L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ET LES ENFANTS ENDIFFICULTÉ SCOLAIRE DES QUARTIERS POPULAIRES, FILIÈREDE REMÉDIATION SCOLAIRE OU...
TABLE DES MATIERES   a.      Introduction générale   b.      Choix du sujet   c.      MéthodologiePremière partie : Aux fo...
L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ET LES ENFANTS ENDIFFICULTÉ SCOLAIRE DES QUARTIERS POPULAIRES, FILIÈREDE REMÉDIATION SCOLAIRE OU...
c. Méthodologie                  4
2Il s’agit des aveugles, sourds-muets, enfants hospitalisés et handicapés physiques et également deshandicapés mentaux sév...
Première partie : Aux fondements de l’enseignement spécialisée, les« anormaux d’école »              a. L’émergence de la ...
6 MUEL F., « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale » in Actes de la recherche en sciencessociales, 1, j...
b. Ordre moral et contrôle social9 MUEL F., op. cit. p.66.10 FOUCAULT M., « Surveiller et punir », Gallimard, Paris, 1975....
15 PINEL P., « L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence » in Actes de la Recherche en SciencesSociales, 1995, j...
c. Les impératifs du système de production19 Dr THULIE H., « Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie », Félix...
22 ALALUF M., Le temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail , Institut deSociologie, Soc...
25 BUDE J, « Du sentiment de vérité. Au nom de Dieu ou de la Science », à paraître26 BINET A. Et SIMON T., op. cit., p.193...
32 BINET et SIMON, op. cit., p.2133 BINET et SIMON, op. cit., p.3334 BINET et SIMON, op. cit., p.3435 BINET et SIMON, op. ...
14
Deuxième partie : Enquête auprès de parents et de directricesd’école                Des mères confrontées à l’enseignement...
Le discours de l’enseignement spécialiséL’orientation vers l’enseignement spécialiséL’interprétation des « difficultés sco...
La confusion des types 1 et 8                                17
18
40 BINET et SIMON, op. cit., p. 118. A l’autre extrême, un discours assez similaire et actuel met enperspective les appréh...
La révision du type à l’issue du primaire                                            20
L’examen pluridisciplinaire et l’attestation délivrée par le centre psycho-médico-social(PMS)42BINET et SIMON, op. cit., p...
44 BOCCA M., Histoire de l’enseignement spécial : de la ségrégation vers l’intégration, Mémoire Institut duTravail, Univer...
Les prescriptions de l’enseignement spécialisé48 BEAUCHESNE M.-N.et DE TROYER M., op. cit., p.1549 BINET et SIMON op. cit....
Le Certificat d’Etudes de Base (C.E.B) et l’orientation vers le secondaire52Voir référence législative: Volume I sur Ensei...
25
Profil de la population de l’enseignement spécialiséLe profil des élèvesLe quartier de Cureghem (lieu de l’enquête) situé ...
L’enseignement spécialisé dans son rapport avec le milieu social53   BINET et SIMON, op. cit. p.14.                       ...
54 BINET et SIMON, op. cit. p. 11755 Ibidem56 Ibidem57 Ibidem58 Ibidem59 BERNSTEIN B., « Langage et classes sociales. Code...
61 BERNSTEIN B., op. cit.62 BERNSTEIN B., op. cit.63 BUDE J., op. cit.64 BUDE J., op. cit.65 BUDE J., op. cit.            ...
30
Conclusion66Prospectus de présentation d’une des écoles où nous avons enquêté                                             ...
67 ALALUF M., Le temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail , Institut deSociologie, Soc...
Bibliographie                33
34
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L’enseignement spécialisé et les enfants en difficulté scolaire

890 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
890
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
260
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L’enseignement spécialisé et les enfants en difficulté scolaire

  1. 1. L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ET LES ENFANTS ENDIFFICULTÉ SCOLAIRE DES QUARTIERS POPULAIRES, FILIÈREDE REMÉDIATION SCOLAIRE OU VOIE DE RELÉGATIONSOCIALE?Sharon GECZYNSKI 1
  2. 2. TABLE DES MATIERES a. Introduction générale b. Choix du sujet c. MéthodologiePremière partie : Aux fondements de l’enseignement spécialisée, les « anormaux d’école »......................................................................................................................................... 6 a. L’émergence de la scolarité obligatoire b. Ordre moral et contrôle social c. Les impératifs du système de productionDeuxième partie : Enquête auprès de parents et de directrices d’école............................ 15 Des mères confrontées à l’enseignement spécialisée Le discours de l’enseignement spécialisé L’orientation vers l’enseignement spécialisé ................................................................... 16 L’interprétation des « difficultés scolaires » par les directrices d’écoles spéciales......... 16 La confusion des types 1 et 8 ........................................................................................... 17 La révision du type à l’issue du primaire .......................................................................... 20 L’examen pluridisciplinaire et l’attestation délivrée par le centre psycho-médico-social (PMS) ................................................................................................................................ 21 Les prescriptions de l’enseignement spécialisé ............................................................... 23 Le Certificat d’Etudes de Base (C.E.B) et l’orientation vers le secondaire ....................... 24 Profil de la population de l’enseignement spécialisé Le profil des élèves ........................................................................................................... 26 Le quartier de Cureghem (lieu de l’enquête) situé dans son contexte bruxellois . ......... 26 L’enseignement spécialisé dans son rapport avec le milieu social .................................. 27Conclusion ...................................................................................................................... 31Bibliographie .................................................................................................................. 33 2
  3. 3. L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ET LES ENFANTS ENDIFFICULTÉ SCOLAIRE DES QUARTIERS POPULAIRES, FILIÈREDE REMÉDIATION SCOLAIRE OU VOIE DE RELÉGATIONSOCIALE? a. Introduction générale b. Choix du sujet 3
  4. 4. c. Méthodologie 4
  5. 5. 2Il s’agit des aveugles, sourds-muets, enfants hospitalisés et handicapés physiques et également deshandicapés mentaux sévères. Cette classification comporte huit types. 5
  6. 6. Première partie : Aux fondements de l’enseignement spécialisée, les« anormaux d’école » a. L’émergence de la scolarité obligatoire3 ARIES PH., L’Enfant et la Famille sous l’Ancien Régime cité par PINELL P. ET ZAFIROPOULOS M., « Un siècle d’échecs scolaires (1882-1982) » , Collection politique sociale, Les éditions ouvrières, Paris,1983. p.23.4 PINELL P. ET ZAFIROPOULOS M., op. cit., p.23.5 PINELL P. ET ZAFIROPOULOS M., op.cit p.24. 6
  7. 7. 6 MUEL F., « L’école obligatoire et l’invention de l’enfance anormale » in Actes de la recherche en sciencessociales, 1, janvier 1975, p.697 MUEL F., op. cit., p.74.8 ALALUF M., « Fonction graphique, orientation professionnelle et qualification du travail : comportementsindividuels et structures sociales dans l’œuvre de Pierre Naville » in L’orientation scolaire etprofessionnelle, 1997, 26, n°2, p.252. 7
  8. 8. b. Ordre moral et contrôle social9 MUEL F., op. cit. p.66.10 FOUCAULT M., « Surveiller et punir », Gallimard, Paris, 1975.11 Léon Bourgeois cité par MUEL F., op.cit p. 62. Léon Bourgeois est président de la commission de1904 sur les classes spéciales et il apparaît comme un représentant exemplaire de la classe politique del’époque. C’est également lui qui a préfacé le rapport de la Commission rédigé par BINET et SIMONpublié sous la forme d’un guide d’admission des enfants anormaux dans les classes deperfectionnement.12 Quelques exemples de ces Sociétés (françaises) d’éducation sociale : Société des parents éducateurs,Société d’encouragement au bien, Société de propagande coloniale, Alliance d’hygiène sociale, Unionfrançaise antialcoolique, Ligue française de la moralité publique et aussi la fameuse Société pourl’Etude Psychologique de l’Enfant d’Alfred BINET.13 MUEL F., op. cit., p.6214 Discours de Casimir Périer au Congrès de prévention sociale, Milan, 1906 cité par MUEL F., op.citp.63. 8
  9. 9. 15 PINEL P., « L’invention de l’échelle métrique de l’intelligence » in Actes de la Recherche en SciencesSociales, 1995, juin, p.2716 L’enfant, 1891 cité par MUEL F., op.cit., p.6617 BINET S. Et SIMON T., Les enfants anormaux. Guide pour l’admission des enfants anormaux dans lesclasses de Perfectionnement, 6e Edition 1934 (Ed. originale 1904), p.1 et 2.18 Les premiers travaux de la Société libre pour l’Etude de la Psychologie de l’Enfant (la SLEPE)traitent du mensonge. 9
  10. 10. c. Les impératifs du système de production19 Dr THULIE H., « Le dressage des jeunes dégénérés ou orthophrénopédie », Félix Alcan, Paris, 1900, p.620 MUEL F., op.cit., p.6921 FORD H., « My life and work, London », Heinemann, 1923, p.103 cité par BUDE J. in « Du sentimentde vérité: au nom de Dieu ou de la Science », à paraître. 10
  11. 11. 22 ALALUF M., Le temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail , Institut deSociologie, Sociologie du travail et des organisations, Editions de l’Université Libre de Bruxelles, 1986,p.7823 Dr. JACQUIN J., « De l’assistance et de l’éducation des enfants arriérés » Rapport au 3ème Congrèsd’assistance publique et de bienfaisance privée, Bordeaux, 1903. Cité par MUEL F., op.cit., p. 6224 Seguin cité par MUEL F., op. cit., p.62 11
  12. 12. 25 BUDE J, « Du sentiment de vérité. Au nom de Dieu ou de la Science », à paraître26 BINET A. Et SIMON T., op. cit., p.19327 BINET A. Et SIMON T., op. cit., p.17128 Malgré tout l’intérêt qu’on a pu porter, à cette époque, à l’enseignement spécialisé, ce n’estseulement qu’après la seconde guerre mondiale et l’explosion scolaire qui lui est contemporaine, queles écoles spéciales vont réellement prendre de l’ampleur.29 En Belgique, c’est la société pour la protection de l’enfance anormale qui, la première, posel’épineuse question du nombre d’anormaux. Cette société est créée en 1901. Son but est de favoriser lacréation et le développement des œuvres destinées aux déshérités physiques et intellectuels.30 BINET ET SIMON, op. cit., p.14.31 BINET ET SIMON, op. cit, p.22 12
  13. 13. 32 BINET et SIMON, op. cit., p.2133 BINET et SIMON, op. cit., p.3334 BINET et SIMON, op. cit., p.3435 BINET et SIMON, op. cit., p.3436 BINET et SIMON, op. cit., p.35 13
  14. 14. 14
  15. 15. Deuxième partie : Enquête auprès de parents et de directricesd’école Des mères confrontées à l’enseignement spécialisée37 Certaines familles de milieux populaires comptent parfois plusieurs de leurs enfants dans cettefilière.38 TREMBLAY P., WOLFS J.-L., DETRAUX JJ (2007), “Enquête longitudinale portant sur l’orientationdes élèves sortants de l’enseignement spécialisé primaire de type 8 en Wallonie, Congrès internationalAREF 2007(Actualité de la Recherche en Education et en Formation, Strasbourg. 15
  16. 16. Le discours de l’enseignement spécialiséL’orientation vers l’enseignement spécialiséL’interprétation des « difficultés scolaires » par les directrices d’écoles spéciales39Prospectus de présentation d’une des écoles où nous avons enquêté 16
  17. 17. La confusion des types 1 et 8 17
  18. 18. 18
  19. 19. 40 BINET et SIMON, op. cit., p. 118. A l’autre extrême, un discours assez similaire et actuel met enperspective les appréhensions de BINET, celui de certaines écoles élitistes qui se targuent du fait que80% de leurs élèves réussissent à l’université en occultant la sélection qu’ils ont opéré au sein de leurpopulation scolaire pour parvenir à un tel résultat.41 BINET et SIMON, op. cit., p.119 19
  20. 20. La révision du type à l’issue du primaire 20
  21. 21. L’examen pluridisciplinaire et l’attestation délivrée par le centre psycho-médico-social(PMS)42BINET et SIMON, op. cit., p.5743La loi de juin 1983 relative à la prolongation de l’obligation scolaire limite à huit années la durée dela scolarité dans l’enseignement fondamental. Elle contribue à masquer les problèmes des « retardéspédagogiques », sans toutefois le résoudre 21
  22. 22. 44 BOCCA M., Histoire de l’enseignement spécial : de la ségrégation vers l’intégration, Mémoire Institut duTravail, Université Libre de Bruxelles, 1987, p.78.45 BINET et SIMON, op. cit. p. 10346 BEAUCHESNE M.-N. et DE TROYER M., « L’adéquation entre l’offre et la demande d’enseignementspécial en province de Luxembourg », Centre de Sociologie et d’Economies Régionales, Rapport derecherche, Avril 1996, p. 14.47 BEAUCHESNE M.-N.et DE TROYER M., op.cit., p.11 22
  23. 23. Les prescriptions de l’enseignement spécialisé48 BEAUCHESNE M.-N.et DE TROYER M., op. cit., p.1549 BINET et SIMON op. cit., p. 5450 Ibidem51 Ibidem 23
  24. 24. Le Certificat d’Etudes de Base (C.E.B) et l’orientation vers le secondaire52Voir référence législative: Volume I sur Enseignement Spécial fondamental et secondaire (Rose)(12/04/2001) (Directives et recommandations pour l’année scolaire 2001-2002): Circulaire n° 9(ORG/2001-2002/9) relative à la délivrance du CEB dans l’enseignement spécial : Au primaire pourtous les types sauf le type 2. En forme 2 et en forme 3: au terme de chaque année scolaire sur décisiondu Conseil de Classe. En forme 4: au terme de la 1ère B ou de la 1ère A (cf. enseignement ordinaire) auterme de la 2ème certificat équivalent. 24
  25. 25. 25
  26. 26. Profil de la population de l’enseignement spécialiséLe profil des élèvesLe quartier de Cureghem (lieu de l’enquête) situé dans son contexte bruxellois. 26
  27. 27. L’enseignement spécialisé dans son rapport avec le milieu social53 BINET et SIMON, op. cit. p.14. 27
  28. 28. 54 BINET et SIMON, op. cit. p. 11755 Ibidem56 Ibidem57 Ibidem58 Ibidem59 BERNSTEIN B., « Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social », Les Editions deMinuit, Paris, 1975.60 BERNSTEIN B., op. cit. 28
  29. 29. 61 BERNSTEIN B., op. cit.62 BERNSTEIN B., op. cit.63 BUDE J., op. cit.64 BUDE J., op. cit.65 BUDE J., op. cit. 29
  30. 30. 30
  31. 31. Conclusion66Prospectus de présentation d’une des écoles où nous avons enquêté 31
  32. 32. 67 ALALUF M., Le temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail , Institut deSociologie, Sociologie du travail et des organisations, Editions de l’Université Libre de Bruxelles, 1986,p.9468 BUDE J., op. cit. 32
  33. 33. Bibliographie 33
  34. 34. 34

×