DOSSIER DE FINANCEMENT DES ŒUVRES DE SAINTE CONSTANCE
16 rue Gabriel Pierné 57000 METZ
Tél. 03 87 63 32 03 - Fax. 0...
I.	
  LA	
  STRUCTURE	
  
	
  
1.1	
  Un	
  peu	
  d’histoire	
  :	
  
L’origine	
  de	
  la	
  fondation	
  se	
  situe	
...
II.	
  LES	
  PERSONNAGES	
  
Jean	
  Joseph	
  Jacques	
  HOLANDRE	
  
Botaniste	
  et	
  naturaliste	
  lorrain	
  
	
  ...
Jean	
  Joseph	
  Jacques	
  Holandre	
  et	
  Sainte	
  Constance	
  
Marié	
  en	
  1824,	
  il	
  eut	
  une	
  fille	
...
 
	
  
Jean-­‐Christophe	
  Diedrich	
  (historien)
i
	
  dans	
  la	
  chapelle	
  Ste	
  Constance,	
  aujourd’hui	
  le...
Un	
  portrait	
  d’un	
  membre	
  gradé	
  connu	
  de	
  la	
  famille	
  
	
  
Ce	
  portrait	
  a	
  été	
  réalisé	
...
Biographie	
  
Lauréat	
  de	
  l’Ecole	
  de	
  dessin	
  de	
  Metz,	
  Auguste	
  Hussenot	
  est	
  pensionné	
  par	
...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dossier de financement des oeuvres d'art

269 vues

Publié le

Dossier de financement des oeuvres d'art comprenant l'historique

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
269
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
32
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dossier de financement des oeuvres d'art

  1. 1.     DOSSIER DE FINANCEMENT DES ŒUVRES DE SAINTE CONSTANCE 16 rue Gabriel Pierné 57000 METZ Tél. 03 87 63 32 03 - Fax. 03 87 50 56 61 E.mail : foyer.ste.constance@wanadoo.fr      
  2. 2. I.  LA  STRUCTURE     1.1  Un  peu  d’histoire  :   L’origine  de  la  fondation  se  situe  au  29  JUIN  1842.  Suite  au  décès  prématuré,  à  l’âge  de  17  ans,  de  leur  fille  unique   Constance,  Mr  et  Mme  HOLANDRE-­‐PIQUEMAL,  ses  parents,  consacrèrent  une  partie  de  leur  fortune  à  une  œuvre  de   charité  en  faveur  des  jeunes  filles  de  la  classe  ouvrière.  Ils  souhaitaient  perpétuer  le  nom  de  leur  fille  unique  en   créant  une  structure  sur  Metz,  ville  dont  ils  étaient  originaires.  Le  30  juin  1855,  ils  firent  construire,  rue  Saint  Marcel   à  Metz,  un  établissement  destiné  à  recueillir  et  élever  les  jeunes  orphelines,  âgées  de  4  à  10  ans,  et  ce,  jusqu'à  ce   qu'elles  atteignent  leur  majorité  à  21  ans.     En   novembre   1867,   les   époux   HOLANDRE-­‐PIQUEMAL   firent   don   des   bâtiments   aux   hospices   civils   de   Metz,   en   s’engageant  à  en  assurer  l’entretien  et  le  fonctionnement,  tout  en  se  réservant  le  droit  de  l’administrer.  Après  la   mort  du  couple,  la  Commission  administrative  des  Hospices  prit  définitivement  possession  de  l’orphelinat.  Jusqu’en   1955,  l'orphelinat  était  tenu  par  les  Sœurs  de  Saint  Vincent  de  Paul,  mais  celles-­‐ci  ne  pouvant  plus  assurer  le  fonc-­‐ tionnement,  l'établissement  rue  Saint  Marcel  cessa  toute  activité.  Il  s'ensuit  alors  une  longue  procédure  auprès  du   CONSEIL  D'ETAT  afin  d'obtenir  les  dérogations  nécessaires  pour  l'ouverture  d'un  nouvel  établissement  mieux  adapté   aux  besoins  du  moment.  Le  27  OCTOBRE  1966,  un  décret  du  CONSEIL  D'ETAT  approuve  les  nouveaux  statuts.  LE   FOYER  SAINTE  CONSTANCE  est  né.  Un  nouvel  établissement  sera  édifié  au  sablon.  Le  10  NOVEMBRE  1969,  Monsieur   Raymond  MONDON,   Ministre  des  Transports  et  Maire  de  Metz,  pose  la  première  pierre  sur  le  site  actuel.  Le  20   AVRIL   1972,   Monsieur   Jean-­‐Marie   RAUSCH,   Maire   de   Metz   et   Madame   MAIRET,   Directrice   inaugure   le   foyer.   La   structure  demeure  dans  ces  mêmes  locaux  depuis  43  ans.     1.2  Découverte  dans  l’entre  sol  :     Souhaitant  perpétrer  l’histoire  de  la  structure  et  donner  une  âme  à  ce  foyer  construit  dans  le  début  des  années  70,   une  recherche  a  été  entreprise  dans  les  locaux.  Quatre  tableaux  imposants  ont  été  découverts  qui  représentent  M.   HOLANDRE,  MME  PIQUEMAL,  Constance,  et  un  gradé  sans  doute  parentèle  de  la  famille.  Des  experts  ont  identifiés   ces  peintures  qui  sont  datées  pour  les  parents  des  années  1810,  pour  Constance  c’est  une  œuvre  sans  doute  pos-­‐ thume  qui  serait  de  1830,  pour  l’allié  entre  1830  et  1850  au  plus  tard.  Tous  les  cadres  sont  en  enluminure  doré  à  la   feuille  d’une  grande  qualité  malgré  les  usures  du  temps.     1.3  Le  projet  :  une  remise  en  état  des  œuvres  pour  offrir  aux  jeunes  accueillis  au  foyer  une  exposition  gratuite       Notre   foyer   accueille   prioritairement   des   jeunes   garçons   et   filles   âgés   de   16   à   30   ans.   Pour   notre   fondation,   l’évolution  de  la  personne  se  construit  à  travers  le  développement  de  l’autonomie,  la  prise  d’initiative,  la  mise  en   responsabilité,  la  participation  et  implication  active,  la  construction  de  la  réciprocité  et  la  solidarité.     Participant  à  la  politique  de  la  jeunesse,  nous  adoptons  une  approche  globale  et  individualisée  de  chaque  jeune,  en   utilisant  à  partir  de  l’habitat,  les  atouts  de  la  vie  collective  enrichie  par  un  brassage  des  publics  délibéré,  favorisant  la   rencontre  et  les  échanges  intergénérationnels,  encourageant  les  entraides  de  proximité  issues  de  la  multiplicité  des   expériences,  des  situations,  des  perspectives  de  notre  public.   Le  jeune  est  considéré  comme  sujet  de  droits  et  de  devoirs  et  incité  à  être  acteur  de  son  projet,  afin  de  le  soutenir   dans  les  nouvelles  responsabilités  et  perspectives  que  lui  offrent  sa  majorité  et  sa  citoyenneté.  Nous  pensons  inté-­‐ ressant  puisqu’ils  n’effectuent  pas  la  démarche  de  se  rendre  au  musée  que  quelques  toiles  viennent  à  eux  en  leur   racontant  l’histoire  du  foyer  où  ils  ont  décidé  d’habiter  un  certain  temps.   Pour  cela  sur  les  conseils  de  l’attaché  de  conservation  du  patrimoine  du  musée  de  la  cour  d’or  et  du  conservateur   des  monuments  historiques  de  la  DRAC  une  mise  en  concurrence  a  été  effectuée  auprès  de  plusieurs  restaurateurs  :   dont  Joël  HENRION,  Florence  GOREL,  Sylvie  SCHEIDT,  Delphine  DOLLEZ.  Il  s’avère  que  le  mieux  disant  et  la  prestation   la  plus  sérieuse  revient  à  MME  GOREL  pour  un  total  TTC  de  5436  euros.  Le  foyer  ne  disposant  pas  de  cette  somme   sollicite  des  dons  pour  conserver  ce  patrimoine  et  faire  revivre  l’origine  du  foyer  Sainte  Constance.    
  3. 3. II.  LES  PERSONNAGES   Jean  Joseph  Jacques  HOLANDRE   Botaniste  et  naturaliste  lorrain     Né  en  1778  à  Fresnes-­‐en-­‐Woëvre   Mort  en  1857  à  Metz   La  Ville  de  Metz  nomma  Jean-­‐Jacques  Holandre    conservateur  du  muséum  d’histoire  naturelle  de  Metz  en  1817,   fonction  qu'il  exerça  de  1818  jusqu'en  1841.  Il  fut  également  bibliothécaire  de  la  ville  de  Metz  de  1823  à  1840.   Biographie   Jean-­‐Jacques  Holandre  était  le  neveu  de  François  Holandre  (1753  –  1830),  également  grand  naturaliste  mosellan)  ;  il   fut  formé  très  jeune  à  l'histoire  naturelle  par  son  oncle,  alors  directeur  du  Cabinet  d'histoire  naturelle  du  Palatinat-­‐ Deux-­‐Ponts  (aujourd’hui  Zweibrücken  en  Allemagne),  et  introduit  à  Metz  alors  que  ce  dernier  était  médecin  à  l'hôpi-­‐ tal  militaire.  Il  fut  l'un  des  fondateurs  de  la  Société  d'histoire  naturelle  de  la  Moselle  créée  en  1835  (actuellement   au  complexe  municipal  du  Sablon,  48  rue  Saint  Bernard  à  Metz)  et  fit  aussi  partie  de  l'Académie  de  Metz.     Il  assura  la  restauration  de  cette  collection  fort  abîmée  et  l'enrichit  à  l'aide  de  dons  des  membres  de  la  Société  d'His-­‐ toire  Naturelle  de  la  Moselle  et  d'achats,  la  ville  lui  allouant  la  somme  de  600  francs  tous  les  ans  à  cet  effet  :  mammi-­‐ fères,  oiseaux,  poissons,  reptiles,  coquilles,  fossiles,  roches  de  la  région  s'accumulèrent  alors.  C'est  à  cette  époque   qu'il  commença  à  constituer  l'herbier  de  la  Moselle,  donné  au  muséum    en  1858  par  sa  veuve,  avec  un  meuble  con-­‐ tenant  une  collection  de  papillons  régionaux,  et  encore  parfaitement  conservé.  Il  assurait  en  outre  des  cours  de   botanique  au  Jardin  des  Plantes  de  l'ancien  Couvent  des  Capucins.  Il  fut  l'auteur,  entre  autres,  d'une  Flore  de  la  Mo-­‐ selle  (1829,  rééditée  en  1842)  et  d'une  Faune  de  la  Moselle  (1825  à  1836).  Toutes  ces  collections  furent  d'abord  ras-­‐ semblées  dans  la  salle  de  géologie  au  deuxième  étage  du  muséum,  puis,  la  place  manquant,  dans  la  grande  galerie   de  zoologie  du  premier  étage,  toujours  en  l'état.   Il  donna  son  portrait  à  la  ville  en  1856.  Une  copie  de  l'œuvre  donnée  fut  réalisée  par  le  musée  au  XIXe  siècle  pour   orner  la  salle  d'histoire  naturelle.  L'original  comme  la  copie  ne  sont  pas  attribués.    
  4. 4. Jean  Joseph  Jacques  Holandre  et  Sainte  Constance   Marié  en  1824,  il  eut  une  fille  prénommée  Constance  qu'il  perdit  à  l'âge  de  17  ans  :  il  fit  construire  en  sa  mémoire   l'Orphelinat  de  Sainte  Constance  en  faveur  des  jeunes  filles  de  la  classe  ouvrière.  Originellement  situé  rue  St  Marcel,   il  a  ensuite  été  transféré  aux  hospices  civils  de  Metz  après  le  décès  des  fondateurs  en  1867.     Bibliographie  :     Faune  du  département  de  la  Moselle  :  partie  ornithologique,  ou  les  oiseaux  –  1825   Flore  de  la  Moselle,  ou  manuel  d'herborisation,  précédé  d'un  aperçu  géologique  sur  le  département  –  1829   Notice  sur  les  musaraignes  des  environs  de  Metz  et  sur  quelques  autres  genres  d'animaux  de  ce  même  pays,  commu-­‐ niquée  à  l'Académie  royale  de  Metz,  le  30  octobre  1836  –  1836   Faune  du  département  de  la  Moselle  :  animaux  vertébrés  mammifères,  oiseaux,  reptiles  et  poissons  –  1836   Table  analytique  pour  faciliter  l'étude  des  plantes  dans  la  nouvelle  flore  du  département  de  la  Moselle  –  1870     Madame  PIQUEMAL       D’autres  portraits  de  la  mère  de  Constance  se  trouvent  dans  la  chapelle  du  lycée  Fabert  à  METZ,  en  présence  de  leur   fille  âgée  d’une  dizaine  d’années.  
  5. 5.     Jean-­‐Christophe  Diedrich  (historien) i  dans  la  chapelle  Ste  Constance,  aujourd’hui  le  lycée  Fabert,  décorée  par  Hussenot  après   une  commande  passée  par  les  Holandre-­‐Piquemal  (fondateurs  du  Foyer  Ste  Constance)     CONSTANCE      
  6. 6. Un  portrait  d’un  membre  gradé  connu  de  la  famille     Ce  portrait  a  été  réalisé  par  Auguste  HUSSENOT  célèbre  portraitiste  lorrain.   Auguste  HUSSENOT     Né  le  5  décembre  1799  à  Courcelles  et  mort  en  1885  à  Metz  
  7. 7. Biographie   Lauréat  de  l’Ecole  de  dessin  de  Metz,  Auguste  Hussenot  est  pensionné  par  la  ville  de  Metz  pour  aller  à  Paris  où,  en   1823,  il  entre  dans  l’atelier  de  Grosii .  De  retour  à  Metz,  il  fréquente  les  cercles  où  se  croisent  les  notables  messins,   sollicite  et  décroche,  en  1832,  le  titre  de  conservateur  d’un  Musée  de  Metz  qui  n’ouvrira  ses  portes  qu’en  1840.   Vers  1834  il  ouvre  avec  Auguste  Migette  un  atelier  de  décorateur  à  Metz.  Il  travaille  beaucoup  sur  les  décors  des   églises  de  la  ville  et  des  environs.  Il  débute  également  au  salon  de  1840  à  Paris.  Il  invente  et  développe  une  tech-­‐ nique  nouvelle  dite  de  "peinture  à  feuilles  appliquée  sur  pierre".  Il  peut  désormais  travailler  dans  son  atelier  de  très   grandes  surfaces  qu’il  fera  poser  directement  sur  les  murs.  Les  portes  des  édifices  religieux  lui  sont  ouvertes     Œuvres   Décoration  des  églises  Notre-­‐Dame,  Saint-­‐Vincent  et  Saint-­‐Simon,  Chapelle  Ste-­‐Constance  à  Metz,  église  de  Woippy.   Portraits,  notamment  :  Alfred  Malherbe,  Auguste  Migette,  Saint-­‐Mesmin.                                                                                                                               ii  Antoine-­‐Jean  Gros,  baron  Gros,  né  à  Paris  le  16  mars  1771  et  mort  le  25  juin  1835  à  Meudon,  est  un  peintre  français  néoclas-­‐ sique  et  préromantique.     DEVIS  DE  RESTAURATIONS     Le  devis  retenu  pour  la  restauration  s’élève  à  6  200  euros,  nous  sollicitons  un  soutien  exceptionnel  de  la  part  de   toutes  les  personnes  et  de  toutes  les  entreprises  souhaitant  nous  aider  avant  d’envisager  le  commencement  de  cette   réhabilitation.       V.  JALABERT   Directrice  du  FJT  Sainte  constance    

×