AL4ED - Janus Koos

330 vues

Publié le

Event created by the french partner Egg's Echo under the AL4ED project.

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
330
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
18
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

AL4ED - Janus Koos

  1. 1.   1   The ©JANUS/KOOS project is an international meeting of artists, curators, art historians, writers, cinema and music-specialists held in the mountain resort of Champsaur. Their works, discussions and presentations will be devoted to the avant-garde tradition of the locality, the artists once associated with the commune of Chaillol, as well as its mythology and surrounding nature. Drawing on the history of a group of artists and writers for whom this valley and surroundingd of the late 19th century was the centre of intellectual debate and a source of inspiration, the conference is conceived as an attempt at exploring and investigating the creative potential of the place. It’s aim is to show the work of the project AL4ED and work of main artists that live and work in this aerea on landscape and identification through bodyand landscape. Absurd theater will be to goal of a play written by Paul André Sagel, put up by specialist Jean Signé and directed by Francis Dombret. Film by Sylvain Solaro. Set design and coordination : Miene MATHON Art direction : Cie Egg’s Écho Paris France Concept déposé : « l’évènement JANUS/KOOS », ou « JANUS/KOOS », ou « The ©JANUS/KOOS project ». Première communication et nom de l’événement JANUS/KOOS Il s’agit d’un concept d’exposition dans une domaine bien précise : théâtre, scénographie, Land art, photo, vidéo, dessin, peinture, son, projection d’images originales, diffusion de son capté tout au long de la vie d’un nombre d’artistes, dans le but d’un événement autour de l’exposition de leurs oeuvres. La scénographie est conçue pour durer et fait l’objet d’une exposition itinérante. Autour de ce moment d’exposition il y a des actes artistiques et des lectures de textes. La communication est également l’objet de la compagnie Egg’s Écho. Le logo, conçue par Miene Mathon et Sylvain Solaro. textes de Paul André Sagel, adaptation et direction artistique Francis Dombret. Assisant à la direction artistique Jean Signé, peinture et savoir-faire de Benoit Decque, marionnettes et mise en espace Amalia Domergue, méthodologie Miene Mathon. Ce projet s’inscrit dans la logique des projets européens (AL4ED et KA2, porteur de projet : Cie Egg’s Écho). Ce projet a une facette liée à de la formation, l’apprentissage de techniques artistiques, de la médiation culturelle, la transmission de savoirs, éventuellement lié à des contacts dans des universités, mais surtout avec des citoyens travaillant dans tous les domaines, étudiants, chercheurs, chercheurs d’emploi. Ce projet fait partie du « Laboratoire sur rails », dont le pitch est annexé ci-dessous. L’axe de travail et les mots clefs sont : identité, humour, théâtre absurde, scénographie, adaptation du roman « Le Diable Amoureux » par Francis Dombret, psychanalyse, langages issues d’autres langues dans le but de communiquer en quoi consiste notre façon de travailler, dessins, croquis originales, modelages, sculptures, pratiques tels que modelage et moulage, photographie et enregistrements divers, architecture, urbanisme, écologie , économies nouvelles, philosophie, maîtrise de land scape et art scape, autour du thème de la création. Le nom Janus a une double signification. Il s’agit du nom de la chèvre de la famille Mathon. Koos a une double signification, le nom du chien de la famille Sassi et la signification en néerlandais ; « choisissait ». L’objet de cet événement est de fédérer des énergies et dynamiques communes afin de montrer le travail professionnel d’un groupe d’artistes réunis pour la première fois à saint Michel de Chaillol dans la ferme de la famille Mathon « Ferme Pierrot », du nom de son dernier occupant. Le Land art fait objet de cette réunion et le landscape en est le sous- titre. L’acte créateur est le motif général de cet événement, conçu par Miene Mathon et les acteurs sur le territoire de la vallée du Champsaur et à Paris. L’aspect langues européennes sera développé dans un deuxième temps. Ce concept, JANUS/KOOS fera l’objet d’un travail continu, donc pour les années à venir. Le logo représente une pelle, un chien et une chèvre. Crédit photos : Sylvain Solaro et Miene Mathon. Photo d’Axel Kahn prise au musée Cluny. Contact : Matthieu Decraene, pour la demande de devenir parrain de ce projet est en cours. Fait à Paris, le 2 décembre 2014 en accord avec la famille MATHON et Francis DOMBRET. Annexes : dessins et pitch, en tout huit pages A4.
  2. 2.   2   1  Un  nouveau  nom  pour  notre  collectif  d’artistes:   «  LABORATOIRE  SUR  RAILS  »   projet  de  citoyen  en  Europe  -­‐  pitch (Projet  s’inscrivant  dans  :  Contrat  urbain,  Liens  sociaux,  Citoyen  en  Europe)   Un  «  plancher  hourdis  »  :  plateforme  mobile  permettant  de  jouer,  d’articuler  et   d’accrocher  nos  idées  et  projets  communs.     Ce  laboratoire  fonctionne  comme  une  fabrique  à  partir  de  nos  compétences  et   de  nos  actions  et  répond  à  la  demande  d’un  public  ciblé  (adolescents,   adolescents  et  séniors,  tous  publics).   Notre  objectif  est  de  développer  des  outils  pédagogiques  non  formels,  de   trouver  des  langages  communs,  de  fédérer  nos  compétences  communes,  et   d’agir  sur  un  territoire  défini.     Les  mobilités  actuelles  et  futures  s’inscrivent  en  partie  dans  le  dispositif  mis  en   place  par  la  politique  sociale  et  culturelle  de  la  ville  et  de  l’Europe.   Nous  avons  divers  partenaires  et  faisons  régulièrement  des  réunions   d’information.     Photos : Sylvain Solaro, Miene Mathon                                        
  3. 3.   3   2  «  Le  diable  amoureux  »  (idée  et  adaptation  :  Francis  Dombret         Argumentation               Préambule   Le  roman  de  Jacques  Cazotte  contient  les  ingrédients  nécessaires  pour  le  concevoir  en  pièce  de  théâtre:   De  l'action  et  de  la  fantaisie  ficelées  sous  la  forme  d'un  marivaudage.   Avec  cette  question  toujours  d’actualité  :  peut-­‐on  démasquer  le  diable?   L'idée  générale  est  d'écrire  sous  forme  dramaturgique  une  traversée  littéraire,  en  gardant  la  structure  de  cet  ouvrage  précurseur  du   fantastique,  et  de  la  faire  évoluer  jusqu'à  nos  jours.  Une  transformation  de  style  en  quelque  sorte.   Les  trois  personnages  principaux,  a  priori  extravagants  apparaissent  on  ne  peut  plus  humains.   Ainsi  le  diable  –  Biondetta  qui  prend  les  traits  de  la  plus  divine  des  créatures  est  capable  de    tous  les  sacrifices  au  nom  de  l'amour.   L’élu  –  Alvare,  lui  tente  de  concilier  un    désir  de  plus  en  plus  brûlant  avec  une  affection  maternelle  aliénante.  Pour  ne  pas  perdre  l'amour  de   sa  mère  mieux  vaut  en  effet  ne  pas  badiner  avec  le  diable.  Alors  quel  sera  son  choix?   Enfin  –  Soberano,  figure  paternelle  ambiguë  tentera  par  ses  ruses  de  dévoiler  ou  de  voiler  l'insupportable  réalité.   L'écriture  modernisée  de  la  pièce,  tente  de  répondre  à  cette  question  du  désir  qui  semble  ne  pouvoir  obtenir  de  réponse  satisfaisante  que   par  le  manque.     LE  DIABLE  :       DE  L’IMAGINAIRE  À  LA  RÉALITÉ  HISTORIQUE     À  quoi  reconnaît-­‐on  le  diable  aujourd’hui  ?  
  4. 4.   4     À  la  vue  du  nombre  de  productions  diversifiées  qui  traitent  du  fantastique,  tout  laisse  à  penser  que  nous  tentons   toujours  d'exorciser  une  peur  irrationnelle  héritée  d'un  passé  diabolique  vieux  de  plusieurs  siècles.  Certes  les  choses   ont  évolué  depuis  les  Lumières  et  nous  considérons  «  les  bons  cotés  de  l'insertion  du  démon  dans  les  plaisirs  de  la  vie  »   avec  humour,  ce  qui  est  une  façon  appropriée  de  détourner  l'angoisse…                 Curieusement  depuis  que  le  diable  a  rangé  son  attirail  dans  les  accessoires  de  théâtre,  il  se   manifeste  sous  une  forme  intériorisée,  englobée  sous  le  terme  générique  «  force  du  mal  ».   Le  diable  est  le  diviseur,  il  incarne  l’esprit  de  rupture  face  aux  forces  qui  cherchent  à  réaliser  l’unité,  l’harmonie.   Ce  qui  nous  divise    intérieurement,  se  manifeste  au  moment  même  de  faire  un  choix.     Nous  traiterons  le  diable  comme  le  surgissement  du  désir     Prenons  comme  exemple  un  choix  littéraire  récurrent  :  libérer  son  désir  ou  se  libérer  du  désir  ?  Il  apparait  vite   impossible  puisque  l'un  ne  peut  se  développer  sans  l'autre.  C'est  autour  d'une  prise  de  décision  incomplète,  qui   oscille  entre  frustration  et  culpabilité,  que  se  bâtit  l'axe  du  récit  et  dont  Jacques  Lacan  se  servira  comme  exemple   édifiant  pour  parler  de  la  structure  même  du  désir.     L'autre  intérêt  d'une  adaptation  théâtrale  est  de  pouvoir  suivre  le  chemin  du  désir  à  travers  les  époques  ;  force  est  de   constater  que  l'énergie  qui  le  fait  évoluer  provient  d'une  insatisfaction  exponentielle.   Comme  il  est  question  de  représentation  et  que  depuis  Le  Moyen-­‐âge  le  diable  a  perdu  ses  pieds  fourchus,  puis  à  la   Renaissance  ses  cornes,  il  sera  intéressant  de  savoir  comment  il  se  camoufle  aujourd’hui  ?     Pour  accéder  à  ce  monde  à  la  fois  disparu  et  pourtant  présent,  il  a  fallu  créer  un  véhicule  adéquate  :  le  fantastique.     "Le  fantastique  est  né  du  décalage  entre  la  croyance  démonique  héritée  du  passé  tragique  et  la  réalité  hédoniste  ou   athée  de  l'époque  des  Lumières"  R.  Muchembled;  une  histoire  du  diable;  éditions  du  Points  2002  
  5. 5.   5                       Note  d’intention     La  forme  théâtrale  est  le  miroir  des  sciences  de  l’homme,  quelque  peu  filles  du  Diable…Elle  nous  permet  d’explorer  avec  jubilation  les  méandres  de  la   conscience  et  de  l’inconscience.   L’ambition  du  projet  est  de  faire  émerger  deux  dimensions  essentielles  de  l’œuvre  de  Jacques  Cazotte  en  jouant  avec  les  effets  spectaculaires     diablement  kitsch,  et  le  surgissement     imprévisible  du  désir.  Au  delà  des  préjugés  et  des  croyances,  l’intrigue  pourrait  se  résumer  à  la  recherche  d’une        réponse  à  la  question  :                    «  Che   vuoi  »,  «  que  veux  tu  ?  »,  question  posée  d’emblée  par  l’apparition  démoniaque,  véritable  combustible  de  l’action.  Répondre  à  cette  question  ouvre  les   portes  à  toutes  les  envies,  et  particulièrement  à  celles  dont  on  n’a  pas  conscience.   Vouloir  est  un  terme  qui  se  situe  entre  une  intention  (désirer,  souhaiter)  et  un  impératif  (ordonner),  coincé  entre  un  désir  charnel  et  la  voie  de  la   raison  soutenue  par  la  Loi.  La  volonté  est  un  entre  deux  qui  cache  un  désir  indicible.     L’inavouable  révèle  un  sentiment  de  culpabilité  qui  à  cette  époque  se  matérialisait  sous  la  forme  du  Diable.     L’ambition  de  notre  adaptation  est  de  découvrir  à  travers  la  question  qui  est  posée  dans  le  livre  «  que  veux  tu  ?  »,  la  complexité  de  la  machine   désirante  évoquée  par  Gilles  Deleuze  et  ses  rapports  interactifs  avec  la  société.   Dans  ce  texte  les  clins  d’œil  sur  l’actualité  foisonnent  comme  l’appât  du  gain,  et  la  chute  que  produit  l'excès  de  possession  ou  de  consumérisme.   C’est  donc  une  traversée  du  fantasme  qui  va  s’opérer,  une  sorte  de  chemin  initiatique.   Faut-­‐il  pour  sauver  son  âme,  retrouver  un  chemin  déjà  tracé,  s’en  remettre  à  la  morale  et  au  dogme  ?  Est-­‐ce  une  issue  enviable  et  durable  ?     Scénographie     Par  des  jeux  de  lumière,  images  projetées  sur  de  la  fumée,  miroirs  et  plexiglas,  le  spectateur  est  mis    dans  le  doute  ;  dans  quelle  échelle  se  trouve-­‐t-­‐il  et  où  se   trouvent  les  comédiens  ?   Cet  effet  sera  accentué  par  un  système  de  camera  obscura  dont  le  passage  de  la  lumière  se  fera  par  un  trou  de  serrure.     Le  personnage  de  la  mère  d’Alvare  passera  comme  par  magie  d’un  espace  à  un  autre.  Elle  peut  s’agrandir  ou  rétrécir  et  incarne  le  passage  (obligé)  de   l’opposition  du  noir  et  blanc.  On  joue  avec  un    
  6. 6.   6   espace  «  réel  »  et  un  espace  «  rêvé  et  imaginé  ».                     La  mère  d’Alvare,  fétiche  et  omniprésente  sera  visible  sous  plusieurs  échelles  de  grandeur.  Elle  peut  se  multiplier  et  se  trouver  à  plusieurs  endroits  à  la  fois,  se   rapprocher  vers  les  spectateurs  pour  obtenir  une  présence  de  plus  en  plus  importante.     Structure  autogonflante  en  forme  de  tête  de  chameau  animé  par  un  système  de  soufflerie  /ventilateur.  Utilisation  du  bruit  de  cet  appareil  afin  d’obtenir  un  son   «  infernal  ».   Costumes  de  camouflage  et/ou  transformables.                         L'auteur  :     Jacques  Cazotte   Une  personnalité  mosaïque  et  paradoxale     Jacques  Cazotte  est  né  à  Dijon,  en  1720,  et  il  périt  sur  l’échafaud,  à  Paris,  en  1792.  Il  a  publié  de  nombreuses  œuvres,  mais  reste  aujourd'hui  connu   grâce  à  un  conte  fantastique,  Le  Diable  amoureux,  publié  à  Paris  en  1772.  Cette  œuvre  est  reconnue  par  ses  pairs  comme  le  premier  roman  occidental   écrit  sous  cette  forme.  Aussi  peut-­‐on  la  considérer  comme  une  référence  fondamentale  et  incontournable  pour  les  écrivains,  les  poètes,  les  cinéastes   et  tous  les  créateurs  influencés  par  le  genre.  Pour  mieux  saisir  ce  phénomène,  examinons  de  lui  trois  images  révélatrices  :   l'auteur  d'un  seul  livre?   De  nombreux  éléments  pourraient  le  laisser  penser.   Le  diable  amoureux  est  un  livre  dont  la  carrière  historique  montre  qu'il  a  été  constamment  et  régulièrement  imprimé.  Et  cela  sur  toute  l'Europe   depuis  1772.  Les  critiques  et  les  admirateurs  se  référent  à  lui  uniquement  derrière  cet  ouvrage  alors  que  ses  autres  livres  sont  tombés  dans  l'oubli.   L'initié               Il  aurait  prédit  les  événements  de  1789  ce  qui  a  charmé  les  Romantiques.    Cazotte    plus  superstitieux  que  croyant,  contaminé  par  son  œuvre  et   faisant  de  lui  «  un  poète  qui  croit  à  sa  fable  »,  «  un  narrateur    qui  croit  à  sa  légende  »,  ou  «  un  inventeur  qui  prend  au  sérieux  le  rêve  éclot  de  sa   pensée  ».   L'avant  -­‐  gardiste  réactionnaire  
  7. 7.   7   Cet  auteur  est  un  paradoxe    de  son  vivant  :  auteur  de  contes  merveilleux    J.Cazotte  est  un  polémiste  engagé,  mondain  typique  de  son  époque  ;  il  n'en   demeure  pas  moins  un  critique  virulent  des  corruptions  de  son  époque,  considéré  comme  un  fervent  catholique  attaché  a  sa  foi,  il  fut  un  mystique   pratiquant  dont  la  conviction  était  d'agir  sur  l'histoire  humaine  en  faisant  intervenir  des  forces  surnaturelles.     Engagé  dans  le  mouvement  révolutionnaire,  puisque  nommé  maire  de  son  village  en  1790,  il  restera  un  défenseur  de  l'ancien  régime.  Son  courage   remarqué  par  ses  adversaires  le  sauvera  une  fois  de  la  guillotine,  mais  son  entêtement  à  penser  que  la  révolution  est  l'œuvre  du  diable  lui  sera  fatal.   Enfin  et  surtout  ce  spécialiste  du  badinage  est  considéré  comme  le  précurseur  du  genre  fantastique.                 3  AL4ED  (projet  Land  art)  voir  contrat  avec  Penelope  Agence  2  e  2  f  européenne  à  Bordeaux  (projet  Grundtvig).   Photos et dessins : Miene Mathon                                        
  8. 8.   8         4  «  Mes  genoux  »  (exposition  de  peintures,  techniques  diverses  et  textes  de  Miene  Mathon).   Ce  travail  sera  inclus  dans  le  projet  JANUS/KOOS  et  reconduit  dans  l’avenir.  Il  s’agit  d’un  travail  artistique  personnel  dans  les   matières  suivantes  :  latex,  cire,  argile  et  plâtre,  papier  et  colorants  naturels.  Le  rouge  et  le  blanc,  le  noir  et  le  jaune  sont  des   couleurs  appropriées  pour  ce  travail.  Elles  ne  peuvent  pas  être  protégées,  mais  être  gardées  en  mémoire  pour  ce  travail   particulier.  «  Mes  genoux  »  est  un  travail  in  situ,  comme  montrent  ces  deux  documents  ;   Peinture et photo : Miene Mathon                                                                                                              

×