1. La France avant la France

1 810 vues

Publié le

Publié dans : Formation
4 commentaires
1 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 810
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
60
Actions
Partages
0
Téléchargements
145
Commentaires
4
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1. La France avant la France

  1. 1. 481-­‐888  La  France  avant  la  France  
  2. 2. Preface  •  L’iden3té  na3onale  française  est  en  grande  par3e  liée  au  travail  mul3séculaire  de  l’Etat  sur  le  territoire  et  la  société,  a  la  différence  s’autres  na3ons  qui  se  sont  cons3tuées  a  par3r  de  critères  culturels  ou  linguis3ques.  En  France,  l’Etat,  un  Etat  de  plus  en  plus  lourd  et  central,  a  été  antérieur  a  la  Na3on.    •  La  France  renvoyait  d’abord  au  royaume  des  Francs,  une  en3té  poli3que  émergeante,  entre  Loire  et  Seine,  a  par3r  de  Clovis,  «  Rex  Francorum  ».    Le  baptême  de  Clovis  par  saint  Remi  de  Reims  Les  Francs  ont  joue  un  rôle  majeur  dans  la  genèse,  l’histoire  de  la  chris3anisa3on  de  l’Europe  et  plus  par3culièrement  de  la  France.  Les   puissants   contribuent   a   l’avancée   de   la  chris3anisa3on   par   la   fonda3on   d’églises   et   de  monastères;  et  puis  la  totalité  des  évêques  et  des  saints  appar3ennent  a  leur  milieu.    
  3. 3. Les  debuts  des  Francs  •  Courbe  la  tète,  doux  Sicambre…  Le  Celte  indocile  n’a  pas  voulu  la  courber.  Ces  barbares  qui  semblaient  prêts   a   tout   écraser,   ils   deviennent,   qu’ils   le   sachent   ou   non,   les   dociles   instruments   de   l’Eglise.   Elle  emploiera   leurs   jeunes   bras   pour   forger   le   lien   d’acier   qui   va   unir   la   société   moderne.   Le   marteau  germanique  de  Thor  et  de  Charles  Martel  va    servir    à  marteler,  dompter  discipliner  le  génie  rebelle  de  l’Occident.  Saint  Remi  au  baptême  de  Clovis  :  ‘Sicambre,  baisse  docilement  la  tête  ;  brule  ce  que  tu  as  adore,  et  adore  ce  que  tu  as  brule.’    •  Chez  nos  Celtes  les  parts  sont  égales  entre  les  frères,  comme  également  longues  sont  leurs  épées.  Vous  ne  leur  feriez  pas  aisément  entendre  qu’un  seul  doive  posséder.  CeZe  tendance  a  l’égalité,  au  nivellement,  qui  en  droit  isolait  les  hommes,  aurait  eu  besoin  d’une  véritable  sympathie  qui  les  rapprochât,  de  sorte  que  l’homme,  affranchi  de  l’homme  par  la  loi,  se  raZachât  a  lui  par  un  lien  volontaire.  Par  la,  nous  sommes  une  na3on,  tandis  que  les  Celtes  purs  en  sont  restes  au  clan.  Derrière  la  vielle  Europe  cel3que,  ibérienne  et  romaine,  dessinée  si  sévèrement  dans  ses  péninsules  et  dans  ses  iles,  s’étendait  un  autre  monde  tout  autrement  vaste  et  vague.  Ce  monde  du  Nord,  germanique  et  slave,  mal  déterminée  par  la  nature,  l’a  été  par   les   révolu3ons   poli3ques.   Terre   indécise,   races   floZantes.   La   femme   dans   la   Germanie   primi3ve  grandit  dans  la  vie  guerrière.  Elle  ne  s’éloigne  pas  du  champ  de  bataille,  elle  l’envisage,  elle  y  préside,  elle  devient   la   fée   des   combats,   la   walkyrie   charmante   et   terrible,   qui   cueille,   comme   une   fleur,   l’âme   du  guerrier  expirant.    
  4. 4. •  Géographie  administra3ve  de  la  Gaule:  A  la  fin  du  IVème  siècle,  la  Gaule  cons3tue   l’une   des   plus   grandes   régions   de   l’Empire   romain   d’Occident,  peut-­‐être  la  plus  importante  si  l’on  en  juge  l’installa3on  de  la  cour  impériale  a  Trèves,  sous  le  règne  de  l’empereur  Gra3en  (375-­‐383).    •  Malgré  les  invasions,  il  n’y  a  pas  de  changement  majeur:  le  réseau  des  cites  se  main3endra  jusqu’à  la  Révolu3on.    •  L’impôt   financier   (juga3o)   et   personnel   (capita3o)   frappait   tous   les  propriétaires.    La  Gaule  au  Veme  siècle  La  table  de  Peu6nger  est  un  rouleau  de  parchemin  de  plus  de  6m  de  longueur  et  de  34cm  de  largeur  représentant  les  grandes  voies  de  communica6on  terrestre  de  l’Empire  romain    tardif.  
  5. 5. La  Gaule  au  Veme  siècle  •  Le  chris3anisme:  Des  le  IIème  siècle,  la  Gaule  avait  été  gagnée  par  le  chris3anisme   qui   s’est   répandu   au   sein   de   pe3tes   communautés  orientales   de   marchands,   juifs   pour   une   bonne   part,   et   donc   de  langue   grecque.   Avec   Théodose   (379-­‐395),   l’Empire   devint  officiellement   chré3en.   Seuls   les   Juifs   conservaient   leur   liberté   de  culte.   Comme   l’ensemble   de   l’Empire,   la   Gaule   fut   touchée,   mais  assez   tardivement,   par   une   crise   interne   du   chris3anisme:  l’arianisme.  Arius  contestait  le  mystère  de  la  Trinite  et  légalité  entre  les  trois  personnes,  le  Père,  le  Fils  et  le  saint  Esprit.  L’introduc3on  du  monachisme  est  aZachée  au  nom  de  saint  Mar3n  en  Gaule.    •  La  transforma3on  des  pouvoirs  dans  la  cite:  Un  personnage  s’affirme  dans   la   cite   –   il   s’agit   de   l’évêque.   L’administra3on   impériale  commence  a  se  décharger  de  certaines  responsabilités  publiques,  en  par3culier   de   la   jus3ce.   L’évêque   est   officiellement   inves3   de   la  protec3on   des   citoyens,   face   aux   décisions   arbitraires   de  l’administra3on   impériale.   L’épiscopat   gaulois   est   ,   dans   sa   très  grande  majorité,  issu  de  lélite  senatoriale.    •  La  crise  de  IIIème  siècle  et  les  transforma3ons  du  limes:  Pendant  les  deux  premiers  siècles  de  l’Empire,  au  prix  d’une  forte  militarisa3on  et  d’une   adroite   diploma3e   a   l’égard   des   tribus   germaniques,   Rome  contrôla  solidement  le  limes  le  long  du  Rhin  et  du  Danube.  Vers  250,  la  situa3on  s’aggrava  considérablement.  Le  pouvoir  romain  dut  faire  face   simultanément   a   une   double   poussée:   sur   le   Rhin,   le   long   du  Danube,  mais  aussi  en  Orient  de  la  part  du  royaume  perse  sassanide.  Des   raids   des   peuples   germaniques   touchèrent   l’ensemble   de   la  Gaule.    
  6. 6. Les  Invasions  •  C’était  la  l’effet  des  invasions  :  1  –  toute  correspondance  régulière,  habituelle,  facile  entre  les  diverses  par3es  du  territoire,  2  –  toute  sécurité,  toute  perspec3ve  d’avenir  ;  elles  brisaient  les  liens  qui  unissent  entre  eux  les  habitants  d’un  meme  pays,  les  moments  d’une  meme  vie  ;  3  –  elles  isolaient  les  hommes,  et  pour  chaque  homme  les  journées.    •  La  ville,  l’élément  primi3f  du  monde  romain,  survit  presque  seule  à  sa  ruine.    
  7. 7. La  Gaule  au  Veme  siècle  •  Les   reformes   administra3ves   de   Dioclé3en   (284-­‐305)   et  l’instaura3on  de  Tétrarchie  permirent  le  retour  de  la  paix  et   l’Empire   connut   alors   un   siècle   de   progressive  récupéra3on.    •  A  l’intérieur  de  la  Gaule,  les  cites  gauloises  furent  pe3t  a  pe3t   for3fiées   au   cours   du   IVème   siècle.   Et   surtout,   les  forces  militaires  sta3onnées  a  la  fron3ère  incorporent  un  nombre  croissant  de  con3ngents  barbares.    •  L’armée   romaine   s’est   fortement   germanisée   en   même  temps  que  les  con3ngents  barbares.  L’armée  a  donc  joue  un  grand  rôle  de  brasseuse  d’élites  Dioclé6en  
  8. 8. La  Gaule  au  Veme  siècle  •  Nouveau  regard  sur  les  Barbares  –  le  phénomène  d’ethnogenèse:  La  cohésion  des  gouapes  barbares  est  restée  longtemps  extrêmement  précaire   et   elle   se   fondait   peu   sur   une   conscience   ethnique   ou  biologique.    •  Le   succès   de   Rome   avait   repose   sur   une   tres   grande   capacité  d’intégra3on,   renforcée   d’une   certaine   façon   par   l’universalisme  chré3en  dont  l’Empire  devint  porteur  au  IVème  siècle.    •  Rome   peut   être   tenue   pour   la   grande   responsable   de   la   forma3on  des   peuples   et   royautés   barbares   jusqu’à   leur   inser3on   territoriale  dans  l’Empire  au  Vème  siècle.    •  L’installa3on   des   peuples   germaniques   au   Vème   siècle:   En   Orient  comme  en  Occident,  jusque  dans  le  dernier  quart  du  IVème  siècle,  l’intégra3on  individuelle  ou  collec3ve  de  soldats  germaniques  et  de  leur   famille   concernait   des   effec3fs   rela3vement   restreints.  L’irrup3on  du  peuple  des  Huns,  venus  d’Asie  centrale,  bouleversa  cet  équilibre   aux   fron3ères   de   l’Empire   et   provoqua   d’importants  mouvements  de  popula3on.    •  Les  Barbares  en  Gaule:  Au  milieu  des  années  370,  les  Goths  furent  les  premières   vic3mes   des   Huns.   Des   376,   une   par3e   d’entre   eux,   les  Wisigoths  traversèrent  le  Danube  avec  l’accord  de  l’empereur  Valens.  CeZe  migra3on  mal  contrôlée  suscita  beaucoup  d’incompréhension  et  de  mécontentements  des  deux  cotes.  L’empereur  entendit  rétablir  l’ordre,  mais  son  armée  fut  défaite  a  Andrinople,  en  Thrace,  par  les  Wisigoths   le   9   aout   378,   et   lui-­‐même   perdit   la   vie   au   cours   de   la  bataille.    
  9. 9. La  Gaule  au  Veme  siècle  •  En   Europe   centrale,   la   pression   des   Huns   redoublait.   L’armée   de  campagne   était   en   grande   par3e   occupée   en   Italie   a   contenir   les  Wisigoths.  Les  peuples  germaniques  se  répandirent  alors  en  Gaule,  en  Espagne  et  en  Afrique  du  Nord,  avant  d’être  rejoints  en  414  par  les  Wisigoths  venus  d’Italie.  Ces  barbares  n’étaient  pas  venus  pour  faire   disparaître   l’Empire.   Pousses   par   les   circonstances,   ils  cherchèrent  –  non  sans  brutalité  certes  –  a  se  faire  accepter  en  son  sein.    •  Etablissement   des   royautés   germaniques   en   Gaule   au   Vème   siècle:  Des  chefs  francs,  on  sait  tres  peu  de  chose,  hormis  leurs  noms.  Il  est  sur   cependant   que   coexistaient   dans   la   seconde   moi3e   du   Vème  siècle  un  certain  nombre  de  pe3ts  groupes,  qui  n’étaient  pas  encore  soumis   a   l’autorité   d’un   seul     chef,   puisque   ce   fut   précisément  l’habileté  de  Clovis  que  de  parvenir  a  les  fédérer.    •  Le   mythe   des   origines   troyennes   des   Francs:   «   Il   y   a   en   Asie   une  forteresse   des   Troyens   ou   se   trouve   la   ville   appelée   Ilion   ,   la   ou  régnait   Énée.   »   Le   mythe   de   l’origine   troyenne   était   un   thème  fédérateur   qui   permeZait   de   rassembler   l’ensemble   des   peuples  occidentaux  dans  une  histoire  commune.    •  Ae3us,  le  vainqueur  officiel  d’Axla  aux  champs  catalauniques  ou  les  Barbares  fédérés  avaient  mis  un  coup  d’arrêt  a  l’expansion  des  Huns,  était  probablement  un  personnage  douteux  a  la  poli3que  tortueuse  et  dépourvue  de  scrupules.      •  A  Paris,  c’est  une  grande  dame  de  l’aristocra3e  locale,  Geneviève  qui  encouragea  la  résistance  dans  l’ile  de  la  Cite.    Palais  de  Théodoric  a  Ravenne  Royaume  de  Théodoric  II  dont  le  palais  se  trouve  a  Toulouse.    
  10. 10. La  Gaule  au  Veme  siècle  •  Sacre  empereur  des  Français  a  Notre-­‐Dame  de  Paris,  Childéric  était  revêtu  d’un  manteau  d’apparat  de  velours  pourpre  brode  d’abeilles  –  la  stylisa3on  des  abeilles  sur  le  manteau  du  sacre  leur  donnait  une  forme  de  lys.    Trésor  de  Childéric  
  11. 11. Les  Merovingiens  •  C’est  a  l’Eglise  que  Clovis  avait  du  en  grande  par3e  ses  rapides  conquêtes.  Ses  successeurs  s’abandonnèrent  de  bonne   heure   aux   conseils   des   Romains,   des   vaincus.  Frédégonde   était   ceZe   femme   terrible,   entourée  d’hommes   dévoues   qu’elle   fascinait   de   son   génie  meurtrier,   dont   elle   troublait   la   raison   par   d’enivrants  breuvages.    •  Dans   ceZe   vieillesse   précoce   de   tous   les   peuples  barbares,  la  décadence  des  Francs  est  encore  entourée  d’une  sorte  d’eclat.  Asile  pour  les  vainqueurs,  les  Francs  se  éclat  dans  l’Eglise  contre  le  tumulte  de  la  vie  barbare,  contre  leurs  passions,  leurs  violences,  dont  ils  souffraient  autant  que  les  vaincus.  Les  barbares  donnèrent  ce  qu’ils  avaient  pris  ;  ils  se  trouvèrent  avoir  vaincu  pour  l’Eglise.  Chaque   jour   la   connivence   des   prêtres   et   du   peuple  devait   ainsi   enlever   quelque   chose   au   barbare,   et  profiter  de  sa  crédulité,  de  sa  dévo3on,  de  ses  remords.    •  Tout  Merovingien  est  père  a  quinze  ans,  caduc  a  trente.  La  plupart  n’aZeignent  pas  cet  âge.  Le  symbole  de  ceZe  race,  ce  sont  les  énervés  de  Jumièges,  ces  jeunes  princes  a  qui  l’on  a  coupe  les  ar3cula3ons,  et  qui  s’en  vont  sur  un   bateau   au   cours   du   fleuve   qui   les   porte   a   l’Océan   ;  mais  ils  sont  recueillis  dans  un  monastère.     Chilpéric  Ier  et  Frédégonde  
  12. 12. Société,  Culture,  Economie  des  temps  merovingiens  •  Les  formes  du  lien  social:  rien  n’indique  que  la  société  merovingienne  ait  été  plus  violente  que  les  autres  sociétés  du  Moyen  Age.  Elle  n’ignorait  pas  les  mécanismes  de  régula3on  qui  favorisaient  régulièrement  le  retour  de  la  paix  entre  les  individus  et  les  groupes.    •  Le   droit:   Le   code   Théodosien   reste   en   Gaule   merovingienne   la   référence   pour   le   droit   romain  par3culièrement  au  sud  de  la  Loire.    •  Etre  franc  ou  romain  cons3tuait  de  moins  en  moins  une  catégorie  ethnique  a  proprement  parler,  mais  définissait  le  droit  dans  lequel  la  personne  était  suscep3ble  d’être  jugée.  Etre  franc,  c’était  aussi,  outre  vivre  sous  le  régime  de  la  Loi  salique,  conserver  le  statut  hérité  du  Vème  siècle:  offrir  un  service  militaire  et,  en  retour,  bénéficier  d’une  exemp3on  d’impôts.      La  loi  salique  La  loi  salique  est  un  avant  tout  un  tarif  de  composi3ons  pécuniaires  qui  fixe  précisément  pour  chaque  dommage  cause   (meurtre,   mu3la3on,   vol)   la   somme   des3née   a  apporter  une  répara3on  a  la  par3e  lésée.  L’établissement  d’une   lourde   amende   lorsqu’il   est   ques3on   d’homicide,  avait  pour  but  d’empêcher  la  perpétua3on  des  cycles  de  vengeance   privée   (autrement   dit,   la   faide)   en   meme  temps  qu’elle  introduisait  l’idée  (romaine)  que  la  jus3ce  relevait   de   la   sphère   publique,   c’est-­‐a-­‐dire   de   la   seule  compétence  du  roi  et  de  ses  représentants.    
  13. 13. Société,  Culture,  Economie  des  temps  merovingiens  •  Les  puissants  et  les  autres:  Une  première  ligne  de  partage  dis3ngue,   dans   la   société   merovingienne,   les   libres   des  non  libres.  Un  non  libre  me  dispose  d’aucune  autonomie,  ce   qui   signifie   qu’il   ne   par3cipe   pas   aux   ac3vités  publiques,  en  par3culier  aux  assemblées,  et  qu’il  n’est  pas  soumis  au  service  militaire.  Point  commun  des  non  libres:  ils  dépendent  d’un  maitre  auquel  ils  doivent  un  service.    •  Le   mariage:   Le   mariage   représentait   le   principal   moyen  d’étendre  des  rela3ons  d’alliance  entre  les  parentèles.  A  l’époque   merovingienne,   les   interdits   restaient   peu  contraignants   et   permeZaient   d’épouser   au   delà   du  troisième   degré   de   parente.   Par   ailleurs,   nombreux   sont  les   exemples   de   veuves   qui,   plutôt   que   d’accepter   un  remariage   ayant   pour   effet   de   disperser   le   patrimoine  familial,   préférèrent   s’engager   dans   la   vie   religieuse,  laquelle   avait   l’avantage   de   maintenir   l’unité   de   ce  dernier.  •  Un   monastère   patrimonial   avait   voca3on   a   être   point  d’unité   de   la   famille,   une   sorte   d’indivision   pourrait-­‐on  dire.  Il  offrait  aussi  l’avantage  de  par3ciper  a  l’éduca3on  des  enfants  de  la  famille  et  de  pouvoir  prendre  en  charge  l’accueil  des  plus  âgés  de  ses  membres.    Crypte  de  l’abbaye  de  la  Jouarre  
  14. 14. Société,  Culture,  Economie  des  temps  merovingiens  •  Transforma3ons  de  la  culture  en  gaule  merovingienne:  La  parfaite   maitrise   de   la   langue   écrite   a   toujours   été  l’apanage   d’une   élite   et,   pour   ceZe   raison,   doit   être  considérée  comme  un  élément  de  dis3nc3on  sociale.    •  Le   la3n   connaissait   une   évolu3on   qu’un   observateur  pourrait  aisément  comparer  a  celle  de  l’anglais  au  XXIème  siècle.   C’est   seulement   a   la   fin   du   VIIIème   siècle,   en  restaurant   autoritairement   un   état   plus   ancien   de   la  langue   écrite,   que   les   Carolingiens   introduisirent   une  rupture   décisive:   on   peut   alors   parler   d’une   dissocia3on  entre  la  langue  et  l’écrit  et  de  la  conversa3on  savante,  le  la3n  classique  et  les  langues  parlées.    •  Tres  tôt,  l’entourage  des  rois  wisigoths  de  Toulouse  et  des  souverains   burgondes   s’exprime   en   la3n.   Il   en   va   de  meme,  des  le  début  du  VIème  siècle,  des  membres  de  la  cour   franque   qui   axre   une   élite   cul3vée   d’origine  romaine.    •  Les  muta3ons  des  campagnes:  Légué  par  Rome,  le  cadre  principal  de  l’économie  rurale  demeurait  au  VIème  siècle  le  grand  domaine  foncier,  la  villa.    La  Villa  romaine  
  15. 15. Société,  Culture,  Economie  des  temps  merovingiens  •  Dans   une   économie   quo3dienne   aux   horizons   assez   étroits,   les   villes  con3nuèrent  a  jouer  un  rôle  non  négligeable.  Elles  restaient  des  lieux  de  pouvoir.   S’ils   ne   disparurent   pas   brutalement,   les   grands   équipements  urbains  légués  par  Rome  furent  la  plupart  du  temps  laisses  a  l’abandon,  en  par3e  démantelés  ou  réemployés.    •  Les  transforma3ons  du  grand  domaine:  Plus  indépendant  d’un  point  de  vie   strictement   économique,   le   «   servus   »   du   VIème   siècle   ne   retrouva  pas,   cependant,   une   pleine   autonomie   juridique   et   resta   dans   la  dépendance   du   maitre.   Celle-­‐ci   valait   aussi   protec3on.   Des   lors,   on  comprend   pourquoi   au   meme   moment,   en   bon   nombre,   de   pe3ts  propriétaires   libres   des   environs   trouvèrent   intérêt   a   entrer   dans   la  dépendance   d’un   grand   propriétaire   en   lui   remeZant   leurs   terres   que  celui-­‐ci  leur  concédait  aussitôt  en  usufruit  par  un  contrat  nomme  précaire.    •  Le   grand   commerce   méditerranéen:   La   Gaule   du   VIème   siècle   restait  intégrée   dans   les   grands   courants   d’échanges   méditerranéens   qu’avait  favorises  l’hégémonie  romaine.  Tout  du  moins,  voit-­‐on  certains  produits  orientaux   de   luxe   con3nuer   a   circuler   en   Gaule:   vin   de   Gaza,   3ssus,  soieries  et  papyrus  d’Egypte,  olives  et  huile  d’Afrique  du  Nord,  sans  parler  des  epices  nombreuses.    Uguentenria  qui  contenaient  des  baumes  et  des  parfums  MaqueLe  de  l’épave  de  Fos-­‐sur-­‐Mer  
  16. 16. Société,  Culture,  Economie  des  temps  merovingiens  •  Premier  éveil  des  mers  du  Nord:  Des  le  VIème  siècle,  avec  la  stabilisa3on  des  royautés  germaniques,  franques  et  anglo-­‐saxonnes,  on  constate  une  reprise   des   liaisons   intérieures   selon   des   voies   qu’empruntèrent  abondamment  les  hommes  d’Eglise  a  par3r  de  la  fin  du  siècle.    •  Du  sou  d’or  au  denier  d’argent:  Les  souverains  barbares  firent  frapper  des  sous,   a   l’effigie   des   empereurs   de   Constan3nople   du   VIème   siècle.   Le  premier   roi   a   faire   apparaître   sa   propre   3tulature   sur   les   monnaies   fut  Theodebert  Ier  vers  540,  mais  ceZe  ini3a3ve  resta  dans  un  premier  temps  isolee,   ce   qui   montre   bien   le   respect   que   l’on   avait   pour   l’instrument  monetaire  comme  aZribut  de  l’autorite  romaine.    Sou  de  Theodebert  Ier  
  17. 17. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  Par3   de   Tours,   Clovis   fondit   sur   Alaric   II   qui   fut  défait  et  tue,  a  Vouillé,  a  quelques  kilomètres  de  Poi3ers.  Les  Francs  prirent  alors  progressivement  le   contrôle   de   l’Aquitaine   a   l’excep3on   des  confins  pyrénéens  tenus  par  les  Basques  et  autres  Gascons   farouchement   aZaches   a   leur  indépendance.    •  La   conversion   du   roi:   Au   tournant   des   Vème   et  VIème   siècles,   si   l’ensemble   des   peuples  germaniques   installes   dans   l’Empire   se   disaient  chré3ens,  ils  confessaient  la  foi  définie  par  Arius  au   début   du   IVème   siècle,   mais   tenue   un   siècle  plus  tard,  pour  héré3que.  Ce  schisme  préoccupait  d’autant   plus   l’épiscopat   gallo-­‐romain   qu’il   était  entretenu  par  la  royauté  ainsi  que  par  les  élites  burgondes   et   wisigothiques.   Le   paganisme   de  Clovis  pouvait  passer  pour  un  moindre  mal.      L’Occident  en  482.  
  18. 18. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  Il   importait   surtout   a   Grégoire   de   Tours   de  présenter  Clovis  comme  un  nouveau  Constan3n  auquel   le   Christ   s’était   aussi   révélé   avant   la  bataille  de  Pont-­‐Milvius  en  312.  •  L’organisa3on   du   royaume:   De   Clovis,   il   faut  aussi   retenir   l’œuvre   du   législateur.   Dans   le  domaine   civil,   il   se   contenta   de   confirmer   la  situa3on   existante.   D’un   cote,   les   popula3ons  gallo-­‐romaines   con3nuaient   a   vivre   sous   le  régime  de  la  loi  romaine.  En  507,  la  Loi  Salique  ne   s’appliquait   qu’aux   Francs   installes   entre  Escaut   et   Loire.   Dans   le   domaine   du   droit  ecclésias3que   –   qu’on   appellera   plus   tard  canonique  –  Clovis,  nouveau  Constan3n,  renoua  franchement  avec  la  tradi3on  impériale.    •  Clovis   mourut   a   Paris,   le   27   novembre   511.   Au  début   du   VIème   siècle,   Paris,   simple   cite,   était  d’une  importance  toute  rela3ve.    Arius  d’Alexandrie  Sarcophage  merovingien  Eglise  sainte  Genevieve  a  Paris  
  19. 19. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  Les   fils   de   Clovis:   Clo3lde   ne   souhaitait   sans  doute   pas   laisser   Thierry   Ier,   le   fils   aine   que  Clovis  avait  eu  de  sa  première  épouse  rhénane,  exercer  seul  le  pouvoir  au  détriment  des  fils  de  la  reine:  Clodomir,  Childebert,  et  Clotaire.    •  On   procède   a   un   partage:   a   Thierry   la   région  rhénane,   a   Clodomir   la   vallée   de   la   Loire,   a  Childebert   la   future   Normandie,   a   Clotaire   le  nord  de  la  Gaule.    •  Il   faudra   aZendre   l’année   534   pour   voir   les  Francs   défini3vement   victorieux,   emmenés   par  Childebert   et   Clotaire:   a   l’instar   de   l’Aquitaine,  une   trentaine   d’années   plus   tôt,   le   royaume  burgonde   fut   équitablement   partage   entre   les  vainqueurs.  Partage  de  511  et  de  524  
  20. 20. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  La  Provence:  La  conquête  du  royaume  burgonde  ouvrait  la  voie  a  l’expansion  franque  en  direc3on  de  la  Méditerranée.    Casque  de  Vezeronce  (Rhone-­‐Alpes)  
  21. 21. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  La  Fin  de  l’Europe  gothique:  Lorsque  Clovis  succéda  a  son  père,  l’Italie  bien  que  privée  d’empereur,  depuis  476,  était  toujours  le  pivot  central  de  l’Europe  occidentale.  C’est  a  ce  moment  que  Jus3nien  se  lance  dans  la  reconquête  de  l’Italie.    •  La  France  et  la  poli3que  italienne  de  Constan3nople:  Etablis  a  Constan3nople,  les  empereurs  n’avaient  pas  renonce  a  l’Occident  malgré  la  déposi3on  de  Romulus  Augustule  en  476.  Au  début  du  VIème  siècle,  ils  n’étaient   certes   plus   en   mesure   d’intervenir   efficacement,   mais   ils   aimaient   a   rappeler   qu’eux   seuls  incarnaient   la   légi3mité   du   pouvoir.   C’est   ainsi   que   Clovis   accepta   avec   reconnaissance   les   insignes   du  consulat  que  l’empereur  Anastase  lui  fit  parvenir  a  Tours.    •  Lorsque  débarrassé  du  danger  perse,  l’empereur  Jus3nien,  après  avoir  mis  la  main  sur  le  royaume  vandale  en  534,  entreprit  la  reconquête  de  la  péninsule,  il  soigna  l’alliance  de  revers  avec  les  Francs.  
  22. 22. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  Mais  en  569,  les  Lombards  firent  irrup3on  dans  la  plaine   du   Po   et   se   rendirent   maitres   dans   la  Péninsule.    •  «  Chilpéric,  le  Néron  et  le  Hérode  de  notre  temps,  rentrait  de  la  chasse  par  une  nuit  obscure.  Arrive  un   homme   qui   le   frappe   d’un   coup   de   couteau  sous   l’aisselle…   Il   a   dévasté   et   incendie   souvent  de   tres   nombreuses   régions.   Il   n’en   éprouvait  aucune   douleur,   mais   plutôt   de   la   joie   comme  autrefois  Néron.  »  Grégoire  de  Tours.    •  Un   conflit   qui   n’en   finit   pas:   En   584,   c’était  désormais  a  Frédégonde  de  se  retrouver  seule  a  Paris,   isolee   et   en   compagnie   d’un   enfant   ne  quelques  mois  plus  tôt.    Grégoire  de  Tours  Frédégonde  
  23. 23. La  construc=on  du  «  regnum  francorum  »  (482-­‐613)  •  La   manière   spectaculaire   et   humiliante   dont   la   vieille  reine  fut  aussitôt  mise  a  mort  montre  bien  que  Clotaire  entendait   défini3vement   tourner   la   page   d’un   conflit  qui   durait   depuis   plus   de   40   ans   pour   inaugurer   une  nouvelle  période  de  l’histoire  du  peuple  franc.  Plusieurs  historiens   l’ont   souligne   récemment,   la   dispari3on   de  Brunehaut,  princesse  wisigothique,  méditerranéenne  et  finalement   encore   tres   romaine,   révèle   aussi   les  transforma3ons   plus   profondes   de   la   royauté   et   des  élites   merovingiennes   dont   les   intérêts   s’enracinaient  désormais   beaucoup   plus   franchement   entre   Loire   et  Rhin,   ou   émergeaient   les   forces   qui   ressuscitèrent  l’empire  deux  siècles  plus  tard.  L’An3quité  romaine  qui  ne   finissait   pas   de   s’achever   depuis   la   déposi3on   du  dernier   empereur   d’Occident   prenait   fin,   ceZe   fois  défini3vement.    Supplice  de  la  princesse  Brunehaut  Assassinat  de  Sigebert  par  un  des  sbires  de  Frédégonde  
  24. 24. L’apogée  de  la  royauté  merovingienne  (614-­‐639)  •  Les  règnes  de  Clotaire  II  et  de  son  fils  Dagobert  ont  indiscutablement  cons3tue  l’apogée  de  la  dynas3e  merovingienne.  Avec  eux,  le  royaume  entre  pleinement  dans  le  Moyen-­‐Age.  •  Les   assemblées   de   l’édit   de   Paris   (614):   Clotaire   II   renoua   avec   la   tradi3on   poli3que  inaugurée  par  Clovis  en  511.  Tous  les  évêques  des  différents  royaumes  furent  convoques.  Clotaire   II   avait   prix   le   sage   par3   de   maintenir   l’iden3té   des   trois   royaumes   de   Neustrie,  Austrasie  et  Bourgogne.    Clotaire  II,  Dagobert  Ier  et  saint  Arnoul.  
  25. 25. L’apogée  de  la  royauté  merovingienne  (614-­‐639)  •  Les  caractères  de  la  royauté  merovingienne:  Au  début  du  VIIème  siècle,  le  souverain  restait  un  chef  de  guerre  germanique   dont   le   charisme   était   toujours   exprime  par   ceZe   longue   chevelure   qu’arboraient   encore,   au  début  du  VIIIème  siècle,  les  derniers  merovingiens.    •  Les   résidences   royales:   La   royauté   franque   était  i3nérante  au  VIIème  siècle.  En  Neustrie,  c’est  autour  de   Paris   que   se   concentraient   a   par3r   du   début   du  VIIème  siècle  les  lieux  du  pouvoir.    •  Mais  c’est  surtout  Dagobert  qui  se  prit  d’intérêt  pour  le  sanctuaire  de  Saint  Denis.  Surtout,  en  décidant  de  faire  de  Saint  Denis  le  lieu  de  sa  sépulture,  Dagobert  instaura  la  voca3on  de  nécropole  royale  de  l’édifice.    •  Un   roi   qui   ne   partait   pas   a   la   tête   de   son   armée  risquait   de   voir   s’amenuiser,   non   seulement   son  pres3ge,  mais  aussi  ses  ressources  et  sa  capacité  a  les  redistribuer.    Paris  a  l’époque  merovingienne.  
  26. 26. L’apogée  de  la  royauté  merovingienne  (614-­‐639)  •  L’aristocra3e  laïque:  Si  l’autorite  royale  était  respectée  a  la  cour,  il  pouvait  en  aller  tres  différemment  des  que  l’on   s’éloignait   du   palais.   Le   souverain   était   tenu   de  récompenser   ses   leudes   et   tel   était   le   prix   de   leur  fidélité.    •  L’autorite   royale   était   moins   de   s’imposer   contre   les  aristocrates   que   d’établir   un   large   consensus   au   sein  de  l’aristocra3e  en  redistribuant  adroitement  biens  et  charges.   Le   comte   intervenait   dans   trois   domaines:  l’exercice  de  la  jus3ce,  le  rassemblement  de  l’armée,  la  percep3on  des  revenus  fiscaux.    Charlemagne  et  ses  leudes  Haches  merovingiennes  
  27. 27. L’apogée  de  la  royauté  merovingienne  (614-­‐639)  •  Les   immunités   religieuses:   On   assiste   a  l’associa3on   étroite   de   l’épiscopat   aux  responsabilités  publiques  locales.    Le  roi  Dagobert  remet  a  l’évêque  Omer  (saint  Omer)  la  crosse,  symbole  de  ses  responsabilités  pastorales    
  28. 28. Une  société  chré=enne  •  La   Gaule   du   VIème   siècle   vit   sur   une   tradi3on   chré3enne   qui  remonte   au   IVème   siècle;   les   évêques   sont   des   personnages   de  tout   premier   plan   dans   la   société;   le   paysage   urbain   est  indiscutablement   couvert   de   lieux   de   culte   aux   statuts   les   plus  varies  et  ceux-­‐ci  essaiment  dans  les  campagnes  au  cours  du  VIème  siècle.  •  L’église   séculière:   Au   VIIème   siècle,   les   évêques,   les   successeurs  des   apôtres,   revendiquent   une   réelle   autonomie,   affichée   a  l’occasion  de  leurs  réunions  en  conciles.  •  Rome  et  la  Gaule  franque:  Au  Vème  siècle,  les  évêques  de  Rome  avaient   eu   le   souci   de   maintenir   des   liens   étroits   avec   leurs  collègues   gaulois.   Rome   était   encore   la   capitale   poli3que   de   la  par3e   occidentale   de   l’Empire   et   il   paraissait   normal   que   ses  évêques  jouassent  un  rôle  similaire  au  sein  de  l’Eglise.  En  réalité,  c’est   la   crise   ouverte   avec   Constan3nople   qui   conduisit   Rome   a  rechercher   plus   ac3vement   le   sou3en   des   évêques   francs.   Les  évêques  de  Rome  avaient  commence  a  faire  admeZre  l’idée  qu’en  vertu   de  la  mission   confiée   par  la  Christ  a  Pierre,  ils  étaient,  en  Occident  du  moins,  les  con3nuateurs  par  excellence  de  la  tradi3on  apostolique.  •  L’évêque  reste  encore  le  pivot  de  l’organisa3on  de  l’église  dans  un  diocèse.   Il   préside   les   offices   dans   la   cathédrale,   prêche   et  administre  les  sacrements.      Saint  Mar6n  et  l’arbre  des  païens  (Vézelay)  
  29. 29. Une  société  chré=enne  •  La   chris3anisa3on   a   la   conquête   des   campagnes:   Une   église  rurale   était   d’autant   plus   fréquentée   qu’elle   possédait   des  reliques  et  pouvait  se  réclamer  d’un  saint  patron.    •  A   la   fin   du   VIème   siècle,   l’heure   n’est   plus   a   la   conversion  spectaculaire   et   désordonnée   mais   a   la   chris3anisa3on   en  profondeur   des   comportements   par   la   prédica3on   et  l’instruc3on.    •  Aucune  étude  archéologique  ne  confirme  la  destruc3on  brutale  de   temples   païens.   Souvent,   le   culte   des   saints   permit  d’orienter   a   moindre   frais   le   besoin   qu’avaient   les   fideles  d’obtenir  un  accès  plus  simple  et  plus  concret  au  sacre.    •  Le  monachisme  en  Gaule  au  VIème  siècle:  Si  l’aZrait  de  la  vie  érémi3que   menée   par   les   pères   orientaux   et   introduite   en  Gaule   par   saint   Mar3n   restait   fort,   la   dimension  communautaire  prenait  le  pas,  encouragée  par  les  évêques.    •  Le   dynamisme   du   monachisme   provençal   a   pour   origine   le  monastère  de  Lérins  fonde  au  Vème  siècle,  au  large  de  Cannes.  Sa  grande  figure  est  Césaire.      Cloitre  de  l’abbaye  de  Lérins  
  30. 30. Une  société  chré=enne  •  Les  règles  monas3ques:  La  plupart  du  temps  une  communauté  se  formait  autour   d’un   maitre,   évêque,   ermite,   qui   déterminait   la   manière   dont  s’organisait  la  vie  commune.    •  Benoit  composa  sa  règle  pour  la  communauté  qu’il  réunît  au  Mont  Cassin  a  la  fin  des  années  520.  Elle  se  dis3ngue  par  une  grande  simplicité  et  une  grande   clarté,   alors   que   les   autres   textes   avaient   tendance,   a   force   de  compila3on,  a  verser  dans  une  certaine  confusion.  Rompant  neZement  avec  certains  excès  de  la  vie  érémi3que,  elle  rappelle  que  chaque  moine  ne   peut   faire   son   salut   qu’avec   le   sou3en   des   autres.   Enfin,   la   Règle  insiste  sur  l’équilibre  qui  règne  entre  trois  ac3vités:  le  travail  manuel,  la  «   lec3o   divina   »,   c’est-­‐a-­‐dire   la   medita3on   personnelle   de   la   Bible,   et  enfin  l’  Opus  Dei  (l’Œuvre  de  Dieu),  c’est-­‐a-­‐dire  la  prière  communautaire  sous  la  forme  d’offices  rythmant  la  journée.    •  Au  VIème  siècle,  le  monastère  aspire  a  être  un  monde  clos,  mais  si  les  individus  qui  y  rentrent  rompent  avec  le  monde  extérieur,  il  n’en  va  pas  de   meme   de   la   communauté.   Le   nombre   croissant   des   dona3ons  aristocra3ques,  foncières  ou  mobilières,  d’autant  plus  considérables  que  les  fondateurs  –  qui  ne  voulaient  pas  que  l’on  cessât  de  prier  pour  eux  après   leur   mort   –   donnèrent   aux   monastères   un   rôle   économique   et  social  qui  tendait  a  devenir  considérable.      Saint  Benoit  de  Nursie  
  31. 31. Une  société  chré=enne  •  Colomban   et   le   monachisme   irlandais:   L’Irlande  n’ayant   pas   été   romanisée,   le   chris3anisme   qui  s’implanta  au  cours  du  Vème  siècle,  prit  une  forme  tres  différente  de  celle  qui  existait  sur  le  con3nent.  •  La   spiritualité   du   monachisme   irlandais   possédait  un  caractère  ascé3que  tres  prononce,  caractérisé  par   des   mor3fica3ons   extrêmement   rigoureuses.    Surtout,   le   monachisme   irlandais   con3nuait   a  exalter   l’érémi3sme   sous   une   forme   extrême,   le  pèlerinage  perpétuel  au  nom  de  Dieu  (peregrina3o  pro  Deo),  ce  qui  l’éloignait  de  la  stabilité  prônée  au  meme  moment  par  saint  Benoit  de  Nursie.    •  La   pérégrina3on   de   Colomban   sur   le   con3nent:  Colomban  supporta  tres  mal  le  droit  de  regard  que  les  évêques  merovingiens  prétendaient  exercer  sur  ses   fonda3ons,   ce   qui   était   pourtant   une  préroga3ve  parfaitement  canonique.  Il  est  en  effet  évident  que  l’Irlandais  fut  a  l’origine  d’une  vague  de   nouvelles   fonda3ons   aristocra3ques,  par3culièrement   dans   la   par3e   nord   de   la   Gaule.  Le  monachisme  irlandais  fut,  en  Gaule,  le  premier  promoteur   a   grande   échelle   de   la   règle  bénédic3ne.      Saint  Colomban  Crypte  merovingienne  
  32. 32. Une  société  chré=enne  •  La   sainteté:   Le   culte   des   saints   s’est  répandue   dans   l’ensemble   de   l’Empire  romain,   a   par3r   du   IVème   siècle.   Dans   le  royaume  franc,  il  demeure  un  phénomène  fondamental   tant   du   point   de   vue   de  l’expression   du   sen3ment   religieux   des  popula3ons  que  de  la  forma3on  d’iden3tés  civiques  et  poli3ques.    •  Il  en  résulta  la  promo3on  par  la  vox  populi  d’un   bon   nombre   de   saints   proprement  gaulois,  des  le  Vème  siècle.  Le  premier,  et  le  plus  célèbre  d’entre  eux,  est  assurément  Mar3n.      Saint  Mar6n  partage  son  manteau  avec  un  pauvre.  Sarcophage  de  sainte  Chrodoara  
  33. 33. Le  lent  déclin  de  la  royauté  merovingienne  •  La  mort  de  Dagobert,  le  19  janvier  639,  marque  assurément  un  tournant  dans  l’histoire  merovingienne.  On  observe  alors  au  sein  de  l’aristocra3e  des  deux  regna  une  compé33on  des  plus  exacerbées  qui  prit  la  forme  d’une  rivalité  accrue  entre  Neustriens  et  Austrasiens.    •  Clovis  II  et  le  gouvernement  de  la  reine  Bathilde:  Clovis  II  n’était  qu’un  enfant   de   5   ans   en   639,   mais   il   fut   immédiatement   reconnu   par   les  leudes   neustriens   et   bourguignons   dans   son   palais,   près   de   Sens.   On  pouvait  alors  discerner  des  volontés  centralisatrices  qui  commençaient  a  émaner  de  la  cour  neustrienne.    •  Il  ne  faut  pas  oublier  que  la  conquête  franque  avait  été  rapide.  Dans  la  première   moi3e   du   VIème   siècle,   la   Gaule   dans   son   ensemble   s’était  retrouvée  soumise  a  Clovis  et  a  ses  fils,  ce  qui  n’a  pas  pour  autant  fait  disparaître  des  par3cularismes  herites  a  la  fois  d’une  romanisa3on  plus  profonde   au   midi,   et   de   l’histoire   singulière   qu’avait   connue   au   Vème  siècle  l’Aquitaine  wisigothique,  la  Provence  ostrogothique  et  le  royaume  burgonde.    •  En  Provence,  l’aristocra3e  se  retrouvait  autour  d’un  chef  –  ici  nomme  autour   du   3tre   an3que   de   «   patrice   »   -­‐   qui   manifestait   toujours   sa  fidélité   a   l’égard   du   souverain   merovingien   mais   prenait   ses   distances  avec  les  maires  du  palais  successifs.    Clovis  II  le  fainéant  La  reine  Bathilde  
  34. 34. Le  lent  déclin  de  la  royauté  merovingienne  •  Alamans,   Thuringiens   et   Bavarois   avaient   accepte  de  reconnaître  l’autorite  de  Clotaire  II  et  Dagobert  a  l’issue  de  brutales  expédi3ons  militaires  menées  par  ces  souverains,  et  en  raison  des  lourds  tributs  qui  leur  étaient  imposes.    •  Conquête  et  évangélisa3on  de  la  Frise:  Etabli  sur  le  liZoral  de  la  mer  du  Nord,  du  Rhin,  le  peuple  des  Frisons  avait  peu  retenu  au  VIème  siècle  l’aZen3on  des  souverains  francs,  tout  occupes  a  étendre  leur  influence  vers  le  sud  et  a  recons3tuer  a  leur  profit  l’unité  de  la  Gaule  romaine.    •  A   sa   mort,   le   16   décembre   714,   Pépin   laissait   un  royaume   franc   désormais   réunifié,   en   passe   de  c o n n a î t r e   u n e   n o u v e l l e   e x p a n s i o n ,  par3culièrement  au  nord  et  a  l’est,  c’est-­‐a-­‐dire  en  périphérie  de  ceZe  Austrasie  qui  l’avait  vu  naitre.  Homme  du  Nord,  Pépin  ne  s’est  guère  aventure  au-­‐delà   de   la   Loire,   laissant   ainsi   pour   quelques  années   encore   l’Aquitaine,   la   Bourgogne   et   la  Provence  vivre  une  existence  autonome.      
  35. 35. Les  fonda=ons  de  la  puissance  carolingienne  •  La  prise  en  main  de  l’héritage  de  Pepin  par  son  fils  Charles  Martel:  Il  s’appuie  d’abord  sur  l’héritage  de  son  père;  au  sein  de  son  armée,  parmi  ses  par3sans,  on  trouve  naturellement  d’anciens  fideles  de  Pépin  II.    •  Charles  est  avant  tout  un  chef  de  guerre.  Sa  puissance  repose  donc  pour  l’essen3el  sur  sa  force  de  frappe,  laquelle  se  nourrit  des  vastes  domaines  donnes  en  bénéfice  aux  fideles  du  maire  du  palais.    •  La  poli3que  expansionniste  de  Charles  Martel  a  l’Est:  La  crise  de  714  avait  montre  que  le  danger  était  grand  de  voir  les  périphéries  se  dresser  contre  les  Francs:  Frisons,  Saxons  et  Aquitains  avaient  profite  du  désarroi  pour  lancer  des  raids  et  des  pillage,  notamment  contre  l’Austrasie.    •  Comme   son   père   Pépin   II,   Charles   avait   compris   que   l’intégra3on   poli3que   de   la   Germanie   dans   le  royaume  franc  marchait  de  pair  avec  son  intégra3on  religieuse.      Charles  Martel.    Boniface,  consacre  évêque  par  le  pape  Grégoire  II  en  722.  Il  abat  le  chêne  de  Geismar  d’un  simple  coup  de  hache.    
  36. 36. Les  fonda=ons  de  la  puissance  carolingienne  •  L’extension   de   la   puissance   franque  dans   le   Midi:   A   Poi3ers,   la   posi3on  stratégique   choisie   par   Charles   a  essen3ellement   pour   but   de   protéger  la  basilique  Saint-­‐Mar3n  de  Tours  qui,  certes,   se   trouve   en   Aquitaine  puisqu’elle  est  située  sur  la  rive  gauche  de   la   Loire   (donc   en   Aquitaine)   mais  n’en   demeure   pas   moins   un   haut   lieu  de   dévo3on   pour   les   Francs,   car   saint  Mar3n   est   le   patron   de   la   dynas3e  merovingienne  et  donc  du  royaume  en  général.    •  C o n t r a i r e m e n t   a   l ’ o p i n i o n  communément   admise,   la   bataille   de  Poi3ers   n’avait   nullement   mis   fin   aux  incursions   sarrasines   en   Gaule,   elle  avait   seulement   détourne   les  Musulmans   d’Espagne   vers   le  Languedoc,   qu’ils   occupaient   déjà   en  par3e,  et  la  vallée  du  Rhône.    
  37. 37. Les  Carolingiens  •  Pépin,  triomphant  par  la  perfidie,  se  vit  seul  maitre  de  toutes  les  Gaule,  tout  puissant  dans  l’Italie  par  l’humilia3on  des  Lombards,  tout  puissant  dans  l’Eglise  par  l’ami3é  des  papes  et  des  évêques,  auxquels  il  transféra  presque  toute  l’autorité  législa3ve.    •  L’empire  des  Francs  était  déjà  vieux  et  fa3gue  quand  il  tomba  entre  les  mains  de  Charlemagne  mais  toutes  les  na3ons  environnantes  s’étaient  affaiblies  :  les  Saxons  étaient  pris  de  dos  par  les  Slaves,  les  Sarrasins  avaient   perdu   l’unité   de   leur   empire.   Les   60   ans   de   guerre   qui   remplissent   les   règnes   de   Pépin   et   de  Charlemagne  offrent  peu  de  victoires  mais    des  ravages  réguliers,  périodiques  ;  ils  usaient  leurs  ennemis  plutôt  qu’ils  ne  les  domptaient,  ils  brisaient  à  la  longue  leur  fougue  et  leur  élan.    •  C’est   dans   son   palais   d’Aix   qu’il   fallait   voir   Charlemagne.   Ce   restaurateur   de   l’Empire   d’Occident   avait  dépouille   de   ses   marbres   les   plus   précieux   pour   orner   sa   Rome   barbare.   Toutefois,   quelle   que   fut   sa  préférence  pour  les  étrangers,  pour  les  leZres  de  condi3on  servile,  il  avait  trop  besoin  des  hommes  de  race  germanique,  dans  ses  interminables  guerres,  pour  se  faire  tout  romain.  Il  parlait  presque  toujours  allemand.  •  Chaque  jour  les  grands  forcent  les  faibles  a  se  donner  a  eux  corps  et  biens  ;  le  servage  est  un  asile  ou  l’homme  libre  se  refugie  chaque  jour.  •  Et  pendant  que  Charlemagne  disserte  sur  la  théologie,  rêve  l’empire  romain,  et  étudie  la  grammaire,  la  domina3on   des   Francs   croule   tout   doucement.   Les   hommes   et   les   terres   échappaient   peu   a   peu   au  pouvoir  royal  pour  se  donner  aux  grands,  aux  évêques  surtout,  c’est-­‐a-­‐dire  aux  pouvoirs  locaux  qui  allaient  cons3tuer   la   république   féodale.     Celui-­‐la   meme   qui   a   rêve   l’unité   est   oblige   comme   Dioclé3en,   de  partager   ses   Etats   pour   les   défendre,   l’un   de   ses   fils   gardera   l’Italie,   l’autre   l’Allemagne,   le   dernier  l’Aquitaine.    
  38. 38. Les  fonda=ons  de  la  puissance  carolingienne  •  L’impossible   reforme   de   l’Eglise:   Carloman   et   Pépin  poursuivirent   la   poli3que   inaugurée   par   leur   grand-­‐père   Pépin   II,   qui   consistait   a   soutenir   l’effort  d’évangélisa3on   de   la   Germanie   porte   par   les  missionnaires  anglo-­‐saxons  comme  Boniface.  •  L’alliance  entre  les  Francs  et  la  papauté,  nouée  d’abord  par   l’intermédiaire   des   Anglo-­‐Saxons,   annonçait   a   la  fois  le  basculement  défini3f  de  Rome  en  Occident  et  le  rôle   éminent   que   le   pape   allait   progressivement  revendiquer  dans  ceZe  par3e  du  monde  chré3en.    •  Fort  de  l’appui  du  pape,  Pépin  convoqua  a  Soissons  –  an3que  capitale  merovingienne,  une  assemblée,  vers  la  fin  de  l’année  751,  ou  il  fut  «  élevé  sur  le  trône  et  a  la  dignité  royale.  »  •  La  fonda3on  de  la  dynas3e  en  754:  CeZe  cérémonie  est  directement  liée  a  la  présence  du  pape  en  Francien  –  pour  la  première  fois  dans  l’histoire  de  la  chré3enté.  En  acceptant  de  renforcer  l’autorite  de  Pépin  s’il  devenait  le   roi   des   Francs,   le   pape   Zacharie   militait   pour   une  interven3on   militaire   franque   contre   les   Lombards   en  Italie,  au  secours  de  la  papauté.      Pépin  le  Bref.    
  39. 39. Les  fonda=ons  de  la  puissance  carolingienne  •  Le  sacre  de  Pépin  le  Bref  en  754  est  probablement  le  premier  véritable  «  sacre  »  royal  réalise  au  moyen  d’une  onc3on  sainte.  La  tradi3on  de  la  royauté  sacrée  essen3ellement  fondée  sur  le  modele  davidique:  l’onc3on  du  roi  franc  peut  s’iden3fier  a  celle  du  roi  David  par  le  prophète  Samuel,  parce  que  le  peuple  qu’il  dirige  est  compris,  a  l’instar  du  peuple  hébreu  de  l’Ancien  Testament.    •  E3enne   II   ne   s’en   3nt   pas   la   et   reconnut   également   a   Pépin   le   3tre   de   patrice   des   Romains   qui   lui  conférait,  a  l’égal  de  l’empereur,  la  protec3on  de  la  ville  de  Rome  et  de  l’église  de  saint  Pierre,  en  échangé  de  quoi  Pépin  promit  au  pape  la  «  res3tu3on  »  a  l’église  de  saint  Pierre  les  territoires  occupes  par  les  Lombards.    Sacre  de  Pépin  le  Bref  par  le  pape  E6enne  II    
  40. 40. Les  fonda=ons  de  la  puissance  carolingienne  •  La  relance  de  la  reforme  de  l’Eglise:  Derrière  chaque  succès  militaire  de  Pépin  et  des  Francs  se  profilait  de  la  main  de  Dieu,  c’était  du  moins  ce  que  les  clercs  qui  militaient   dans   l’entourage   de   Pépin   proclamaient  chaque  jour.    •  Quand  Pépin  disparut  en  768,  son  pres3ge  immense  et  dépassait  les  bornes  du  monde  occidental:  on  sait  en  effet  qu’il  échangera  de  nombreuses  ambassades  avec   l’empereur   d’Orient   et   aussi   qu’il   dépêcha   en  765  auprès  du  calife  de  Bagdad,  al  Mansour.      Fondée  en  762  par  le  calife  Al  Mansour  (754-­‐775),  Bagdad  compte  1  million  d’habitants  au  Xe  siècle  :  elle  est  le  cœur  poli6que,  commercial  et  intellectuel  de  l’Empire  musulman.  Le  royaume  franc  a  la  mort  de  Pépin  le  Bref  
  41. 41. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  La  malheureuse  expédi3on  d’Espagne:  Le  roi  franc  accueillit  favorablement   des   envoyés   de   l’Espagne   musulmane,   qui  demandaient   l’appui   militaire   des   Francs   contre   l’émir   de  Cordoue.  L’occasion  était  belle  d’étendre  puissance  franque  au-­‐delà   des   Pyrénées   la   et   de   l’Aquitaine   nouvellement  soumise.    •  La  bataille  de  Roncevaux:  «  Les  Basques  avaient  pour  eux,  en  ceZe   circonstance,   la   légèreté   de   leur   armement   et   la  configura3on   du   terrain,   tandis   que   les   Francs   étaient  desservis  par  la  lourdeur  de  leurs  armes  et  leur  posi3on  en  contrebas.(…)   Et   ce   revers   ne   put   être   venge   sur-­‐le-­‐champ  parce  que  les  ennemis,  le  coup  fait,  se  dispersèrent  si  bien  que  nul  ne  put  savoir  en  quel  coin  du  monde  il  eut  fallu  les  chercher».  •  La  Chanson  de  Roland:  ce  ne  sont  pas  les  Basques  mais  les  Sarrasins   qui   tendent   un   piège   a   l’arrière-­‐garde   de   l’armée  franque.    Illustra6ons  de  la  Chanson  de  Roland.  
  42. 42. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Apres   avoir   mis   au   pas   les   Saxons   lors   d’une   grande   campagne   qui  permit   de   les   repousser   jusqu’à   l’Elbe   et   avoir   implante   en   Saxe   des  comtes,   Charles,   appelé   par   le   pape   Hadrien   durant   l’hiver   780/781,  reprit  le  chemin  de  Rome.    •  Le  jeune  Pépin  et  le  pe3t  Louis,  qui  n’avait  que  trois  ans,  furent  sacres  rois   par   le   pape   Hadrien   et   probablement   aussi   couronnes   ce   qui  préludait  a  leur  installa3on  dans  deux  nouveaux  royaumes,  définis  par  leur   père,   ou   ils   résideront   désormais:   Pépin   en   Italie,   Louis   en  Aquitaine.    •  Les  prémisses  d’une  autorite  universelle:  Des  le  début  des  années  790,  Charles   a   acquis   sur   l’ensemble   des   territoires   de   la   chré3enté  occidentale   –   hormis   les   iles   britanniques   –   une   supréma3e  incontestable  et  une  autorité  qui  est  déjà  reconnue  comme  universelle.    Charlemagne..  Charlemagne  et  le  pape  Hadrien.  
  43. 43. Le  palais  d’Aix-­‐la-­‐Chapelle  •  C’est   dans   son   palais   d’Aix   qu’il   fallait   voir  Charlemagne.   Ce   restaurateur   de   l’Empire  d’Occident  avait  dépouille  de  ses  marbres  les  plus  précieux  pour  orner  sa  Rome  barbare.  Toutefois,  quelle  que  fut  sa  préférence  pour  les  étrangers,  pour  les  leZres  de  condi3on  servile,  il  avait  trop  besoin  des  hommes  de  race  germanique,  dans  ses  interminables  guerres,  pour  se  faire  tout  romain.  Il  parlait  presque  toujours  allemand.  Chaque  jour  les   grands   forcent   les   faibles   a   se   donner   a   eux  corps   et   biens   ;   le   servage   est   un   asile   ou  l’homme  libre  se  refugie  chaque  jour.  Et  pendant  que   Charlemagne   disserte   sur   la   théologie,   rêve  l’empire   romain,   et   étudie   la   grammaire,   la  domina3on   des   Francs   croule   tout   doucement.  Les  hommes  et  les  terres  échappaient  peu  a  peu  au  pouvoir  royal  pour  se  donner  aux  grands,  aux  évêques  surtout,  c’est-­‐a-­‐dire  aux  pouvoirs  locaux  qui   allaient   cons3tuer   la   république   féodale.  Celui-­‐la  meme  qui  a  rêve  l’unité  est  oblige  comme  Dioclé3en,   de   partager   ses   Etats   pour   les  défendre,   l’un   de   ses   fils   gardera   l’Italie,   l’autre  l’Allemagne,  le  dernier  l’Aquitaine.  
  44. 44. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Les   condi3ons   de   l’accession   a   l’Empire:   L’empereur   qui   siège   a  Constan3nople  a  été  détrôné  en  797  par  sa  propre  mère  Irène,  qui  lui  a  fait  crever  les  yeux  et  a  pris  sa  place,  ce  qui  pour  les  Francs  cons3tue  un  objet  de  scandale,  non  pas  tant  en  raison  de  l’usurpa3on  que  parce  que  c’est  une  femme  qui  s’arroge  le  3tre  d’empereur.  •  Les   cérémonies   de   la   Noel   800:   A   peine   le   roi   Charles   s’était-­‐il  agenouille  devant  le  tombeau  de  Saint  Pierre  que  le  pape  lui  posa  une  précieuse  couronne  sur  la  tête,  tandis  que  le  peuple  présent  dans  la  basilique   entamait   par   trois   fois   l’acclama3on   rituelle:   «   A   Charles  Auguste,   couronne   par   Dieu,   puissant   et   pacifique   empereur,   vie   et  victoire!  »  Apres  quoi  le  pape  procéda  a  l’onc3on  –  et  probablement  aussi  au  couronnement  –  du  jeune  Charles.    •  Le  seul  rituel  de  couronnement  disponible  était  le  rituel  byzan3n  qui  dérivait  lui-­‐même  de  l’ancien  rituel    des  empereurs  romains:  dans  tous  les  cas,  c’était  l’acclama3on  de  la  foule  qui  cons3tuait  l’empereur  et  le  couronnement  peu  répandu  en  Occident,  était  réalisé  en  Orient  par  le  patriarche  qui,  ensuite,  se  prosternait  devant  le  nouvel  empereur.  Or,  le   25   décembre   800,   Léon   III   n’avait   pas   aZendu   l’acclama3on   de   la  foule   pour   couronner   Charles,   il   lui   avait   immédiatement   impose   la  couronne,   créant   par   la   même   la   très   longue   tradi3on   ultérieure  portant  que  seul  le  pape  est  capable  de  cons3tuer  l’empereur.    Sacre  de  Charlemagne  par  Léon  III.  
  45. 45. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Les  dernières  années:  En  806,  a  l’assemble  de  Thionville,   Charles   présenta   un   projet   de  partage   de   l’empire   entre   ses   trois   fils   et   fit  jurer  aux  grands  de  le  respecter.    •  Apres   une   succession   de   deuils   inaZendus,   il  est   clair   pour   l’empereur   et   la   cour   que   seul  Louis   d’Aquitaine   recueillerait   la   totalité   de  l’empire.    •  La   prise   en   main   de   l’héritage   de   Charles:  C’était   donc   le   roi   d’Aquitaine,   dument  couronne  par  son  père,  qui  héritait  de  l’empire.  Mais   si   Louis   héritait   de   l’empire,   il   héritait  aussi  de  la  situa3on  poli3que  des  années    810,  bien  différente  de  celle  des  années  780.    Le  partage  de  806..  Louis  d’Aquitaine,  le  dernier  fil  de  Charlemagne..  
  46. 46. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Or  toute  la  dynamique  de  la  société  carolingienne  –  et  du  même   coup,   son   équilibre   –   reposaient   en   fait   sur   la  guerre   offensive,   qui   permeZait   au   roi   de   sa3sfaire  l’aristocra3e   en   lui   confiant   de   nouvelles   charges,   de  nouvelles  terres  et  des  parts  de  bu3n.    •  Une   fois   la   paix   instaurée,   il   fallait   trouver   d’autres  moyens   pour   maintenir   l’équilibre   entre   les   groupes  aristocra3ques,  pour  les  convaincre  de  collaborer  au  bien  commun   et   éviter   le   développement   des   tendances  centrifuges.    •  Reforme  de  l’empire,  reforme  de  l’Eglise:  il  est  du  devoir  de   tous   les   dirigeants,   tant   laïques   qu’ecclésias3ques,  d’œuvrer   pour   préserver   intact   cet   héritage.   La   fusion  complète  du  corps  poli3que  avec  le  corps  ecclésial,  c’est-­‐a-­‐dire   non   pas   la   hiérarchie   ecclésias3que   mais  l’ensemble  de  tous  ceux  qui  ont  reçu  le  baptême.    •  Louis,  pourtant  âgé  de  seulement  39  ans,  souhaitait  régler  le  problème  de  sa  succession.  On  prévoyait  ainsi  que  pour  conserver   l’unité   de   l’empire   voulue   par   Dieu,   seul  Lothaire,   son   fils   aine   recevrait   le   3tre   d’empereur   et  l’autorité   sur   tous   les   territoires,   tandis   que   les   puinés,  Pépin   et   Louis,   recevraient   la   charge   de   royaumes  périphériques,   en   l’occurrence   l’Aquitaine   et   la   Bavière,  avec   le   3tre   de   roi,   mais   sous   le   contrôle   de   leur   frère  auquel  ils  devaient  obéissance.  Il  s’agit  d’une  «  ordina3o  imperii  ».    Le  traite  de  Verdun.  
  47. 47. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Le   bouleversement   de   833:   Lothaire   et   Pépin   commencèrent   a   lever   une   armée,   ils  ob3nrent   facilement   le   ralliement   de   Louis   le   Germanique,   mais   avant   toute   chose,   ils  cherchèrent  a  obtenir  l’appui  du  pape  Grégoire  IV,  auquel  ils  demandèrent  d’intervenir  pour  restaurer  l’unité  de  l’Empire,  toujours  pense  comme  unité  de  l’Eglise,  et  aussi  pour  rétablir  l’entente  au  sein  de  la  famille  impériale  déchirée.    •  Au  bout  de  trois  jours,  Louis  le  Pieux  vit  son  camp  déserté  par  les  siens:  la  rupture  de  tant  de   serments   de   fidélité   laissa   une   trace   sur   le   lieu   même,   qui   fut   des   lors   appelé   «   le  Champ   du   Mensonge   ».   Les   frères   coalises   conduisirent   leur   père   au   monastère   Saint-­‐Médard  de  Soissons  sous  bonne  garde.  •  Mais  la  victoire  des  frères  a  peine  assurée,  le  front  de  leur  coali3on  se  brisa  a  nouveau  devant  les  préten3ons  de  Lothaire  a  prendre  la  place  de  son  père  comme  seul  empereur.  Ce  qui  abou3t  a  la  fuite  de  Lothaire  et  a  la  réhabilita3on  de  Louis  le  Pieux  le  1er  mars  834,  solennellement  couronne  empereur  a  Metz.    Louis  le  Pieux.  Abbaye  Saint-­‐Médard  de  Soissons.  
  48. 48. De  la  fonda=on  a  la  fin  de  l’empire  •  Les  dernières  années  du  règne  de  Louis:  L’aristocra3e  franque  avait  d o n c   d é p e n s e   b e a u c o u p  d’énergie   dans   les   luZes  intes3nes  depuis  la  fin  des  années  820,   alors   que   se   développait   le  long   des   cotes   de   l’Empire   une  nouvelle   menace:   celle   des  pillages   perpétrés   par   les   pirates  scandinaves,   les   Vikings,   qu’on  appelait   sur   le   con3nent   les  «   Normands   »,   c’est-­‐a-­‐dire   les  hommes  venus  du  Nord.    
  49. 49. •  Les  des3nées  du  royaume  de  France  de  l’ouest,  qui   n’est   pas   encore   le   royaume   de   France,  semblent   liées   a   celles   du   jeune   Charles   le  Chauve:  il  n’a  que  17  ans  a  la  mort  de  son  père  et  va  devoir  conquérir  sans  héritage.    •  Apres   des   années   d’effort   pour   maintenir  l’unité   de   l’Empire   et   de   l’Eglise,   les  Carolingiens   et   toute   l’aristocra3e   franque  versaient   dans   la   guerre   fratricide.   Louis   et  Charles   le   Chauve   ob3nrent   la   victoire   sur  Lothaire   et   celui-­‐ci   fut   contraint   de   s’enfuir  avec  ses  par3sans  jusqu’à  Aix-­‐la-­‐Chapelle  ou  il  s’enferma.  •  On   discerne   dans   le   partage   de   Verdun   «   les  quatre   fleuves   »   sur   lesquels   se   fixera   assez  durablement   la   fron3ère   du   royaume   de  France:   le   Rhône,   la   Saône,   la   Meuse   et  l’Escaut.    •  Le  partage  ne  fut  pas  fait  pour  les  peuples  mais  pour  les  vassaux,  c’est-­‐a-­‐dire  pour  l’aristocra3e  impériale.  En  effet,  chaque  roi  devait  maintenir  les  bénéfices  de  ses  vassaux  dans  son  royaume  et  il  était  interdit  a  un  vassal  de  faire  hommage  a  plusieurs  rois.    Les  débuts  du  royaume  de  France?  Partage  de  Verdun  en  843.  
  50. 50. •  L’histoire   de   France   commence   avec   la   langue   française.   La   langue   est   le   signe   principal   d’une   na3onalité.   Le   premier  monument  de  la  notre  est  le  serment  dicte  par  Charles-­‐le-­‐chauve  a  son  frère,  au  traite  de  843.  La  naissance  de  la  France  
  51. 51. •  Un  contrat  entre  le  roi  et  les  grands:  Les  historiens  du  droit  et  des  ins3tu3ons  interprètent   aujourd’hui   cet   accord   de   Coulaines   comme   une   convenien3a,  c’est-­‐a-­‐dire  comme  un  accord  librement  conclu  entre  les  contractants  qui  sont  mis,  de  ce  fait,  sur  un  pied  dégalité.  On  a  bien  le  sen3ment  en  effet  que  les  grands   considèrent   ici   la   royauté   comme   un   partenaire   dans   un   contrat,   au  point  que  le  fait  pour  le  roi  de  manquer  a  ses  engagements  jus3fierait  contre  lui  la  rébellion  et  la  désobéissance.  •  Le   problème   récurrent   de   l’Aquitaine   et   le   sacre   de   848:   Lors   du   grand  rassemblement  des  laïques  et  des  ecclésias3ques  francs  et  aquitains  tenus  a  Orléans   en   juin   848.   Charles   fut   reconnu   par   tous   comme   roi   et   sacre   par  l’archevêque   de   Sens.   CeZe   cérémonie   se   déroulait   symboliquement   a   la  fron3ère  de  trois  royaumes  francs:  la  Neustrie,  l’Aquitaine,  et  la  Bourgogne.    •  Un  royaume  dont  la  paix  est  sans  cesse  menacée:  Les  Francs  n’avaient  jamais  réussi  a  contrôler  la  Bretagne,  qui  ne  cons3tuait  pas  d’ailleurs  une  priorité  pour  eux.   Charlemagne   s’était   contente   d’organiser   la   fron3ère   en   s’appuyant  principalement  sur  la  cite  de  Vannes  et  en  nommant  un  comte  de  la  marche  de  Bretagne  qui  devait  surveiller  les  agissements  des  Bretons.    •  L’impossible  soumission  des  Aquitains:  Sur  le  «  font  aquitain  »,  le  sacre  de  848  n’avait   pas   résolu   tous   les   problèmes,   car   pour   une   par3e,   les   grands   ne  s’étaient  pas  rallie  a  Charles,  a  commencer  par  Guillaume,  fils  de  Bernard  de  Sep3manie,  qui  s’était  empare  de  Toulouse  et  d’Ampurias  et  complotait  avec  les  Musulmans  pour  tenter  d’arracher  la  Sep3manie  a  l’autorité  du  roi  franc.  Les  débuts  du  royaume  de  France?  
  52. 52. •  Les   ravages   des   Vikings:   Les   Vikings   tout   a   la   fois   guerriers,  marchands,  pirates  et  colonisateurs,  sont  apparus  sur  les  cotes  de  l’empire  carolingien  des  le  début  du  IXème  siècle.  •  A   par3r   des   années   830-­‐840,   les   incursions   scandinaves   se  développent,  avec  des  floZes  de  plus  en  plus  importantes,  et  qui  agissent   en   plusieurs   lieux   a   la   fois.   Surtout,   les   Scandinaves  commencent   a   hiverner   sur   place,   notamment   en   Aquitaine,   a  Noirmou3er,  a  par3r  de  836,  et  dans  la  basse  vallée  de  la  Seine,  en  851.  •  Les  communautés  ecclésias3ques  étaient  les  premières  cibles  des  Vikings,   en   leur   faisant   acheter   leur   départ.   Mais   rapidement,  l’autorité  publique  elle-­‐même  se  mit  a  verser  tribut  pour  «  acheter  la  paix  ».    •  La  crise  de  858:  le  mo3f  principal  des  conjures  était  que  Charles  le  Chauve   se   montrait   incapable   de   luZer   efficacement   contre   les  Vikings.   Un   grand   nombre   d’aristocrates   prêtent   serment   de  fidélité   a   Louis   le   Germanique   au   palais   de   Pon3ons.   Charles   se  re3re  alors  en  Bourgogne  et  aZend  son  heure  avec  ses  derniers  par3sans.  Les  grands  se  rallient  en  masse  a  Louis  le  Germanique  qui   procède   a   une   vaste   redistribu3on   des   charges   et   des  bénéfices  en  tous  genres.    Les  débuts  du  royaume  de  France?  Drakkar  d’Oseberg.  Serment  de  Strasbourg  par  Louis  le  Germanique  

×