Créativité, comment les agences innovent                                                         http://www.e-marketing.fr...
« Il ne faut pas créer pour se faire plaisir mais pour répondre à un besoin et aider linternaute quiarrive sur un site à e...
En effet, « la marge de manoeuvre est plus étroite sil sagit du site dun vépéciste doté dunimportant catalogue et qui a de...
Quelles sont les dernières évolutions qui ont marqué le-commerce?Ce secteur est en pleine mutation et les frontières entre...
Quelle sera la prochaine grande avancée?Les modes de navigation mobile, et particulièrement la navigation tactile, changen...
« 70 % des grands annonceurs ont aujourdhui une page Facebook quils alimentent régulièrement »,relève Grégoire Vitry, dire...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Créativité, comment les agences innovent

580 vues

Publié le

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
580
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Créativité, comment les agences innovent

  1. 1. Créativité, comment les agences innovent http://www.e-marketing.fr/E-commerce/Article/Creativite- comment-les-agences-innovent-41917-1.htm Les sites de-commerce cherchent à concilier attractivité et efficacité commerciale. Pour y parvenir, la voie de la créativité passe aujourdhui par une approche cross-canal assumée, une présence audacieuse sur les réseaux sociaux et des formats publicitaires innovants. Les sites qui tirent leur épingle du jeu dans un univers aussi concurrentiel que le-commerce ont forcément quelque chose en plus. Lidée de génie, le concept gagnant, capable de transformer un clic en une expérience unique. Mais pour faire émerger une marque, mieux vaut rester fidèle à son image, sen inspirer sans la galvauder.
  2. 2. « Il ne faut pas créer pour se faire plaisir mais pour répondre à un besoin et aider linternaute quiarrive sur un site à entrer le plus vite possible dans lunivers de la marque. » Ce conseil avisé émanede Capucine Pierard, directrice du pôle UBI-commerce dHavas Digital. Pour elle, il est bon desurprendre le visiteur, de lappâter avec un design sophistiqué, mais cela est loin dêtre suffisant. Ilfaut avant tout « laccompagner au mieux afin quil consomme plus facilement et que son expérienceutilisateur soit satisfaisante ».Pour de nombreux spécialistes, la clé de la réussite réside dans un bon équilibre entre le design et lavente stricto sensu, ou, comme le confie Alain Roussel, cofondateur de lagence La Chose, entre «limage de marque et lergonomie. Le site doit être appétant, mais il doit aussi être simple etcliquable rapidement ». Avis aux créatifs: « Il ne doit pas devenir une galerie dart, prévient CyrilBalit-Vandebrouck, fondateur de Zee Agency. Son but premier reste de vendre. »Toute la difficulté consiste à trouver le bon dosage. « Il nest pas facile de concilier partiefonctionnelle et habillage graphique », souligne Cyrille Assire, chef de projet ergonome travaillantpour la société de services Smile. « Les plus petits sites disposent souvent dun plus grand terrain dejeu créatif », renchérit Hélène Lefebvre, consultante multimédia chez Smile Digital.
  3. 3. En effet, « la marge de manoeuvre est plus étroite sil sagit du site dun vépéciste doté dunimportant catalogue et qui a de nombreuses grilles de lecture à gérer pour guider les visiteurs. Lescontraintes de communication et dacquisition de trafic ne sont pas non plus les mêmes sil sagitdune petite marque artisanale ou dun pilier du luxe... »3 QUESTION À... GRÉGORY POUY, DIRECTEUR MÉDIAS SOCIAUX DE LAGENCE NURUN« Le site de-commerce est de moins en moins un silo isolé et la créativité dépasse largement sesfrontières »
  4. 4. Quelles sont les dernières évolutions qui ont marqué le-commerce?Ce secteur est en pleine mutation et les frontières entre les points de vente physiques et le-commerce sont de plus en plus floues. Les gens commandent des produits en ligne et vont leschercher en magasin, ou bien vont voir les offres en boutique avant dacheter en ligne. De même, ilsutilisent leur téléphone mobile dans le point de vente pour obtenir des informations sur le Web... Ilsse connectent aux réseaux sociaux pour prendre conseil auprès de leurs amis. Le site de-commerceest de moins en moins un silo isolé et la créativité dépasse largement ses frontières. Les entreprisesdoivent jouer sur la complémentarité des canaux. Jusquici, beaucoup faisaient une différence entreleurs clients en ligne et hors ligne. Or ce sont les mêmes. Les techniques et ressorts marketing dansces deux environnements doivent donc être quasi-identiques.Comment se montrer créatif dans pareil environnement?En prenant en compte lenvironnement, et pas seulement le site, et en comprenant que les canauxne sont pas concurrents mais complémentaires. Il faut innover sur la présentation des informationsproduits, sur la prise en compte de la mobilité, des commentaires et des médias sociaux, mais aussiajouter des vidéos. Cest déjà le cas pour des entreprises comme French Connection, qui a lancé une« Youtique », une boutique sur YouTube. Les consommateurs daujourdhui sont habitués à descontenus ludiques en vidéo. Ce format fait vendre et augmente les taux de conversion. Lapersonnalisation est un autre axe damélioration des services: au travers dun travail sur les « bigdata », et notamment sur les données Facebook, Amazon fait de « la personnalisation persuasive ». Ildétermine ce qui vous fait acheter afin de vous pousser des offres en adéquation avec votre profil.
  5. 5. Quelle sera la prochaine grande avancée?Les modes de navigation mobile, et particulièrement la navigation tactile, changent en profondeur lafaçon dont les gens surfent. Pour sadapter, les sites vont devoir mettre en oeuvre de meilleuresstratégies multicanal. Les processus de vente sont aussi beaucoup plus courts sur le mobile, pour unrésultat identique. Actuellement, beaucoup dentreprises ont des applications spécifiques pourchacune de leurs activités, ce qui entraîne une galaxie de sites pas toujours cohérents entre eux. Toutcela va devoir être rationalisé.Tisser sa toile... partoutPour tous, il est primordial dinnover « en apportant une interactivité qui a du sens » et en «développant de lintimité dans les relations, insiste Alain Roussel: Cest la base ; le fondement de laréussite de sites tels Vente-privee et Brandalley. » Les moyens de multiplier les échanges avec lesvisiteurs sont nombreux. Un exemple: La Chose a récemment mis au point, pour AmnestyInternational, un mini site de pétition en faveur de la libération de 12 prisonniers dopinion. Avec, àla clef, pour les 100 000 premiers signataires: la révélation dun titre exclusif de YaelNaïm et DavidDonatien. Le succès a dépassé les attentes, avec plus de 250 000 signatures, et plus encore de « fans» ayant diffusé linformation à leurs contacts sur Facebook. Une façon originale de créer unecommunauté dont pourraient sinspirer les e-commerçants. Les réseaux sociaux sont à lévidence unlieu de rencontre à privilégier, tant ils encouragent les initiatives.
  6. 6. « 70 % des grands annonceurs ont aujourdhui une page Facebook quils alimentent régulièrement »,relève Grégoire Vitry, directeur de lagence Armania. Au-delà de lintégration du bon vieux « Jaime »à leurs pages, les sociétés rivalisent dexpériences dans la « gamification » afin de fidéliser leurs fansou de les attirer vers leurs nouveaux produits. En octobre 2011, Nike a organisé, à Paris, une course «connectée » durant laquelle les participants pouvaient actualiser automatiquement le mur de leurprofil Facebook grâce à une application dédiée et à une puce RFID intégrée à leurs chaussures. Dansle même esprit, la start-up française MyCheckExperience prépare le lancement « officiel » duneplateforme permettant de relier les profils de membres Facebook à des objets RFID, des mobiles oudes QR Codes... Lobjectif: faciliter lactualisation en temps réel des profils des participants à unévénement organisé « dans la vraie vie », un salon ou un défilé. En investissant les terrains du jeu etdu social, le marchand sort dune logique purement mercantile et révèle son inventivité. E-commerce N°35 - 01/02/2012 - Christophe Dutheil

×