Pr N.BACHIR BOUIADJRA
CCA – CHU ORAN
2010
Généralités
•Main est vulnérable à l’infection
car exposée ++ aux plaies et agents contaminants
•Mode de contamination
–In...
Les Germes
•Staphyloccus aureus(50 %)
–Problèmes de résistance accrue aux antibiotiques
•Streptocoque βhémolytique (10 %)
...
Cycle évolutif infectieux
Inoculation septique
Stade Invasion: sélection (parmi les germes inoculés)
des germes pathogènes...
PANARIS
Définition
C’est l’infection aiguë primitive superficielle (cutanée +/-
sous-cutanée) d'un doigt (essentiellement...
Panaris Superficiels
•Localisés au niveau cutané au pourtour de l’ongle
= paronychie (65% des cas) ou sous l’ongle
•1er St...
Panaris Superficiels
Stade de collection : (douleur lancinante)
Excision chirurgicale
(prélèvement bactério++)
Cicatrisat...
Panaris Superficiels
Si poursuite du processus infectieux
Contamination base de
l’ongle
avec lésion matricielle
Dystrophie...
Panaris Superficiels
•Formes particulières
–Panaris anthracoïde (à partir d’un follicule pilosébacé)
Traitement chirurgica...
Panaris Sous cutané
•Dans le tissus hypodermique
•Risque contamination profonde (panaris profond)
–Gaine des fléchisseurs ...
Panaris Profonds
•Contamination par contiguïté d’un panaris superficiel
laissé évolué
•Contamination directe
•TRAITEMENT C...
Diagnostic et évolution
Interrogatoire
Terrain : sexe, âge, ATCD, tares, ttt, allergie,
profession, mode de vie, Côté dom...
Diagnostic et évolution
Clinique
Stade phlegmasique ou inflammatoire
Dl spontanée à type de brûlure / sensation de cuisso...
Evolution
Stade de complications 
En surface (peau) : fistulisation, atrophie pulpaire
cicatricielle
En profondeur : os...
Traitement des panaris
Sérothérapie antitétanique systématique
 Panaris non collecté ou phlegmasique
Traitement médical ...
Traitement des panaris
Panaris collecté
Hospitalisation en urgence, patient laissé à jeun
Bilan préop (groupe Rh et hém...
Traitement des panaris
PAS d’anesthésie locale
Prélèvements à visée bactériologique + ttt ATB (antistaph :
Péni M)
Rech...
CONCLUSION
il repose sur un certain nombre de principes qui
malheureusement ne sont pas toujours suivis.
. Le traitement e...
Généralités
•Définition : c’est l’infection développée au sein des
cavités naturelles de la main (gaines synoviales
digita...
Rappels Anatomiques
•Gaine radiale (pouce)
•Gaines digitales (2, 3, 4)
•Gaine cubitale (5)
Forme particulière
Clinique
•Douleur
–En regard de la porte d’entrée
–S’étend le long de la gaine
–Atteint le cul de sac proximal
(en faveur ...
Classification évolutive
•3 Stades selon Michon et Sokolow
•De gravité croissante
•Basés sur constatation per opératoires
...
Stade 1
•Gaine synoviale
Distendue
Inflammatoire
Exsudative
Liquide clair (ou louche)
•Lavage simple de la gaine
Ouvertur...
Stade IIA
•Synoviale par endroit congestive ou granulomateuse
•Traitement :
–Excision de la synoviale pathologique
–Lavage...
Stade IIB
•Synoviale pathologique sur toute sa longueur
Aspect turgescent, hyperhémié, hypertrophique
Tendon intact
•Trait...
Stade III
•Nécrose +/-étendue des tendons
•Traitement :
–excision des tendons
–1er temps de Hunter (tige de silastic à l’e...
Evolution
Bon pronostic si l'incision a été faite à temps
Risque de cellulite ou fasciite nécrosante +++
due à un strep...
CAT
•Exploration chirurgicale devant toute suspicion
•Pas d’antibiotique préalable
•Excision systématique de la porte d’en...
Formes Particulières
•Morsure : risque arthrite : exploration
•Injection sous pression : gravissime : excision large
•Cell...
Conclusion
•Evolution favorable si reconnu et traité à temps
Panaris phlegmons
Panaris phlegmons
Panaris phlegmons
Panaris phlegmons
Panaris phlegmons
Panaris phlegmons
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Panaris phlegmons

3 244 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 244
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
56
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Panaris phlegmons

  1. 1. Pr N.BACHIR BOUIADJRA CCA – CHU ORAN 2010
  2. 2. Généralités •Main est vulnérable à l’infection car exposée ++ aux plaies et agents contaminants •Mode de contamination –Inoculation directe par brèche cutanée –Contamination par contiguïté(ostéite suite panaris) –Contamination hématogène (rare)
  3. 3. Les Germes •Staphyloccus aureus(50 %) –Problèmes de résistance accrue aux antibiotiques •Streptocoque βhémolytique (10 %) –Grave ++ : nécrose tissulaire rapide •Les autres –Pasteurelloses (morsure chien ou chat) –Anaérobies –Streptocoque groupe milleri (toxicomanes)
  4. 4. Cycle évolutif infectieux Inoculation septique Stade Invasion: sélection (parmi les germes inoculés) des germes pathogènes (Staph doré et Strepto βhémolytique) Stade phlegmasique: multiplication bactérienne et début signes locaux (encore réversible spontanément ou ATB) Stade de collection: douleur pulsatile, insomniante (évolution vers abcès et/ou contamination des gaines,
  5. 5. PANARIS Définition C’est l’infection aiguë primitive superficielle (cutanée +/- sous-cutanée) d'un doigt (essentiellement à staph aureus) •Nécessite un traitement rapide et adapté •Risque de séquelles si incorrectement pris en charge •3 formes classiques –Superficiels –Sous-cutanés –Profond
  6. 6. Panaris Superficiels •Localisés au niveau cutané au pourtour de l’ongle = paronychie (65% des cas) ou sous l’ongle •1er Stade : Tuméfaction érythémateuse douloureuse limitée au paronychium Traitement : soins locaux +/-ATB Amélioration franche après 48H ? oui non chirurgieRAS
  7. 7. Panaris Superficiels Stade de collection : (douleur lancinante) Excision chirurgicale (prélèvement bactério++) Cicatrisation dirrigée (pansement quotidien)
  8. 8. Panaris Superficiels Si poursuite du processus infectieux Contamination base de l’ongle avec lésion matricielle Dystrophie unguéale parfois irréversible
  9. 9. Panaris Superficiels •Formes particulières –Panaris anthracoïde (à partir d’un follicule pilosébacé) Traitement chirurgical –Panaris en bouton de chemise (pertuis faisant communiquer l’abcès du paronychium avec la pulpe) Traitement chirurgical
  10. 10. Panaris Sous cutané •Dans le tissus hypodermique •Risque contamination profonde (panaris profond) –Gaine des fléchisseurs ++ –Os •Traitement Chirurgical
  11. 11. Panaris Profonds •Contamination par contiguïté d’un panaris superficiel laissé évolué •Contamination directe •TRAITEMENT CHIRURGICAL + ATB
  12. 12. Diagnostic et évolution Interrogatoire Terrain : sexe, âge, ATCD, tares, ttt, allergie, profession, mode de vie, Côté dominant Recherche de facteurs favorisants : diabète, OH, immunodépression dt SIDA , corticothérapie au lg cours, toxicomanie... Statut vaccinal antitétanique Recherche d’une porte d’entrée : piqûre, plaie, escoriation cutanée… 
  13. 13. Diagnostic et évolution Clinique Stade phlegmasique ou inflammatoire Dl spontanée à type de brûlure / sensation de cuisson, non pulsatile non insomniante Inflammation locale mais pas de signes régionaux ni généraux Stade réversible spontanément ou sous traitement médical Stade de collection Région très inflammatoire, douleur intense, pulsatile, permanente et insomniante Adénopathie épitrochantérienne axillaire, parfois fièvre 38 °C Stade irréversible dont le ttt est chirurgical
  14. 14. Evolution Stade de complications  En surface (peau) : fistulisation, atrophie pulpaire cicatricielle En profondeur : ostéite, ostéo-arthrite, phlegmon Régionale : lymphangite et adénite (épitrochléenne et axillaire) Générale : bactériémie à l'origine de frissons et fièvre, emboles septiques
  15. 15. Traitement des panaris Sérothérapie antitétanique systématique  Panaris non collecté ou phlegmasique Traitement médical ambulatoire Bains chauds additionnée d'un antiseptique, pansements antiseptiques (Hexomédine, Dakin…) Immobilisation relative – protection par un pansement Antibiotique par voie générale antistreptococcique (Péni M Orbénine® 2x 500mg/j) La surveillance doit être quotidienne à la recherche d’une amélioration franche à la 48ième h . Poursuivre alors le ttt jusqu’à guérison complète vers J7-J10.
  16. 16. Traitement des panaris Panaris collecté Hospitalisation en urgence, patient laissé à jeun Bilan préop (groupe Rh et hémostase) et bilan biologique minimal (NFS : HLPN modérée, glycémie ) Principes Excision++  chirurgicale du trajet de la plaie contaminante et de l’ensemble des tissus nécrosés + lavage En milieu chirurgical, sous anesthésie locorégionale  ou générale, sous garrot pneumatique
  17. 17. Traitement des panaris PAS d’anesthésie locale Prélèvements à visée bactériologique + ttt ATB (antistaph : Péni M) Rechercher une communication en profondeur : panaris "en bouton de chemise" (= cutané + sous-cutané avec communication par un pertuis) Pansement à plat sans fermeture avec cicatrisation dirigée (pansements gras), rééducation Si nécessaire, amputation digitale
  18. 18. CONCLUSION il repose sur un certain nombre de principes qui malheureusement ne sont pas toujours suivis. . Le traitement est chirurgical; il n’existe pas de « petite chirurgie » en matière de panaris et pour cela l’anesthésie locale doit être proscrite. Un panaris s’opère sous anesthésie générale et sous hémostase préventive (cependant les garrots de doigt sont à proscrire dans la question). Un panaris doit être excisé, c’est essentiel (pas d’incision), tous les tissus nécrotiques seront nettoyés, afin de ne pas laisser une fusée profonde. Les autres temps du traitement ; ne pas oublier: - La prévention antitétanique, - L’immobilisation, appoint souvent utile, - Ni la surveillance régulière des pansements.
  19. 19. Généralités •Définition : c’est l’infection développée au sein des cavités naturelles de la main (gaines synoviales digitales, espaces celluleux) secondaire à complication septique ou à un panaris non traité •Urgence diagnostique et thérapeutique de pronostic sévère selon le stade évolutif •Relativement rare donc souvent méconnu d’où évolution vers irréversibilité des lésions possible •Traitement : TOUJOURS CHIRURGICAL
  20. 20. Rappels Anatomiques •Gaine radiale (pouce) •Gaines digitales (2, 3, 4) •Gaine cubitale (5) Forme particulière
  21. 21. Clinique •Douleur –En regard de la porte d’entrée –S’étend le long de la gaine –Atteint le cul de sac proximal (en faveur ++ du diagnostic) •Œdème •Mobilité –Douleur à l’extension passive ou flexion active –Flessum réductible –Flessum irréductible (doigt en crochet) –Lever secondaire du flessum (rupture fléchisseur)
  22. 22. Classification évolutive •3 Stades selon Michon et Sokolow •De gravité croissante •Basés sur constatation per opératoires •Guidant le geste chirurgical
  23. 23. Stade 1 •Gaine synoviale Distendue Inflammatoire Exsudative Liquide clair (ou louche) •Lavage simple de la gaine Ouverture de la gaine au niveau de la plaie infectante et du cul- de-sac supérieur Lavage abondant de la gaine au sérum additionné d'antiseptique par ces 2 incisions Plaie laissée ouverte avec cicatrisation dirigée (pansements humides et tulle gras).
  24. 24. Stade IIA •Synoviale par endroit congestive ou granulomateuse •Traitement : –Excision de la synoviale pathologique –Lavage de la gaine restante
  25. 25. Stade IIB •Synoviale pathologique sur toute sa longueur Aspect turgescent, hyperhémié, hypertrophique Tendon intact •Traitement : Synovectomie complète
  26. 26. Stade III •Nécrose +/-étendue des tendons •Traitement : –excision des tendons –1er temps de Hunter (tige de silastic à l’endroit du tendon excisé pour permettre une cicatrisation autour et recréer un pseudo canal digital) Au stade purulent ou nécrotique Ouverture du doigt tout au long de la gaine Synovectomie complète (lavage insuffisant) en respectant les poulies  +/- Excision des séquestres infectés (tendon compris) si stade nécrotique puis reconstruction secondaire
  27. 27. Evolution Bon pronostic si l'incision a été faite à temps Risque de cellulite ou fasciite nécrosante +++ due à un streptocoque α hémolytique évolution très rapide traitement médical en réanimation le plus souvent évolution mortelle rapide en quelques jours chirurgie en extrême urgence : excision de tous les tissus infectés
  28. 28. CAT •Exploration chirurgicale devant toute suspicion •Pas d’antibiotique préalable •Excision systématique de la porte d’entrée (même si cicatrisée)
  29. 29. Formes Particulières •Morsure : risque arthrite : exploration •Injection sous pression : gravissime : excision large •Cellulite à Streptocoque βHémolytique.
  30. 30. Conclusion •Evolution favorable si reconnu et traité à temps

×