J a

472 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
472
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
105
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

J a

  1. 1. SAMEDI 16 FËVRIERUn film et ses séquences AI LIMPRESSION que nous traversons une aura la possibilité de renouveler le collège de ceuxJ zone de sables mouvants: tout bouge, rien nest cristallisé. Des événements inattendus, comme larenonciation par le chef de lÉglise catholique à sesfonctions ou lessai nucléaire nord-coréen; au Mali qui lauront fait pape. Le catholicisme aujourdhui? Selon les statistiques du Vatican, ils étaient 1,196 milliard de fidèles dans le monde en 2010, en augmentation de 15 millions par rapport à lannée précédente.comme en 1misie, une actualité si évolutive quelle Sur ces 15 millions, 6 millions, soit 40 %, viennenten devient insaisissable. dAfriqne, portant le nombre de catholiques africains à Regardons daussi près que possible le fihn qui se 186 millions, soit 18,3 % de la population du continent.déroule sous nos yeux et disséquons quelques-unes En Europe, le nombre des catholiques est en légerde ses séquences. déclin; ils constituent 39,9 % de la population totale . • 1) Le pape Benoît XVI a stupéfait les 1,2 milliard • 2) Le Mali a du chemin à faire:de catholiques - dont il est le chef - et le monde en La « drôle de guerre» qui y a éclaté le 10 janvierannonçant, le 11 février, que son âge et son état de est dans son deuxième mois, et lon parle déjà à sonsanté le conduisaient à renoncer à sa fonction (avec sujet de guérilla.effet au 28 février 2013). Prendra-t-elle de lampleur? Où en sera le pays Un pape ne démissionne pas. En revanche, il peut dans six mois? Quel sera alors le niveau de sécuritérenoncer à sa charge. Mais depuis cinq siècles, si ou dinsécuritéquelques-uns des prédécesseurs de Benoît XVI ont • dans le nord du pays, quil faut pacifier aprèspu y songer, aucun na franchi le pas. Cest donc un lavoir reconquis,acte de rupture qui, nen doutons pas, fera date et • dans le Sud, où la paix et la sécurité doivent êtreservira dexemple. restaurées et maintenues? « Jai pris cette décision, a déclaré Benoît XVI, de Nul nestassmé des bonnes réponses à ces questions.mon plein gré, en toute liberté, dans lintérêt de lÉglise, Ce dont on est presque sûr, en revanche, cest queaprès de longues prières et un examen de conscience les élections présidentielle et législatives espérées etdevant Dieu. » annoncées pour juillet ne se tiendront, en réalité et Cet homme âgé de 86 ans, souverain de lÉtat du au mieux, quen novembre prochain.Vatican, a voulu, ainsi, laisser la place à un successeur La campagne électorale qui les aura précédées et lesplus jeune, que lexercice du pouvoir na pas usé et qui scrutins eux-mêmes ne seront possibles et crédiblessoit« capable de réagir sans réflexes datés ». que si la République malienne a retrouvé, au Nord Dautres souverains, qui ont reçu, eux aussi, le pouvoir comme au Sud, des relations apaisées et sereines entreen viager, vont avoir à se demander sils ne devraient ses composantes sociales et politiques.pas en faire autant - et aussi bien! Et que peuventencore arguer la dizaine de chefs dÉtat africains qui • Il faudra pour cela que ses autorités de transitiontriturent les Constitutions quils ont juré de respecter fassent montre de qualités que nous navons paspour se faire octroyer autant de mandats quil faut observées jusquici. Il faudra, en outre, que les Nationspour mourir gra bataires au pouvoir? unies se soient mises en branle plus vite quelles nen • Grâce au geste raisonné de Benoit XVI, lÉglise ont lhabitude, que la France, la Cedeao et lUnion africaine, qui ont engagé leurs hommes, des moyenscatholique se donnera en mars un nouveau pape. Il financiers et leur réputation, réussissent à nouer entresera plus jeune, élu à une majorité qualifiée (deux tiers elles une parfaite coordination.des voix du collège des cardinaux). Et ce souverain Et fassent un sans-faute.JE UNE AFRI QU E N 27 19 . DU 17 A U 23 FËY RIER 2013
  2. 2. Ce que je crois On ne peut pas ne pas se dire quil est malheu- • Ceux qui ont commis cet assassinat ne sont pas desreusement peu probable que toutes ces conditions amateurs. Cest tout un appareil qui est derrière avecsoient réunies. une stratégie. Chokri Belaïd est la victime, mais la On ne peut pas ne pas constater que ce pays est, cible, ce nest pas lui. La cible, cest la Tunisie toutpour lheure, lombre de ce quil a été: ni ses forces entière. Il faut sattendre à des résultats très graves.armées, ni son personnel politique, ni sa société • Je ne seraijamais à lorigine dune scission. Je ne par-civile, ni son économie ne sont en état de bon tiraijamais avec un clan pourformer un autre parti.fonctionnement. Je reste le secrétaire général dEnnahdha, je ne • 3) La Tunisie ne change pas de pouvoir. compte pas la quitter et, si je le fais, ce sera pour dautres raisons. Jai 62 ans, et il y a des moments À lintérieur du pays comme à lextérieur, on constate où il faut savoir dire stop. • une dérive qui a mené jusquà lassassinat poli- Je pense quil faut le croire, mais ce quil propose, tique, phénomène que la Tunisie na guère connu sil permet au pays de surmonter la crise, etau pou- depuis son indépendance, en 1956, voir en place de gagner du temps, ne résoudra pas les • un blocage politique entre le pouvoir et lopposition, problèmes de la Tunisie. Tant sen faut. • un immobilisme gouvernemental et un désac- cord persistant entre les trois partis qui y sont • Ayant réussi à accéder au pouvoir, les islamistes (inégalement) représentés. tunisiens vont le garder. Sur la base dun compromis I:assassinat de Chokri Belaïd perpétré le 6 février a quils finiront par trouver entre leurs modérés et leurscréé un choc dans le pays et à lextérieur; ses obsèques rigoristes. Ni tout à fait unis ni complètement désunis,ont rassemblé etmobUisé les anti-islamistes: rejoints ces islamistes ont en commun le sentiment quil leurpar les déçus de lislamisme, ils forment désormais faut, coûte que coûte, conserver ce pouvoir quils ontune majorité. reçu ... comme un cadeau divin. • Le seul homme politique qui a été entendu parce Tant quils nauront en face deux quun assemblage disparate doppositions, ettant que leurs alliés qui leurque les propos quil a tenus ont été nets estle Premier servent de porte-voix et de caution continueront à lesministre, Hamadi Jebali, qui se trouve être le secré- servir, ils prévaudront.taire général du parti islamiste (Ennahdha). De ce Mais la Tunisie, hélas pour elle, naura pas à sa têtequil a dit, jai retenu deux affirmations fortes: le pouvoir capable de lui faire épouser le XXI siècle.• Pour vous taire soume, gnllcer des dems ou réfléchir - , ici, chaque semaine, une sélection subjective, /a mienne, de ce qui a été dit ou écrit au cours des siècles par des hommes et des femmes qui avaient des choses intéressantes ou drôles à nous dire. B.B.Y. .... Ëcrire, cest inventer ce quon sait ~ Au théâtre, il se dit presque autant .... Un berger prudent ne mise pas sur déjà. de bêtises dans la salle que sur la un veau qui tète encore. Françoise Sagan scène. Tout dépend de la longueur Proverbe africain des entractes . ... Lhumour a toujours été contre le Robert Rocca ... Je suis rancunier en mal comme en pouvoir, quel que soit le régime. bien : je noublie pas plus un coup de coluche ~ Le muezzin qui dit la prière en haut pied quun coup de main. du minaret, cest leur cloche à eux. GUy Bedos ~ un homme qui a réussi est un Les Nouvelles Brèves de comptoir homme qui gagne plus dargent que III- le destin ne surprend jamais ceux sa femme nen dépense. Une femme ~ Un défaut qui empêche les hommes de la race des bien-nés. Sur leur qui a réussi est celle qui trouve un dagir, cest de ne pas sentir de quoi chemin, ce ne sont pas sur les tel homme. ils sont capables. cailloux de la déveine quils butent, Lana Turner Jacques-Bénigne Bossuet mais sur ceux de lavantageuse chance. Ahmadou Kourouma ~ Qui a dit que les absents avaient ~ Si une femme est mal habillée, on toujours tort? Chez nous, on ne dit remarque sa robe, mais si elle est III> Internet: on ne sait pas ce quon du bien des gens, on nen écrit sur impeccablement vêtue, cest elle y cherche, mais on trouve tout ce eux que lorsquils ont disparu. que lon remarque. quon ne cherche pas. Philippe Bouvard Coco Chanel Anne RoumanoffN 27 19 . DU 17 AU 23 FEVR IER 201 3 JEUNE A FRIQUE
  3. 3. Af";nlJ~ et nulle li ailleurs D LITTÉRATURE 84 INTERVIEW AVEC JOU MANA HADDAD Lauteure libanaise dissèque le machisme des sociétés arabes et sattaque aux reli gions, instruments de domination aux mains des hommes. DJIBOUTI DÉMOCRATIE SUR UN FIL Pour la première fois depuis lIndépendance, lopposition 72 DOSSIER devrai t fa ire son entrée au ASSURANCES Parlement à lissue des législatives lémergence dune du 22 février. classe moyenne La majorité ouvre de nouve lles présidentielle nest perspectives de pas menacée, croissance aux mais elle pourrait y laisser des plumes. 44 LIBYE CONFIDENCES DE KADDAFISTES Cinq compagnons de route du « Frère Guide » compagnies du continent. Analyse des tactiq ues ont accepté de se confier au journaliste libanais gagnantes. Le président Ghassan Charbel. Florilège. spécial 8 pages Ismail Omar Guelleh 39 Kenya prim e tim e 66 Maroc Les aciéri stes dans le rouge 40 Djibouti Démocratie sur un fil 68 Immobilier Une âme de bâtisseur 69 Private equity Il s investit pour la Tunisie 70 Tunisie Amen Bank pied au plancher 44 MAGHREB & MOYEN·ORIENT 71 Baromètre 44 Libye Confidences de kaddaf lStes 48 Iran· États-Unis Obama tranchera·t·il le nœud gord ien ? 50 Algérie Le FLN orphelin 72 DOSSIER /2 Vie, santé, auto ... Des prod uits qui assurent 52 EUROPE. AMÉRIQUES. ASIE 52 France Nathalie, Anne, Rachida et les autres 84 CULTURE & MEDIAS S6 Asie Renversement dalliances 84 Littérature Interview de Joumana Haddad, 57 États-Unis Que les gros donate urs lèvent le doigt 1 auteure libanaise 58 Parcours David Baiot, ainsi soit-il 87 Musique Explosion de sons 59 Brésil Grandeur et décadence 88 Cinéma La fabriq ue à terror istes 89 La semaine culturelle de Jeune Afrique 90 Danse L du combat art 60 ÉCONOMIE 60 Finances publiques Au secours, la dette revient ! 64 Mines Frères ennemis du cuivre 96 VOUS & NOUS 65 Interview John Kanyo ni, vice·président 96 Le courrier des lecteurs de la Chambre des mines de RD congo 98 Post·scriptumJEUNE A FRIQUE N 27 19 . DU 17 A U 23 FËVRIER 2013
  4. 4. N 271 9 . ÙU 17 A U 23 FEVR ~ ~ 201 3
  5. 5. 41 Grand angle Tunisie 1 • •• Et il yale vraj C hannouchi, qu i se sent plus doute, puis la peur dans Jesprit dune grande musulman qu e ul1lisien, qui se bat pOUI une cause partie de la popuJation. Tant mieux serait-on tenté - un islam politique panarabe - dont il sest abreuvé d e penser: s il avait persévéré dans sa méthode durant sa jeunesse cairote ou damascène, puis lors dillusionniste d e la politique qui nous vendait de son exil à Londres et de ses multiples séjours limage dun islamisme modéré et novateur, si au Moyen -Orient. Un m élange d e d eux j{ légitimi- ses troupes avaient pu produire une Constitution tés )): révo lUlionnaire el religieuse. GamalAbdel Ce que veulent et gérer le pays, sans tout vouloir changer, en Nasser/lidole de ses premières amours politiques, prônant le consensus, bref, sil avait patienté cloné avec Hassan al-Balma, fondateur des Frères les Tunisiens jusquaux prochaines élections, capiLales, celles- musulmans. Lhomme nest potutant pas atteint d e là, il aurait été en position daccaparer le pouvoir 71% troubles de la personnalité. Il a tout simplement dentre eux pour la prochaine décennie ... Sans parler de ses adaptésa tactiqueàson environnement. Préréré soutiennent nombreux impairs, co mme le refus de considérer le cheval de Troie au blitzkrieg pour parvenir à linitiative du lopposant assassiné Chokri Belaïd comme un Premier ministre ses fins. Mais, heureusement pour les Tunisiens, martyr, ou sa déclaration: .... Chokri BelaJ"d nes t lui - m êm e na pas complètement resp ec té les pas Bouazizi et je ne suis pas Ben Ali. Son sang - 43,5% pri nei pes qu il a tenté de ns eign er aux salaf1stes. ne suffira pas à impacter Ennahdha.» Comment sont plutôt Grisé par le succès éleclOraJ dEnnahdha, Usest . , favorables à un comprendre cette absence dempathie quand mis en tête dinftltrer tous les rouages de lt:tat, gouvernement tout un pays est sous le choc? Parce que, chez de placer ses ouailles partout, y corn pris dans les dunion nationale Ghannouchi, tout est affaire de rapports d e force. médias, de faire main basse sur les porte feuill es Pourquoi, sinon, e nvoyer ses partisans dans les ministériels les plus importants (Intérieur, Justice, 49% pensent ru es de Tunis, le le nd e main des obsèques du Affaires étrangères, etc.), considérant ses parte- que Jebali doit militant de gauche, pour une démonstration de naires politiques -le Congrès pour la République démissionner force, par aillews ratée? dEnnahdha, (CPR), qui tel un rémora arrimé à son squale contre 46 % qui sentête à soutenir Ghannouchi, Ettakatol, plus y sont opposés VERROUILLAGE. Depuis son arrivée au pou- réservé, ou Wafa - comme de simples cautions voir, dans lombre, Ghannouchi sest évenué à démocratiques, voire des supplétifs. ouvrir plusielus fronts. Une guérilla p ermanente. 52% estiment Double erreur suatégique: dune part, il a placé que Jebali a la Ennahdha bloque des articles de la Constitution, son parti, hégémonique, en situation difficile, car capacité de refuse dinscrire les droiLS universels dans la loi ce lui -ci se retrouve tenu pour responsable d es piloter un fon dam e ntale, tergiverse su r la charia ou le statu t gouvernement, maux que traverse le pays. Dautre parL, à trop contre 44% des femmes, stigmatise lopposition, rêve danéantir vouJoi r imposer ses vues, à laisser les salafistes ou qui sont dun le parti quj a le venten poupe] Nida Tounes, fondé les Ligues de protection de la révolution jouer les avis contraire par lancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi, épouvantails e Ldévelopperune vé ritabl e culture SOURCE, TUN ISIE SONDAGE sen prend aux m édias, aux laïcs, aux arUstes, AVEC TBC PARTNERS. ENQuE TE de Ja vio le nce e n toute impunité, iJ a instillé le MENËE LE 1 ~ËVRIER instrumentallse le débat id e ntitaire e t utilis e la LA GRANDE MUETTE NEN PENSE PAS MOINS « C eux qui en appellent à lintervention de ne reçoit pas d ordre et sait ce quelle a à faire. Elle nest républicaines, nexp licitera pas son rôle dans lopération interarmées, qui na pas pris sa retraite prévue en larmée seront poursuivis )), au service daucun parti du 14-Janvier, mais sa décembre 2012, est menace Mohamed Abbou. La politique )). popularité est incontestable. personnellement intervenu réaction épidermique du En première lign e depuis la Sur une vidéo, Raclled auprès de Moncef Marzouki secrétaire généra l du révolution , larmée tunisienne Ghannouclli, cllef pour maintenir létat Congrès pour la République est sur ses gardes. Ell e doit dEnnahdha , en entretien durgence et a établi une (CPR) est une réponse à composer avec une situation avec des sa lafistes, la désigne coopération étroite avec les Abdelkarim Zbidi , ministre de sécuritaire sous haute comme étant lu n des forces de lo rdre et les la Défense, l un des rares tension aux frontières, parer bastions à infiltrer pour services étrangers pour éviter indépendants du à toute tentative de assurer lhégémonie tout dérapage. Sa présence gouvernement. Ce dernier, déstabilisation du pays et se islamiste. Pour lui, « larmée au conseil des sages créé par sortant de sa réserve, était prémunir contre toute garde les frontières et, si on le chef du gouvernement, intervenu par téléphone sur instrumentalisation. Son en a besoin, elle accomplira Hamadi Jebali, est un signe NessmaTV pour asséner à savoir-faire en matière de sa mission )). Crainte, bien fort. Les deux hommes, que Hédi Ben Abbés, porte-parole gest ion de crise, acquis à quelle ne compte que lie une profonde estime, du CPR, qui venait daffirmer travers de très nombreuses 35000 hommes et soit veu lent rassurer les scènes que le président Moncef missions de maintien de la sous-équipée, larmée, loyale nationale et internat iona le, Marzouki avait donné des paix avec les forces et patriote, sest placée du mais éga lement signifier que instructions à larmée pour onusiennes, est plus que côté de la transition et vei ll e larmée soutient linitiative du encadrer les fun é railles de jamais utile. La Grande au grain. Le généra l Rachid chef de lexécutif. • Chokri Belaïd, que « larmée Muette, garante des valeurs Ammar, chef détat-major FRIDA DAHMANI N 27 19 . CU 17 AU 23 FÉVR IER 2013 JEUNE AFR IQUE
  6. 6. Â. LE PREMIER MINISTREreligion pour traiter de mécréants tous ceux qui HAMADI JEBALI (à dr.) ET paradoxaJem ent, ne se mblent guère obnubilés LE CHEF DÉTAT-MAJORsopposent à lui . Quand ils ne sont pas quaUfi és par un e Î11 extinguible soif de revanch e. Grâce à RACHID AMMAR, deuxde suppôts de Ben Ali... La violence, Jarrogance hommes que lie une Ben Ali, qui les trimbalait de prison en prison,et lautoritarisme se propagent. Même en interne, profonde estime. ils ont noué des relations, souvent étonnantes,lorganisation mé ticuleusement mise en place pendant leur d étention, ont tissé de nombreuxpar le ch eikh tente d e circonscrire toute velléité réseaux en défendant d autres prisonniers. Usdouverture. Ainsi a-t-il imposé lm {~c haperon » à cOlm ais sent mieux leur pays eL sa socié té et sontson Preliller ministre, par ailleurs secrétaire géné- nettement moins sensibles auxchanlS des sirènesral de la formation] Hamadi Jebali. Lotfi ZilOllll] wahhabites que leurs collègues exilés. La plupartministre conseiller chargé des Affaires politiques dentre eux se montrent donc plus réalistes eLdémissiollnaire] était les yeux el les oreilles de so n plus patriotes. JebaJi trava ilJe pour la Tu njsie, paspatron au palais de la Kasbah. Et ne se n cachait pour un projet politique ou idéologique. Il pensemême pas ! Les nombreux interlocuteurs du chef sincè reme nt, par exemple, qu e {~ [notre] intérêt,du gouvernemenl ne sétonnaient mê me plus ces t l Europe, pas le Qatar », co nLraire me nL àde le voir débouler san s frapper dans le bureau son ex- men Lor, donL le gendre, pourtanL ministrede ce d erni e r, écoute r les conversations sallS y des Airai res étran gères, ne voyait aucun intérêt àêtre invité, fouilJ er sur le bureau pour parcourir nou er des reJations Î111portantes avec un e Francedossiers ou mémos. Lauteur d e ces lignes a vécu qu il n e con naît pas e t préférait sentretenir avecà deux rep ris es cette scène surréaliste... On p eut son ambassadeur à Doha plutôt qu avec celui deci ter aussi Sahbi Atti!!, c hefdu groupe Enna hdha Paris, quil nappelait presqu e jamais.à lAssembl ée nationale co nstituante (ANC), qui L.:assassinatdeChokri Belaïd etl e coup de pokerapplique aveuglément ses directives] ou Habib de Jebali permettront peut-être de crever un abcèsKheder] rapporteur de la ConstilUlion, héraut qui menaçait sérieusementdu cheikh qui sefforce dente rrer chacun e des Grisé par le succès électoral. la lransiti on et la stabilitédemandes de lopposition . il sest mis en tête dinfiltrer du pays. À moyen solution nest au cun e au LIe lerme, ilDIVISION. Si les desseins d e Channouchi sont tous les rouages de lÉtat. que l initiative du Premi erdésormais limpides, El1Jlahdha est plus que jamais ministre, avec ou sa ns lui:divisée: un e aiJe radkale, autou r de son présiden t, un gouve rn eme nt de missi o n, dé barrassé desincarnée par les faucons comme Sada k Chou rou qu erelles partisanes et composé de personnalités- qui avait menacé, en pl ein e ConstiUlante, de co mpéte ntes, avant des élections rapid es. Facefaire éca rte le r les grévistes - ou Habib Ellouze, à Ennahdha, un e société civiJe vigilante, 13 trèset un courant plus modéré, de rri ère Je bali ou puissante Union générale umisienne du travaiJAbdelfattah Mourou (lire p. 30). Cette fracture (UGTT), Je patronat, Jes partis dopposition, enfmépouse finalement les contours historiques dlllle soudés, Jes femmes, les chômeurs, les régionsformation dont les m embres ont suivi d es che- défavorisées ... Rached Ghannouchi a-t-il comprismins distinclS; les uns (Ghannouchi) ont passé que son principal ennemi, aujourdhui, cest Jalme grande partie de leur vie en exil à partir de rue? Si, pour lui] Ennahdha au pouvoir représentela fin des années 1980, les autres (Jebali) sont lm signe de Dieu, iJ ne peut ignorer que la grâce,restés en Tunisie] incarcérés dans les geôles de même divine, es t éphémère. Helueusement pourBen Ali] brutalisés] voire lOrturés. Ces derniers] les Tunisiens] nest pas Machiavel qui veut.. . •JE UNE A FRI QU E N 27 19. DU 17 A U 23 FËY RIER 2013
  7. 7. 41 Grand angle Tunisie 1 "~t.5ii, Lélectrochoc Lassassinat de Chokri Belaïd aura rompu le fragile équilibre sur lequel reposait la troïka, conduit lopposition à serrer les rangs et suscité une forte mobilisation populaire contre la violence. ire que la situation est com- Ben AcholU « je suis muslùman et arabe D plexe et confuse en Tunisie est un eu phémisme. Pris dans 11 n capharnaüm sans précé- denLI le pays est à cran. Lassassinat de Chokri 8elaïd, le 6 févri er 2013, a retenti mais dabord tunisien » na paséchappéà Hamadi Jebali, chef du gouvernement et secrétaire général dEn nahdha. En lan çant linitiative dun gouvernement de techn o- crates indépendants, il sest démarqué de co mme un e d éflagrati o n. SOIl in cidence sa famille politique et des autres partis. poUûque est cenaille, mais cest surtout ~ Jai choisi le camp de mon pays », assène- un révélateur. Lescalade de la vjoJence et t- il, paraphrasant lauteur-compositeur une gestion socio-économique erronée libanais Marcel Khalifé. Il faUait oser, il la et partisan e imposée par Ennahdha ont fait. Mais cela ne suffit pas. ,( Une grave provoqué un profond maJaise dans tout crise de confiance àJégard des institutions le pays. Le 8 février, plusieurs dizaines de plombe le pays. Il faut durgence rétablir  Le 8 février, plusieurs dizaines de milliers de TWllsiens ont accompagné la un lien social», analyse le politologue milliers de Tunisiens ONT ACCOMPAGNÉ dépouille du secrétaire général cl El-Watad, Larbi Chouikha. lE lEADER DE GAUCHE A SA DERNIÈRE DEMEURE. Mouvement des patriotes démocrates (MDP), à sa dernière demeure. Il y avait FRONT DE SALUT PUBLIC. Depuis le fond, la donne était toujours la m êm e: de lindignation dans cette mobilisation 6 février, les choses se sont à la fois préci- lopposition contre la troïka gouverne- spollLanée eL exceptionnelle, mais aussi pitées et ralenties. Le m emtre de Chokri memale. Jusquà ce que Hamadi Jebali lexpression dun ras-le-bol. Les ,( plus Belaïd atua accéléré la recherche dtme prenne la responsabilité de constituer jamais ça» nexigeaient pas uniquement issue au blocage politique. Les partis de un gouvernement de co mpétences apo- larrêt de la violence politiqu e; ils signi- litiques etsusciteun séisme. fiaient aussi le rejet dun mod èle promu « NOUS nallons pas céder la place Il reprend ainsi la main en par les islamistes. opposant les islamistes non Ce jour- là, au cimetière du Jellaz, autre et leur laisser le gâteau », hurle pas aux laïcs, mai s aux tech- chose sest joué: les Tunisiennes et les Sihem Badi, ministre de la Femme. nocrates. La troïka, compo- Tunisiens, toutes classes et générations séedEnnahelha, clEttakatol co nfondues, ont renou é avec leur tuni - lo pposition ont saisi la baUe au bond. etdu Congrès pour la République (CPR), sianité, un hybride singulier de valeurs Dans les heures qui ont suivi lassassi- vole en éclats. Lentente cordiale e ntre national es et cuJtureUes sécuJaires qu e nat, Us ont ms de côté leurs dissensions, des formations aux idéologies opposées ni le colonialisme ni Ben AU nont réussi noué des alliances et gagné une apparente est termin ée. Chaque parti est confro nté à emamer. Cette donne spécifique et unité. Vingt-huit partis et la société civile à sa réalité. Ettakatol soutiemle projet fédératrice qui fail dire au jluisle Yadh ont créé un front de salut public. Mais au du chef de lexécutif. Pour son leader, DIPLOMATIE À DEUX TÊTES « c e qui se passe au Mali aux démocrates » prôné par elle ne peut se passer principaux suspects dans doit servir de leçon Valls à la nnonce de dalliés comme l Europe et lattaque du 14 septembre. aux tenants de la lassassinat de Chokri Belaïd . les États-Unis, de moins en Dans la foulée, lami qatari a légitimité. J) ~avertissement Depuis lattaque contre moins conciliants avec aussi pris ses distances, de la chancelière allemande, lambassade américaine, le lislamisme. Hillary Clinton a même sil continue dopérer Angela Merkel, na pas 14 septembre 2012. la bien assuré à Hamadi Jebali, en coulisses pour étendre autant indisposé que la mise diplomatie tunisienne chef de lexécutif, que John son influence. La double en garde de Manuel Valls, patine. Avec le reflux de la Kerry, son successeur, serait gestion de la politique ministre de français de vague de sympathie pour la un ami, mais au Congrès la étrangère, par le président lIntérieur, à propos de « la révolution, elle sest tournée Tunisie a vu sa cote baisser. de la République et un montée du fascisme vers lEst et a tenté de Cest le soutien de John ministre des Affaires islamique un peu partout J). consolider ses relations avec McCain qui lui a sauvé la étrangères aux compétences « Ingérence! J) sest écrié un lAsie et le Moyen·Orient. mise, surtout après la controversées, a achevé de gouvernement tunisien que Mais en pleine crise libé ration, en décembre brouiller limage du pays . • dérange surtout le le soutien économique et rég ionale, 2012, dJli Harzi, un des F.O. N 27 19 . CU 17 A U 23 FÉV RIER 2 013 JEU NE AFR IQUE
  8. 8. I------t sont compétents, et il nest pas question d e céder les portefeuilles régaliens. En réalité, son bilan est calamiteux, son assise électorale a fondu, et, surtout, les masques sont tomb és. Les religieux sont revan- chards, avides de pouvoir, de postes et de fonctions (plus de mille nominations dans la fonction publique). Pour lana - lys te politique Slaheddine lourchi, qui connaît le mouvement pour en avoir été proche, ,i Ennahdha doit quiller lepouvoir pour se refaire ,}, tanrns que Samir EtLaieb, p o rte-parole du parti El-Massar, lançait aux islamistes:" La partie est termin ée. Vous ne passerez plus!» VOLONTÉ DHÉGÉMONIE. Ellllahdhanest cependant pas appelée à disparaître mais à être absorbée dans la machine démo- cratique. Cest ce qui préoccupe Rached Ghannoudu, présjdent de la formatjon islamiste. En moinsdevingt-quatreheures, il affirme Wle chose et son contraire. 11 assure soutenir Hamadi Jebali tout en disant quil lui faudra « composer avec la volonté du parti dopter également pour une coalition nationale réunissant plu- sieurs formations politiques» et déclare que {( le Parlement et la m e feront tomber le gouvernement de L noc ratesqueU ech es que soient sa légitimité et sa ro rce ». La s tratégie dE n nahdha est celle du blocage. Depuis juiUet 2012, toutes les négociatio ns autour dWl remani ement ministéri el et dune reuiUe de route co nsensu elJe avec les autres acteurs politiques ont avorté. Pourtant, l initiative lancée par lUnjon générale tun isienne du travail (UGTT) en... RÉUNION DE CRISE des chefs de la troïka avec les ministres de lIntérieur et de la octobre 2012 avait le mérite de proposerJustice, et de hauts responsables de la sécurité, le 7 février, au palais de Carthage. une issue fédérant les partis politiques et la société civile.MusLapha Ben Jaafar, fondateur du parti damant plus sombres quune dissidence De toute évidence, Ennahdha se vou-et président de lAsse mbl ée national e interne, menée par Abderraouf Ayadi, la drait lirliLiatrice principale des gra ndesconstituante CANe), cest linitiative de la déjà scindé en mai 2012. Mais Mohamed décisions, mais elle en est incapable, carderrlière chance.« Ça passe ou ça casse, Abbou, son sec rétaire général, ne nten d eU na pas su franchir le pas entre militan- emais nous ne voulons pas queça casse », pas céder; il aJUluJe la démission coUective tisme et exercice du pouvoir sans dogme niaOirme le troisième homme fort du pou- des ministresdeso n groupe, annoncée le paranoïa. En s]allaquant systématiqu emenLvoi r, qui renoue avec le groupe des démo- 9 révrier, et soppose à la gestion du pays à tous ceux qui ne sont pas de son bord,crates, safamWe poUtiqu e. Le CPRestaux par un e équipe de technocrates. «: Ce sont eU sest isolée et paie aujomdhui, parune eabois, au bord de la crise de nerfs. (, Nous Jes nommes poUtiques com péte nts qu i fracture interne, son en têtement Elle senallons pas céder la place et leur laisser doivent être au pouvoir ,), dit-il. Du côté drape dans la légitimité des um es, maisle gâteau }), hurle Sihem Badi, ministre de dEnnahdha, ceJa ne va pas mi eux. La cet argu ment tient de moins en moinsla Femme etde la Famille et membre du décision unilatérale de J-Iamadi Jebali est face à la dérjve du pays. La récupérationparti de MoncefMarzouki, président de la un coup de Jarnac quelle ne peut vraiment de la révolution traduit aussi une volontéHépublique. Avec lm programme électoral dénoncer, puisque linitiative es t dans dhégémonie et de division. <i Ennahdhase réduisant à trois points - la réforme lintérêt national. Ennahdha est poussée es t le fer de lance de la révolution, elleadministrative, la chasse à la corruption dans ses retranchements; elle ne veut dirige avec m érite le gouvernement de laet lexclusion des anciens responsables pas quitter le gouvernement, craignant révolution] et tous ceux qui sy opposentdu régime de Ben Ali -, le CPR na pas dêu·e exclue du jeu politique, mais persiste sont des ennemis de la révolution, destransformé lessai. Ses perspectives sont dans le déni. À ses yeux] ses ministres contre-révolutionnaires >, martèle RachedJE UNE AF RI QU E N 2719 . DU 17 A U 23 FËY RIER 2013
  9. 9. CI Grand a Tunisie Gbannouchi. Le ton est do nn é. Loffensive de Jebali répond auss i à la nécessité de fmaliser rapidement la nouvelle Co nstitution. Car là aussi, les élus cf Ennahdha ont fait barrage pOllr ado pter une loi fondam entale détachée de tolite idéologie. Limplosion de la troïka et la création de nOllveauxgmllpes parlementaires devraient modifier les équilibres au sein de lANC, mais ses travaux en serom-ils accélé rés pour aUlant ? Ce qui est cer- Lain, cest que la te ntati ve de passage e n force de Jeb ali va révéle r le poids réel de cette assembl éesouverain e. Le CPR Abdelfattah Mourou e t Ennahdha esû me nt que l initiative « Ce nue fait Ennahdha est du chefde lexécutif doit être soumise à lapprobation de lANC, aJors que I!P:JJWWI.p~ne~att~e,comJ... 1 d t- les constitutionn alistes objectent qu e larticle 17 de la loi sur lorganisation cOntraire a a emocra le» provisoire des pouvoirs publics permet Le cofondateur et vice-président du mouvement islamiste de remanierun gouvernement sans son ne mâche pas ses mots â légard de sa famille politique, aval. Fort du soutien de ces experts, de quil tient pour responsable de la crise. lopposition, des centrales patronales e t syndicales, lebali es t cependant confronté à cenaines conditions. JEUNE AFRIQUE : Pourquoi la Tunisie en à lorigine de ce t te crise. Enn ahdha n a est~elle là ? cessé de sisoler. Elle a refusé le dialogue GUÊPIER. Un gouvernement de tech- ABDELFATTAH MOU ROU : La division avec les centrales syndicale et pauonale, nocrates, oui, mais avecla bénédiction du pays en deux pôles - islamiste et laïc - et ignore les demandes de la société civile. des formations p olitiques. Le Front est dangereuse, ca r e ll e crée un cbaos RésuJtat: ell e n e peut co mpter que su r populaire, alliance de partis de gauche, po litique. Pendant un a n, Ennahdha, une assise populaire quj se réduit comme rejette le projet. Il estim e que 1ebal i, en en ta nt qu e parti au pou vo ir, na cessé peau de chag rin e t a perdu lap pui des demeurant secrétaire général dEnnah- de te rgive rse r; ell e a voulu in sc rire la intell ectuels. Or la production de pensée dha, est forcém ent partisan. Du coup, cha ri a dans la Co nstituti o n, pui s sest es t nécessaire. le cbef du gouve rn eme nt mullipli e rétracté e. EU a récidj vé avec le régime e les consuJtations, alors qu e sa déci- parle me ntaire et le statut de la femme. La priorité est-elle de mettre en place sion laissait présager une app li cation Ell e a démontré son incap aci té à com- une nouvelle équipe gouvernementale immédiate. Le conseil des sages dontil prendre les attentes dupeup le, qui neveut ou darrêter la violence? sest en tou ré à titre consultatif nest pas pas dune mutation de ses fondam entaux Seul un gouvernement fort peut conte- représentatif. Sa moyenne dâge élevée mais des aménagements. Elle a sciem - nir la violence. Au fond, la violence est W1 et labsence de femmes révèlentlUle ment uainé les pieds sur la rédaction de instmment pOlU parvenir à lm objectif; il lectlue uniforme el partielle du pays. la Constitution e l sest montrée laxiste en faul lui substituer dautres outils et stUlout Cest bi en là que le bât blesse. Pendant laissant faire les Ligu es de protection de mett re en place rap id ement des institu- que les politiques palabrent, le pays se la révo lutio n (LPR). Par so n silence, elle tions.1l est inadmissible que nous nayo ns mo rcell e et la viole nce s in sla ll e avec encourage la mo ntéede la violence poli- pas enco re de Co nstitutio n et que, face un e in strumentalisatio n politique de tique. EUe gère de manj ère catastrophiqu e à larra iblissementd e lttat, lAsse mbl ée la ru e. Un ttal affaibli laisse faire les les affaires de lttat, accwnul e les erreurs natio na le co nstitu a nte [ANC], p ou rta n t miJi ces, e t les mi ru stres d Ennahdh a en vOlllantlmp ose rwl e loi sur lexclusion souve rain e, n e réagisse pas. s improvisent tribuns et meneurs de et se dresse co ntre toutes les for mati ons manifestations.« Faire cesser etcrimi- po Utiqu es. Cest laffron tement gén éral. Comment envisager une sortie de crise 1 naJi ser la viol ence est un e urgence ,), Ce nest pas tenabJe et cest co ntraire à La priorité est la Constitution . Il faut rappell e la Ligue nm.isi enned es droits la démocratie. mettre un point fmal à ce tte tra nsiti on. de lhonU11e (LTDH), tandis que sur les Sans institutions, sans cadre juridique, réseaux sociaux les islamistes conti- Les responsables dEnnahdha affichent le pays ne peut avancer. Dans cette étape nuent dinciter à lahaine. " Plus jamais leurs divergences, que faut-il en penser? cruciale et délicate, les partis devraient pelll; cest SlU, mais on fait a ttention, Ils ont tort de participer aux débats séloigner de laction gouvernementale et se disent les Tunisiens. Il ny a plus de publics en se m ontrant aussi divisés. Ils laisser des comp étences gérer les affaires temps à perdre, il faut sortir au plus affaiblissent le parti etse décrédibilisenl, courantes. Ces t lorientation que je par- vile de ce guêpier. • dautant que cest lellr inco mpétence tage avec Hamadi Jebali . • FRIDA DAHMANI, à Tunis au sein du gouvernement qui est aussi Propos recueillis à Tunis par F. O. N 27 19 . C 17 AU 23 FÉV RIER 201 3 U JEUNE AFR IQU E
  10. 10. Lhomme qui a trahi la révolutionfi1ln ##Ces nahdhaouis qui ont dit nonUlcérés par toute une série Et elle-même sest sentie flou ée parde dérives et par lambition Ghannouchi: {~ Ses idées ne sont pasdévorante de Rached rassluantes, surtout en ce qui concerne les salafistes [... ]. Cest à se demanderGhannouchi, ils ont claqué sil nest pas aussi salafiste queux, oula porte du parti. alors] peut-éLIe veut-il les utiliser à des fins électoralistes.;>S OUS la figur e tutélaire de Le 28 janvier] ces t un autre ex- mili - so n père spirituel, Rached tant, Sahbi Amri] qui dénonçaH le père Ghannouchi, Ennahdha sem- fondateur: « Cest Ghannouchi qui est blait avo ir plusi eur s visages. responsable de la situation critique queOn devinait les co ntradicUon s intern es connaît le pays e t no n Je bali. )} Selon lui,du mouveme nt que lon pe nsaitliraiU é la stratégie daffronlement bruta l avecen tre un extrême philo-sa lafiste e t un lanci e n régime décidée par le présidentcen tre prodémocrate, ou pratiquant dEnnahdhaaprofond ém en t nui au parti,opportunément un double langage pour e t sa pratique du népotisme aura desbalayer le spectre socio polltiqu e le plus effets tout aussi néfastes. Des déclarationslarge possible. Mais le bras de fer en tre qui font écho à celle dun autre dissident,lebali, Premier ministre et secrétaire Kamel Hould, qui affirmait en août 20 12:général du parti, et Ghannouchi, son « Ghannouchi souffre dlm attachementprésident, a révélé un e IUlle intes tin e pathologique au pouvoir. Tout comme ilpour Jautorité et des conflits de person- a poussé le mouvement islamiste vers lanalité qui dépassenlle débat didées et catastrophe il y a un quart de siècle [... ], illa stratégie politique. est en train de pousser aujourdhui tout le Le 9 février, la démission de 1ebali pays vers la cataslfophe en saccaparant lede son poste à la tête dEnnahdha é tait monopole de la décision.;) Ex-prisonnierannoncée sur la page Facebook du mou- poliUque de lancien régim e, Houki avaiLvement, avant dêtre rapid ement efbcée. remis sa démission après avoi r découvertLe chef du gouvernement a lui-m ê me l impli ca ti o n de mili ces nahdhaoui esimm édia te mentd éme nti l information, dans la répression d es manifestatio nslaquelle nen apas moins paru plausibl e. du 9 avril 2012.Militants, cadres e t mêmecofondateursdu parti ont en e ffet régu lièremen t fait « MALADE n . Mensonge, népotisme,défection, dénonçant dans le même corruption, activités miliciennes: ce qu emouvement les pratiques intern es du ne cesse nt de dé noncer les enn emis duparti et ses agissements politiques. parti islamiste nest pas contredit parDécrivant ce quils ont vécu de lintérielu] ceux qui lont fréquenté avec assiduité.les dissidents ont dévoilé linquié tante .. Demière défection en date, celle de Omniprésente, la figure de Ghannouchianatomie dun mouvem ent aux usages la députée FATTOUMA ATTlA, qui refuse de apparaît co mm e celle dun maître absolu tromper plus longtemps les électeurs.fort peu démocratiques, parfois très éloi- guidé parune dévorante ambition. Dansgnés de la moral e islamique, etd o nt les une inLerview croisé e dun autre déser-méth odes rapp ell ent à bien des éga rd s p erson nalités du p arti ne seraient pas teur, Néjib Karouj, et dun my sté ri euxcelles du rég im e déc hu. plu s vertueuses que les membres du <.( di rigea nt historiqu e ", publ iée le 20 sep- c lan déchu des Be n Ali: ,( Le secrétaire te mbre 2012 par Le Maghreb, cest leINTRIGUES. De rni è re e n date à avoir dÉtat de lAgriculture, par exemple, a second qui fait les révélations les plusclaqué la porte] au début de février, la inquiétantes : ~<. Nous savons,députée Fattouma Attia. Entre les calculs et nos frères aussi, qu e la Certaines méthodes et pratiquespolitiques d es é lus e t les intrigues pour mission de LotH Zitounla co nqu ête du pouvoir, la réalité d un rappellent à bien des égards es t bel et bien despionnerparti àla« discipline de fer » lui est appa- celles du régime déchu. l-lamadi jebali [... ] et d enIe en complète contradiction avec les tenir Hached Ghannouchiidéa ux proclamés. ,~E nnahdha n e veut délOluné au profit de son frère un projet informé de tous ses faits e l gestes. ;> Etpas combattre la corruption. Elle doit délevage de poissons à Zarzis présenté d e qualifier lui aussi le leader dEnna-se retirer et dégager. Le parti a da utres par lm citoyen.;> Tromper plus longtemps hdha d « animal politique ;), « malade ;)ambitions que la réalisation des attentes les électeurs qui lui avaient donné leur du pouvoir... .du peuple. ;> Acc usation plus grave: des confiance ne lui é tait plus supportable. LAURENT DE SAINT PÉRIERJEUNE AF RI QUE N 27 19. DU 17 A U 23 FËY RIER 2013

×