OIF 2014 - Qui pour succéder à Abdou DIOUF ?

491 vues

Publié le

Les 29/30 novembre 2014, lors de la Conférence de Dakar, l’actuel Secrétaire- Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), M. Abdou DIOUF, quittera ses fonctions après 3 mandats (soit 12 ans).
Diverses personnalités s’affrontent en coulisses pour lui succéder à ce poste prestigieux, certaines de façon officielle, d’autres encore dans l’ombre.

Publié dans : Actualités & Politique
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
491
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

OIF 2014 - Qui pour succéder à Abdou DIOUF ?

  1. 1. OIF 2014 Qui succèdera à Abdou DIOUF ?
  2. 2. THULIUM Strategic Intelligence Solutions VEILLE SOURCING DEVELOPPEMENT PROSPECTIVE By AFRIKASOURCES Etude réalisée par THULIUM, une solution www.afrikasources.com, Paris, 2014
  3. 3. Les 29/30 novembre 2014, lors de la Conférence de Dakar, l’actuel Secrétaire- Général de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), M. Abdou DIOUF, quittera ses fonctions après 3 mandats (soit 12 ans). Diverses personnalités s’affrontent en coulisses pour lui succéder à ce poste prestigieux, certains de façon officielle, d’autres encore dans l’ombre. Les candidats déclarés: • Michaëlle Jean (Canada) • Jean-Claude de l’Estrac (Maurice) • Dioncounda Traoré (Mali) • Henri Lopes (Congo Brazzaville) • Pierre Buyoya (Burundi) Les outsiders potentiels: • Agustin Ze Mfumu (Guinée Equatoriale) • Adrien Houngbédji (Bénin) • Michel Sleiman (Liban) • Jean Ping (Gabon) • Edem Kodjo (Bénin) Basée à Paris, l'OIF compte une soixantaine de membres, essentiellement africains, dont trois associés (Qatar, Ghana et Chypre) et 20 observateurs. Toute candidature au poste de Secrétaire-Général doit être portée par l’un des Etat-membre.
  4. 4. Michaëlle Jean Née à Haïti en 1957, elle a fui la dictature des Duvalier avec sa famille en 1968 pour s'installer au Québec (province à majorité francophone du Canada), où elle devint une journaliste respectée. Gouverneure générale du Canada de 2005 à 2010, ie représentante de la reine Elizabeth II (chef de l'Etat canadien), elle assure alors une fonction surtout honorifique qu'elle avait dynamisée par ses initiatives en faveur des jeunes et desfemmes.Elle est chancelière de l’Université d’Ottawa. Depuis 2010, elle officie en tant qu'« envoyée spéciale » de l'Unesco en Haïti et, en 2012, Abdou Diouf l'a chargée de promouvoir la langue française aux Jeux olympiques d'été de Londres. Iln'en fait paspour autant son héritière. POINTS FAIBLES • Unerèglenonécritedel'OIFveutqueleSGsoitduSudet son administrateur du Nord. Cette fonction est occupée depuis 2006 par le Canadien Clément Duhaime. Son mandataétérenouvelé en2013, pour4ans. • Soutien longtemps ambigu du gouvernement Canadien qui a fini parralliésa candidature • Elle n’apas vraimentle statutd’un ancienChef d’Etat POINTS FORTS • Source de compromis: originaire d’un pays du Sud (Haïti) maisafaitcarrièreauNord • LeCanadaestle2ème bailleurdel’OIF • C’estunefemme,etelleestjeune • Soutien de Mme Christine St-Pierre, ministre québécoise desRelationsinternationalesetdelaFrancophonie • Polyglotte(elleparle5langues) • Pasdecandidatureuniqueafricaine • Idéed’unticketafricainpourleposted’administrateur
  5. 5. Jean Claude de L'Estrac De L'Estrac, qui a vu le jour en 1948 à Maurice, a eu plusieurs vies. Il a été tour à tour journaliste, politique, diplomate et historien, puis à nouveau journaliste, et encore une fois diplomate. Il a été maire, député et ministre à plusieurs reprises : des Affaires étrangères (en 1982-1983, puis en 1990), du Développement économique, de l'Industrie. Il est aussi l’auteur de nombreux livres. En 1982, il est l'un des pères fondateurs de la Commission de l'océan Indien (COI). Trente ans plus tard, en 2012, il en devient le secrétaire général et entreprend avec succès de ressusciter une organisation alors moribonde. POINTS FAIBLES • Maurice n’est pas vraiment considérée comme un Etat africain • Maurice n’a jamais démontré disposé du soft power lui permettantd’imposersescandidatsàl’international • Ne peux réclamer le statut de chef d’Etat ou de Gouvernement • Pasdecandidatureuniqueafricaine POINTS FORTS • Compromis possible entre le Nord et le Sud, notamment encasdedésaccordentelaFrance&leCanada • FortsoutienduGouvernementmauricien • Sa candidature propose « un projet fort, qui lie la promotion de la paix et à l’épanouissement des cultures et à la dynamisation de la dimension économique de la Francophonie » • Campagne dynamique avec une forte mobilisation d’acteursdelasociétécivile • Appuidenombreusesorganisationsrégionalesafricaines
  6. 6. Dioncounda Traoré Né en 1942 au Mali, Dioncounda Traoré a suivi des études supérieures et obtenu un doctorat en mathématiques. Militant syndical et politique au sein des associations combattant le régime de Moussa Traoré, il rejoint l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-PASJ). Il est l’un des animateurs de la génération qui a entraine la chute de Moussa Traore en 1991. Il occupe ensuite de nombreuses fonctions ministérielles et figure de consensus, il est désigné candidat de l’ADEMA pour l’élection présidentielle de 2012, à l’issue des primaires face à des têtes comme Iba Ndiaye ou Sékou Diakité. Il assumera les fonctions de chef de l’Etat par intérim du Mali d’avril 2012 à septembre 2013. POINTS FAIBLES • Expérience internationalelimitée • Pasdecandidatureuniqueafricaine • Incertitudes sur les moyens du Gouvernement Malien d’assurerlapromotiondecettecandidature POINTS FORTS • Fortsoutienofficiel duGouvernementmalien • Figureconsensuelle
  7. 7. Henri LOPES Né en 1937 à Kinshasa de père belge et de mère africaine, Henri Lopes a connu une carrière d’homme politique (Premier ministre du Congo-Brazzaville de 1973 à 1975, plusieurs fois ministre), de haut fonctionnaire international (comme DGA à la Culture de l’Unesco), de diplomate (il est l’actuel ambassadeur du Congo à Paris, depuis 1998) et une carrière d’écrivain. Il est l’auteur de nombreux romans et a reçu plusieurs prix littéraire. En 1993, l'Académie française lui décerne le grand prix de la francophonie. Plus récemment, Henri Lopes, a été dépêché en République de Guinée par le secrétaire général de l’OIF, Abdou Diouf, pour conduire une mission électorale à l’occasion des élections législatives de septembre 2013. POINTS FAIBLES • Incertitude sur le soutien du Gouvernement congolais: il est farouchement opposé au projet du président Sassou visantàréviser laConstitutionpourresteraupouvoir • Candidatmalheureuxen2012 contreAbdouDIOUF • CaractèrecontroversédeDenisSassouNguesso • Sonâge • Pasdecandidatureuniqueafricaine POINTS FORTS • Largecarnetd‘adresses • Plusieurstentativespouraccéderàceposte
  8. 8. Pierre Buyoya Pierre Buyoya né en 1949 dans la province de Bururi est un militaire et homme d'État burundais. Il a dirigé deux fois le pays (1987-1993 puis 1996-2003). A son arrivé au pouvoir en 1987 à la suite d'un coup d'État contre Jean- Baptiste Bagaza, il instaure la Troisième République. En 1996, à l’occasion d’un nouveau coup d’Etat, il reprend le pouvoir qu’il conservera jusqu’en 2003. Il a été nommé en 2012 haut-représentant de l'Union africaine pour le Mali et le Sahel par la présidente de la commission de l'UA Nkosazan Dlamini-Zuma. Il a également été le chef de la MISMA du 30 janvier au 1er juillet 2013. Il participe en outre au Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l'Union africaine (AUHIP) sur le Soudan et le Soudan du Sud, après avoir été médiateur dans le conflit tchado-soudanais. POINTS FAIBLES • Figurecontroversée • Pasdecandidatureuniqueafricaine • Son statut d’ancien putschiste le disqualifie auprès de nombreux pays: il est interdit d’entrée au Canada et enSuisse POINTS FORTS • Forteexpérienceinternationale • RéelsoutienduGouvernementduBurundi
  9. 9. LES OUTSIDERS En plus du carnet d’adresses de Mme Françoise Etoa Bekono (nommée au poste de responsable de la communication), il bénéficiera du poids international de Teodoro Obiang Nguema MBasogo,le présidentde la Guinée Equatoriale. La candidature de ce pays majoritairement lusophone à la direction de l’OIF a surpris plus d’un observateurs, mais M. Austin ZeMfumu a toujours été un ardent militant de la langue française dans son pays. M. Agustin Ze Mfumu Guinée Equatoriale EtatMembredel’OIFdepuis1989 Ex-ministredesAffairesétrangères Néen 1949 Adrien Houngbédji : ancien Premier ministre du Bénin, il serait le candidat officiel de son pays. Juriste de formation, il brigue pour la première fois le poste de secrétaire général de la Francophonie. Michel Sleiman : il est l’actuel président du Liban. À 66 ans, le chef de l’État libanais veut apporter sa contribution à l’OIF. Jean Ping : ancien président de la Commission de l'Union africaine, ancien ministre et l'un des proches d'Omar Bongo Ondimba, le Docteur Jean Ping (72 ans) est lui aussi candidat à la succession d’Abdou Diouf. Edem Kodjo : à 76 ans, l’ancien secrétaire général de l’Organisation de l’Unité africaine, deux fois Premier ministre de son pays, le Bénin, et actuel président de la Fondation Pax Africana, brigue pour la première fois le secrétariat général de l’OIF. Selon le Canard Enchaîné, M. Bertrand DELANOE (ancien maire de Paris) pourrait également être sur les rangs mais il a démenti…

×