1870-­‐1914	
  
La	
  République	
  imaginée	
  	
  	
  
Introduc)on	
  
•  L’histoire	
   françaises	
   des	
   années	
   1815-­‐1870	
   avaient	
   été	
  
celle	
  de	
  tro...
Histoire	
  d’une	
  société	
  poli)que	
  
•  Commencée	
   dans	
   la	
   défaite	
   de	
   1870,	
   la	
   période	...
Naissance	
  de	
  la	
  République	
  dans	
  la	
  guerre	
  
•  La	
   première	
   réussite	
   de	
   la	
   Républiq...
Naissance	
  de	
  la	
  République	
  dans	
  la	
  guerre	
  
•  GambeIa	
  s’appuyait	
  aussi	
  sur	
  une	
  cohorte...
Naissance	
  de	
  la	
  République	
  dans	
  la	
  guerre	
  
•  La	
   paix	
   et	
   l’annexion:	
   La	
   convenCon...
Naissance	
  de	
  la	
  République	
  dans	
  la	
  guerre	
  
•  Un	
   idéal	
   républicain	
   et	
   libertaire:	
  ...
Naissance	
  de	
  la	
  République	
  dans	
  la	
  guerre	
  
•  Une	
   défaite	
   victorieuse?	
   Si	
   la	
   Comm...
La	
  conquête	
  du	
  régime	
  (1871-­‐1876)	
  
•  La	
  bataille	
  que	
  les	
  républicains	
  allaient	
  remport...
La	
  conquête	
  du	
  régime	
  (1871-­‐1876)	
  
•  L’échec	
  de	
  l’ordre	
  moral:	
  Le	
  comte	
  Patrice	
  de	...
La	
  conquête	
  du	
  régime	
  (1871-­‐1876)	
  
•  Dans	
   l’immédiat,	
   le	
   régime	
   se	
   renforça	
   au	
...
La	
  conquête	
  du	
  régime	
  (1871-­‐1876)	
  
•  La	
  victoire	
  des	
  Républicains:	
  Les	
  élecCons	
  généra...
La	
  conquête	
  du	
  régime	
  (1871-­‐1876)	
  
•  Une	
  revanche	
  sur	
  l’histoire:	
  Le	
  grand	
  tableau	
  ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  La	
   République	
   ne	
   se	
   transforma	
   pas	
   en	
   religion	...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  L’unité	
   des	
   républicains:	
   Léon	
  
GambeIa	
   agit	
   comme	
...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Les	
   élecCons	
   de	
   1877:	
   Les	
   élecCons	
   législaCves	
   ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  La	
   republicanisaCon	
   du	
   régime:	
   Le	
   président	
   Mac-­‐M...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  «	
   Nul	
   n’est	
   admis	
   a	
  
diriger	
   un	
   établissement	
 ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Les	
   libertés	
   fondamentales:	
   En	
   1880,	
   une	
   loi	
   ac...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Le	
  pouvoir	
  des	
  symboles:	
  Trois	
  décisions	
  symboliques	
  q...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Un	
   visage	
   pour	
   la	
   République,	
   l’avènement	
   de	
   Ma...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  La	
  républicanisassions	
  de	
  l’Etat:	
  En	
  1883,	
  la	
  mise	
  ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  La	
  quesCon	
  coloniale	
  et	
  la	
  chute	
  de	
  Jules	
  Ferry:	
 ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  La	
   mort	
   d’Adolphe	
   Thiers:	
   L’Histoire	
   révèle	
   ici	
  ...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Victor	
   Hugo	
   au	
   Panthéon:	
   Le	
   Panthéon,	
   resCtue	
   e...
La	
  République	
  des	
  Républicains	
  
•  Le	
  rêve	
  de	
  la	
  revanche:	
  La	
  revanche	
  n’en	
  resta	
  p...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  La	
   crise	
   boulangiste:	
   Aux	
   éle...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  Contre	
  toute	
  aIente,	
  les	
  boulangi...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  L’apparente	
   victoire	
   républicaine:	
 ...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  Une	
   république	
   aveuglée:	
   Avec	
  ...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  L’émergence	
   d’une	
   droite	
   acquise	...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  La	
  renaissance	
  du	
  socialisme	
  fran...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  L’autonomie	
  et	
  l’acCon	
  anarchiste:	
...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  La	
  République	
  refermée:	
  La	
  quesCo...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  L’intransigeance	
   sur	
   le	
   front	
  ...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  Ni	
  RévoluCon,	
  ni	
  RéacCon:	
  Ce	
  s...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  Les	
   congrégaCons	
   missionnaires	
   qu...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  L’armée	
  toute	
  puissante:	
  Le	
  culte...
La	
  tenta)on	
  autoritaire	
  des	
  républicains	
  (1885-­‐1897)	
  
•  La	
  veille	
  libérale	
  et	
  arCsCque:	
...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  L’affaire	
  Dreyfus	
  est	
  longue	
  de	
...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  L’applicaCon	
  de	
  la	
  raison	
  d’Etat...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  La	
  relance	
  de	
  la	
  conspiraCon,	
 ...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  L’offensive	
   contre	
   les	
   dreyfusard...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  L’affaire	
  au	
  cœur	
  du	
  régime:	
  L...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  La	
  combinaison	
  ministérielle	
  montée...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  Le	
  verdict,	
  la	
  grâce,	
  la	
  libe...
L’affaire	
  Dreyfus	
  au	
  tournant	
  du	
  siècle	
  (1894-­‐1906)	
  
•  Une	
  enquête	
  du	
  ministre	
  de	
  la...
Le	
  moment	
  démocra)que	
  (les	
  années	
  1900)	
  
•  L’affaire	
   Dreyfus	
   ressemble	
   a	
   «	
   un	
   tr...
Le	
  moment	
  démocra)que	
  (les	
  années	
  1900)	
  
•  L’engagement	
  dreyfusard:	
  On	
  assiste	
  a	
  un	
  é...
Le	
  moment	
  démocra)que	
  (les	
  années	
  1900)	
  
•  L’acte	
  de	
  naissance	
  des	
  Intellectuels:	
  «	
  C...
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
La republique imaginee
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La republique imaginee

797 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
797
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
46
Actions
Partages
0
Téléchargements
17
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La republique imaginee

  1. 1. 1870-­‐1914   La  République  imaginée      
  2. 2. Introduc)on   •  L’histoire   françaises   des   années   1815-­‐1870   avaient   été   celle  de  trois  retours  poliCques  qui  se  soldèrent  tous  trois   par  un  échec.  Echec  de  la  restauraCon  monarchique,  puis   de  la  République,  puis  de  l’Empire.       •  CeIe  nouvelle  période,  1870-­‐1914  montre  a  quel  point  la   France,   une   fois   la   parole   libérée   de   la   censure,   s’est   transformée   peu   a   peu   en   une   gigantesque   agora   a   l’échelle  de  la  naCon  tout  enCère.     •  «  InsCtuer  la  République,  c’est  proclamer  que  des  millions   d’hommes   sauront   tracer   eux-­‐mêmes   la   règle   commune   de  leur  acCon;  qu’ils  auront  a  concilier  la  liberté  et  la  loi,  le   mouvement  et  l’ordre;  qu’ils  sauront  se  combaIre  sans  se   déchirer;  que  leurs  divisions  n’iront  pas  jusqu’à  une  fureur   chronique  de  guerre  civile  et  qu’ils  ne  chercheront  jamais   dans  une  dictature  même  passagère  une  trêve  funeste  et   un  lâche  repos.  »    Jean  Jaurès.    
  3. 3. Histoire  d’une  société  poli)que   •  Commencée   dans   la   défaite   de   1870,   la   période   qui   va   jusqu'au   déclenchement  de  la  Grande  Guerre  prend  un  sens  parCculier,  celui   d’un   Age   d’or   de   la   République,   celui   d’une   «   Belle   Epoque   ».   La   réalité  fut  neIement  moins  glorieuse.     •  Cependant,   il   faut   bien   se   l’avouer…   La   vie   des   Français   a   ceIe   époque  fut  passionnément  poliCque.  On  assiste  bien  a  la  naissance   de   l’idée   de   France   comme   naCon.   En   ce   sens,   la   France   de   ceIe   période  a  été  sans  doute  la  plus  poliCque  des  naCons.  CeIe  capacité   reconnue  de  parCciper  a  la  vie  de  la  cite  ne  profita  pas  a  tous  ses   membres.  Seuls  les  hommes  de  plus  de  21  ans  bénéficièrent  du  droit   de  vote,  les  militaires  en  furent  exclus,  de  même  que  les  détenus,  les   vagabonds  et  les  colonises.   •  Des   idéologies   concurrentes   de   la   République   (le   socialisme   et   le   libéralisme)   ou   même   hosCles   (l’anarchisme,   le   monarchisme),   finirent  par  s’inscrire  dans  l’espace  poliCque  crée  par  la  République.   Claude  Monet   Rue  Montorgueil.  1878   Steinlen   Hommes  devisant.    
  4. 4. Naissance  de  la  République  dans  la  guerre   •  La   première   réussite   de   la   République   fut   sa   capacité   a   surmonter   le   double  traumaCsme  de  la  défaite  naConale  et  de  la  guerre  civile.     •  La  guerre  en  France,  De  l’Empire  a  la  République:  L’armée  française,  sur   laquelle  se  fondaient  tous  les  espoirs  d’une  victoire  rapide  et  sans  appel,   se  révéla  incapable  de  faire  face  a  un  conflit  très  large,  comme  la  France   n’en  avait  pas  connu  depuis  1815.     •  A   Sedan,   malgré   l’héroïsme   de   certaines   unités,   l’armée   française   fut   défaite  et  l’Empereur  capture.  Les  Allemands  entrevirent  alors  la  fin  rapide   de   la   fin   de   la   guerre.   La   proclamaCon   en   France   de   la   République   et   l’installaCon   du   gouvernement   de   Défense   naConale   allait   en   décider   autrement.     •  La  proclamaCon  de  la  République:    L’Assemblée  fut  convoquée  a  minuit.   Au   nom   de   28   députés   républicains,   Jules   Favre   déclara   la   dynasCe   déchue.     •  Paris  se  trouve  encercle  des  le  19  septembre,  et  le  gouvernement  fut  pris   au  piège.  Les  Parisiens  et  les  habitants  de  la  banlieue  qui  s’étaient  refugies   dans  la  capitale,  au  total  près  de  2  millions  de  personnes,  firent  preuve   d’un  héroïsme  réel.  Répondant  aux  appels  de  GambeIa,  de  très  nombreux   habitants,   même   âges,   s’enrôlèrent   dans   la   Garde   NaConale   dont   les   effecCfs  allaient  aIeindre  350.000  hommes.     •  GambeIa   quiIe   Paris   le   7   octobre   1870,   depuis   les   hauteurs   de   Montmartre,   en   uClisant   un   ballon   de   grande   dimension.   InvesC   des   pouvoirs   les   plus   étendus,   GambeIa   va   aussitôt   les   employer   a   l’organisaCon   de   la   guerre   a   outrance.   Il   gouvernait   en   dehors   d’un   contrôle  effecCf  du  gouvernement.  CeIe  situaCon  lui  offrit  davantage  de   moyens   pour   rétablir   une   autorité   naConale   forte,   condiCon   essenCelle   pour  faire  la  guerre  comme  il  l’entendait,  a  outrance.     Le  4  septembre  1871,  la  foule  envahit   l’Assemblée  et  pousse  a  la  proclamaDon   de  la  République.   Le  gouvernement  de  Défense  NaDonale  
  5. 5. Naissance  de  la  République  dans  la  guerre   •  GambeIa  s’appuyait  aussi  sur  une  cohorte  de  préfets  qu’il  avait  nommes   dans  l’urgence  et  qui  reçurent  des  pouvoirs  élargis.     •  Faire   la   guerre:   GambeIa   réussit   en   quelques   semaines   a   doter   la   République   d’armées   –sinon   puissantes   du   moins   nombreuses   –   a   les   rassembler,  a  les  armer  et  a  les  faire  commander.  A  Belfort  qui  résistait   encore,  alors  que  l’Alsace  était  enCèrement  conquises,  GambeIa  nomma   gouverneur  le  colonel  Pierre  Denfert-­‐Rochereau.     •  La  proclamaCon  de  la  République:    L’Assemblée  fut  convoquée  a  minuit.   Au   nom   de   28   députés   républicains,   Jules   Favre   déclara   la   dynasCe   déchue.   Au   même   moment   s’achevait   le   siège   de   Metz.   Le   maréchal   Bazaine  décidait  de  sacrifier  l’une  des  armées  françaises  les  plus  puissants   et  qui  avait  a  peine  combaIu.     •  Les   élecCons   du   8   février   1871:   les   élecCons   générales   eurent   lieu   le   8   février  1871.    768  sièges  étaient  a  pourvoir.  Avec  les  élecCons  mulCples,   l’Assemblée   compta   seulement   675   élus,   Thiers   avait   été   élu   dans   26   départements,   GambeIa   dans   9.   Un   Cers   des   élus,   soit   225   députes,   appartenaient   a   la   noblesse,   la   plus   forte   proporCon   jamais   enregistrée   dans  l’histoire  de  France.     •  Le  gouvernement  de  Thiers:  Le  12  février,  l’Assemblée  se  réunit  pour  la   première   fois   a   Bordeaux.   Le   lendemain,   le   gouvernement   de   Défense   NaConale   représente   par   Jules   Favre   se   démit   de   ses   foncCons.   Le   16   février,  l’Assemblée  procédait  a  l’élecCon  de  son  président,  Jules  Grévy,  un   républicain   modéré   soutenu   par   Adolphe   Thiers.   Au   même   moment,   M.   Thiers  est  nomme  chef  du  pouvoir  exécuCf  de  la  République  Française.   l’Assemblée  naDonale  au  Grand  Théâtre   de  Bordeaux.   Jules  Grévy  
  6. 6. Naissance  de  la  République  dans  la  guerre   •  La   paix   et   l’annexion:   La   convenCon   signée   avec   la   Prusse   prévoyait   l’annexion  de  l’Alsace  –  a  l’excepCon  de  Belfort  –  et  la  Moselle,  ainsi   qu’une  indemnité  de  5  milliards  de  franc-­‐or.  .     •  Versailles   face   a   Paris:     Les   démissions   successives   de   députés   républicains,   et   le   choix   de   l’exil   par   Léon   GambeIa   (qui   se   reCra   a   Saint-­‐SébasCen   en   Espagne)   renforcèrent   d’autant   la   majorité   conservatrice  de  l’Assemble.     •  Paris  face  a  Versailles,  les  débuts  de  la  Commune:  Le  1er  mars,  alors   que  les  troupes  prussiennes  paradaient  a  Longchamp  et  défilaient  sur   les  Champs-­‐Elysées,  le  comite  central  de  la  Garde  NaConale  parvenait  a   empêcher  certains  fédérés  d’ouvrir  le  feu  sur  les  Allemands…     •  La  journée  du  18  mars  1871:  Des  tentaCves  eurent  lieu  pour  saisir  les   227   canons   que   les   Parisiens   avaient   finances   par   souscripCon.   Elles   échouèrent   devant   la   déterminaCon   des   gardes   naConaux   a   les   protéger.   A   Montmartre,   gardes   naConaux   et   habitants   de   quarCer   s’opposèrent   au   88eme   de   ligne   qui   bientôt   fraternisa.   Le   chef   du   pouvoir   exécuCf,   Thiers,   décida   alors   d’évacuer   toutes   les   troupes   régulières   de   la   capitale.   Au   maCn   du   19   mars,   Paris   était   donc   aux   mains  d’un  pouvoir  oblige  de  s’organiser  et  de  se  définir  sans  tarder.     Le  parc  d’arDllerie  de  la  BuOe   Montmartre,  le  maDn  du  18  mars  1871.   Barricade  a  Charonne,  mars  1871.  
  7. 7. Naissance  de  la  République  dans  la  guerre   •  Un   idéal   républicain   et   libertaire:   La   Commune   de   Paris   dura   60   jours   avant   son   écrasement   total   par   les   troupes   versaillaises.   •  Le  Testament  de  la  Commune:  «  L’unité,  telle  qu’elle  nous  a  été  imposée  jusqu’à  ce  jour  par  l’Empire,  la  monarchie  et  le   parlementarisme,  n’est  que  la  centralisaCon  despoCque,  inintelligente,  arbitraire  ou  onéreuse.  L’unité  poliCque  telle  que  la   veut  Paris,  c’est  l’associaCon  volontaire  de  toutes  les  iniCaCves  locales,  le  concours  spontané  et  libre  de  toutes  les  énergies   individuelles  en  vue  d’un  but  commun.  »     •  L’écrasement   de   Paris   et   le   sens   de   l’évènement:     La   rapidité   du   mouvement   communard,   sa   déterminaCon,   son   organisaCon  surprirent  le  gouvernement.  Thiers  en  tète.  Une  offensive  des  Fédérés  sur  Versailles  est  facilement  repousse.   Le   général   marquis   Gaston   de   Galliffet   en   avait   profite   pour   passer   par   les   armes   de   nombreux   gardes   naConaux   faits   prisonniers.  On  le  surnomma  alors  a  Paris  «  le  marquis  aux  talons  rouges.  »   •  Des  le  5  avril,  un  décret  de  la  Commune  décida  de  l’exécuCon  de  trois  otages  pour  chaque  prisonnier  tue  a  Versailles.     •  La  «  Semaine  sanglante  »:  Des  l’entrée  dans  Paris,  les  exécuCons  massives  de  prisonniers  et  de  suspects  débutèrent.     La  semaine  sanglante.  La  conquête  de  Paris  par  les  Versaillais.   L’écrasement  de  la  Commune.  Maximilien  Luce  
  8. 8. Naissance  de  la  République  dans  la  guerre   •  Une   défaite   victorieuse?   Si   la   Commune   consCtue   bien   «  la  dernière  révoluCon  du  XIXème  siècle,  le  point  ulCme   de   la   geste   révoluConnaire   française,   les   Républicains   comme  Thiers  l’ont  surtout  combaIu  par  raison  voire  par   renoncement,  afin  de  donner  une  chance  au  régime  du  4   septembre   de   résister   puis   de   s’imposer   au   pouvoir   monarchiste,   catholique,   anCrépublicain   qui   dominait   alors  dans  le  pays  –  et  en  premier  lieu  a  l’Assemblée.     Portrait  de  l’arDste  a  la  prison  parisienne   de  Sainte-­‐Pélagie.  Gustave  Courbet.  
  9. 9. La  conquête  du  régime  (1871-­‐1876)   •  La  bataille  que  les  républicains  allaient  remporter  progressivement,  par  les  urnes   et   dans   le   pays,   fut   bien   la   première   victoire   anCaristocraCque   acquises   sans   révoluCons  par  les  Français.   •  Deux   hommes   jouèrent   un   rôle   décisif   durant   ces   années   capitales,   Adolphe   Thiers,  d’une  part,  avec  son  choix  raisonne  de  la  République,  et  Léon  GambeIa,   de  l’autre,  le  «  commis  voyageur  »  du  régime  républicain.     •  La  république  de  Thiers:  Il  s’employa  a  payer  le  plus  rapidement  possible  de  la   deIe   de   guerre.   L’armée   fut   ensuite   la   première   concernée   par   sa   poliCque   volontariste,  avec  la  conscripCon  obligatoire.     •  Thiers   dans   son   Message   a   l’Assemble,   en   1872,   se   devait   de   répondre   aux   monarchistes  qu’aux  républicains  galvanises  par  les  discours  de  GambeIa.  Il  traça   alors   le   projet   d’une   République   poliCquement   libérale,   socialement   conservatrice,   idéologiquement   pragmaCque   et   ancrée   dans   l’héritage   de   la   RévoluCon  de  1789:  «  Tout  gouvernement  doit  être  conservateur,  et  nulle  société   ne  pourrait  vivre  sous  un  gouvernement  qui  ne  le  serait  point.  La  République  sera   conservatrice   ou   elle   ne   sera   pas.   »   Depuis   ses   débuts   en   poliCque   sous   la   monarchie  de  Juillet,  Adolphe  Thiers  avait  accompli  un  parcours  exemplaire  de   libéral  a  la  française.  »   •  Le  réveil  des  républicains:  GambeIa  s’était  rapproché  de  Thiers.  Il  était  l’un  des   plus   acCfs   dans   la   bataille   contre   la   droite.   Dans   son   discours   de   Grenoble,   il   annonce   l’avènement   des   couches   nouvelles   et   le   souCen   qu’elles   allaient   apporter  a  la  République  a  venir:  «  En  face  des  grands  notables  toujours  si  imbus   de  leur  naissance,  comme  s’ils  étaient  toujours  des  nobles  et  que  la  RévoluCon   n’avait  pas  eu  lieu,  la  République  est  une  méritocraCe  de  talents.  »     Adolphe  Thiers  +  Léon  GambeOa  
  10. 10. La  conquête  du  régime  (1871-­‐1876)   •  L’échec  de  l’ordre  moral:  Le  comte  Patrice  de  Mac-­‐Mahon,  duc  de  Magenta,   était   de   tradiCon   légiCme.   Il   confia   la   responsabilité   de   l’exécuCf   au   vice-­‐ président   du   Conseil   qui   devint   alors   un   véritable   chef   de   gouvernement.   Respectueux  du  choix  de  l’Assemblée,  il  nomma  a  la  tête  du  cabinet  le  leader   révélé  de  la  majorité,  qui  était  aussi  le  tombeur  de  Thiers,  de  Broglie.  Le  duc  de   Broglie  annonça  la  mise  en  œuvre  d’une  poliCque  d’ordre  moral.  Celle-­‐ci  devait   consCtuer  une  phase  préparatoire  au  rétablissement  de  la  monarchie.  L’ordre   moral  signifiait  en  premier  lieu  une  poliCque  ultrareligieuse.     •  En   praCque,   la   poliCque   du   gouvernement   se   dressa   tout   enCère   contre   les   républicains,  assimiles  dans  leur  ensemble  a  l’ennemi  radical.  CeIe  offensive   anCrépublicaine   était   l’un   des   moyens   de   parvenir   a   l’unité   des   droites,   très   divisées   sur   d’autres   sujets   et   d’abord   sur   les   modalités   de   la   restauraCon   monarchique.     •  L’épuraCon  frappa  la  haute  administraCon  de  l’Etat,  le  corps  diplomaCque,  les   milieux  universitaires.     •  L’impossible   restauraCon:   En   1873,   le   prétendant   orléaniste   (Philippe   d’Orléans,   comte   de   Paris)   reconnut   Henri   d’Artois,   comte   de   Chambord,   comme   ‘représentant   monarchique   de   la   France’.     Mais   rien   n’avait   été   cependant  décidé  quant  a  la  forme  future  de  la  monarchie,  ni  non  plus  quant  a   la   couleur   du   drapeau:   blanc   (comme   le   voulait   Henri   d’Artois)   ou   tricolore   (comme   le   voulait   Philippe   d’Orléans).   Le   comte   de   Chambord   confirma   son   refus   d’adopter   le   drapeau   de   la   révoluCon.   La   rupture   avec   les   Orléanistes   était  confirmée.  Ceux-­‐ci  allaient  pouvoir  rejoindre  naturellement  le  personnel   poliCque  républicain.       L’édificaDon  de  la  Basilique  du  Sacre   Cœur  au  sommet  de  Montmartre  de   1908.  L’édifice  royaliste  et  catholique   d’effacer  les  crimes  de  la  Commune.     Le  pèlerinage   a  Lourdes   débute  en   1872.  
  11. 11. La  conquête  du  régime  (1871-­‐1876)   •  Dans   l’immédiat,   le   régime   se   renforça   au   niveau   présidenCel   et   exécuCf.   Malgré  l’opposiCon  républicaine,  une  première  loi  consCtuConnelle  fixant  a  7   ans  la  durée  du  mandat  présidenCel.       •  L’évoluCon  républicaine  du  régime,  la  consCtuCon  de  1875:  Henri  Wallon  lança   un   appel   a   tous   les   modérés   afin   qu’ils   surmontent   les   logiques   parCsanes.   Suffisamment  convaincant,  l’orateur  parvint  a  adopter  une  proposiCon  de  loi  a   une  voix  de  majorité,  par  353  contre  352.  L’amendement  établissait  que  «  le   président  de  la  République  est  élu  a  la  majorité  des  suffrages  par  le  Senat  et  la   Chambre,  réunis  en  Assemblée  naConale.  »  La  significaCon  d’une  telle  reforme   était  capitale:  la  République  était  fondée  a  travers  une  insCtuCon  essenCelle,  le   Ctre   républicain   du   chef   de   l’Etat   était   confirme.   Dans   le   même   temps,   la   souveraineté  du  Parlement  était  proclamée  (le  président  de  la  République  n’en   serait  que  le  mandataire)  et  le  bicamérisme  adopte.   •  Les  lois  consCtuConnelles  de  1875:     •  «   Art   1.   Le   pouvoir   législaCf   s’exerce   par   deux   Assemblées,   la   Chambre   des   députés  et  le  Senat.     •  Art.  2.  Le  président  de  la  République  est  élu  a  la  majorité  absolue  des  suffrages   par  le  Senat  et  par  la  Chambre  des  députés,  réunis  en  Assemblée  naConale.  Il   est  nomme  pour  7  ans.  Il  est  rééligible.  »   •  Plusieurs  historiens  ont  parle  a  leur  sujet  de  «  consCtuCon  orléaniste  »,  pour   l’équilibre   des   pouvoirs   qu’elle   instaurait   aussi   bien   que   pour   sa   nature   parlementaire   et   sa   plasCcité:   établissant   une   République,   elle   pouvait   tout   autant  abouCr  a  une  monarchie.         Henri  Wallon,  le  père  de  la  consDtuDon   de  1875.    
  12. 12. La  conquête  du  régime  (1871-­‐1876)   •  La  victoire  des  Républicains:  Les  élecCons  générales  en  1876  pour  les  députés  et  les  sénateurs  abouCrent  a  la  raCficaCon  de   «  la  consCtuCon  de  1875  ».  Elles  décidèrent  surtout  du  sens  qu’il  fallait  lui  donner.  La  victoire  des  Républicains  en  fit  une   consCtuCon  républicaine,  notamment  parce  que  les  tenants  de  l’Ordre  moral  furent  sévèrement  baIus.  Parmi  les  élus,  on   comptait  de  grandes  personnalités  de  premier  rang  comme  Victor  Hugo,  plébiscité  a  Paris.     •  L’affirmaCon  d’un  esprit  républicain:  Léon  GambeIa  se  dépensa  sans  compter  pour  convaincre  le  pays  du  bien-­‐fondé  du   régime  républicain.  S’adressant  a  la  droite  orléaniste  qu’il  espérait  rallier  a  la  République:  «  Venez  avec  nous,  nous  vous   assurerons  un  rang,  un  honneur,  une  force  qui  vous  permeIront  d’exercer  vos  apCtudes  au  bénéfice  de  tous.  »   •  La  laïcité  occupa  une  place  importante  dans  la  définiCon  de  la  pensée  républicaine.  GambeIa  proposa  la  «  suppression  du   budget  des  cultes  et  la  séparaCon  de  l’Eglise  et  de  l’Etat  ».     •  Si  GambeIa  avait  progressivement  aIenue  le  terme  «  radical  »  contenu  dans  le  programme  de  Belleville  de  1869,  il  n’en   était  pas  de  même  de  Georges  Clemenceau,  l’ancien  maire  de  Montmartre,  esCmant  que  «  le  but  que  nous  proposons,  c’est   l’abouCssement  de  la  grande  rénovaCon  de  1789,  inaugurée  par  la  bourgeoisie  française  et  abandonnée  par  elle  avant  son   achèvement.       ElecDons  de  février  mars  1876.    
  13. 13. La  conquête  du  régime  (1871-­‐1876)   •  Une  revanche  sur  l’histoire:  Le  grand  tableau  du  Bal  du  Moulin  de  la  GaleIe  de   Pierre-­‐Auguste  illustre  bien  l’intense  désir  de  liberté  porte  par  l’art  comme  par   les  hommes.  Contre  la  déclaraCon  monumentale  de  la  basilique  du  Sacré-­‐Cœur   et  son  idéologie  de  l’expiaCon.       Bal  du  Moulin  de  la  GaleOe  1876.    
  14. 14. La  République  des  Républicains   •  La   République   ne   se   transforma   pas   en   religion   d’Etat.   L’athéisme   ou   le   matérialisme   ne   devinrent   jamais   la   doctrine  de  la  République,  pas  plus  que  le  posiCvisme.  Les   républicains   reconnaissent   davantage   leur   filiaCon   avec   la   pensée  libérale,  c’est-­‐a-­‐dire  l’idéalisme  philosophique  et  les   droits  de  l’homme.     •  Le  premier  acte  de  la  République  consista  a  promulguer  les   libertés   fondamentales   qui   conféraient   aux   citoyens   une   forme  de  souveraineté  civique.  Le  second  fut  de  reconnaître   aux  membres  de  la  société  une  existence  poliCque,  certes   refusée   a   certains   groupes.   Le   troisième   fit   reposer   ces   noCons  de  contre-­‐pouvoir  et  d’individualisme  poliCque  sur   une  concepCon  criCque  de  la  raison  et  du  savoir,  accordant   de   ce   fait   un   rôle   public   légiCme   aux   éducateurs,   aux   intellectuels  et  aux  arCstes.     •  Les   républicains   contre   Mac   Mahon,   la   crise   du   16   mai   1877:  Mac  Mahon,  suite  au  blocage  législaCf  des  Chambres,   leur  fit  savoir  qu’elles  étaient  ajournées  a  parCr  du  16  juin.   C’était   non   seulement   une   tentaCve   de   coup   de   force   contre  le  pouvoir  parlementaire,  mais  aussi  une  déclaraCon   de  contre  l’extrême  gauche  républicaine.     •  Le   coup   de   force   légal   du   président   Mac   Mahon   avait   permit  aux  élus  républicains,  jusque  la  divises  en  groupes  et   courants   jaloux   de   leur   indépendance,   d’éprouver   un   premier  senCment  d’unité.       Van  Gogh  –  Le  14  juillet  
  15. 15. La  République  des  Républicains   •  L’unité   des   républicains:   Léon   GambeIa   agit   comme   un   chef   militaire   pour   remporter   la   bataille   décisive:   les   élecCons   devaient   déterminer,   plus   en co re   q u ’u n e   ma j o ri té   poliCque,   la   forme   véritable   du   régime,   pouvoir   présidenCel   ou   pouvoir   parlementaire.   Une   nouvelle  défaite  de  Mac-­‐Mahon   l’obligeait  a  renoncer  a  l’une  des   prérogaCves  les  plus  manifestes   d e   l a   p r é s i d e n c e   d e   l a   République,   le   droit   de   dissoluCon.   •  Une   campagne   sans   équivalent:   La   campagne   en   vue   des   nouvelles  élecCons  législaCve  se   déroula   dans   un   climat   de   g r a n d e   t e n s i o n   e t   d e   harcèlement   des   candidats   républicains.   La   praCque   de   la   «   candidature   officielle   »   fut   généralisée  par  le  pouvoir.         A  la  République  Française.  Henri  Gervex  1890  
  16. 16. La  République  des  Républicains   •  Les   élecCons   de   1877:   Les   élecCons   législaCves   d’octobre   1877  mirent  face  a  face  un  camp  républicain  uni  et  élargi,  et   des  monarchistes  replies  sur  eux-­‐mêmes  et  décidés  a  faire   barrage  a  la  démocraCe  parlementaire.  L’affrontement  peut   se  résumer  au  choc  de  deux  personnalités  Mac-­‐Mahon  et   GambeIa.   •  La  victoire  des  républicains  et  l’épreuve  de  force:  La  gravite   des  enjeux  avait  polarise  a  l’extrême  les  camps  en  présence.   Les   républicains   passèrent   de   363   élus   a   323.   Mais   bien   qu’ils   soient   passes   de   123   a   200   élus,   les   ultraconservateurs  n’obCnrent  pas  la  majorité.   •  Pourtant  le  président  de  la  République  refusa  la  sancCon  du   suffrage  universel.  Mac-­‐Mahon  décida  d’ignorer  la  victoire   républicaine.   Le   24   octobre   1877,   les   députes   acceptaient   l’épreuve   de   force   et   votaient   par   325   voix   contre   218   le   refus   d’entrer   en   communicaCon   avec   le   nouveau   ministère.   Le   président   de   la   République   devait   «   se   soumeIre  ou  se  démeIre  »,  comme  lui  inCma  GambeIa  a   la  tribune.  Un  peu  plus  d’un  an  plus  tard,  le  30  janvier  1879,   Mac-­‐Mahon  allait  démissionner,  après  un  ulCme  bras  de  fer   avec   la   Chambre,   reconnaissant   ainsi   la   défaite   du   camp   monarchiste  et  conservateur  qu’il  avait  cru  pouvoir  mener  a   la  victoire.       Marechal  de  Mac-­‐Mahon  
  17. 17. La  République  des  Républicains   •  La   republicanisaCon   du   régime:   Le   président   Mac-­‐Mahon   avait   annonce  la  venue  d’une  ère  de  prospérité:  «  La  fin  de  ceIe  crise   sera   le   point   de   départ   d’une   nouvelle   ère   de   prospérité.   L’exposiCon  universelle  va  s’ouvrir:  le  commerce  et  l’industrie  vont   prendre  un  nouvel  essor  ».  Le  gouvernement  lança  effecCvement   un   grand   programme   de   travaux   publics   pour   concréCser   ceIe   perspecCve  de  croissance.     •  La   «   poliCque   au   village   »   ou   l’avenir   républicain:   Le   premier   renouvellement   par   Cers   du   Senat   donna   un   net   avantage   aux   républicains   (janvier   1879)   et   la   présidence   du   Senat   échut   logiquement  a  un  républicain.   •  Restait   le   pouvoir   présidenCel.   Mac-­‐Mahon   démissionna   le   30   janvier   1879.   Le   même   jour,   les   deux   Chambres   élisent   son   successeur,  Jules  Grévy.     •  L’œuvre   scolaire   et   la   laïcité:   L’arrivée   de   Jules   Ferry   au   gouvernement   marqua   le   point   de   départ   des   grandes   lois   républicaines  établissant  des  libertés  fondamentales  et  engageant   l’œuvre   scolaire   des   républicains.   «   La   neutralité   religieuse   de   l’école,   sa   sécularisaCon;   c’est   a   mes   yeux   et   a   ceux   du   gouvernement,   la   conséquence   de   la   sécularisaCon   du   pouvoir   civil  et  de  toutes  les  insCtuCons  sociales.  »   •  Inspire   par   les   philosophies   d’Auguste   Comte   et   de   Condorcet,   Jules  Ferry  défendit  l’idée  d’une  indépendance  de  la  morale  et  de   la  science  face  aux  religions.       Jules  Ferry.    
  18. 18. La  République  des  Républicains   •  «   Nul   n’est   admis   a   diriger   un   établissement   d’enseignement   public   ou   prive,   de   quelque   ordre   qu’il   soit,   ni   a   y   donner   l’enseignement,   s’il   apparCent   a   une   c o n g r é g a C o n   n o n   autorisée  »  CeIe  mesure   était  accompagnée  d’une   interdicCon   de   près   de   5 0 0   c o n g r é g a C o n s   (Jésuites,  dominicains  ou   frères  maristes).     •  La   poliCque   scolaire   devait  forger,  par  delà  les   divisions   de   classe   ou   la   diversité   des   régions,   l’unité  de  la  naCon.       Ecole  de  la  République.  Geoffroy  1889.    
  19. 19. La  République  des  Républicains   •  Les   libertés   fondamentales:   En   1880,   une   loi   accorda   la   liberté   d’ouverture   et   de   transfert   des   débits   de   boisson.   L’autorisaCon   administraCve   qui   avait   été   une   arme   de   tous   les   régimes   antérieurs   pour   combaIre   la   propagande   républicaine,   fut   supprimée   et   remplacée   par   une   simple   déclaraCon   a   la   mairie.   Cafés,  brasseries  et  cabarets  devinrent  des  lieux  privilégiés  de  la   vie  publique  et  de  l’expérience  poliCque  sur  les  hommes.     •  En   1881,   sont   confirmées   les   libertés   de   l’imprimerie   et   de   la   librairie,  la  liberté  de  la  presse,  et  les  libertés  d’affichage.     •  La  liberté  de  réunion  avait  été  accordée,  elle,  par  la  loi  du  30  juin   1881.  Corollaire  de  la  liberté  de  la  réunion,  la  liberté  d’associaCon   fut  en  revanche  écartée  par  crainte  de  favoriser  les  congrégaCons   religieuses.   Les   associaCons   de   plus   de   20   personnes   exigeaient   une  autorisaCon.     •  Une  ébauche  de  liberté  d’associaCon  fut  toutefois  accordée,  par  le   biais   de   la   loi   de   1884,   dite   loi   Waldeck-­‐Rousseau,   autorisant   la   formaCon  de  syndicats  par  branche  professionnelle.  Il  était  difficile   pour  les  Républicains  d’aller  plus  loin.  Plus  de  20  années  allaient   être   encore   nécessaires   pour   que   la   liberté   d’associaCon   soit   pleinement  reconnue.      
  20. 20. La  République  des  Républicains   •  Le  pouvoir  des  symboles:  Trois  décisions  symboliques  qui  illustrent  les  retrouvailles  du  pays  républicain  et  de  sa  tradiCon   presque   apprivoisée:   la   fixaCon   de   la   fête   naConale   le   14   juillet   célébrant   la   première   commémoraCon   unanime   de   la   révoluCon  en  1790,  l’instauraCon  de  la  Marseillaise  comme  hymne  naConal  pour  draper  les  vainqueurs  de  1789,  orphelins   de  l’Alsace-­‐Lorraine,  dans  le  patrioCsme  des  grands  ancêtres,  enfin  le  retour  des  Chambres  a  Paris.     •  «   Lorsque   la   vieille   monarchie   avait   quiIe   Versailles   pour   Paris   en   octobre   1789,   c’était   sous   la   pression   d’une   foule   menaçante.  La  royauté  ne  sortait  de  son  exil  délibéré  que  pour  passer  sous  la  garde  du  peuple  parisien.  Quand  les  députés   et  les  sénateurs  font  le  meme  chemin,  90  ans  après,  c’est  en  représentants  du  peuple  réconciliant  la  naCon  et  sa  capitale.  La   révoluCon  française  entre  au  port.  »  François  Furet.   •  Une  importante  revue  militaire  eut  lieu  a  Longchamp,  en  présence  du  président  de  la  République  qui  remit  les  drapeaux  aux   400  colonels  commandant  les  régiments,  «  signe  de  l’union  indissoluble  entre  l’armée,  la  patrie,  la  République.  »     La  revue  militaire  a  Longchamp  pour  le  premier  14  juillet.  1890  
  21. 21. La  République  des  Républicains   •  Un   visage   pour   la   République,   l’avènement   de   Marianne:   La   coutume   s’instaure   d’orner  les  salles  de  marie  d’un  buste  de  femme  coiffée  d’un  bonnet  phrygien,  la   République.     •  La   poliCque   républicaine:   C’est   alors   le   temps   d‘un   parlementarisme   absolu…   La   conscience  des  parlementaires  était  le  seul  tribunal  de  la  consCtuConnalité  des  lois.   Aucune  borne  de  droit  n’état  mise  a  la  puissance  du  Parlement.  Celui-­‐ci  était  juge   des   élecCons   et   validait   le   nouveaux   élu.   Il   était   maitre   de   son   règlement,   fixait   l’ordre  du  jour  des  séances,  disposait  d’un  droit  d’interpellaCon  du  gouvernement  et   se  réservait  la  possibilité  de  le  renverser  sur  le  champ.   •  Les  aventures  coloniales  de  la  France  en  Tunisie  donnèrent  a  Clemenceau  l’  occasion   d’ouvrir  le  feu  de  son  éloquence  contre  le  ministère  Ferry.         En  1885,  Clemenceau  devient  le  «  tombeur  »  du  gouvernement  Jules  Ferry.   «  Ce  n’est  pas  pour  la  naDonalité  égypDenne  ni  pour  le  parD  naDonal  qu’il  faut  aller   en  Egypte,  mais  pour  la  naDon  française.  Mais  voyons  ce  qu’il  y  a  au  fond  de  ceOe   idée.   Les   Français   souDennent   ce   qu’ils   ont   de   puissants   intérêts   en   Égypte:   les   Anglais,  les  Italiens,  d’autres  encore  disent  de  meme.  Au  risque  de  paraître  soutenir   un   paradoxe,   je   voudrais   dire   qu’il   me   semble   que   les   ÉgypDens,   eux   aussi,   ont   quelques  intérêts  en  Egypte.  »  
  22. 22. La  République  des  Républicains   •  La  républicanisassions  de  l’Etat:  En  1883,  la  mise  a  la  retraite  d’office  de  près  de  1000  magistrats  suspectes  de  sympathies   congregaConnsites,   bonaparCstes,   royalistes,   conservatrices,   ou   simplement   peu   moCves   par   l’idéal   républicain   –   représenta  un  fait  sans  précédent,  qui  allait  lourdement  peser  sur  la  représentaCon  de  la  jusCce  républicaine.     •  La  tentaCon  impériale:  A  la  suite  du  massacre  par  les  Touaregs  d’une  colonne  française  de  400  hommes  charges  d’ouvrir   une  route  transsaharienne  entre  l’Algérie  et  le  Niger.  En  1881,  Jules  Ferry  demanda  a  la  Chambre  des  crédits  pour  une   opéraCon  militaire  contre  le  bey  de  Tunis,  juge  responsable  du  massacre.     •  Clemenceau  s’opposait  a  la  poliCque  impériale  pour  des  raisons  de  principe  qui  tenaient  aussi  bien  au  rejet  de  la  thèse  de   l’inégalité  des  races  qu’au  refus  d’affaiblir  la  métropole  en  face  de  la  puissance  allemande.     Le  débarquement  des  Français  a  Haiphong.  Juin  1884  
  23. 23. La  République  des  Républicains   •  La  quesCon  coloniale  et  la  chute  de  Jules  Ferry:  Jules  Ferry  créa   un  Conseil  supérieur  des  colonies  en  1883  pour  coordonner  sa   poliCque  en  la  maCère  et  se  lança  dans  la  conquête  de  l’Annam,   puis  dans  celle  du  Tonkin  l’année  suivante.     •  Jules  demandait  a  la  Chambre  de  nouveaux  moyens  pour  ceIe   guerre  qui  ne  disait  pas  son  nom.  George  Clemenceau  riposta   vivement  a  celui  que  l’opinion  radicale  et  modérée  affublait  du   surnom  péjoraCf  de  «  Ferry  Tonkin  »:  «  Nous  ne  voulons  plus   vous   entendre,   nous   ne   voulons   plus   discuter   avec   vous   les   grands   intérêts   de   la   patrie.   Nous   ne   vous   connaissons   plus;   nous  ne  voulons  plus  vous  connaître.  »     Claude  Monet,  ami  de  George  Clemenceau  traduit   le  bonheur  retrouve  a  la  lumière  de  la  République   naissante,  dans  une  toile  joyeuse  et  colorée,  La  Fête   du  30  juin  1878,  rue  Saint-­‐Denis  a  Paris.  
  24. 24. La  République  des  Républicains   •  La   mort   d’Adolphe   Thiers:   L’Histoire   révèle   ici   son   caractère   paradoxal  puisque  le  dirigeant  qui  avait  ordonne  l’écrasement   de  la  Commune  s’était  transforme  en  héros  républicain,  honore   par  une  foule  immense.   •  L’adieu   a   GambeIa:   Officielles   et   naConales,   les   obsèques   de   GambeIa   n’en   furent   pas   moins   un   véritable   moment   de   ferveur  populaire:  plusieurs  milliers  de  couronnes,  portant  pour   la  plupart  l’unique  inscripCon  «  Au  Patriote  »  furent  déposées   aux  pieds  du  défunt.       Tombe  d’Adolphe  Thiers   Obsèques  de  GambeOa  
  25. 25. La  République  des  Républicains   •  Victor   Hugo   au   Panthéon:   Le   Panthéon,   resCtue   en   1851   au   culte   catholique   après   sa   vocaCon   laïque   retrouvée   lors   de   la   révoluCon  de  1830  –  fut  a  nouveau  désacralisé  pour  accueillir  la   dépouille  de  Victor  Hugo.   •  8   heures   de   défilé,   19   discours,   une   ferveur   populaire   jamais   épuisée   scandèrent   ce   jour   tres   officiel.   Le   corps   de   Hugo   fut   accompagne   jusqu’au   Panthéon   par   une   foule   immense,   de   près  de  deux  millions  d’habitants.     •  Une   statue   pour   la   liberté:   L’immense   statue   de   femme,   symbolisant  la  lumière  de  la  liberté  sur  le  monde,  était  l’œuvre   de  l’Alsacien  Auguste  Bartholdi.  Elle  était  aussi  importante  pour   Paris  et  la  France  (qui  l’offrirent  en  octobre  1886)  que  pour  New   York   et   les   Etats-­‐Unis   (qui   la   reçurent).   Le   sculpteur,   ancien   combaIant   de   1870,   ami   de   GambeIa,   voudrait   donner   un   visage   a   la   République   imaginée;   et   celle-­‐ci   allait   devenir   un   phare   rassurant   pour   les   millions   d’émigrants   gagnant   l’Amérique.       Obsèques  de  Victor  Hugo   Statue  de  la   liberté  dans   l’atelier  du   fondeur  Gayet.  
  26. 26. La  République  des  Républicains   •  Le  rêve  de  la  revanche:  La  revanche  n’en  resta  pas  moins  une   cause  publique  et  populaire  puissante,  animée  par  des  hommes   et  des  structures  dévouées  a  ceIe  mission  sacrée.   •  Le   patriote   qui   lui   a   aIache   son   nom   fut   incontestablement   Paul  Déroulède.  Il  publia  ses  «  Chants  du  Soldat  ».  Le  succès  fut   immense,  il  était  lu  dans  toute  la  France.       •  Les   objecCfs   de   Paul   Déroulède   étaient   clairs:   l’esprit   public   était   contagieusement   malade   de   poliCque   intérieure,   et   sa   Ligue  se  devait  de  réagir  contre  «le  flot  montant  des  doctrine   cosmopolites,  qui  désagrègent  les  Etats.  »    
  27. 27. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  La   crise   boulangiste:   Aux   élecCons   générales   d’octobre   1885,   la   Chambre   compta   383   républicains   pour   201   conservateurs.   Deux   fois   plus   nombreux   qu’en   1881,   ces   derniers   formèrent   une   Union   des   droites.   Les   républicains   de   gouvernement   se   regroupèrent   dans   l’Union   des   Gauches.   Dans   sa   physionomie   poliCque,   la   Chambre   apparaissait   incapable   de   faire  émerger  des  majorités  fortes.  Les  combinaisons  parlementaires  étaient  nécessaires.     •  Boulanger   et   la   menace   boulangiste:   Le   mouvement   boulangiste   est   ne,   sur   fond   de   vives   tensions  avec  l’Allemagne  et  d’une  sévère  crise  économique,  de  la  rencontre  entre  une  série   de   mécontentements   diriges   contre   le   régime   parlementaire   et   d’un   général   devenu   en   quelques  mois  «  l’homme  providenCel  »  sauveur  de  la  France  menacée;  il  parCcipe  aussi    de   l’ambivalence  de  nombreux  républicains  prêts  a  soutenir  les  naConalistes,  au  moins  pour  un   temps,  afin  de  balayer  les  moderes  et  leur  leader,  Jules  Ferry.     •  Affiches,  placards,  feuilles,  chansons  vantaient  les  mérites  du  général,  un  «  connétable  »  qui   allait   sauver   le   pays   d’une   nouvelle   invasion   allemande,   un   citoyen   prêt   a   débarrasser   la   République  des  péchés  du  parlementarisme  et  des  parlementaires  corrompus.     •  Quelques  mois  seulement  après  l’éloignement  de  Boulanger,  la  crise  du  régime  rebondit  de   plus  belle  avec  la  révélaCon  d’un  trafic  de  décoraCons  organisée  par  le  gendre  de  Jules  Grévy.     •  Sadi  Carnot  est  invesC  en  décembre  1887  par  la  majorité  républicaine.  Sa  première  décision   fut   de   meIre   le   «   général   Revanche   »   a   la   retraite.   Mais   rendu   a   la   vie   civile,   Boulanger   devenait  éligible…  Durant  l’été  1888,  Boulanger  remporta  trois  élecCons  parCelles  en  province   et  remporta  celle  de  Paris,  triomphalement,  en  janvier  1889.    
  28. 28. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  Contre  toute  aIente,  les  boulangistes  ne   profitèrent  pas  de  leur  écrasante  victoire   dans   la   capitale,   négligeant   le   coup   d’Etat  qui  était  a  leur  portée.     •  Le   sursaut   des   républicains:   Jules   Ferry   fut   l’un   des   premiers   a   dénoncer   le   danger   représenté   par   le   boulangisme:   «   Messieurs,   au   lieu   de   fermer   la   République  il  faut  l’ouvrir,  l’ouvrir  a  tous   les  hommes  de  bonne  volonté.  »   •  «   A   votre   âge,   monsieur   le   général   Boulanger,  Napoléon  était  mort  et  vous   ne  seriez  que  le  Sieyès  d’une  consCtuCon   mort-­‐née.  »     Scène  de  propagande  Boulangiste  ElecDons  de  Septembre  1889  
  29. 29. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  L’apparente   victoire   républicaine:   Le   gouvernement   ayant   menace   le   général   Boulanger   de   la   Haute   Cour,   pour   «   AIentat   contre  la  sureté  de  l’Etat  »,  celui-­‐ci  décida  alors   de  s’exiler  a  Bruxelles.     •  En   diabolisant   le   boulangisme,   les   républicains   idéalisèrent   le   régime;   ils   l’empêchèrent   d’évoluer,   et   pire,   le   soumirent   a   un   nouveau   risque  autoritaire.     •  En   refusant   de   Crer   pleinement   les   conséquences   de   ceIe   contestaCon   profonde   de   la   République   opportuniste,   celle-­‐ci   se   condamnait  a  l’immobilisme,  voire  a  la  réacCon.     •  La  République  évolua  vers  un  conservaCsme  de   plus  en  plus  autoritaire  et  impérial.       Le  triomphe  de  la  République.  
  30. 30. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  Une   république   aveuglée:   Avec   l’ExposiCon   universelle   de   1889,   il   s’agit   d’un   centenaire   sans   lendemain.   Incontestablement,   l’ExposiCon   universelle   contribua   au   rayonnement   du   centenaire   de   la   RévoluCon   Française.   La   ville   de   Paris   fut   autorisée   a   inviter   les   quelques   200.000   maires  de  France  a  un  grand  banquet  et  a  organiser  leur  procession  rue  de   Rivoli.     •  La   fin   de   la   crise   boulangiste   et   le   résultât   des   élecCons   de   1889   encouragèrent  les  républicains  de  gouvernement  a  rechercher  la  stabilité   et   a   éviter   toute   reforme   qui   pourrait   conduire   au   changement.   Cet   immobilisme   poliCque   eut   comme   corollaire,   sur   le   plan   économique,   le   protecConnisme   et   sur   le   plan   social,   un   conservaCsme   intransigeant,   alimente  par  la  peur  du  socialisme  et  de  l’agitaCon  ouvrière.   •  Puis  vient  le  scandale  du  canal  de  Panama.  Soutenue  par  Paul  Déroulède,   une  vigoureuse  campagne  de  presse,  menée  par  les  extrêmes  de  droite  et   de   gauche,   s’aba}t   sur   les   «   chéquards   »,   les   104   députés   suspectes   d’avoir  touche  de  l’argent.     •  Le   ralliement   des   catholiques   et   la   soluCon   conservatrice:   L’échec   du   boulangisme  convainc  un  certain  nombre  de  conservateurs  de  la  stabilité   du   régime   et   de   la   nécessite   de   se   placer   sur   le   terrain   des   insCtuCons.   C’est  la  mission  que  s’assigne  le  cardinal  Lavigerie.  Avec  l’encyclique  «  Au   milieu  des  sollicitudes  »,  l’acCvisme  du  pape  Léon  XIII  finit  par  imposer  le   silence   aux   nombreux   catholiques   hosCles   a   la   République,   mais   respectueux  de  l’autorite  du  Saint-­‐Siège.       Le  cardinal  Lavigerie.  
  31. 31. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  L’émergence   d’une   droite   acquise   a   la   République   permeIait   d’échapper   aux   formules   de   «   concentraCon   républicaine   »   impliquant  une  alliance  avec  les  radicaux.  CeIe  alternaCve  donna   un   nouveau   pouvoir   aux   modérés   et   aux   hériCers   des   «  opportunistes  »  -­‐  désormais  bapCses  progressistes.     •  La   montée   du   naConalisme   poliCque:   Le   boulangisme   et   son   «   Comite   naConal   »   échouèrent   a   se   transformer   en   un   parC   cohérent  et  homogène.  Les  boulangistes  consCtuèrent  en  revanche   une  force  d’appoint,  aussi  puissante  qu’imprévisible,  au  service  de   l’anC   républicanisme   .   Le   passage   du   naConalisme   a   l’anC   républicanisme  fut  clairement  illustre  par  l’évoluCon  de  la  Ligue  des   Patriotes.     •  Fondée   par   des   républicains   pour   honorer   la   naCon,   la   Ligue   des   Patriotes   bascula   dans   l’anCparlementarisme   et   devint   en   10   ans   une   organisaCon   militante   prête   au   coup   de   force,   voire   au   coup   d’Etat.     •  L’affirmaCon  d’une  idéologie  anCsémite:  Suite  a  la  faillite  de  l’Union   Générale   en   1882,   les   peurs   naConales,   la   crise   économique,   la   détresse   sociale,   le   rejet   de   la   modernité,   convergèrent   progressivement   vers   la   mise   en   cause   d’un   seul   et   unique   responsable,  le  «  Juif  ».  En  1886,  ECenne  Drumont  publie  un  essai   de  1200  pages  la  France  Juive.         La  France  Juive  d’Edouard  Drumont.  La  France  juive   de  Drumont  conDent  presque  tous  les  thèmes  de   l’anDsémiDsme  futur  :  la  race  aryenne  créatrice,   idéaliste,  aimant  la  jusDce,  oppose  a  l’espèce   sémite,  parasite,  exploiteuse  et  rusée,  les  deux   frères  judaïques  a  la  fois  ennemis  et  amis  que  sont   le  capitaliste  et  le  socialiste,  des  menaces  de   meurtre  nullement  déguisées  et  l’annonce  d’une   prochaine  révoluDon.    
  32. 32. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  La  renaissance  du  socialisme  français:  Jules  Guesde  fut  a  l’origine  de  la  consCtuCon   du   premier   parC   socialiste   en   France,   de   tendance   marxiste   et   autoritaire.   Avec   l’aide  de  Karl  Marx  lui-­‐même,  il  rédigea  un  programme  qui  devint,  l’année  suivante,   au  Congres  socialiste  du  Havre,  «  la  Charte  du  ParC  des  travailleurs  socialistes  de   France  ».  Il  prit  pour  nom  définiCf  «  ParC  ouvrier  français  ».       •  Le  risque  de  désintégraCon  complète  du  socialisme  naissant  conduisit  les  députés   socialistes   de   toutes   tendances   a   se   rassembler   dans   un   groupe   unique.   Jaurès   exerça   rapidement   un   fort   ascendant   sur   le   groupe   et   au-­‐delà,   sur   l’image   et   la   praCque  du  socialisme  en  France.     •  Elu  républicain  du  Tarn  et  plus  jeune  député  de  France  en  1885,  Jean  Jaurès  s’était   relevé  un  farouche  opposant  au  boulangisme:  «  Ce  qui  manque  a  la  démocraCe,   c’est   la   confiance   en   soi-­‐même,   c’est   le   senCment   de   sa   force,   c’est   l’ambiCon   vraie.  »   •  Il  rencontra  a  Paris,  le  nouveau  bibliothécaire  de  l’Ecole  Normale  supérieure,  Lucien   Herr,  normalien  et  agrégé  de  philosophie  comme  lui,  qui  le  converCt  au  socialisme.         Jean  Jaurès   Lucien  Herr  
  33. 33. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  L’autonomie  et  l’acCon  anarchiste:  L’extrême  gauche  se  déployait   aussi  dans  l’anarchisme.  Depuis  1879,  le  courant  libertaire  s’était   séparé  du  mouvement  socialiste.     •  L’acCvisme  des  anarchistes  russes,  dont  certains  avaient  décidé   de  s’exiler  a  Paris,  soutenait  aussi  le  dynamisme  de  l’anarchisme   français.     •  Ravachol   est   arrêté   en   mars   1892,   après   quatre   aIentats   a   la   dynamite,  il  fut  condamne  a  mort  et  guilloCne.  Avant  meme  son   exécuCon,  il  était  devenu  un  martyre  de  la  cause  anarchiste.       AOentat  d’Auguste  Vaillant  a  la   Chambre  des  Députés  en  1893.   Assassinat  de  Sadi  Carnot  en  1894.  
  34. 34. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  La  République  refermée:  La  quesCon  sociale  polarisa  les  élecCons   générales   de   1893.   L’arrivée   aux   affaires   d’une   nouvelle   généraCon   d’acteurs   poliCques   -­‐     des   jeunes   quadragénaires   comme   Raymond   Poincaré   (Finances),   Louis   Barthou   (Travaux   Publics),   Théophile   Delcassé   (Colonies)…   A   l’inverse   de   leurs   aines,  ces  modérés  ne  concevaient  pas  la  poliCque  comme  une   mission  mais  plutôt  comme  une  profession.     •  Alors   que   le   temps   des   luIes   républicaines   avait   permis   l’émergence  d’un  personnel  poliCque  atypique,  la  stabilisaCon  du   régime   et   l’embourgeoisement   de   la   société   entrainèrent   une   modificaCon  du  recrutement  des  élites  poliCques.       Louis  Barthou   ElecDons  Générales  de  1893   Raymond  Poincaré   Théophile  Delcassé  
  35. 35. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  L’intransigeance   sur   le   front   social:   La   situaCon   de   l’extrême   gauche   française   s’était   modifiée   avec   le   ralliement   des   anarchistes   aux   socialistes   et   la   combaCvité   nouvelle   de   ces   derniers.  Au  congres  de  Nantes  en  septembre  1894,  le  principe   de   la   grève   générale   fut   défendu   par   un   jeune   avocat   nantais,   ArisCde  Briand.     •  La  peur  d’une  conspiraCon  d’extrême  gauche  se  répandait  chez   les   républicains   les   plus   conservateurs,   les   poussant   a   se   rapprocher  de  la  droite  conservatrice  afin  de  mener  une  poliCque   sociale   intransigeante.   En   1891,   les   évènements   de   Fourmies   provoquent  une  fusillade  qui  fit  10  morts  et  plus  de  30  blesses.   L’année  suivante,  la  grève  de  Carmaux  réussît.  La  déterminaCon   des   mineurs,   le   souCen   de   Jean   Jaurès,   l’intervenCon   a   la   Chambre   de   députés   radicaux   et   du   socialisme   indépendant   Alexandre   Millerand   (venu   du   radicalisme)   provoquent   des   élecCons  anCcipées.         Fusillade  de  Fourmies  en  1891   Greve  des  mineurs  a  Carmaux  (Tarn)  
  36. 36. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  Ni  RévoluCon,  ni  RéacCon:  Ce  slogan  connut  un  franc  succès.  Il  signifiât   d’abord   une   volonté   de   dissoudre   les   opposiCons   a   sa   poliCque   et   d’assurer   la   stabilité   gouvernementale.   Jules   Méline   choisit   clairement   une  alliance  tacCque  avec  la  droite  catholique.     •  La  peur  d’une  conspiraCon  d’extrême  gauche  se  répandait  chez  Face  a  la   menace   ultraconservatrice,   la   gauche   républicaine   était   prise   dans   un   piège:   elle   ne   pouvait   pas   censurer   le   gouvernement   sans   risquer   d’affaiblir   le   camp   républicain.   Du   reste,   grâce   a   sa   filiaCon   avec   Jules   Ferry,  Jules  Méline  pouvait  prétendre  incarner  l’orthodoxie  républicaine.     •  Une  poliCque  impériale:  Le  souvenir  de  la  défaite  s’éloignait.  L’objecCf  de   la   Revanche   prenait   d’autres   formes,   et   notamment   une   poliCque   d’alliance  avec  la  Russie,  qui  devait  permeIre  de  briser  l’isolement  de  la   France  en  Europe.     •  Les  négociaCons  avaient  abouC  a  la  convenCon  secrète  du  17  aout  1892   qui   prévoyait   une   mobilisaCon   mutuelle   en   cas   de   menace   allemande   (pour  la  France)  et  de  menace  austro-­‐hongroise  (pour  la  Russie).  Le  jeune   souverain  Nicolas  II  et  la  tsarine  Alexandra  effectuèrent  une  visite  d’Etat   en   France   en   octobre   1896.   La   conclusion   de   l’alliance   franco-­‐russe   témoignait  d’une  logique  impériale,  menée  au  détriment  d’une  définiCon   morale  des  alliances.         Jules  Méline   Pose  de  la  première  pierre  du  pont  Alexandre  III  par  le  tsar   Nicolas  II  et  le  président  de  la  République,  Félix  Faure  (1896)  
  37. 37. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  Les   congrégaCons   missionnaires   qui   subissent   les   conséquences   de   la   laïcité   en   métropole,   étaient   a   l’inverse   tres   favorisées   par   la   poliCque   républicaine  dans  les  colonies  et  dans  tout  l’espace  convoite  de  l’empire   oIoman.   •  L’Entente   Cordiale   avec   la   Grande-­‐Bretagne   qui   allait   naitre   en   1899   découla   de   l’affaire   Dreyfus.   Elle   signifia   notamment   la   victoire   des   poliCques   sur   les   militaires,   en   parCe   déconsidérés   après   la   révision   du   procès  Dreyfus  en  juin  1899.  L’armée  subissait  la  une  nouvelle  défaite  qui   représenta  l’occasion  manquée  de  sa  démocraCsaCon.           L’Afrique  coloniale  et  la  mission  Marchand  
  38. 38. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  L’armée  toute  puissante:  Le  culte  du  «  drapeau  »,  le  courage  physique,  le   mépris  pour  les  civils  définissaient  le  corps  des  officiers  qui  se  cooptaient   entre  eux,  surtout  a  l’Etat-­‐major  général,  arche  sainte  de  l’armée.     •  DémocraCsaCon   et   modernisaCon   transformèrent   cependant   l’ouCl   militaire.  L’armement  se  modernisa  avec  les  obusiers  de  120  et  155  tandis   qu’un  canon  léger  de  75  a  Cr  rapide  était  progressivement  introduit  dans   les  régiments  d’arCllerie.     •  L’aggravaCon  de  l’anCsémiCsme:  La  progression  de  l’anCsémiCsme  était   alimentée   par   le   senCment   d’isolement   d’un   grand   nombre   d’officiers,   sans  fortune  personnelle,  et  gênés  dans  leurs  posiCons  par  la  montée  des   modernistes   incarnes   par   les   polytechniciens.   Deux   armes   dites   «  savantes  »  concentraient  ces  élites  nouvelles,  le  génie  et  l’arCllerie.  La   carrière   militaire   représentait   pour   les   juifs   français,   citoyens   depuis   la   RévoluCon,  patriotes  et  souvent  laïcs,  la  voie  de  l’excellence  républicaine   et  du  patrioCsme.        
  39. 39. La  tenta)on  autoritaire  des  républicains  (1885-­‐1897)   •  La  veille  libérale  et  arCsCque:  L’affirmaCon  d’un  esprit  libéral  et  la  révolte  de  la   conscience   humaine   reposèrent   notamment   sur   l’acCvité   intellectuelle   d’un   monde  de  revues.  La  Revue  blanche  accueillit  des  arCstes  presCgieux,  surtout   des  posCmpressionistes(Bonnard,  Signac,…)  et  des  arCcles  de  Léon  Blum  ou  de   Charles  Péguy.   •  Charles  Péguy:  «  Aujourd’hui,  plus  traitreusement,  on  aOaque  la  République  sous   le   masque   du   NaDonalisme.   Les   braillards   anDsémites   se   croient   maitres   chez   nous.  Ils  ont  la  complicité  de  quelques  généraux  facDeux  et  les  prétendants  a  un   trône   qui   ne   peut   plus   exister   qu’a   la   honte   de   la   France,   leur   ont   jeté   leurs   encouragements.  Il  est  temps,  camarades,  que  tous  nous  serrions  les  coudes.  Il   n’est   plus   quesDon   d’avenir,   le   passe   est   remis   en   cause:   nous   ne   devons   pas   rester  indifférents.  »         La  Revue  Blanche   Charles  Péguy  
  40. 40. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  L’affaire  Dreyfus  est  longue  de  près  de  12  années,  d’octobre  1894  a  juillet   1906,  soit  la  durée  de  la  RévoluCon  Française.     •  Intellectuels,   juges   et   historiens:   L’affaire   Dreyfus   marque   l’entrée   de   la   France   et   du   monde   dans   le   XXème   siècle,   caractérisé   aussi   bien   par   la   puissance  du  naConalisme  et  le  pouvoir  de  l’Etat  que  par  la  résistance  des   individus  et  la  défense  des  libertés,  des  droits  fondamentaux  et  de  l’égalité   civique.     •  Le  moment  intellectuel:  Les  intellectuels  nés  avec  l’Affaire  s’étaient  réunis   dans  une  Ligue  Française  des  droits  de  l’Homme  et  du  citoyen  qui  déclara,   le  6  juin  1898,  vouloir  «  défendre  contre  des  menaces  sourdes  de  contre-­‐ révoluCon,   les   principes   fondamentaux   de   la   DéclaraCon   des   Droits   de   l’Homme.     •  L’appariCon   des   intellectuels   s’ancrait   dans   ceIe   histoire   d’une   France   démocraCque   ou   la   raison   criCque   pouvait   déterminer   une   morale   poliCque.     •  Ferdinand  Buisson,  professeur  a  la  Sorbonne  et  futur  président  de  la  Ligue   des  Droits  de  l’Homme:  «  En  République,  chacun  est  le  gardien  de  la  liberté   de  tous.  Oui,  quoi  que  nous  fassions  pour  nous  dérober,  nous  nous  sentons   solidaires  de  notre  pays.  Et  si  Dreyfus,  condamne  a  tort  par  un  conseil  de   guerre  qui  paraît  avoir  été  indignement  trompe,  ne  trouvait  pas  de  jusCce   dans   la   conscience   du   peuple   français,   ce   ne   serait   plus   une   erreur,   ce   serait  un  crime,  et  ce  serait  le  crime  du  peuple  français.  »   Ferdinand  Buisson     Le  capitaine  Dreyfus  
  41. 41. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  L’applicaCon  de  la  raison  d’Etat:  A  l‘origine  de  l’affaire  Dreyfus   il   y   eut   bel   et   bien   un   fait   de   haute   trahison,   a   savoir   la   transmission  a  l’aIache  militaire  allemand  de  documents  de   peu  d’importance  par  le  commandant  d’infanterie  Esterhazy,   un  personnage  douteux  et  corrompu  .     •  La   fabricaCon   d’un   coupable:   Dreyfus   était   absolument   innocent   du   crime   Esterhazy.   Mais   sa   religion   juive,   son   origine  alsacienne  (allemande!  pour  certains  naConalistes)  et   son   profil   d’intellectuel   le   désignaient   comme   coupable   aux   yeux   d’officiers   qui   refusaient   la   modernisaCon   et   la   démocraCsaCon  de  l’armée.     •  L’engrenage  de  la  conspiraCon  d’Etat:  Le  général  Mercier,  le   ministre   de   la   guerre,   n’hésita   pas   a   violer   la   présompCon   d’innocence  en  assurant  dans  un  entreCen  au  Figaro  que  «  la   culpabilité   est   absolue,   certaine.   »   L’armée   déclarait   le   capitaine   Dreyfus   coupable   de   haute   trahison   avant   meme   d’avoir  été  juge.  Les  juges  du  Conseil  de  guerre  étaient  ainsi   soumis  a  une  pression  considérable.  La  dégradaCon  eut  lieu  le   5   janvier   1895,   dans   la   grande   cour   de   l’Ecole   Militaire,   en   présence  de  20.000  parisiens  hurlant  leur  haine  des  juifs.  Le   21   février,   le   condamne   embarquait   pour   l’ile   du   Diable,   au   large  de  la  Guyane.     Dreyfus  emprisonne  a  l’ile  du  Diable   La  dégradaDon  de  Dreyfus  
  42. 42. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  La  relance  de  la  conspiraCon,  la  riposte  des  dreyfusards:  A  la  fin  des  années   1896   et   1897,   les   différentes   contre-­‐enquêtes   menées   par   le   frère   du   condamne  établirent  progressivement  la  forfaiture  commise  par  le  Conseil   de  Guerre,  puis  la  réalité  de  l’innocence  de  Dreyfus.  Le  lieutenant-­‐colonel   Picquart,  désormais  la  tête  de  la  «  SecCon  de  StaCsCque  »  avait  lui  aussi   découvert   la   vérité,   a   parCr   du   «   peCt   bleu   »,   une   carte   télégramme   desCnée  au  commandant  Esterhazy.     •  Le   gouvernement   et   l’Etat-­‐major   passèrent   a   l’offensive:   Picquart   fut   éloigne  dans  l’Est  puis  mute  en  Tunisie.  Les  Dreyfusards  répliquent:  le  1er   novembre  1897,  George  Clemenceau,  le  directeur  poliCque  de  L’  Aurore,   accepte   que   Zola   publie   son   «   J’accuse!   »   L’objecCf   était   aIeint:   le   gouvernement  et  le  Parlement  ne  pouvaient  plus  désormais  faire  comme  si   de  rien  n’était.     Georges  Picquart   Le  commandant  Esterhazy  
  43. 43. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  L’offensive   contre   les   dreyfusards:   Le   gouvernement   qui   avait   jusque   la   accepte   le   jeu   des   naConalistes,   se   retrouvait   pris   a   son   propre   piège   et   oblige,  en  poursuivant  l’écrivain,  de  sorCr  du  «  cadre  de  la  chose  jugée  ».     •  La   révision   du   procès:   Le   26   septembre   1898,   le   Conseil   des   Ministres   décida,   par   6   voix   contre   4,   et   avec   l’habile   souCen   du   président   de   la   République,  Félix  Faure,  d’autoriser  le  garde  de  sceaux  a  saisir  la  Cour  de   CassaCon  et  a  transmeIre  la  demande  en  révision  de  Mme  Dreyfus.     •  Raymond  Poincaré  intervint  a  la  Chambre.  Rompant  un  trop  long  silence,  il   dénonça  les  manœuvres  de  l’Etat-­‐major  pour  étouffer  la  vérité.       Le  général  Mercier  déposant  devant  la  Cour  de  la  Seine  pendant  le  procès  d’Emile  Zola,  en  février  1898.   Organisateur  du  complot  qui  a  vise  le  capitaine  Dreyfus,  le  général  Mercier,  ancien  ministre  de  la   guerre,  incarne  la  puissance  et  l’autorite  de  l’armée  résolues  a  ne  rien  céder  a  la  jusDce  civile  et  aux   dreyfusards.  En  grand  uniforme,  il  lance  un  véritable  défi  a  la  République  et  au  pouvoir  civil.    
  44. 44. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  L’affaire  au  cœur  du  régime:  La  Chambre,  et  plus  encore  le   Senat,   recherchaient   désormais   la   voie   de   la   légalité   républicaine   ou   du   moins   de   la   modéraCon.   Mais   les   naConalistes  restaient  largement  maitres  de  la  rue.     •  Alors   que   se   déroulaient   les   funérailles   naConales   de   Félix   Faure   a   Notre-­‐Dame.   Paul   Déroulède,   Maurice   Barres,   les   représentants   de   grandes   ligues   naConalistes   et   quelques   milliers  de  militants  se  réunirent  sur  les  places  de  la  NaCon  et   de   la   BasClle.   Ils   espéraient   fomenter   un   coup   d’Etat.   Déroulède  manque  son  coup.  Mais  Jules  Guérin,  chef  de  la   Ligue   anCsémiCque,   se   retranchait   avec   une   douzaine   d’hommes   armes   dans   l’immeuble   du   journal   «L’AnC-­‐Juif   »   rue  de  Chabrol  dans  le  Xème  arrondissement  pour  échapper   a  un  mandat  d’amener.  Apres  un  siège  de  38  jours,  le  «  fort   Chabrol  »  négocia  sa  reddiCon.     •  L’audience  solennelle  de  la  Cour  de  CassaCon  consacrée  au   procès  Dreyfus  s’ouvrit  le  29  mai  1899.  Zola,  rentre  d’exil  le   lendemain,  signa  dans  «  L’Aurore  »  un  arCcle  Ctre  «  JusCce  ».     •  La  victoire  de  Waldeck-­‐Rousseau:  Les  anCdreyfusards  avaient   méconnu  la  capacité  de  résistance  des  magistrats  modérés,   appartenant   a   un   corps   plus   démocraCsé   que   l’armée,   soucieux  de  la  loi  et  des  garanCes  fondamentales  du  citoyen.     •  Waldeck-­‐Rousseau   qui   s’était   donne   depuis   plusieurs   mois   une  image  de  républicain  intransigeant  s’imposa  finalement   comme   l’homme   de   la   nouvelle   majorité   de   «   Défense   républicaine  ».     La  charge  boulevard  Montmartre.  Devambez.    La  charge  est  celle  d’une  brigade  de  Police  contre  une  manifestaDon,   vraisemblablement  anarchiste.  Les  ténèbres  expriment  la  faillite  de  la  République,  prisonnière  de  la  Répression.     L’agression  d’Auteuil  le  4  juin  1899.  Le  nouveau  président   de  la  République,  Emile  Loubet,  réputé  favorable  aux   dreyfusards,  fut  agresse  par  le  baron  ChrisDani.      
  45. 45. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  La  combinaison  ministérielle  montée  par  Waldeck-­‐Rousseau   était   audacieuse:   le   ministère   de   la   Guerre   était   confie   au   général   Galliffet,   un   des   arCsans   de   l’écrasement   de   la   Commune.  Il  compensait  ainsi  l’entrée  quasi  imaginable  pour   de  nombreux  républicains,  d’un  socialiste  au  gouvernement:   Alexandre  Millerand.     •  Les   naConalistes   sCgmaCsèrent   le   nouveau   gouvernement,   «  le  ministère  Dreyfus  »,  «  le  gouvernement  de  défense  ».  Le   gouvernement   Waldeck-­‐Rousseau   allait   portant   durer   3   années.     •  Une   poliCque   d’autorite:   Waldeck-­‐Rousseau   se   voulait   l’homme   de   la   situaCon,   l’homme   de   la   résoluCon   de   l’Affaire.  Le  10  aout  1899,  le  Conseil  des  Ministres  autorisait   l’arrestaCon   de   37   personnalités   naConalistes.   Le   procès   s’ouvre  en  aout  1899  a  Rennes.  Il  commença  mal,  les  avocats   n’ayant   fait   citer   qu’une   vingtaine   de   témoins   a   décharge   seulement.     •  Les   naConalistes   étaient   en   revanche   bien   plus   efficaces   et   organises.  L’accusaCon,  en  citant  70  témoins,  annonçait  son   refus  de  suivre  les  conclusions  de  la  Cour  de  CassaCon.  Tous   les   cadres   de   l’ancien   Etat-­‐major,   ainsi   que   les   anciens   ministres  de  la  Guerre  concernes,  s’étaient    mobilises.     •  La   défense   de   Dreyfus   devint   incohérente,   ses   avocats   s’affrontant  en  pleine  audience.   Waldeck-­‐Rousseau   Gaston  de  Galliffet.  
  46. 46. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  Le  verdict,  la  grâce,  la  liberté:  Le  Conseil  de  Guerre,  par  la  voix  de  son   président,  et  «  au  nom  du  peuple  français  »,  reconnut  Alfred  Dreyfus   coupable   une   nouvelle   fois   du   crime   de   haute   trahison   mais   lui   accorda   les   circonstances   aIénuantes.   L’officier   fut   condamne   a   10   ans  de  prison  et  a  une  nouvelle  dégradaCon.   •  Les  circonstances  aIénuantes  affinaient  implicitement  l’innocence  du   capitaine   Dreyfus   –   comment   trahir   avec   des   circonstances   aIénuantes?   –   tout   en   conservant   a   l’armée   un   indispensable   honneur  en  vue  d’accomplir  la  mission  sacrée  de  la  Revanche.     •  Waldeck-­‐Rousseau  déposa  son  projet  de  loi  d’amnisCe  générale  pour   toutes  les  procédures  judiciaires  raIachées  a  l’affaire  Dreyfus  au  mois   de  mars  1900.  le  pays  se  passionna  alors  pour  l’ExposiCon  universelle,   et  oublia  l’Affaire.   •  Le   gouvernement   de   la   Défense   Républicaine,   s’il   avait   refuse   la   soluCon   de   la   jusCce   pour   le   capitaine   de   Dreyfus,   l’avait   toutefois   préparée  en  remeIant  la  République  dans  la  voie  de  la  démocraCe.     •  La   quesCon   naConaliste:   Pour   Jaurès   et   ses   amis   dreyfusards,   il   devenait  possible  d’associer  la  luIe  contre  le  naConalisme  au  combat   pour  la  jusCce.  Il  fallut  deux  séances  enCères  pour  que  Jaurès,  depuis   la  tribune,  expose  son  argumentaCon  a  la  Chambre.     •  La  conclusion  poliCque  s’imposait:  la  Chambre  devait  s’engager  et,  a   sa  suite,  le  gouvernement,  dans  une  réouverture  du  dossier  judiciaire   de  Dreyfus,  ce  que  la  loi  d’amnisCe  autorisait.   Le  procès  de  Dreyfus  a  Rennes.  
  47. 47. L’affaire  Dreyfus  au  tournant  du  siècle  (1894-­‐1906)   •  Une  enquête  du  ministre  de  la  Guerre:  Le  Conseil  des   Ministres  autorise  alors  le  ministre  de  la  JusCce  Ernest   Valle  a  saisir  la  commission  de  révision.   •  Une   victoire   fragile:   Au   cours   de   la   cérémonie   de   transferts   des   cendres   d’Emile   Zola   au   Panthéon,   en   juin   1908,   un   journaliste   d’extrême   droite   tenta   d’abaIre  Alfred  Dreyfus  de  deux  coups  de  feu.  Celui-­‐ci   ne   fut   que   légèrement   blesse,   mais   l’émoCon   fut   intense  dans  l’opinion  publique.     •  Dreyfus   avait   détourné   une   parCe   de   la   société   de   l’anCsémiCsme  et  de  la  dictature,  au  profit  des  valeurs   démocraCques   qui   avaient   su   s’imposer   dans   le   combat  dreyfusard.   La  réhabilitaDon  de  Dreyfus  a  l’Ecole  Militaire.  Juillet  1906   Transfert  des  cendres  d’Emile  Zola  au  Panthéon  en  1908  
  48. 48. Le  moment  démocra)que  (les  années  1900)   •  L’affaire   Dreyfus   ressemble   a   «   un   trait   de   lumière   dans   la   poliCque  française,  un  instant  qui  a  suspendu  le  cours  médiocre   des  ambiCons  au  profit  d’une  idée  morale  »  Elie  Halévy.     •  L’engagement  des  dreyfusards,  abouCssant  au  sursaut  républicain   de   juin   1899   et   a   la   formaCon   du   gouvernement   de   Waldeck-­‐ Rousseau,   mit   fin   a   15   ans   de   recul   des   libertés   et   de   l’esprit   démocraCque  de  1870  a  1885.     •  Cependant  on  peut  parler  d’une  nouvelle  forme  de  tyrannie,  celle   d’un  despoCsme  démocraCque  –  Alexis  de  Tocqueville:  «  Il  ya  de   nos  jours,  beaucoup  de  gens  qui  s’accommodent  tres  aisément  de   ceIe  espèce  de  compromis  entre  le  despoCsme  administraCf  et  la   souveraineté   du   peuple,   et   qui   pensent   avoir   assez   garanC   la   liberté   des   individus,   quand   c’est   au   pouvoir   naConal   qu’ils   la   livrent.  C’est  le  despoCsme  démocraCque…  Les  citoyens  perdent   peu  a  peu  la  faculté  de  penser,  de  senCr  et  d’agir  par  eux-­‐mêmes,   et  ils  tombent  au-­‐dessous  du  niveau  de  l’humanité.  »  
  49. 49. Le  moment  démocra)que  (les  années  1900)   •  L’engagement  dreyfusard:  On  assiste  a  un  élan  civique  et  moral   engendre  par  le  combat  des  Dreyfusards.  Il  s’agit  d’un  moment   démocraCque  dans  la  France  de  1900.     •  Réseaux  et  iniCaCves:  Par  profession  savante  et  reflexe  poliCque,   Lucien   Herr   avait   été   rapidement   convaincu   de   l’innocence   de   Dreyfus.  Il  travaille  des  lors  a  consCtuer  un  réseau  d’influence  et   de   contacts   qui   ne   tarda   pas   a   se   transformer   en   réseau   d’engagement.     •  Dans  les  milieux  de  la  science,  de  l’université  et  meme  de  la  haute   administraCon   se   développait   un   front   dreyfusard,   puissant,   solidaire  et  déterminé.  Aux  cotes  de  «  la  jeunesse  des  écoles  »  et   des   agrégés   de   l’Université,   écrivains   et   arCstes   d’avant-­‐garde   jouèrent  un  rôle  moteur  dans  les  péCCons  en  faveur  de  Dreyfus.     Anatole  France.  Il  fut  de  tous  les  combats  dreyfusards.  Il  s’engagea  ensuite  dans  d’autres  luOes,  contre  la  violence  coloniale   notamment.   André  Gide  et  ses   amis  au  Café  Maure   de  l’exposiDon   universelle  de  1900.  
  50. 50. Le  moment  démocra)que  (les  années  1900)   •  L’acte  de  naissance  des  Intellectuels:  «  C’est  aux  civils,  dans  le  plus  noble  du  sens  du  mot,  aux  polices,  a  ceux  qui  fondent  la   civilisaCon  sur  le  droit,  qu’il  apparCent  de  réagir:  aux  penseurs,  aux  savants  qui  préparent  l’avenir,  et  avec  eux,  aux  faibles   qui  sont  le  nombre,  livres  par  l’anarchie  mentale  a  la  tyrannie  des  plus  forts  ».     •  Clemenceau  bapCsa  les  signataires  du  nom  d’intellectuels  les  signataires  de  la  première  péCCon  en  faveur  de  Dreyfus  dans   les  années  1890.     •  Le  manifeste  de  la  Ligue  pour  la  défense  des  droits  de  l’homme  et  du  citoyen  (juin  1898):  «  L’intérêt  de  tous  les  citoyens  est   engage  a  ne  jamais  accepter,  meme  sous  prétexte  de  raison  d’Etat,  l’abandon  des  formes  légales  qui  sont  la  garanCe  d’une   applicaCon  prudente  de  nos  lois  répressives.  »   •  La  révoluCon  du  dreyfusisme:  Il  s’agit  d’abord  d’une  passion  militante.  Le  dreyfusisme  fut  une  révoluCon  morale  et  sociale.   L’acCon  militante  qui  le  caractérisait  prit  des  formes  mulCples,  a  commencer  par  l’extension  remarquable  du  réseau  des   Universités  populaires  qui  vit  des  professeurs  des  trois  ordres  de  l’enseignement  se  passionner  pour  l’éducaCon  des  adultes.    

×