été baptisé et où il a servi comme clerc,
se trouvait en ce lieu, cimetière actuel.
Lieu où se trouvait la maison familiale de FGT à Belleydoux :
Gabriel y a tenu l’école de 1817 à 1824
La famille Taborin (7 enfants, dont 3 morts en bas âge) possédait
une autre maison, en haut de la rue. Elle avait une peti...
Belleydoux au début du XX siècle
Belleydoux au début du XX siècle:
au centre du village, on aperçoit encore la maison Taborin
et, à côté du cimetière, l’an...
La rue principale de Belleydoux avant la guerre de 1939-45
L’ancienne maison Taborin, au centre du village, fut incendiée par les
Allemands en juillet 1944 de même que plusieurs aut...
Les lieux des activités « pastorales » de FGT
La chapelle Sainte Anne, reconstruite après la Révolution
La chapelle de Sainte Anne: au fond, les maisons de Bellevoîte
Entrée de la chapelle de Sainte Anne
Intérieur de la chapelle de Sainte Anne
Statue de Sainte Anne, cachée pendant
la Révolution par une tante de FGT
FGT avait fait ériger la confrérie de Sainte Anne
et il avait écrit un livre pour l’Association
Des groupes de pèlerins aiment s’y arrêter
Le jour de la fête de Sainte Anne, en juillet
Ancienne église d’Oyonnax, où Gabriel a fait sa première communion en 1811,
le jour de la Sainte Trinité
En 1813, FGT commence ses études comme pensionnaire à Plagne,
non loin de Belleydoux
Maison Egraz (école-pensionnat) à Plagne, où étudiait Gabriel
Entrée de la maison Egraz à Plagne
En 1815, Gabriel arrive à Châtillon-en-Michaille
pour commencer des études de latin
Actuelle église de Châtillon-en-Michaille,
l’ancienne ayant brûlé en 1870
Châtillon-en-Michaille vers 1830
C’est à Châtillon-en-Michaille que FGT, découvrant sa vocation
religieuse, décide de rentrer à Belleydoux.
Acte d’engagement de Gabriel Taborin dans la confrérie de Marie Auxiliatrice
Ancien palais épiscopal, dit palais abbatial, de Saint-Claude
En juin 1824, Gabriel Taborin quitte Belleydoux pour suivre
...
Les Bouchoux (Jura)
Conseillé par Mgr. de Chamon Gabriel entreprend la fondation d’une communauté
Gabriel Taborin réunit cinq jeunes aux Bouchoux
Après une semaine de retraite, ils prennent l’habit religieux
sous le nom de Frères de Saint-Joseph
Intérieur de l’église des Bouchoux
Une grande foule se rassemble en octobre 1824
pour assister à la prise d’habit.
A gauche bâtiment de la Mairie-école
En début novembre1824, les Frères de Saint-Joseph
entrent au service de la cathédrale de Saint-Claude.
Intérieur de la cathédrale de Saint-Claude
Stalles du chœur de la cathédrale de Saint-Claude
Saint-Claude (rue de La Poyat)
En 1824, Mgr. de Chamon confie l’école de la Maîtrise
aux Frères de Saint-Joseph.
Au no
34 de la rue de la Poyat les Frères de Saint-Joseph
commencent leurs activités éducatives
L’école de la Maîtrise de la Cathédrale existe encore aujourd’hui
Un aspect de l’école de la Maîtrise de la Cathédrale
Abandonné par ses compagnons, FGT reste seul en mars 1825
FGT arrive à Jeurre (Jura) envoyé par Mgr. de Chamon le 04/04/1825
A Jeurre, FGT exerce les fonctions d’instituteur et de catéchiste
A Jeurre, FGT essaie la fondation d’une communauté,
mais la maison s’écroule
Conseillé par Mgr de Chamon, FGT se transfère dans un ancien couvent
à Courtefortaine (au nord du département du Jura)
A Courtefontaine, FGT, aidé par l’Abbé Roland, constitue une petite communauté
Le manque de ressources et la nomination de l’Abbé Roland
à un autre poste obligent FGT à quitter Courtefontaine
Le 15/10/1826, FGT, avec 5 Frères novices, quitte Courteforntaine
Le 18/10/1826, FGT et ses novices sont accueillis à Ménestruel
commune de Poncin, dans l’Ain)
par M. Bochard, fondateur de...
Fr. Gabriel est envoyé à Châtillon-sur-Chalaronne pour y enseigner le latin.
Les Halles de Châtillon-sur-Chalaronne.
FGT est heureux de travailler quelques mois sur les lieux mêmes
où Saint Vincent d...
Aspect de la chapelle de Fourvière vers 1830.
FGT quitte la Société de la Croix de Jésus,
et, avec un Frère, se dirige à L...
La Basilique de Fourvière
Abside de la basilique
Intérieur de la Basilique de Fourvière
Aspect de la chapelle de Fourvière dans l’actualité
Après une rencontre avec Mgr. Devie à Genay le 25/02/1827,
FGT est envoyé à Brénod (Ain)
A Brénod, FGT collabore comme catéchiste
avec l’Abbé Jacques Charvet, ancien curé de Belleydoux
De Brénod FGT passe à Champdor en 1827: il continue sa mission
de catéchiste et essaie la fondation d’une communauté
avec ...
Le FGT revient à Champdor en 1830, au moment de la révolution de Juillet
En attendant des jours plus calmes, il se met au service
du baron Montillet de Champdor
En 1831, FGT abandonne le château de Champdor et rentre à Belmont
Le 30/10/1827, FGT est nommé par Mgr. Devie maître paroissial
à Hauteville
Intérieur de l’église de Hauteville
La maison d’école à Hauteville
FGT ouvre un pensionnat en1828
Chapelle de N. D. de Mazières près d’Hauteville:
FGT y conduit plusieurs fois les enfants en pèlerinage.
Dans la chapelle de Mazières a lieu
la prise d’habit d’un novice en 1829
Image de la Vierge Marie
près de la chapelle de Mazières
En 1829, FGT, avec l’aide de M. de Lauzière,
achète une maison à Belmont et y établit un pensionnat.
Eglise de Belmont: FGT vit dans cette paroisse
de 1829 à 1840
Une plaque à l’entrée de l’église fait mémoire du séjour de FGT à Belmont.
Belmont: « berceau » de l’Institut des Frères de la Sainte Famille
Sur la porte on peut encore lire:
ETABLISSEMENT RELIGIEUX DES FRERES DE LA SAINTE FAMILLE
En 1835, ont lieu, dans cette maison, les premières prises d’habit religieux
des Frères, envoyés immédiatement au service ...
Mgr. Devie visite la maison de Belmont en juillet 1835
Le Valromey et le Grand Colombier vus dès la maison de Belmont
La source de Belmont, où l’on peut encore se rafraîchir aujourd’hui
Le four de Belmont, autrefois lieu du pain
La ville de Belley
FGT, avec sa communauté, quitte Belmont pour Belley en 1840.
La « vieille porte » de Belley
L’ancien couvent de La Visitation à Belley que FGT
avait envisagé d’acquérir (aujourd’hui école primaire)
Le bâtiment du clos de l’évêché cédé par Mgr. Devie
Dans ce petit bâtiment, une communauté de plus de 40
personnes est logée pendant plus d’un mois
Dans ces circonstances difficiles,
« pas un Frère ni un Novice ne proféra un mot de plainte »
Un aspect de la rue Saint-Jean (Belley) autrefois
Les Sœurs Maristes sont là depuis 1825
« La Tourelle » dans la rue du Chapitre (Belley):
Les Soeurs de Saint Joseph sont arrivées à Belley en 1823
La Cathédrale de Belley,
encore en construction au moment de l’arrivée des Frères
FGT voulait placer sa maison et son
œuvre à l’ombre de la cathédrale
La chapelle Sainte Anne de l’abside
de la cathédrale de Belley, vue de l’extérieur
L’ancien palais épiscopal de Belley.
FGT y était reçu souvent par Mgr. Devie et ses successeurs
Statue de la Sainte Vierge érigée par Mgr. Chalandon
en mémoire de la proclamation du dogme de l’Immaculée (1854))
La communauté des Frères de la Sainte Famille
s’établit au 7 rue du Chapitre le 06/10/1840
Croix sur le portail de la Maison Mère
érigée par FGT en 1852
Aspect du jardin et de la grange de la Maison Mère en 1932
On voit la statue de la Sainte Vierge érigée par FGT en 1854
do...
La façade de la Maison Mère en 1963
La chapelle de la Maison Mère
La piscine et la statue de la Sainte Vierge
dans le jardin de la Maison Mère
Le « château branlant »,
résidence provisoire des FSF en 1903
La grande salle du réfectoire de la Maison Mère
lors du transfert des Restes de FGT
Travaux dans le bâtiment principal
de l’ancienne Maison Mère en 1980
Le dernier étage du bâtiment fut construit du temps
de Fr. Amédée, successeur de FGT
Le bâtiment principal de la Maison Mère fut vendu en 1980
Rue du Chapitre,le premier bâtiment occupé par FGT
demeure propriété des Frères.
La « Maison Gabriel Taborin »
La Maison Mère dans le quartier du Chapitre
La Maison Gabriel Taborin, abrite les archives du temps de la fondation,
une bibliothèque et une exposition sur le FGT.
La « Maison Gabriel Taborin » est aussi un lieu de rencontre et de recherche
La rue Frère Gabriel Taborin longe les murs de la maison actuelle des Frères
Résidence des Frères, rue de Savoie (Belley)
La maison des Frères
La chapelle de la maison des Frères
L’ancienne grange transformée en distillerie
Les Frères conservent le « secret » de l’élaboration du Kario
L’église d’Ars: l’abbé Vianney arrive à Ars en 1818
La première rencontre de FGT avec le Curé d’Ars se situe probablement ...
L’amour de Dieu et le zèle pastoral du Saint Curé
transforment la paroisse et le village
La mairie et l’ancienne école d’Ars:
Les Frères de la Sainte Famille arrivent dans cette paroisse en 1849
Le bâtiment du pensionnat construit par Fr. Athanase,
aujourd’hui Maison Saint Jean.
La vie sainte et simple du Saint Curé attire des multitudes
Les Frères de la Sainte Famille ont été des collaborateurs du Saint Curé
La basilique d’Ars
Les FSF continuent leur présence à Ars
Un Frère accueille un groupe de pèlerins
FGT avait écrit un livre pour aider à vivre le pèlerinage à Ars
FGT acquiert le monastère de Tamié (Savoie) en 1856
pour y établir une «trappe mitigée »
FGT a pu vivre à Tamié pendant quelques mois en 1856
son rêve de vie contemplative
Les Frères établissent également à Tamié un pensionnat
Des difficultés obligent le FGT à vendre Tamié en 1861
Un des passeports de FGT utilisé dans ses nombreux voyages
FGT fait un voyage à Rome en 1841
FGT est reçu par Grégoire XVI au palais du Quirinal
Il visite les basiliques de Rome …
… et les monuments de la Ville Eternelle
Le Pape Grégoire XVI lui accorde
l’approbation de l’Institut en 1841
Palais royal de Turin
En 1842, FGT se rend à Turin pour demander
la reconnaissance civile de l’Institut dans les Etats Sar...
Le roi Charles-Albert donne son autorisation
par des « Lettres Patentes » en 1842
La cathédrale de Turin
FGT se rend plusieurs autres fois à Turin
pour des démarches administratives
Il se rend à Paris pour demander la reconnaissance civile de l’Institut
et pour la fondation de plusieurs communautés.
Les Frères de la Sainte Famille commencent leurs
activités à la Paroisse de la Sainte Trinité en 1855
ND de la Garde à Marseille:
FGT passe à Marseille lors de ses deux voyages à Rome
et assiste à la consécration de la basil...
FGT demeure toujours en contact avec les moines de l’abbaye
d’Hautecombe (Savoie)
L’abbaye d’Hautecombe
FGT visite souvent les communautés et les établissements des Frères.
Il passe chaque année dans les écoles des Frères
et leur écrit de nombreuses lettres
Passages fréquents à Chambéry
Le château de Chambéry en 1860.
FGT salue, dans une lettre circulaire aux FSF, l’intégration
de la Savoie à la France.
La Haute-Savoie a compté avec un bon nombre d’écoles des FSF
Une fondation privée avait permis l’ouverture d’une école
à Massignieu, près de Belley
Les montagnes de la Savoie, témoins des nombreux voyages
de FGT dans la région
Montmélian: Les FSF dirigent plusieurs écoles dans la vallée de l’Isère
FGT avait conduit personnellement le jeune Fr. Amédée
pour l’ouverture de l’école de Saint-Jeoire
Saint-Laurent-sur-Sèvres:
FGT, accompagné de Fr. Amédée, visite plusieurs fois les Frères de Saint-
Gabriel en 1861
Saint-Laurent-sur-Sèvres:
Vers la fin de sa vie, il est question d’une fusion
avec les Frères de Saint-Gabriel
Les Frères de la Sainte-Famille ont servi
dans la Chapelle de Saint Martin à Tours
FGT écrit à plusieurs reprises la Règle des FSF
Le Nouveau Guide est sa dernière version
Le 25/08/1864, quelques mois avant sa mort,
FGT écrit son testament spirituel
FGT est mort le 24/11/1864.
Il a été inhumé dans l’ancien cimetière de Belley à la Bouvardière
Le tombeau des FSF a été transféré
au cimetière des Eplantaz de Belley en 1929
En 1959, Le tombeau de FGT est transféré
à la chapelle de la Maison Mère.
Le tombeau de FGT à la chapelle de la Maison Mère
En i982, ce tombeau trouve place à l’entrée
de la maison des Frères, rue de Savoie
Le 22/11/1998 on dépose FGT dans la chapelle
Sainte Anne à la cathédrale de Belley
Le tombeau de FGT dans la Chapelle
Sainte-Anne
Le 09/12/20/05 un nouveau caveau en ciment est construit pour accueillir
l’urne contenant les ossements de FGT
Le tombeau de FGT
Plaque tombale bénite par Mgr. Bagnard le 12/12/2005.
presentacion elaborada por el Hno. Teodoro Berzal 13/04/2
Le tombeau de FGT reste à Belley,
son charisme continue son chem...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Visite aux lieux de fgt

802 vues

Publié le

Power - Fundador - Lugares

Publié dans : Spirituel
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
802
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
109
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Visite aux lieux de fgt

  1. 1. SUR LES TRACES DE FRERE GABRIEL TABORIN Evocation des lieux où il est passé
  2. 2. BELLEYDOUX, au nord du département de l’Ain, 900 m. d’altitude
  3. 3. FRERE GABRIEL TABORIN naît à Belleydoux le 01/11/1799
  4. 4. BELLEYDOUX fait partie du PARC NATUREL REGIONAL DU HAUT-JURA
  5. 5. L’église de Belleydoux, consacrée par Mgr. Devie en 1833
  6. 6. A l’intérieur de l’Eglise de Belleydoux, plaque en l’honneur de FGT
  7. 7. Hommage de reconnaissance des Frères de la Sainte Famille à leur Fondateur
  8. 8. Font baptismal de l’église de Belleydoux
  9. 9. L’ancienne église, où FGT a été baptisé et où il a servi comme clerc, se trouvait en ce lieu, cimetière actuel.
  10. 10. Lieu où se trouvait la maison familiale de FGT à Belleydoux : Gabriel y a tenu l’école de 1817 à 1824
  11. 11. La famille Taborin (7 enfants, dont 3 morts en bas âge) possédait une autre maison, en haut de la rue. Elle avait une petite auberge et vivait de l’élevage, de la vente de fromage et de poterie.
  12. 12. Belleydoux au début du XX siècle
  13. 13. Belleydoux au début du XX siècle: au centre du village, on aperçoit encore la maison Taborin et, à côté du cimetière, l’ancienne école.
  14. 14. La rue principale de Belleydoux avant la guerre de 1939-45
  15. 15. L’ancienne maison Taborin, au centre du village, fut incendiée par les Allemands en juillet 1944 de même que plusieurs autres maisons.
  16. 16. Les lieux des activités « pastorales » de FGT
  17. 17. La chapelle Sainte Anne, reconstruite après la Révolution
  18. 18. La chapelle de Sainte Anne: au fond, les maisons de Bellevoîte
  19. 19. Entrée de la chapelle de Sainte Anne
  20. 20. Intérieur de la chapelle de Sainte Anne
  21. 21. Statue de Sainte Anne, cachée pendant la Révolution par une tante de FGT
  22. 22. FGT avait fait ériger la confrérie de Sainte Anne et il avait écrit un livre pour l’Association
  23. 23. Des groupes de pèlerins aiment s’y arrêter
  24. 24. Le jour de la fête de Sainte Anne, en juillet
  25. 25. Ancienne église d’Oyonnax, où Gabriel a fait sa première communion en 1811, le jour de la Sainte Trinité
  26. 26. En 1813, FGT commence ses études comme pensionnaire à Plagne, non loin de Belleydoux
  27. 27. Maison Egraz (école-pensionnat) à Plagne, où étudiait Gabriel
  28. 28. Entrée de la maison Egraz à Plagne
  29. 29. En 1815, Gabriel arrive à Châtillon-en-Michaille pour commencer des études de latin
  30. 30. Actuelle église de Châtillon-en-Michaille, l’ancienne ayant brûlé en 1870
  31. 31. Châtillon-en-Michaille vers 1830
  32. 32. C’est à Châtillon-en-Michaille que FGT, découvrant sa vocation religieuse, décide de rentrer à Belleydoux.
  33. 33. Acte d’engagement de Gabriel Taborin dans la confrérie de Marie Auxiliatrice
  34. 34. Ancien palais épiscopal, dit palais abbatial, de Saint-Claude En juin 1824, Gabriel Taborin quitte Belleydoux pour suivre sa vocation religieuse et se met au service de Mgr de Chamon.
  35. 35. Les Bouchoux (Jura) Conseillé par Mgr. de Chamon Gabriel entreprend la fondation d’une communauté
  36. 36. Gabriel Taborin réunit cinq jeunes aux Bouchoux
  37. 37. Après une semaine de retraite, ils prennent l’habit religieux sous le nom de Frères de Saint-Joseph
  38. 38. Intérieur de l’église des Bouchoux
  39. 39. Une grande foule se rassemble en octobre 1824 pour assister à la prise d’habit. A gauche bâtiment de la Mairie-école
  40. 40. En début novembre1824, les Frères de Saint-Joseph entrent au service de la cathédrale de Saint-Claude.
  41. 41. Intérieur de la cathédrale de Saint-Claude
  42. 42. Stalles du chœur de la cathédrale de Saint-Claude
  43. 43. Saint-Claude (rue de La Poyat) En 1824, Mgr. de Chamon confie l’école de la Maîtrise aux Frères de Saint-Joseph.
  44. 44. Au no 34 de la rue de la Poyat les Frères de Saint-Joseph commencent leurs activités éducatives
  45. 45. L’école de la Maîtrise de la Cathédrale existe encore aujourd’hui
  46. 46. Un aspect de l’école de la Maîtrise de la Cathédrale Abandonné par ses compagnons, FGT reste seul en mars 1825
  47. 47. FGT arrive à Jeurre (Jura) envoyé par Mgr. de Chamon le 04/04/1825
  48. 48. A Jeurre, FGT exerce les fonctions d’instituteur et de catéchiste
  49. 49. A Jeurre, FGT essaie la fondation d’une communauté, mais la maison s’écroule
  50. 50. Conseillé par Mgr de Chamon, FGT se transfère dans un ancien couvent à Courtefortaine (au nord du département du Jura)
  51. 51. A Courtefontaine, FGT, aidé par l’Abbé Roland, constitue une petite communauté
  52. 52. Le manque de ressources et la nomination de l’Abbé Roland à un autre poste obligent FGT à quitter Courtefontaine
  53. 53. Le 15/10/1826, FGT, avec 5 Frères novices, quitte Courteforntaine
  54. 54. Le 18/10/1826, FGT et ses novices sont accueillis à Ménestruel commune de Poncin, dans l’Ain) par M. Bochard, fondateur de la Société de la Croix de Jésus
  55. 55. Fr. Gabriel est envoyé à Châtillon-sur-Chalaronne pour y enseigner le latin.
  56. 56. Les Halles de Châtillon-sur-Chalaronne. FGT est heureux de travailler quelques mois sur les lieux mêmes où Saint Vincent de Paul fut curé.
  57. 57. Aspect de la chapelle de Fourvière vers 1830. FGT quitte la Société de la Croix de Jésus, et, avec un Frère, se dirige à Lyon.
  58. 58. La Basilique de Fourvière
  59. 59. Abside de la basilique
  60. 60. Intérieur de la Basilique de Fourvière
  61. 61. Aspect de la chapelle de Fourvière dans l’actualité
  62. 62. Après une rencontre avec Mgr. Devie à Genay le 25/02/1827, FGT est envoyé à Brénod (Ain)
  63. 63. A Brénod, FGT collabore comme catéchiste avec l’Abbé Jacques Charvet, ancien curé de Belleydoux
  64. 64. De Brénod FGT passe à Champdor en 1827: il continue sa mission de catéchiste et essaie la fondation d’une communauté avec la collaboration de l’Abbé Gache
  65. 65. Le FGT revient à Champdor en 1830, au moment de la révolution de Juillet
  66. 66. En attendant des jours plus calmes, il se met au service du baron Montillet de Champdor
  67. 67. En 1831, FGT abandonne le château de Champdor et rentre à Belmont
  68. 68. Le 30/10/1827, FGT est nommé par Mgr. Devie maître paroissial à Hauteville
  69. 69. Intérieur de l’église de Hauteville
  70. 70. La maison d’école à Hauteville FGT ouvre un pensionnat en1828
  71. 71. Chapelle de N. D. de Mazières près d’Hauteville: FGT y conduit plusieurs fois les enfants en pèlerinage.
  72. 72. Dans la chapelle de Mazières a lieu la prise d’habit d’un novice en 1829
  73. 73. Image de la Vierge Marie près de la chapelle de Mazières
  74. 74. En 1829, FGT, avec l’aide de M. de Lauzière, achète une maison à Belmont et y établit un pensionnat.
  75. 75. Eglise de Belmont: FGT vit dans cette paroisse de 1829 à 1840
  76. 76. Une plaque à l’entrée de l’église fait mémoire du séjour de FGT à Belmont.
  77. 77. Belmont: « berceau » de l’Institut des Frères de la Sainte Famille
  78. 78. Sur la porte on peut encore lire: ETABLISSEMENT RELIGIEUX DES FRERES DE LA SAINTE FAMILLE
  79. 79. En 1835, ont lieu, dans cette maison, les premières prises d’habit religieux des Frères, envoyés immédiatement au service de la cathédrale de Belley
  80. 80. Mgr. Devie visite la maison de Belmont en juillet 1835
  81. 81. Le Valromey et le Grand Colombier vus dès la maison de Belmont
  82. 82. La source de Belmont, où l’on peut encore se rafraîchir aujourd’hui
  83. 83. Le four de Belmont, autrefois lieu du pain
  84. 84. La ville de Belley FGT, avec sa communauté, quitte Belmont pour Belley en 1840.
  85. 85. La « vieille porte » de Belley
  86. 86. L’ancien couvent de La Visitation à Belley que FGT avait envisagé d’acquérir (aujourd’hui école primaire)
  87. 87. Le bâtiment du clos de l’évêché cédé par Mgr. Devie
  88. 88. Dans ce petit bâtiment, une communauté de plus de 40 personnes est logée pendant plus d’un mois
  89. 89. Dans ces circonstances difficiles, « pas un Frère ni un Novice ne proféra un mot de plainte »
  90. 90. Un aspect de la rue Saint-Jean (Belley) autrefois
  91. 91. Les Sœurs Maristes sont là depuis 1825
  92. 92. « La Tourelle » dans la rue du Chapitre (Belley): Les Soeurs de Saint Joseph sont arrivées à Belley en 1823
  93. 93. La Cathédrale de Belley, encore en construction au moment de l’arrivée des Frères
  94. 94. FGT voulait placer sa maison et son œuvre à l’ombre de la cathédrale
  95. 95. La chapelle Sainte Anne de l’abside de la cathédrale de Belley, vue de l’extérieur
  96. 96. L’ancien palais épiscopal de Belley. FGT y était reçu souvent par Mgr. Devie et ses successeurs
  97. 97. Statue de la Sainte Vierge érigée par Mgr. Chalandon en mémoire de la proclamation du dogme de l’Immaculée (1854))
  98. 98. La communauté des Frères de la Sainte Famille s’établit au 7 rue du Chapitre le 06/10/1840
  99. 99. Croix sur le portail de la Maison Mère érigée par FGT en 1852
  100. 100. Aspect du jardin et de la grange de la Maison Mère en 1932 On voit la statue de la Sainte Vierge érigée par FGT en 1854 dont l’original se trouve à Villa Brea (Italie)
  101. 101. La façade de la Maison Mère en 1963
  102. 102. La chapelle de la Maison Mère
  103. 103. La piscine et la statue de la Sainte Vierge dans le jardin de la Maison Mère
  104. 104. Le « château branlant », résidence provisoire des FSF en 1903
  105. 105. La grande salle du réfectoire de la Maison Mère lors du transfert des Restes de FGT
  106. 106. Travaux dans le bâtiment principal de l’ancienne Maison Mère en 1980
  107. 107. Le dernier étage du bâtiment fut construit du temps de Fr. Amédée, successeur de FGT
  108. 108. Le bâtiment principal de la Maison Mère fut vendu en 1980
  109. 109. Rue du Chapitre,le premier bâtiment occupé par FGT demeure propriété des Frères.
  110. 110. La « Maison Gabriel Taborin »
  111. 111. La Maison Mère dans le quartier du Chapitre
  112. 112. La Maison Gabriel Taborin, abrite les archives du temps de la fondation, une bibliothèque et une exposition sur le FGT.
  113. 113. La « Maison Gabriel Taborin » est aussi un lieu de rencontre et de recherche
  114. 114. La rue Frère Gabriel Taborin longe les murs de la maison actuelle des Frères
  115. 115. Résidence des Frères, rue de Savoie (Belley)
  116. 116. La maison des Frères
  117. 117. La chapelle de la maison des Frères
  118. 118. L’ancienne grange transformée en distillerie
  119. 119. Les Frères conservent le « secret » de l’élaboration du Kario
  120. 120. L’église d’Ars: l’abbé Vianney arrive à Ars en 1818 La première rencontre de FGT avec le Curé d’Ars se situe probablement en 1837.
  121. 121. L’amour de Dieu et le zèle pastoral du Saint Curé transforment la paroisse et le village
  122. 122. La mairie et l’ancienne école d’Ars: Les Frères de la Sainte Famille arrivent dans cette paroisse en 1849
  123. 123. Le bâtiment du pensionnat construit par Fr. Athanase, aujourd’hui Maison Saint Jean.
  124. 124. La vie sainte et simple du Saint Curé attire des multitudes
  125. 125. Les Frères de la Sainte Famille ont été des collaborateurs du Saint Curé
  126. 126. La basilique d’Ars
  127. 127. Les FSF continuent leur présence à Ars
  128. 128. Un Frère accueille un groupe de pèlerins
  129. 129. FGT avait écrit un livre pour aider à vivre le pèlerinage à Ars
  130. 130. FGT acquiert le monastère de Tamié (Savoie) en 1856 pour y établir une «trappe mitigée »
  131. 131. FGT a pu vivre à Tamié pendant quelques mois en 1856 son rêve de vie contemplative
  132. 132. Les Frères établissent également à Tamié un pensionnat
  133. 133. Des difficultés obligent le FGT à vendre Tamié en 1861
  134. 134. Un des passeports de FGT utilisé dans ses nombreux voyages
  135. 135. FGT fait un voyage à Rome en 1841
  136. 136. FGT est reçu par Grégoire XVI au palais du Quirinal
  137. 137. Il visite les basiliques de Rome …
  138. 138. … et les monuments de la Ville Eternelle
  139. 139. Le Pape Grégoire XVI lui accorde l’approbation de l’Institut en 1841
  140. 140. Palais royal de Turin En 1842, FGT se rend à Turin pour demander la reconnaissance civile de l’Institut dans les Etats Sardes
  141. 141. Le roi Charles-Albert donne son autorisation par des « Lettres Patentes » en 1842
  142. 142. La cathédrale de Turin FGT se rend plusieurs autres fois à Turin pour des démarches administratives
  143. 143. Il se rend à Paris pour demander la reconnaissance civile de l’Institut et pour la fondation de plusieurs communautés.
  144. 144. Les Frères de la Sainte Famille commencent leurs activités à la Paroisse de la Sainte Trinité en 1855
  145. 145. ND de la Garde à Marseille: FGT passe à Marseille lors de ses deux voyages à Rome et assiste à la consécration de la basilique en 1864
  146. 146. FGT demeure toujours en contact avec les moines de l’abbaye d’Hautecombe (Savoie)
  147. 147. L’abbaye d’Hautecombe
  148. 148. FGT visite souvent les communautés et les établissements des Frères.
  149. 149. Il passe chaque année dans les écoles des Frères et leur écrit de nombreuses lettres
  150. 150. Passages fréquents à Chambéry
  151. 151. Le château de Chambéry en 1860. FGT salue, dans une lettre circulaire aux FSF, l’intégration de la Savoie à la France.
  152. 152. La Haute-Savoie a compté avec un bon nombre d’écoles des FSF
  153. 153. Une fondation privée avait permis l’ouverture d’une école à Massignieu, près de Belley
  154. 154. Les montagnes de la Savoie, témoins des nombreux voyages de FGT dans la région
  155. 155. Montmélian: Les FSF dirigent plusieurs écoles dans la vallée de l’Isère
  156. 156. FGT avait conduit personnellement le jeune Fr. Amédée pour l’ouverture de l’école de Saint-Jeoire
  157. 157. Saint-Laurent-sur-Sèvres: FGT, accompagné de Fr. Amédée, visite plusieurs fois les Frères de Saint- Gabriel en 1861
  158. 158. Saint-Laurent-sur-Sèvres: Vers la fin de sa vie, il est question d’une fusion avec les Frères de Saint-Gabriel
  159. 159. Les Frères de la Sainte-Famille ont servi dans la Chapelle de Saint Martin à Tours
  160. 160. FGT écrit à plusieurs reprises la Règle des FSF Le Nouveau Guide est sa dernière version
  161. 161. Le 25/08/1864, quelques mois avant sa mort, FGT écrit son testament spirituel
  162. 162. FGT est mort le 24/11/1864. Il a été inhumé dans l’ancien cimetière de Belley à la Bouvardière
  163. 163. Le tombeau des FSF a été transféré au cimetière des Eplantaz de Belley en 1929
  164. 164. En 1959, Le tombeau de FGT est transféré à la chapelle de la Maison Mère.
  165. 165. Le tombeau de FGT à la chapelle de la Maison Mère
  166. 166. En i982, ce tombeau trouve place à l’entrée de la maison des Frères, rue de Savoie
  167. 167. Le 22/11/1998 on dépose FGT dans la chapelle Sainte Anne à la cathédrale de Belley
  168. 168. Le tombeau de FGT dans la Chapelle Sainte-Anne
  169. 169. Le 09/12/20/05 un nouveau caveau en ciment est construit pour accueillir l’urne contenant les ossements de FGT
  170. 170. Le tombeau de FGT
  171. 171. Plaque tombale bénite par Mgr. Bagnard le 12/12/2005.
  172. 172. presentacion elaborada por el Hno. Teodoro Berzal 13/04/2 Le tombeau de FGT reste à Belley, son charisme continue son chemin dans le monde

×