© Éditions ESKA, 2012

PHLÉBOLOGIE

Connaissances, attitudes et pratiques
des médecins de Dakar
sur la compression veineus...
© Éditions ESKA, 2012

2

PHLÉBOLOGIE
Résultats
Le taux de réponse était de 83,3% (321/385). Le sexe
ratio des médecins en...
© Éditions ESKA, 2012

PHLÉBOLOGIE
18,7% des médecins (60 médecins) savaient comment
utiliser les bas, les chaussettes, le...
© Éditions ESKA, 2012

4

PHLÉBOLOGIE
explication par des considérations épidémiologiques des
pathologies veineuses et lym...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Article compression sib

1 866 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 866
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
23
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article compression sib

  1. 1. © Éditions ESKA, 2012 PHLÉBOLOGIE Connaissances, attitudes et pratiques des médecins de Dakar sur la compression veineuse A.E. SIB, S. PESSINABA, H. KAFANDO, A.A. NGAÏDÉ, B. DIACK, A. MBAYE, DIAGNE-SOW, M. KANE, A. KANE Correspondance : Dr Armande Elodie SIB. Service de Cardiologie, Hôpital Général de Grand Yoff (Service du Professeur Abdoul Kane). BP : 3270 Dakar, Sénégal. Email : saelo2001@yahoo.fr Résumé Introduction La compression veineuse (CM) est une technique qui utilise des dispositifs pour le traitement et la prévention des pathologies veineuses et lymphatiques des membres. Le terme de compression est utilisé en tant qu’appellation générale pour désigner soit la compression par un textile élastique soit la compression par un textile inélastique (ou contention). Il existe de nombreux produits dont les caractéristiques techniques sont : le type, la classe de compression, la marque, le textile. Les signes cliniques et les symptômes de ces pathologies sont nombreux. Nous avons mené une étude dans le but d’évaluer la prescription de la compression veineuse par les médecins à Dakar ; elle a montré que leurs connaissances, attitudes et pratiques, sur la compression veineuse ne sont pas bonnes à Dakar. Mots-clés : Compression veineuse, connaissances, attitudes, pratiques, pathologies veineuses et lymphatiques. La compression veineuse (CM) est l’appellation générale pour désigner soit la compression par un textile élastique soit la compression par un textile inélastique ou contention. Elle est utilisée pour la prévention ou le traitement des désordres veineux et lymphatiques des membres [1]. Les principaux effets de ce traitement sont des effets hémodynamiques, sur la paroi veineuse, sur la microcirculation sanguine et sur les signes fonctionnels [2]. Les indications de la CV sont : la maladie veineuse chronique (MVC), la maladie thrombo-embolique veineuse (MTEV) en prévention et en traitement curatif, le lymphœdème [3,4]. Mais, chez nous, la prescription de la compression veineuse n’est pas toujours évidente ou bien faite. Dans le cadre de l’évaluation des pratiques professionnelles, nous avons entrepris une étude qui avait pour but d’analyser les connaissances, attitudes et pratiques des médecins de la ville de Dakar sur la compression veineuse. Summary Méthodologie Venous compression is a technique that uses devices for the treatment and prevention of venous and lymphatic disorders of the members. The term compression is used as general term to designate either compression by elastic textile or compression by inelastic textile (or contention). There are many products whose technical characteristics are: type, compression class, brand, textiles. Clinical signs and symptoms of these diseases are numerous. We conducted a study to evaluate the prescription of venous compression by physicians in Dakar which has shown that the knowledge, attitudes and practices of physicians on venous compression are not yet efficient in Dakar. Keywords: Venous compression, knowledge, attitudes, practices, venous and lymphatic diseases. Il s’agissait d’une étude transversale sur 5 mois (d’avril à août 2011). Nous avons mené une enquête auprès de 385 médecins recrutés dans les 4 hôpitaux de niveau 3 de la ville de Dakar : l’hôpital Principal de Dakar, l’hôpital Aristide le Dantec, l’hôpital général de grand Yoff et le centre hospitalier national de Fann. Nous avons étudié les connaissances, attitudes et pratiques sur la compression veineuse, particulièrement les indications, la prescription en pratique, la durée du traitement et les facteurs limitant la prescription. Les médecins ont ensuite été invités à faire des recommandations pour améliorer la prise en charge des maladies veineuses et lymphatiques. Les données ont été analysées à l’aide du logiciel épi info version 3.5.1 et les résultats exprimés en moyennes et pourcentages. ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 1
  2. 2. © Éditions ESKA, 2012 2 PHLÉBOLOGIE Résultats Le taux de réponse était de 83,3% (321/385). Le sexe ratio des médecins enquêtés était de 2,9 en faveur des hommes. L’âge moyen était de 32 ans dont 57,9% dans la tranche d’âge de 30-39 ans. Les spécialistes issus de la cardiologie, de la réanimation et de la médecine interne étaient les plus représentés avec respectivement 17,1% (55 médecins), 10,6% (34 médecins), 8,7% (28 médecins) comme le montre le tableau I. Soixante treize pour cent des médecins prescrivaient une CV moins d’une fois par an, voire jamais, 23% l’utilisaient au moins 3 fois par an et seulement 4% au moins une fois par mois. Les médecins de la chirurgie cardio-vasculaire et les urgentistes la prescrivaient tous (100%). En dermatologie 77,8% des médecins et en cardiologie 54,5% utilisaient la technique, mais en gastro-entérologie, médecine interne et urologie aucun médecin n’y avait recours (tableau II). Le tableau II montre aussi le niveau de connaissance général des médecins sur chaque indication. Les indications les plus connues étaient la thrombose veineuse profonde (TVP) (48,6%), la thrombose veineuse superficielle (TVS) (17,1%) et les varices en dehors de la grossesse (16,8%). D’autres indications ont été évoquées : 4 Après chirurgie de varices 4 Œdèmes post opératoires 4 Immobilisation plâtrée 4 Paralysie d’un membre avec œdème de stase 4 TVP avec contre-indication à l’anticoagulation 90,1% des médecins prescrivaient les bas, 34,9% les bandes, 15,1% les chaussettes et 14,6% les collants. Seulement 14% des médecins avaient des connaissances sur les classes de compression. Ceux qui avaient la meilleure connaissance sur cet aspect exerçaient en chirurgie cardiovasculaire (100%) et en cardiologie (40%). Les médecins des Tableau I : Répartition des médecins enquêtés selon leur spécialité spécialités Nombre Pourcentages de médecins % Cardiologie Réanimation Médecine interne Traumatologie Maladies infectieuses Urologie Neurologie Néphrologie Chirurgie générale Neuro-chirurgie Cancérologie Pneumologie Médecine générale Gynécologie Dermatologie 55 34 28 23 23 20 19 17 16 16 14 13 12 11 09 17,1 10,6 8,7 7,2 7,2 6,2 5,9 5,3 5 5 4,4 13 3,7 3,4 2,8 Chirurgie cardiovasculaire et thoracique 05 1,6 Gastro-entérologie Urgences Total 04 02 321 1,2 0,6 100 services de cancérologie, gastro-entérologie, gynécologie, neuro-chirurgie, traumatologie, urologie et urgences n’avaient pas de connaissances sur l’utilisation des classes de compression. Tableau II : Niveau de connaissance des médecins sur les indications Indications Niveau de connaissance général des médecins TVP TVS Varices MPT Œdèmes Lymphœdème Troubles trophiques Symptômes Varices sur grossesse Prévention hospitalière Voyages ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 48,6% 17,1% 16,8% 15,9% 15,9% 15,6% 10,9% 8,7% 8,4% 7,4% 6,8% Service utilisant le plus la technique pour l’indication Chirurgie cardio-vasculaire 100% Cardiologie 38,9% Chirurgie cardio-vasculaire 80% Chirurgie cardio-vasculaire 80% Dermatologie 77,8% Chirurgie cardio-vasculaire 100% Dermatologie 77,8% Chirurgie cardio-vasculaire 60% Chirurgie cardio-vasculaire 100% Chirurgie cardio-vasculaire 40% Chirurgie cardio-vasculaire 40%
  3. 3. © Éditions ESKA, 2012 PHLÉBOLOGIE 18,7% des médecins (60 médecins) savaient comment utiliser les bas, les chaussettes, les collants et les bandes. (peut-être préciser : la taille , la classe, à quel endroit mesurer les diamètres des membres inférieurs, quand porter la CM et ne pas la porter, classe de compression à adpoter en fonction de la classification de la MVC, voyages aériens ??) Le niveau de connaissance sur la durée du traitement est faible. Le tableau III montre le niveau de connaissance sur la durée du traitement dans les différentes indications ainsi que les services où les médecins avaient plus de connaissances sur le sujet. Plusieurs facteurs limitaient la prescription de la compression veineuse. Selon les médecins enquêtés, il s’agissait surtout du fait qu’ils ne savaient pas comment faire la prescription (51,4%) mais également qu’ils ne connaissaient pas toutes les indications (42,7%), trouvaient le coût trop élevé (28,3%), ne savaient pas où trouver les produits (8,4%), ou que la technique n’était pas applicable (2,8%). Il existait des facteurs liés au patient lui-même (6,6%), notamment des facteurs culturels, financiers, liés au matériel : technique contraignante, matériel inesthétique, de couleur non adaptée, qui tient trop chaud, douloureux Les médecins ont proposé les recommandations suivantes : Aux pouvoirs publics : 4 Former des spécialistes en phlébologie 4 Équiper les centres hospitaliers de matériels pour le diagnostic rapide des maladies veineuses et lymphatiques des membres 4 Mettre à la disposition des médecins le matériel de compression veineuse 4 Réduire le coût du matériel Aux formateurs des médecins : 4 Enseigner la compression veineuse à la faculté de médecine 4 Assurer la formation continue des médecins en matière de compression veineuse 4 Établir des protocoles de prise en charge des pathologies veineuses et lymphatiques des membres sur la base des recommandations Aux médecins: 4 Faire un diagnostic précoce 4 Proposer aux patients un traitement correct sur la base des recommandations 4 Diffuser les moyens de prévention des maladies veineuses et lymphatiques des membres Aux patients : 4 Consulter rapidement dès le début des symptômes 4 Observer le traitement pour en avoir tous les bénéfices et éviter les échecs thérapeutiques Commentaires Cette étude a montré que très peu de médecins prescrivaient la compression veineuse dans le traitement et la prévention des pathologies veineuses et lymphatiques des membres. Que ce soit comme thérapeutique unique, ou en association à d’autres traitements, on peut dire que toutes les maladies veineuses et lymphatiques relèvent de l’application d’une compression [6]. Bien entendu le type de compression, les modalités d’application, la durée du traitement varient d’une pathologie à l’autre et parfois même d’un malade à l’autre pour une pathologie équivalente. Les indications sont basées sur l’expérience et les habitudes nées d’une très longue pratique de ces thérapeutiques inspirant les recommandations de la HAS [6,7,8,9]. Le motif de prescription de compression veineuse le plus connu des médecins à Dakar était la TVP suivi de la TVS et des varices en dehors de la grossesse. Dans l’étude de Vignes [6], les motifs de prescription les plus fréquents étaient les varices, les symptômes, la TVP en troisième position. Les autres indications étaient : post-chirurgie, voyages, postsclérothérapie, lymphœdème. Rarement il s’agissait de : hématome post traumatique du mollet, œdème non étiquété, érysipèle, grossesse, brûlures, hypotension orthostatique. Toute cette liste d’indication nous prouve que les indications de la technique sont nombreuses mais également que les principales indications sont différentes selon qu’on soit à Paris ou à Dakar. Cette différence trouverait son Tableau III : Niveau de connaissance des médecins sur la durée du traitement Indication Durée Niveau de connaissance général Service qui a le plus de connaissance TVP TVS Troubles trophiques 2 ans et plus selon les signes 2 ans et plus selon les signes selon les signes 14,9 % 4% 3% Cardiologie 58,2% Chirurgie CV 20% Chirurgie CV 40% Lymphœdème aussi longtemps que possible selon les signes voire toute la vie 10,6% Chirurgie CV 60% ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 3
  4. 4. © Éditions ESKA, 2012 4 PHLÉBOLOGIE explication par des considérations épidémiologiques des pathologies veineuses et lymphatiques, des considérations en rapport avec la formation des médecins et l’éducation de la population (motifs et délais de consultation). Les médecins prescrivaient plus les bas que tout autre produit. Il faut cependant dire que le terme de bas désignait pour la plupart des médecins, tous les produits de compression en dehors des bandes. Cette confusion n’a pas grande incidence pour les patients dans la mesure où la principale structure (DELTA MEDICAL) qui assure la distribution des produits donne un type de compression adapté selon le niveau d’atteinte du membre, la couleur de peau, les mensurations, tout en se basant sur la classe prescrite par le médecin traitant (ils sont souvent amenés à appeler le médecin traitant). Les connaissances des médecins à Dakar sur les différents aspects de cette technique étaient faibles, cependant certains services s’en sortaient mieux : la chirurgie cardiovasculaire, la cardiologie et la dermatologie. Cette différence était probablement due à la formation spécifique de ces médecins et au fait que ces derniers étaient plus souvent confrontés aux pathologies qui font le lit de la compression veineuse. Dans l’étude rapportée par Vignes aussi, c’était les médecins vasculaires qui avaient plus de connaissances sur les classes [6]. Sur la durée du traitement, les connaissances largement en dessous de la moyenne constituent un frein à la prise en charge de ces pathologies aussi bien pour le suivi du traitement que pour la compliance du patient au traitement. Les médecins eux-mêmes évoquaient les raisons de ce bas niveau de connaissances, attitudes et pratiques de la compression veineuse. Ils ont fait des recommandations qui s’articulent autour de trois principaux aspects : la formation des praticiens, l’éducation des patients, la prévention. Conclusion Les connaissances attitudes et pratiques des médecins sur la compression veineuse ne sont pas bonnes à Dakar. Seuls les médecins exerçant en chirurgie cardio-vasculaire, en cardiologie et en dermatologie avaient une assez bonne maîtrise de ce sujet. Tous les médecins devraient avoir de bonnes connaissances sur la pratique de cette technique. Il semble donc important de diffuser les recommandations ANGÉIOLOGIE, 2012, VOL. 64, N° 3 déjà publiées dans la littérature, de continuer la formation médicale continue et d’établir des protocoles de prise en charge des pathologies veineuses et lymphatiques des membres. Liste des abreviations CV : cardio-vasculaire MTEV : maladie thrombo-embolique veineuse TVP : thrombose veineuse profonde TVS : thrombose veineuse superficielle MPT : maladie post thrombotique Bibliographie [1] Mollard J M, Lance G. Contention/compression élastique. EMC cardiologie-angéiologie 2005; 2 (4) : 547-556. [2] Chauveau M. Effets de la compression sur l’hémodynamique veineuse. In Gardon-Mollard C, Ramelet A-A. La compression médicale. Paris, Masson (2) 2005 :36-40. [3] Partsch H, Flour M, Smith P C. International compression club: indications for compression therapy in venous and lymphatic disease consensus based on experimental data and scientific evidence. Int angiology. 2008; 27 (3): 193219. [4] Raju S, Hollis K, Neglen P. Utilisation des bas de contention dans l’insuffisance veineuse chronique : compliance des patients et efficacité. Ann Vasc Surg 2008 ;21 :790-795. [5] Pannier F, Hoffmann P, Stang A, Jöckel K H, Rabe E. Compliance concernant le traitement par bas médical de compression – Résultats de l’étude de Bonn sur les veines. Phlébologie 2007, 36 : 245-246. [6] Vignes S, Fournier J. Analyse qualitative des prescriptions de compressions élastiques pour pathologies veineuses et lymphatiques des membres inférieurs. J Mal Vasc 2008 ; 33(1) : 12-16. [7] Haute Autorité de Santé. La compression médicale dans les affections veineuses chroniques. 2011. www.hassante.fr. [8] Haute Autorité de Santé. La compression médicale dans le traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse. 2011. www.has-sante.fr. [9] Haute Autorité de Santé. La compression médicale en prévention de la thrombose veineuse. 2011. www.hassante.fr.

×