B enq quant

693 vues

Publié le

Publié dans : Technologie, Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
693
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

B enq quant

  1. 1. "QUELLES FORMATIONS AUX TIC POUR LA RÉUNION ?" ENQUÊTE QUANTITATIVE ANALYSE DES QUESTIONNAIRES (MAI 2002)
  2. 2. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » Enquête quantitative Analyse des questionnaires Sommaire1. Modalités de l’enquête quantitative 4 1.1. Objectifs 4 1.2. Méthodologie 4 1.3. Gestion 5 1.3.1. Le questionnaire 5 1.3.2. Bilan des retours 6 1.4. Segmentation de la cible 7 1.5. Modalités de présentation des résultats 82. Le métier 9 2.1. Éléments de gestion 9 2.1.1. Chiffre d’affaires 9 2.1.2. Infrastructure 11 2.1.2.1. Postes de travail 2.1.2.2. Connexion Internet 2.1.3. Sources de financement 13 2.2. Type d’activité 14 2.3. Compétences pour assurer le développement 14 2.4. Ressources pour conduire la stratégie 16 2.5. Perception de la globalisation de la formation 16 2.6. Synthèse et diagnostic 163. Les services 18 3.1. Moyens utilisés pour faire connaître le service 18 3.2. Modalités d’accueil des apprenants 18 3.2.1. Espaces d’accueil 18 3.2.2. Outils d’orientation 18 3.2.3. Facilités d’accès à la formation 19 3.2.4. Références de l’organisme 19 3.3. Condition de déroulement de la formation 19 3.3.1. Locaux 19 3.3.2. Formes pédagogiques 19 3.3.3. Utilisation des TICE 20 3.4. Profil des formateurs 20 3.4.1. Formateurs permanents 20 3.4.2. Formateurs occasionnels 21 « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 2
  3. 3. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 3.5. Contrôle de la qualité de la formation 21 3.6. Offre de formation et métiers 22 3.7. La vision des organismes 22 3.7.1. En terme d’ouverture sur l’extérieur 22 3.7.2. En terme d’ouverture sur l’apprenant 22 3.8. Synthèse et diagnostic 234. Les usages 26 4.1. La formation 26 4.1.1. Volume de clients traités 26 4.1.2. Type de formations vendues 26 4.2. Les apprenants 27 4.2.1. Profil des apprenants 27 4.2.1.1. Niveau d’études des apprenants 4.2.1.2. Origine des apprenants 4.2.2. Devenir des apprenants après la formation 28 4.2.2.1. Secteurs d’intervention 4.2.2.2. Fonctions exercées 4.2.3. Modalités de prise en compte des apprenants 30 4.2.4. Approche pour une « formation sans couture » 30 4.3. Synthèse et diagnostic 305. Point de vue des organismes de formation 32 5.1. Difficultés au développement 32 5.2. Connaissance des dispositifs d’aides au développement 33 5.3. Les attentes des organismes de formation 34 5.4. Synthèse et diagnostic 366. Conclusion 36 6.1. Synthèse globale 36 6.1.1. Le métier 36 6.1.2. Les services 37 6.1.3. Les usages 38 6.1.4. Le point de vue des organismes 39 6.2. Analyse complémentaire 39Annexes : • Questionnaire • Lettre d’accompagnement du Conseil Régional « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 3
  4. 4. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 1. Modalités de l’enquête quantitative 1.1. ObjectifsL’objectif de l’enquête qualitative était de collecter des informations sur les organismesproposant des formations aux Technologies de l’Information et de la Communication.De façon plus précise, citant le cahier des charges de l’appel d’offres « Quelles formationsaux TIC pour La Réunion ? » lancé par le Conseil Régional, il s’agissait d’obtenir « Au niveau local par le biais d’une enquête par voie de questionnaire » des informations de deux types :Informations générales • Type de structure, date de création, capital, évolution de l’activité sur les 3 dernières années • Évolution de l’offre de formation • Évolution de la masse salariale et types de contrats des formateurs • Les compétences existantes dans les TIC • Les ressources matériellesInformations stratégiques • Activités de l’organisme • Programmes et services proposés • Activités porteuses de l’organisme • Activités en déclin • Diversification ou repositionnement opéré • Diversification ou repositionnement à venir • Partenariats, sous-traitances, franchises 1.2. MéthodologieCitons quelques extraits de la réponse de TELINOVA à l’appel d’offres « Quellesformations aux TIC pour La Réunion ? »« Les bases dun plan stratégique partent du marché et permettent de mener unedémarche "entreprise". À cet effet, trois composantes de loffre devront êtreparticulièrement surveillées, celles qui permettent de fournir plus de réactivité, decompétitivité et de durabilité aux services de formation produits dans la Région. ….Le questionnaire quantitatif auprès des organismes de formation sera construit autour deces grandes lignes et devrait les situer dans le contexte local et global en permettant à laRégion doptimiser son rôle de régulation - aménagement.De manière générale, les questions porteront sur le positionnement de la formation dansle triangle des pôles emprunté au rapport sur la formation continue de septembre 2000remis à la Secrétaire dÉtat des droits de la femme et de la formation continue(www.centre-inffo.fr/rapport_offre.pdf) [AN3]. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 4
  5. 5. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA SERVICES ANTICIPATION RÉGULATION MÉTIERS USAGES RÉACTIVITÉ DURABILITÉCes questions permettront de cerner la sensibilité des acteurs à tels ou tels thèmespouvant faire lobjet de régulations et daménagement en vue dune organisationcohérente du secteur. » 1.3. Gestion du questionnaire 1.3.1. Le questionnaireLe questionnaire que l’on trouvera en annexe [Lien] est organisé selon les trois grandsaxes annoncés : • Le métier • Les services • Les usagesIl comporte une quatrième partie « Votre point de vue » destinée à faire s’exprimer lesorganismes sur leurs difficultés, leurs attentes, leurs projets, il comporte également unenote de présentation et un mode d’emploi détaillé.Le questionnaire, accompagné d’une lettre du Président de Région que l‘on trouvera enannexe [Lien], a été envoyé à 103 organismes proposant dans le cadre de leurs activités,qui peuvent être plus générales, des formations aux TIC. Cette cible initiale quasiexhaustive a été composée à partir du fichier 2001 du CARIF (Centre d’Animation deRessources de l’Information sur la Formation) [www.runformation.org], croisé avecd’autres fichiers (CCIR, PROTEL, ANPE,..). Les organismes pour lesquels nousdisposions d’une adresse électronique ont été destinataires d’une version numérisée quipouvait être utilisée pour la réponse. Le questionnaire pouvait également être téléchargésur le site du Conseil Régional [www.protel.fr]. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 5
  6. 6. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVADix jours après l’envoi du questionnaire une campagne de relance téléphonique a étéréalisée comportant jusqu’à trois relances par organisme et proposant des rendez-voussur site.Après réception des questionnaires renseignés et une première analyse, il est apparuqu’un certain nombre de questionnaires comprenaient des non réponses ou posaientproblème à la vue des tests de cohérence. Une deuxième campagne téléphonique a étéentreprise pour corriger ou compléter ces questionnaires. 1.3.2. Bilan des retoursSur les 103 organismes de la cible initiale et après prise en compte • des entreprises constatées disparues ou aux identifiants (adresse, téléphone, mail) non reconnus. • des erreurs de cibles : organismes non concernés par la formation aux TIC ou dont c’est une activité ponctuelle • des doublons : succursales d’un même organismela cible réelle se réduit à 84 organismes.Tous les organismes de la cible réelle ont été relancés, certains ont exprimé un refusargumenté de répondre, beaucoup qui souhaitaient répondre ont différé, invoquant unmanque de disponibilité, et ont laissé passer les délais impartis.Le nombre de participants effectifs à l’enquête quantitative est de 44, ce qui correspond àun taux de participation de 52,4 %.Dans la suite de l’analyse, les organismes de formation initiale (Académie, Université dontles IUP et l’IUT, IUFM), qui ont fait l’objet d’une enquête spécifique [Lien], ont été retirés.L’étude quantitative porte donc sur 81 organismes de formation professionnelle, qui serontappelés dans la suite la cible. Pour ces 81 organismes, le nombre de questionnairesretournés est de 41 (51 %).Sur ces 4 1 questionnaires, 3 n’ont pas été retenus : tentatives de correctionsinfructueuses ou activités de formation aux TIC trop récentes. L’analyse quantitative portedonc sur 38 questionnaires, ce qui correspond à 47 % de la cible.Ces données sont résumées dans le tableau ci-dessous : Cible initiale 103 Cible réelle 84 Participants 44 52% Cible (concernée par le questionnaire) 81 Questionnaires retournés 41 51% Questionnaires retenus 38 47% dont questionnaires complets 24 dont questionnaires comportant des non réponses 14 « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 6
  7. 7. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 1.4. Segmentation de la cibleEn fonction des informations disponibles sur le fichier de la cible initiale et aprèsidentification de la cible réelle, nous proposons une segmentation des organismesconcernés essentiellement à partir de leur statut juridique.Nous distinguons ainsi 4 secteurs relativement homogènes : • Le secteur des entreprises individuelles noté dans la suite IND • Le secteur des entreprises ayant un statut de société (essentiellement des SARL) noté par la suite SOC • Le secteur dit institutionnel comprenant les organismes de formation professionnelle o des Chambres consulaires (CCIR, Chambre des Métiers) o du secteur public (GRETA, SCFP, …) L’AFPAR compte tenu de son poids et de son mode de fonctionnement est intégrée à ce secteur. Ce secteur sera par la suite noté INST • Le secteur des associations 1901 noté par la suite ASS Les secteurs IND et SOC seront dans l’analyse quelquefois regroupés pour constituer le secteur des entreprises privées noté PRIV Répartition du nombre dorganismes de la cible par segment INST : 8 10% IND : 28 ASS : 12 37% 15% SOC : 33 38%Le secteur privé représente 75 % des organismes, il s’agit pour l’essentiel de petites etmicro entreprises. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 7
  8. 8. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 1.5. Modalités de présentation des résultats • Taux de réponses par segmentAu vue du graphique ci-dessous on constate que les taux de réponses sont très inégauxsuivant les segments, en particulier les entreprises individuelles se sont relativement peumobilisées pour cette enquête. Répartition du nombre de réponses par segment INST : 8 100% ASS : 6 50% 45% SOC : 15 IND : 9 32% 0% 20% 40% 60% 80% 100% • Prise en compte des réponses contenant des données quantitativesLes données quantitatives (chiffre d’affaires par exemple), seront, à partir des donnéesdéclarées par répondant, extrapolées par segment aux non-répondants, puis toujours parsegments, extrapolées à l’ensemble de la cible.Les autres réponses seront présentées en pourcentage à partir des répondants. • Présentation des résultats par segmentAfin de mesurer au mieux la spécificité de chaque segment, les résultats seront la plupartdu temps décomposés par segment. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 8
  9. 9. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 2. Le métier 2.1. Éléments de gestion 2.1.1. Chiffre d’affairesLes organismes de la cible sont pour l’essentiel polyvalents. Le secteur institutionnel estspécialisé dans la formation, son implication dans la formation aux TIC est relativementrécente. Les associations sont en général orientées formation et action sociale, c’estsouvent sous ce volet d’activités qu ‘elles participent à la formation/sensibilisation aux TIC.Le secteur privé est beaucoup plus spécialisé TIC, son activité concerne la formation maisaussi les services, en particulier pour le segment des entreprises individuelles.Nous avons donc considéré d’une part le chiffre d’affaires relatif à l’ensemble des activitésde l’organisme, appelé CA GLOBAL, d’autre part le chiffre d’affaires concernant lesactivités de formation aux TIC appelé CA TIC. • Évolution du chiffre d’affaires Évolution du chiffre daffaires pour la cible en KE 84 001 90 000 74 974 76 833 80 000 70 000 60 000 50 000 40 000 30 000 8 491 10 365 13 527 20 000 10 000 0 1999 2000 2001 CA GLOBAL CA TICOn constate une évolution sensible (22 %, 31 %) des activités de formation aux TIC. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 9
  10. 10. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA • Analyse par segment Répartition du chiffre daffaire 2001 pour la cible par segment en KE 84 001 90 000 80 000 70 000 58 797 60 000 50 000 40 000 30 000 20 000 13 527 8 123 11 081 6 000 5 247 10 000 2 151 2 792 3 338 0 TOTAL IND SOC ASS INST CA GLOBAL CA TICPrécisons, par segment, le poids de l’activité de formation aux TIC par rapport àl’ensemble des autres activités. Pourcentage du chiffre daffaires 2001 de lactivité de formation TIC par rapport au chiffre daffaires global par segment 40% 35% 30% 25% 34% 30% 20% 36% 15% 16% 10% 9% 5% 0% TOTAL IND SOC ASS INSTLe secteur privé et les associations consacrent une part importante de leurs activités à laformation aux TIC. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 10
  11. 11. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAPour chaque segment, on peut rapprocher le poids (nombre d’organismes dusegment/nombre total d’organismes de la cible) du pourcentage de chiffre d’affaires TICréalisé. Comparaison, pour chaque segment, du poids (nombre dorganismes) et du CA TIC réalisé 39% INST 10% 25% ASS 15% 36% PRIV 75% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% Nombre dentreprises Chiffre daffaires TICOn constate que les barres des secteurs INST et PRIV sont pratiquement inversées 2.1.2. Infrastructure 2.1.2.1. Postes de travailPour la cible, le nombre de postes informatiques estimé est de 1343 ainsi répartis : Nombre de postes informatiques consacrés à la formation TIC par segment 757 800 700 600 500 306 400 240 300 200 40 100 0 IND SOC ASS INST « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 11
  12. 12. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVACe qui donne en moyenne pour chaque segment : Nombre moyen de postes informatiques disponibles par entreprise pour chaque segment 82,8 90,0 80,0 70,0 60,0 50,0 40,0 20,0 30,0 9,3 20,0 1,4 10,0 0,0 IND SOC ASS INSTLe parc est relativement récent : 53 % des postes déclarés ont moins de 2 ans.Les postes de travail sont répartis en 130 salles : Répartition des salles par segment 60 51 50 42 40 28 30 20 9 10 0 IND SOC ASS INSTSur les 36 répondants à cette question, 7, soit 19 %, déclarent ne pas posséder de postesde travail en propre. Sur les 29 répondants disposant de postes informatiques, 21, soit72% , disposent d’un réseau local. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 12
  13. 13. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 2.1.2.2. Connexion à Internet RNIS ADSL Autre 38% 41% 21% Seulement 80 % des répondants déclarent disposer d’une connexion Internet avec des modes de connexion ainsi répartis 2.1.3. Modalités de financement des formations TICOn trouvera ci-dessous le pourcentage (par rapport au CA TIC 2001) d’actions financéespar • la commande publique • les entreprises privées • les commandes individuelles Origine des financements par segment INST 71% 13% 16% ASS 89% 3% 8% SOC 48% 37% 15% IND 34% 56% 11% TOTAL 57% 30% 14% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Commande publique Entreprises privées Commandes individuelles Dans le cas où les organismes ont bénéficié de financements publics, la répartition des financements suivant l’origine • État • Région • Autres collectivités (Conseil Général, Communes,…) • Autres est détaillée ci-après par segment : « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 13
  14. 14. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA Répartition des financements publics INST 20% 63% 17% 0% ASS 27% 43% 3% 27% SOC 43% 28% 25% 6% IND 30% 30% 11% 29% TOTAL 32% 39% 16% 13% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Etat Région Autres Coll. Autres 2.2. Type d’activités • 100 % des répondants (37) déclarent des activités de distribution de formations réalisées essentiellement à La Réunion • 30 % déclarent exporter ou envisager d’exporter ces activités • 86 % déclarent que cette distribution se fait directement vers les utilisateurs finaux • 19 % déclarent distribuer aussi pour des intermédiaires. 2.3. Compétences pour appuyer le développement • Parmi les répondants (38), 71 % déclarent proposer des formations au-delà desformations de base (Prise en main de l’ordinateur, utilisation d’Internet, outils bureautiquesde base, …). • À la question, « Classer par ordre de priorité (1,2,3, …) les domaines de la liste ci-dessous Multimédia, production (Étiquette : « Multimédia ») Audiovisuel, production (Étiquette : « Audiovisuel ») Télécommunications, réseaux-administration-sécurité (Étiquette : « Réseaux ») Langages de programmation, développement (Étiquette : « Prog.-Dével. ») Bases de données-sécurité (Étiquette : « BD ») Progiciels spécialisés (ERP, P2P, ASP,..) (Étiquette : « Progiciel ») Internet-Entranet-WEB (Étiquette : « Internet ») E-commerce (Étiquette : « e-commerce »)pour lesquels l’organisme dispose de compétences lui permettant de répondre à unedemande de formation », on obtient les réponses suivantes : « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 14
  15. 15. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA Domaines de compétence des organismes 5% e-commerce 0% Progiciels 8% 3% 8% Audiovisuel 5% 16% Prog.-dével. 3% 21% Systèmes 8% 29% Réseaux 13% 32% BD 11% 37% Multimédia 21% 50% Internet 18% 53% Bureautique 32% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% Classsés 1 Classés 1,2 ou 3Le niveau* (voir encadré ci-après) possible d’intervention par domaine devait être précisé,le nombre de réponses par domaine est présenté ci-dessous : Niveau de compétence par domaine e-commerce 6 7 2 Progiciels 7 4 0 Audiovisuel 3 1 1 Prog.-Dével. 8 6 3 Systèmes 9 7 4 Réseaux 10 10 3 BD 15 12 4 Multimédia 9 8 4 Internet 24 16 7 Bureautique 21 15 11 0% 20% 40% 60% 80% 100% C1-C2 C3-C4 C5On constate que • les compétences dans les domaines de la bureautique et de l’Internet sont affichées par 50 % des organismes • les compétences en réseaux, systèmes, développement sont modestes « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 15
  16. 16. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA • peu de compétences déclarées en niveau C5* La notion de niveau renvoie à l’encadré ci-après extrait du questionnaireCatégorisation non normalisée mais très souvent rencontrée dans les catalogues.Par sensibilisation (noté C1) on entend des formations souvent groupées (de lordre de 1à 3 jours) qui permettent deprésenter un domaine (Internet,...) ou/et un applicatif (Outlook Express,...) et den montrer les applications possiblesPar initiation (imprégnation) (noté C2) on entend des formations courtes (de lordre de 40 h) permettant de saisir leséléments de base en vue dutiliser une application, une méthode, un manuel dutilisation.Par perfectionnement (certification) (noté C3) on entend des formations (de lordre de 40h et plus) qui permettent derentrer dans un niveau avancé des notions, méthodes ou applicatifs enseignés et de les utiliser en situation.Par spécialisation (noté C4) on entend des formations (de lordre de 100 h et plus) qui ont pour but dapporter un savoiren vue dun métier donnéPar formations spécifiques (C5) on entend les autres formations lourdes (diplômantes, préparations aux concours, surmesure,...) . 2.4. Ressources pour conduire la stratégieSur les répondants (37) • 38 % déclarent participer à des programmes européens • 30 % déclarent participer à des associations professionnelles • 46 % déclarent disposer de labels ou de signes de reconnaissance de mérites. 2.5. Globalisation de la formationSur les répondants (37) à la question « Que signifie pour vous la globalisation de laformation ? », parmi les réponses proposées • 14 % choisissent des « changements d’échelles en production plus industrielle » • 54 % choisissent des « réorientations concernant les méthodes pédagogiques » • 68 % choisissent des « alliances au plan régional et international »Un organisme cite le développement du e-learning, un autre la généralisation de la sous-traitance. 2.6. Synthèse et diagnosticÀ partir de la segmentation proposée pour l’appareil de formation professionnelle dans ledomaine des TIC, on peut dégager deux grands secteurs• Le secteur « assisté » (segment institutionnel et associations 1901) qui regroupe 25% des organismes et réalise 64% du chiffre d’affaires• Le secteur privé (sociétés et entreprises individuelles), composé de petites et micro entreprises qui regroupe 75 % des organismes et réalise 36 % du chiffre d’affaires.Le secteur privé devrait prendre une part de marché plus importante en agissant surl’organisation de la profession, en s’appuyant sur des infrastructures mutualisées, ens’ouvrant davantage sur le marché extérieur. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 16
  17. 17. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVALe marché est soutenu par la commande publique qui représente 57% des financementspour l’ensemble des organismes et de l’ordre de 80 % des financements pour lessegments INST et ASS.L’outil de travail (postes informatiques) est convenable et relativement récent bienqu’inégalement réparti entre les deux secteurs, les connexions à l’Internet restentinsuffisantes en terme de nombre, de débit, de réseau local. Un poste de travail génère 10KE de chiffre d’affaires par an , on peut s’interroger sur la possibilité de faire croître cesrecettes par le développement de formations à plus fortes valeurs ajoutées.Les compétences déclarées concernent essentiellement les domaines de base(bureautique, Internet) et assez peu les domaines plus pointus de l’informatique(Systèmes, BD,..) ou les applications avancées de l’Internet (e-commerce). Le niveau decompétences reste modeste (Sensibilisation, perfectionnement, spécialisation) et neconcerne pratiquement pas le haut niveau. Un effort important de formation desformateurs y compris au plus niveau et dans les secteurs de pointe doit être entreprisd’urgence.Les activités ne concernent pratiquement que la distribution sur La Réunion. Il convient des’ouvrir sur le marché extérieur, et de développer par des mesures d’accompagnementconcrètes le secteur de la production.On prend acte d’une volonté affirmée de collaborations et d’alliances, indice certain dedynamisme et d’esprit d’ouverture.En résumé, un appareil de formation avec un bon potentiel, quelque part sous utilisé, àconforter par un suivi de la politique d’investissement, un renforcement des compétences,le développement des activités de production, une structuration du marché avec uneouverture vers l’extérieur. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 17
  18. 18. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 3. Les services 3.1. Moyens utilisés pour faire connaître les servicesSur 38 répondants • 80 % utilisent un ou plusieurs des moyens suggérés dans le questionnaire et ce dans les proportions suivantes. Publicité dans des revues spécialisées 32% Publicité dans les journaux locaux 34% Si publicité le budget moyen est de : 5 000 € Édition dun catalogue 45% Site Web 47% • Sont également cités l’aspect relationnel (« bouche à oreille »), le démarchage, l’ANPE et les Missions locales. 3.2. Modalités d’accueil des apprenants 3.2.1. Espaces d’accueilSur 38 répondants • 66 % déclarent disposer d’un bureau d’accueil permanent • 32 % (8 INST, 3 SOC, 1 ASS) déclarent disposer de plusieurs bureaux d’accueil répartis dans l’île. • Aucun organisme dispose d’un numéro vert • 26 % déclarent disposer d’un module d’accueil sur leur site WEB. 3.2.2. Outils d’orientationPour 38 répondants, les outils proposés pour orienter l’apprenant dans son choix deformation se déclinent ainsi par ordre d’importance. Mise à disposition de résumés de cours 74% Entretien avec des conseillers 58% Explicitation des pré-requis nécessaires 47% Explicitation des qualifications obtenues par la formation 47% Mise à disposition de la liste des formateurs 45% Accès à des pré-tests 37% Mise à disposition de démonstrations sur WEB ou CD 34% Établissement dun bilan de compétences 32% Mise à disposition dun annuaire des anciens apprenants 21% « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 18
  19. 19. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAOn constate que • les plus souvent cités sont les plus conventionnels. • le bilan de compétences ainsi que la référence aux anciens apprenants sont relativement peu pratiqués. 3.2.3. Facilités d’accès à la formationPour les 38 répondants, les efforts faits pour faciliter l’accès de la formation aux clientssont relativement modestes. Délai dattente inférieur à 1 mois 37% Facilités de paiement 34% Dispositif de fidélisation 24% Service de placement associés à la formation 21% 3.2.4. Références de l’organismeSur les 38 répondants • 45 % déclarent disposer de références (Grandes sociétés , PME, …) Locaux en propre (propriété ou location) 58% Locaux partagés (mutualisés) de façon permanente 21% Locaux loués au coup par coup 24% Formations pratiquées sur le site des entreprises clientes 66% Formations à disposition en intranet dans les entreprises 8% 3.3. Conditions de déroulement de la formation 3.3.1. LocauxPour les 38 répondants l’accessibilité aux locaux se décrit ainsi Travaux dirigés et pratiques 89% Travail individuel avec tuteur 63% Cours magistraux 61% Études de cas 61% Stages en situation 50% Jeux de rôle, simulation 39% Séminaires 34% 3.3.2. Formes d’interventions pédagogiquesPour les 38 répondants, on constate que • les formes d’interventions pédagogiques déclarées restent en relativement classiques. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 19
  20. 20. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 3.3.3. Supports pédagogiquesPour 38 répondants les supports pédagogiques les plus couramment utilisés sont lessuivants : Polycopiés créés pour la formation 79% Manuels existants 66% Projection de transparents 53% Projection numérique 45% dont au format Power Point 53% dont au format HTML 34% 3.3.4. Utilisation des TICESur 38 répondants, 50 % déclarent utiliser les TICE dans leurs formations. L’utilisation desoutils, présentée ci-dessous, reste cependant modeste. Cours sur WEB intégrés aux formations 42% Liaisons par mail entre apprenants et formateurs (tutorat à distance) 37% Connexion à des centres de ressources 29% Intervention de formateurs extérieurs (métropole, international,..) 16% Utilisation doutils de travail de groupe (groupware) 16% Utilisation de la visioconférence 8% 3.4. Profil des formateurs 3.4.1. Formateurs permanentsLe nombre de formateurs permanents TIC en 2001 estimé pour la cible est décrit ci-dessous : Nombre de formateurs TIC permanents par segment 160 140 120 100 154 80 60 40 47 35 36 20 36 0 TOTAL IND SOC ASS INST « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 20
  21. 21. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVASur la base de 33 répondants, le niveau d’étude des formateurs permanents ainsi que letype de contrat sont précisés ci-dessous :Niveau BAC ou moins 8% CDI 35%Niveau BAC + 2 / 3 53% CDD 34%Niveau BAC + 4 ou plus 39% Autre 33% 3.4.2. Formateurs occasionnelsSur l’ensemble de la cible, on estime à 246 le nombre d’intervenants occasionnels, celacorrespond à un nombre d’heures d’intervention détaillé par segment ci-dessous : Nombre dheures de formation assurées par des occasionnels par segment 30 000 28 020 25 000 20 000 13 104 15 000 8 203 10 000 5 369 5 000 1 344 0 TOTAL IND SOC ASS INSTOn constate que • 82 % des intervenants viennent du milieu de l’enseignement. 3.5. Contrôle de la qualité de la formation Sur les 38 répondants, 39 % déclarent avoir au sein de l’entreprise un dispositif de formation des formateurs, 63 % déclarent disposer d’outils d’évaluation du service détaillés ci-dessous : Pratique dévaluation par les apprennants 63% des contenus 63% des formateurs 61% de lenvironnement de travail 58% Relations pour évaluer/adapter le service 37% avec le mode académique 21% avec le monde de lentreprise 50% sous la forme comité de perfectionnement 18% Dispositif de suivi des apprenants 50% « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 21
  22. 22. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 3.6. Offre de formation et métiersDans la question « Le contenu de votre offre de formation 2001 oriente-t-il vers certainsdes métiers suivants ? » était proposée une liste de métiers décomposée en 3 groupes : • Groupe A : Activités spécifiques aux TIC • Groupe B : Activités à forte utilisation TIC • Groupe C : Activités TIC comme supportA partir des répondants (34), on a classé les métiers cités de façon significative enfonction du nombre de citations : C Utilisateur bureautique 79% B Concepteur/intégrateur dapplicatifs multimédia 32% A Informaticien généraliste 29% C Webmaster 29% C Administrateur Bases de données 26% C Agent maintenance matériel 26% A Ingénieurs réseaux 24% C Infographe Internet Multimédia 24% C Analyste/programmeur Internet Multimédia 21% C Métiers du e-commerce 21% A Ingénieur en bases de données 18% A Architecte intranet multimédia 18% B Formateur TICE 18%On constate que • « Utilisateur bureautique » est largement en tête suivi par les métiers liés aux applications Internet • Les métiers du groupe C prédominent : Groupe C 54% Groupe A 31% Groupe B 15% 3.7. La vision des organismes 3.7.1. En terme d’ouverture sur l’extérieurSur 38 répondants on obtient les résultats suivants : « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 22
  23. 23. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA Pensez vous qu’il soit opportun de Non Peut-être Dici 2 ans Indispens. Créer un portail à vocation formation à distance ? 12% 24% 24% 41% Faire appel à des formateurs internationaux ? 29% 40% 11% 20% Pratiquer un métissage des acteurs et des actions ? 0% 13% 63% 25% Pratiquer des échanges et partenariats 0% 11% 18% 71% ……….au niveau régional (ZOI) ? 6% 13% 13% 68% ……….au niveau européen ? 3% 18% 21% 58% ……….au niveau international hors ZOI ? 3% 41% 14% 41%On constate • un souhait de s’afficher via un portail • une forte volonté d’échanges et de partenariats ainsi que d’ouverture sur la zone et l’Europe • une certaine frilosité vis à vis de l’international 3.7.2. En terme d’ouverture sur l’apprenant Quelles sont d’après vous les actions favorables Inutile Facultatif Important Fondament à la personnalisation de l’offre La formation à la carte avec tuteur 3% 8% 42% 47% Lauto-évaluation 0% 14% 61% 25% Lusage des TICE 0% 6% 25% 69% Un contrat de formation avec lapprenant 0% 18% 36% 45%On constate • une volonté de placer l’apprenant au centre. 2.7. Synthèse et diagnosticUn effort est fait pour faire connaître les services offerts. Cependant 47% seulement desorganismes déclarent un site WEB ce qui est nettement insuffisant dans ce milieuxprofessionnel et pour ce type d’activité.L’accueil des apprenants est bien réalisé avec une aide à l’orientation. Cependant, desoutils comme les pré-test, les bilans de compétence, les démonstrations sur WEB ou lesréférences à un annuaire des anciens apprenants pourraient être plus fortement utilisés.Les dispositifs de fidélisation ainsi que les services de placement associès à la formationsont peu pratiqués.On constate une bonne maîtrise des formes d’interventions pédagogiques qui restent enmajorité relativement classiques. Il en est de même pour les supports pédagogiques aveccependant une percée des supports numériques.L’intervention des TICE dans les formation (50 %) se décline essentiellement en termed’utilisation d’outils : 42% des organismes déclarent intégrer des cours sur WEB. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 23
  24. 24. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVALa connexion à des centre de ressources extérieurs , l’utilisation de « groupware », sontpeu pratiquées, 8 % seulement des répondants utilisent la visioconférence.En fait, en terme de e-learning, on en est aux balbutiements. À signaler quelquesopérations intéressantes s’appuyant sur la plate-forme et l’ingénierie de RESINTER. Ilconviendrait de faire une évaluation de ces actions et surtout d’intensifier la formation desacteurs et concepteurs de FOAD. Le nombre de formateurs permanents du secteur de la formation professionnelle aux TICest estimé à 150. Quelques 30 000 heures sont assurées par des formateurs occasionnelsdont 82 % issus du milieu de l’enseignement et seulement 18 % issus du milieu del’entreprise, ce qui est insuffisant pour ce secteur de formation. Le niveau des formateurspermanents est pour moitié BAC+2/3, la création de formations universitaires de hautniveau devrait à terme permettre d’améliorer cette situation.L’évaluation par les apprenants des formations est bien pratiquée (63 %), par contrel’évaluation du service par l’extérieur est moins pratiquée, 18 % seulement desorganismes ayant un comité de perfectionnement .En ce qui concerne les métiers auxquels préparent les formations , c’est l’ « Utilisateurbureautique » qui arrive largement en tête, suivi par les métiers liés aux applications del’Internet. Les métiers les plus souvent cités se rattachent au groupe « Activités TICcomme support », 54 %°, contre 31 % de citations pour le groupe de métiers « Activitésspécifiques aux TIC » et 15 % pour le groupe « Activités à forte utilisation TIC ».Dans les déclarations d’intentions des répondants domine, en terme d’ouverture versl’extérieur, une forte volonté d’échanges et de partenariats et, en terme d’ouverture surl’apprenant, un souhait de placer l’apprenant au centre dans un contexte d’intégration desTICE.En conclusion, on constate un service de bonne qualité qui maîtrise bien les techniquesde formation traditionnelles mais qui doit impérativement évoluer vers l’intégration desTICE et la maîtrise du e-learning. Ce qui devrait être, pour la profession, l’occasion detraiter la demande de base par des méthodes de mises en ligne afin de se consacrer àune offre plus spécialisée dans les domaines spécifiques aux TIC et surtout d’anticiper etd’innover dans la formation aux « nouveaux métiers » de l’Internet. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 24
  25. 25. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 4. Les usages 4.1. La formation 4.1.1. Volume de clients traitésSelon les déclarations des répondants (31) à cette question • le nombre de clients traités en 2001 est de 6 983Si l’on extrapole par segment à la cible • le nombre estimé de clients traités serait de 11 887Ainsi qu’il était précisé dans le questionnaire**, nous utilisons comme indicateur d’activitél’heure-apprenant (HA), appelée aussi heure-stagiaire..Selon les déclarations des répondants (31) à cette question • le nombre d’heures-apprenant en 2001 est de 781 032Si l’on extrapole par segment à la cible • le nombre estimé d’heures-apprenant serait de 1 481 000Cela donne pour les répondants la répartition par segments suivante : TOTAL IND SOC ASS INST 781 032 53 410 84 523 194 015 449 084En extrapolant à la cible on obtient la répartition estimée suivante : Répartition par segment des volumes HA estimés pour la cible 600 000 513 239 465 636 500 000 400 000 249 247 253 569 300 000 200 000 100 000 0 IND SOC ASS INST « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 25
  26. 26. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA**Nous proposons dadopter comme indicateur lheure-apprenant notée HA (une action de formation de 20heures réunissant 10 apprenants correspond à 20H X10A=200 HA)Si pour les répondants on rapproche le nombre d’heures-apprenant traité du chiffred’affaires déclaré on obtient un coût moyen de l’heure-apprenant de 10 €, avec undépassement pour le segment SOC et une sous estimation pour le segment ASS. 4.1.2. Type de formations venduesLes organismes devaient indiquer parmi une liste (voir §2.1) les domaines dans lesquelsils avaient vendu des formations en 2001, il devaient en préciser le niveau (voir §2.1).Sur la base des répondants ( 31) on obtient les informations ci-dessous : Comparaison des ventes par domaine de formation e-commerce 16% Progiciels 16% Audiovisuel 16% BD 23% 23% Prog.-Dével. Réseaux 29% Multimédia 32% Systèmes 39% Bureautique 61% Internet 74% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80%On constate que • 75 % des organismes répondants ont vendu des formations à Internet • 61 % des organismes répondants ont vendu des formations à la bureautique.Le niveau auquel les formations sont vendues est précisé ci-dessous pour l’ensemble desdomaines. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 26
  27. 27. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA Niveau des formations vendues pour lensemble des domaines C5 18 C4 20 C3 53 C2 57 C1 52 0 10 20 30 40 50 60On constate que • les niveaux C1, C2, C3 sont cités très largement (162) • peu de formations de haut niveau ont été vendues. 4.2. Les apprenants 4.2.1. Profil des apprenantsSur la base des répondants (30), on obtient les informations ci-dessous : 4.2.1.1. Niveau d’étude des apprenants Niveau détudes des apprenants Bac +4 3% Bac +2 27% Bac 33% Bac - 37% 0% 10% 20% 30% 40% « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 27
  28. 28. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAOn constate que • 70 % des apprenants concernés n’ont pas fait d’études supérieures 4.2.1.2. Origine des apprenants Origine des apprenants Autres 14% Secteur privé 20% Secteur 27% administratif Demandeurs 39% demplois 0% 10% 20% 30% 40% 4.2.2. Devenir des apprenants après la formationA la question « D’après vous quelles sont les activités menées par les apprenants aprèsla (les) formations suivie(s)», les organismes devaient classer (1,2,3) les 3 plus souventévoquées • dans une liste de secteurs d’intervention • dans une liste de fonctions.Sur les répondants (34), on obtient les classements suivants : « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 28
  29. 29. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 4.2.2.1. Secteurs d’intervention Classement des secteurs dintervention par nombres de citations N°1, N°2 ou N°3 Agriculture Agro-alimentaire BTP Environnement Production audiovisuelle Administration Santé Formation Assurances, banques Communication, publicité Tourisme Commerce 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 4.2.2.2. Fonctions exercées Classement des fonctions exercées par nombres de citation N°1, N°2 ou N°3 Recherche, développement Maintenance Exploitation Vente Gestion Secrétariat 0 5 10 15 20 25On constate que • les formations aux TIC concernent essentiellement le secteur tertiaire • dans les fonctions de gestion de l’entreprise et de vente « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 29
  30. 30. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 4.2.3. Modalités de prise en compte des apprenantsUn certain nombre de modalités participant à la prise en compte du client étaientproposées • Segmentation propre de la clientèle • Outil d’analyse du choix du client • Méthode permettant à l’apprenant de programmer sa formation • Autres dispositifs pour conforter la position des apprenants o Training dans des salles équipées o Mise à disposition de matériel emportable à domicile o Abonnement Internet fourni o Accès à des postes utilisables en self serviceÀ l’exception de l’accès à des postes en self service (20 réponses sur 38) onn’ enregistre pas de réponses significatives. 4.2.4. Approche pour une formation « sans couture »Aucune des modalités proposées • Accès à des plates-formes de simulation (système , réseaux,..) • Formations partagées avec des formateurs extérieurs • Formation « à la carte » avec recours à des moyens pédagogiques loués • Contrats cadre et partenariat avec les entreprisesne fait un score significatif. 4.3. Synthèse et diagnosticLe nombre de clients traités par les organismes en 2001 est voisin de 12 000, ce quicorrespond à 780 000 heures-apprenant. Ce niveau d’activité peux sembler faible etmarginal par rapport à la population active. Il est vrai que la formation aux TIC relèved’une problématique relativement récente et que le taux de croissance du chiffre d’affaires(30%) annonce un développement significatif. Il importe cependant dans le cadre d’unprojet cohérent d’accompagner l’évolution qualitative déjà évoquée par une netteprogression quantitative. Les organismes de formation devraient s’y préparer.Les formations les mieux vendues concernent les formations à l’Internet (75 %) et lesformations bureautiques (61 %). Les niveaux les plus cités sont sensibilisation (C1),initiation(C2), perfectionnement (C3). Le haut niveau n’est pratiquement pas distribué .Le niveau moyen des apprenants est majoritairement celui du BAC ou moins (70 %), lesingénieurs ne sont pratiquement pas concernés par cette offre de formationprofessionnelle. Après leur formation les clients s’orientent (ou reviennent) pour l’essentielvers le secteur tertiaire, principalement dans des fonctions de secrétariat, gestion ouvente. On ne trouve pratiquement aucune citation des secteurs industriels. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 30
  31. 31. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAIl conviendrait de compléter cette offre, très tournée vers les demandeurs d’emplois (39%)par une offre de formation professionnelle de haut niveau susceptible de répondre à la foisaux besoins (mise à jour et anticipation) des personnels en fonction dans les entreprisesainsi qu’au nécessaire besoin de professionnalisation des étudiants sortants de filièresuniversitaires généralistes. Il convient de s’interroger sur le fait qu’il n’y a pas de clientèleémanant du secteur secondaire, ce qui pourrait à terme constituer un handicap pour lacompétitivité de ce secteur.Concernant les modalités de prise en compte de l’apprenant, à l’exception de l’accès àdes postes en self service, on n’enregistre aucune réponses significative, il en est demême pour les dispositifs vers une formation « sans couture ».En conclusion, si les organismes semblent répondre correctement à la demande actuelle,ils doivent anticiper et se donner dès à présent les moyens d’étendre leur activité tant surle plan qualitatif que quantitatif. Ils doivent effectivement intégrer dans leurs usages lesdéclarations d’intentions concernant le recentrage des formations sur l’apprenant. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 31
  32. 32. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 5. Point de vue des organismes de formationCette partie du questionnaire était destinée à faire s’exprimer les organismes sur leursprojets, leurs difficultés de développement, leur niveau de connaissance des aides audéveloppement, leurs attentes vis à vis des décideurs politiques. 5.1. Difficultés au développementÀ la question, « Classer par ordre d’importance (1,2,3, …) les obstacles que vousrencontrez dans le développement des activités de formation de votre entreprise », lesorganismes pouvaient utiliser la liste ci-dessous : • Difficulté pour investir (Etiquette : « Diff. Investis.) • Locaux non disponibles ou trop chers (Étiquette : « Locaux ») • Difficulté pour recruter des formateurs qualifiés (Étiquette : « Qualif. form. » • Coût trop élevé des formateurs (Étiquette : « Coût form. » • Structure du marché (Étiquette : « Struc. marché ») • Paiements tardifs des commandes publiques (Étiquette : « Paiem. tardifs ») • Manque d’informations sur les mesures d’aides (Étiquette « Inform. aides ») • Autres (préciser) :À partir des répondants (36), en utilisant le nombre de réponses classées dans les 3premières (N°1, N°2, N°3) on obtient le classement suivant : Classement des difficultés au développement Locaux 8% Coût form. 31% Inform. aides 39% 39% Struc. marché 44% Qualif. Form. Paiem. Tardifs 47% Diff. investis. 53% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%Sont également citées, la complexité des « rouages administratifs État, Région, Europe »,ainsi que l’« opacité des systèmes de conventions ». « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 32
  33. 33. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 5.2. Connaissance des dispositifs d’aide au développementPour cette question on enregistre 32 répondants 5.2.1. Connaissance de la LOOM• Parmi les répondants 53 % déclarent connaître les mesures prévues dans la LOOM et pouvant aider au développement de leur l’entreprise.• Parmi ceux là, à la question « Pour ce qui concerne votre secteur d’activité ces mesures vous semblent-elles inadaptées, insuffisantes, satisfaisantes, très satisfaisantes », on obtient les réponses suivant : Inadaptées 35% Insuffisantes 35% Satisfaisantes 29% Très satisfaisantes 0%• À la question « quelles propositions concrètes feriez vous pour améliorer ces dispositifs, citons les réponses suivantes : o « mettre le dispositif en application immédiate (2 fois) o « relancer l’activité » o « établir des contrats d’objectifs pluriannuels » o « meilleure accessibilité des aides » o « changer les cultures »… 5.2.2. Connaissance des autres dispositifs 5.2.2.1. Connaissance des dispositifsSur les répondants, seulement 25 % (à un exception près, tous issus des segments INSTet ASS) déclarent connaître les mesures prévues pour le secteur TIC dans les autresdispositifs (CPER, DOCUP, FEDER,…) 5.2.2.2. Pratique des dispositifs o Sur les répondants, 38 %, déclarent avoir demandé à bénéficier d’aides et citent parmi les problèmes rencontrés : « Les problèmes de coordination État-Région » Les retards de paiements : « Attendre 36 mois pour être remboursé conduit tout droit à la cessation d’activité » o Ceux qui n’ont pas demandé d’aides, citent comme raisons les ayant dissuadés : « difficultés pour réunir la contrepartie (50 %) » « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 33
  34. 34. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA « méconnaissance des dossiers » « non éligibilité des SARL » « indépendance vis à vis des pouvoirs public » « favoritisme, problème de la ‘’ goyave de France’’ » « manque de temps » « manque d’information » 5.3. Les attentes des organismesÀ la question, « Classer par ordre de priorité (1,2,3, …) les actions où, d’après vous, desmesures d’aides ou d’interventions des services publics seraient les bienvenues.», lesorganismes pouvaient utiliser la liste ci-dessous : • Modernisation de l’équipement (Étiquette : « Moder. équip. ») • Accessibilité des locaux (Étiquette : « Acc. locaux ») • Création d’un centre ressource spécialisé (Étiquette : « Centre ress ») • Création de salles équipées connectées mutualisées (Étiquette : « Sall. équp. conn. ») • Formation des formateurs (Étiquette : « Form. form. ») • Structuration du marché (Étiquette : «Struc. marché ») • Dispositif de veille sur les nouveaux usages TIC (Étiquette : Disp. veille ») • Développement de formation de haut niveau (Étiquette : « Form. haut niv. ») • Structuration d’une collaboration régionale (Étiquette : « Collab. rég. »)À partir des répondants (37) on obtient, en considérant le taux des réponses classées lesdans les 3 premières (N°1, N°2, ou N°3), le classement suivant : Classement des attentes des organismes Acc. locaux 14% Form. haut niv. 16% Disp. veille 19% Struc. marché 27% Centre ress. 27% Sall. équip. conn. 32% Collab. rég. 35% Form. form. 35% Moder. équip. 38% 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 34
  35. 35. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVASi l’on considère les taux de réponses par segment regroupés en • Secteur privé (SOC+IND) • Secteur aidé (INST+ASS)on constate que • La « Modernisation de l’équipement » et la « Formation des formateurs » sont des priorités partagées par les 2 secteurs ; • La « Structuration du marché (action sur l’offre et la demande) » est une forte priorité du secteur privé. • Les « Salles équipées, connectées, mutualisées », le « Centre ressource spécialisé », la « Collaboration régionale », sont plutôt des priorités du secteur aidé. • Le « Dispositif de veille » et les « Formations de haut niveau » mobilisent peu dans les deux secteurs. 5.4. Synthèse et diagnosticParmi les difficultés rencontrées, les organismes citent en tête les problèmes de typeéconomique « Difficultés à l’investissement » (53 %), « Paiements tardifs » (47 %), puis la« Qualification des formateurs » et à égalité, « La structure du marché » et le « Manqued’informations sur les aides ».Les organismes connaissent effectivement mal les dispositifs prévus dans la LOOM (53%)et très peu les autres dispositifs d’aides (CPER, DOCUP, FEDER, …) programmés dansle domaine des TIC (25 %).Il convient de faire un effort important de sensibilisation-information afin d’exploiter au mieux ces dispositifs en vue de rénover et booster l’appareilde formation.Parmi les domaines dans lesquels les organismes souhaitent une « intervention desservices publics » est cité en tête un problème à incidence économique, la« Modernisation des équipements » (38 %), puis à égalité la « Formation des formateurs »et la « Collaboration régionale », suivi de près par les « Salles équipées connectéesmutualisées ». On constate une contradiction : le « Développement de formations de hautniveau » est peu cité (16 %). Or il s’agit là d’une condition première pour répondre àmoyen et long terme à l’insuffisance déclarée de formateurs qualifiés et surtout pourgarantir la compétitivité du secteur des TIC. Ce devrait être un point fort dans un schémadirecteur des formations.En résumé, un appareil de formation qui subit visiblement des contraintes économiques,mais qui est parfaitement conscient des problèmes de fond (formation des formateurs,collaboration régionale), qui a des difficultés pour exploiter au mieux les dispositifs d’aidesdisponibles et qui attend une intervention forte des pouvoirs publics. Si l’on rapprochecela de l’analyse des entretiens, cette intervention devrait, au-delà des mesures d’aides,prendre la forme d’un « plan global à long terme mis en place en concertation avec lesacteurs de terrain ». « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 35
  36. 36. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA 6. Conclusion 6.1. Synthèse globaleNous reprenons ci-dessous les commentaires « Synthèse et diagnostic » situés en fin desparagraphes 2, 3, 4 et 5 6.1.1. Le métierÀ partir de la segmentation proposée pour l’appareil de formation professionnelle dans ledomaine des TIC, on peut dégager deux grands secteurs• Le secteur « assisté » (segment institutionnel et associations 1901) qui regroupe 25% des organismes et réalise 64% du chiffre d’affaires• Le secteur privé (sociétés et entreprises individuelles), composé de petites et micro entreprises qui regroupe 75 % des organismes et réalise 36 % du chiffre d’affaires.Le secteur privé devrait prendre une part de marché plus importante en agissant surl’organisation de la profession, en s’appuyant sur des infrastructures mutualisées, ens’ouvrant davantage sur le marché extérieur.Le marché est soutenu par la commande publique qui représente 57% des financementspour l’ensemble des organismes et de l’ordre de 80 % des financements pour lessegments INST et ASS.L’outil de travail (postes informatiques) est convenable et relativement récent bienqu’inégalement réparti entre les deux secteurs, les connexions à l’Internet restentinsuffisantes en terme de nombre, de débit, de réseau local. Un poste de travail génère 10KE de chiffre d’affaires par an , on peut s’interroger sur la possibilité de faire croître cesrecettes par le développement de formations à plus fortes valeurs ajoutées.Les compétences déclarées concernent essentiellement les domaines de base(bureautique, Internet) et assez peu les domaines plus pointus de l’informatique(Systèmes, BD,..) ou les applications avancées de l’Internet (e-commerce). Le niveau decompétences reste modeste (Sensibilisation, perfectionnement, spécialisation) et neconcerne pratiquement pas le haut niveau. Un effort important de formation desformateurs y compris au plus niveau et dans les secteurs de pointe doit être entreprisd’urgence.Les activités ne concernent pratiquement que la distribution sur La Réunion. Il convient des’ouvrir sur le marché extérieur, et de développer par des mesures d’accompagnementconcrètes le secteur de la production.On prend acte d’une volonté affirmée de collaborations et d’alliances, indice certain dedynamisme et d’esprit d’ouverture.En résumé, un appareil de formation avec un bon potentiel, quelque part sous utilisé, àconforter par un suivi de la politique d’investissement, un renforcement des compétences, « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 36
  37. 37. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAle développement des activités de production, une structuration du marché avec uneouverture vers l’extérieur. 6.1.2. Les servicesUn effort est fait pour faire connaître les services offerts. Cependant 47% seulement desorganismes déclarent un site WEB ce qui est nettement insuffisant dans ce milieuxprofessionnel et pour ce type d’activité.L’accueil des apprenants est bien réalisé avec une aide à l’orientation. Cependant, desoutils comme les pré-test, les bilans de compétence, les démonstrations sur WEB ou lesréférences à un annuaire des anciens apprenants pourraient être plus fortement utilisés.Les dispositifs de fidélisation ainsi que les services de placement associès à la formationsont peu pratiqués.On constate une bonne maîtrise des formes d’interventions pédagogiques qui restent enmajorité relativement classiques. Il en est de même pour les supports pédagogiques aveccependant une percée des supports numériques.L’intervention des TICE dans les formation (50 %) se décline essentiellement en termed’utilisation d’outils : 42% des organismes déclarent intégrer des cours sur WEB.La connexion à des centre de ressources extérieurs , l’utilisation de « groupware », sontpeu pratiquées, 8 % seulement des répondants utilisent la visioconférence.En fait, en terme de e-learning, on en est aux balbutiements. À signaler quelquesopérations intéressantes s’appuyant sur la plate-forme et l’ingénierie de RESINTER. Ilconviendrait de faire une évaluation de ces actions et surtout d’intensifier la formation desacteurs et concepteurs de FOAD. Le nombre de formateurs permanents du secteur de la formation professionnelle aux TICest estimé à 150. Quelques 30 000 heures sont assurées par des formateurs occasionnelsdont 82 % issus du milieu de l’enseignement et seulement 18 % issus du milieu del’entreprise, ce qui est insuffisant pour ce secteur de formation. Le niveau des formateurspermanents est pour moitié BAC+2/3, la création de formations universitaires de hautniveau devrait à terme permettre d’améliorer cette situation.L’évaluation par les apprenants des formations est bien pratiquée (63 %), par contrel’évaluation du service par l’extérieur est moins pratiquée, 18 % seulement desorganismes ayant un comité de perfectionnement .En ce qui concerne les métiers auxquels préparent les formations , c’est l’ « Utilisateurbureautique » qui arrive largement en tête, suivi par les métiers liés aux applications del’Internet. Les métiers les plus souvent cités se rattachent au groupe « Activités TICcomme support », 54 %°, contre 31 % de citations pour le groupe de métiers « Activitésspécifiques aux TIC » et 15 % pour le groupe « Activités à forte utilisation TIC ».Dans les déclarations d’intentions des répondants domine, en terme d’ouverture versl’extérieur, une forte volonté d’échanges et de partenariats et, en terme d’ouverture surl’apprenant, un souhait de placer l’apprenant au centre dans un contexte d’intégration desTICE. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 37
  38. 38. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVAEn conclusion, on constate un service de bonne qualité qui maîtrise bien les techniquesde formation traditionnelles mais qui doit impérativement évoluer vers l’intégration desTICE et la maîtrise du e-learning. Ce qui devrait être, pour la profession, l’occasion detraiter la demande de base par des méthodes de mises en ligne afin de se consacrer àune offre plus spécialisée dans les domaines spécifiques aux TIC et surtout d’anticiper etd’innover dans la formation aux « nouveaux métiers » de l’Internet. 6.1.3. Les usagesLe nombre de clients traités par les organismes en 2001 est voisin de 12 000, ce quicorrespond à 780 000 heures-apprenant. Ce niveau d’activité peux sembler faible etmarginal par rapport à la population active. Il est vrai que la formation aux TIC relèved’une problématique relativement récente et que le taux de croissance du chiffre d’affaires(30%) annonce un développement significatif. Il importe cependant dans le cadre d’unprojet cohérent d’accompagner l’évolution qualitative déjà évoquée par une netteprogression quantitative. Les organismes de formation devraient s’y préparer.Les formations les mieux vendues concernent les formations à l’Internet (75 %) et lesformations bureautiques (61 %). Les niveaux les plus cités sont sensibilisation (C1),initiation(C2), perfectionnement (C3). Le haut niveau n’est pratiquement pas distribué .Le niveau moyen des apprenants est majoritairement celui du BAC ou moins (70 %), lesingénieurs ne sont pratiquement pas concernés par cette offre de formationprofessionnelle. Après leur formation les clients s’orientent (ou reviennent) pour l’essentielvers le secteur tertiaire, principalement dans des fonctions de secrétariat, gestion ouvente. On ne trouve pratiquement aucune citation des secteurs industriels.Il conviendrait de compléter cette offre, très tournée vers les demandeurs d’emplois (39%)par une offre de formation professionnelle de haut niveau susceptible de répondre à la foisaux besoins (mise à jour et anticipation) des personnels en fonction dans les entreprisesainsi qu’au nécessaire besoin de professionnalisation des étudiants sortants de filièresuniversitaires généralistes. Il convient de s’interroger sur le fait qu’il n’y a pas de clientèleémanant du secteur secondaire, ce qui pourrait à terme constituer un handicap pour lacompétitivité de ce secteur.Concernant les modalités de prise en compte de l’apprenant, à l’exception de l’accès àdes postes en self service, on n’enregistre aucune réponses significative, il en est demême pour les dispositifs vers une formation « sans couture ».En conclusion, si les organismes semblent répondre correctement à la demande actuelle,ils doivent anticiper et se donner dès à présent les moyens d’étendre leur activité tant surle plan qualitatif que quantitatif. Ils doivent effectivement intégrer dans leurs usages lesdéclarations d’intentions concernant le recentrage des formations sur l’apprenant. 6.1.4. Le point de vue des organismesParmi les difficultés rencontrées, les organismes citent en tête les problèmes de typeéconomique « Difficultés à l’investissement » (53 %), « Paiements tardifs » (47 %), puis la « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 38
  39. 39. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVA« Qualification des formateurs » et à égalité, « La structure du marché » et le « Manqued’informations sur les aides ».Les organismes connaissent effectivement mal les dispositifs prévus dans la LOOM (53%)et très peu les autres dispositifs d’aides (CPER, DOCUP, FEDER, …) programmés dansle domaine des TIC (25 %).Il convient de faire un effort important de sensibilisation-information afin d’exploiter au mieux ces dispositifs en vue de rénover et booster l’appareilde formation.Parmi les domaines dans lesquels les organismes souhaitent une « intervention desservices publics » est cité en tête un problème à incidence économique, la« Modernisation des équipements » (38 %), puis à égalité la « Formation des formateurs »et la « Collaboration régionale », suivi de près par les « Salles équipées connectéesmutualisées ». On constate une contradiction : le « Développement de formations de hautniveau » est peu cité (16 %). Or il s’agit là d’une condition première pour répondre àmoyen et long terme à l’insuffisance déclarée de formateurs qualifiés et surtout pourgarantir la compétitivité du secteur des TIC. Ce devrait être un point fort dans un schémadirecteur des formations.En résumé, un appareil de formation qui subit visiblement des contraintes économiques,mais qui est parfaitement conscient des problèmes de fond (formation des formateurs,collaboration régionale), qui a des difficultés pour exploiter au mieux les dispositifs d’aidesdisponibles et qui attend une intervention forte des pouvoirs publics. Si l’on rapprochecela de l’analyse des entretiens, cette intervention devrait, au-delà des mesures d’aides,prendre la forme d’un « plan global à long terme mis en place en concertation avec lesacteurs de terrain ». 6.2. Analyse complémentaireEn cohérence avec la méthodologie présentée dans notre réponse à l’appel d’offres, nousproposons de d’exploiter les variables fondamentales concernant • l’axe (domaine) o métier o service o usages par trois variables liées à • la perspective (vision) o rattraper o consolider o anticiperNous avons essayé d’analyser les réponses au questionnaire au travers de ces troisdernières variables, à savoir si la réponse à une question traduisait une vision relevantplutôt du rattrapage, plutôt de la consolidation, plutôt de l’anticipation ou des deux ou troisà la fois. « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 39
  40. 40. Conseil Régional de La Réunion - TELINOVALes résultats de cette analyse sont proposés dans le tableau ci-dessous, dans lequel nousavons fait apparaître le « poids » (nombre de réponses « variable »/nombre de réponsestotales) de chaque variable « vision » Rattraper Consolider Anticiper 53% 38% 19% M Chiffre d’affaires (Q1-2*) 1 É Infrastructure (Q3-4) 1 T Sources de financement (Q5) 1 I Type d’activité (Q6) 1 E Compétences pour assurer le développement (Q7-8) 1 1 1 R Ressources pour conduire la stratégie (Q9-10) 1 50% 33% 50% Moyens utilisés pour faire connaître le service (Q11) 1 Espaces d’accueil (Q12) 1 Outils d’orientation (Q13) 1 Facilités d’accès à la formation (Q14) 1 Références de l’organisme ((Q15) 1 Locaux (Q16) 1 S Formes pédagogiques (Q17) 1 E Support utilisés (Q18) 1 R Accès aux ressources (Q19) 1 V Utilisation des TICE (Q20) 1 I Organisation des formations dans le temps (Q21) 1 C Formateurs permanents (Q22) 1 E Formateurs occasionnels (Q23) 1 Dispositif de formation des formateurs (Q24) 1 Évaluation du service par les apprenants (Q26) 1 Évaluation du service par lextérieur (Q27) 1 Offre de formation et métiers (Q28) 1 Vision des organismes en termes d’ouverture sur l’extérieur (Q29) 1 Vision des organismes en termes d’ouverture sur l’apprenant 1 (Q30) 47% 42% 11% Volume de clients traités (Q32) 1 U Type de formations vendues ((Q33) 1 S Niveau d’études des apprenants (Q36) 1 A Origine des apprenants (Q37) 1 G Devenir des apprenants après la formation (Q31) 1 1 E Modalités de prise en compte des apprenants (Q39-Q42) 1 S Approche pour une « formation sans couture ’ »(Q43) 1 71% 29% 11% * Fait référence aux codes du questionnaire présenté en annexeOn constate un poids assez fort de la variable rattrapage, cela correspond à l’état deslieux de l’appareil de formation. Il conviendra dans le plan stratégique de répondre à ce « Quelles formations aux TIC pour La Réunion ? » - Enquête quantitative - V2.1 40

×