Marie- Laurence MAILLOT
Lycée Professionnel de l' HORIZON
FRANCE D' OUTRE MER : ILE DE LA REUNION
1 – L' ILE DE LA REUNION...
LE PATRIMOINE AGRICOLE :
Les richesses agricoles de l’île de La Réunion, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO
Vous n...
Et de la chimie verte
C'est un enjeu stratégique fort pour le centre de Recherche et de Développement eRcane. Produisant
u...
cochons, qu’il n’y a personne qui ne soit excité d’y demeurer. » Marquis de Mondevergue
Voilà comment l’on pouvait décrire...
Une île au parfum
Un jeune esclave, Edmond Albius, invente, en 1841, le procédé de la fécondation artificielle de la
vanil...
Voyage à l'île de La Réunion : explorez un concentré des
forces de la nature
Avant votre voyage sur l'île de La Réunion, p...
Réunion, passez à la Maison du Volcan pour obtenir plus d'informations.
Au sud, la route nationale traverse les laves enco...
serviteurs malgaches. Les premiers enfants nés à La Réunion étaient donc métissés, de mère
malgache.
Une société esclavagi...
Au rayon alimentaire
Vous serez tentés de faire partager, à votre retour, les fruits de l’île (mangues, letchis, ananas et...
de mer, recyclées en sacs et paniers...
Ne manquez pas de découvrir les créations à base d’écaille de tortues de mer, de c...
La musique de ce parler imagé se fait entendre à la radio, à la télévision. Le créole est désormais
enseigné au collège et...
Maillot Laurence - Ile de la Reunion
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Maillot Laurence - Ile de la Reunion

705 vues

Publié le

Presentation des participants course IST Comenius-Grundtvig "Grand Tour en Europe: Lisbonne 2013"

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
705
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
180
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Maillot Laurence - Ile de la Reunion

  1. 1. Marie- Laurence MAILLOT Lycée Professionnel de l' HORIZON FRANCE D' OUTRE MER : ILE DE LA REUNION 1 – L' ILE DE LA REUNION : • Situation : https://maps.google.com/ • L' ILE DE LA REUNION , ile volcanique , est située dans l' Océan Indien prés de Madagascar et à plus de 10000 Km de la FRANCE . C' est un Département d' OUTRE – MER Français .
  2. 2. LE PATRIMOINE AGRICOLE : Les richesses agricoles de l’île de La Réunion, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO Vous ne pourrez pas visiter La Réunion sans admirer son patrimoine agricole. Ses plantations sont telles que vous les côtoierez quotidiennement, faisant de l’île de La Réunion, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, une terre où la nature a gardé tous ses droits. Visitez les différentes fermes plantations et apprenez-en davantage sur la récolte de la vanille et de la canne à sucre, montez à cheval, découvrez les fleurs tropicales, etc. L’île de La Réunion, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO regorge de trésors naturels, organisez au mieux votre voyage pour les admirer. La filière canne-sucre de La Réunion L'industrie de la canne à sucre est une activité stratégique pour La Réunion. C'est une valeur sure : elle représente le premier poste d'exportation de l'île, elle structure et protège 25 000 hectares de terres et représente 12 000 emplois directs et indirects. Un pilier économique 3 600 producteurs livrent prés de 2 000 000 de tonnes de cannes pour une production de 210 000 tonnes de sucres: la filière canne-sucre reste l'une des principales activités économiques de l'ile. Elle est créatrice de richesse et d'emplois : 12 000 emplois directs et indirects. Elle représente 50 % de l'exportation réunionnaise. Une industrie sucrière moderne La Réunion dispose aujourd'hui de deux usines àtaille européenne, les sucreries du Gol et de Bois- Rouge. Des investissements réguliers et conséquents ont permis aux deux unités industrielles d'atteindre des niveaux de compétence reconnus sur le plan international. Un savoir-faire exporté La modernisation constante de l'industrie réunionnaise en a fait une vitrine technologique reconnue dans l'ensemble du monde du sucre de canne. eRcane, le centre de recherche de la filière, effectue des missions de coopération et d'assistance technique dans les pays sucriers de la ceinture tropicale. Dans l'océan Indien, mais aussi en Afrique, en Asie, dans le Pacifique et la Caraïbe, son expertise en matière de sélection variétale, fruit de 75 années de pratique, est régulièrement sollicitée. Une énergie renouvelable… La canne à sucre produit également de l'électricité. Elle est, pour La Réunion, une source d'autonomie énergétique. En 1992 la mise en service d'une centrale thermique mixte bagasse- charbon a constitué une première mondiale. Aujourd'hui, les deux centrales, attenantes aux usines sucrières, transforment 540 000 tonnes de bagasse en énergie, ce qui évite l'importation et la combustion de 138 000 tonnes de charbon.
  3. 3. Et de la chimie verte C'est un enjeu stratégique fort pour le centre de Recherche et de Développement eRcane. Produisant une biomasse très importante et demandant peu d'intrants, la canne à sucre est une plante idéale pour servir de base à une bioraffinerie. Elle permet déjà de produire : - un produit alimentaire : le sucre - de l'électricité avec la bagasse - de l'engrais avec l'écume - de l'alcool avec la mélasse. De nouveaux débouchés, à forte valeur ajoutée pour la filière, correspondant à la valorisation de la canne « plante entière » sont à l'étude. Une canne multifonctionnelle Au-delà de son impact direct et indirect sur l'économie réunionnaise, l'activité sucrière est un véritable outil du développement durable. C'est un outil d'aménagement du territoire. La canne à sucre permet d'occuper et de valoriser l'espace de façon optimale et participe au maintien des paysages et de la qualité du cadre de vie. Joyau et symbole des paysages, c'est un atout majeur de l'attrait touristique de l'île. Par ailleurs, sa culture protège les sols de l'érosion naturelle et des cyclones. Elle représente un exutoire pour les déchets organiques, permettant de maintenir la pureté et l'alimentation des nappes phréatiques. C'est enfin et aussi le fondement de l'histoire réunionnaise. Depuis le XVIIIème siècle, la vie économique et sociale s'est organisée autour de sa culture. Elle a traversé les siècles, mobilisant chaque génération. Syndicat du Sucre de la Réunion • TEREOS Océan Indien • Notre projet • La gouvernance • La filière canne-sucre • DE LA CANNE AU SUCRE • Le sucre • Le sirop la cuite • La mélasse • La bagasse • Les écumes • La chimie verte SITES DE PRODUCTION • Sucrerie de Bois Rouge • Sucrerie du Gol • Eurocanne SUCRES DE CANNE • Sucre Blanc • Sucres Roux • Pour le plaisir • VISITEZ NOS SUCRERIES • Sucrerie de Bois Rouge • Sucrerie du Gol Cinq cents ans d'histoire « L’île Bourbon, quoique très sauvage en apparence et pleine de montagnes et de bois impénétrables, a des endroits si agréables à voir, un air et des eaux si excellents, une si grande quantité de gibier, de poissons et de tortues de mer et de terre, de bœufs sauvages, de cabris et de
  4. 4. cochons, qu’il n’y a personne qui ne soit excité d’y demeurer. » Marquis de Mondevergue Voilà comment l’on pouvait décrire, en 1666, l’île déserte de l’océan Indien dont la France avait pris possession quelques années plus tôt, en lui donnant le nom de la famille royale. Un peuplement tardif et métissé Déjà connue des navigateurs arabes, portugais, anglais ou hollandais, qui s’y arrêtaient pour faire provision d’eau et de vivres, elle commence à être mise en valeur par quelques Français, accompagnés de serviteurs malgaches, dont des femmes. Les premiers petits réunionnais ont donc tous une origine malgache. A partir de 1715, la Compagnie des Indes Orientales, gestionnaire de l’île jusqu’en 1767, organise la culture du café, qui requiert une abondante main d’œuvre. Une société esclavagiste se met en place. Les plants de caféiers couvrent toutes les pentes de l’île jusqu’au début du XIXème siècle. Girofliers et muscadiers sont également introduits avec succès. Témoin de cette époque, le Musée de Villèle a été établi sur le domaine de la famille Panon- Desbassyns-Villèle. On peut visiter "La Chapelle pointue", les vestiges de la sucrerie, la cuisine extérieure et la demeure de maître. Baptêmes successifs Appelée Dina Morghabine par les Arabes, puis Ile Bourbon par les Français, l'île prend son nom actuel en 1794, en référence à la "réunion des Etats Généraux". En 1803, elle devient l’île Bonaparte, puis Bourbon de nouveau en 1814, après cinq années d’occupation anglaise. En 1848, elle reprendra son nom définitif. Monocultures Une vraie révolution industrielle commence en 1815, avec le début de l’exploitation de la canne à sucre, qui supplante rapidement le café sur toutes les zones littorales. L’industrie sucrière saura surmonter toutes les crises pour rester, encore aujourd’hui, le pilier de l’économie agricole insulaire. A Saint-Leu, le Musée Stella Matutina retrace les aventures agro-industrielles de la Réunion. En 1848, l’esclavage est aboli. Maîtres et anciens esclaves parviennent difficilement à travailler ensemble. L'île recherche de la main d'oeuvre à l'extérieur. Beaucoup des "engagés", travailleurs massivement recrutés en Inde, resteront à La Réunion.
  5. 5. Une île au parfum Un jeune esclave, Edmond Albius, invente, en 1841, le procédé de la fécondation artificielle de la vanille. La vanille Bourbon deviendra rapidement la meilleure du monde. Cette culture se perpétue aujourd'hui, que ce soit dans les plantations privées ou en coopérative, qui peuvent être visitées sur l'est de l'île, ou dans des restaurants qui en font leur spécialité La distillation du géranium rosat et du vétyver donnent des huiles essentielles qui restent également réputées. A découvrir dans les hauts de Saint Paul, à Petite France, ou à la Coopérative des huiles essentielles, au Tampon. Après le littoral, les hautes plaines et les cirques de l’intérieur sont, à leur tour, habités et valorisés. Modernité Quand la France colonise Madagascar, à partir de 1895, la Réunion tombe un peu dans l’oubli et vit, pendant plusieurs décennies, dans l’ombre de sa grande voisine. Mais en 1946, l'île devient département d’outre-mer. Progressivement, elle bénéficie d’importants investissements publics, qui lui donnent son visage actuel, moderne et développé. La Réunion est également une région de l’Union européenne à part entière, même si 10 000 kilomètres la séparent de Bruxelles. L’agriculture et la pêche, les industries de transformation, le commerce, les technologies de l'information et de la communication, l'audiovisuel et le tourisme sont les principales activités économiques aujourd’hui. Votre voyage à l’île de La Réunion, une île née il y a 3 millions d'années
  6. 6. Voyage à l'île de La Réunion : explorez un concentré des forces de la nature Avant votre voyage sur l'île de La Réunion, plongez dans son histoire… L’action conjuguée de l’eau, du vent et des mouvements internes de l’écorce terrestre, a donné naissance à des paysages majeurs : les trois grands cirques intérieurs de Cilaos, Mafate et Salazie, les profondes entailles formées par les principales rivières dans les flancs du volcan-bouclier, les plaines d’altitude parsemées de pitons… Concentrées sur un territoire de petite dimension (2 500 km²), ces montagnes abruptes donnent à La Réunion une très forte identité géographique. Le survol de l'île en hélicoptère ou en ULM est époustouflant. Le Piton des Neiges est le point culminant de l’île : 3 070 m. Ses dernières éruptions remontent à 16 000 ans. Accessible depuis le cirque de Cilaos, le cirque de Salazie ou la Plaine des Cafres, son ascension est classiquement réalisée en deux étapes, la nuit au gîte du Piton des Neiges permettant d'assister au lever du soleil sur le toit de la Réunion. Voyage à l’île de La Réunion, voyage aux pieds d’un volcan Plus jeune, le Piton de la Fournaise (2632 m), apparu il y a 300 000 ans, est un des volcans les plus actifs au monde. Volcan de type "effusif", il reste relativement inoffensif. Deux fois par an en moyenne, il offre le spectacle féerique de fontaines de lave montant dans le ciel, de coulées brûlantes s’épanchant dans le sens de la pente et dont on peut s’approcher sans risque, pour peu de respecter les consignes de sécurité. Parfois, la lave atteint la mer, faisant naître d’immenses panaches de vapeur et modifiant les contours de la côte. La Fournaise menace très rarement des zones habitées et les appareils de mesure de l'Observatoire volcanologique préviennent de l’imminence des éruptions. Le point de vue sur l'Enclos, depuis le Pas de Bellecombe, est accessible en voiture, en passant par la Plaine des Cafres. Le gîte du volcan permet d'être, dès l'aube, sur ce site. De nombreuses autres structures, offrant le gîte et le couvert, sont situées à proximité. Lors de votre voyage sur l’île de La
  7. 7. Réunion, passez à la Maison du Volcan pour obtenir plus d'informations. Au sud, la route nationale traverse les laves encore fumantes de la coulée qui a atteint la mer en 2007. Paradisiaque voyage ! L’île de la Réunion offre 210 kilomètres de côtes… Majoritairement constituées de falaises ou de plages de galets léchées par les vagues, les côtes sont en elles-mêmes une invitation au voyage sur l’île de La Réunion. Les plages de sable s’étendent sur un total de 35 km, de l’ouest au sud de l’île. A Grand’Anse, Saint-Pierre, Saint-Leu, Saint-Gilles (La Saline, l'Ermitage), elles font face à une barrière de corail formant des lagons peu profonds. Ces milieux d’une grande richesse sont, depuis 2007, protégés par une réserve naturelle marine. Micro-climats et milieux naturels classés La combinaison d’un climat tropical humide et d’un relief vertigineux a favorisé la multiplication de milieux spécifiques, contribuant au développement d'une faune et d'une flore endémiques. Entre la savane sèche de l’ouest et les forêts humides d’altitude, les versants de la "côte au vent", les remparts parcourus de cascades et les hauteurs volcaniques, La Réunion offre une variété de milieux naturels digne d’un continent. Les villes se sont développées sur le littoral, tandis que l’intérieur montagneux est resté verdoyant et sauvage. En savoir plus L'Observatoire volcanologique du piton de la Fournaise Le site du Parc National de la Réunion Le site de l'Office National des Forêts Tout le monde descend du… bateau L’île était déserte jusqu’à ce qu’elle devienne française, au XVIIe siècle. Elle a été peuplée par vagues successives. Ses premiers habitants étaient des colons français accompagnés de leurs
  8. 8. serviteurs malgaches. Les premiers enfants nés à La Réunion étaient donc métissés, de mère malgache. Une société esclavagiste se met ensuite en place, arrachant la main d’œuvre à Madagascar et diverses régions d’Afrique. Lorsque l’esclavage est aboli, en 1848, la colonie cherche de nouveaux bras en Inde. Ces travailleurs, appelés " engagés" viennent essentiellement du Tamil Nadu (sud de l’Inde). Au cours du XIXe siècle, des migrants venus de Chine et de l’Inde musulmane (Goujrat) commencent à s’établir dans l’île. Ils sont rejoints au XXe siècle par de nombreux compatriotes. A partir des années 1960, des Français de métropole viennent s’établir, en nombre croissant, à La Réunion. Dans les années 1970, le département français de l’océan Indien commence à attirer des Comoriens, dont des Mahorais. Les visages réunionnais d’aujourd’hui, métissés pour la plupart, portent cette histoire. Ils sont familièrement qualifiés de : - cafres : descendants d’esclaves ou de travailleurs engagés africains et malgaches ; - zarabs : Indiens musulmans, qui ont en commun avec les Arabes la religion ; - malbars : descendants des travailleurs engagés du sud de l’Inde ; - zoreys : Français de métropole (le Français est dur d’oreille dès qu’on lui parle une autre langue que la sienne !) ; - chinois : Réunionnais d’origine chinoise et peu métissé. - yab, ou « petit Blanc des Hauts » : descendants des colons les plus modestes repoussés vers les Hauts de l’île dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Mais aucune catégorie ne forme une communauté strictement cloisonnée : tous les jours, un mariage rapproche un peu plus chacune d’entre elles. La Réunion préfigure le monde de demain, celui d’un village uni par la vie en commun au-delà de ses origines multiples. Quel meilleur remède contre le racisme ordinaire et les préjugés qu'un voyage à La Réunion ? Produits locaux à découvrir et faire découvrir
  9. 9. Au rayon alimentaire Vous serez tentés de faire partager, à votre retour, les fruits de l’île (mangues, letchis, ananas et autres, selon la saison…) ou la vanille Boubon. Autre grande spécialité locale : le rhum et ses déclinaisons. Pour vos cocktails, le rhum blanc se vend en bouteilles ou en « bag in box », très commode pour le transport. Le rhum blanc est également la base des préparations de « rhum arrangé » : vous trouverez dans le commerce des sachets de fruits et plantes séchés prêts à l’emploi, qui ne demanderont qu’à être plongés dans le rhum à votre retour. De même, les marques locales de punch proposent une gamme très large de parfums, en tirant le meilleur des fruits de l’île. Vous pourrez glisser aussi dans votre valise des petits bocaux de piments, des sachets d'épices, des baies roses ou la fleur de sel de Saint Leu, qui donneront à vos plats le parfum de La Réunion, longtemps après votre retour. A Cilaos, les dentelières poursuivent un travail minutieux. Profitez de votre passage pour faire provision de vins, de lentilles, et même de cosmétiques bio, qui vous rappeleront votre séjour dans cette station thermale. Au chapitre des senteurs Les huiles essentielles (géranium, vétiver…) distillées dans l’île font d’excellents parfums d’ambiance et d’hygiène. Artisanat L’artisanat traditionnel se perpétue surtout à travers le tressage des feuilles de vacoa, arbre de bord
  10. 10. de mer, recyclées en sacs et paniers... Ne manquez pas de découvrir les créations à base d’écaille de tortues de mer, de cuirs marins, de cocos ou de lave volcanique. Les fruits de l’imagination des artisans d’art est sans limite. Textiles La création réunionnaise s’exprime également sur le textile : plusieurs marques locales de tee-shirts et de tenues de plage proposent des articles de qualité, très tendance et souvent plein d’humour. Culture Un détour par les rayons « livres », « musique » et « vidéo » vous permettra de découvrir les talents insulaires. Les romanciers réunionnais les plus lus (Axel Gauvin, Daniel Vaxelaire...) publient pour l'essentiel en français. Pour les plus jeunes, l'édition pour enfants est en plein essor. Au rayon bande dessinée, la production réunionnaise est de qualité. Par ailleurs, les premières aventures de Tintin et Astérix ont été récemment traduites en créole réunionnais ! Côté musique, l'île compte aujourd'hui des centaines de groupes et une abondante production discographique. La notoriété de certains artistes a dépassé les frontières de l'île: Danyel Waro, Davy Sicard, Salem Tradition, Grammoun Lélé, Meddy Gerville, Ziskakan, Baster, Pat Jaune, René Lacaille, Nathalie Natiembé, Zong...Leurs CD se trouvent partout. Colis Des sociétés réunionnaises proposent l’expédition de colis de fruits, de fleurs et de produits locaux, dans des conditionnements sécurisés. Une culture vivante Dès les premières décennies du peuplement de l’île, les habitants, venus d’horizons différents, ont dû inventer une langue pour communiquer. La base était le français de l’époque, parlé par les colons. Pratiqué au quotidien par la grande majorité de la population, le créole réunionnais ne cesse d’évoluer. Il est compréhensible par le nouveau venu francophone… à condition de bien prêter l’oreille !
  11. 11. La musique de ce parler imagé se fait entendre à la radio, à la télévision. Le créole est désormais enseigné au collège et au lycée (sur option) ainsi qu’à l’Université. Il est plus rarement écrit et sa graphie fait l’objet de nombreux débats entre partisans d’une écriture proche de celle du français et les tenants d’un kreol plus phonétique. La langue créole inspire de nombreux artistes et auteurs, alors que la tradition du conte et du fonnkèr (poésie) connaît un intéressant renouveau. Les romanciers réunionnais les plus lus publient toutefois, pour l’essentiel, en français. En français ou en créole, l’édition pour enfants est également en plein essor. Une bande dessinée réunionnaise de qualité se fait pour sa part connaître, et les premières aventures de Tintin et d’Astérix ont été récemment traduites en créole réunionnais ! La musique réunionnaise repose sur deux styles originaux, aux racines profondes : le maloya et le séga. Le maloya s’apparente à un blues ternaire. Musique des esclaves afro-malgaches, il s’est longtemps perpétué dans la clandestinité. Aujourd’hui, chacun se l’approprie et l’enrichit, en le mariant parfois à d’autres rythmes : rock, reggae. Tout comme est sortie de l’ombre la tradition du moring, danse de combat associée au battement lancinant des percussions. Plus européen par ses rythmes et ses instruments, le séga est la danse de toutes les fêtes. La Réunion compte aujourd’hui des centaines de groupes musicaux et une abondante production discographique. La notoriété de certains artistes a dépassé les frontières de l’île : Danyel Waro, Davy Sicard, Salem Tradition, Granmoun Lélé, Meddy Gerville, Ziskakan, Baster, René Lacaille, Nathalie Natiembé, Zong, Pat'Jaune. Un séjour à La Réunion donne l’occasion de découvrir l’expression artistique locale sous toutes ses autres formes : danse, théâtre, arts plastiques, également extrêmement riches. • Le Maloya • Le Séga LYCEE PROFESSIONNEL DE L'HORIZON Un Hyperlien : http://lp-lhorizon.ac-reunion.fr/

×