L’OPEN DATA ENVIRONNEMENTAL         FAIT MAISON  Fabriquer ses données pour répondre         aux grandes questions   envir...
Objectif de l’atelierProposer aux participants de faire émerger leurs« embarras » liés à l’environnement (au senslarge : e...
Une quinzaine de personnes,(collectivités, étudiants, journalistes, entreprises, associations…)                réparties e...
• Fabriquer ses données pour répondre aux  grandes questions environnementales que l’on        3 projets à forte valeur aj...
Le tableau de bord de l’écoleEquiper les écoles d’outils permettant demesurer leur impact environnemental, dans untriple o...
La cartographie temps réel des zonesallergènes dans la villeDévelopper des indicateurs permettantd’informer les citoyens d...
La traçabilité des déchets, du bac à lavalorisation en usineDonner à voir ce que deviennent réellement (etnon théoriquemen...
Ce que l’on retient de cet atelier• Il y a de multiples usages possibles des données environnementales  répondant à de rée...
Ce que l’on retient de cet atelier• Pour tous les embarras, le public assez sensible à la question de la  donnée ouverte s...
Et la suite ?Il serait intéressant de prolonger lexpérience avec un publicmixte collectivité locale/étudiants-chercheurs/c...
L'pen data environnemental fait maison - Compte-rendu d'atelier Open Data Week - 2405
L'pen data environnemental fait maison - Compte-rendu d'atelier Open Data Week - 2405
L'pen data environnemental fait maison - Compte-rendu d'atelier Open Data Week - 2405
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'pen data environnemental fait maison - Compte-rendu d'atelier Open Data Week - 2405

779 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
779
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
7
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'pen data environnemental fait maison - Compte-rendu d'atelier Open Data Week - 2405

  1. 1. L’OPEN DATA ENVIRONNEMENTAL FAIT MAISON Fabriquer ses données pour répondre aux grandes questions environnementales que l’on se pose dans la vie de tous les jours
  2. 2. Objectif de l’atelierProposer aux participants de faire émerger leurs« embarras » liés à l’environnement (au senslarge : eau, air, déchet, bruit, lumière, météo)… Une ville, ça fait du On dit que l’air Quelle est la bruit. J’aimerais chez moi est plus qualité de mon savoir quand le pollué que l’air eau au robinet ? niveau sonore est extérieur… Est-ce Pourquoi ce goût dangereux pour mes vrai ? Que faire ? désagréable ? enfants… et de les résoudre en groupe, grâce à l’Opendata et à la fabrication d’outils de mesuresimples et moins simples
  3. 3. Une quinzaine de personnes,(collectivités, étudiants, journalistes, entreprises, associations…) réparties en 3 groupes, ont identifié 3 « embarras »
  4. 4. • Fabriquer ses données pour répondre aux grandes questions environnementales que l’on 3 projets à forte valeur ajoutée se pose pour les citoyens en sont sortis
  5. 5. Le tableau de bord de l’écoleEquiper les écoles d’outils permettant demesurer leur impact environnemental, dans untriple objectif de pédagogie, de changement descomportements, et d’informations
  6. 6. La cartographie temps réel des zonesallergènes dans la villeDévelopper des indicateurs permettantd’informer les citoyens du niveau de risqued’allergie en temps réel et partout dans la ville.Utiliser la communauté pour mesurer etalimenter la cartographie, et pour dispenser desconseils médicalisés.
  7. 7. La traçabilité des déchets, du bac à lavalorisation en usineDonner à voir ce que deviennent réellement (etnon théoriquement) les déchets triés, duramassage du bac par la benne au recyclage et àla valorisation en usine, en passant par le centrede tri.
  8. 8. Ce que l’on retient de cet atelier• Il y a de multiples usages possibles des données environnementales répondant à de réels besoins.• Seulement les données environnementales aujourd’hui ouvertes (site du ministère du développement durables par exemple) ne permettent pas de répondre à ces usages. Ce qui pose problème : la faible accessibilité des données, qu’il faudrait encore simplifier, localiser, mettre à disposition dans un format facilement réutilisable, et présenter par un étalon de mesure compréhensible et utile.• Il y a donc encore un effort à faire pour « traduire » les données environnementales, et faire en sorte qu’elles soient réutilisables.• Sur le plan pédagogique, lintention était de sensibiliser le public à l’appropriation des données et se mettre dans une posture défricheur de la donnée ouverte. Lenjeu était alors de voir si lutilisation dun outil de mesure à faire soi même permettait aux usagers de qualifier une problématique et den identifier les données à récolter.
  9. 9. Ce que l’on retient de cet atelier• Pour tous les embarras, le public assez sensible à la question de la donnée ouverte sest tout de suite projeté dans la réalisation de solutions intégrées, c’est-à-dire de combinaisons de solutions technologiques (capteurs électrochimiques) avec d’autres plus soft (quantified self), de solutions infrastructurelles (compteurs intelligents) avec d’autres plus participatives (crowdsourcing).• Ce qui en résulte est un besoin de croiser les données des capteurs (pollution, température...) avec celles quon pourrait trouver en Open data.
  10. 10. Et la suite ?Il serait intéressant de prolonger lexpérience avec un publicmixte collectivité locale/étudiants-chercheurs/citoyens dans uncycle dexpérimentation allant de l’identification duneproblématique environnementale au prototypage de la solutionau moyens doutils open source et de données ouvertes.

×