Cognition & Cancer

392 vues

Publié le

La prise en charge des troubles cognitifs après le cancer

Publié dans : Santé
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
392
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cognition & Cancer

  1. 1. 2014 les troubles cognitifs en oncologie Sandrine Vandenbossche Neuropsychologue & Onco-coach
  2. 2. plan Quelle est la situation ? Quelles sont les origines ? Quelles sont les conséquences cérébrales? Quelles sont les enjeux psychologiques ?
  3. 3. la situation 15 à 75 % d’altérations rapportées dans la littérature ✤ Méthodologies différentes : - groupe de référence - batteries objectives et subjectives - définition du déficit ✤ Effet de contraste avec le potentiel antérieur ✤ CONSCIENCE des altérations
  4. 4. la situation
  5. 5. la situation Altérations des fonctions cognitives modérées, subtiles et sélectives Attention Vitesse de traitement Fonctions exécutives Mémoire de travail
  6. 6. la situation ✤ Enquête Hurricane Voice Breast Cancer (2007): - Modification de la mémoire : 98 % - Impact négatif sur QDV: 62 % ✤ Sondage franco-belge (Lefel & al, 2010) - Perte de mémoire: 42 % - Perte de concentration : 26 % ✤ Demande d’aide +++ 80 % considèrent la PEC primordiale 70 % sont prêt a suivre des ateliers de rééducation
  7. 7. la situation ✤ Manque de connaissances des patients & du corps médical ✤ Manque d’informations du corps médical ✤ existence de ces « séquelles » ✤ mécanismes ✤ effets ✤ durée < > Risque de créer la plainte !!! (Schagen, 2012)
  8. 8. la situation Dissociation entre les plaintes et le fonctionnement cognitif objectif ✤ Perception subjective >< scores objectifs ✤ Résultats aux tests cognitifs ne reflètent ni la fréquence, ni la nature des troubles ✤ Utilité de questionnaires subjectifs ✤ Métacognition ???
  9. 9. la situation Impact transitoire sur le FC mais « persistant » sur la qualité de vie ✤ Evolutions variables et récupération entre 12 et 24 mois (Wefel & al, 2004) ✤ Effets persistants jusqu’à 10 ans après la fin des traitements (Ahles & al, 2002) —> impact sur la CONFIANCE et soi et ses capacités cognitives
  10. 10. origines
  11. 11. origines ✤ Impact des traitements sur la cognition —> neurotoxicité - Effet du traitement - Effet de la dose - Effet de la combinaison - Effet des traitements corticoïdes associés - Effet des psychotropes
  12. 12. modifications anatomiques HIPPOCAMPE Aire préfrontale Gyrus cingulaire Lobe pariétal supérieur Gyrus para-hippocampique (Inigaki et al, 2007) ✤ Atrophie de l’hippocampe ✤ Réduction de densité de substance blanche et de substance grise Modifications chimio-induites dans le fonctionnement cognitif
  13. 13. modifications fonctionnelles IRMf de jumelles monozygotes de 60 ans pendant une tâche de mémoire de travail Activation corticale +++ pour la jumelle traitée par chimiothérapie pendant la tâche —> Compensation par activation d’autres régions cérébrales : performances = —> Plus large réseau cérébral activé : fatigabilité cognitive +++ (Ferguson et al, 2007) JUMELLE NON TRAITEE JUMELLE TRAITEE PAR CT
  14. 14. enjeux psychologiques ✤ Troubles cognitifs dès l’annonce du cancer : 25 à 35 % chez patients avec cancer du sein ou du colon (Wefel, 2004; Hermelink,Untch, Lux et al., 2007,) ✤ Avant tout traitement, diminution de l’activation chez des patientes qui vont être traitées pour un cancer du sein versus sujets sains (Cimprich et al, 2009) - gyrus frontal inférieur (aire de Broca - compréhension) - gyrus cingulaire antérieur (aires de Brodmann - fct. exe) / cortex limbique —> Impact du CANCER lui même ?
  15. 15. enjeux psychologiques La plainte cognitive subjective est plus associée au niveau d’anxiété-dépression, fatigue, QDV et moins aux résultats cognitifs (Vardy & al., 2009) Plainte de mémoire = détresse psychologique ? ✤ Dimension brutale d’INSECURITE ✤ Moment de CRISE ✤ REVOLUTION sur le plan psychique ✤ CONFRONTATION aigue à son avenir Anxiété Tristesse- dépression Rupture professionnelle Image du corps Fatigue Perte d’intégrité physique et psychique Modifications sociales, familiales Perte d’autonomie
  16. 16. processus psychologiques adaptatifs ✤ « Verrouillage » des émotions = paralyse le fonctionnement cérébral Test mémoire autobiographique : Patients CT = éléments émotionnels < sujets sains Verrouillage émotionnel = verrouillage intellectuel —> on mémorise ce qui nous intéresse (Morel et Al., 2012) ✤ Activisme +++ (pensée et action) = position de « lutte » Hyperactivité qui préserve l’ intégrité psychique pendant la maladie et le traitement MAIS: ✤ Saturation cérébrale (plus de place pour intégrer de nouvelles informations) ✤ Manque du mot, manque de fluidité (la pensée va trop vite/mots) ✤ Dispersion dans les activités (on commence tout sans rien finir)
  17. 17. processus psychologiques adaptatifs ✤ Préoccupations psycho-affectives liées aux épreuves traversées —> moins de disponibilité psychique et intellectuelle = manque d’attention ✤ Actions incohérentes: lunettes dans le frigo ✤ Phénomène d’automatisme : moins de contrôle de nos actions ✤ Empêche de mobiliser les capacités intellectuelles
  18. 18. conclusion ✤ Plaintes très fréquentes ✤ Difficile à objectiver par batteries standards ✤ Dissociation entre objectif et subjectif ✤ Origines et mécanismes complexes ✤ Impact majeur de l’état psychologique ✤ Besoin ET demande d’écoute et d’aide : 70 % !!!
  19. 19. conclusion —> CANCER = ALTERATIONS COGNITIVES subtiles modérées sélectives transitoires MAIS témoignant d’une altération de la qualité de vie !
  20. 20. Merci pour votre attention

×