L’A.A.A.
Évaluation préopératoire d’une chirurgie
réglée d’un anévrysme de l’aorte
abdominale
LA question
Le métier anesthésiste consiste à évaluer sur un terrain
donné le retentissement d’une chirurgie.
Leterrain
 5 à 10% des sujets de plus de 65 ans sont
atteint d’AAA,
 Plus du tiers des patients AAA ont une atteinte
cor...
Lachirurgie
 Le plus souvent, grande laparotomie médiane
+/- abord des scarpa,
 Particulière par le temps de clampage et...
QUEL bilan ?
Quelle évaluation préopératoire proposer ?
Approchemultidisciplinaire
 Pathologies intriquées,
 Mais surtout cardiologique +++,
 Et respiratoire.
 Sans pour auta...
Critèrescliniques
 Critères majeurs :
 Angor instable, IdM < 3 mois,
 IC décompensée,
 Troubles du rythme et/ou conduc...
Guideline ACC/AHA
• Place « royale » de
l’échographie de
stress à la
dobutamine,
• Scintigraphie au
Thallium,
• EFR.
GestionAAPetAC
 Maintien des AAP +++
 Reprise précoce des AAP si arrêt,
 L’acide acétylsalycilique ne contre-indique pa...
Conclusion
Gouverner c’est prévoir.
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA

259 vues

Publié le

Un diaporama d'EPU pour MG sur la chirurgie de l'AAA vu par l'anesthésiste.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
259
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
13
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Prise en charge préanesthésique de la chirurgie de l'AAA

  1. 1. L’A.A.A. Évaluation préopératoire d’une chirurgie réglée d’un anévrysme de l’aorte abdominale
  2. 2. LA question Le métier anesthésiste consiste à évaluer sur un terrain donné le retentissement d’une chirurgie.
  3. 3. Leterrain  5 à 10% des sujets de plus de 65 ans sont atteint d’AAA,  Plus du tiers des patients AAA ont une atteinte coronarienne sévère ; moins de 10% ont des coronaires saines,  La prévalence de l’IdM postopératoire est de 4%,  En cas d’IdM postopératoire, la mortalité est supérieure à 20%, 10 fois plus importante que celle liée à toute autre complication post- opératoire,  Intoxication tabagique fréquente responsable d’un score de détresse respiratoire post- opératoire de 4 à 15%,  Insuffisance rénale chronique pré-existante fréquente,  Traitement antiagrégant plaquettaire en prévention primaire ou secondaire fréquent.
  4. 4. Lachirurgie  Le plus souvent, grande laparotomie médiane +/- abord des scarpa,  Particulière par le temps de clampage et de déclampage aortique +++,  Responsable de variations hémodynamiques importantes : véritable « épreuve d’effort » per- opératoire,  Saignement au déclampage fréquent souvent modéré mais pouvant être intense : intérêt de la récupération sanguine peropératoire,  Anesthésie « pilotée » avec des produits de cinétique rapide, plutôt halogénée,  Place de l’analgésie péridurale : postopératoire surtout.
  5. 5. QUEL bilan ? Quelle évaluation préopératoire proposer ?
  6. 6. Approchemultidisciplinaire  Pathologies intriquées,  Mais surtout cardiologique +++,  Et respiratoire.  Sans pour autant entrer dans une débauche inutile d’examens complémentaires : comme en médecine, être guidé par la clinique +++
  7. 7. Critèrescliniques  Critères majeurs :  Angor instable, IdM < 3 mois,  IC décompensée,  Troubles du rythme et/ou conductifs de haut grade,  Valvulopathie sévère.  Critères intermédiaires :  Angor stable, IdM ancien,  IC compensée : NYHA 2,  Diabète,  Insuffisance rénale.  Critères mineurs :  Âge avancé,  MET < 4,  Anomalie ECG,  Antécédent d’AVC.
  8. 8. Guideline ACC/AHA • Place « royale » de l’échographie de stress à la dobutamine, • Scintigraphie au Thallium, • EFR.
  9. 9. GestionAAPetAC  Maintien des AAP +++  Reprise précoce des AAP si arrêt,  L’acide acétylsalycilique ne contre-indique pas la réalisation d’une APD,  Risque de thrombose prothétique faible mais chirurgie majeure => thrombophilie postopératoire.
  10. 10. Conclusion Gouverner c’est prévoir.

×