1629-­‐1715	  Les	  rois	  absolus	  
Introduc)on	  •  C’est	  l’époque	  de	  la	  religion	  de	  la	  seconde	  majesté.	  Apres	  l’époque,	   ou	   l’on	  ...
1629-­‐1660:	  L’absolu)sme	  extraordinaire	  •  Avec	   la	   quesGon	   du	   duché	   de	   Mantoue,	   la	   France	 ...
La	  Rochelle	  –	  un	  interlude	  avant	  le	  conflit	  	  avec	  l’Espagne	  •  La	   grande	   victoire	   catholique...
La	  France	  ne	  peut	  sauver	  Mantoue	  •  Il	  y	  avait	  trois	  ou	  quatre	  marches	  de	  soldats,	  des	  com...
Siècle	  de	  Fer	  plutôt	  que	  siècle	  d’Or	  •  Cefe	   guerre	   calamiteuse	   que	   représente	   la	   guerre	 ...
Carl-­‐Gustave,	  le	  vrai	  héros	  du	  XVIIème	  siècle	  •  Michelet	  a	  besoin	  d’un	  héros	  pour	  rabaisser	 ...
Richelieu	  –	  «	  chef	  du	  parJ	  protestant	  »	  •  Les	   protestants	   qu’étaient-­‐ils	   en	   substance	   ?	...
Richelieu	  –	  LuLe	  contre	  les	  deux	  reines	  •  Tous	  étaient	  pour	  la	  paix.	  Richelieu	  avait	  tous	  l...
De	  la	  guerre…	  •  Lorsque	   le	   guerre	   de	   Trente	   ans	   s’achève	   en	   1648	  avec	  le	  traite	  de	...
De	  la	  guerre…	  •  La	  menace	  espagnole:	  La	  France	  convoitait	  l’alliance	  de	  la	  Savoie	  et	  de	  la	...
L’étonnant	  succès	  du	  Cid	  en	  1636	  •  La	   quesGon	   du	   siècle,	   c’est	   la	   mariage	   espagnol,	   r...
De	  la	  guerre…	  •  La	  prépondérance	  française:	  Le	  24	  octobre	  1648,	  la	  paix	  de	  Westphalie	  est	  s...
De	  la	  guerre…	  •  L’état	  a	  l’épreuve	  de	  la	  guerre:	  Ajoutée	  au	  fléau	  endémique	  de	   la	   déserGon...
De	  la	  guerre…	  •  Lorsque	  le	  roi	  s’engageait	  dans	  une	  guerre,	  il	  devait	  compléter	  l’effecGf	  de	 ...
La	  bataille	  de	  Rocroi	  •  La	  régente	  espagnole	  ouvre	  son	  règne	  de	  quinze	  ans	  par	  un	  chemin	  ...
De	  la	  guerre…	  •  Le	  royaume	  a	  l’épreuve	  de	  la	  guerre:	  Lorsque	  la	  menace	  se	  fit	  plus	  pressan...
De	  la	  guerre…	  •  Guerre	  et	  misère:	  La	  guerre	  jetait	  sur	  les	   routes	   les	   paysans	   qui	   fuya...
Se	  débarrasser	  des	  pauvres	  –	  les	  hôtels-­‐Dieu	  •  A	  cote	  des	  clercs	  charges	  de	  prier	  (“oratore...
De	  la	  guerre…	  Grandes	  Misères	  de	  la	  guerre	  de	  Jacques	  Callot	  
De	  la	  guerre…	  Grandes	  Misères	  de	  la	  guerre	  de	  Jacques	  Callot	  
De	  la	  guerre…	  Grandes	  Misères	  de	  la	  guerre	  de	  Jacques	  Callot	  
De	  la	  guerre…	  Grandes	  Misères	  de	  la	  guerre	  de	  Jacques	  Callot	  •  La	  série	  des	  Misères	  et	  ma...
De	  la	  guerre…	  •  Les	  paysans	  chasses	  de	  leurs	  terres	  au	  terme	  d’un	  processus	  d’endefement	  ou	 ...
Misère	  de	  la	  France,	  malheur	  de	  Richelieu	  •  L’enfant	   fut	   un	   garçon,	   donc	   un	   roi.	   Riche...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  Le	   parG	   dévot	   avait	   hérite	   de	   l’intransigeance	   des	  ...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  Spiritualité	  dévote	  et	  engagement	  parGsan:	  La	  parGcipaGon	  ac...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  Les	   protestants	   étaient	   restes	   fidèles	   au	   souverain	   lo...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  L’Eglise	   et	   l’Etat:	   Richelieu	   confirma	   sa	   poliGque	   d’a...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  L’assistance	   aux	   pauvres	   entre	   police	   et	  charité:	   La	 ...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  La	  promoGon	  du	  culte	  marial	  contribuait	  l’affirmaGon	  de	  la	 ...
Une	  royale	  et	  chré)enne	  applica)on	  •  La	  promoGon	  du	  culte	  marial	  contribuait	  l’affirmaGon	  de	  la	 ...
L’empire	  du	  discours	  •  «	  L’homme	  ayant	  été	  fait	  raisonnable,	  il	  ne	  doit	  rien	  faire	  que	  par	...
L’empire	  du	  discours	  •  L’expérience	  devint	  un	  critère	  essenGel	  de	  validaGon	  des	  théories,	  par	  o...
L’empire	  du	  discours	  Vue	  de	  Paris	  sur	  le	  palais	  du	  Louvre,	  prise	  du	  Pont-­‐Neuf	  
L’empire	  du	  discours	  •  Liférature	  et	  pouvoir:	  A	  Paris,	  les	  libelles	  se	  vendaient	  et	  les	  nouve...
Le	  système	  de	  l’extraordinaire	  •  «	  La	  nécessite	  est	  	  maitresse	  impérieuse,	  qui	  violente	  les	  p...
Le	  système	  de	  l’extraordinaire	  •  Le	  système	  fisco-­‐financier:	  Etaient	  considérés	  comme	  extraordinaires...
Le	  système	  de	  l’extraordinaire	  •  L’absoluGsme	   et	   la	   loi:	   La	   jusGce	   extraordinaire	   fut	  mobi...
Le	  système	  de	  l’extraordinaire	  •  Le	  marquis	  de	  Cinq-­‐Mars	  et	  son	  ami	  François-­‐Auguste	  de	   Th...
La	  conspiraJon	  espagnole	  encore	  •  Richelieu	  fit	  exclure	  Cinq-­‐	  Mars	  de	  tout	  conseil,	  et	  engagea...
Le	  système	  de	  l’extraordinaire	  •  L’applicaGon	   des	   droits	   seigneuriaux	   était	   a	   l’origine	  de	  ...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  La	   conjuraGon	   des	   inégaux:	   Le	   «	   tour	   de	   vis	   fiscal	   »	   fut...
Mazarin	  •  Devenu	  cardinal	  en	  1641,	  sans	  avoir	  jamais	  été	  prêtre.	  Il	  fut	  désigné	   par	   Richeli...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  Les	   solidarités	   urbaines	   a	   l’épreuve	   de	   la	   révolte:	   L’ambiguïté	...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  La	   Fronde	   naquit	   tout	   dabord	   dun	   mécontentement	   général.	   Celui-­...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  FrustraGons	   nobiliaires:	   Il	   manquait	   a	   la	   noblesse	   un	   chef	   «	...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  De	   la	   rébellion	   a	   la	   guerre	   civile:	   L’emprisonnement	   des	  princ...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  L’union	  des	  Frondes	  princière	  et	  parlementaire	  ne	  survécut	  pas,	  elle	 ...
…	  A	  la	  guerre	  civile	  Mazarinade.	  
…	  A	  la	  guerre	  civile	  •  Le	  21	  octobre	  1652,	  Louis	  XIV	  entre	  triomphalement	  à	  Paris.	  Il	  sin...
Turenne,	  le	  protecteur	  de	  la	  jeune	  royauté	  •  Turenne	  est	  a	  l’origine	  de	  grandes	  iniGaGves	  :	 ...
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
1629 1715
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

1629 1715

839 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
839
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
24
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

1629 1715

  1. 1. 1629-­‐1715  Les  rois  absolus  
  2. 2. Introduc)on  •  C’est  l’époque  de  la  religion  de  la  seconde  majesté.  Apres  l’époque,   ou   l’on   tuait   au   nom   du   très   haut,   voici   les  guerres  du  roi,  ou  l’on  offre  son  sang  au  nom  du  souverain  devenu,  ou  redevenu  absolu.    •  L’impérieuse  raison  d’Etat  est  devenue  un  moteur  d’acGon  a   parGr   des   années   1630   au   moment   même   ou,   par   un  étrange   paradoxe,   triomphait   la   reforme   catholique,   ce  «  siècle  des  saints  ».  Mais  c’est  l’esprit  du  chrisGanisme  de  faire   respecter   les   rois   avec   une   espèce   de   religion,   que  Tertullien  appelle  la  religion  de  la  seconde  majesté.    •  Pourtant  au  même  moment,  c’est  bien  une  monarchie  de  papier   qui   se   met   en   place,   de   plus   en   plus   admiraGve,  technocraGque  est  bureaucraGque.    •  «  Je  m’en  vais,  mais  l’Etat  demeurera  toujours  ».  Ce  sont  la  parmi  les  dernières  paroles  prononcées  par  le  vieux  Louis  XIV  a  la  veille  de  sa  mort,  en  aout  1715.  
  3. 3. 1629-­‐1660:  L’absolu)sme  extraordinaire  •  Avec   la   quesGon   du   duché   de   Mantoue,   la   France   et  l’Espagne   s’affrontaient   a   propos   de   la   succession   a   la  couronne   ducale.   L’intervenGon   armée   entrainait   un   peu  plus   la   France   dans   le   conflit   qui,   depuis   1618,   déchirait  l’Europe.    •  Apres   la   mort   de   Louis   XIII   en   1643,   la   régence   d’Anne  d’Autriche  et  le  ministériat  de  Mazarin  révélèrent  au  grand  jour   les   contradicGons   du   système   de   l’extraordinaire,  incarnée  par  un  roi  trop  jeune  Louis  XIV  (il  avait  5  ans…).  La  majesté  royale  ne  parvenait  plus  a  jusGfier  un  système  qui  reposait  tout  enGer  sur  la  puissance  sacrée  du  souverain,.  La  noblesse  était  rongée  par  le  «  malcontentement  »,  des  révoltes   anGfiscales   surgirent   dans   le   Sud-­‐Ouest   (les  Croquants)  et  en  Normandie  (les  Nu-­‐Pieds).    Louis  de  Gonzague,  duc  de  Nevers  "Il  était  italien  par  son  père,  le  duc  de  Mantoue,  mais  devint  duc  de  Nevers  par  son  mariage  avec  Henriefe  de  Clèves  qui  avait  hérité  dudit  duché.  Dès  lors,  il  vécut  en  France  et  à  la  cour,  dans  lentourage  de  Catherine  de  Médicis  et  se  considérant  comme  français,  il  avait  servi  loyalement  Henri  III  et  Henri  IV.  
  4. 4. La  Rochelle  –  un  interlude  avant  le  conflit    avec  l’Espagne  •  La   grande   victoire   catholique   sur   La  Rochelle  fut  fêtée  à  Paris  dans  un  triomphe  païen.  Selon  le  gout  allégorique  du  siècle,  Richelieu   exhiba   Louis   XIII   déguise   en  Jupiter  Stator,  tenant  a  la  main  un  foudre  dore.  •  Le  plus  grand  mal  de  Richelieu  était  encore  le   roi,   qui   d’un   moment   à   l’autre   pouvait  lui   échapper.   L’Espagne,   la   cour,  afendaient   la   mort   de   Louis   XIII.   Sa  femme,   son   frère,   chaque   maGn,  regardaient  son  visage  et  espéraient.  Louis  XII  et  Richelieu  a  La  Rochelle  
  5. 5. La  France  ne  peut  sauver  Mantoue  •  Il  y  avait  trois  ou  quatre  marches  de  soldats,  des  comptoirs  militaires  ou  un  homme   désespère,   et   qui   ne   voulait   plus   que   tuer,   pouvait   se   vendre.   1.  L’ancien  marche  de  l’Est  ou  la  Hongrie.  Le  Danube  était  la  grande  école,  le  grand   enrôlement   de   la   cavalerie   légère.   2.   Exactement   contraire   en   tout  était  le  peGt  marche  de  la  Hollande.  Peu  d’hommes,  et  très  choisis,  très  bien  payes  et  très  bien  nourris.  Une  guerre  lente  et  savante.  3.  Le  vaste  théâtre  de  la   Pologne   et   de   la   Russie.   4.   Enfin,   le   grand,   l’immense,   le   monstrueux  marche  d’hommes  était  l’Allemagne.  •  Waldstein  :  Si  j’ai  quelques  soldats,  je  puis  être  bafu  ;  mais  si  je  les  ai  tous,  je  ferai  la  guerre  a  coup  sur,  n’ayant  affaire  qu’aux  non  soldats,  aux  paysans  mal  aguerris,   aux   moutons..   Waldstein   était   un   grand   homme   maigre,   de   mine  sinistre,  de  douteuse  race.  Pour  rien  il  faisait  pendre  un  homme,  mais  pour  rien   il   le   faisait   riche.   Et   voila   pourquoi   tout   le   monde   allait   à   son   armée.  Chacun  voulait  savoir  sa  chance.  Il  a  été  le  plus  fameux  condo%ere  au  service  de   lEmpire   pendant   la   guerre   de   Trente   Ans,   devenu   généralissime   des  armées  impériales,  duc  de  Friedland  et  de  Mecklembourg.  •  L’éclipse  de  la  France,  pendant  deux  ans  qu’elle  passa  au  maçonnage  à  murer  La  Rochelle,  profita  à  nos  ennemis.  Waldstein  avait  160.000  hommes  les  plus  aguerris  du  monde  et  s’agitait  aux  fronGères.  Cefe  fois,  le  roi  resta  au  Nord,  et   Richelieu,   nomme   son   lieutenant,   alla,   connétable   en   soutane   et  généralissime,  frapper  encore  un  peGt  coup  aux  Alpes.   Albrecht  von  Wallenstein  le  plus  fameux  condo%ere  au  service  de  lEmpire  pendant  la  guerre  de  Trente  Ans  
  6. 6. Siècle  de  Fer  plutôt  que  siècle  d’Or  •  Cefe   guerre   calamiteuse   que   représente   la   guerre   de   Trente   Ans  ravagea  l’Europe  de  1618  a  1648.  Elle  avait  débute  en  Bohême  par  la  révolte  des  protestants  contre  l’autorité  des  Habsbourg.  En  1648,  le   traite   de   Westphalie   rétablît   la   paix   dans   l’Empire   exsangue.  Cependant   la   guerre   se   poursuivit   entre   la   France   et   l’Espagne  jusqu’au  traite  des  Pyrénées  en  1659.  •  Siècle  de  fer  et  non  d’or  que  le  XVIIème  siècle  !  On  assiste  a  une  brutalisaGon  des  sociétés  européennes  pendant  la  Guerre  de  Trente  Ans.   Mais   les   guerres   sont   toujours   des   accoucheuses   d’Etat   :   les  guerres   ont   effet   pour   répercussion   une   emprise   plus   grande   de  l’Etat  sur  la  société  civile.  Le  temps  de  Richelieu  et  de  Mazarin  est  «  une  époque  pâlissante  ou  l’homme,  de  moins  en  moins  esGme  et  compte,  semble  s’anéanGr  dans  la  centralisaGon  poliGque.  »  
  7. 7. Carl-­‐Gustave,  le  vrai  héros  du  XVIIème  siècle  •  Michelet  a  besoin  d’un  héros  pour  rabaisser  par  comparaison  Richelieu.  Le  roi  de   Suède   est   la   vraie   figure   révoluGonnaire   du   XVIIème   siècle.   Gustave  devient   chez   Michelet   le   champion   de   la   liberté   de   l’Europe   face   à  l’impérialisme  catholique  de  Ferdinand  II.  Ce  «  bon  géant,  calme  et  serein  »  est  sans  doute  autant  le  fils  spirituel  de  Rabelais  que  de  Luther.  En  disposant  ses  bataillons  non  en  carres  comme  les  tercios  espagnols,  mais  en  «  ordre  mince   »,   c’est-­‐a-­‐dire   en   longues   lignes   de   trois   ou   quatre   hommes   de  profondeur  seulement,  Gustave  gagne  en  souplesse  de  manœuvre,  les  lignes  s’écartent  et  se  reforment.  •  «   Gustave   Adolphe   c’est   le   créateur   de   la   guerre   moderne.   Il   était   le  représentant   du   principe   opprime,   le   protestanGsme,   celui   de   la   liberté   de  l’Europe.  La  Suède  parut  quelque  temps  irrésisGble.  Elle  reprit  Calmar  sur  le  Danemark.  Elle  conquit  la  Finlande,  imposa  la  paix  à  la  Russie.  Elle  conquit  la  Courlande,  la  Livonie,  la  Prusse  polonaise,  imposa  la  paix  à  la  Pologne.  •  Bien  loin  de  faire  des  carres  épais  comme  ceux  des  Espagnols,  qui  une  fois  rompus,  s’embrouillaient  de  plus  en  plus,  il  mit  ses  hommes  en  files  simples  et  du  vide  derrière,  disant  :  «  Si  la  cavalerie  vous  rompt,  laissez  passer,  et  reformez-­‐vous   a   deux   pas.   »   Gustave   crut   que   le   vrai   mur,   c’est   l’homme  ferme  et  que  cefe  fermeté  mobile,  dégagée  des  armures  de  limaçon  sous  lesquelles  on  trainait,  est  le  secret  de  la  victoire.  •  Gustave   aux   princes   allemands   :   «   Votre   Allemagne   est   un   vieux   corps  malade  ;  il  faut  des  remèdes  héroïques.  S’ils  sont  un  peu  forts  ayez  paGence.  »   Richelieu,   en   entravant   Gustave,   profita   de   ses   victoires,   exploita  habilement   la   terreur   de   son   nom   et   grappilla   sur   sa   conquête.   L’Espagne,  bafue  sur  le  Rhin  par  un  peGt  parG  suédois,  tombait  dans  le  ridicule.  Gustave  II  
  8. 8. Richelieu  –  «  chef  du  parJ  protestant  »  •  Les   protestants   qu’étaient-­‐ils   en   substance   ?   La   transiGon   du  chrisGanisme   a   la   liberté,   la   liberté   naissante,   sous   forme   encore  chréGenne.  La  liberté,  c’est  la  variété  spontanée  du  génie  humain.  En  1634,  Richelieu  avait  pris  enfin  deux  grandes  décisions  :  rupture  ouverte  avec  l’Espagne,  renvoi  de  la  reine  espagnole.  Cefe  dernière  mesure  eut  été  un  grand  coup  en  Europe.  Il  y  avait  bientôt  40  ans  que   la   France   n’avait   pas   fait   la   grande   guerre.   Et   personne   ne   la  savait  plus.  Nos  genGlshommes  duellistes  n’étaient  pas  du  tout  des  soldats.   On   peut   dire   que   la   France   s’était   sauvée   elle-­‐même.   Ce  gouvernement   fort,   dur,   pesant,   s’était   vu   désarme,   et   loin   de   se  protéger,  c’est  lui  qui,  dans  la  crise,  fut  protège  par  la  naGon.  Cardinal  de  Richelieu  par  Philippe  de  Champaigne  
  9. 9. Richelieu  –  LuLe  contre  les  deux  reines  •  Tous  étaient  pour  la  paix.  Richelieu  avait  tous  les  gouts  d’un  prince  italien  de  la  décadence,  bon  musicien  et  même  compositeur  passable,  peintre.  Il  n’avait  pas  beaucoup  de  cœur,  était  sec,  dur,  parfois  cruel.  Il  ne  se  fiait  qu’a  une  parente,  sa  nièce,  madame  de  Combalet.  Ce  ne  fut  que  peu  avant  sa  mort  qu’il  fit  tout  un  coup  sa  fortune,  la  fit  duchesse  d’Aiguillon.  La  reine  qui  avait  tant  d’intérêt  à  être  grosse,  le  devint  en  effet.  Marie  de  Médicis  Anne  d’Autriche  Madame  de  Combalet  Duchesse  d’Aiguillon.  
  10. 10. De  la  guerre…  •  Lorsque   le   guerre   de   Trente   ans   s’achève   en   1648  avec  le  traite  de  Westphalie,  on  ne  peut  voir  que  la  détresse   d’un   royaume   parcouru   par   les   soldats,  décimé  par  le  retour  de  la  peste  et  étranglé  par  le  tour  de  vis  fiscal.    •  Paix   a   l’intérieur,   guerre   a   l’extérieur:   L’édit   de  Nîmes   en   juillet   1629   mit   un   terme   définiGf   aux  guerres  de  Religion  qui  avaient  commence  en  1562.  L’édit  de  Nîmes  sancGonnait  une  victoire  militaire  du  roi,   ce   qui   n’était   pas   le   cas   de   l’édit   de   Nantes.  Ainsi,  la  poliGque  des  places  de  sureté  était  abolie  au  profit  de  la  soumission  totale.  Le  désarmement  des  places   fortes   protestantes   représentait   un   jalon  capital  dans  le  processus  d’unificaGon  territoriale  du  royaume.    •  La  poliGque  de  «  la  ceinture  de  fer  »  systémaGsé  a  parGr   des   années   1670   par   Vauban   trouve   ici   son  fondement  et  son  origine.    
  11. 11. De  la  guerre…  •  La  menace  espagnole:  La  France  convoitait  l’alliance  de  la  Savoie  et  de  la  Lorraine  –  ce  qui  la  plaçait  en  concurrence  directe  avec  les  Habsbourg.    •  Devenu  le  défenseur  des  intérêts  du  duc  de  Nevers  dans  la  succession  de  Mantoue,  le  roi  de  France  chercha  a  s’établir  en  Savoie  afin  de  préserver  une  voie  de  passage  a  travers  les  Alpes  qui  lui  permit  ensuite  d’intervenir  en  Italie.    •  Et  malgré  un  contexte  défavorable  –  la  peste,  les  émoGons  populaires  –  le  roi   et   son   ministre   choisirent   de   défier   l’Espagne.   Cela   passait   par   un  rapprochement   avec   les   ennemis   de   l’Espagne.   L’ulGme   étape   de   ce  processus   fut   franchie   en   novembre   1634,   avec   le   traite   de   Paris   qui  unissait  la  France  et  la  Suède  dans  la  défense  des  princes  protestants  de  l’Empire.   Le   roi   de   France   se   voyait   insGtue   en   défenseur   des   libertés  poliGques  et  religieuses  menacées  par  l’impérialisme  des  Habsbourg.    •  Fortunes   et   infortunes   de   guerre   :   En   un   an,   entre   septembre   1631   et  novembre  1632,  Gustave  Adolphe  s’était  impose  comme  le  défenseur  des  protestants  allemands  et  il  s’était  révélé  un  habile  stratège  en  introduisant  de  profondes  mutaGons  dans  l’art  de  la  guerre.  Apres  le  traite  de  Paris,  la  France  prit  le  relais  de  la  Suède.    •  A  Rocroi,  le  jeune  duc  d’Enghien,  futur  prince  de  Conde,  aligna  son  armée  pour   proposer   a   l’ennemi   une   bataille   rangée   décisive.   Le   terrain   était  favorable  au  déploiement  des  tercios  espagnols.  Grace  a  une  manœuvre  brillante  et  audacieuse  de  sa  cavalerie,  il  remporta  une  victoire  pleine  de  panache  et  célébrée  comme  telle.  Louis  XII,  couronne  par  la  victoire  Philippe  de  Champaigne  
  12. 12. L’étonnant  succès  du  Cid  en  1636  •  La   quesGon   du   siècle,   c’est   la   mariage   espagnol,   redoute   d‘Henri   IV,  accompli   par   sa   femme,   presque   brise   de   Richelieu.   Une   grossesse  miraculeuse  met  dans  le  trône  de  France  le  sang  de  Charles-­‐Quint,  Louis  XIV,   lequel   ne   combafra   l’Espagne   que   pour   prendre   son   rôle   et   le  conGnuer  par  la  ruine  de  la  Hollande  et  de  la  France  protestante.  •  Le  Cid  et  son  succès  naGonal  furent  un  évènement  énorme,  d’une  portée  qui   n’a   jamais   été   senGe   jusqu’ici.   En   1636,   au   lendemain   de   l’invasion,  quand   la   France   entamée   douta   du   génie   du   ministre   et   l’accusa  d’imprévoyance,  l’Espagne  éclata  au  théâtre  et  y  fut  glorifiée.  •  «  Dans  un  si  grand  revers  que  vous  reste-­‐t-­‐il  ?  –  Moi  Moi,  dis-­‐je,  et  c’est  assez.  »  (Médée)  Le  sort,  la  pensée  de  la  France  et  son  état  moral  étaient  dans   cefe   formule.   Le   10   juillet   1637,   au   moment   ou   Richelieu  recommençait   encore   contre   l’Espagne   une   campagne   laborieuse,   au  moment   ou   la   cour   l’entourait   de   complots,   son   âme   liféraire,   plus  occupée  encore  du  succès  de  Corneille,  éclata  toute  dans  une  solennelle  ouverture   qu‘il   fit   chez   lui   de   l’Académie   Française,   contre   le   Cid   et   le  public.  Sur  Richelieu  planait  Corneille.  La  Chimène,  ce  fut  la  reine.  Avec  ses  37  ans,  notre  reine  espagnole,  oubliée,  peu  comptée,  un  peu  moquée  pour  ses  couches  douteuses,  refleurit,  jeune  et  pure  par  la  vertu  du  Cid.  La  première  EdiFon  du  Cid  qui  parut  alors  même  que  la  pièce  se  jouait  encore  devant  la  cour.  
  13. 13. De  la  guerre…  •  La  prépondérance  française:  Le  24  octobre  1648,  la  paix  de  Westphalie  est  signée.  Elle  consacre  la  reconnaissance  de  l’indépendance  des  cantons  suisses  et  des  Provinces-­‐Unies.    •  Plus   que   le   prince,   c’est   l’Etat   inscrit   dans   sa   réalité  territoriale,     qui   s’affirmait   comme   le   principe  d’organisaGon   de   la   religion.   En   ce   sens,   la   paix   de  Westphalie  contribua  a  l’émergence  du  principe  étaGque.    •  L’Espagne   avait   tente   de   profiter   du   désordre   intérieur  provoque   par   la   Fronde   pour   menacer   a   nouveau   la  France.   Le   ralliement   du   prince   de   Conde,   qui   prit   le  commandement   de   l’armée   espagnole,   ne   suffit   pas  cependant   a   la   monarchie   de   Philippe   IV,   ruinée   et  épuisée  par  plusieurs  décennies  de  guerre.    
  14. 14. De  la  guerre…  •  L’état  a  l’épreuve  de  la  guerre:  Ajoutée  au  fléau  endémique  de   la   déserGon,   la   présentaGon   de   faux   soldats   (les   passe-­‐volants)  lors  des  revues  créait  un  écart  considérable  entre  es  effecGfs  théoriques  et  l’état  réel  des  troupes.    •  La  dignité  de  connétable  de  France  s’était  éteinte  en  1626  au  profit  de  l’affirmaGon  du  collège  des  maréchaux  de  France.    •  Richelieu:  «  Il  se  trouve  en  l’Histoire  beaucoup  plus  d’armées  péries   par   faute   de   pain   et   de   police,   que   par   l’effort   des  armes   ennemies   ».   L’accroissement   des   effecGfs   et   la  nécessite  de  lufer  sur  plusieurs  fronts  imposèrent  a  Richelieu    d’envisager   l’approvisionnement   des   troupes   a   une   vaste  échelle.   Les   intendants   d’armée   furent   ainsi   charges  d’organiser  le  déplacement  des  soldats  a  travers  le  royaume  en   organisant   des   «   étapes   »   ou   ils   pouvaient   trouver   des  magasins  pourvus  de  vivres.  •  Le  difficile  contrôle  de  l’appareil  militaire:  Le  roi  n’exerçait  un  contrôle   direct   que   sur   le   nombre   restreint   des   unités  appartenant  a  sa  maison  militaire.    •  Les   gardes   françaises   et   suisses   formaient   le   cœur   des  disposiGfs  de  bataille,  tandis  que  les  célèbres  mousquetaires  étaient   souvent   employés   en   «   enfants   perdus   »   dans   des  acGons  périlleuses.    •  La  hiérarchie  militaire  était  un  enchevêtrement  de  droits  et  de  dignités,  ou  le  statut  social  des  officiers,  le  presGge  de  leur  unité,   l’ancienneté   de   leurs   services   modulaient,   a   l’infini,  l’étendue  de  l’autorité  conférée  par  leur  grade.    A  la  violence  de   guerre   s’ajoutait   ainsi   celle   des   duels   insGtues   en    procédure  d’arbitrage,  malgré  les  interdicGons  royales.  La  forteresse  de  Salses  a  été  édifiée  entre  1497  et  1502.  Ses  murailles  et  ses  ouvrages  avances  lui  donnent  un  aspect  intermédiaire  entre  un  château  et  une  citadelle  basFonnée    
  15. 15. De  la  guerre…  •  Lorsque  le  roi  s’engageait  dans  une  guerre,  il  devait  compléter  l’effecGf  de  son  armée  permanente  par  la  levée  de  nouvelles  troupes.  La  levée,  puis  l’entreGen  d’une  compagnie  ou  d’un  régiment,  s’effectuaient  sur  le  mode  de  l’entreprise.    •  Responsables  de  l’uGlisaGon  des  deniers  royaux  places  entre  leurs  mains,  les  capitaines  ou  colonels  devaient  en  rendre  compte  lors  des  revues  d’inspecGon  –  les  «  montres  »  qui  vérifiaient  l’équipement  des  soldats  et,  surtout,  leur  nombre.  •  Pour  pallier  les  insuffisances  de  ce  système,  le  souverain  devait  faire  appel  a  des  capitaines  étrangers  avec  lesquels  il  passait  des  capitulaGons.    •  L’inorganisaGon   et   l’indiscipline   de   la   cavalerie   française   avaient   persuade   Richelieu   de   la   nécessite   des   recours   aux  étrangers,   qui   contribuèrent   au   redressement   spectaculaire   des   années   1640.   Ces   troupes   expérimentées   consGtuèrent  l’armature  de  la  cavalerie  victorieuse  a  Rocroi.    Le  duc  d’Enghien  a  la  bataille  de  Rocroi  
  16. 16. La  bataille  de  Rocroi  •  La  régente  espagnole  ouvre  son  règne  de  quinze  ans  par  un  chemin  de  fleurs.  Sans  qu’on  sache  pourquoi  ni  comment,  cefe  étrangère  est  adorée.  En  afendant,  tout  tourne  a  son  profit.  Les  favoris  du  dernier  règne,   les   Conde,   gagnent   une   bataille   a   point   pour   elle,   et   font   a  Rocroi   la   brillante   préface   du   règne   emphaGque   de   Louis   XIV.   Les  Espagnols  se  sentaient  couverts  de  tous  cotes  par  ces  bois  infinis  de  peGts   chênes,   qu’on   appelle   la   foret   des   Ardennes.   Restait   la   vraie  Espagne,  la  fameuse  infanterie,  comme  un  gros  hérisson  de  piques,  ou  on  ne  mordait  pas.  •  Cest  au  cours  du  siège  de  Rocroi  par  les  Espagnols,  commandés  par  le  comte  de  Fuentès,  queut  lieu  la  fameuse  bataille  de  Rocroi,  le  19  mai  1643,  qui  vit  la  victoire  des  Français  sur  les  Espagnols.  Le  chef  de  larmée  française,  le  duc  dEnghien,  plus  tard  appelé  le  Grand  Condé,  révéla  ici  tout  son  génie  militaire,  alors  quil  était  seulement  âgé  de  22   ans.   Cefe   victoire   fut   décisive   dans   la   guerre   de   Trente   Ans  (1618-­‐1648)   :   elle   marqua   le   retour   de   la   France   sur   la   scène  internaGonale  après  un  siècle  de  défaites  et  de  guerres  civiles.  Le  duc  d’Enghien,  futur  prince  de  Conde.  
  17. 17. De  la  guerre…  •  Le  royaume  a  l’épreuve  de  la  guerre:  Lorsque  la  menace  se  fit  plus  pressante  a  la  suite  du  désastre  de  Corbie,  Louis  XIII  étendit  l’obligaGon  du  service  militaire  aux  communautés  de  méGers,  qui  furent  invitées  a  fournir  leurs  apprenGs  puis  leurs  ouvriers.  Les  étudiants  reçurent  la  promesse  d’être  dispenses  de  frais  de  récepGon  a  la  maitrise  s’ils  s’engageaient  dans  l’armée.      •  Les  modestes  dimensions  de  l’armée  de  Louis  XIII  et  du  jeune  Louis  XIV  limitèrent  l’impact  démographique  du  prélèvement  effectue  sur  les  communautés.  La  guerre  ne  décima  pas  parGculièrement  la  classe  des  hommes  âgés  de  20  a  40  ans,  mais  la  société  tout  enGère,  car  elle  entrainait  derrière  elle  un  cortège  de  fléaux:  les  destrucGons  et  les  pillages,  qui  laissent  sans  ressource  des  villages,  voire  des  provinces  enGères,  la  famine  et  aussi  la  peste.    •  Le  logement  des  gens  de  guerre  était  un  véritable  impôt  double  d’une  menace  physique  permanente.  A  tous  les  niveaux,  les  moindres  détenteurs  d’une  autorité  militaire  négociaient  et  monnayaient  leur  clémence.    •  .  Peste  d’Ashdod,  ou  les  PhilisFns  frappes  par  la  peste.  Nicolas  Poussin.  
  18. 18. De  la  guerre…  •  Guerre  et  misère:  La  guerre  jetait  sur  les   routes   les   paysans   qui   fuyaient  l’avancée   des   soldats.   La   hausse   des  impôts   étranglaient   progressivement  les   paysans   qui   accumulaient   une  defe   exigible   en   numéraire.   Les  arriérés   de   taille   devenaient   alors  considérables.  •  L’existence   d’une   pauvreté   massive  est   un   caractère   dominant   de   la  société   d’Ancien   Régime.   On   peut  l’évaluer   par   la   nécessite,   pour   un  foyer   ou   un   individu,   de   consacrer  plus  de  80%  de  son  revenu,  a  l’achat  du   pain,   consGtuant   la   base   de   son  alimentaGon.    Une  famille  de  paysans  par  Louis  Le  Nain.  
  19. 19. Se  débarrasser  des  pauvres  –  les  hôtels-­‐Dieu  •  A  cote  des  clercs  charges  de  prier  (“oratores”),  les  nobles  étaient  ceux  à  qui  incombait  d’assurer  par  les  armes  (“bellatores”)  la  défense  du  troisième  état  compose  de  tous  ceux  qui  travaillaient  a  un  Gtre  ou  a  un  autre  (“laboratores”).  Dans  la  seconde  moiGe  du  XVIIe  siècle,  cefe  réparGGon  a  largement  perdu  de  sa  perGnence.    •  Extrême  diversité  de  la  populaGon  rurale:  quoi  de  commun  entre  le  gros  fermier  de  l’Ile-­‐de-­‐France,  producteur  de  céréales  et  de  chevaux  pour  l’énorme  marche  de  la  capitale,  et  le  peGt  métayer  des  bocages  de  l’ouest  armoricain  qui  culGve  seigle  et    plantes  texGles,  et  fournit  en  maGères  premières  son  voisin,  Gsserand  de  village,  travaillant  pour  le  négociant  de  la  ville  proche?    •  Depuis  le  début  du  siècle,  l’idée  s’est  répandue  qu’il  faut  séparer  les  pauvres  du  reste  de  la  société  pour  laquelle  beaucoup  d’entre  eux  sont  une  menace  et  procéder  a  leur  enfermement  dans  des  hôpitaux  généraux  où  ils  seront  a  la  fois  détenus,  nourris,  envoyés  vers  les  hôtels-­‐Dieu  s’ils  sont  malades.    Hôtel-­‐Dieu  de  Troyes.  
  20. 20. De  la  guerre…  Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  
  21. 21. De  la  guerre…  Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  
  22. 22. De  la  guerre…  Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  
  23. 23. De  la  guerre…  Grandes  Misères  de  la  guerre  de  Jacques  Callot  •  La  série  des  Misères  et  malheurs  de  la  guerre  de  Jacques  Callot,  éditée  en  1633,  illustre  avec  précision  l’invasion  de  la  sphère   civile   par   la   guerre.   Peu   de   vignefes   représentent   d’authenGques   scènes   de   guerre,   tandis   que   la   plupart  représentent  les  exacGons  des  soldats  et  la  destrucGon  des  cadres  élémentaires  de  la  vie  sociale.    
  24. 24. De  la  guerre…  •  Les  paysans  chasses  de  leurs  terres  au  terme  d’un  processus  d’endefement  ou  a  la  suite  d’un  accident  de  la  vie  partaient  souvent   tenter   leur   chance   en   villes   ou   les   secours   et   les  perspecGves  de  travail  étaient  plus  importants.  •  De   fait,   au   cours   du   second   Gers   du   XVIIème   siècle,   le   repli  démographique  s’est  manifeste  dans  des  proporGons  proches  de  10  a  15%.  A  environ  18  millions,  la  populaGon  du  royaume  retrouvait  ainsi  le  niveau  d’éGage  afeint  au  sorGr  des  guerres  de  religion.    
  25. 25. Misère  de  la  France,  malheur  de  Richelieu  •  L’enfant   fut   un   garçon,   donc   un   roi.   Richelieu   demeura   sans  voix.  Sa  fatalité  était  désormais  d’avoir  désormais  pour  maitres  l’infant  de  la  maison  d’Autriche,  la  régente  espagnole.  Dans  le  compliment  sec,  en  deux  lignes,  qu’il  fait  a  la  reine,  les  paroles  lui  restent  a  la  gorge  :  «  Madame,  les  grandes  joies  ne  parlent  pas...  »    •  L’invincible   ennemi   dont   on   ne   pouvait   se   défaire,   c’était  l’épuisement  du  royaume,  l’abime  de  la  misère  publique  qui  se  creusait  de  plus  en  plus.  On  saisissait,  on  prenait  tout  jusqu’aux  jupes   des   femmes.   L’ordre   règne   ;   les   pouvoirs   locaux   sont  écrasés.  La  grande  quesGon  du  monde  en  ce  siècle  et  aux  trois  derniers,   c’est   celle   des   biens   ecclésiasGques.   Elle   domine  toute  la  Guerre  de  Trente  Ans.  •  Il   était   évident   que   les   biens   donnes   a   l’Eglise   avaient   au  Moyen   Age   diverses   uGlités   publiques,   écoles,   hôpitaux,  entreGen   des   pauvres,   etc.   L’Etat   n’existant   pas   alors   (a  proprement  parler),  l’Etat  réel,  sérieux  était  dans  l’Eglise.  Celle-­‐ci,   peu   a   peu,   se   dégagea   des   charges,   garda   les   avantages,  s’enfonça  dans  son  repos,  donnant  pour  tout  secours  a  l’Etat...  ses  prières.  •  Richelieu,   vaincu   dans   l’opinion   par   le   drame   espagnol   et   le  succès   du   Cid,   vaincu   dynasGquement   par   la   grossesse   de   la  reine   et   l’enfant   du   miracle,   reste   vaincu   encore   dans   la  quesGon  d’argent  par  la  résistance  du  clergé.  
  26. 26. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  Le   parG   dévot   avait   hérite   de   l’intransigeance   des   catholiques   ligueurs   qui,   pendant   les   guerres   de   Religion,   s’étaient  opposes  a  toute  forme  de  conciliaGon  avec  les  protestants.    •  Au  contraire  des  dévots,  Richelieu  voyait  dans  l’Espagne  des  Habsbourg  une  puissance  rivale  résolue  a  l’affaiblissement  de  la  France.    •  La   fédéraGon   sous   la   bannière   dévote   des   opposiGons   a   Richelieu   puis   a   Mazarin,   a   contribue   a   réduire   le   débat   a   un  affrontement  bipolaire  entre  intransigeance  catholique  et  laïcité  de  l’Etat.    •  Confirmer  les  catholiques  et  converGr  les  héréGques:  La  reforme  tridenGne  s’est  caractérisée  par  un  esprit  d’offensive  qui  a  invesG  l’espace  poliGque  et  social,  a  la  faveur  d’un  intense  et  durable  élan  pastoral.  Les  saints  qui  ont  marque  ce  siècle  ont  souvent  été  des  missionnaires:  François  de  Sales,  Vincent  de  Paul.    •  L’élan  pastoral  de  la  reforme  catholique  –  animes  d’un  véritable  zèle  réformateur  voire,  parfois,  d’un  certain  rigorisme,  les  évêques  du  XVIIème  siècle  incarnèrent  les  exigences  spirituelles  et  l’emprise  cléricale  de  la  reforme  catholique.      Saint  François  de  Sales  et  saint  Vincent  de  Paul.  
  27. 27. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  Spiritualité  dévote  et  engagement  parGsan:  La  parGcipaGon  acGve  des  parGculiers  –  clercs  ou  laïcs  –  au  renouveau  pastoral  représentait  une  composante  essenGelle  du  mouvement  devoir.  En  1629,  la  fondaGon  de  la  Compagnie  du  Saint  Sacrement  en  une  manifestaGon.    •  L’exaltaGon   du   Saint   Sacrement   consGtuait,   depuis   le   concile   de  Trente,  l’une  des  formes  privilégiées  de  l’orthodoxie  catholique,  face  au   dogme   calviniste   qui   n’accordait   a   l’eucharisGe   qu’une   valeur  commémoraGve.    •  Au  cours  de  printemps  et  de  l’été  1630,  la  poliGque  étrangère  de  la  France   avait   afeint   un   point   d’infléchissement.   L’alliance   avec   les  Provinces   Unies   déclenche   une   forte   opposiGon.   La   puissance  poliGque   du   courant   avait   été   amplifiée   par   le   souGen   que   lui   avait  accorde  Marie  de  Médicis,  et  de  façon  beaucoup  plus  opportuniste,  Gaston  d’Orléans,  le  frère  du  roi.    •  A   l’issue   d’une   violente   altercaGon   entre   Louis   XIII   et   Marie   de  Médicis,  les  rumeurs  de  la  cour  firent  croire  au  triomphe  de  la  reine  mère   et   au   renvoi   de   Richelieu.   Le   lendemain,   ce   fut   exactement    l’inverse  qui  se  produisit:  Louis  XIII  maintenait  sa  confiance  au  cardinal  et  entreprit  de  démanteler  la  coaliGon  qui  s’opposait  a  sa  poliGque.    •  Marie   de   Médicis   fut   disgraciée,   puis   assignée   a   résidence   de  Compiègne,  d’ou  elle  s’enfuit  pour  se  refugier  aux  Pays-­‐Bas  espagnols,  quifant  définiGvement  la  scène  poliGque.      Gaston  d’Orléans.  
  28. 28. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  Les   protestants   étaient   restes   fidèles   au   souverain   lors   des   troubles  civils  qui  avaient  agite  le  royaume,  en  parGculier  pendant  la  Fronde.  Leur   parGcipaGon   a   l’effort   de   guerre   et   la   graGtude   royale   se  manifestaient   avec   éclat   par   leur   très   forte   représentaGon   dans   le  cercle  restreint  des  maréchaux  de  France:  Turenne,  Gassion,  Rantzau,  La  Force.      Henri  de  la  Tour  d’Auvergne,  vicomte  de  Turenne,  maréchal  de  France.    maréchal  de  Gassion.    maréchal  Josias  de  Rantzau.    maréchal  de  la  Force.  
  29. 29. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  L’Eglise   et   l’Etat:   Richelieu   confirma   sa   poliGque   d’abaissement   de  «   l’orgueil   des   grands   »   en   réservant   la   distribuGon   des   bénéfices  majeurs   a   ses   allies.   Les   élites   robines   des   milieux   ministériels   en  Grèrent   un   large   profit   et   invesGrent   l’épiscopat   qui   devint   plus  dépendant  du  pouvoir  royal.    •  Le   débat   portait   sur   la   nature   de   la   grâce:   était-­‐elle   «   suffisante   »  comme   le   soutenaient   les   Jésuites,   ou   «   efficace   »   comme   le  prétendaient  les  Jansénistes?  Le  chréGen  devait-­‐il    conquérir  son  salut  avec  le  concours  de  la  grâce  ou  devait-­‐il  tout  afendre  de  ce  secours  que   Dieu   lui   accordait   comme   un   don   gratuit   et   incondiGonnel.   Les  Jansénistes  plaçaient  tout  leur  espoir  de  salut  en  un  Dieu  souverain  et  insensible  aux  vaines  tentaGves  des  hommes  pour  infléchir  sa  décision  de  les  sauver  ou  de  les  damner.  Le  Jansénisme  inspirait  une  morale  sociale  criGque  et  une  praGque  religieuse  marquée  par  la  rigueur  de  la  contemplaGon  et  de  la  morGficaGon.      Abbe  de  Saint-­‐Cyran,  qui  fut  l’introducteur  du  jansénisme  en  France.  Il  devint  le  directeur  de  conscience  de  Port  Royal,  qui  devient  ainsi  une  véritable  citadelle  du  jansénisme.  
  30. 30. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  L’assistance   aux   pauvres   entre   police   et  charité:   La   prise   en   charge   du   problème  de  la  pauvreté  par  l’Etat  s’insérait  dans  le  mouvement   de   sécularisaGon   des  poliGques  d’assistance,  iniGe  a  Lyon,  puis  a   Paris.   Il   faut   rappeler   que   le   terme   de  police,  au    XVIIème  siècle,  ne  désignait  pas  uniquement   la   force   appliquée   au    mainGen  de  l’ordre  et  a  la  répression  de  la  criminalité,  mais  l’ensemble  des  praGques  administraGves   ou   coerciGves   qui  organisent  l’espace  public.    •  La  volonté  royale  de  pourvoir  au  secours  des  pauvres  s’insérait  dans  le  contexte  de  la  reforme  tridenGne  qui  avait  redonne  la  charité   une   place   déterminante   dans  l’édifice   doctrinal   de   l’Eglise   catholique,  puisque   le   secours   aux   pauvres   figurait  parmi   les   œuvres   par   lesquelles   chacun  pouvait  gagner  son  salut.  Vue  de  l’hôpital  Saint-­‐Louis  a  Paris.  
  31. 31. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  La  promoGon  du  culte  marial  contribuait  l’affirmaGon  de  la  catholicité  face  a  l’hérésie  protestante.  De  1628,  la  victoire  de  La  Rochelle  avait  été   afribuée   a   l’intercession   de   la   Vierge.   Elle   fut   célébrée   l’année  suivante,   par   l’érecGon   d’une   église   parisienne   Notre   Dame   des  Victoires.    Notre-­‐Dame  des  Victoires  Saint-­‐Louis  distribuant  les  aumônes  Luis  Tristan  
  32. 32. Une  royale  et  chré)enne  applica)on  •  La  promoGon  du  culte  marial  contribuait  l’affirmaGon  de  la  catholicité  face  a  l’hérésie  protestante.  De  1628,  la  victoire  de  La  Rochelle  avait  été   afribuée   a   l’intercession   de   la   Vierge.   Elle   fut   célébrée   l’année  suivante,   par   l’érecGon   d’une   église   parisienne   Notre   Dame   des  Victoires.    Le  vœu  de  Louis  XIII    Louis  XIV  offrant  sa  couronne  et  son  sceptre  a  la  Vierge  par  Philippe  de  Champaigne.  
  33. 33. L’empire  du  discours  •  «  L’homme  ayant  été  fait  raisonnable,  il  ne  doit  rien  faire  que  par  raison  »  Richelieu  qui  fait  écho  avec  Descartes  «  Le  bon  sens  est  la  chose  du  monde  la  mieux  partagée  ».  •  En  affirmant  l’essence  raGonnelle  des  hommes,  Richelieu  jusGfiait  sa  poliGque  de  tolérance  civile  a  l’égard  des  protestants.  Le  primat  de  la  raison  obligeait,  en  effet,  l’Etat  monarchique  a  recourir  au  moyen  de  la  persuasion  plutôt  qu’a  celui  de  la  violence  pour  obtenir  la  conversion  des  huguenots.    •  De  la  mesure  avant  tout  chose:  HériGer  de  la  pensée  de  Machiavel,  Jean-­‐Louis  Guez  de  Balzac,  en  publiant  «  Le  Prince  »,  contribua  a  la  mise  en  place  de  la  poliGque  de  Richelieu  en  lui  donnant  une  assise  théorique.    •  A  cefe  concepGon  de  la  raison  d’Etat,  Richelieu  préféra  la  recherche  d’une  raGonalité  d’Etat,  suscepGble  de  s’imposer  au  prince  lui-­‐même  et  de  définir  une  praGque  de  gouvernement.    •  L’art   d’avoir   raison:   La   raison   d’Etat   n’aurait-­‐elle   été   que   le   volet   poliGque   du   triomphe   d’une   raGonalité   polymorphe?    Existe-­‐t’il  un  rapport  entre  les  différents  registres  de  la  raison?  L’Académie  dite  aussi  la  réunion  d’amateurs  –    Mathieu  Le  Nain  
  34. 34. L’empire  du  discours  •  L’expérience  devint  un  critère  essenGel  de  validaGon  des  théories,  par  opposiGon  aux  anciens  systèmes  philosophiques  établis  sur  l’argument  d’autorité.  •  Des  la  fin  des  années  1610,  la  marquise  de  Rambouillet  accueillit  dans  son   hôtel   de   la   rue   Saint-­‐Honoré   une   société   composée   de   gens   de  lefres  et  de  condiGon  ou  la  diplomaGe  de  l’esprit  s’exerçait  dans  un  climat  de  civilité  courtoise.    •  L’expérimentaGon   exige   la   maitrise   de   trois   types   de   savoir-­‐faire:   la  technologie   mécanique   du   disposiGf   expérimental,   la   technologie  liféraire   du   récit   d’expérience   et   la   technologie   sociale   de   la  persuasion.   Si   la   raison   poliGque   pouvait   se   nourrir   de   la   raGonalité  scienGfique,  l’inverse  était  également  vrai.  En  science  aussi,  la  raison  était  poliGque.    •  Quand  la  science  devient  poliGque:  Pascal  entreprit  de  démontrer  que  les   variaGons   de   niveau   de   mercure   pouvaient   s’expliquer   par   les  différences   de   pression   atmosphérique.   «   Récit   de   la   grande  expérience  de  l’équilibre  des  liqueurs  »  suite  a  son  ascension  du  Puy  du  Dôme.    
  35. 35. L’empire  du  discours  Vue  de  Paris  sur  le  palais  du  Louvre,  prise  du  Pont-­‐Neuf  
  36. 36. L’empire  du  discours  •  Liférature  et  pouvoir:  A  Paris,  les  libelles  se  vendaient  et  les  nouvelles  circulaient  dans  la  galerie  du  Palais,  encombre  de  bouGques  desGnées  a   la   clientèle   aisée   des   magistrats   du   parlement.   Le   Pont-­‐Neuf   était  occupe  par  des  libraires  «  étalant  »,  dont  les  bouquinistes  prolongent  aujourd’hui  la  tradiGon.    •  La   créaGon   de   la   Gazefe   par   Théophraste   Renaudot   est   la   première  revue   a   grande   diffusion   –   L’essenGel   des   nouvelles   offertes   aux  lecteurs  s’arGculaient  autour  de  trois  thèmes  présentes  par  Renaudot:  les  batailles,  les  «  mystères  de  la  Cour  »  et  les  affaires  judicaires…  et  passe  progressivement  de  quatre  a  douze  pages.      •  L’objecGvité  revendiquée  par  Renaudot    se  donnait  l’objecGf  poliGque  de   réfuter   «les   faux   bruits   qui   servent   souvent   d’allumefes   aux  sédiGons  intesGnes  ».  A  l’usage,  cefe  foncGon  se  révéla  prédominante.  Richelieu  écrivit  lui-­‐même  certains  arGcles  de  la  Gazefe  qui  devint  un  docile  instrument  du  pouvoir  royal.  •  Le  règne  de  la  propagande:  Dans  les  «  ConsidéraGons  poliGques  sur  les  coups  d’Etat  »  (1639),  Gabriel  Naude  a  considère  le  peuple  comme  le  réceptacle  passif  des  idées  et  des  discours  véhicules  par  la  propagande.    
  37. 37. Le  système  de  l’extraordinaire  •  «  La  nécessite  est    maitresse  impérieuse,  qui  violente  les  plus  grands  rois  et  qui  les   oblige   a   des   condescendances   involontaires   ».     Nées   de   l’adaptaGon   de  l’urgence   a   la   nécessite,   les   mesures   et   les   procédures   extraordinaires  formèrent  un  véritable  système  de  gouvernement,  qui  s’appliqua  a  la  jusGce,  a  l’administraGon  et  aux  fiances.  Ce  fut  l’œuvre  de  Richelieu.    •  Intendants  et  officiers:  Comme  lindique  Richelieu,  dans  le  Testament  PoliGque,  les   dysfoncGonnements   de   l’administraGon   fiscale   jusGfièrent   la   désignaGon  d’intendants  pour  «  aller  en  tous  lieux  des  Provinces  s’enquérir  des  mœurs  des  officiers   de   JusGce   et   des   finances;   voir   si   les   imposiGons   se   lèvent  conformément   aux   ordonnances,   si   les   receveurs   n’y   commefent   pas  d’injusGces  en  vexant  les  peuples,  découvrir  la  façon  avec  laquelle  ils  exercent  leurs  charges;  apprendre  comme  se  gouverne  la  Noblesse  et  arrêter  le  cours  de  toutes  sortes  de  désordres.  »    •  L’extraordinaire   contre   les   privilèges:   Les   intendants   furent   employés   sur  d’innombrables   fronts   ou   ils   subsGtuèrent   la   logique   de   l’extraordinaire,   a  l’observaGon  scrupuleuse  des  privilèges  et  des  parGcularismes  locaux.         Portrait  d’Omer  Talon.  Conseiller  d’Etat  par  Philippe  de  Champaigne.  
  38. 38. Le  système  de  l’extraordinaire  •  Le  système  fisco-­‐financier:  Etaient  considérés  comme  extraordinaires   des   revenus   parfaitement   réguliers,  comme  les  impôts  indirects,  mais  dont  la  percepGon  était   confiée   a   des   intermédiaires   agissant   en   vertu  d’un   contrat   de   ferme   ou   d’un   traite.   L’analyse   de  l’évoluGon  des  revenus  de  l’Etat  montre  qu’a  parGr  de  1605,   les   recefes   extraordinaires   sont   devenues  majoritaires.  •  Les   fermes   qui   existaient   depuis   le   Moyen   Age,  connurent   sous   le   règne   de   Louis   XIII   un  accroissement   modéré   de   leur   volume   .  TradiGonnellement,  le  système  de  la  ferme  concernait  les  impôts  indirects.    •  Un   traite   était   un   contrat   passe   entre   le   roi   et   des  financiers   (les   traitants)   qui   recevaient   l’autorisaGon  de  Grer  profit  d’une  ressource  moyennant  paiement  au  trésor  des  parGes  casuelles  d’un  droit  forfaitaire.  Il  s’agit  en  clair  de  vente  d’offices.  Le  cardinal-­‐ministre  mobilisa   massivement   la   ressource   financière  procurée   par   la   vente   des   offices.   Plus   encore,   il  profita  de  la  véritable  faim  d’offices,  qui  dévorait  les  élites,  pour  les  a•rer  au  service  du  roi.    •  Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici  concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les  recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer  durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le  foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des  insGtuGons.      
  39. 39. Le  système  de  l’extraordinaire  •  L’absoluGsme   et   la   loi:   La   jusGce   extraordinaire   fut  mobilisée   dans   des   circonstances   douteuses   ou   le  crime   juge   paraissait   mal   établi   ou   fonde   est   une  simple  défiance  poliGque.  •  Les   fermes   qui   existaient   depuis   le   Moyen   Age,  connurent   sous   le   règne   de   Louis   XIII   un  accroissement   modéré   de   leur   volume   .  TradiGonnellement,  le  système  de  la  ferme  concernait  les  impôts  indirects.    •  Un   traite   était   un   contrat   passe   entre   le   roi   et   des  financiers   (les   traitants)   qui   recevaient   l’autorisaGon  de  Grer  profit  d’une  ressource  moyennant  paiement  au  trésor  des  parGes  casuelles  d’un  droit  forfaitaire.  Il  s’agit  en  clair  de  vente  d’offices.  Le  cardinal-­‐ministre  mobilisa   massivement   la   ressource   financière  procurée   par   la   vente   des   offices.   Plus   encore,   il  profita  de  la  véritable  faim  d’offices,  qui  dévorait  les  élites,  pour  les  a•rer  au  service  du  roi.    •  Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici  concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les  recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer  durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le  foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des  insGtuGons.      Henri  II,  duc  de  Montmorency.  Il  refuse  de  s’allier  de  Richelieu,  il  rejoint  ainsi  les  rangs  des  «  Malcontents  »  qui  s’opposent  a  la  poliFque  du  cardinal  ministre.  Montmorency  et  Gaston  d’Orléans  s’engagent  dans  une  stratégie  insurrecFonnelle.  Son  exécuFon  par  décapitaFon  marqua  profondément  les  contemporains.  
  40. 40. Le  système  de  l’extraordinaire  •  Le  marquis  de  Cinq-­‐Mars  et  son  ami  François-­‐Auguste  de   Thou,   conseiller   d’Etat   issu   d’une   presGgieuse  famille   de   magistrats,   formèrent   le   projet   de  renverser  le  cardinal,  avec  l’aide  de  Gaston  d’Orléans,  du   duc   de   Bouillon   et   le   souGen   de   l’Espagne.   Le  tribunal   compose   de   maitres   de   requêtes   et   de  parlementaires   condamna   a   mort   Cinq-­‐Mars   et   de  Thou  qui  furent  exécutés  a  Lyon  en  1642.      •  Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici  concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les  recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer  durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le  foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des  insGtuGons.      Le  duc  d’Epernon.  Son  ascension  avait  été  favorisée  par  la  protecFon  d’Henri  III  dont  il  fut  l’un  des  mignons.  Il  reprit  de  l’importance  lors  des  guerres  contre  les  protestants  a  parFr  de  1622.  Gouverneur  de  Guyenne  et  colonel  général  de  l’infanterie  française,  il  possédait  une  solide  assise  qui  lui  permit  de  conserver  une  certaine  autonomie  poliFque  face  au  pouvoir  grandissant  de  Richelieu.  Le  procès  intente  contre  son  fils  Bernard  a  la  suite  du  désastre  de  Fontarabie  s’inscrit  dans  une  offensive  générale  contre  la  maison  d’Epernon  qui  perdit  alors  le  gouvernement  de  Guyenne.    
  41. 41. La  conspiraJon  espagnole  encore  •  Richelieu  fit  exclure  Cinq-­‐  Mars  de  tout  conseil,  et  engagea  le  roi  a  reGrer  le  dauphin  des  mains  de  la  reine.  Cinq-­‐Mars  s’entendit   avec   François-­‐Auguste   de   Thou   et   Gaston   de  France   pour   comploter   avec   les   Espagnols.   Leur   plan  prévoyait   le   renvoi   ou   l’assassinat   de   Richelieu,   la  signature   de   la   paix   avec   l’Espagne   avec   une   resGtuGon  réciproque   de   territoires.   Les   Espagnols   massèrent   une  armée  de  18  000  hommes  dans  la  région  de  Sedan  pour  intervenir   aux   côtés   des   conjurés.   Une   correspondance  secrète   du   marquis   fut   interceptée   par   la   police   de  Richelieu.    •  Trahis  dans  leur  confiance,  Louis  XIII  et  Richelieu  le  firent  juger   puis   décapiter   à   Lyon,   avec   François-­‐Auguste   de  Thou,   le   12   septembre   1642.   Cinq-­‐Mars   avait   tue  Richelieu.  Son  maitre,  Louis  XIII,  le  haïssait  désormais  sans  retour.   Il   mourût   tellement   redoute   qu’on   n’osait   nulle  part  dire  qu’il  fut  mort,  même  dans  les  pays  étrangers.  Le  roi  le  haïssait.  
  42. 42. Le  système  de  l’extraordinaire  •  L’applicaGon   des   droits   seigneuriaux   était   a   l’origine  de   nombreuses   contestaGons   que   les   seigneurs  réglaient  brutalement.  La  faculté  de  régler  les  conflits  a  coups  de  canne,  de  bâton  ou  d’épée  apparaissait  a  de  nombreux  genGlshommes  comme  la  marque  d’une  liberté  aristocraGque  affranchie  du  droit  commun.    •  Tout  le  paradoxe  de  la  poliGque  royale  se  trouvait  ici  concentre:   la   vente   des   offices   qui   alimentait   les  recefes   extraordinaires,   contribuaient   a   installer  durablement   les   nouveaux   acquéreurs   dans   le  foncGonnement   ordinaire   de   la   jusGce   et   des  insGtuGons.    •  Plus   qu’une   tension,   la   disGncGon   entre  l’extraordinaire   et   le   cours   ordinaire   de  l’administraGon   et   de   la   jusGce   nourrissait   un  véritable   paradoxe.   Car   les   officiers   dépossédés   de  leurs   afribuGons     par   les   commissaires  extraordinaires  du  roi  étaient,  eux  aussi,  les  agents  du  pouvoir   royal.   Des   lors,   l’impérieuse   nécessité,   qui  recommandait  d’outrepasser  le  «  souverain  droit  »  ne  risquait-­‐elle  pas  d’affecter  le  droit  du  souverain?    Allégorie  de  la  JusFce  par  Simon  Vouet.  Considéré  comme  peintre  d’expression  baroque,  il  a  réalisé  de  nombreuses  allégories  (la  richesse,  la  vertu,  la  loi,  etc.)  parmi  lesquelles  figure  la  JusFce.    
  43. 43. …  A  la  guerre  civile  •  La   conjuraGon   des   inégaux:   Le   «   tour   de   vis   fiscal   »   fut   a  l’origine   d’une   série   de   révoltes   populaires,   qui   prirent  parfois  le  tour  de  véritables  guerres  civiles.    •  Les  impôts  royaux:  –  Taille:  Principal  impôt  direct,  la  taille  peut  être  personnelle  ou  directe.  Personnelle,  elle  pèse  sur  les  individus  (les  chefs  de  feu),   en   foncGon   de   leurs   capacités   et   de   leur   statut   (la  noblesse,  le  clergé  et  les  bourgeois  de  nombreuses  villes  sont  exemptes).  Réelle,  elle  pèse  sur  les  terres  roturières.    –  Taillon:  InsGtue  en  1549  par  Henri  II,  le  taillon  est  desGne  a  l’entreGen   des   gens   de   guerre   lorsqu’ils   sont   loges   chez  l’habitant.  Peu  a  peu  détourné  de  sa  desGnaGon  iniGale,  il  est  annexe  a  la  taille  dont  il  devient  un  simple  supplément.    –  Aides:  Ensemble  des  impôts  indirects  perçus  sur  les  denrées  (vin,   viande,   etc.)   commercialisée   dans   les   villes.   Le   pouvoir  royal   et   les   insGtuGons   municipales   s’en   partagent   la  responsabilité.  –  Droits:   Ensemble   des   taxes   perçues   sur   des   opéraGons  parGculières.   Le   droit   annuel   est   du   par   les   officiers   qui,   en  vertu   de   la   paulefe,   souhaitent   transmefre   librement   leur  charge  en  échange  de  paiement  de  ce  droit  qui  représente  le  1/60eme  de  la  valeur  de  leur  office.    –  Gabelle:  Impôt  sur  le  sel  perçu  selon  6  régimes  différents.  
  44. 44. Mazarin  •  Devenu  cardinal  en  1641,  sans  avoir  jamais  été  prêtre.  Il  fut  désigné   par   Richelieu   comme   son   successeur.   De   fait,   le  lendemain   de   la   mort   de   son   protecteur,   le   4   décembre  1642,  il  fut  nomme  principal  ministre  d’Etat.  Sa  faveur  résista  au  trouble  engendre  par  la  mort  de  Louis  XIII.    •  Apres   le   a   ruine   et   l’exil   provoques   par   la   Fronde,   il  reconsGtua  toutes  les  assises  poliGques  et  financières  de  sa  posiGon.   Il   fut   au   cœur   d’un   véritable   système   de  gouvernement  qui  favorisait  l’ascension  de  ses  fidèles,  dans  les  finances,  dans  l’Eglise  ou  la  maison  du  roi.  A  sa  mort,  en  1661,   Colbert,   qui   avait   son   intendant,   fut   le   principal  bénéficiaire  du  «  système  Mazarin  ».    Mazarin  par  Philippe  de  Champaigne    
  45. 45. …  A  la  guerre  civile  •  Les   solidarités   urbaines   a   l’épreuve   de   la   révolte:   L’ambiguïté   des   relaGons   entre   parlement   et   les   couches   populaires  urbaines   fut   un   moteur   essenGel   de   la   Fronde.   L’opposiGon   constante   des   magistrats   aux   édits   fiscaux,   créant   ou  augmentant  des  impôts,  leur  conférant  un  statut  de  protecteur  du  peuple.    •  Les  magistrats  des  cours  souveraines  s’opposèrent  a  la  vente  par  la  monarchie  de  nouveaux  offices  de  maitres  de  requêtes.  Les   adversaires   les   plus   résolus   de   la   créaGon   de   nouveaux   offices   étaient   les   officiers   déjà   en   place,   qui   redoutaient  l’amoindrissement  de  leur  propre  pouvoir.    •  Pour   le   public   parisien,   comme   pour   les   révoltes   de   Saintonge,   les   gages   dus   aux   nouveaux   officiers   signifiaient  l’augmentaGon  des  charges  de  l’Etat  et,  a  terme,  l’accroissement  de  la  pression  fiscale.    •  Il  s’agissait  alors  de  fermer  la  ville  de  Paris,  la  barricader,  dans  une  posture  de  défi  a  l’autorité  royale.    Barricades  St-­‐Antoine  (aout  1648)  Le  peuple  était  levé,  et  il  fit  un  ouvrage  énorme,  douze  cents  barricades  en  douze  heures.  L’armée  enveloppe  Paris,  insultant,  ravageant  comme  un  pays  ennemi.  Le  roi  quime  la  capitale  avec  sa  mère  le  6  janvier  1649.    Il  est  possible  de  disFnguer  trois  facteurs  dexplicaFon  :  au  niveau  fiscal  (une  pression  croissante  de  la  fiscalité  royale),  au  niveau  social  (une  remise  en  cause  des  privilèges  des  parlementaires  parisiens)  outre  l’aspect  fiscal,  la  monarchie  touche  également  aux  privilèges  de  ces  parlementaires  (les  nouvelles  créaFons  de  postes  car  font  baisser  le  cours  du  prix  de  l’office),  et  au  niveau  poliFque  (le  pouvoir  royal  entend  gouverner  seul  dans  le  cadre  dune  monarchie  absolue).  
  46. 46. …  A  la  guerre  civile  •  La   Fronde   naquit   tout   dabord   dun   mécontentement   général.   Celui-­‐ci  prenait  sa  source  dans  la  crise  économique  et  laugmentaGon  de  la  pression  fiscale  en  vue  de  faire  face  aux  dépenses  de  la  guerre  de  Trente  Ans.  Cefe  période   de   révolte   marque   un   brutal   fléchissement   de   l’autorité  monarchique   en   France.   Il   y   deux   phases:   la   première   correspond   à  l’opposiGon   des   cours   souveraines   (fronde   parlementaire,   1648-­‐1649);   la  seconde   à   l’opposiGon   des   Grands   (fronde   des   princes,   1651-­‐1653).   À   ce  Gtre,  elle  peut  être  considérée  comme  la  dernière  grande  révolte  nobiliaire  du  XVIIe  siècle.  •  En   septembre,   la   Cour   sexile   quelques   temps   à   Rueil.   Cest   là   que   le  vainqueur  de  Rocroi  et  de  Lens  se  met  à  la  disposiGon  dAnne  dAutriche:  "Je  ne  saurais  souffrir  linsolence  de  ces  bourgeois  qui  veulent  gouverner  lÉtat;  je  mappelle  Louis  de  Bourbon...".  Par  son  intermédiaire  et  celui  de  Gaston  dOrléans,  la  Cour  et  le  Parlement  tentent  de  trouver  une  issue  à  la   crise   lors   de   conférences   tenues   à   Saint-­‐   Germain   (25   septembre-­‐4  octobre  1648).  •  L’Etat  avait  besoin  de  garanGr  sa  defe  par  sa  capacité  a  prélever  l’impôt.  Or  l’accroissement  de  la  pression  fiscale  menaçait  le  rendement  de  l’impôt  par  les  troubles  qu’il  engendrait.  La  Fronde,  en  ce  sens,  apparaît  comme  une  révolte  de  toutes  les  vicGmes  de  la  faillite  du  crédit  d’Etat,  qui  reposait,  en  grande   parGe,   sur   des   rentes   assignées   sur   les   rentrées   fiscales.   Elle  apparaît  ainsi  comme  une  crise  de  croissance  de  l’absoluGsme,  le  moment  ou  ses  ambiguïtés  se  manifestaient  dans  les  contradicGons  des  officiers  qui  en  étaient  a  la  fois  vicGmes  et  les  acteurs.    Pierre  Broussel  Conseiller  du  Parlement  de  Paris,  iniFateur  de  la  Fronde.  
  47. 47. …  A  la  guerre  civile  •  FrustraGons   nobiliaires:   Il   manquait   a   la   noblesse   un   chef   «   naturel   »  capable  de  porter  un  projet  alternaGf  a  «  la  tyrannie  de  Mazarin  ».  Mazarin  fit   arrêter   Conde   en   compagnie   de   son   frère   ConG   et   de   son   beau-­‐frère  Longueville.  En  janvier  1650,  la  rupture  était  consomme.    •  En  fait,  l’idée  d’une  monarchie  aristocraGque,  reconnaissant  a  la  noblesse  son   rôle   essenGel   de   corps   intermédiaire,   n’avait   pas   cesse   d’occuper   les  esprits  et  de  jusGfier  conspiraGons  et  révoltes.  Les  préférences  accordées  aux  favoris,  ainsi  que  l’ascension  des  hommes  nouveaux  issus  de  la  robe,  choquaient   les   consciences   aristocraGques   viscéralement   afachées   au  principe  de  la  jusGce  distribuGve.    •  La  revendicaGon  parGculière  de  Conde  valait  pour  toute  la  noblesse  et,  au-­‐delà,   pour   l’ensemble   de   la   société.   Ainsi   s’exprimait   l’afachement   a   un  monde  ordonne,  ou  chacun  restait  a  sa  place  assignée  par  une  «  hiérarchie  naturelle  »  en  vertu  d’un  consensus  garanG  par  le  roi.    •  Gaston  dOrléans  rend  publique  sa  rupture  avec  Mazarin  le  2  février  1651.  Les   deux   frondes   sunissent.   Le   Parlement   réclame   la   liberté   des   princes,  ordonne   aux   maréchaux   de   nobéir   quà   Monsieur,   lieutenant   général   du  royaume   (Gaston   dOrléans).   Mazarin   senfuit   de   Paris   le   6   février.   Un  nouvel   arrêt   de   bannissement   du   Parlement   est   promulgué.   Le   roi   et   la  reine   sont   retenus   prisonniers   au   Palais-­‐   Royal   et   pour   faire   taire   les  rumeurs   dune   nouvelle   fuite,   Louis   XIV   (12   ans)   est   exhibé   en   train   de  dormir  devant  la  foule  (nuit  du  9  au  10  février  1651).  Boulainvilliers,  Mémoire  sur  la  noblesse:  «  Les  vertus  sont  personnelles:  elles  égalent  ou  approchent  de  fort  près  la  vraie  noblesse  ceux  qui  la  praFquent.  Mais  la  grande  et  haute  noblesse  a  quelque  chose  de  plus;  elle  consiste  dans  consiste  dans  une  tradiFon  de  vertu,  de  gloire  et  d’honneur,  de  senFments,  de  dignité  et  de  de  biens  qui  s’est  perpétuée  dans  une  longue  suite  de  races  ».  
  48. 48. …  A  la  guerre  civile  •  De   la   rébellion   a   la   guerre   civile:   L’emprisonnement   des  princes,   le   18   janvier   1650,   provoqua   le   soulèvement   de  quelques  grands  (Turenne,  les  ducs  de  La  Rochefoucauld  et  de   Bouillon,…).   Les   efforts   frondeurs   se   reportèrent   alors  vers  la  Guyenne  ou  ils  reçurent  le  souGen  du  parlement  de  Bordeaux.    •  Les   grands   ne   furent   cependant   jamais   en   mesure   de  rassembler   une   force   militaire   suffisante   pour   menacer  l’armée   royale.   En   décembre   1650,   en   dépit   d’un   renfort  espagnol,   les   troupes   frondeuses,   commandées   par  Turenne,  furent  défaites  a  la  bataille  de  Rethel  par  l’armée  royale,  commandée  par  du  Plessis-­‐Praslin.  En  janvier  1651,  une   délégaGon   du   parlement   de   Paris   demanda   a   Anne  d’Autriche   de   libérer   les   princes.   La   régente   consenGt  finalement   a   libérer   les   princes   de   Conde,   ConG   et  Longueville.  Conde,  cefe  fois,  prit  personnellement  la  tête  de  la  rébellion  alors  que  le  roi  accédait  a  la  majorité.    •  Ces   souGens   lui   permirent   d’assembler   une   armée   de  12.000  hommes.  Mais  sur  la  longue  durée,  le  choix  de  la  révolte   était   difficile   a   assumer   pour   ces   hommes.  Beaucoup  ne  résistèrent  pas  aux  offres  de  ralliement  faites  par  Mazarin.    Le  prince  de  Conde  au  siège  de  Fribourg  
  49. 49. …  A  la  guerre  civile  •  L’union  des  Frondes  princière  et  parlementaire  ne  survécut  pas,  elle  non  plus,  a  la  diversité  des  intérêts  et  des  stratégies.  Le  4  juillet  1652,  le  massacre  a  l’Hôtel  de  Ville  porta  un  coup  fatal  a  l’alliance.  •  Conde  s’enfuit  aux  Pays-­‐Bas  ou  il  se  mit  au  service  du  roi  d’Espagne  .  Le  roi  faisait  son  entrée  dans  Paris  avant  de  rappeler  Mazarin,  quelques  jours  plus  tard.    •  En  dépit  de  la  diversité  de  ses  acteurs  et  des  revendicaGons,  plusieurs  convergences  lui  ont  conféré  une  certaine  unité.  L’opposiGon   a   Mazarin   fut,   bien   sur   un   important   point   de   convergence,   mobilisant,   il   est   vrai,   des   moGfs   aussi   peu  poliGques  que  l’anG-­‐italianisme  ou  la  détestaGon  structurelle  de  la  figure  du  favori.    
  50. 50. …  A  la  guerre  civile  Mazarinade.  
  51. 51. …  A  la  guerre  civile  •  Le  21  octobre  1652,  Louis  XIV  entre  triomphalement  à  Paris.  Il  sinstalle  au  Louvre.  La  déclaraGon  royale  du  12  novembre  1652  déchoit  le  prince  de  Condé  de  ses  dignités  et  gouvernements  (le  27  mars  1654,  un  arrêt  du  Parlement  le  condamnera  à  mort).  Après  la  Fronde,  il  conGnue  de  vivre  en  exil  pendant  sept  années  (octobre  1652-­‐novembre  1659).  Il  esGme  ne  pas  être  hosGle  "à  son  roi"  mais  "au  Mazarin".  Ce  nest  quen  1659  quil  sen  remet  à  lindulgence  du  roi.  Une  clause  du  traité  des  Pyrénées  lui  permet  de  recouvrer  ses  Gtres  et  ses  biens.  Ecu  figurant  le  jeune  roi  Louis  XIV  en  1652.  
  52. 52. Turenne,  le  protecteur  de  la  jeune  royauté  •  Turenne  est  a  l’origine  de  grandes  iniGaGves  :  i)  il  arrêta  la  cour,   effrayée   de   l’entrée   des   Espagnols   qui   venaient  secourir  Conde,  il  l’empêcha  de  fuir  ;  ii)  Mazarin  s’éloignant  encore  pour  apaiser  et  faire  céder  les  résistances  de  Paris  (aout  1652),  Turenne  prit  toutes  les  précauGons  pour  que  cet   éloignement   ne   fut   pas   définiGf   et   pour   assurer   son  retour  ;  iii)  il  inquiéta  les  Espagnols  qui  n’allèrent  pas  plus  loin  que  Laon  ;  iv)  enfin,  il  donna  a  la  cour,  a  la  Reine  et  au  jeune   roi,   le   courage   de   rentrer   dans   Paris,   qu’ils  redoutaient   toujours.   La,   ce   beau   jeune   roi,   qui   la   veille  avait   été   si   près   de   rebrousser   chemin,   fait   lire   aux  magistrats,  vaincus  sans  combats,  la  défense  de  se  mêler  d’aucune  affaire  publique,  ni  spécialement  de  ses  finances,  ni  entreprendre  contre  ceux  a  qui  il  confie  l’administraGon.  C’est   la   proclamaGon   solennelle   et   définiGve   de   la  monarchie  absolue,  du  grand  règne,  et  de  l’âge  d’or,  qui,  parG  de  la  banqueroute,  abouGt  cinquante  ans  plus  tard  a  la  sublime  banqueroute  de  trois  milliards  qui  rasa  le  pays.  •  Hors   de   la   guerre,   Turenne   était   un   très   pauvre   homme,  tout  a  fait  terre  a  terre,  et  s’il  ne  fit  jamais  de  mauvaises  manœuvres,  il  fit  bien  des  fausses  démarches.  Il  aimait  les  hommes   ranges,   laborieux,   a   son   image,   il   les   faisait   tels  pour  l’intérêt  du  service.  En  1653-­‐1654,  n’ayant  encore  que  des  moyens  très  faibles,  il  reprit  les  places  de  Champagne  que   possédait   Conde   et   qui   étaient   le   vrai   chemin   de  l’invasion.  Le  maréchal  de  Turenne.  

×