Cycle De Krebs

13 195 vues

Publié le

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
13 195
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
63
Actions
Partages
0
Téléchargements
116
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cycle De Krebs

  1. 1. Cycle de krebs:<br />
  2. 2. C’est une voie de dégradation oxydative commune aux procaryotes et aux eucaryotes, appelé aussi cycle des acides tricarboxyliques ou cycle de Krebs. Il constitue le carrefour principal du métabolisme permettant l’oxydation de la plupart des oses, des acides gras et des acides aminés, et fournit de très nombreux métabolites intermédiaires des réactions de biosynthèse. <br />Introduction:<br />
  3. 3. C’est une suite ingénieuse de 8 réactions successives organisée en une voie métabolique cyclique, assurant l’oxydation de l’acétyl-CoA en 2 molécules de gaz carbonique et permettant de récupérer l’énergie libre disponible pour assurer la synthèse d’ATP via l’alimentation de la chaîne respiratoire par 3 NADH,H+ et un FADH2. <br />Il se déroule dans la matrice mitochondriale à l’aide de 8 enzymes dont sept solubles et un fixé sur la MMI (succinatedeshydrogènase). <br />Vue général:<br />
  4. 4. C’est l’étapes de la décarboxylation oxydative du pyruvate en acétyl-CoA. <br />Les étapes préliminaires:<br />
  5. 5. 1–- FORMATION DU CITRATE<br />Le cycle débute par la condensation de ’'oxaloacétate (en C4) avec ’'acétyl-CoA (en C2) pour former le citroyl-CoA (en C6) qui, en présence de l'eau, est hydrolysé en citrate. L'enzyme qui intervient est la citrate synthase<br />Les étapes du cycle de l’acide citrique:<br />
  6. 6. 2–- ISOMERISATION DU CITRATE EN ISOCITRATE:<br />Cette isomérisation est le résultat d’une déshydratation et d'une réhydratation effectuées par une enzyme appelée la cis-aconitase.<br />
  7. 7. 3 - DESHYDROGENATION DECARBOXYLANTE DE L’ISOCITRATE<br />C’est la première des 4 réactions d’oxydoréduction du cycle du citrate. La décarboxylation est consécutive à la déshydrogénation de l’isocitrate. Cette dernière fait apparaître une fonction cétone en position βpar rapport à la fonction carboxylique médiane. Il se forme l’oxalosuccinate (intermédiaire instable) qui se décarboxyle spontanément en formant une molécule de l’α-cétoglutarate. La réaction est catalysée par l’isocitratedéshydrogénase à NAD+<br />
  8. 8.
  9. 9. 4–- DESHYDROGENATION DE L’α-CETOGLUTARATE<br />C’est la deuxième réaction d’oxydoréduction. Elle est catalysée par le complexe multi-enzymatiquede l‘α-cétoglutaratedéshydrogénase, analogue à celui de la pyruvate déshydrogénase Il se forme du succinyl-CoA. La déshydrogénation de ce composé est exergonique et fournit une énergie suffisante pour la formation d’une liaison thioester, riche en énergie. Les cofacteurs suivants interviennent : TPP, lipoate, HSCoA, FAD et NAD+.<br />
  10. 10.
  11. 11. 5. Transformation du succinyl-CoA en succinate par la succinyl-CoA synthétase <br />
  12. 12. 6.–- DESHYDROGENATION DE SUCCINATE EN FUMARATE:<br />Cette réaction est catalysée par la succinatedeshydrogènase, seul enzyme de cette voie lié à la membrane mitochondriale. Les électrons provenant du FADH2 sont pris en charge par la chaîne respiratoire.<br />
  13. 13. 7–- HYDRATATION DU FUMARATE ET FORMATION DU MALATE<br />La réaction est catalysée par une lyase (hydratase) : la fumarase ou fumarate hydratase.<br />
  14. 14. 8–- DESHYDROGENATION DU MALATE EN OXALOACETATE<br />C’est la 4e déshydrogénation catalysée par la malate déshydrogénase à NAD+ .Elle termine le cycle :<br />
  15. 15. Deux atomes de carbone entrent dans le cycle sous forme d’acétyl-CoA et enressortentsous forme de 2 CO2 obtenus au cours des deux décarboxylations au niveau de l’isocitrate et de l'a-cétoglutarate.<br />Quatre paires d'hydrogène sortent du cycle, trois sous forme de NADH,H+ et une sous forme de FADH2, ce qui permet la formation de 11 liaisons phosphates riche en énergie au cours des phosphorylations mitochondriales.<br />1 liaison phosphate riche en énergie est formée sous forme de GTP.<br />En conclusion l’oxydation totale de l’acétyl-CoA permet la formation de 12 liaisons phosphates riches en énergie (12 ATP).<br />Bilan énergétique et moléculaire du cycle de Krebs. <br />
  16. 16.
  17. 17.
  18. 18. Les trois enzymes clés qui régulent l’activité du cycle utilisent 3 moyens simples : la disponibilité en substrat ; l’inhibition par le (ou les) produit(s) ; le rétrocontrôle inhibiteur par des intermédiaires métaboliques d’action compétitive. <br />- L’activité de la citrate synthase est contrôlée en partie par la disponibilité de ces 2 substrats : oxaloacétate et acétyl-CoA. Les produits de la réaction ATP et citrate inhibent l’enzyme. <br />REGULATION DU CYCLE DE KREBS<br />
  19. 19. - La vitesse d’utilisation du citrate est sous la dépendance de l’isocitratedeshydrogènase. Celle-ci est inhibée par les produits, NADH et ATP. <br />- L’alpha-cétoglutaratedeshydrogènase est également fortement inhibée par ses produits, le NADH et le succinyl-CoA. <br />- Le succinyl-CoA entre aussi en compétition pour la citrate synthase avec l’acétyl-CoA inhibant ainsi l’enzyme.<br />
  20. 20.
  21. 21. Rôle du cycle du krebs<br />
  22. 22. Exemple:Bilan énergétique total de la dégradation du glucose en CO2+ H2O <br />

×