Agfhge présentation

400 vues

Publié le

Présentation du Dr Pascal Mélin "Prise en charge du VIH dans les populations particulières" au 6 ème congrès AGFGHE le 17/10/2015 en Guadeloupe

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
400
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Le risque de re-contamination par le VHC peut constituer un problème d’indication au traitement chez les usagers de drogue par voie intraveineuse (UDIV). Les auteurs de cette étude ont évalué le risque de re-contamination parmi les UDIV écossais ayant présenté une réponse virologique soutenue (RVS) après un premier traitement.
    Les informations cliniques et biologiques des bases de données écossaises ont été utilisées pour évaluer les tests PCR VHC chez les patients UDIV ayant obtenu une RVS entre 2000 et 2009. Les données étaient liées aux recueils de morbidité et de mortalité. Le suivi débutait 1 an après la fin du traitement pour se terminer le 31 décembre 2012. L’incidence d’une re-contamination par le VHC a été estimée en personnes-années (P/A). Une analyse en régression logistique selon le modèle de Cox a été utilisée pour évaluer les facteurs associés à une re-contamination.
    Parmi les 448 patients avec une RVS, 277 (62 %) ont bénéficié d’une PCR VHC pendant le suivi, d’une durée médiane de 4,5 ans ; 191 (69 %) ont été testés une fois et 86 (31 %) ont été testés deux fois. Sept re-contaminations pour 410 P/A sont survenues, soit un taux de réinfection de 1,7 P/A (IC95 : 0,8-3,6). Pour les UDIV hospitalisés en raison d’une prise d’opiacés ou une injection, le risque de réinfection était plus élevé (HR 14,3 ; IC95 : 2,6-77,5, p = 0,002) et atteignait 5,4/100 P/A (IC95 : 2,2-12,9).
    En écosse, le risque de re-contamination paraît peu élevé chez les UDIV traités. Le suivi post thérapeutique est néanmoins faible et non conforme aux recommandations de l’EASL qui préconisent un suivi annuel de l’ARN VHC chez les UDIV ayant des pratiques à risque.
  • Agfhge présentation

    1. 1. 17 octobre 2015 Dr pascal Mélin Prise en charge du VHC dans les populations particulières
    2. 2. Qui sont les populations particulières  Les médecins ?  Les prostituées?  Les co-infectés? les hémophiles? Les dialysés?  Les usagers de drogues? Les greffés ?  Les hépatants aux cheveux blancs?  Les malades de l’alcool?  Les prisonniers?  Les migrants?  Les hépatites aiguës?
    3. 3. Comment définir une population particulière?  Sur des critères de race ?  Par rapport au temps de la maladie (aiguë/F4)  Par rapport aux nombres de virus  Statut par rapport au traitement antérieur inf/riba  L’ âge ,le sexe.  Les addicts définis par leur comportement?
    4. 4. Et s’il n’y avait que trois types de population particulière  Ceux qui ne se savent pas porteur du VHC et sont hors dépistage  Ceux qui se savent porteur du virus mais qui n’ont pas voulu se traiter ou qui sont en échec de traitement antérieur  Ceux qui ont éradiqué le virus soit spontanément ou après traitement
    5. 5. N’oublions pas le quatrième type de population Ceux à qui l’on refuse l’accès au traitement!
    6. 6. 1/Ceux qui ne se savent pas porteur du VHC et sont hors dépistage  On dépiste comment et pourquoi ?  La fibrose la sérologie le virus le comportement ?  Les TROD sont un réel progrès ,unité de lieu , d’action et de résultats ….  Créer un nouveau métier : trodeur, savoir garder l’espace de refus  Travailler sur la résistance au dépistage
    7. 7. 2A/Ceux qui se savent porteur du virus mais qui n’ont pas voulu se traiter ou qui sont en échec de traitement antérieur  Il faut faire connaitre, informer, rassurer quitter la stigmatisation et l’isolement.  Proposer de découpler l’état des lieux, du bilan et du traitement  Maintenir dans une filière de suivis  Eviter la transmission de l’infection (RDR)
    8. 8. 2B/Ceux qui sont en échec de traitement antérieur  Véritable gueule cassée , parfois perdu de vue  Prendre le temps d’exorciser les anciens traitements  Rassurer sans banaliser mais évoquer les complications  Refaire un diagnostic éducatif, redéfinir la guérison
    9. 9. LA ou LES SANTE?
    10. 10. Population particulière  Les prisonniers , plus de biopsie plus de levée d’écrous, accés aux soins identiques reste le dépistage  Hémophile plus de PBH, sont connus il faut les traiter  Co-infectés bien repérés dans le cadre du suivi VIH doivent être traités avant fin 2016.  Femme jeune dépister et traiter pour éviter les contaminations mère /enfant  Alcool. Plus d’intéraction ni de baisse d’efficacité. Il faut redéfinir le soins dans une prise en charge globale
    11. 11. Population particulière  Les dialysés études en cours sur la toxicité  Les greffés résultats identiques  Les cheveux blancs .Il y a toujours un bénéfice en terme de qualités de vie et de survie.  Les hépatites aiguës . Doivent être traitées par AAD avec RDR associé  Traiter les médecins /chirurgiens et prostitués pour éviter toute diffusion .  Les cirrhotiques restent délicats dans leur PEC
    12. 12. Les usagers de drogues  L’étude Avance a montré l’équivalence de réponse virologique  La question du coût est violente  Le problème de la poursuite de comportement a risque  La perpétuation d’une épidémie  La question de la recontamination
    13. 13. Ceux qui ont éradiqués…  Peuvent se recontaminer  ne doivent être suivi que par PCR  Qui définit la guérison ?  Le syndrome de Lazarre
    14. 14. 14 Observance à la bithérapie IFN- Pégylé α-2b + RBV 76,5 75,8 78,9 74,2 73,1 69,7 71 77,7 75 77,2 79,3 71,2 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100 M3 M6 M9 M12 %depatients NUD EUD UDA p = .292p =.598 p = .070p =.424
    15. 15. 15 Réponse virologique (> 12 semaines après la fin du traitement) 13,9 13,1 37,6 49,3 13,7 35,4 50,9 28,3 57,8 0 10 20 30 40 50 60 70 Réponse virologique Non réponse Rechute %depatients NUD EUD UDA P = 0.133 P=.920 P = 0.075
    16. 16. 16 -7,1 -7,1 -6 1,5 -6,3 -6,2 -4,8 3,3 -4,9 -4,4 -2,7 4,4 -8 -6 -4 -2 0 2 4 6 M3 M6 M12 post M6 EvolutionparrapportàJ0 NUD EUD UDA Qualité de vie (SF-36) -5,9 -6,5 -6 -6,5 -7,4 -6,3 2,1 -4,4 -3 -2,1 2,1 6,6 -10 -8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 M3 M6 M12 post M6 EvolutionparrapportàJ0 NUD EUD UDA Score résumé psychique P=.061P=.013 P=.019 P=.416 P=.025P=.070 P=.229 P=.124 Score résumé physique
    17. 17. Ceux qui ont éradiqués…  Peuvent se recontaminer  ne doivent être suivi que par PCR  Qui définit la guérison ?  Le syndrome de Lazarre
    18. 18. Nous faisons une nouvelle route chaque jour avec chaque malade…
    19. 19.  Les échecs d’hier seront les succès de demain…Un traitement pour tous ,une guérison pour chacun et une protection universelle…  MERCI

    ×