Investir dans la région MEDA

22 134 vues

Publié le

Investir dans la région MEDA: Pourquoi, Comment?. Etude sur les opportunités d\'investissements dans les pays du Sud de la Méditerranée: Algérie, Autorité Palestinienne, Egypte, Israël, Jordanie,
Liban, Libye, Maroc, Syrie, Tunisie, Turquie. Publiée par Sonia Bessamra en 2007 pour le compte d\'ANIMA.

Publié dans : Économie & finance, Business
1 commentaire
6 j’aime
Statistiques
Remarques
  • After you got all the information on Fioricet, another point on your agenda should be the price for it. http://www.fioricetsupply.com resolves this problem. Now you can make the decision to buy.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
22 134
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
59
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
1
J’aime
6
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Investir dans la région MEDA

  1. 1.                 Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Algérie / Autorité Palestinienne / Egypte / Israël /Jordanie / Liban / Libye / Maroc / Syrie / Tunisie / Turquie NOTES ET ETUDES ANIMA n°22 Janvier 2007
  2. 2. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Références Table des matières Cet  ouvrage  a  été  réalisé  dans  le  cadre  de  la  mission  confiée  par  la  Commission des Communautés Européennes à lʹAgence Française pour les  Evolution de la conjoncture économique dans les pays Investissements  Internationaux  (AFII),  pour  développer  un  Réseau  MEDA en 2005.................................................................... 8 Euroméditerranéen  des  Agences  de  Promotion  des  Investissements  de  la  Synthèse globale.........................................................................8 Méditerranée (« ANIMA»). Le n° d’identification du contrat est : ME8/B7‐ 4100/IB/99/0304  Une croissance appréciable........................................................... 8 ISBN : 2‐915719‐27‐6         EAN 9782915719277  Des revenus extérieurs en augmentation sensible.................... 10 La conjoncture économique en 2005 par pays ............................. 14 ©  AFII‐ANIMA  2007.  Reproduction  interdite  sans  autorisation  de  l’AFII.  Tous droits réservés  Le partenariat euro-méditerranéen et la nouvelle politique de voisinage ..................................................................... 20 Crédits Le cadre du partenariat euro-méditerranéen ............................... 20 Cet ouvrage est la deuxième édition d’un guide de synthèse réalisé avec les  contributions  de  divers  experts  mobilisés  sur  le  projet  ANIMA,  en  Bilan des accords d’association Euro-Med.................................... 25 particulier pour la rédaction des textes de base du site web du projet.  Les instruments financiers MEDA, FEMIP et les jumelages institutionnels ........................................................................... 26 Les auteurs suivants ont collaboré aux diverses éditions :  La coopération Sud-Sud............................................................. 31 En  2006,  Sonia  Bessamra  (consultante  indépendante)  a  entièrement  repris  le  contenu  de  l’ouvrage  (mise  à  jour,  révision,  correction  et  Les opportunités d’affaires dans les pays MEDA .................. 36 actualisation),  assistée  de  Bénédict  de  Saint‐Laurent  (éléments  économiques,  relecture,  mise  en  page)  et  Stéphane  Jaffrin  (mise  en  Algérie ..................................................................................... 36 ligne).  Panorama général ......................................................................... 36 L’édition  précédente  datant  de  2004  et  qui  sert  de  trame  à  l’ouvrage  Comment investir en Algérie ?.................................................... 44 était  due  à  Bénédict  de  Saint‐Laurent  (ANIMA,  coordination,  Opportunités d’affaires en Algérie ............................................. 55 synthèse, relecture, données), Stéphane Jaffrin (ANIMA, mise en ligne)  et  Christian  Apothéloz  (consultant  indépendant,  coordination),  Une success story : Orascom, objectif 2 millions d’abonnés  assistés  d’Alexandre  Arditti,  Delphine  Bréant,  Jean‐François  Eyraud,  en Algérie ....................................................................................... 71 Jean‐Louis  Marcos,  Laurent  Mauron,  Stéphanie  Paicheler,  Samar  Egypte ..................................................................................... 73 Smati, Nicolas Sridi et Jihad Yazigi (articles divers par pays ou thème);  Panorama général ......................................................................... 73 Les  textes  sur  les  pays  ont  été  relus  et  amendés  par  les  agences  de  promotion  des  investissements  des  pays  MEDA.  ANIMA  décline  toute  Comment investir en Egypte ? .................................................... 81 responsabilité sur les erreurs qui pourraient subsister.  Opportunités d’affaires en Egypte.............................................. 90 Une  success  story  :  le  Néerlandais  Heineken  brasse  cent  millions de litres de boissons maltées par an ............................ 99 3 4
  3. 3. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Israël ..................................................................................... 101 Panorama général ........................................................................ 272 Panorama général ........................................................................ 101 Comment investir dans les territoires palestiniens ? .............. 281 Comment investir en Israël ? ...................................................... 109 Opportunités dʹaffaires en Palestine.......................................... 291 Opportunités d’affaires en Israël ............................................... 122 Une  success  story  :  un  « mall »  à  Ramallah  attire  les  Une  success  story  :  Tel  Aviv‐Grenoble,  alliance  high  tech  investisseurs du Golfe ................................................................. 311 planétaire....................................................................................... 148 Syrie ...................................................................................... 312 Jordanie ................................................................................. 150 Panorama général ........................................................................ 312 Panorama général ........................................................................ 150 Comment investir en Syrie ?....................................................... 318 Comment investir en Jordanie ?................................................. 157 Opportunités dʹaffaires en Syrie ................................................ 326 Opportunités d’investissement en Jordanie ............................. 165 Une  success  story  :  l’espagnol  Aceites  del  Sur  croit  en  Une  success  story  :  Land  Rover  fait  un  investissement  l’huile d’olive syrienne ................................................................ 330 stratégique tout terrain…............................................................ 176 Tunisie................................................................................... 332 Liban ..................................................................................... 178 Panorama général ........................................................................ 332 Panorama général ........................................................................ 178 Comment investir en Tunisie ?................................................... 343 Comment investir au Liban ? ..................................................... 186 Opportunités d’affaires en Tunisie ............................................ 354 Opportunités d’investissement au Liban.................................. 195 Une  success  story  :  le  groupe  espagnol  Uniland  investit  Une  success  story  :  Ipsos  sonde  tout  le  Moyen‐Orient  dans les cimenteries d’Enfidha................................................... 364 depuis Beyrouth ........................................................................... 199 Turquie .................................................................................. 366 Libye ..................................................................................... 201 Panorama général ........................................................................ 366 Panorama général ........................................................................ 201 Comment investir en Turquie ?.................................................. 375 Comment investir en Libye ?...................................................... 207 Opportunités d’affaires en Turquie ........................................... 388 Opportunités d’affaires en Libye ............................................... 216 Une success story : Schneider Turquie........................................ 416 Maroc .................................................................................... 232 Panorama général ........................................................................ 232 Comment investir au Maroc ? .................................................... 238 Opportunités d’affaires au Maroc.............................................. 251 Une success story : Telefonica investit le marché marocain  des mobiles et des centres d’appels ........................................... 270 Palestine (Autorité) ................................................................. 272 5 6
  4. 4. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ?     Acronymes AA : Accord d’Association  Evolution de la conjoncture économique dans les pays ALE : Accord de libre‐échange  API : Agence de Promotion des Investissements  MEDA en 2005 BEI : Banque européenne d’investissement  BM : Banque mondiale   CE : Commission Européenne  CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le  Développement  CSP : Document de stratégie nationale (Country Strategy Paper)  Synthèse globale EUR : Euro  Les accords d’association et de libre‐échange conclus entre les pays  FMI : Fonds monétaire international  de  la  rive  sud  et  est  de  la  Méditerranée  et  l’UE  sont  entrés  en  MENA : Région du Moyen Orient et Afrique du Nord (Middle East  vigueur  dans  tous  les  pays  à  l’exception  de  la  Syrie.  Dans  cette  and North Africa)  édition  2007,  la  Libye,  qui  dispose  actuellement  d’un  statut  MEPP : Processus de paix au Moyen‐Orient (Middle East Peace  Process)  d’observateur mais pourrait à moyen terme adhérer au partenariat  MIGA : Agence multilatérale de garantie des investissements (groupe  euro‐méditerranéen, a été incluse au sein de l’ensemble MEDA.  Banque Mondiale)  MIPO : Observatoire de l’investissement en Méditerranée  Une croissance appréciable OCDE : Organisation pour la coopération et le développement  économiques  La  population  totale  des  pays  MEDA  est  estimée  à  265  millions  ODM : Objectifs de développement du millénaire (Millenium  dʹhabitants  en  2005,  et  le  PIB  global  a  atteint  864  milliards  d’USD  Development Goals)  (avec la Libye mais hors Autorité Palestinienne). Le revenu national  OMC : Organisation Mondiale du Commerce  brut  par  habitant  exprimé  en  parité  de  pouvoir  dʹachat  (PPA.)  est  ONG : Organisation non gouvernementale  cependant très disparate, allant de 3 847 USD par habitant pour la  PIB : Produit intérieur brut  Syrie à 23 416 USD par habitant pour Israël.   PIN : Programme indicatif national  PIR : Programme indicatif régional  La  stabilité  macroéconomique  et  le  rythme  soutenu  des  réformes  PME : Petites et moyennes entreprises  économiques  ont  permis  de  relever  sensiblement  le  niveau  de  PMI : Programme de modernisation industrielle  revenu  par  tête  dʹhabitant  des  pays  MEDA.  Au‐delà  des  réformes  PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement  en  cours,  ces  bons  résultats  sʹexpliquent  en  grande  partie  par  RSP : Document de stratégie régionale (Regional Strategy Paper)  lʹouverture  croissante  de  la  région  et,  en  particulier,  par  son  UE : Union Européenne  intégration  économique  accrue  avec  lʹUnion  Européenne  dans  le  USD : Dollar des Etats‐Unis   ZLE : Zone de libre échange  cadre des accords dʹassociation.  7
  5. 5. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? La  croissance  dans  les  pays  MEDA  suit,  depuis  quelques  années,  Des revenus extérieurs en augmentation sensible une courbe ascendante et la tendance s’est confirmée en 2005. Si la  Si les sorties de capital restent importantes (ordre de grandeur de 8  palme  revient  incontestablement  à  la  Turquie,  dont  le  PIB  réel  a  milliards  d’USD  par  an  pour  les  placements  à  l’étranger  en  augmenté  de  7,4%  (et  8,9%  en  2004),  tous  les  autres  pays  n’en ont  provenance  du  Maghreb  central,  venant  grossir  un  stock  de  100  pas moins enregistré une assez robuste croissance aux alentours de  milliards,  selon  l’IE‐Med,  dividendes  rapatriés  par  les  entreprises  5%,  liée  à  une  conjoncture  mondiale  favorable  ‐évolution  du  étrangères de l’ordre de 1,5 milliard d’USD pour la seule Tunisie),  marché pétrolier, reprise du secteur du tourisme, augmentation des  les capitaux entrants sont en forte augmentation. Ceci en particulier  fonds  rapatriés  par  les  travailleurs  et  afflux  d’aide  extérieure  lié  à  grâce  aux  IDE  (passés  de  moins  de  10  milliards  d’USD  pour  la  des  facteurs  politiques  (Jordanie).  En  Algérie,  la  reprise  de  région  en  2002  à  environ  30  milliards  en  2005)  et  aux  recettes  de  l’expansion  du  secteur  énergétique  s’est  répercutée  sur  la  tourisme  (qui  ont  plus  que  doublé  entre  1995  ‐12,5  milliards  croissance économique durant l’année 2005 et le taux de croissance  d’USD‐  et  2004  ‐28  milliards‐).  L’aide  au  développement  et  les  a  atteint  5,1%.  Victime  d’une  mauvaise  performance  du  secteur  transferts  des  émigrants  plafonnent  par  contre  à  leur  niveau  des  agricole et de l’augmentation de la facture pétrolière en raison de la  années 2000.  flambée  du  cours  du  baril,  le  Maroc  arrive  en  avant‐dernière  position,  avec  un  taux  de  1,8%  et  une  croissance  du  PIB  non  Figure  2.  Ordre  de  grandeur  des  principaux  revenus  extérieurs  de  la  agricole  qui  pourrait  dépasser  4,6%  et  une  baisse  de  la  valeur  région MEDA  ajoutée  du  secteur  agricole  qui  se  situerait  entre  12%  et 15% selon  en million  Investissement  Revenus du  Transferts des  Aide publique  Total *  les  chiffres  provisoires.  Enfin,  la  croissance  du  Liban  demeure  US$  direct étranger tourisme  émigrants  au  développement  volatile  (4,9%  en  2003,  6,3%  en  2004,  entre  0  et  1%  en  2005)  Année  2005  2004  2004  2004    soutenue par une consommation privée supérieure à la production  Source  CNUCED  OMT  B. Mondiale  Banque Mondiale     intérieure, alimentée par des transferts massifs de la diaspora.  Algérie  1 0 81  105  2 460  313  3 959  Egypte  5 376  4 924  3 341   1 458  11 758  Figure 1. Croissance en 2005 dans les pays MEDA  Israël  5 587  1 918  398  479  8 382  Jordanie  1 532  664  2 288  581  5 0 65  8% 7,4% Liban  2 573  1 0 27  5 723  265  9 588  6% 4,8% 5,0% 5,1% 5,2% 3,5% 3,8% 4,2% Maroc  2 933  3 152  4 221  706  11 0 12  4% 1,8% A. Palestine ‐  ‐  692  1 136  1 828  1,0% Syrie  500  1 785  855  110  3 250  2% Tunisie  782  1 536  804  328  3 450  0% Turquie  9 681  12 773  692  257  23 403  MEDA‐10  30 0 45  27 884  18 133  5 633  81 694  rie n e oc te Tu l ie sie e ie aë by ui ba ér yp an ar Sy %  37%  34%  22%  7%  100%  Isr ni rq Li Li lg M rd Eg Tu A   Jo *  Ce  total  doit  être  considéré  avec  précaution,  car  les  données  agrégées  portent  malheureusement sur des années différentes (derniers chiffres obtenus par l’équipe  ANIMA). Les recettes de privatisation sont inclues dans les IDE.  9 10
  6. 6. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Les pays producteurs d’hydrocarbures comme la Libye et l’Algérie,  et  la  supervision  prudentielles.  Les  agréments  ont  été  retirés  à  et  dans  une  moindre  mesure  l’Egypte  ou  la  Tunisie  (gaz),  ont  Khalifa  Bank,  à  la  Banque  commerciale  et  industrielle  d’Algérie  amélioré leurs recettes grâce à l’augmentation du prix mondial du  (BCIA)  et  à  deux  autres  banques  privées.  L’Etat  prévoit  la  cession  pétrole  qui  est  passé  de  39  USD  en  2004  à  53  USD  en  2005  de  certaines  banques  publiques  à  des  repreneurs  étrangers  (dépassant même les 70 dollars en 2006). La gestion prudente de la  stratégiques.  Le  Crédit  populaire  d’Algérie  (CPA)  et  la  Banque  de  rente  pétrolière  actuellement  en  œuvre  a  permis  de  réduire  développement  local  (BDL)  ont  bénéficié  d’un  assainissement  en  l’endettement  tout  en  maintenant  les  réserves  à  un  niveau  vue de leur privatisation.  appréciable. Parallèlement, les pays non‐producteurs de pétrole ont  Le bilan des privatisations dans la région est pour l’instant mitigé :  souffert de cette flambée du pétrole et n’ont pu pallier ce déficit que  certains  programmes  sont  au  point  mort,  tandis  que  d’autres  ont  grâce  aux  revenus  tirés  des  transferts  financiers  des  travailleurs  donné  des  résultats  positifs,  notamment  au  Maroc,  en  Jordanie  et  expatriés  (ils  ont  atteint  par  exemple  en  2005  2,978  milliards  de  en  Turquie  (importantes  opérations  dans  le  téléphone  mobile  en  dollars  au  Maroc  et  2,904  milliards  de  dollars  en  Egypte)  ou  du  2005).  Par  ailleurs,  plusieurs  pays  ont  créé  des  incitations  pour  tourisme  et  aux  investissements  venus  du  Golfe  (le  stock  de  encourager  l’initiative  privée,  faciliter  le  droit  d’établissement  aux  pétrodollars  disponible  pour  des  investissements  à  l’étranger  était  entreprises  étrangères  et  améliorer  l’accès  au  marché.  Ainsi,  en  estimé à 620 milliards d’USD par le FMI en 2006, et une partie s’est  Algérie,  l’entrée  en  vigueur  de  la  nouvelle  loi  sur  les  incontestablement portée sur la région MEDA).  hydrocarbures,  qui  vise  à  ouvrir  le  secteur  aux  investissements  La  plupart  des  pays  ont  poursuivi  les  réformes  structurelles  privés,  offre  des  perspectives  prometteuses.  De  même,  au  Maroc,  engagées  pour  améliorer  le  climat  de  l’investissement.  Plusieurs  l’amélioration  du  fonctionnement  du  marché  du  travail,  la  pays  de  la  région  ont  mis  en  œuvre  des  réformes  budgétaires  rationalisation des procédures d’investissement et la mise en œuvre  comme l’Algérie qui a amélioré sa transparence budgétaire et créé  de  réformes  judiciaires  sont  des  progrès  non  négligeables.  Par  un fonds de régulation des recettes pétrolières pour constituer des  ailleurs,  le  démantèlement  tarifaire  et  la  suppression  des  licences  réserves.  En  Jordanie,  les  mesures  budgétaires  adoptées  par  le  d’importation  sont  en  cours  dans  la  plupart  des  pays  signataires  gouvernement  pour  accroître  les  recettes  fiscales  et  juguler  les  des accords d’association.  dépenses  courantes  ont  sensiblement  amélioré  la  situation  Bien que l’état des réformes et la volonté des gouvernements de s’y  budgétaire.  Plus  récemment,  l’Egypte  a  engagé  une  profonde  tenir soient variables, les mesures adoptées jusqu’à présent ont déjà  réforme  de  la  fiscalité  et  des  douanes  et  un  programme  de  permis  d’améliorer  le  climat  de  l’investissement  dans  la  région  et  restructuration  financière  tandis  que  le  Maroc  s’est  lancé  dans  ont  suscité  des  réactions  positives  de  la  part  des  investisseurs  l’élaboration d’une stratégie visant à réduire son déficit budgétaire  privés.  De  fait,  depuis  2001,  la  région  reçoit  des  flux  croissants  de  structurel  en  coopération  avec  la  Banque  mondiale  et  le  FMI.  Le  capitaux  privés  tant  sous  la  forme  de  titres  de  dette  que  de  prises  Maroc a également commencé à restructurer ses banques publiques  de participations.   spécialisées.  Enfin,  l’Algérie  a  récemment  pris  des  mesures  pour  renforcer  les  systèmes  de  paiement  et  améliorer  la  réglementation  11 12
  7. 7. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Les  investissements  étrangers  dans  la  région  ont  pris  la  forme  de  profit  de  TeCom  Dig  (Dubaï)  a  généré  3,050  milliards  DT  de  fusions‐acquisitions  (Israël),  nouveaux  projets  ‐greenfield  projects  recettes (2,3 milliards d’USD), dépassant l’ensemble des recettes de  (Turquie  et  Maroc)  ou  alliances  stratégiques  et  licences  (Israël,  privatisations depuis 1987. Au Liban, les investissements étrangers  Maroc,  Jordanie).  Les  raisons  pour  lesquelles  les  grandes  ont atteint 288 millions d’USD hors investissements immobiliers et  entreprises  s’installent  sont  à  la  fois  les  débouchés  (marchés  en  la  majorité  des  IDE  est  dirigée  vers  l’immobilier  et  le  secteur  expansion,  plateforme  pour  la  réexportation,  taille  du  marché)  et  touristique  en  plein  essor.  La  Syrie  a  quant  à  elle,  enregistré  700  l’existence d’avantages comparatifs (faible coût de la main l’œuvre,  millions  de  dollars  d’IDE  en  2005  et  6,3  milliards  de  dollars  proximité géographique avec le marché européen).  d’investissements  domestiques  (contre  3,7  milliards  de  dollars  en  En  Egypte,  de  nouveaux  records  ont  été  enregistrés  en  2004‐2005  2004).  avec un flux d’investissements directs étrangers de 2,134 milliards  d’USD  et  l’année  2006  s’avère  aussi  prometteuse  avec  2,554  La conjoncture économique en 2005 par pays milliards  d’USD  déjà  déclarés  au  cours  du  premier  trimestre.  Le  Les  réformes  structurelles  menées  en  Algérie  ont  permis  le  volume des IDE vers la Turquie atteint une moyenne annuelle d’un  rétablissement  des  équilibres  macroéconomiques,  l’amélioration  milliard  de  dollars  et  enregistre  une  croissance  constante  avec  2,8  des  performances  en  termes  de  croissance  du  PIB  et  le  milliards  d’USD  en  2004  et  9,7  milliards  d’USD  en  2005  (2,6%  du  développement  d’un  secteur  privé  plus  dynamique,  entraînant  un  PNB) soit une croissance de 239%. Le nombre de sociétés à capitaux  plus grand flux entrant dʹinvestissements directs étrangers. Le taux  étrangers  a  atteint  11  685  dont  2  825  créées  en  2005  et  le  pays  de  croissance  du  PIB  est  passé  de  3%  par  an  en  2000‐02  à  près  de  pourrait  recevoir  au  minimum  11  milliards  d’USD  d’IDE  en  2006.  6%  en  2003‐04  et  5,1%  en  2005,  soutenu  essentiellement  par  Les  investissements  étrangers  en  Israël  ont  été  soutenus  par  de  l’augmentation  de  la  production  des  hydrocarbures  et  des  cours  nombreuses  prises  de  participation  et  fusions‐acquisitions.  Les  mondiaux  du  pétrole  qui  ont  permis  de  réaliser  d’appréciables  investissements étrangers ont atteint 9,66 milliards d’USD en 2005,  excédents  de  la  balance  courante  (les  recettes  des  hydrocarbures  une croissance de 67% par rapport aux 5,8 milliards enregistrées en  représentent  97%  des  recettes  d’exportation  des  biens  et  services  2004  et  les  IDE  ont  atteint  5,71  milliards  d’USD.  L’année  2006  non‐facteurs).  Les  projections  pluriannuelles  de  la  loi  de  finances  s’annonce  prometteuse  puisqu’une  importante  prise  de  pour 2005 tablent sur un taux moyen de 5,3% par an sur la période  participation  de  4  milliards  d’USD  a  déjà  été  enregistrée.  En  2005‐2009.  La  politique  budgétaire  expansionniste  orchestrée  Jordanie  également  les  investissements  étrangers  affichent  une  depuis  2001  autour  du  Plan  de  Soutien  à  la  Relance  Economique,  reprise  avec  562  millions  d’USD  en  2005  principalement  des  PSRE  (6,9  milliards  d’USD  entre  2001  et  2004),  suivi  du  Plan  investissements  en  portefeuille  et  des  investissements  dans  Complémentaire  de  Soutien  à  la  Croissance,  PCSC  (80  milliards  l’immobilier. Au Maroc et en Tunisie, les nombreuses opérations de  d’USD  étalés  sur  la  période  2005‐2009)  contribue  à  soutenir  la  privatisations  ont  dopé  les  IDE  notamment  grâce  au  secteur  des  croissance : la demande publique permet ainsi de tirer vers le haut  télécoms. Les IDE se sont établis à 3 milliards d’USD au Maroc en  la contribution à la croissance des secteurs hors hydrocarbures. La  2005. Début 2006, la vente de 35% du capital de Tunisie Telecom au  13 14
  8. 8. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? valeur ajoutée dans les services a ainsi progressé de plus de 60% en  croissance spectaculaire du PIB de 7,7% en 2004 contre 4% en 2003,  5 ans, le BTP a, quant à lui, enregistré une croissance de 40% de sa  la  situation  économique  s’est  détériorée  en  2005  à  cause  de  valeur  ajoutée.  L’inflation  a  baissé  à  1,6%  contre  2,7  %  en  2004  en  l’augmentation  de  la  facture  d’importations  des  hydrocarbures  et  raison de la baisse des prix des produits alimentaires. Les réserves  une  baisse  inattendue  de  l’aide  internationale,  qui  a  représenté  en  devises  ont  dépassé  les  prévisions  avec  56,2  milliards  d’USD  environ  700  millions  d’USD  en  2005,  contre  1,3  milliards  en  2004.  atteints  fin  2005  (les  prévisions  tablaient  sur  55,6  milliards  d’USD  De plus les tensions dans la région ont contribué à la détérioration  soit l’équivalent de 21 mois d’importations de biens et services).   des  revenus  touristiques  et  la  réduction  sensible  de  lʹintérêt  des  En Egypte, la nouvelle équipe issue du remaniement ministériel de  investisseurs  étrangers.  Les  estimations  de  la  croissance  jordanienne pour 2006 s’établissent autour de 5 à 6%.  juillet  2004  s’est  attachée  à  faire  progresser  la  libéralisation  commerciale  et  financière  et  le  programme  de  réformes  Le  Liban  a  connu  une  croissance  soutenue  d’une  moyenne  de  6  à  économiques  et  structurelles.  Entre  2000  et  2003,  le  pays  a  7%  entre  1992  et  1997,  tirée  notamment  par  la  reconstruction  du  enregistré  un  taux  de  croissance  moyen  de  3,5%  en  raison  pays  après  15  ans  de  guerre  civile,  et  le  secteur  financier,  ce  qui  a  notamment  de  chocs  exogènes,  tels  que  les  attentats  du  11  entraîné  un  véritable  relèvement  du  PIB  pour  atteindre  environ  septembre et la guerre en Irak. Cependant, bénéficiant de la reprise  22,3  milliards  d’USD  en  2005  (+6%).  Cependant,  la  dette  publique  mondiale et de la dépréciation de la livre, la croissance ne cesse de  située à 34,5 milliards de dollars fin 2005, soit 180% du PIB ne cesse  s’améliorer  avec  4,1%  enregistrée  en  2004,  des  prévisions  de  4,8%  d’augmenter. La conférence de Paris II de 2002 a permis une forte  en  2005  et  de  5%  en  2006,  dopée  par  les  recettes  touristiques  (6,4  mobilisation de la communauté internationale pour restructurer la  milliards  d’USD  en  2004‐2005),  les  transferts  des  travailleurs  dette  libanaise.  Au  total,  le  Liban  a  ainsi  obtenu  des  financements  émigrés  (4,3  milliards  d’USD),  les  recettes  du  Canal  de  Suez  (3,3  de 10,1 milliards d’USD (32% de la dette globale).   milliards d’USD) et les exportations de pétrole (1,2 milliard d’USD).  La  levée  des  sanctions  onusiennes  qui  frappaient  la  Libye  depuis  En Israël, après une baisse de la croissance en 2001‐2003 (1,3%) du  1992  et  la  levée  de  l’embargo  a  contribué  au  redémarrage  de  à  la  forte  crise  liée  à  la  seconde  Intifada  dans  les  territoires  relations  économiques  et  financières  internationales  normales.  Les  palestiniens  et  l’éclatement  mondial  de  la  bulle  technologique  en  résultats économiques du pays ne cessent de s’améliorer grâce à la  2000,  une  reprise  sensible  s’est  amorcée  en  2004  et  2005  avec  un  remontée  de  la  production  de  pétrole,  la  reprise  des  exportations  taux  de  croissance  du  PIB  de  4,3%  et  de  5,2%  respectivement.  Les  pétrolières  et  la  hausse  du  cours  du  baril  depuis  2003.  Cette  moteurs majeurs de cette croissance ont été les exportations (+15%),  conjoncture internationale a permis la croissance du PIB de 9,1% en  la  consommation  privée,  ainsi  que  la  rapide  expansion  des  2003  à  4,6%  en  2004  et  3,5%  en  2005  et  devrait  s’établir  à  5%  en  industries  de  pointe  ‐  domaine  d’excellence  de  l’économie  2006.   israélienne ‐ et du tourisme.   Le  Maroc  a  accompli  des  avancées  significatives  en  matière  de  La  Jordanie  a  été  le  pays  le  plus  exposé  à  la  guerre  en  Irak,  qui  démocratisation  de  la  vie  publique,  d’éducation  et  de  santé,  et  de  représentait  son  principal  marché  dʹexportation.  Après  une  renforcement  des  infrastructures  de  base.  Cependant  la  croissance  15 16
  9. 9. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? du  PIB  reste  volatile.  Après  une  croissance  de  l’économie  de  4,5%  de  2001  grâce  à  la  politique  d’assainissement  macroéconomique.  pendant la période 2001‐04, elle s’est contractée à 1,4% en 2005, en  Soutenue  par  une  demande  intérieure  dynamique,  lʹéconomie  raison  des  mauvaises  performances  agricoles,  la  faible  croissance  connaît  un  remarquable  redressement  avec  une  croissance  du  secteur  hors  agriculture,  la  lente  transformation  de  l’épargne  spectaculaire  du  PIB  de  8,9%  en  2004  et  de  7,4%  en  2005.  nationale  en  investissements  productifs  et  la  faible  compétitivité  L’amélioration  de  la  confiance  intérieure  et  internationale  des  entreprises  marocaines  dans  l’économie  mondiale  malgré  la  consécutive  à  l’ouverture  des  négociations  d’adhésion  avec  l’UE  mise en place du programme de mise à niveau des entreprises.   devrait  maintenir  cette  croissance  aux  alentours  de  6%  en  2006‐ Le  paysage  économique  syrien,  qui  dépend  largement  du  secteur  2007.   public,  est  en  train  de  changer  grâce  à  un  programme  soutenu  de  Figure  3.  Evolution  du  PIB  des  pays  MEDA  (en  milliards  d’USD,  prix  réformes  structurelles  qui  vise  à  créer  un  environnement  courants). Source WDI 2006  économique  favorisant  davantage  le  secteur  privé  sans  négliger  0 100 200 300 400 500 lʹéquilibre social. La croissance suit une courbe ascendante passant  de  1,3%  en  2002  à  3,8%  en  2005  soutenue  par  l’agriculture  et  le  A lg é rie secteur  de  la  construction  et  des  services.  Le  PIB  s’élève  à  26,2  E g yp te milliards d’USD en 2005 contre 20,3 milliards d’USD en 2002.  Isra ë l Jo rd a n ie La  Tunisie  a  opté très tôt pour le développement d’une économie  2003 de  marché  et  pour  une  intégration  progressive  dans  l’économie  L ib a n 2005 mondiale. Entre 1992 et 2004, le PIB a augmenté de 4,1% par an en  L ib ye 2007 moyenne avec 6% enregistrée en 2004. En dépit de l’intensification  M a ro c de  la  concurrence  internationale  et  de  la  flambée  des  prix  du  S yrie pétrole,  les  résultats  de  2005  sont  globalement  positifs  (4,2%  du  T u n isie PIB) et ce, en raison de l’évolution favorable des services comme le  T u rq u ie   tourisme  (6,4  millions  de  touristes  et  2,563  millions  DT  soit  12,5%    des recettes courantes), le transport aérien, les télécommunications  et  les  nouvelles  technologies.  Pour  l’année  2006,  les  autorités  tablent sur une croissance du PIB de 5,8%.  Pays  candidat  à  lʹentrée  dans  lʹUnion  Européenne  depuis  1999,  la  Turquie est officiellement en négociations pour devenir membre de  l’UE depuis le 3 octobre 2005 et est engagée dans un long processus  de  réformes  basé  sur  35  points  conformes  aux  critères  de  Copenhague. La Turquie se remet peu à peu de la crise économique  17 18
  10. 10. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ?     Le partenariat euro- méditerranéen et la nouvelle politique de voisinage Le cadre du partenariat euro-méditerranéen La déclaration de Barcelone a été adoptée le 28 novembre 1995 par  les  ministres  des  Affaires  étrangères  des  15  États  membres  de  l’Union  Européenne  et  de  12  États  du  Sud  et  de  l’Est  de  la  Méditerranée  (Algérie,  Chypre,  Égypte,  Israël,  Jordanie,  Liban,  Malte, Maroc, Territoires palestiniens, Syrie, Tunisie, Turquie). Des  accords  d’association  lient  désormais  l’Union  Européenne  avec  la  quasi‐totalité  des  pays  tiers  méditerranéens.  Chypre  et  Malte  font  partie  depuis  le  1er  Mai  2004  des  dix  nouveaux  Etats  membres  de  l’Union Européenne. La Turquie qui était liée à l’UE par une union  douanière  depuis  1995,  est  officiellement  en  négociations  d’adhésion  à  l’UE  depuis  le  3  octobre  2005.  Ces  trois  pays  sont  désormais  gérés  par  la  direction  « Elargissement  de  l’UE »  de  la  Commission Européenne.  Le Partenariat euro‐méditerranéen, enclenché par la Conférence de  Barcelone  en  novembre  1995,  substitue  aux  accords  commerciaux  bilatéraux  existant  auparavant  des  accords  d’association  qui  ont  une approche globale et multilatérale sur trois volets :  19
  11. 11. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? la définition d’un espace commun de paix et de stabilité par le  Dans cette perspective, l’UE propose à ses voisins à l’Est et à ceux  renforcement  du  dialogue  politique  et  de  sécurité  (volet  du  Sud  de  la  Méditerranée  une  perspective  de  participation  au  politique) ;  marché  intérieur  européen,  et  de  bénéficier  ainsi  de  la  libre  la  mise  en  place  d’un  partenariat  économique  et  financier  et  circulation  des  biens,  des  services,  des  capitaux  et  des  personnes  l’instauration  progressive  d’une  zone  de  libre‐échange  d’ici  (les quatre libertés).   2010 (volet économique) ;  Le  Conseil  européen  de  juin  2004  a  approuvé  le  principe  d’une  le  rapprochement  entre  les  peuples  et  les  échanges  entre  les  adoption,  en  concertation  avec  chaque  pays  ayant  déjà  un  accord  sociétés civiles (volet social, culturel et humain).   en vigueur avec l’UE, des plans d’action visant à progresser dans la  mise en œuvre de ces accords. Sept plans d’action, d’une durée de 3  L’objectif fixé sur le plan commercial est la création d’une zone de  ans,  ont  été  adoptés  fin  2004  (5  pays  MEDA,  Israël,  Jordanie,  libre‐échange  qui  doit  être  réalisée  à  travers  les  accords  euro‐ Maroc,  Tunisie  et  Autorité  Palestinienne  et  l’Ukraine  et  la  méditerranéens et des accords de libre‐échange à conclure entre les  Moldavie)  et  des  discussions  sont  en  cours  avec  l’Egypte  et  le  pays MEDA eux‐mêmes (coopération sud‐sud). Lʹannée 2010 a été  Liban. Outils opérationnels élaborés avec les pays partenaires de la  retenue  comme  date  objectif  pour  instaurer  progressivement  cette  Méditerranée, les plans d’action identifient des priorités en matière  zone  qui  doit  couvrir  lʹessentiel  des  échanges  dans  le  respect  des  de  réforme  dans  le  domaine  politique  et  économique  et  de  la  obligations  découlant  de  lʹOrganisation  Mondiale  du  Commerce  coopération  renforcée.  Les  actuels  instruments  financiers  de  l’UE  (OMC). Ainsi, les obstacles tarifaires et non tarifaires aux échanges  (MEDA,  TACIS)  doivent  soutenir  la  mise  en  œuvre  des  plans  des  produits  manufacturés  seront  progressivement  éliminés  selon  d’actions jusque fin 2006.  des  calendriers  à  négocier  entre  les  partenaires.  Une  libéralisation  progressive  du  commerce  des  produits  agricoles  est  également  En  ce  qui  concerne  MEDA,  45  millions  d’euros  ont  été  dédiés  à  la  envisagée,  ainsi  que  pour  le  commerce  des  services,  au  sens  de  PEV pour la période 2004‐2006 : infrastructures dans le domaine de  l’article V de l’accord général sur le commerce des services (AGCS).   l’énergie  (18,5  millions  d’euros),  des  transports  (24  millions  d’euros),  de  la  coopération  transfrontalière  entre  le  Maroc  et  Anticipant  l’évolution  des  frontières  de  l’Union  Européenne  après  l’Espagne  (2  millions  d’euros)  et  entre  le  Maroc  et  Gibraltar  (0,4  l’élargissement  au  1er  mai  2004,  la  Commission  Européenne  a  millions d’euros).  initié,  le  11  mars  2003,  la  définition  d’une  nouvelle  politique  de  Un des objectifs de la PEV est de renforcer la coopération entre les  voisinage (NPV) appelée à renforcer les liens avec les pays voisins  pays dans le cadre du processus de Barcelone et de promouvoir la  de  l’UE  élargie :  elle  propose  à  ses  voisins  de  nouvelles  coopération  régionale  et  sous‐régionale.  A  partir  de  2007,  la  perspectives  d’intégration  économique  en  contrepartie  de  leurs  Commission  prévoit  la  création  d’un  unique  instrument  européen  progrès  concrets  dans  les  domaines  du  respect  des  valeurs  de  voisinage  et  de  partenariat  (IEVP)  couvrant  à  la  fois  le  soutien  communes  et  de  la  mise  en  œuvre  des  réformes  politiques,  de  lʹUE  aux  pays  de  la  PEV  et  la  coopération  transfrontalière  de  économiques et institutionnelles, notamment dans l’harmonisation  ceux‐ci avec les Etats membres. Les montants dédiés à l’IEVP ainsi  de leur législation avec l’acquis communautaire.   21 22
  12. 12. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? que  la  répartition  entre  ses  composantes  dépendra  de  la  En  conformité  avec  les  conclusions  du  rapport  PNUD  sur  le  négociation  sur  les  prochaines  perspectives  financières  de  l’UE  développement  humain  dans  le  monde  arabe,  la  Commission  a  pour 2007‐2013.  récemment  adopté  une  communication  intitulée  ʺDonner  une  Les  autres  orientations  politiques concernent : le sommet de Doha  nouvelle impulsion aux actions de lʹUE dans le domaine des droits  et  le  commerce,  les  questions  de  justice  et  affaires  intérieures,  la  de  lʹhomme  et  de  la  démocratisation,  en  coopération  avec  les  promotion dʹune meilleure gouvernance, les droits de lʹhomme et la  partenaires  méditerranéensʺ  visant  à  maximiser  lʹefficacité  des  démocratisation  dans  la  région  MEDA,  et  les  initiatives  instruments  à  la  disposition  de  lʹUE  et  de  ses  partenaires  environnementales  convenues  au  sommet  de  Johannesburg  sur  le  méditerranéens  dans  le  domaine  des  droits  de  lʹhomme  et  de  la  développement durable.   démocratie. La communication définit des orientations de travail en  vue  de  promouvoir  les  droits  de  lʹhomme  et  les  libertés  Le  lancement  du  nouveau  round  de  lʹOMC,  lʹAgenda  de  Doha,  fondamentales en coopération avec les partenaires méditerranéens.  comporte  à  la  fois  de  nouvelles  ouvertures  du  marché  et  la  Elle  propose  dix  recommandations  concrètes  pour  améliorer  le  définition  de  règles  supplémentaires,  soutenues  par  lʹengagement  dialogue  politique  entre  lʹUE  et  ses  partenaires  méditerranéens,  de  renforcer  lʹassistance  matérielle  vis‐à‐vis  des  pays  en  ainsi  que  la  coopération  financière  de  lʹUE  sur  les  questions  de  développement  en  vue  de  renforcer  leur  capacité.  Lʹobjectif  droits  de  lʹhomme.  Le  rapport  Banque  mondiale  2003  sur  la  principal  du  nouveau  round  est  de  soutenir  lʹintégration  des  pays  gouvernance  dans  la  région  MENA  constitue  également  une  en  développement  dans  le  système  dʹéchanges  mondial  dʹune  référence  importante.  La  programmation  2005‐2006  a  largement  manière qui les aidera à combattre la pauvreté.   pris en charge ces questions primordiales à travers les programmes  Les  conclusions  du  Conseil  de  Tampere  (1999),  Santa  Maria  Da  de  management  de  lʹéconomie,  ONG  II,  Police  II  et  Proximité  Feira  (2000)  et  Séville  (2002)  ont  défini  une  politique  commune  rurale.   concernant lʹintégration des questions justice et affaires intérieures  Un  engagement  global  à  la  cause  du  développement  durable  fut  dans la politique externe de lʹUE.   réitéré  au  sommet  de  Johannesburg,  sous  forme  dʹun  programme  Le plan dʹaction adopté à Valence (2002), en plus de la déclaration  pragmatique  et  ambitieux  démontrant  lʹimportance  croissante  des  de  Barcelone,  fournit  des  orientations  supplémentaires  pour  la  questions  environnementales  dans  la  réalisation  des  objectifs  de  coopération  renforcée  dans  la  région  MEDA  et  ce,  dans  trois  développement  pour  le  millénaire  « Millenium  Development  secteurs  principaux  :  migration,  réforme  de  lʹappareil  judiciaire  et  Goals ».  Les  secteurs  clés  pour  lʹaction  de  lʹUE  sont  lʹeau  et  lutte  contre  la  criminalité.  Une  meilleure  gouvernance,  la  lʹénergie.  À  Johannesburg,  lʹUE  a  lancé  deux  partenariats,  lʹun  promotion  de  la  démocratie  et  le  respect  des  droits  de  lʹhomme  concernant  lʹeau,  lʹautre  lʹénergie.  Lʹinitiative  européenne  de  lʹeau  constituent  des  objectifs  de  base  dans  la  politique  extérieure  de  « Water  for  Life »  coordonne  les  mécanismes  de  financement  lʹUE.   existants  avec  un  accent  particulier  sur  trois  paramètres:  approvisionnement,  hygiène  et  gestion  intégrée  des  ressources.  À  lʹheure actuelle, le suivi concret concernant les pays méditerranéens  23 24
  13. 13. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? se  déroule  dans  le  cadre  de  lʹinstrument  de  financement  existant,  En  outre,  le  processus  de  libéralisation du commerce des produits  MEDA.   agricoles  est  lui  aussi  largement  opérationnel.  Plus  de  80%  des  Pour  plus  d’informations,  se  rapporter  au  document  Partenariat  produits  agricoles  importés  des  rives  méditerranéennes  entrent  Euro‐Med,  Programme  Indicatif  Régional  2005‐2006  de  la  ainsi  dans  l’Union  Européenne  en  franchise  de  droits  de  douanes  Commission Européenne à l’adresse suivante :  ou  à  taux  préférentiels.  Réciproquement,  un  tiers  des  exportations  européennes  de  produits  agricoles  bénéficient  de  préférences  http://ec.europa.eu/comm/external_relations/euromed/rsp/meda_ni tarifaires dans les pays méditerranéens.  p05_06_fr.pdf   Cependant,  l’espace  méditerranéen  connaît  une  intégration  régionale  encore  assez  embryonnaire.  Le  commerce  intra‐régional  Bilan des accords d’association Euro-Med reste  en  dessous  des  8%  du  commerce  total  de  la  zone,  chiffre  le  L’année 2005, qui avait été déclarée « Année de la Méditerranée »,  plus faible au monde pour un ensemble économique de cette taille.  s’est  conclue  par  la  célébration  du  10ème  anniversaire  de  la  Or,  un  espace  économique  régional  plus  intégré  passe  Déclaration de Barcelone durant le sommet euro‐méditerranéen qui  nécessairement  par  la  conclusion  d’accords  de  libre‐échange  entre  s’est  tenu  à  Barcelone  les  27  et  28  novembre.  A  cette  occasion,  un  pays  sud‐méditerranéens  (relations  Sud‐Sud)  en  complément  des  programme  de  travail  à  5  ans,  qui  fait  une  large  place  à  accords  d’association  (relations  Nord‐Sud).  Si  un  certain  nombre  l’investissement étranger, au suivi des réformes et à l’innovation, a  d’accords  de  libre‐échange  Sud‐Sud  sont  récemment  entrés  en  été adopté par la Chefs d’Etat.  vigueur, à l’instar de ceux conclus entre la Turquie et la Tunisie, ou  entre la Turquie et le Maroc, leur portée est limitée (règles d’origine  Tous  les  pays  sud  et  est‐méditerranéens  peuvent  à  présent  restrictives, exclusion de l’agriculture).   bénéficier  des  accords  d’association  euro‐méditerranéens  :  de  l’Algérie à la Turquie en passant par l’Egypte, Israël, la Jordanie, le  Par ailleurs, l’Accord d’Agadir, signé entre la Tunisie, le Maroc, la  Liban,  le  Maroc,  l’Autorité  palestinienne,  la  Tunisie.  Seul  l’accord  Jordanie et l’Egypte le 25 février 2004, engage les parties à éliminer  d’association avec la Syrie paraphé en octobre 2004 n’est pas encore  lʹessentiel des droits de douane sur leurs échanges réciproques dès  entré en vigueur.  le  1er  janvier  2005  et  à intensifier leur coopération économique en  matière  de  normes  et  de  procédures  douanières.  L’accord  n’a  pas  Dix  ans  après  le  lancement  du  processus  de  Barcelone,  la  encore été ratifié par le Maroc.  libéralisation  du  commerce  des  produits  industriels  est  devenue  une  réalité  tangible :  tous  les  produits  en  provenance  des  pays  méditerranéens  ont  accès  au  marché  de  l’Union  Européenne  en  Les instruments financiers MEDA, FEMIP et les franchise  de  droits  de  douane.  Réciproquement,  les  pays  jumelages institutionnels méditerranéens  ont  mis  en  place  un  processus  de  démantèlement  Les  accords  d’association  du  Partenariat  euro‐méditerranéen  progressif  de  leurs  tarifs  douaniers  qui  s’étale  généralement  sur  prévoient  également  des  outils  de  coopération  financière  de  l’UE  une douzaine d’année.  25 26
  14. 14. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? pour  appuyer  la  mutation  économique  dans  les  pays  partenaires  constructions  d’infrastructures  à  l’appui  du  développement  du  méditerranéens. Ils s’articulent autour de MEDA et de la FEMIP.  secteur  privé,  les  projets  privés  locaux,  les  projets  Décidé  par  le  Conseil  de  Cannes  en  juin  1995,  le  programme  environnementaux,  le  développement  des  marchés  de  capitaux.  MEDA  constitue  le  cadre  financier  principal  de  la  mise  en  œuvre  Depuis sa création en octobre 2002, la FEMIP s’est progressivement  renforcée,  sans  toutefois  devenir  une  banque  de  développement  du  Partenariat  euro‐méditerranéen.  La  Commission  Européenne,  euro‐méditerranéenne  à  part  entière  –son  capital  reste  détenu  par  en  étroite  coopération  avec  chacun  de  ses  partenaires  les  pays  européens  et  sa  capacité  d’expertise  est  surtout  tournée  méditerranéens et en tenant compte de leur diversité, élabore, selon  vers  les  infrastructures  et  les  grands  projets  publics.  Peu  de  pays  la  démarche  «bottom‐up»,  des  programmes  d’aide  à  la  transition  soutiennent  la  constitution,  pourtant  emblématique,  d’une  banque  économique,  financés  au  titre  de  MEDA.  Ils  prennent  la  forme,  euro‐méditerranéenne « intégrale » (en commençant par une filiale  entre autres, d’appui aux réformes et de développement du secteur  à participation majoritaire de la BEI) qui supposerait de libérer un  privé  (soutien  aux  PME  et  à  l’industrie,  modernisation  du  secteur  capital  important  (compte  tenu  de  l’encours  BEI  sur  la  région  financier,  aide  à  la  privatisation  et  appui  à  la  participation  du  MEDA), impliquerait une hausse des taux de prêt (baisse du rating,  secteur privé aux investissements d’infrastructure, mesures visant à  coûts  de  fonctionnement)  et  obligerait  à  la  co‐décision  avec  les  faciliter  les  échanges).  Avec  MEDA  II,  une  déconcentration  a  été  nouveaux  actionnaires.  La  BEI  et  certains  Etats  membres  tentent  préconisée  au  profit  d’une  gestion  locale  des  programmes  MEDA  cependant  d’avancer  en  consolidant  les  acquis,  en  améliorant  par  les  délégations  de  l’UE  dans  les  pays  récipiendaires.  Le  l’intégration  de  la  FEMIP  (bureaux  locaux,  comité  d’experts  montant total des fonds engagés pour la période 1995‐2006 s’élève  évoluant vers un comité de pilotage associant les pays du sud), en  à  environ  8,8  milliards  d’euros  et  ils  bénéficient  tant  aux  autorités  envisageant de nouveaux outils (système de garantie, par exemple)  étatiques  (nationales  et  locales)  qu’au  secteur  privé  et  aux  acteurs  et surtout en orientant de plus en plus les activités vers le difficile  de la société civile.  marché  des PME et de l’investissement privé. A ce titre, la FEMIP  Mise en place à la Banque européenne d’investissements (BEI) lors  accentue  ses  efforts  vers  le  secteur  productif,  non  seulement  en  de  la  conférence  euro‐méditerranéenne  de  Barcelone  le  18  octobre  ouvrant des lignes de crédit à des banques commerciales chargées  2002,  la  Facilité  euro‐méditerranéenne  d’investissement  et  de  de  financer  l’industrie,  mais  aussi  en  participant  à  des  fonds  de  partenariat, FEMIP, a financé 7,2 milliards d’euros à fin 2005 pour  capital investissement. A l’avenir, elle pourrait jouer un rôle encore  77  opérations  en  faveur  de  la  modernisation  de  l’économie,  de  plus  efficace  si  elle  pouvait  prêter  en  monnaie  locale  et  s’appuyer  l’établissement  d’un  climat  propice  à  l’investissement,  du  sur  des  équipes  permanentes  plus  étoffées  et  plus  proches  des  développement  du  secteur  privé  et  de  la  création  d’emplois  dans  clients  méditerranéens  (la  BEI  est,  de  loin,  la  banque  de  les pays bénéficiaires.  développement  dont  l’effectif  de  personnel  est  le  plus  faible  par  Confortée à l’issue de diverses conférences ministérielles Ecofin (en  rapport  aux  crédits  consentis,  et  cela  peut  poser  problème  pour  particulier,  en  juin  2006  à  Tunis),  la  FEMIP  déploie  ses  actions  de  suivre des dossiers de PME).  financement  dans  plusieurs  domaines  prioritaires  :  les  27 28
  15. 15. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Le  volume  de  prêts  octroyés  au  bénéfice  des  pays  partenaires  projets représentant au total 930 millions d’euros), 38 % au Proche‐ méditerranéens (MEDA) a atteint 1,8 milliards d’euros en 2003, 2,1  Orient (10 projets pour un montant total de 834 millions d’euros) et  milliards en 2004 et 2,2 milliards en 2005. Pour cette dernière année,  20 % au Maghreb (7 projets totalisant 430 millions d’euros). Enfin,  51  %  des  ressources  sont  destinés  à  l’appui  du  secteur  privé.  Près  la FEMIP a financé dans les territoires palestiniens deux opérations  de  35  %  de  ces  opérations  ont  été  menées  avec le secteur bancaire  destinées à améliorer les infrastructures électriques et à soutenir les  local,  afin  de  renforcer  sa  capacité  à  financer  des  investissements  PME.  productifs réalisés par des PME. Parallèlement, la FEMIP a appuyé  La  panoplie  diversifiée  d’instruments  de  la  FEMIP  permet  de  des  investissements  dans  des  infrastructures  de  base  relevant  des  répondre  aux  besoins  des  économies  locales.  Elle  fournit,  en  effet,  secteurs  de  l’énergie  (Égypte,  Gaza‐Cisjordanie,  Syrie),  de  des  produits  financiers  tels  que  des  prêts  à  long  terme,  capital‐ l’environnement  (Turquie,  Liban,  Maroc),  et  des  transports  et  risque  etc.,  à  des  conditions  financières  attractives.  Le  Fonds  communications  (Syrie,  Liban,  Maroc  et  Turquie).  L’année  2005  a  d’assistance  technique  de  la  FEMIP  a  signé  en  2004  sa  première  été en outre marquée par la reprise des opérations de financement  année  d’existence,  20  contrats  pour  un  total  de  13,8  millions  €  dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, avec l’octroi de deux prêts  (dons). Enfin, le Fonds fiduciaire de la FEMIP, opérationnel depuis  pour contribuer à l’amélioration concrète des conditions de vie des  début 2005 (contributions des Etats Membres de 30 M€), a élargi la  Palestiniens grâce à la fourniture d’électricité et à la mise en place  gamme des instruments financiers de la FEMIP.   d’un fonds de garantie à l’appui des PME.   Davantage  de  moyens  seront  également  consacrés  à  l’assistance  Figure  4.  Répartition  des  prêts  FEMIP  par  pays  en  2005  (en  millions  technique pour permettre l’émergence de projets, notamment dans  d’euros)   les domaines sociaux et de réduction de la pauvreté. En outre, pour  marquer sa présence physique sur la rive sud de la Méditerranée, la  BEI a fait le choix d’implanter des bureaux de la FEMIP dans trois  Tunisie (260) Turquie (930) capitales  (Le  Caire,  Tunis  et  Rabat).  Enfin,  une  évaluation  globale  du  fonctionnement  de  la  FEMIP  a  été  réalisée  en  décembre  2006,  permettant  en  particulier  d’examiner  les  diverses  options  pour  Algérie (10) Syrie (300) l’avenir de cet instrument.   Egypte (309) Afin  d’identifier  de  nouvelles  manières  de  développer  la  Maroc (160) coopération  financière  sur  la  base  des  avantages  comparatifs  et  Palestine (55) Liban (170) d’élargir  le  champ  de  ses  opérations,  la  FEMIP  a  renforcé  sa  coopération  avec  d’autres  bailleurs  de  fonds  présents  dans  la    région en signant des accords avec les institutions européennes de  Pour  ce  qui  est  de  la  répartition  géographique  de  la  FEMIP  (cf.  financement  du  développement  (EDFI).  Cette  mesure  permettra  figure 4), 42 % des signatures concernent des projets en Turquie (6  d’amplifier  le  soutien  qu’apporte  l’UE  au  développement  29 30
  16. 16. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? économique  des  pays  partenaires  méditerranéens,  d’éviter  le  d’Agadir,  en  tant  qu’initiative  intra‐régionale  Sud‐Sud  lancé  entre  double emploi de ressources et de maximiser l’impact des activités  le Maroc, la Tunisie, l’Égypte et la Jordanie en mai 2001 à Agadir,  des États membres de l’UE dans la région.   constitue  une  démarche  volontaire  entreprise  par  ces  quatre  Outre ses opérations de financement, la FEMIP a réalisé une étude  partenaires  en  vue  d’établir  entre  eux  une  zone  de  libre‐échange.  des marchés de la dette publique dans les pays méditerranéens (qui  L’accord  vise  dans  un  premier  temps  la  création  d’une  zone  de  a  été  publiée  en  décembre  2005)  et  a  défini  un  programme  de  libre‐échange  de  manière  progressive,  pendant  une  phase  travail  ambitieux  sur  l’accès  des  entreprises  au  crédit.  Elle  a  transitoire ne devant pas dépasser la date du 01/01/2005 à compter  également  publié  la  première  analyse  détaillée  sur  les  envois  de  de la date de son entrée en vigueur. Cet accord devra permettre de  fonds des travailleurs de pays méditerranéens émigrés en Europe.  dynamiser  les  échanges  commerciaux,  de  développer  le  tissu  Le 13 mars 2006, la FEMIP a signé un accord de partenariat avec le  industriel, soutenir l’activité économique et l’emploi, augmenter la  réseau  euro‐méditerranéen  des  instituts  économiques  (FEMISE),  productivité et améliorer le niveau de vie dans les pays signataires.  permettant  une  coopération  sur  l’analyse  macro‐économique  des  De  même  il  devra  favoriser  la  coordination  des  politiques  macro‐ pays MEDA et l’évaluation des politiques financières.  économiques  et  sectorielles,  notamment  dans  les  domaines  du  commerce  extérieur,  de  l’agriculture,  de  l’industrie,  de  la  fiscalité,  Les jumelages institutionnels des  finances,  des  services  et  de  la  douane,  en  plus  de  sa  Le  principe  des  jumelages,  mis  en  œuvre  dès  1998  dans  les  pays  contribution  à  l’harmonisation  des  législations  dans  le  domaine  PHARE  (Europe  centrale  et  orientale),  a  été  étendu  aux  économique  des  pays  signataires.  Concernant  les  dispositions  programmes  MEDA  en2004,  dans  le  cadre  des  programmes  relatives  à  la  libéralisation  du  commerce  extérieur,  les  pays  d’appui  aux  accords  d’association,  essentiellement  en  vue  de  contractants  ont  adopté  un  calendrier  prévoyant  une  exonération  réformes  des  structures  administratives  des  pays  partenaires  totale  des  produits  industriels  à  partir  du  01/01/2005.  Il  a,  par  méditerranéens. Les montants varient de 5 à 20 millions € sur trois  ailleurs,  été  convenu  de  libéraliser  le  commerce  des  produits  ans selon les pays. La gestion est déléguée localement à des unités  agricoles et agro‐industriels conformément au programme exécutif  de  gestion  de  programmes  (UGP).  La  Commission  considère  cet  de  l’accord  de  gestion  et  le  développement  des  échanges  instrument  comme  un  précurseur  de  la  politique  de  voisinage  en  commerciaux  entre  les  pays  arabes  pour  la  création  de  la  Grande  matière  de  renforcement  et  de  modernisation  des  administrations  Zone arabe de libre‐échange (GAFTA). Le secteur des services sera,  des  pays  partenaires  méditerranéens.  Le  programme  pourrait,  à  quant à lui, libéralisé conformément aux termes de l’accord général  terme, être ouvert aux opérateurs privés.   du  commerce  des  services  de  l’Organisation  Mondiale  du  Commerce  (OMC).  Les  termes  de  l’accord  stipulent  également  l’application  des  règles  d’origine  arabo‐méditerranéennes  qui  La coopération Sud-Sud devront  être  mise  en  conformité  aux  règles  d’origine  euro‐ La  signature  de  l’Accord  d’Agadir  le  25  février  2004  marque  une  méditerranéennes.  étape  dans  la  progression  de  l’intégration  Sud‐Sud.  Le  processus  31 32
  17. 17. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ? Pour  ce  qui  est  de  lʹadhésion  à  lʹaccord  dʹAgadir,  il  a  été  convenu  Figure  5.  Principaux  accords  de  libre‐échange  bilatéraux  et  régionaux  que  tout  pays  arabe  membre  de  la  Ligue  Arabe  et  de  la  Grande  entre les pays MEDA  Zone arabe de libre échange et lié par un accord dʹassociation ou de    AA  Autres  Algé‐ Egyp‐ Israël Jordanie Li‐ Maroc Sy‐ Pales Tuni‐ Tur‐ avec  ALE  rie  te  ban rie ‐tine sie  quie  libre‐échange  avec  lʹUnion  Européenne  peut  adhérer  à  lʹaccord  UE  dʹAgadir après consentement de tous les pays membres.   Algé‐ S 4/02 GAFTA           UMA     UMA    rie  V 9/05 S  S 2/89 S 2/89  L’accord  permet  de  créer  un  marché  de  plus  de  100  millions  Egyp‐ S 6/01 GAFTA       Agadir    Agadir     Agadir  S  d’habitants  dans  les  quatre  pays  concernés,  entraînerait  des  gains  te  V 6/04 V 1/05 S 2/04  S 2/04 S 2/04  12/05  USA  dʹefficience  et  rendrait  la  région  plus  attrayante  pour  les  Israël S 11/95 USA        ALE        S 94    S 3/96  investisseurs étrangers dans cette région.     V 6/00 S 12/04  V 95  V 5/97  Jorda‐ S 11/97 GAFTA   Agadir ALE      ALE      Agadir  Neg.  L’Union Européenne s’est engagée à appuyer le processus d’Agadir  nie  V  V 1/05 S 2/04 S  S 6/98 S 2/04  06  tant sur le plan financier que sur le plan technique. Le programme  05/02  USA  12/04 Agadir ALE  10/00  S 2/04 S 98  «Aide  aux  signataires  d’accords  d’association  pour  le  V 6/99  développement  du  libre‐échange  entre  eux  et  avec  l’Union  Liban S 06/02     S 9/98                    EV  V 2/99 Européenne» a été approuvé dès 2003. Ce programme, doté d’une  04/06  enveloppe  financière  de  4  millions  d’euros  et  financé  au  titre  de  Maroc S 2/96 GAFTA UMA Agadir   Agadir          Agadir  S 4/04  MEDA, vise à encourager le commerce et l’intégration Sud‐Sud, en    V 3/00 V 1/05 S2/89 S 2/04 S 2/04  S 2/04  V 1/06  USA  UMA  commençant  au  niveau  intra‐régional,  ce  qui  ne  peut  que  6/04   S 2/89  contribuer  à  améliorer  l’attractivité  des  IDE  dans  cet  espace  Syrie S 10/04 GAFTA                       V 1/05  économique.  Le  commerce  intra‐régional  est  encouragé  dans  le  Pales‐ S 2/97 GAFTA     S 94              S 7/04  cadre  de  l’accord  d’Agadir,  de  la  grande  zone  arabe  de  libre‐ tine AI V  V 1/05  EV 95   échange  (GAFTA)  et  de  l’union  douanière  du  Conseil  de    7/97  Tuni‐ S 7/95 GAFTA UMA Agadir   Agadir    Agadir       S11/0 coopération du Golfe (CCG).  sie V 3/98 V 1/05  S02/  S 02/04 S 2/04  S 2/04 4    89  ALE  UMA V7/05  Le  tableau  ci‐après  (figure  5)  récapitule  les  accords  de  commerce  S 03/98 S 2/89 signés  au  sein  de  la  région  MEDA  et  avec  leurs  principaux  Tur‐ UD      S 12/05 S 3/96 Neg.  Neg S 4/04 S  S 7/04 S 11/04    quie  S 96  V 97    V 1/06 12/  V  V 7/05  partenaires extérieurs.  V 96  04  6/05  Source : The Euromed process in the trade area, update 03/06 et mise à jour ANIMA, Déc. 2006.   Légende : AA : Accord d’association avec l’UE ; AI : Accord Intérimaire ; S : Signé ; V : En vigueur ; UD :  Union douanière ; Neg. : En négociation ; USA : accord de libre‐échange avec les Etats‐Unis  GAFTA  :  Convention  de  facilitation  et  de  développement  des  échanges  commerciaux  interarabes  du  17/02/1981. En vigueur depuis le 1er janvier 2005. Les 18 pays signataires sont l’Arabie Saoudite, Bahreïn,  l’Egypte,  les  Emirats  arabes  unis,  l’Iraq,  la  Jordanie,  le  Koweït,  le  Liban,  la  Libye,  le  Maroc,  Oman,  la  Palestine, le Qatar, la Somalie, la Syrie, et le Yémen. Le Soudan et la Tunisie sont en cours de ratification.  L’Algérie, les Comores, Djibouti et la Mauritanie n’ont pas approuvé l’accord.  33 34
  18. 18. Investir dans la région MEDA, pourquoi, comment ?     Les opportunités d’affaires dans les pays MEDA Algérie Panorama général Repères Capitale  Alger  Superficie  2 382 000 km2  Population   33,9 millions d’habitants (2005)  Langues  Arabe, français, berbère.  PIB (dollars)  102 milliards (2005)  PIB per capita (dollars) 3 0 85 USD – 7 189 ppp. USD (2005)  Monnaie (2005)  Dinar algérien (DZ).  1 Euro = 87,01 DZ – 1 USD = 73,37 DZ  Religion  Musulmane (99%).  Fête nationale  5 juillet (Indépendance en 1962).  Accord  d’Association  Signé en 2002, entré en vigueur le 1er  avec l’UE  Septembre 2005.  Site web de la Délégation de l’UE :  http://www.deldza.cec.eu.int  Adhésion à l’OMC  Observateur depuis 1985. Accession en  cours de négociation.  Sources : Banque Mondiale, FMI, World Development Indicators 2006 et FMI,  Article IV Consultation 2005, Country report.  35

×