Viator web051fr

253 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
253
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Viator web051fr

  1. 1. Viator Web COMMUNIQUÉ DE LA DIRECTION GÉNÉRALE Numéro 51 Septembre 2012 Mot du Supérieur généralChers Viateurs, L’arrivée d’une nouvelle équipe pastorale est maintenant chose faite. Le 1er septembredernier, bénéficiant de l’accueil empressé de la délégation de France, une soixantaine de Via-teurs se réunissent au berceau de Vourles afin de célébrer cet événement dans l’action de grâceet l’espérance. L’église paroissiale du père Querbes en est le témoin. Le présent ViatorWebvous permet d’en partager les moments importants. Le nouveau Conseil général de notre Communauté vous est présenté. Je rappelle, au dé-part, les principes qui m’ont guidé dans sa composition et je laisse à la plume de chacun le soinde vous exprimer ses convictions. Permettez-moi déjà de vous dire la joie profonde que j’ai àtravailler avec ces personnes et l’enthousiasme que me procure la chimie nouvelle – à découvrirdavantage, certes – entre des personnes de cultures aussi riches que diverses. Ceci donne auConseil général une voix nouvelle ! Que cette revue-web puisse être au service de l’animation de l’ensemble de notre Com-munauté, voilà notre souhait le plus cher. Nous ajusterons son contenu au cours des prochainessemaines de façon à ce qu’elle puisse toujours plus nous aider à découvrir et appuyer la vie et lamission des nôtres. De toute évidence, nous allons solliciter votre participation afin de rendreson contenu encore plus intéressant. À toutes et tous, je partage la ferme volonté des membres du nouveau Conseil général detout mettre en œuvre pour être au service pastoral de notre famille religieuse. P. Alain Ambeault, c.s.v., supérieur général
  2. 2. Le Conseil général « Depuis le début de ce Chapitre général, nous nous sommes donné de grands défis, tousimportants pour l’avenir de la Congrégation autant que celui de la Communauté viatorienne. Lasuite s’imposait d’elle-même : il fallait maintenant souscrire à la participation de personnes a ap-tes à relever ces défis. J’ai indiqué aux supérieurs provinciaux et de la délégation, dès le départ, que je tenais à upérieurs élégation,ce que le Conseil général réponde moins au principe d’un membre par province (celui est le onseil (celui-cireprésentant de ma province) que d’un choix embrassant l’ensemble de notre personnel, où qu’ilsoit. En fin de compte, je sollicitais l’appui des supérieurs provinciaux et de la délégation à une upérieursperspective globale, à la diversité d’une équipe, à la capacité de collaboration de ses membres etde répondre à la tâche qui leur est confiée, reflet de ce que nous sommes devenus. En terme let termesclairs, je tenais à ce que des confrères de nos fondations soient présents au Conseil général. , Je veux donc témoigner de la collaboration étroite que j’ai reçue de chacun des supé-rieurs des provinces et de la délégation. Souscrire à ce que je demandais porte les noms de : élégation.générosité, sacrifice, et surtout grande solidarité avec l’ensemble de notre Communauté. Que lemerci que j’adresse maintenant ait à la fois la souplesse et l’intensité pour toucher le cœur dechacun de vous et l’ensemble des personnes que vous représentez ! » (Extrait de la présentation du nouveau Conseil général, le 17 juillet 2012) eil P. Alain Ambeault, c.s.v., supérieur général Né le 28 juin 1959 à Lachute au Canada. Il entre chez les CSV en 1980. Après avoir exercé le ministère paroissial pepen- dant une dizaine d’années, dont 7 comme curé, il est appelé au service d’autorité de la Communauté. Membre du conseil pr ommunauté. pro- vincial du Canada de 1993 à 2006, il assume la responsabil responsabilité de supérieur provincial de 1998 à 2006. De plus, il occupe le upérieur poste de président de la Conférence religieuse canadienne de 2004 à 2006. Il possède une formation en théologie pastorale. Une communauté comme la nôtre est appelée à offrir au monde et à l’Église une prése présen-ce significative, marquée par le don de la diversité et la grâce que produit l’interaction entreses membres, tous cohéritiers du même charisme et coresponsables de la même mission. Notretitre de catéchiste est à point nommé à l’heure du défi d’une nouvelle évangélisation. Tous bienengagés dans la prise de conscience de l’internationalité de notre Communauté et de la solid ommunauté solida-rité qu’elle appelle, d’importants défis s’offrent à nous et revêtent un caractère très stimulant.
  3. 3. P. Harry Célestin, c.s.v., vicaire général Harry voit le jour le 5 octobre 1964 au Cap Cap-Haitien (au nord d´Haïti) dans une famille de cinq enfants dont il est le benjamin. Apres ses études en théologie, il est appelé de 2002 à 2005 à aas- sumer la responsabilité de pasteur de la communa pasteur communauté chrétienne de Grand Grand-Goave où travaillent les Viateurs. iateurs. Par la suite, il passe deux ans à Rome (2005 l (2005-2007) pour étu- dier la théologie spirituelle. Ces dernières années, il était au se ser- vice de la Communauté dans la formation en tant q maître des ommunauté que novices (2007 2011) et tout récemment comme directeur du sc (2007-2011) sco- lasticat. À travers bien des personnes et dans la réalité de tous les jours nous avons expérimenté la bonté, l´amitié, la tendresse et la fidélité de Dieu. Un Dieu qui donne sa Parole de vie qui régé- nère et qui procure la joie et la paix que rien ne peut nous ravir. Un Dieu qui donne un sens à tout ce que nous sommes et tout ce que nous pouvons ac-complir. Ce Dieu nous demande, comme à la primitive Église, d´avancer au large et d´ouvrirles voiles de notre famille viatorienne au vent de l´Esprit qui invite à s´abandonner et à devenirdavantage accueillants et engagés, à témoigner de notre foi en continuant à accompagner lesappauvris et les marginalisés pour qu´ils se remettent à espérer. t F. Luis Álvarez Torres, c.s.v., économe général Luis est né le 22 août 1944 à Villalba de Barros en Esp Espa-gne. Il entre en communauté en 1961. Il possède une licence ensciences (chimie). Il œuvre dans le domaine de l’éducation de1963 à 1989 à titre de professeur et de directeur de divers coll collè-ges. Il participe étroitement, de 1978 à 1989 à divers organismes 1989,du monde de l’éducation en faveur du développement de la li-berté d’enseignement. Il est président de la Confé té Confédération espa-gnole des collèges catholiques de 1989 à 1998. De 2002 à 2004,il devient l’économe provincial d’Espagne et par la suite, il as-sume la fonction de gestionnaire financier de CSV d’Espagne. desFinalement, il assume l’administration de la Conférence des reli- administrationgieux espagnols (CONFER) de 2005 à 2011. Je pense qu’autant la Communauté viatorienne que la Congrégation font face à de sigrands défis qu’il convenait de les affronter avec courage et confiance : le développement de laCommunauté viatorienne internationale ; le sentiment d’appartenance à une grande famille qui oriennes’appuie mutuellement aux niveaux humain et matériel ; la création de vases communic communicants
  4. 4. entre les provinces, la délégation et les fondations, basés sur la clarté et la justice dansl’utilisation des biens, etc. Pour aider à affronter ces défis, j’ai accepté de prendre en charge l’ l’administration gé-nérale, car je crois que, dans ces domaines je peux offrir mes modestes connaissances dans la domaines,gestion et l’administration des biens matériels. Une gestion que je désire faire selon des critè- ésireres de transparence, de professionnalisme et de solidarité en communion avec le Supérieur g gé-néral et son Conseil. F. Carlos Ernesto Flórez, c.s.v., conseiller général Carlos Ernesto est né en 1967 à Bogota en Colombie.Il joint la Communauté viator ommunauté viatorinenne en 1991. Après avoirprononcé ses premiers vœux en 1993, il œuvre au CollègeSaint-Viateur de Bogota comme directeur du département de Viateurcatéchèse et, par la suite, enseigne la religion (1995 eigne (1995-1998). Ilprononce ses vœux perpétuels en 1999 et quitte quelques moisplus tard pour la paroisse Saint Saint-François-Xavier de Corozalau Belize. Le travail qui lui est confié l’amène à œuvrer avecles leaders laïcs engagés dans divers ministères. Un premier séjour aux États États-Unis le conduit à la pa-roisse Saint-Viateur de Chicago, spécifiquement attentif à la Viateurpastorale auprès des hispaniques. De retour au Belize, il dde-vient alors directeur du Bureau de travail social. Depuis 2007, Carlos réside aux États , États-Unis. Il futd’abord le coordinateur du bureau des admissions de l’écoleSaint-Martin-de-Porres de Waukegan, Illinois. Il demeure à ce esposte jusqu’en 2009 puis assume, au service de la province,les tâches de traducteur et d’interprète pour le provincial et desupport aux confrères âgés. Carlos Ernesto a étudié en philosophie, théologie, l li-turgie et histoire de l’Église. Il possède un baccalauréat enadministration et supervision éducative ainsi qu’une maîtrise en psychologie communautaire. J’ai accepté cette nouvelle mission comme conseiller général parce que je veux être auservice de la Communauté viatorienne internationale, offrant mon appui et cheminant avec mes ommunautéfrères et sœurs viatoriens pour créer une nouvelle communauté vivante et cap capable d’affronter laréalité de notre Église d’aujourd’hui et du monde. Également, je crois pouvoir collaborer àl’apport de nouvelles idées pour la vie communautaire, notre apostolat, la pastorale vocatione vocationel-le ainsi que notre administration. Le caractère international de mon parcours tant en Colombie, internationalau Belize qu’aux États-Unis, me permet d’apporter mon expérience personnelle en vue du dév Unis, déve-loppement de la mission de la communauté du père Querbes.
  5. 5. P. André Simon Crozier, c.s.v., secrétaire général Né en 1946, à Courzieu (Rhône, France), il a émis ses pr pre-miers vœux en 1965. Il s’est formé à « l’École des catéchistes » deLyon : obtenant un diplôme d’enseignement religieux, il a été c ca-téchiste et formateur de catéchistes. Secrétaire au service del’Institution Louis-Querbes et de la province de Vourles puis de QuerbesFrance, il a été membre de plusieurs conseils provinciaux et assi assis-tant-provincial. Ordonné prêtre en 1979 après ses études au SéminaireSaint-Irénée, il a été nommé dans la foulée curé, ministèr qu’il a Irénée, ministèreexercé durant 27 ans : 7 ans à Chessy et Châtillon, 20 ans dans lesquatre paroisses qui ont reçu en 2002 le nom de « Sainte-Blandine-du-Fleuve », dont Vourles les six dernières années. En 2006, il futchoisi comme conseiller et Secrétaire généra pour la durée du onseiller généraldeuxième mandat du P. Mark Francis. En abordant cette nouvelle étape, comme membre d’un autre Conseil général, j’ai àcœur de raviver en moi quelques convictions. J’ai découvert un peu plus notre Communauté etje suis conscient de cette grâce qui m’est offerte de la connaître davantage pour encore mieux ela servir.Les deux Assemblées générales de la Communauté viatorienne et les derniers Chapitres géngéné-raux m’ont assuré d’une réalité qui éclate aux yeux de beaucoup d’entre nous : l’enthousiasmeet l’élan des jeunes religieux, l’expérience et la persévérance sereine des moins jeunes et laparticipation stimulante des associés. Ces visages m’attirent et m’invitent à la rencontre et à l’écoute : ceux des Viateurs denos pays d’insertion. Un authentique dialogue en vue du développement de notre agir commun ion.appelle une compréhension, un soutien, un « accompagnement » de proximité, de la part deceux qui viennent d’accepter de relever les défis lancés par les récentes rencontres internat internatio-nales. J’ai confiance en l’avenir de notre Communauté : elle me paraît s’être engagée dans unparcours de solidarité. Elle réussira si elle sait responsabiliser chacune et chacun de ses me mem-bres, si elle consent à déployer ses efforts pour leur formation humaine et spirituelle, viatorie viatorien-ne spécialement. À leur tour, tous seront des témoins en vue du rayonnement de l’Amour enChrist au cœur du monde, selon le désir ardent de Louis Querbes.
  6. 6. Partage des tâches au sein du Conseil général Voici les diverses responsabilités que se sont vu confier les membres du conseil général : Le père Harry Célestin• Vicaire général ;• Études en vue de devenir le Procureur près le Saint- Siège. (Le mandat actuel du père José Antonio Lezama à titre de Procureur près le Saint-Siège est donc reconduit pour un temps in- déterminé) ;• Responsable de la vie spirituelle locale ;• Études en vue de devenir le postulateur de la cause ;• Répondant des fondations du Burkina Faso et de Côte d’Ivoire auprès du Conseil général et délégué au CCVAO. Le frère Luis Álvarez• Économe général ;• Porteur des dossiers spécifiques : - localisation de la maison générale, - bureau de développement de la mission ;• Répondant de l’Espagne auprès du Conseil général. Le père André Simon Crozier• Secrétaire général ;• Responsable du secrétariat pour le Conseil général ;• Responsable des archives et de la bibliothèque ;• Répondant pour le Canada et la France auprès du Conseil général. Le frère Carlos Ernesto Flórez• Conseiller général ;• Répondant de la province des États-Unis auprès du Conseil général ;• Répondant de la province du Chili auprès du Conseil général et des fondations du CLAC et délégué du Conseil général au CLAC ;• Supérieur local de la Maison générale. Le père Alain Ambeault• Supérieur général ;• Lien avec l’Union des Supérieurs Généraux et les évêques ;• Présidence des réunions du Conseil général et du Conseil général extraordinaire ;• Coordination générale ;• Visites pastorales.
  7. 7. Célébration dentrée en fonction du nouveau Conseil général Vourles, 1er septembre 2012 Réflexions à Vourles Par Thomas R. von Behren, c.s.v., supérieur provincial de la province des États-Unis. Chaque fois que je me rends à Vourles en France, j’éprouve ce même sentiment dansmon cœur et soudainement, mon esprit s’élève et devient plus lumineux. Un sentimentd’admiration s’empare de moi et je me sens entraîné dans l’inspiration d’antan d’un homme quia marché sur ces routes et voyagé à travers ces belles collines de la campagne lyonnaise, àl’horizon de ce petit village. C’est bien ici que l’esprit du père Querbes, fondateur des Clercs de Saint-Viateur, conti-nue de se répandre et d’inspirer les Viateurs et les visiteurs alors qu’ils font leur pèlerinage àVourles. Ici, dans les années 1830, comme curé de paroisse, le père Querbes a inspiré ses pa- roissiens, prêché l’Évangile, célébré l’eucharistie et continué sa création de chants et de musique. Tout fut réalisé dans la tranquille certitude que Dieu était avec lui par l’Esprit de Jésus et sous la protection de Marie, la Mère de Dieu. Et maintenant, je suis de retour de ma visite à Vourles. Ce fut par cette visite, le 1er septembre 2012, 153e anniversaire de la mort du père Querbes, que des Viateurs des quatre continents se sont ras- semblés pour célébrer l’entrée en efonction du 15 Supérieur général des Clercs de Saint-Viateur. Des Viateurs représentant cha-que province et la délégation se sont réunis à l’église paroissiale Saint-Bonnet, exactement là oùle jeune prêtre Louis Querbes fut curé, pour être témoin de la profession de foi du père AlainAmbeault et celle du père Harry Célestin, vicaire général, marquant le début du mandat, et leuroffrir leur support. Cette journée spéciale a débuté au cimetière paroissial où une cinquantaine de Viateursse sont regroupés autour de la tombe du père Querbes, se souvenant de cette date importantepour les Viateurs et offrant leur Action de grâce pour la vie et la vision de leur Fondateur. Nousavons prié ensemble, nous nous sommes souvenus et nous avons tourné notre regard versl’avenir alors qu’un nouveau chapitre de l’histoire viatorienne était en train de débuter.
  8. 8. Par la suite, nous noussommes dirigés à l’église alorsque la liturgie de la messe allaitoffrir le cadre officiel de l’entréeen fonction. Au cours de la pro-cession d’entrée, chaque déléguédes provinces et de la délégations’est avancé, une bougie à lamain, offrant une salutation in-ternationale, de la part de sa pro-vince et des fondations qui ysont associées, à l’ensemble dela Communauté réunie. Ce mes-sage offrait le support de chaqueprovince au père Ambeault et à son nouveau Conseil et la volonté d’établir une étroite collabo- ration. À la toute fin de la célébration, chaque membre du Conseil général, le père Harry Célestin, vicaire général, le frère Luis Álvarez, économe général, le frère Carlos Er- nesto Flórez, conseiller général et le père André Simon Crozier, secrétaire général, a fait lecture, chacun dans sa langue, d’une partie du « Message à la Communauté via- torienne » qui fut écrit et approuvé par le Chapitre général de 2012, à Ariccia en Italie. Ce fut un moment très inspi- rant !
  9. 9. L’esprit de cette journée en fut un d’espérance ; une belle solidarité internationale ! Uneinvitation à mettre en pratique les priorités retenues pour les 6 prochaines années, nommément :une pastorale vocationnelle renouvelée et un nouvel engagement pour soutenir la paix et la jus-tice sociale par notre mission viatorienne et dans la vie de la Communauté. Oui, une nouvelle ère s’est ouverte pour la Communauté viatorienne avec un nouveauleadership et un engagement réaffirmé de toujours faire advenir la vision du père Querbes dansnotre monde d’aujourd’hui. Que Dieu bénisse notre nouveau Supérieur général et son Conseil etqu’ils soient toujours guidés par ces mots de notre Fondateur : qu’en tout, Jésus soit adoré etaimé ! HOMÉLIE 2011, quau Chapitre général de juillet dernier à Rome, marquent les traits assez exacts de ceLa Communauté viatorienne est de nouveau que nous vivons ces années-ci. Cohabitent,rassemblée dans léglise paroissiale du père toutes frontières nationales levées, la fougueQuerbes ; elle dépose aujourd’hui un signet, dune jeunesse qui veut aller de lavant et fon-un autre, qui marquera une nouvelle étape de der, et la sagesse dautres qui proposent réso-son histoire. Rassemblés ici à Vourles, cest la lument de mettre lépaule à la roue en nou-grâce de la fondation qui nous touche le cœur bliant pas les leçons de lhistoire et les impéra-comme si larbre pouvait sentir la vie lui par- tifs du présent. De riches cultures s’appellentvenir de ses racines. Réunis au Berceau, cest et s’interpellent, ayant toutes été témoins dula fidélité aux appels de lEsprit qui nous in- miracle dune jeune pousse, la grâce d’un cha-terpelle plus que jamais, Lui, le « souffle du risme, être accueillie par une terre nouvelle, ycharisme » que nous portons depuis presque plonger lentement ses racines et produire des181 ans sur plusieurs continents, dans 15 pays fruits inespérés. Des hommes et de femmesactuellement. Rassemblés ici à Vourles, ce ont vu et voient encore les routes de leur voca-matin, cest rien de moins que le pèlerinage tion se croiser. Ils reconnaissent dans le gestedes fils et des filles de Querbes venus rendre de l’autre quelque chose d’unique et de com-grâce au Père de lespérance qui les habite. mun ; voilà qu’alors ils atteignent le carrefour de la reconnaissance d’une vocation : celleLes échanges que nous avons récemment eus d’un charisme dont nous sommes tous cohéri-tant à la deuxième Assemblée générale de la tiers et coresponsables.Communauté viatorienne à Bogota, en février
  10. 10. Plus que jamais, les Viateurs sont convaincus doute : « Donnez-leur vous-mêmes à man-de leur visage international, celui qui dit clai- ger ! » Ce texte nous rappelle, quelle que soitrement le besoin que nous avons les uns des notre réalité de vie, quel que soit notre contex-autres pour que notre fidélité soit belle et vraie. te, que le miracle de Dieu se produit toujoursLe portrait actuel que nous procurent ces deux au cœur de l’indigence de celui qui vraimentévénements majeurs de la Communauté disent cherche Dieu. Seule une communauté humbleclairement que nous sommes des hommes et sait laisser place, au cœur de sa mission, àdes femmes despérance, non pas celle qui l’inattendu miracle de Dieu. La surprenantemasque nos fragilités, nos doutes ou nos er- grâce divine passera toujours par le plus petitreurs, encore moins celle qui contourne nos dentre nous, le plus petit que nous rencontre-zones dombre, mais une espérance qui appelle rons.et laisse advenir le miracle de la présence deDieu parmi nous. Laissons ces paroles de la « Il y a bien là un petit garçon qui a cinqlettre aux Hébreux simprimer en lettres dor au pains dorge et deux poissons, » nous dit letout début de cette nouvelle étape que nous texte de Jean !amorçons ensemble : En terminant, je veux vous assurer que le nou- La foi est la manière de posséder déjà ce veau Conseil général mettra toute son espéran- que lon espère, et de connaître des réalités ce, sa foi profonde en la mission qui est la quon ne voit pas. Et quand lécriture rend nôtre, sa jeunesse renouvelée, sa diversité hommage aux anciens cest à cause de leur culturelle et sa passion au service de ce que foi... Tous ils sont morts sans avoir connu vous vivez sur chacune de vos routes. Nous y la réalisation des promesses ; mais dans la serons, soyez-en assurés ! Nous y serons sur- foi, il lavait vue et saluée de loin. (He 11, 1- tout en étant porteurs de la mémoire des 2;13a) consensus auxquels nous sommes récemment arrivés, actes inspirés, fidèles à ce que nous sommes appelés à devenir, confirmations et interpellations qui nous dynamisent, croyons-Cette espérance, cest le plus beau témoignage nous !que nous puissions rendre au père Querbes,celle-là même qui la incité si souvent, comme Nous avons le cœur saisi par ces défis ; ilsune raison de vivre, à tout remettre entre les nous permettent déjà de posséder ce que lonmains de la Providence. Cest cette même es- espère.pérance, Père Querbes, qui, encore aujourdhui,illumine le regard de vos filles et de vos fils Frères et sœurs, vivez de cette espérance ! Aupourtant bien conscients de porter leur trésor contact des gens que vous servez, réapprenez-dans des vases dargile. Votre Communauté a en, au besoin, les mots, la façon de les agencertoujours le regard saisi par son Seigneur ; pour qu’ils laissent place à la création de Dieulavenir s’accueille dès lors comme une grâce qui se continue. Fredonnez les airs courants dequi n’a de cesse d’ouvrir tout grand son hori- la vie qui lui donnent d’apparaître ; réjouissez-zon. vous de la joie de ceux qui en vivent et décou- vrez les couleurs saisissantes qui lui font trans-Les membres du nouveau Conseil général qui figurer les limites de la vie.sunissent à moi – permettez-moi de saluer leurdisponibilité, leur courage et leur goût de rele- Et surtout répandez cette espérance partout oùver ce grand défi pastoral – sont bien cons- vous êtes !cients du caractère impératif du messageévangélique de ce matin, un message qui em- Alain Ambeault, c.s.v.,brasse ce que tous nous vivons : le peuple a supérieur généralfaim ! La réponse du Seigneur ne laisse aucun
  11. 11. CHAPITRE GÉNÉRAL 2012 « En terminant, je veux personnellement ajouter ma voix aux remerciements qu’André Simon adressait hier à Mark, en notre nom, à l’occasion de la visite à la Maison générale. Mark, tu as été notre pasteur pendant 12 ans. Il en va d’une tranche impor- tante d’une vie. Tu l’as fait en mettant au service de la Commu- nauté tes talents, ton sens des responsabilités, ton souci de vérité et d’efficacité et ta sensibilité pastorale. Nous reconnaissons en toi l’homme de foi, qui sait choisir les mots pour l’exprimer , les gestes pour la célébrer et les engagements pour en faire ce qui transforme le monde. Dans le regard des 39 capitulants et du personnel de soutien, sache lire la reconnaissance et la gratitude de tous tes frères et sœurs viatoriens. Les défis qui sont devant nous portent bien ta signature. Merci Mark et bonne poursuite de ta mission. » Alain Ambeault, c.s.v., Homélie de clôture du Chapitre NOUVELLES BRÈVES Actes capitulaires 2012 Le nouveau Conseil général se met en place et, tout en assurant le nécessaire en vue del’installation et de l’acclimatation de l’un et de l’autre et de la détermination de la façon dont ilentend travailler, la priorité demeure de rendre disponible dans les trois langues le plus rapide-ment possible les Actes capitulaires 2012. Les textes doivent être harmonisés, leur traductionassurée en anglais et en espagnol à partir de la version officielle en français, et finalement, il fautprocéder à leur impression. Nous voulons vous assurer que nous mettons tout en branle pour quele plus vite possible vous ayez en main la nouvelle Charte de la Communauté viatorienne et, parla suite, les Actes capitulaires. Un témoin reconnu au Pérou : Dans une lettre adressée à Mgr Pedro Ricardo Barreto Jimeno, s.j., évêque de Huancayo auPérou, le père Alain Ambeault, supérieur général, joignait sa voix à tant d’autres pour féliciterl’archevêque de Huancayo récipiendaire de la Decoración del orden Premio Unión NacionaldelPerú. Soulignant combien l’action pastorale de cet évêque est un précieux témoin de l’action del’Esprit Saint dans notre monde et une preuve vivante que le Règne de Dieu est réellement en
  12. 12. construction, le père Général exprimait sa joie que la Communauté viatorienne soit désormaisinsérée dans le diocèse de Huancayo.Mgr Barreto Jimeno est très impliqué dans la défense des conditions de vie des paysans affectéspar l’activité minière de grandes compagnies internationales. Félicitations • Au F. Pierre Jeanin Gaëtan qui a fait ses vœux perpétuels en Haïti, le 25 août 2012. • Aux FF. Ferry François, Jean-Yves Medidor et Paul Pierre qui ont été ordonnés diacres en Haïti le 1er septembre 2012. • Aux six nouveaux Viateurs-associés de la province d’Espagne : Tomás Collado García, Ele- na García Batista, Ana Rosa Gutiérrez Manzan, Ma Monserrat Gómez López, Mertxe More- no Ascanio et María José Martínez Remírez. Leur engagement a eu lieu le 15 août 2012. Un nouveau noviciat au Burkina Faso Le 31 août, s’est ouvert le noviciat de la fondation du Burkina Faso. Il est situé à Boassa.Accompagnés par le père Julien Rainville, père-maître, 3 jeunes burkinabè se sont engagés danscette année d’initiation à la vie religieuse. Il s’agit de messieurs Michel-Pio DA, Hermann PALÉ,et François ZOMA. Un nouveau blog viatorien Notre confrère espagnol Tomas Aranberri, bien connu pour son engagement auprès deSERSO, vient de mettre en ligne un blog ouvrant une belle fenêtre sur notre famille religieuse. Ille fait dans la perspective claire de l’une des deux priorités du Chapitre 2012 : la pastorale voca-tionnelle. Allez le visiter : www.sanviator.net/ Confiés à notre prière• F. Yves LABERGE Yves (Ca), le 28 juillet 2012, à l’âge de 89 ans, dans sa 69e année de profession religieuse.• M. Richard GODIN (Ca), le 3 août 2012, à lâge de 71 ans, dans la 4e année de son engage- ment dassocié.• F. Maurice BONY (F), le 9 août 2012, à l’âge de 86 ans, dans sa 62e année de profession religieuse.• F. Gérard LEMIEUX (Ca), le 12 août 2012, à l’âge de 85 ans, dans sa 67e année de profes- sion religieuse.• P. Louis CHAUFFOUR (F), le 20 août 2012, à l’âge de 98 ans, dans sa 83e année de profes- sion religieuse et sa 68e année de sacerdoce.• F. Gilles BROCHU (Ca), le 15 septembre 2012, à l’âge de 84 ans, dans sa 68e année de pro- fession religieuse.• Mme Gloria MARTIN RODRIGUEZ (E), le 17 septembre 2012, à l’âge de 94 ans, dans la 31e année de son engagement d’associée.
  13. 13. Pour nourrir notre réflexion Les jeunes nous appellent à une vie religieuse plus authentique !Tout récemment, à Quito, en Équateur, la 18e assemblée générale de la Confédération Latino-Américaine et des Caraïbes des religieuses et des religieux (CLAR) a étéclôturée et S. Mercedes Casas Sánchez a été élue à la présidence. Pour lapremière fois, une femme du Mexique est désignée à ce poste. Voici unecourte entrevue réalisée par Vida Nueva avec la nouvelle présidente.- Quelle est la force de la vie religieuse en Amérique latine ? L’amour qu’elle suscite ! L’attachement pour cette vocation se per-çoit de même que la foi dans la force et le trésor que constitue la vie reli-gieuse pour l’Église. Cet amour se voit par la conviction avec laquelle cha-que conférence se dévoue pour animer ses religieuses et religieux, pourcréer des liens et répondre à la réalité des appels de Dieu. La vie religieusen’a pas perdu sa capacité de refléter la réalité, accompagnant nos peuplesdans leurs luttes, leurs joies et leurs moments difficiles. Mais sa grande force, ce sont les gens,les peuples vers qui Dieu nous envoie et qui toujours nous aident à mieux définir notre identitécomme religieux.- Quelles sont les principaux défis de la CLAR ? Les défis jaillissent de l’écoute des clameurs du peuple ; Dieu nous veut là où nous pou-vons les écouter attentivement. Les voix véhémentes d’une croissance économique qui en exclutplusieurs; celles de l’exploitation inadéquate de la nature ; la traite humaine; la migration; de lacorruption; le narcotrafic; les jeunes et les mouvements sociaux qui naissent ; les indignés quidemandent justice ; la clameur de la situation de la femme… L’option renouvelée pour les pau-vres constitue aussi un défi majeur. En tant que religieux, nous sommes appelés à vivre une prophétie au jour le jour dans une offrande quotidienne, dans la communion plus que par le protagonisme et l’étalage de nos titres.Nous ne devons pas cesser d’écouter la voix des nouvelles générations de religieux, de mêmeque celle des autres jeunes, car ils nous appellent à une vie plus transparente et authentique. Ils-sont bel et bien en recherche, même si cela ne semble pas toujours évident. Il y a une soif deDieu très grande, et toutefois ils ne rencontrent pas dans la vie religieuse la réponse à leurs in-quiétudes.En conclusion, le grand défi est de continuer notre route dans cette vie mystique et prophétique,mais à partir d’autres catégories. Peut-être ne sommes-nous pas appelés à être les grands prophè-tes, mais certainement à vivre un prophétisme du quotidien, dans le don de chaque jour, dans lacommunion, plus que par un protagonisme ou l’étalage de nos titres. Et la mystique? Peut-êtrenous ne sommes pas appelés à être de grands mystiques, ceux qui sont lus, mais à nous impré-gner de la mystique de la graine de moutarde, du grain de blé qui meurt, du grain qui est semé,qui croît et donne du fruit. Dans le no 2.814 de Vida Nueva

×