Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Sophie	  Dauphant	  –	  Master	  CPEAM	  –	  ISIC	  ______________________________________________________________________...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Tpr transmedia - sophie dauphant

1 021 vues

Publié le

Définition du transmedia, méthodes de recueil et bibliographie

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 021
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
53
Actions
Partages
0
Téléchargements
28
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tpr transmedia - sophie dauphant

  1. 1.  
  2. 2. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________   SOMMAIRE  I.   LE  CONCEPT  DU  «  TRANSMEDIA  STORYTELLING  »   4  II.   DISPOSITIF  DE  RECUEIL  DES  DONNEES   13  III.   BIBLIOGRAPHIE   14   _____________________________________________________________________________________________________ Page 2/19  
  3. 3. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________  INTRODUCTION     Les   industries   culturelles,   et   plus   particulièrement   les   secteurs   audiovisuels  (Télévision   et   cinéma   entre   autres),   connaissent   de   profondes   mutations   liées   à   la  convergence   des   technologies   et   à   ce   qu’Henry   Jenkins   appelle   «  la   convergence  culturelle  ».   Ces   deux   mouvements   ont   favorisé   l’émergence   de   nouvelles   stratégies   de  production  :  le  Cross-­‐media,  le  Transmedia    Storytelling  (Henry   Jenkins),   le  Deep   Media  (Franck   Rose),   le  Mediamix  (Mizuko   Ito)  sont   ainsi   progressivement   apparus   dans   les   paysages   audiovisuels   depuis   les   années  1990.      Derrière   ces   mots   à   la   mode   se   cachent   des   réalités   narratives   et   économiques,   et   un  désir   de   mettre   en   place   des   stratégies   créatives   concurrentielles   du   côté   de   la  production.  Du  côté  des  récepteurs,  en  particulier  des  fans,  le  désir  de  se  plonger  dans  la  découverte  des  univers  narratifs  domine,  tout  comme  l’envie  de  les  détourner  et  de  se  les  réapproprier.       Dans   ce   travail   personnel   de   recherche,   nous   allons   nous   intéresser   plus  particulièrement  à  l’une  des  ces  stratégies  :  Le  «  Transmedia  Storytelling  ».  Aujourd’hui,  les  marques  utilisent  cette  nouvelle  forme  de  création  pour  atteindre     le  mieux  possible  une  cible  devenue  de  plus  en  plus  exigeante.       Dans   une   première   partie,   nous   tenterons   de   définir   le   terme   de   «  Transmedia  Storytelling  »,   replacerons   ce   terme   dans   son   contexte   et   approfondirons   la  problématique.   Puis,   dans   une   seconde   partie,   nous   aborderons   le   dispositif   de   recueil  de   données   mis   en   place   pour   la   rédaction   de   ce   mémoire.   Enfin,   nous   aurons   une  ébauche  de  bibliographie  qui  sera  amenée  à  évoluer  au  fil  de  mes  recherches.             _____________________________________________________________________________________________________ Page 3/19  
  4. 4. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________   I. Le  concept  du  «  Transmedia  Storytelling  »     A. Définition           Cité   pour   la   première   fois   en   2003   par   Henry   Jenkins   dans   un   article   de   la  Technology   Review1,   le   «   Transmedia   »   consiste   à   développer   un   univers   narratif   sur  différents  supports  médiatiques.  Il  fait  de  ce  terme  un  adjectif  en  le  rapportant  à  celui  de  «  Storytelling  »,   le   recentrant   ainsi   sur   la   notion   de   narration.   Le   Transmedia  Storytelling  va   donc   être   une   façon   particulière   de   raconter   des   histoires.   Prenons  comme   exemple   la   franchise   cinématographique   Matrix   qui   a   su   profiter   des  potentialités  de  la  convergence  des  technologies  pour  créer  un  ensemble  de  dispositifs  narratifs.   Les   frères   Wachowski   ont   créé   un   univers   éclaté   sur   plusieurs   médias   (des  bandes  dessinées,  des  séries  animées,  des  jeux  vidéos,  des  jeux  de  rôles  en  ligne)  ce  qui  a  permis   à   Henry   Jenkins   de   proposer   une   première   définition   du  Transmedia  Storytelling.  Il  s’agit  pour  lui  d’un  «  processus  dans  lequel  les  éléments  d’une  fiction  sont  dispersés  sur  diverses  plateformes  médiatiques  dans  le  but  de  créer  une  expérience  de  divertissement   coordonnée   et   unifiée  ».   Il   rajoute   qu’idéalement,   chaque   extension   sur  chaque   média   doit   pouvoir   être   vue   séparément   et   constituer   un   point   d’entrée   dans  l’univers.    Il   est   important   de   relever   que   le  Transmedia   Storytelling  n’est   pas   exclusivement  produit   sur   des   plateformes   médiatiques   numériques.   En   effet,   les   bandes  dessinées  Matrix   Comics     attestent   de   l’importance   de   tous   les   médias   dans   le  développement  de  récits  et  de  narrations  transmédiatiques.                                                                                                                      1  Analyse   des   nouvelles,   des   caractéristiques,   des   rapports   spéciaux   sur   les   nouvelles  technologies  et  leur  impact  pour  les  innovateurs  et  les  chefs  dentreprise.  Publié  par  MIT  depuis  1899.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 4/19  
  5. 5. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________    Cette   nouvelle   forme   de   narration   permet   de   toucher   différents   publics   et   favorise   la  circulation  de  laudience  dun  média  à  lautre  :  Le  spectateur  peut  par  exemple  découvrir  lhistoire   sur   Internet,   rester   en   contact   au   quotidien   sur   le   mobile,   et   la   suivre  hebdomadairement  à  la  télévision.  Par  lutilisation  de  médias  interactifs  et  des  nouvelles  technologies   de   linformation   et   de   la   communication,   cette   expérience   de  divertissement  enrichie  recherche  une  participation  plus  active  et  un  engagement  plus  profond  de  la  part  des  publics  visés.       Le   Transmedia   peut   donc   être   présenté   comme   une   pratique   nouvelle   qui  cherche   à   intégrer   le   spectateur   dans   une   expérience   immersive   et   ainsi   mêler   le   réel   et  la   fiction.   Du   webdocumentaire   à   la   websérie   en   passant   par   les   ARG   («   Alternative  Reality  Games  »),  les  séries  télévisées,  les  films,  les  applications  sur  smartphone  (iPhone  ou   Androïd),   les   sites   internet,   les   blogs   et   les   événements   IRL   («   In   Real   Life   »),   le  Transmedia   regroupe   des   supports   médiatiques   multiples   dans   le   but   de   toucher  l’audience  la  plus  large  grâce  à  la  fidélisation  et  l’interactivité.    Au   croisement   du   jeu,   de   la   réalité   et   de   la   fiction,   l’univers   narratif   interactif   semble  pouvoir   être   démultiplié.   La   narration   Transmedia   se   différencie   du  cross-­‐média  qui  décline  un  contenu  principal  sur  des  médias  complémentaires.                             _____________________________________________________________________________________________________ Page 5/19  
  6. 6. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________       Comme   vous   pouvez   le   voir   sur   le   schéma   ci-­‐dessous,   de   nombreux   acteurs   du  Transmedia   choisissent   la   métaphore   du   puzzle   pour   définir   le   concept.   Un   projet  Transmedia   est   constitué   de   pièces   de   puzzle   indépendantes   (on   peut   ne   consulter  qu’une  pièce  du  puzzle)  mais  qui,  assemblées,  dévoilent  l’intégralité  de  l’univers  narratif  et   invitent   à   une   expérience   plus   riche.   En   ce   sens,   l’expérience   Transmedia   remet   en  cause   les   techniques   narratives,   éditoriales   mais   aussi   économiques   du   secteur   du  divertissement.          La  création  d’un  univers  cohérent  à  travers  des  extensions  apparaît  donc  fondamental,  mais  il  est  nécessaire  qu’il  soit  immersif  et  participatif,  comme  l’a  montré  Franck  Rose1.  Celui-­‐ci   propose   une   terminologie   et   une   approche   différente   de   celle   de   Jenkins.   Pour  lui,  il  est  plus  juste  de  parler  de  Deep  Media2,  puisque  le  but,  avec  ces  stratégies,  est  de  faire   vivre   une   expérience   immersive   et   participative   aux   récepteurs   et   aux   fans.   Cette  logique  immersive  des  stratégies  transmédias  replace  le  récepteur  et  le  fan  au  centre  du  dispositif.                                                                                                                  1  auteur  du  best-­‐seller  The  Art  of  immersion  ,  salué  par  la  revue  International  Journal  of  Advertising  comme   «un   aperçu   essentiel  »   des   changements   fondamentaux   touchant   aux  médias  aujourdhui.    2  Média  profond.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 6/19  
  7. 7. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________    Les  fans  sont  bien  entendu  les  récepteurs  les  plus  actifs  dans  ces  processus  transmédia.  Ils   vont   aller   chercher   le   contenu   narratif   sur   les   différentes   plateformes   médiatiques  pour  le  partager  avec  la  communauté.       Dans   le   domaine   des   industries   culturelles,   Jeff   Gomez,   président   et   PDG   de  Starlight   Runner   Entertainment   a   également   contribué   à   la   définition   du  Transmedia  Storytelling.  Selon   lui,   le   transmédia   consiste   en   la   diffusion   d’un   message   dense   au  travers   de   différents   médias.   C’est   également   grâce   à   lui   que   désormais,   le   producteur  transmédia  est  reconnu  et  légitime  dans  le  secteur  audiovisuel.  Il  a  un  statut  juridique  et  peut  proposer  des  stratégies  narratives  transmédia  autour  d’œuvres  audiovisuelles.       Ces   définitions   mettent   bien   l’accent   sur   le   fait   que   le  Transmedia   Storytelling  est  une   extension   de   la   narration,   appelé   aussi   une  narration   augmentée.   Plusieurs  principes   énoncés   par   Henry   Jenkins   viennent   renforcer   cette   impression.   Il   rappelle  l’importance  de  la  construction  d’un  univers  qui  va  permettre  de  mettre  en  place  tout  un  processus   d’extensions   narratives   sur   plusieurs   médias.   Le   phénomène   de   sérialité  atteste   de   la   cohérence   de   cet   univers   éclaté   et   renforce   l’idée   d’une   narration  augmentée.      Cependant,   ces   approches   montrent   que   même   si   des   caractéristiques   demeurent  communes,  le  Transmedia  Storytelling,  dans  la  pratique  comme  dans  la  définition  est  en  pleine  construction.                       _____________________________________________________________________________________________________ Page 7/19  
  8. 8. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________       B. Contextualisation         Pour   comprendre   le   terme   Transmedia,   il   est   nécessaire   d’expliquer   le   contexte  dans   lequel   il   est   né.   Dès   les   années   1970   et   1980,   les   artistes   pionniers   de   lArt  télématique  firent   des   expériences   de   narration   collective,   en   mixant   les   ancêtres   des  réseaux   actuels,   et  produisirent  à  la  fois  des  visions  et  des  théories  critiques  de  ce  qui  allait  devenir  le  Transmédia.    Le   terme   «  Transmedia  »   est   apparu   pour   la   première   fois   en   1991   lorsque   Marsha  Kinder1  a  parlé  de  «  super  systèmes  commerciaux  Transmedia  »,  qui  faisaient  référence  au  domaine  des  stratégies  publicitaires.      En  1999,  les  frères  Andy  et  Larry  Wachowski  réalisent  le  premier  épisode  de  The  Matrix,  franchise2  réalisée  et  pensée  autour  dune  narration  Transmedia.  La  même  année,  Daniel  Myrick  et  Eduardo  Sanchez  réalisent  "The  Blair  Witch  Project"  dont  le  scénario  joue  sur  lambiguïté  entre  fiction  et  réalité  et  repose  sur  des  ressorts  Transmedia.    Henry   Jenkins,   professeur   au  MIT  (Massachusetts   Institute   of   Technology)   évoqua   une  première  fois  en  2002  le  terme  de  Transmedia  au  cours  dun  atelier  chez  Electronic  Arts.  Pendant   son   retour   en   avion,   il   écrit   un   essai   intitulé  Transmedia   Storytelling  publié  dans   la  Technology  Review  en   janvier   2003.   Il   popularisera   la   notion   de   Transmedia   en  2006  avec  son  ouvrage  intitulé  Convergence   Culture  :  il  y  traite  de  la  triple  convergence  des  usages,  des  technologies  et  des  contenus.  Selon  Jenkins,  «  une   histoire  Transmedia  se   développe   sur   plusieurs   supports   medias,   chaque   scénario   apportant   une  contribution  distincte  et  précieuse  à  lensemble  du  récit.  »  Il  ajoute  que  «  cette  nouvelle  forme  de  narration  permet  de  passer  dune  consommation  individuelle  et  passive  à  un  divertissement  collectif  et  actif.  »                                                                                                                    1  Professeur  d’Université  et  d’études  critiques.  2  Œuvres.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 8/19  
  9. 9. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________       Jeffrey   Jacob   Abrams 1  fait   partie   des   pionniers   à   mettre   en   pratique   le  Transmedia  à  grande  échelle,  notamment  au  travers  de  la  série  Lost  avec  le  jeu  en  réalité  alternée  The   Lost   Experience  mis  en  place  pendant  les  inter-­‐saisons  de  Lost  en  2006.  Ce  dispositif  permettait  de  faire  patienter  la  communauté  des  fans  de  la  série  en  livrant  des  éléments  de  réponse  et  des  indices  indépendants  du  scénario  initial.  Les  premiers  jeux  en   réalité   alternée  (ou   ARG)   sont   considérés   comme   faisant   partie   des   réalisations  Transmedia   à   part   entière   au   même   titre   que   la   franchise  Star  Wars  ou   encore   les  jeux  de  rôle  tels  que  Donjons  &  Dragons.       Jeff  Gomez,  président  et  PDG  de  Starlight  Runner  Entertainment,  travaille  depuis  plus  de  10  ans  avec  des  studios  hollywoodiens  tels  que  Walt  Disney  Pictures  ou  la  20th  Century   Fox  ainsi   que   pour   des   marques   comme   Coca-­‐Cola,   Hasbro   ou   Mattel   et   apporte  son   approche   marketing   à   la   notion   de   Transmedia.   Il   présente   le   Transmedia   comme   le  processus  de  transmission  d’un  message  dense,  un  sujet  ou  d’un  scénario,  à  un  public  de  masse   utilisant   des   plateformes   médias   multiples.   Chaque   partie   de   l’histoire   est   unique  et   s’appuie   sur   les   forces   de   chaque   média,   et   souvent,   le   public   est   invité   à   participer   et  à  interagir  avec  la  narration.       En   France,   la   vague   des  web   documentaires   est   souvent   rapprochée   du  Transmedia  et  constitue  une  première  approche  significative  de  ce  mode  dexpression.  Bien   quoriginellement   conçu   pour   un   seul   support,   les   web   documentaires   intègrent   de  plus   en   plus   le   media   mobile   et   font   lobjet   dune   diffusion   télévisée   à   travers   un  remontage  spécifique,  donnant  un  nouvel  éclairage  au  récit.  C’est  notamment  grâce  à  la  réalisation   d’un   webdocumentaire   durant   mon   master   que   je   me   suis   penchée   sur   le  sujet  du  Transmedia  Storytelling.                                                                                                                            1  Scénariste,  réalisateur,  producteur,  compositeur  etacteur  américain   bien   connu   pour  son  travail  dans  les  genres  de  laction,  du  drame  et  de  la  science  fiction.     _____________________________________________________________________________________________________ Page 9/19  
  10. 10. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________    Lors  de  mes  recherches,  j’ai  pu  voir  les  différents  marchés  du  Transmédia  retranscrits  ci-­‐dessous  :     Marchés  effectifs   Marchés  potentiels    -­‐   les   incontournables   filières   du   -­‐  marché  éditorial  numériques   (start-­‐up   du   mobile   et   des   -­‐  Administrations  services  web,  acteurs  du  stockage,  MVNO)     -­‐  L’e-­‐Education  -­‐  audiovisuel  (télévision,  radio)   -­‐  Le  tourisme    -­‐  jeux  vidéos   -­‐  Le  patrimoine  -­‐  cinéma    -­‐  formation  (au  transmédia)  -­‐   contenu   de   marque   (brand   content)   /  publicitaires  -­‐  information  -­‐  activisme  transmédia                                   _____________________________________________________________________________________________________ Page 10/19  
  11. 11. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     C. Intérêt  du  sujet  et  problématique       Comme  je  l’ai  évoqué  précedemment,  c’est  la  réalisation  d’un  webdocumentaire  pendant  ma  première  année  de  master  qui  m’a  donnée  envie  de  réaliser  mon  mémoire  sur  le  Transmédia  Storytelling.      De  plus,  j’ai  choisi  cet  objet  d’étude  car  il  revêt  un  intérêt  indéniable  dans  la  mesure  où  il  est   en   pleine   émergence.   Le   Transmedia   Storytelling   représente   une   opportunité  considérable   pour   les   auteurs   de   laisser   place   à   leur   imagination   pour   réinventer   leur  façon  d’écrire  des  histoires  et  pour  casser  les  frontières  narratives  prédéfinies.      Pour  mon  mémoire,  j’ai  décidé  d’orienter  mes  recherches  autour  d’une  question  centrale  que  j’affinerai  sûrement  par  la  suite  :  Qu’apporte  le  Transmedia  Storytelling  dans  la  narration  d’une  histoire  ?       Pour   répondre   à   cette   question   relativement   vaste,   je   compte   orienter   ma  recherche   sur   les   enjeux   du   Transmedia   Storytelling   dans   le   webmarketing.   Pour  cela,   j’ai   déjà   commencé   à   élaborer   un   questionnement  :   En   quoi   les   univers  Transmediatiques   permettent-­‐ils   de   fédérer   et   de   fidéliser   un   public   ?   Comment  l’ensemble   des   producteurs   de   contenus   réagissent-­‐ils   face   à   l’évolution   des  comportements   et   des   usages   médiatiques   ?   Quel   avenir   peut-­‐on   envisager   pour   ce  phénomène   encore   embryonnaire   ?   Deviendra-­‐t-­‐il   seulement   un   support   de  communication  dédié  aux  annonceurs  ou  peut-­‐on  envisager  l’émergence  d’une  créativité  narrative  enrichie  ?                 _____________________________________________________________________________________________________ Page 11/19  
  12. 12. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________       Face   à   ses   nombreuses   questions,   j’ai   établi   plusieurs   axes   de   recherches,  plusieurs  hypothèses.      Dans  un  premier  temps,  ce  mémoire  présentera  un  état  des  lieux  de  ce  phénomène  en  plein   essor.   Le   terme   «  Transmedia   Storytelling  »   est   un   terme   relativement   jeune  (2003)   et   il   paraît   essentiel   de   poser   les   bases   terminologiques   pour   proposer   une  définition   commune.   De   plus,   le   Transmedia   Storytelling   est   souvent   mis   en   lien,   voir   en  opposition,   avec   le   Cross-­‐Media,   le   Deep   Media,   ou   encore   le   Plurimedia   alors   que   ces  notions   recouvrent   des   stratégies   et   des   buts   différents.   Cet   axe   acceptera   des  propositions   théoriques   et   épistémologiques   afin   de   mieux   délimiter   les   champs  terminologiques.  Comme  vous  avez  pu  le  remarquer,  j’ai  déjà  amorcé  ce  travail  dans  la  première  partie  de  ce  document.    Dans   un   second   temps,   je   m’intéresserai     à     l’analyse   des   stratégies   de   production.   En  effet,   durant   mes   recherches,   j’ai   pu   découvrir   plusieurs   productions   utilisant   des  stratégies   transmédiatiques   pour   développer   des   projets.   La   plupart   de   ces   stratégies   se  développent   dans   des   cadres   de   promotion   de   franchises   d’industries   culturelles   et  créatives  et  dans  une  perspective  marketing.      Il   est   alors   intéressant   de   questionner   ces   stratégies   et   de   se   poser   la   question   des  nouveaux  métiers  communicationnels  ou  créatifs  qui  en  dépendent.  On  peut  également  se   poser   la   question   des   nouvelles   formes   économiques   et   juridiques   qu’entraine   la  création  de  ces  œuvres  Transmedia.    Lorsque  l’on  envisage  les  stratégies  de  production  Transmedia,  il  ne  faut  pas  oublier  la  réception   et   l’engagement   des   audiences.   Le   phénomène   des   fans   est   alors   une   question  intéressante   à   traiter.   En   effet,   les   communautés   utilisent   l’   «  intelligence   collective  »  pour   recréer   les   puzzles   des   univers.   Il   s’agira   ici   d’interroger   les   pratiques   de   réception  et  de  création  des  fans  en  réponse  aux  stratégies  Transmediatiques.         _____________________________________________________________________________________________________ Page 12/19  
  13. 13. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     II. Dispositif  de  recueil  des  données             Pour  recueillier  des  données  sur  mon  sujet,  j’envisage  dans  un  premier  temps  de  réaliser   un   entretien   semi-­‐directif   avec   Madame   Melanie   Bourdaa,   maître   de   conférence  à  Bordeaux  3.  Ayant  assisté  à  ses  cours  de  licence,  je  sais  que  c’est  un  sujet  pour  lequel  elle  a  intérêt  particulier  et  qu’elle  connaît  bien.  J’ai  donc  pris  contact  avec  elle  ;  elle  m’a  répondu  qu’elle  était  prête  à  me  conseiller  et  j’ai  un  entretien  dans  le  courant  du  mois  d’octobre.      Commencer  mon  recueil  de  données  par  cet  entretien  va  me  permettre  d’acquérir  plus  de   connaissances   théoriques   mais   aussi   d’élaborer   un   questionnaire   à   envoyer   à   des  productions  d’œuvres  transmédiatiques.       La   deuxième   façon   de   recueillir   des   données   sera   donc   l’envoi   de   ces  questionnaires   à   différentes   productions   françaises   et/ou   étrangères   pratiquant   la  narration   Transmediatique.   L’objectif   est   d’avoir   des   témoignages   sur   la   mise   en  pratique  du  Transmédia  dans  une  production  et  de  confronter  les  différentes  pratiques  et  points  de  vue  des  professionnels.       Je   projette   également   de   réaliser   un   questionnaire   pour   sonder   les   fans  appartennant   à   une   communauté   bien   précise   comme   par   exemple   les   fans   de   Lost   mais  cela  reste  encore  à  définir.         Concernant   le   corpus,   j’ai   décidé   de   viser   une   population   ayant   déjà   des  connaisances   dans   le   domaine   du   transmédia   comme   Mélanie   Bourdaa   ou   encore   les  productions.   Mais   aussi   une   population   de   fans   où   je   projette   de   cibler   plutôt   des   jeunes  entre  18  et  25  ans  pour  faire  une  analyse  plus  précise.  De  plus,  le  transmédia  est  un  sujet  relativement  récent,  la  période  examinée  sera  contemporaine  tout  en  tenant  compte  de  l’historique  de  ce  nouveau  concept  pour  en  comprendre  l’origine.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 13/19  
  14. 14. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     III. Bibliographie       Au   cours   de   mes   recherches,   il   ma   été   donné   de   consulter   de   nombreux  documents  :  ouvrages,  magazines,  articles,  sites  web,  blogs...  J’ai  sélectionné  uniquement  ceux   qui   représentent   un   intérêt   pour   mon   sujet.   Cette   sélection   commentée   de  parutions   et   de   sites   Internet   sur   le   thème   du   Transmedia   Storytelling   a   pour   objectif  dapporter  des  informations  complémentaires  afin  den  savoir  plus.    Cette   liste   présente   les   références   bibliographiques   des   documents   sélectionnés   et  analysés  pour  constituer  ce  travail  personnel  de  recherche.  Elles  sont  classées  par  type  de  documents  et  par  ordre  alphabétique  dauteurs  ou  dorganismes.       A.  Ouvrages  et  magazines     § Document  1    David   PEYRON,   Quand  les  oeuvres  deviennent  des  monde.  Une  réflexion  sur  la  culture  de  genre   contemporaine   à   partir   du   concept   de   convergence   culturelle,   Réseaux   2008/2-­‐3  (n°  148-­‐149).    Cet   ouvrage   s’intéresse   aux   liens   entre   les   médias   à   l’heure   actuelle.   Il   fait   référence  à   Henry   Jenkins   en   traitant   du   concept   de   «  convergence   culturelle  ».   Il   tente,   à  travers   ce   concept,     d’explorer   la   culture   de   genre   et   une   partie   de   la   culture   de  masse.           _____________________________________________________________________________________________________ Page 14/19  
  15. 15. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     § Document  2    Dena,   Christy   (2009),   Transmedia   Practice:   Theorising   the   Practice   of   Expressing   a  Fictional   World   across   Distinct   Media   and   Environments,   thèse   de   doctorat   (PhD)   à  lUniversité  de  Sydney  (Australie)      Thèse  sur  la  pratique  Transmédia.     § Document  3      Jenkins,   Henry   (2006),   Convergence   Culture:   Where   Old   and   New   Media   Collide,   New  York:  New  York  University  Press.  p.    308,  (ISBN  0814742815)    Ouvrage   d’un   des   analystes   américains   les   plus   respectés   des   médias   qui   nous  emmène  dans    différents  mondes  transmédiatiques.       § Document  4    Jenkins,  Henry  (2006),  Fans,   Bloggers,   and   Gamers:   Exploring   Participatory   Culture,  New  York:  New  York  University  Press.  p.  279,  (ISBN  081474284X)    Pionnier   dans   le   domaine   du   transmédia,   Henry   Jenkins   dans   les   années   1990,   a  promu   lidée   que   les   fans   sont   parmis   les   consommateurs   les   plus   actifs,   créatifs,  critiques   engagés   et   socialement   connectés   de   la   culture   populaire   et   quils  représentent  lavant-­‐garde  dune  nouvelle  relation  avec  les  médias.       § Document  5      sJenkins,   Henry   (2003),   Transmedia   Storytelling,   Technology   Review,   15   janvier   2003.    En  ligne  :  http://www.technologyreview.com/news/401760/Transmedia-­‐storytelling/  Premier  article  donnant  une  définition  du  terme  «  Transmedia  Storytelling  ».       _____________________________________________________________________________________________________ Page 15/19  
  16. 16. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     § Document  6    Martial   Martin,   «  La   Situation   instable   du   public   de  Lost  sur   Internet,   entre   licence   et  contrainte  »,  Réseaux,  n°  165,  2011.    Comment  caractériser  cette  nouvelle  «  sériphilie  »  et  comprendre  sa  diffusion  sur  les  réseaux  sociaux  dInternet  ?  Des  modes  de  production  à  la  réception,  en  passant  par  les   contenus   et   la   relation   aux   personnages,   ce   dossier   de  Réseaux  se   penche   sur  tous  les  aspects  de  ce  changement  de  relation  à  la  télévision.     B. Webographie       § Document  7      ARTE,  blogs  :  TRANSMÉDIA,  TRANS…  MÉ…  QUOI  ?  [en  ligne],  24  aout  2012  (consultée  le  30   aout   2012).   Disponible   sur  :   http://wp.arte.tv/dimension-­‐series/2012/08/24/Transmedia-­‐c-­‐est-­‐quoi/    Article   pour   expliquer   le   principe   du   Transmedia   en   l’illustrant   de   nombreux  exemples.     § Document  8      BOURDAA,   Mélanie.   INA   GLOBA,   la   revue   des   industries   créatives   et   des   médias  :   le  transmédia  entre  narration  augmentée  et  logiques  immersives  [en  ligne],  publiée  le  18  juin  2012  et  mis  à  jour  le  20  aout  2012  (consultée  le  4  septembre  2012).  Disponible  sur  :  http://www.inaglobal.fr/numerique/article/le-­‐Transmedia-­‐entre-­‐narration-­‐augmentee-­‐et-­‐logiques-­‐immersives    Entre  narration  augmentée  et  logiques  immersives,  les  stratégies  transmédias  sont  la   nouvelle   architecture   de   développement   des   franchises   dans   les   industries  créatives.  Retour  sur  un  concept  aux  frontières  parfois  mal  comprises.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 16/19  
  17. 17. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     § Document  9    BOURDAA   Mélanie   et   VITALIS   Emannuelle.   Etat   de   l’Art   sur   le   Transmedia   [en   ligne],   16  juin   2011(consultée   le   25   aout   2012).   Disponible   sur   :   http://www.univers-­‐Transmedia.com/wp-­‐content/uploads/2011/10/Etat_de_lart_Transmedia.pdf    Dossier   faisant   état   de   l’art   sur   le   Transmedia  :   définition   du   terme   Transmedia,  exemples   d’œuvres   et   de   franchises   Transmedia,   recherches   académiques   sur   le  Transmedia,  les  marches  et  les  acteurs  du  transmédia.     § Document  10    CAP  SCIENCES,    Le  concept  d’économie  créative  [en  ligne],  (consultée  le  25  aout  2012).  Disponible  sur  :  http://economie-­‐creative.net/    Dans   ce   site,   Cap   Sciences   à   décider   de   consacrer   une   partie   de   ses   actions   à  l’économie  créative.  Au-­‐delà  de  ses  actions,  Cap  Sciences  s’est  donné  pour  mission  de  catalyser   le   domaine   de   l’économie   créative,   de   permettre   aux   acteurs   régionaux   de  se  réunir,  créer  des  coopérations  et  collaboration  et  aussi  de  les  faire  participer  à  un  atelier  de  travail  sur  une  thématique  chaque  année.  C’est  ainsi  que  ce  site  doit  être  utilisé,   comme   une   plateforme   d’échange   et   de   rencontre   sur   laquelle   des  informations,   des   événements   et   des   outils   pourront   être   mis   en   avant,   décris   et  commentés.     § Document  11      CEYLAN,  Sibel.  La  narration  transmédia  :  les  enjeux  d’une  nouvelle  expérience  créative.  [en   ligne],   15   décembre   2011   (consultée   le   3   septembre   2012).   Disponible   sur  :  http://fr.slideshare.net/CybelleCeylan/la-­‐narration-­‐Transmedia-­‐les-­‐enjeux-­‐dune-­‐nouvelle-­‐exprience-­‐crative-­‐sibel-­‐ceylan    Mémoire   sur   la   narration   Transmedia   et   les   enjeux   d’une   nouvelle   expérience  créative.   _____________________________________________________________________________________________________ Page 17/19  
  18. 18. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     § Document  12    Corbelin,  Chloé.  TEAMS  MUSIQUE  MARKETING  :  Stoytelling  2.0  [en  ligne],  16  mai  2012  (consultée   le   2   septembre   2012).   Disponible   sur  :   http://www.tea-­‐ms.com/2012/05/16/storytelling-­‐2-­‐0/    Site  web  présentant  les  stratégies  webmarketing  pour  les  artistes  musiciens.     § Document  13    LE   VENT   TOURNE,   production   Transmedia   [en   ligne]   (consultée   le   30   aout   2012).  Disponible  sur  :  http://le-­‐vent-­‐tourne.com/    Le   Vent   Tourne   est   une   société   de   production   Transmedia   qui   conçoit   des  programmes   citoyens   et   responsables   en   utilisant   game   design,   storytelling   et  innovation  pour  créer  une  expérience  utilisateur  unique  pour  le  «  spectacteur  ».     § Document  14    Sandra,   THE   RABBIT   HOLE  :   une   campagne   Transmedia   pour   lutter   contre   le   chomage  [en   ligne],   30   aout   2012   (consultée   le   9   septembre   2012).   Disponible   sur  :  http://www.therabbithole.fr/2012/08/30/une-­‐campagne-­‐Transmedia-­‐pour-­‐lutter-­‐contre-­‐le-­‐chomage/    Une   campagne   Transmedia   pour   lutter   contre   le   chomage.   Exemples   de   dispositifs  mis   en   place  :   création   d’une   page   Faccebook,   d’un   compte   Twitter,   réalisations   de  vidéos  virales,  édition  d’un  livre,  réalisation  d’un  film  documentaire.               _____________________________________________________________________________________________________ Page 18/19  
  19. 19. Sophie  Dauphant  –  Master  CPEAM  –  ISIC  _____________________________________________________________________________________________________     § Document  15      TRANSMEDIALAB.  Disponible  sur  :  http://www.Transmedialab.org/    Lancé  par  Orange  en  juillet  2009,  le  Transmedia  Lab  s’est  donné  dès  l’origine  pour  ambition   d’évangéliser,   de   décrypter   et   d’expérimenter   de   nouvelles   formes  d’écritures,   liées   à   l’apparition   de   nouveaux   usages   et   aux   nouvelles   technologies  qui  contribuent  au  phénomène  grandissant  du  storytelling  Transmedia.     § Document  16    UNIVERS  TRANMEDIA.  Disponible  sur  : http://www.univers-­‐Transmedia.com/Univers  Transmedia,  c’est  la  rencontre  entre  le  monde  de  la  recherche  et  le  monde  socio-­‐économique  autour  des  enjeux  du  Transmedia  en  Aquitaine.  Cette  rencontre  se  traduit   par   d’une   part,   un   regroupement   d’expertises   et   d’informations  entre   des  acteurs   régionaux   souhaitant   partager   leurs   problématiques   et   d’autre   part,   la  proposition   d’outils   de   réponse,   notamment   par   le   biais   d’un   accompagnement  personnalisé  des  projets  Transmedia/plurimedia.     _____________________________________________________________________________________________________ Page 19/19  

×