Berlin General Info

559 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
559
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Berlin General Info

  1. 1. BerlinBerlin est la capitale et la plus grande ville dAllemagne. Située dans le nord-est du pays, elle formeun land (État fédéré) à part entière et compte environ 3,4 millions dhabitants1. Son agglomérationsétend sur 2 284 km2 et compte un peu plus de 4 millions dhabitants, sa zone urbaine élargie5 025 272 habitants (soit la deuxième du pays après celle de la région de la Ruhr)2 et son aireurbaine de la région métropolitaine de Berlin-Brandebourg dépasse, quant à elle, les frontières duland et regroupe au total près de 6 millions dhabitants, ce qui en fait une des dix métropoles les pluspeuplées de lUnion européenne3Fondée au XIIIe siècle, Berlin a été successivement capitale du royaume de Prusse (1701-1871), delEmpire allemand (1871-1918), de la république de Weimar (1919-1933) et du Troisième Reich(1933-1945). Après 1945 et jusquà la chute du mur de Berlin en 1989, la ville est partagée enquatre secteurs doccupation. Pendant la Guerre froide, le secteur soviétique de la ville, nomméBerlin-Est, est devenu la capitale de la République démocratique allemande, tandis que Berlin-Ouest était politiquement rattachée à la République fédérale dAllemagne, devenant ainsi un bastionavancé du monde occidental à lintérieur du Bloc communiste. Suite à la chute, en 1989, du mur deBerlin, Berlin redevint en 1990 la capitale de lAllemagne réunifiée, et les principales institutionsfédérales y emménagèrent en 1999.Berlin est une ville mondiale culturelle et artistique de premier plan. La ville abrite 165 musées, 146bibliothèques et 60 théâtres.SiteLa ville de Berlin se situe dans le nord-est de l’Allemagne, dans la plaine germano-polonaise, à33 m daltitude, au confluent de la Spree et de la Havel. Une particularité de la ville est la présencede nombreux lacs, le long des cours deau. On en trouve plusieurs à louest, mais aussi à lest avec leMüggelsee.ÉtymologieLinfluen lacustre se retrouve même dans létymologie de Berlin, issue de la racine slave brl quiévoque un lieu humide6,7. Le nom de « Berlin » pourrait être aussi rapproché du terme sorabe barlenou berlén qui désigne les grillage de bois placés en divers endroit dune rivière par les pécheurs8.Létymologie populaire affirme que Ber proviendrait de la racine germanique Bär, qui signifie« ours »9.ClimatLa capitale allemande possède un climat continental, caractérisé par une amplitude importante entredes hivers froids et assez secs et des étés assez chauds et orageux. Les précipitations tombentdailleurs majoritairement durant la saison estivale. Le record de chaleur est de 38,1 °C le11/07/1959 et le record de froid de -26 °C le 11/02/1929. La température moyenne annuelle est de9,7 °C.
  2. 2. Un tour dans BerlinLe quartier Mitte avec Unter den LindenBerlin est égayée par plusieurs rivières, canaux, parcs et lacs (Havel, Wannsee, Müggelsee, Spree,Dahme, Landwehrkanal). Elle possède en outre une architecture ancienne et classique très riche.Berlin sest développée à partir du vieux noyau de la ville, le Nikolaiviertel (aujourdhui prèsdAlexanderplatz), de la ville jumelle Cölln, de fondations de villes princières commeDorotheenstadt et Friedrichstadt et enfin de la formation du Grand-Berlin en 1920 qui a incorporédes villes jusqualors indépendantes comme Spandau, Charlottenburg ou encore Köpenick, formantalors un Berlin de quatre millions dhabitants. Du fait de ce développement décentralisé, Berlinprésente de nombreuses choses à voir, dans son centre comme dans sa périphérie. Pour diversesraisons, la Porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) est devenue lemblème de la ville — et plusencore, puisquelle représente aussi la réunification des deux Allemagnes. Deux tours sélancentdans le paysage berlinois : la Fernsehturm (tour de la télévision), sur lAlexanderplatz dans lequartier Mitte, et la Funkturm (tour de la radio) qui se trouve dans le parc des expositions deCharlottenburg.Dans le centre historiqueLa Porte de Brandebourg
  3. 3. Le Berliner DomGendarmenmarktBebelplatz avec les « Buddy Bears », symbole berlinois de la tolérance et de lentente entre lespeuples • LÎle aux Musées (Museumsinsel) ; o Le Berliner Dom : la cathédrale historique de Berlin, superbe intérieur ; o Le Lustgarten : jardin sur lîle des musées ; o Plusieurs musées : le musée de Pergame (où se trouvent notamment la porte de Babylone et lautel de Milet), le musée Bode, lAncien Musée consacré aux collections des antiquités grecques, le Nouveau Musée qui regroupe les collections dantiquités égyptiennes (dont le fameux buste de Néfertiti) ainsi que celles de Préhistoire et lAntiquité, et lAncienne Galerie nationale. • Unter den Linden (ancienne avenue fastueuse avec de nombreux bâtiments historiques) ; o La Neue Wache : dédiée aux victimes des guerres. Elle abrite une copie de la sculpture de la Mère et son fils mort de Käthe Kollwitz ; o Lancien arsenal (Zeughaus) abrite le Deutsches Historisches Museum ; o Le Staatsoper Unter den Linden, le plus beau des trois opéras de Berlin ; o La cathédrale Sainte-Hedwige (catholique) sur la Bebelplatz où se trouve un monument en souvenir des livres qui y ont été brûlés par des étudiants nazis fanatiques en 1933 (au milieu de la place, une vitre sur le sol laisse découvrir les rangées vides dune bibliothèque) ; o La Alte Bibliothek (surnommée « la commode »), désormais une annexe de la Humboldt-Universität ; o La Humboldt-Universität ; o La Staatsbibliothek zu Berlin (appelée Deutsche Staatsbibliothek à lépoque de la RDA), aujourdhui lune des bibliothèques scientifiques les plus grandes du monde ; • La Porte de Brandebourg (Brandenburger Tor) : véritable symbole de Berlin et de lAllemagne réunifiée, elle figure sur les euros allemands ; • La Pariser Platz où se trouvent les ambassades française et américaine ; o LHôtel Adlon, lun des plus renommés de Berlin, où a, par exemple, séjourné Chaplin ;
  4. 4. o LAcadémie des Arts de Berlin, institution artistique berlinoise depuis le XVIIe siècle ; • LAlexanderplatz et le Nikolaiviertel ; o La Fernsehturm : la tour de télévision avec ses 368 m de hauteur est la construction la plus haute non seulement de la ville, mais aussi de toute lAllemagne (deuxième en Europe après la Tour Ostankino de Moscou) ; o Le Rotes Rathaus (« hôtel de ville rouge », à cause de la couleur de ses briques) : la mairie historique de la ville face à laquelle se trouve la très belle Fontaine de Neptune (Neptunbrunnen) ; o La Marienkirche ; o La Nikolaikirche, facilement reconnaissable dans le panorama berlinois grâce à ses deux tours ; • Le Gendarmenmarkt (Place des gendarmes), sans doute la plus belle place de Berlin ; o La Konzerthaus de Berlin (anciennement Schauspielhaus) ; o Le Deutscher Dom (cathédrale allemande, au sud de la place) et le Französischer Dom (cathédrale française) : elles accueillent respectivement aujourdhui le musée de lhistoire parlementaire allemande (entrée libre) et le musée des huguenots. • La nouvelle synagogue : elle nest pas, malgré son nom, un monument moderne, mais date de 1859 (Eduard Knoblauch, architecte). Cest un remarquable exemple de pastiche byzantin et mauresque de type « orientaliste ». La célèbre photo qui la montre en train de brûler est souvent légendée comme un incendie criminel nazi. Celui-ci a bien eu lieu en 1938, mais a fait peu de dégâts. La photo a en réalité été prise en 1943, pendant un bombardement allié qui la, lui, totalement détruite.Elle se trouve dans lOranienburger Straße, rue aujourdhui très touristique, où se trouvent denombreux cafés et restaurants, le Tacheles ainsi que lancienne Poste. Véritable symbole dujudaïsme, elle a été reconstruite à lidentique en 1993 et fait lobjet dune surveillance constante euégard aux craintes de vandalisme à caractère antijuif. Sa coupole dorée est à nouveau visible deloin ; • Les Hackesche Höfe : un ensemble de bâtiments aménagés autour de cours communicantes (Mietskaserne).Dans le centre-ouestLe Tiergarten avec la Siegessäule • Dans le Tiergarten ;
  5. 5. o La Siegessäule ou colonne de la Victoire. De nombreuses manifestations ont lieu sur la rue du 17 juin (Straße des 17. Juni), la Siegessäule y est souvent un point de rassemblement ; o Le Château de Bellevue (Résidence du Président) • Du côté du Kurfürstendamm ; o La Kaiser-Wilhelm-Gedächtniskirche ou « église du Souvenir » : léglise a été gravement endommagée pendant la Seconde Guerre mondiale et a été conservée telle quelle en guise de mémorial. En raison de sa forme, elle est surnommée la dent creuse par les Berlinois ; o LEuropa-Center : centre commercial sur plusieurs étages avec « Lhorloge du temps qui passe » ; o Le Kranzler-Eck ; o Le « Theater des Westens » (Théâtre de lOuest) ; o Le Zoologischer Garten, un véritable zoo au cœur de la ville : le plus grand dEurope. Cest aussi le nom dune station-gare à côté du zoo ; o Le Deutsche Oper Berlin dans la Bismarckstraße à Charlottenburg ; o Le KaDeWe (Kaufhaus des Westens) : le plus grand magasin dEurope continentale ;Le nouveau Berlin aux alentours de la Potsdamer Platz[modifier]Le Sony-Center, sur la Potsdamer Platz • La Potsdamer Platz (place de Potsdam). Le quartier a été entièrement reconstruit. Il fut une zone de no mans land lorsque Berlin était divisé. Cet immense espace vide situé en plein centre (la Potsdamer Platz était avant la guerre un des centres les plus importants de Berlin) a fait la joie des architectes — dont les célèbres Richard Rogers, Rafael Moneo, Renzo Piano, Arata Isozaki — qui ont pu se lancer dans les projets les plus fous. Le nouveau quartier qui sy est construit est résolument tourné vers lavenir ; o Le Sony-Center avec le musée du Film, la Kaiser-Saal et des cinémas (dont un IMAX) ; o Le complexe de Daimler avec notamment le centre commercial des Arcades (Arkaden), des cinémas (dont un IMAX), un théâtre musical et un casino ; • Le Kulturforum ; • La Philharmonie, salle de concert attitrée de lorchestre philharmonique de Berlin, surnommée un temps « Le Cirque Karajan » par les Berlinois en hommage à celui qui en fut le chef de 1954 à 1989 ;
  6. 6. • La Nouvelle Galerie Nationale de Berlin ; • Le Tempodrom, avec le Liquidrom ; • Le mémorial aux juifs assassinés dEurope, inauguré en mai 2005 ; • Un centre de documentation sur lappareil de terreur du régime nazi a été construit près de la Potsdamer Platz. Le travaux ont commencé le 2 novembre 2007. Le montant des travaux était estimé à lorigine à 24 millions deuros, une somme partagée entre lÉtat fédéral et la région. Le centre a été construit à lendroit où la Gestapo, la police secrète du régime nazi, les SS et les services de renseignement avaient installé leur quartier général17.Le quartier du gouvernementLa chancellerieLes nouveaux bâtiments du parlementChâteau de PfaueninselCe quartier se construit autour du Reichstag, où siège le Bundestag. Cette zone était déjà auparavantconsacrée à la politique et à la diplomatie.Il contient : • Le palais du Reichstag, rénové entre 1995 et 1999 par larchitecte Norman Foster, dans lequel siège le Bundestag, la chambre basse du parlement allemand (la diète) ;
  7. 7. • La « Bande de la Fédération » (Band des Bundes) formée par : o La chancellerie et le jardin du chancelier ; o Les nouveaux bâtiments du parlement (commissions, bureaux des groupes parlementaires, présidence et bibliothèque) ; • La Wilhelmstrasse (ministère des Finances, ambassade britannique) ; • Le quartier des ambassades (Botschaftsviertel) près du Tiergarten.Autres quartiers • Le Hansaviertel à Moabit, quartier choisi pour un concours darchitecture en 1953 grâce auquel on peut admirer 35 bâtiments réalisés jusquen 1957 par cinquante-trois architectes mondiaux dont Alvar Aalto, Egon Eiermann, Walter Gropius, Arne Jacobsen, Wassili Luckhardt, Oscar Niemeyer, Paul Schneider-Esleben et Max Taut ; • Petit château dHumboldt (Humboldt-Schlösschen) à Tegel ; • Château Biesdorf ; • Marzahn avec son moulin ; • Le Tierpark et le château de Friedrichsfelde ; • Château Köpenick — rouvert comme musée de lart Renaissance, Baroque et Rococo — et lîle au château ; • Pavillon de chasse de Grunewald ; • Pavillon de chasse de Glienicke ; • Le pont qui enjambe la rivière Glienicke, devenu célèbre par léchange de prisonniers et despions qui sy faisait du temps de la guerre froide ; • Lîle Pfaueninsel (île des paons) ; • Le quartier de Westend avec lOlympiastadion, stade des Jeux olympiques dété de 1936 mais aussi lUnité dhabitation de Le Corbusier ; • Le Mur de Berlin avec la East Side Gallery dans le quartier de Friedrichshain ; • La Karl-Marx Allee dans le quartier de Friedrichshain ; • LOberbaumbrücke, un pont qui relie les quartiers de Friedrichshain et Kreuzberg ; • Le quartier de Prenzlauer Berg ; • Le Checkpoint Charlie : le point de passage entre Berlin-Est et Berlin-Ouest. Le point de contrôle (ou une reconstitution) y demeure et un musée racontant les histoires de ceux qui sévertuèrent à essayer de passer le mur a été aménagé à proximité ; • La Funkturm ou tour de la radio ; • Le château de Charlottenburg entouré dun très beau parc avec étendue deau, belvédère, pavillon ; • Le quartier de Kreuzberg, un des quartiers turcs de Berlin ; • Les Cités du modernisme de Berlin, réparties dans six quartiers périphériques de la ville, classées au Patrimoine mondial de lUNESCO depuis 2008.
  8. 8. CultureLe quartier de FriedrichshainAprès la chute du mur de Berlin en 1989, de nombreuses maisons partiellement détruites pendant laSeconde Guerre mondiale et pas encore reconstruites se retrouvèrent au centre de Berlin. Elles sesituaient dans le quartier de Mitte qui faisait partie de Berlin-Est. Ces lieux abandonnés en pleincentre ville attirèrent beaucoup dartistes et ils devinrent le sol fertile pour toutes sortes de culturesunderground et autres contre-cultures. Des clubs sy installèrent y compris le célèbre « Tresor », undes clubs techno les plus importants au monde.La réputation du clubbing berlinois est reconnue et enviée dans le monde entier grâce à desdiscothèques légendaires, tel le fameux Kitkatclub et, plus récemment, le Berghain, deuxinstitutions mondialement connues pour leur programmation musicale combinée à une certaineliberté sexuelle de leur clientèle.Ce développement culturel passe notamment par loccupation dimmeubles désertés par des artistesalternatifs. Lexemple de la Tacheles Haus est sur ce point tout à fait remarquable. Berlin a donc unevie culturelle riche et très diverse. Spectacles et manifestations en tout genre sont nombreux. Cestune ville internationale, très ouverte et tolérante, multiculturelle. Berlin compte plus de 150 théâtreset autres scènes, plus de 175 musées et collections, environ 300 galeries, plus de 250 bibliothèquespubliques, 130 cinémas et de nombreuses autres institutions culturelles. Avec un budget pour laculture de presque un milliard, Berlin fait partie des leaders internationaux.Siège dUniversal Music dans OsthafenAujourdhui, Berlin doit faire face à de graves difficultés financières, mais les manifestationsculturelles continuent. On peut noter le Carnaval des Cultures, un défilé de rue multiethnique annuel,ainsi que le CSD (Christopher Street Day), qui est la plus grande manifestation dhomosexuels enEurope centrale. Ces événements attirent des millions de Berlinois et sont soutenus par legouvernement de la ville. Jusquen 2003 et également en 2006, chaque été eut aussi lieu la Love
  9. 9. Parade, le plus grand défilé damoureux de la musique techno, en plein centre-ville, dans leTiergarten.Bien que la population diminue et que le taux de chômage soit élevé, beaucoup de jeunesAllemands et dartistes continuent à sinstaller à Berlin, faisant de la ville la capitale de la jeunesseet de la culture pop dAllemagne. Dailleurs, en 2003, il a été annoncé que lannuel Popkomm, uneréférence mondiale dans lindustrie musicale, aurait lieu désormais à Berlin, après sêtre déroulépendant quinze années à Cologne. De plus, la chaîne musicale MTV Allemagne a aussi déménagéson siège de Munich pour Berlin fin avril 2004.Enfin, Berlin est aussi une référence pour le cinéma avec laccueil chaque année en février de laBerlinale, festival international de cinéma dont la récompense suprême est lOurs dOr.Quelques musées[Château de CharlottenburgLe musée juif • le Musée des Technologies à Kreuzberg • la Neue Nationalgalerie (Nouvelle Galerie Nationale), une des dernières constructions de Ludwig Mies van der Rohe • le Bauhaus-Archiv • la Berlinische Galerie • le Bröhan-Museum • le Musée historique allemand • le Musée juif • le Brücke-Museum • le Musée des Alliés • le Gemäldegalerie • le Jagdschloss Grunewald • le Kulturforum
  10. 10. • le Museum Berggruen • le Museum für Gegenwart dans le Hamburger Bahnhof • le Musikinstrumenten-Museum • le Museum für Naturkunde der Humboldt-Universität zu Berlin (muséum dhistoire naturelle). • le Musée de la DDR (Deutsche Demokratische Republik) • les Musées de Dahlem : o le Musée ethnologique o le Musée dart asiatique o le Musée des cultures européennesÎle aux MuséesLe musée de Bode dans lîle aux MuséesArticle détaillé : Île aux Musées.LÎle aux Musées abrite : • lAltes Museum (réalisé par Karl Friedrich Schinkel) : antiquités grecques ; • lAlte Nationalgalerie : collection dart du XIXe siècle ; • le musée de Bode : collection dart byzantin, sculptures du Moyen Âge et de la Renaissance, Cabinet de médailles ; • le Neues Museum : antiquités égyptiennes ; • le musée de Pergame : collections de la Perse antique, de la Grèce antique et de lart musulman.Quelques théâtresTheater des Westens • Berliner Ensemble ; • Deutsches Theater ;
  11. 11. • Grips-Theater ; • Schaubühne am Lehniner Platz ; • Theater des Westens ; • Volksbühne Berlin ; • Hebbel am Ufer ; • Maxim-Gorki-Theater ; • Konzerthaus.CinémaLa Berlinale en févrierBerlin accueille chaque année en février la Berlinale. Quelques films se déroulant à Berlin : • Berlin, symphonie dune grande ville (Berlin: Die Sinfonie der Großstadt) (1927)), film muet de Walter Ruttmann ; • Ventres glacés (Kuhle Wampe oder: Wem gehört die Welt? (1932), sur la Kuhle Wampe ; • Les assassins sont parmi nous (Die Mörder sind unter uns) (1946), première production sous contrôle soviétique ; • Allemagne année zéro (Germania anno zero) de Roberto Rossellini (1948) ; • Un, deux, trois (One, Two, Three), une comédie satirique de Billy Wilder (1961) ; • La Légende de Paul et Paula (Die Legende von Paul und Paula) de Heiner Carow (1972), film culte de la RDA ; • Les Ailes du désir (Der Himmel über Berlin) de Wim Wenders (1987) ; • Cours, Lola, cours (Lola rennt) de Tom Tykwer (1998) ; • Sonnenallee de Leander Haußmann (1999) ; • Berlin is in Germany (2001) et One day in Europe de Hannes Stöhr ; • Good Bye, Lenin! de Wolfgang Becker (2002) ; • Herr Lehmann (2003) de Leander Haußmann, sur le quartier du Kreuzberg en 1989 ; • The Edukators (Die Fetten Jahre sind vorbei) de Hans Weingartner (2005) ; • La Mort dans la peau (2004) ; • La Chute (Der Untergang) dOliver Hirschbiegel, 2004 ; • Un été à Berlin (Sommer vorm Balkon) dAndreas Dresen, 2005 ; • La Vie des autres (Das Leben der Anderen) de Florian Henckel von Donnersmarck, 2007 ; • Walkyrie (Valkyrie) de Bryan Singer, 2008.Opéras[ • Deutsche Oper Berlin ; • Komische Oper ; • Staatsoper Unter den Linden.
  12. 12. Orchestres et choralesPhilharmonie de Berlin, où jouent les Berliner PhilharmonikerOrchestres : • Berliner Philharmoniker : le célèbre orchestre autrefois dirigé par Herbert von Karajan et Claudio Abbado. Cest le Britannique Simon Rattle qui est désormais à la tête de la philharmonie ; • Konzerthausorchester Berlin (anciennement Berliner Sinfonie-Orchester) : autrefois dirigé par Kurt Sanderling et Eliahu Inbal notamment. Le chef actuel est Lothar Zagrosek ; • Deutsches Symphonie-Orchester Berlin : autrefois dirigé par Ferenc Fricsay et Lorin Maazel notamment. Le chef actuel est Ingo Metzmacher ; • Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin : autrefois dirigé par Hermann Abendroth et Heinz Rögner notamment. Le chef actuel est Marek Janowski ; • Staatskapelle Berlin : orchestre de lOpéra Unter den Linden (Staatsoper), dirigé par Daniel Barenboim ; • Akademie für Alte Musik Berlin : orchestre spécialisé dans le répertoire baroque, souvent dirigé par René Jacobs.UniversitésLUniversité Humboldt
  13. 13. Université technique de Berlin • Freie Universität Berlin (Université libre de Berlin) ; • Humboldt-Universität zu Berlin (Université Humboldt de Berlin) ; • Technische Universität Berlin (Université technique de Berlin) ; • Universität der Künste (Université des Beaux-Arts).Autres établissements assimilables à des grandes écoles de commerce : • Hochschule für Wirtschaft und Recht (Berlin School of Economics and Law) ; • ESCP Europe - Campus Berlin ; • International Business School Berlin.Autres établissements assimilables à des écoles dingénieurs : • Hochschule für Technik und Wirtschaft ; • Beuth Hochschule für Technik.Autres établissements assimilables à des universités techniques : • Alice-Salomon-Fachhochschule für Sozialarbeit/-pädagogik ; • Evangelische Fachhochschule ; • Hertie School of Governance ; • Hochschule für Musik Hanns Eisler.Jardins zoologiquesÀ Berlin, il y a deux jardins zoologiques: le zoo de Berlin (Zoologischer Garten Berlin), fondé dès1844, et le Jardin Zoologique de Berlin-Friedrichsfelde (Tierpark Berlin), fondé en 1954. Depuis laréunification de la ville de Berlin, les deux institutions coopèrent intensivement et, depuis le31 janvier 2007, ils sont dirigés par un seul directeur.ÉconomieInstitut de Fraunhofer-Gesellschaft en AdlershofÉconomie et politique sont étroitement liées à Berlin depuis longtemps : avant la chute du Mur, lapartie occidentale de la ville survivait grâce aux subventions fournies par la RFA, qui couvraientplus de la moitié de son budget. Les salariés berlinois recevaient alors un Berlinzuschlag, une primespécifique récompensant leur fidélité à Berlin.Après la chute du Mur, la suppression des subventions fédérales accordées à la partie ouest et lapolitique très ambitieuse du renouveau de Berlin fait croître lendettement de la ville qui atteint 20,6milliards deuros en 199418. Les investisseurs étrangers ne sont pas venus sinstaller si vite que lon
  14. 14. avait espéré et les rentrées fiscales restent maigres, comparées aux dépenses concernant unepopulation connaissant un fort taux de chômage. Beaucoup dentreprises de Berlin-Est ont dûfermer pour manque de productivité. Toutefois, en 2007, Berlin a dégagé pour la première fois deson histoire un excédent budgétaire19.Avec un PIB de 88,1 milliards deuros en 200920 (25.700 euros par habitant), la zone urbaine élargiede Berlin est la troisième dAllemagne après celles de Munich et de Hambourg21.Air BerlinHistoriquement, lindustrie a un poids important dans le développement économique de la ville. Desquartiers entiers sont nommés daprès des grands noms de lindustrie allemande, comme, notamment,Siemensstadt, bâti dans les années 1920 dans le quartier de Spandau pour les ouvriers de cetteentreprise. Elle y a toujours son siège, contrairement à beaucoup dautres sociétés berlinoises quiont quitté la ville après la construction du Mur, par peur dêtre coupées de leurs fournisseurs et deleurs marchés. Dans les années 1990, Berlin s’est largement désindustrialisée. La ville a perdu 45 %des emplois de ce secteur22.Si le secteur des services occupe une place croissante à Berlin, la fonction publique reste le premieremployeur de la ville. Le développement du secteur tertiaire n’a dailleurs pas pu compenser ledéclin industriel. La ville a ainsi perdu 20 % de sa population active et son taux de chômage était en2008 de 15,5 %23,24. Ce taux a baissé à 12,8 % fin 201025.Seul le secteur touristique a tiré son épingle du jeu. Berlin est ainsi la ville la plus touristiquedAllemagne. En 2007, elle a accueilli 7,5 millions de visiteurs, avec environ 17,2 millions denuitées. La fréquentation est dailleurs en nette augmentation depuis quelques années. Le secteur dutourisme représente aujourdhui 255 000 emplois, pour un chiffre daffaires brut de plus de 8milliards deuros26.Pour réduire les coûts administratifs et pour réintégrer Berlin à son voisinage, une initiative visant àregrouper les Länder de Berlin et de Brandebourg (avec sa capitale Potsdam) a été refusée en 1996par les populations consultées par référendum. Ainsi, Berlin a dû affronter seule les défiséconomiques et politiques de la fin du XXe siècle, parmi lesquels la venue du gouvernementallemand.Transports
  15. 15. La Hauptbahnhof (gare centrale)Berlin est très bien desservie par les transports publics géré par le Berliner Verkehrsbetriebe(BVG) : le réseau de trains urbains (S-Bahn de Berlin), métro (U-Bahn), tramway (MetroTram) etde bus assure une couverture quasi-complète de la ville aussi bien de jour que de nuit. Le vendredisoir, le samedi soir et les veilles de jours fériés, les métros et les S-Bahn fonctionnent même encontinu pendant toute la nuit. Pendant la semaine des autobus remplacent les métros entre environ 1h et 4 h 30. Berlin dispose également de six lignes publiques de ferry.La ville est traversée dest en ouest par le Berliner Stadtbahn. Sur cette ligne se trouvent les stationsde Ostkreuz, Warschauer Straße, Ostbahnhof, Jannowitzbrücke, Alexanderplatz, Hackescher Markt,Friedrichstraße, Hauptbahnhof, Bellevue, Tiergarten, Zoologischer Garten, Savignyplatz,Charlottenburg et Westkreuz.Le S-Bahn berlinoisAprès la réunification, de nombreux travaux ont eu lieu pour transformer lancienne LehrterBahnhof (« gare de Lehrte ») renommée Hauptbahnhof (« gare centrale ») en véritable garecentrale : elle est devenue le nœud central de Berlin pour le transport ferroviaire et du S-Bahn surlaxe est-ouest. Le raccordement à un axe de S-Bahn nord-sud plus dense et au métro (avec leprolongement de la ligne 5) est programmé. Une partie des travaux (notamment concernant ladesserte de la gare par les transports urbains) est retardée, voire suspendue sine die, faute definancements, Berlin étant au bord de la faillite. La gare est entrée cependant en fonction pour letrafic régional interrégional et international le 28 mai 2006. La liaison Est-Ouest existante a étécomplétée par une liaison Nord-Sud (partie du Pilzkonzept, « concept du champignon »).
  16. 16. Plan de Berlin avec les trois aéroportsLe réseau a été complété en 2002 par la remise en service de lintégralité du chemin de fer deceinture qui avait été divisé par le Mur puis mis hors service à Berlin-Ouest. Le S-Bahnring ouRingbahn permet de faire le tour de la ville en soixante minutes exactement.Après la construction du mur, les deux parties de la ville avaient choisi leur propre moyen detransport. À lOuest, on a privilégié les lignes de métro de Berlin (U-Bahn). Les lignes historiquesdesservaient déjà avant-guerre majoritairement les quartiers occidentaux. Les autorités de Berlin-Ouest ont choisi de renforcer le réseau, offrant une desserte très rapide et fiable.À lEst, une grande partie des transports se fait au moyen du réseau de tramways, qui avaientdisparu à lOuest, où ils font leur — timide — réapparition (notamment à Wedding). Plusieurslignes de bus et de tram dites « métro » permettent aussi des déplacements rapides à travers la ville.Le prolongement de la ligne de ceinture M10 jusquà la gare centrale (ancienne gare de Lehrte) esten cours.Concernant le réseau autoroutier, la ville ne connaît pour linstant quune demi-rocade du côtéouest ; elle devrait à long terme être bouclée. Il existe une deuxième rocade qui fait le tour de laville à une plus grande distance (lautoroute A10) qui est le plus grand périphérique dEurope.Pour le transport ferroviaire, la Deutsche Bahn fait rouler des trains et des express régionaux ainsique des ICE.Pour le transport aérien, Berlin possède deux aéroports : Tegel et Schönefeld. Laéroport historiquede Tempelhof, troisième plus grand bâtiment au monde (long de 1,2 km) derrière le Pentagone et lePalais du Parlement de Bucarest, construction emblématique de larchitecture nazie et devenucélèbre à loccasion du pont aérien organisé par les Occidentaux pendant le blocus de Berlin, afermé ses portes le 31 octobre 2008 et est maintenant un immense parc. Il sera suivi par Tegel, dontla fermeture est prévue en juin 2012. Quant à Schönefeld, en cours dagrandissement par uneconstruction complètement neuve, il deviendra en 2011 le grand aéroport Berlin BrandenburgInternational - BBI (Code AITA : BER) concentrant ainsi tout le trafic aérien berlinois sur un seulsite.Berlin est une ville célèbre pour son Circuit de létoile, manifestation organisée par le club descyclistes allemands ADFC. En 2004, 250 000 cyclistes y auraient participé, d’après la police deBerlin.Pour les voyageurs, un tarif spécial, applicable à deux personnes, permet de profiter dun transportqui peut être valide à Berlin, Bavière, Hesse et même Brandebourg. Cette option pour deuxpersonnes offre le privilège de se déplacer où lon veut dans les villes ci-dessus pendant quinzejours..

×