LA DOULEURAPPROCHES AUTOUR DE    LA DOULEUR
APPROCHES AUTOUR DE               LA DOULEURSi tous les hommes sont forcémentun jour confrontés à la douleur, tousne la re...
APPROCHES AUTOUR DE                           LA DOULEURLa douleur, expérience universelle, recouvre les multiples facette...
3 notions à ne jamais oublier                     1.Définition I.A .S.P "La douleur est une expérience sensorielle et ém...
3 notions à ne jamais oublier     2."Est douleur ce que le patient dit être une                        douleur« Tenir co...
3 notions à ne jamais oublier                3.la douleur chronique"La douleur chronique, définie par une durée  supérieu...
APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR                              retour sur les termes de l’I.A.S.P Expérience = connaissance,...
APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR                          retour sur les termes de l’I.A.S.P La douleur, à quoi « ça » sert...
APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR                       retour sur les termes de l’I.A.S.PLe « ça » me fait mal englobe donc...
La douleur, à quoi ça sert, utilité, finalité… C’est une fonction biologique dans sa forme normale Elle a une vertu éduc...
La douleur, comment la définir… On distingue schématiquement trois grandes variétés. Elles  peuvent être intriquées chez ...
La douleur, comment la définir…              Selon les situations :Douleur post‑opératoireDouleur en cancérologieDoule...
La douleur, comment la définir… Selon la durée : aigue, chronique (supérieure à 3 mois) Selon la qualité : brûlure, tors...
La douleur, comment l’appréhender…            Bases de l’évaluation :Rappel : Aucune mesure objective ne permet de   quan...
La douleur : les bases psychologiques
La douleur : les bases psychologiques                     Les bases psychologiques :            Relation avec le malade ...
La douleur : les bases psychologiques    Relation avec le malade douloureux .Comprendre la douleurComposante cognitive : ...
La douleur : les bases psychologiques La psychologie de la douleur :tenir compte de (+++) 1- Les symboles et les croyance...
La douleur : les conséquences… Les pathologies psych(iatr)iques associées à la douleur :  comorbidités. (Sur       une ét...
La douleur : les conséquences…Plusieurs études montrent que les émotions négatives sont un facteur pronosticpour :Les lom...
La douleur chronique: les conséquences…Vunérabilité génétique ou environnementaleStress = Douleur                         ...
La douleur chronique: les conséquences…                    ConclusionDans sa forme pathologique chronique, la douleur n’a...
Douleur : que disent les textes ?                                              Ar ticle R. 4311-5 : Dans le cadre de son ...
APPROCHES AUTOUR DE                              LA DOULEUR                              Conclusion 1 A côté du mécanism...
APPROCHES AUTOUR DE                      LA DOULEUR                     Conclusion 2 La charge émotionnelle contenue par...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La douleur.

1 853 vues

Publié le

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 853
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
192
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La douleur.

  1. 1. LA DOULEURAPPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR
  2. 2. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEURSi tous les hommes sont forcémentun jour confrontés à la douleur, tousne la ressentent pas et nen parlentpas de la même façon
  3. 3. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEURLa douleur, expérience universelle, recouvre les multiples facettes des individus et leur subjectivité. Ces notions sont incluses dans la définition proposée par l’I.A.S.P, International Association for Study of Pain (Association Internationale pour l’étude de la douleur)
  4. 4. 3 notions à ne jamais oublier  1.Définition I.A .S.P "La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, associée à une lésion tissulaire potentielle ou réelle, ou décrite en les termes dune telle lésion". Les termes impor tants :  Expérience/Sensorielle/Emotionnelle/Désagréable/Lésion/  Tissu/Réel/potentiel
  5. 5. 3 notions à ne jamais oublier  2."Est douleur ce que le patient dit être une douleur« Tenir compte des différentes composantes : laspect sensoriel, laspect émotionnel, laspect individuel du vécu antérieur et enfin laspect comportemental par la description quen fait le patient
  6. 6. 3 notions à ne jamais oublier 3.la douleur chronique"La douleur chronique, définie par une durée supérieure à 3 mois, altère la personnalité du patient ainsi que sa vie familiale, sociale et professionnelle". Au-delà de la notion de durée, ce sont les répercussions dela douleur sur la vie du patient, et la perte de lespoir dune guérison rapide qui qualifient le mieux la chronicité.
  7. 7. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR retour sur les termes de l’I.A.S.P Expérience = connaissance, habitude, pratique, qualification /vécu = authentique, réel, vrai. Sens(orielle) = sens, instinct, intuition, sentiment . Emotion(nelle) := émotif, affectif, nerveux, commotion, coup, ébranlement, , saisissement, secousse . Désagréable = agressif, antipathique, déplaisant, méchant, pénible, contrariant, ennuyeux, fâcheux, gênant, importun, regrettable, blessant, désobligeant, offensant, vexant, incommodant, mauvais. Réel(le) = vécu, authentique, certain, exact, indubitable, palpable, patent, tangible, évident, palpable, sensible, sérieux, véritable, visible . Potentiel = virtuel , conditionnel, hypothétique. Lésion= blessure, plaie, trauma.
  8. 8. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR retour sur les termes de l’I.A.S.P La douleur, à quoi « ça » sert ? 1er sens : « ça » = la douleur 2ème sens : « ça » me fait mal (sens Freudien) Le conscient = le « moi »,l’ego,la personnalité,la structure psychique qui permet à l’individu de se défendre contre le réalité et contre les pulsions. Le subconscient = le « surmoi »,partie du psychisme qui permet de contrôler le moi et de le censurer par des interdits. L’inconscient = le « ça », ensemble des pulsions refoulées dans l’inconscient.
  9. 9. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR retour sur les termes de l’I.A.S.PLe « ça » me fait mal englobe donc, l’individu entier, ce qu’il est en tant qu’être, et regroupe tous les termes et les synonymes du vécu, de la mémoire, de l’enfance, de l’éducation, de la religion, du milieu social, toute l’ontologie du patient (ce qui fait qu’on est SOI).  (« Boys Don’t Cry »,The Cure -1979-)
  10. 10. La douleur, à quoi ça sert, utilité, finalité… C’est une fonction biologique dans sa forme normale Elle a une vertu éducative pour la préservation du fonctionnement normal de l’individu. Chez les sujets qui sont insensibles à la douleur de façon congénitale, on observe une plus grande morbidité (sensibilité aux maladies) que chez les individus normaux Cette utilité peut être faussée, par un fonctionnement anormal des voies de la douleur, à l’origine de messages douloureux en l’absence de stimulation
  11. 11. La douleur, comment la définir… On distingue schématiquement trois grandes variétés. Elles peuvent être intriquées chez un même individu. Ce sont les douleurs : nociceptives : lésion d’un organe, d’un tissu Neuropathiques : lésion ou dysfonctionnement du système nerveux central ou périphérique ou « sine materia » : sans support, sans « cause » identifiable, dite aussi « psychogène »
  12. 12. La douleur, comment la définir… Selon les situations :Douleur post‑opératoireDouleur en cancérologieDouleur neurogèneDouleur chez lenfantDouleur du sujet âgé Douleur des soins, etc…
  13. 13. La douleur, comment la définir… Selon la durée : aigue, chronique (supérieure à 3 mois) Selon la qualité : brûlure, torsion, pulsation, déchirement, brêve, prolongée, permanente, localisée, généralisée, etc… Selon les signes (sémiologie) : -Douleur mécanique,inflammatoire -Manœuvre déclenchant la douleur -Rythme, horaire
  14. 14. La douleur, comment l’appréhender… Bases de l’évaluation :Rappel : Aucune mesure objective ne permet de quantifier la douleur, chaque patient est son propre témoin3 questions fondamentales :Le type : Chronique ou aiguëLe mécanisme : Nature nociceptive, neuropathique, psychogèneLintensité : Utilisation d’échelles
  15. 15. La douleur : les bases psychologiques
  16. 16. La douleur : les bases psychologiques  Les bases psychologiques :  Relation avec le malade douloureux .Comprendre la douleurComposante socio-économique : Évaluation de l’existence d’un lien entre douleur persistante et situation socio-économique Situation professionnelle, assurances … Composante af fectivo-émotionnelle : Évaluation systématique del’humeur- Questionnaire d’auto ou d’hétéro-évaluation- Dépression fréquente (30 à 50% des cas)- Douleurs persistantes non cancéreuses- Avis « psy » indispensable
  17. 17. La douleur : les bases psychologiques  Relation avec le malade douloureux .Comprendre la douleurComposante cognitive : Façon dont le patient se représente :  La cause de sa douleur  Son attitude vis-à-vis de sa douleurProblèmes observés ou appréhendés dans l’entourage du patient : Durée, sensibilité, appréhension du traitement Composante compor tementale Impact de la douleur sur le comportement. Nombreux indices pour apprécier l’intensité de la douleur Plainte douloureuse = communication  Dimension relationnelle de la douleur
  18. 18. La douleur : les bases psychologiques La psychologie de la douleur :tenir compte de (+++) 1- Les symboles et les croyances : circonstances, croyances quant à la cause, adjectifs, comparaisons… 2- Les émotions : anxiété, dépression, colère, humiliation, persécution... 3- Les implications relationnelles : rejet, compassion 4- Les implications sociales : conflit avec lemployeur, conflit avec la CPAM
  19. 19. La douleur : les conséquences… Les pathologies psych(iatr)iques associées à la douleur : comorbidités. (Sur une étude faite par Fishbain en 1999) Dépression majeure : 15 à 100 % ! Troubles anxieux : 7 à 63 % ! Troubles somatoformes (hypochondrie, conversion) :42 % Dépendance à l ’alcool : 15 à 23 % Dépendance aux médicaments opiacés : 16 à 64 % Personnalités pathologiques (histrionique, dépendant, narcissique, border-line)
  20. 20. La douleur : les conséquences…Plusieurs études montrent que les émotions négatives sont un facteur pronosticpour :Les lombalgies opérées,La prise en charge multidisciplinaire des douleurs chroniquesen terme de douleur, handicap/invalidité, qualité de vie, coût de santé.
  21. 21. La douleur chronique: les conséquences…Vunérabilité génétique ou environnementaleStress = Douleur Anxiété/Dépression Processus cognitifs et comportementaux Mauvais support social dysfonctionnels
  22. 22. La douleur chronique: les conséquences… ConclusionDans sa forme pathologique chronique, la douleur n’a plus du tout de fonction biologique, elle est au contraire une force maléfique qui impose au malade, à sa famille et à la société de graves stress émotionnels, physiques, économiques et sociaux.il faut tout faire pour eviter qu’une douleur passe à la chronicité…
  23. 23. Douleur : que disent les textes ? Ar ticle R. 4311-5 : Dans le cadre de son rôle propre, linfirmier ou linfirmière doit désormais évaluer la douleur sans prescription médicale. Ar ticle R. 4311-8 Linfirmier ou linfirmière est habilité à entreprendre et à adapter les traitements antalgiques, dans le cadre des protocoles préétablis, écrits, datés et signés par un médecin. Le protocole est intégré dans le dossier de soins infirmiers Loi n°2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé :Ar ticle L.1110-5 : «…Toute personne a le droit de recevoir des soins visant à soulager sa douleur. Celle-ci doit être en toute circonstance prévenue, évaluée, prise en compte et traitée …».
  24. 24. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR  Conclusion 1 A côté du mécanisme générateur le plus banal,(une lésion tissulaire), existent dautres mécanismes générateurs de douleurs (lésion nerveuse, perturbation psychologique) qui toujours seront décrites en référence aux expériences passées. Ce qui a pour conséquences que toute douleur, même à lévidence psychologique, est toujours ressentie dans le corps charnel et le fait que le patient insiste pour que la cause soit identifiée par tous les moyens possibles . La plainte émise par un patient nest pas corrélée à létendue du dégât tissulaire censé la motiver.
  25. 25. APPROCHES AUTOUR DE LA DOULEUR  Conclusion 2 La charge émotionnelle contenue par la plainte dépend du patient , mais aussi de lattente quil a de celui auquel elle est adressée.Cest dire que le patient ne se plaindra pas de la même façon à linfirmière ou au médecin et que son discours sera encore nuancé par la présence de tiers tels que ses proches.

×