Ségolène Royal, à la rencontre des dirigeants et des forces citoyennes du Monde

1 163 vues

Publié le

Ségolène Royal, de 2006 à 2011, 5 années de travail à la rencontre des dirigeants et des forces citoyennes du Monde.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 163
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
567
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Ségolène Royal, à la rencontre des dirigeants et des forces citoyennes du Monde

  1. 1. Ségolène Royal :5 années de travail à la rencontre des dirigeants et des forces citoyennes du Monde
  2. 2. Rencontre avec Tzipi Livni, Ministre des Affaires Etrangères d’Israël en2006.
  3. 3. Ségolène Royal au mémorial de laShoah à Yad Vashem, Israël en2006.
  4. 4. Rencontre avec Ehud Olmert, Premier Ministre de l’Etat d’Israël en 2006.
  5. 5. 2006, visite de travail en Chine.
  6. 6. Ségolène Royal et Jean Charest, Premier Ministre du Québec, Canada.Ségolène Royal, université de Montréal, discours sur la francophonie, le 10septembre 2007:« Entre le rêve illusoire du village global et la désolation des confrontations et desincompréhensions, il y a place pour lutopie concrète, celle que nous devonsconstruire ensemble. Lutopie dune pluralité juste et dune solidarité vraie ».Louise Beaudoin, ancienne ministre du Parti québécois :« J’ai trouvé que son discours sur la Francophonie était très moderne ».
  7. 7. Ségolène Royal et Michaëlle Jean, Gouverneure Générale du Canada.Ségolène Royal, université de Montréal, discours sur la francophonie, le 10septembre 2007:« Entre le rêve illusoire du village global et la désolation des confrontations et desincompréhensions, il y a place pour lutopie concrète, celle que nous devonsconstruire ensemble. Lutopie dune pluralité juste et dune solidarité vraie ».
  8. 8. Ségolène Royal et Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003,Au Forum 2000, Prague, octobre 2007, à l’invitation de VaclavHavel, Ségolène Royal déclare :« L’Europe ne doit pas s’abandonner à l’insidieuse bureaucratie niau capitalisme sauvage qui écrase les libertés ».Rencontre avec Madeleine Albright, ancienne Secrétaire dEtatdes Etats-Unis, Kim Campbell, première femme Premier Ministredu Canada en 1993 et Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix 2003.Elles se sont ensuite rencontrées plusieurs fois, notamment le 1erdécembre 2009 à l’Université de Poitiers.
  9. 9. Michelle Bachelet, présidente du Chili et Ségolène Royal, oct. 2007"Jai retrouvé une femme dirigeante politique, une femme chef dEtat, forte, déterminéeet enthousiaste" a déclaré Ségolène Royal à lissue dun petit déjeuner de plus de 2heures au palais présidentiel de la Moneda."Avec Michelle Bachelet, nous nous sommes découvert beaucoup de points communs,notamment "la volonté de répartir mieux les richesses nationales, la volonté de mettreen place un système social et un système éducatif performant, la volonté dinvestir dansdes ressources davenir et la volonté de répondre à tous les problèmes de sécurité"."Il y a différentes façons dexercer lautorité: chacun doit pouvoir lexercer en restantsoi-même. Michelle Bachelet est une femme qui a de lautorité, de la volonté et delénergie, elle sait où elle va, moi, je partage totalement cette façon de faire".
  10. 10. Université de Harvard, Etats-Unis, février 2008« Les solutions changent, évoluent, mais les valeurs fondamentales restent lesmêmes ».« La première valeur de la gauche est de sassurer que les gens sont armés pourprendre part au processus ascendant dédification dune nation prospère ».« Quand la gauche écoute vraiment les citoyens, elle redécouvre les espoirs et les rêvesdune nation entière ».« Jétais invitée par luniversité dHarvard et par le MIT, Massachusetts Institut OfTechnology et jy ai rencontré dailleurs des chercheurs français, des étudiants français.Jai essayé de comprendre pourquoi ces universités sont si attractives et comment onpourrait faire revenir en France non seulement les chercheurs français mais aussi attireren France les meilleurs » (Interview RMC)
  11. 11. Rencontre avec le Dalaï-Lama, Nantes, août 2008Invité du journal de TF1, le Dalaï Lama a parlé d"une rencontremerveilleuse" avec Ségolène Royal. "Elle ma demandé sil y avait unecontradiction entre lesprit de compétition et lesprit de la compassion.Je lui ai dit quil ny en avait aucune".
  12. 12. « Au début de notre entretien j’ai fait observer que les unes des journaux indiens étaient les mêmes que celles des journaux Français. La flambée des prix alimentaires et le problème des OGM, autant de questions qui se posent en Europe comme en Asie ou en Amérique ! J’ai souhaité aborder le cas d’Arcelor Mittal. J’ai expliqué le ressentiment justifié des salariés face à cette délocalisation. Manhmohan Singh m’a répondu sans détour que les entreprises devaient faire preuve de responsabilité à l’égard des territoires sur lesquels elles sont implantées ».Rencontre avec Manmohan Singh, Premier Ministre,New Dehli, Inde, avril 2008« Le Premier ministre Manmohan Singh est un homme digne, simple,toujours souriant. Sa sérénité enviable, ses qualités d’homme d’Etatnon sectaire et, par-dessus tout, son honnêteté irréprochable dans unmilieu d’un népotisme inquiétant lui ont valu l’adhésion populaire, desorte qu’il est aujourd’hui respecté comme un homme aux qualitésrares à une époque aux valeurs déclinantes […] Il est salué commel’architecte de la modernisation de l’Inde». (Libération, juillet 2009)
  13. 13. Invitée d’honneur du festival international de musique rai à Oujda, juillet 2008.«Je suis venue au Maroc pour rencontrer la population marocaine».Ségolène Royal a été chaleureusement accueillie en terre «oujdie».Acclamée par des artistes comme par le public venu nombreux (ilsétaient plus de 60 000 personnes chaque soir), Ségolène Royal amultiplié les pauses photo à la demande des jeunes comme des moinsjeunes, des journalistes comme des représentants de l’Etat.
  14. 14. Washington, voyage pour l’investiture de Barack Obama, janvier2009.Ségolène Royal : « Par un recours constant à la démocratieparticipative, Barack Obama est parvenu à toucher tous les Américains,par delà leurs appartenances raciales, sociales ou religieuses. Il a ainsicontribué à vivifier une démocratie américaine pervertie par la collusionentre intérêts économiques et politiques que l’administration Bushentretenait sciemment ».
  15. 15. Avec le président brésilien Lula et la nouvelle présidente Dilma Rousseff, Forum social mondial, Brésil (Bélem), janvier 2009Ségolène Royal : « Une chose ma frappée à Belém: il ny a pas debarrière infranchissable entre ces trois composantes que sont la gauchede gouvernement, les mouvements sociaux qui luttent sur le terrain, etce quon appelle en France lextrême gauche. […]A Belém se renforcent toutes les résistances contre "léconomie decasino". "Cest bien plus sérieux que Davos", ma dit Lula lors de notrerencontre ».
  16. 16. Après le Discours de Dakar du 6 avril 2009. Rencontre avec uncollectif des femmes à Thiaroye sur mer. « La boulimie financière, lavidité du profit, la gloutonnerie dargent ont conduit le monde au bord du précipice en inversant les valeurs, en prenant laccessoire pour lessentiel, en oubliant que le bonheur des êtres humains doit impérativement passer avant tout le reste ». « Les forces de vie doivent lemporter sur les forces de largent ». « Le temps est venue de ne plus perdre un seul instant, de se consacrer corps et âme à jeter des ponts et non plus dresser des murs ».
  17. 17. Avec George Papandreou, premier ministre grec à la Conférencesur "Lavenir des gauches en Europe", le 12 mai 2009 àAthènes.« Entre nos Nations et le monde, l’Europe et le monde est aujourd’hui à la croiséedes chemins. Or nos peuples n’ont plus confiance en elle. C’est cette confiance qu’ilfaut rebâtir sur d’autres bases. Pour qu’elle ne soit plus regardée, au pire lacomplice du capitalisme sans foi ni loi qui est à l’origine du désastre humaind’aujourd’hui, au moins pire comme une entité lointaine et peu démocratique ».« Surmontons nos différences et engageons nous pour cette Europe réconciliéeavec son temps et surtout avec ses peuples ».
  18. 18. Avec George Papandreou, premier ministre grec, lors de la réunion de lInternationale socialiste, le 28 juin 2009, au Monténégro.Ségolène Royal : « La simultanéité des crises, environnementale, financièreet bancaire, énergétique, alimentaire, n’est pas un accident de l’histoire.Ces crises adviennent en même temps car il y a une crise de civilisation,une crise d’humanité. ».
  19. 19. Ségolène Royal prononce un discours à Berlin à linvitation de lInstitute for Cultural Diplomacy pour le 20e anniversaire de la chute du mur.« Il faut faire tomber tous les murs qui balafrent encore l’idéal de liberté.Que ce soient les rideaux de fer ou les barbelés idéologiques ».« Le temps est venu de rêver et de penser quelque chose de plus grand quenous. Le temps est venue pour nous de répondre aux exigences de cetteutopie réalisable : les Etats-Unis d’Europe ».
  20. 20. Au sommet des Nations Unies sur le réchauffement climatique àCopenhague en 2009 avec une voiture Heuliez.
  21. 21. Rencontre avec le président Lula, au Brésil, avril 2010.Ségolène Royal : « Nous avons la capacité d’opérer une véritable métamorphose sinous faisons inlassablement tomber la barrière des idées reçues. Pour cela, nousnous appuyons sur la plus belle des forces : la force citoyenne qui émerge partoutsur la planète ».« L’accès au bien-être, aux droits humains fondamentaux, se nourrir, habiter,s’éduquer, élever ses enfants, suppose la sécurité chez soi et à l’international ».
  22. 22. Rencontre avec Dilma Rousseff, future présidente du Brésil en avril 2010.Dilma Rousseff évoquant sa seconde rencontre avec Ségolène Royal :« Elle ma donné des conseils de femme victorieuse. Elle ma dit que lescampagnes électorales étaient toujours difficiles, mais que nous, les femmes, noussommes déterminées . (…).« Avec Ségolène Royal, nous venons toutes les deux du camp progressiste. Elleest une personnalité socialiste importante. Ma trajectoire sest construite au seindes mouvements de gauche. Si lon compare avec la France, nous avons destrajectoires similaires ».
  23. 23. Avec George Papandreou, premier ministre grec, lors de la réunion de lInternationale socialiste, en Juin 2010. Ségolène Royal : « Les politiques de rigueur qui se mettent en oeuvre partout en Europe, et notamment en France avec les sacrifices imposés aux moyens et bas revenus, sont un danger pour la croissance ». « La planète tremble parce que des financiers sans vergogne voient dans l’endettement public un nouveau champ d’activités profitables » « Le poison principal, c’est ce déséquilibre croissant du partage de la valeur ajoutée au bénéfice des revenus du capital et au détriment systématique du travail ».« C’est à la volonté politique de rependre la main pour en finir avec les désordres de lafinance mondialisée. Ce n’est pas d’Etat brancardier mais d’Etat anticipateur, porteur d’unevisions à long terme de l’intérêt général, que les pays malmenés par la crise ontimpérativement besoin pour s’en sortir et ne pas y retomber».
  24. 24. Ségolène Royal et Jutta Urpilainen présidente du SPD de Finlande, à Helsinki, en février 2011.« Nous devons retrouver une politique d’indépendance européenne, qui ne soit pas le rêveillusoire de la forteresse isolée, mais pas non plus la naïveté de l’ouverture à tous lesvents ».« Ce que j’entends mettre au service de l’Europe, ce ne sont pas des mots. C’est l’énergiechaque jour renouvelée d’une conviction.C’est une ardeur inlassable pour convaincre, carnotre avenir est là. Notre espérance aussi, par delà les doutes, les suspicions, les déceptions.Notre génération doit cela aux nouvelles générations, nous qui avons reçu de la générationde laprès guerre : la paix, la prospérité, l’Europe avec son modèle social.Alors ouvrons la voie et avançons avec courage en faisant lEurope avec les peuples et nonpas contre eux. »

×