1 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 1 
République Algérienne islamique et Populaire 
Mémoire de fin d’Etudes 
Pour l’...
2 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 2 
Année Universitaire : 2012/2013On dit qu'un moteur alternatif à combustion int...
3 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 3 
Sommaire 
Introduction . 
Historique . 
I. Généralité sur les moteurs deux tem...
4 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 4 
I. Généralité sur les moteurs deux temps 
LES PIECES DU MOTEUR DEUX TEMPS 
Pou...
5 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 5 
I.1 Les organes fixes 
 La culasse 
Elle sert de couvercle en haut des cylind...
6 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 6 
Le cylindre : 
Rappelons que ses parois sont percées d'orifices appelés lumiè...
7 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 7 
Le segment de feu : C'est le segment en contact avec les gaz. Lors de l'explos...
8 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 8 
 La bielle 
Liaison entre le piston et le vilebrequin, 
Elle transforme la pr...
9 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 9 
I.4 fonction des defferentes piece du moteur 2 temps 
1. LUMIERE D'ADMISSION :...
10 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 10 
6. BIELLE : Tige rigide, articulée à ses deux extrémités. Elle transforme un...
11 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 11 
1er temps - Admission, compression et explosion: 
Lors du mouvement ascendan...
12 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 12 
le balayage des gaz : 
En l'absence d'arbre à cames ou de soupapes, on doit ...
13 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 13 
I.5 Le refroidissement de moteur 2 temps 
Problème posé – analyse 
Origine d...
14 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 14 
Principe utilisé 
Un fluide "caloriporteur" récupère les calories des pièces...
15 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 15 
Avantages : 
>>> Simplicité et faible coût de construction. 
>>> Gain de poi...
16 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 16 
I.5.2 le refroidissement par eau 
Circulation de l'eau par thermosiphon 
L'e...
17 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 17 
Organe sécurité 
Une sonde d'alerte placée sur une partie haute du moteur 
p...
18 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 18 
Le radiateur 
Il est chargé d'évacuer les calories 
excédentaires dans l'atm...
19 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 19 
COMPOSITION >>> On utilise maintenant des liquides prêts à l'emploi; ils 
so...
20 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 20 
II. Les différents types de moteurs 
II.1 Les moteurs à injection indirecte ...
21 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 21 
Les moteurs à injection indirecte remplissent les conditions requises pour s...
22 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 22 
Ces différents systèmes d'injection mécaniques par pompe distributrice, régu...
23 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 23 
III. le circuit d'alimentation 
III.1 Pompe d'alimentation 
À une pression i...
24 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 24 
La pompe est entraînée par la distribution du moteur (coefficient d'entraîne...
25 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 25 
Composition : 
1 : retour réservoir 
2 : sortie vers pompe HP 
3 : entrée du...
26 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 26 
Composition : 
1 : raccord d’entrée de pompe 12 : bobine 
2 : raccord de ret...
27 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 27 
 Conclusion 
Les avantages et les inconvénients de moteur deux temps 
 Les...
28 merabti.soufiane1@gmail.com 
S.MERABTI 28 
 Les inconvénients 
Les principaux inconvénients des moteurs deux temps son...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Moteur deux temps.merabti soufiane

2 209 vues

Publié le

- Généralité sur les moteurs deux temps
Fonction des defferentes piece du moteur 2 temps
Le cycle moteur 2 temps
Le refroidissement de moteur 2 temps
-Les différents types de moteurs
Les moteurs à injection indirecte
Les moteurs à injection directe
-Le circuit d'alimentation
Pompe d'alimentation
L'élément filtrant
les injecteurs
- Conclusion

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 209
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
530
Actions
Partages
0
Téléchargements
48
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Moteur deux temps.merabti soufiane

  1. 1. 1 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 1 République Algérienne islamique et Populaire Mémoire de fin d’Etudes Pour l’obtention du diplôme de licence système LMD Domaine : Sciences Techniques Filière : Génie Mécanique Description des moteurs diesel à deux temps Présente Par : Merabti Soufiane
  2. 2. 2 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 2 Année Universitaire : 2012/2013On dit qu'un moteur alternatif à combustion interne fonctionne selon un cycle à deux temps lorsqu'un cycle complet de travail s'effectue en deux courses du piston, soit un tour de vilebrequin. Bien que le terme « deux-temps » évoque surtout un moteur à essence, il faut souligner que certains diesels fonctionnent aussi selon ce principe. Au niveau du fonctionnement, il n'existe pas de distinction fondamentale entre un deux-temps et un quatre-temps puisqu'on y retrouve les quatre phases classiques (admission, compression, détente, échappement), mais agencées de façon différente : l'échappement et l'admission dans le cylindre sont simultanés et se situent entre la fin de la détente et le début de la compression (lorsque le piston est près du point mort bas). La caractéristique qui différencie radicalement le deux-temps du quatre-temps concerne l'utilisation des gaz frais pour chasser les gaz brûlés. Pour réaliser cette phase, appelée balayage. il faut comprimer les gaz frais. Ceci peut être réalisé par un compresseur extérieur ou par un carter- pompe. Signalons, enfin, que le fonctionnement de ces moteurs n'exclut pas l'utilisation de soupapes (commandées ou automatiques). Celles-ci furent d'ailleurs souvent utilisées sur les premières réalisations pour l'admission, spécialement sur les gros diesels deux-temps marins. [1]
  3. 3. 3 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 3 Sommaire Introduction . Historique . I. Généralité sur les moteurs deux temps . I.1 Les organes fixes . I.2 Les organes mobiles I.3 Les organes annexes I.4 fonction des defferentes piece du moteur 2 temps I.5 Le refroidissement de moteur 2 temps I.5.1 le refroidissement par air . I.5.2 le refroidissement par eau . II. Les différents types de moteurs II.1 Les moteurs à injection indirecte II.2 Les moteurs à injection directe III. le circuit d'alimentation III.1 Pompe d'alimentation III.2 L'élément filtrant III.3 les injecteurs Conclusion
  4. 4. 4 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 4 I. Généralité sur les moteurs deux temps LES PIECES DU MOTEUR DEUX TEMPS Pour comprendre le fonctionnement d'un moteur "2 temps" il faut connaître les pièces qui le composent. Un moteur 2 temps comporte des "lumières". Ce sont des conduits qui sont ouverts ou fermées, par le passage du piston. 1. Lumière d’admission 2. Lumière d’échappement 3. Lumière de transfère 4. Bougie 5. Piston 6. Bielle 7. Vilebrequin 8. Chambre de compression 9. Chambre de carter inférieur 10. La culasse 11. le carter 12. cylindrée 13. Joint culasse
  5. 5. 5 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 5 I.1 Les organes fixes  La culasse Elle sert de couvercle en haut des cylindres. Souvent, elle comporte les chambres de combustion, les bougies, les injecteurs  Le carter Il doit être étanche, dans le cas d'un carter-pompe, et présenter un minimum d'espace mort. Les carters-pompes enveloppent la trajectoire du vilebrequin. S'il existe plusieurs cylindres, on prévoit un carter par cylindre.  Joint culasse Le joint de culasse claqué se manifeste souvent par une forte montée en pression du circuit de refroidissement. Il s’agit alors d’un trou entre la chambre de combustion ou règne une pression colossale (de l’ordre de 60 à 100 bars) et le circuit de refroidissement (à la pression atmosphérique normale de 1 bar). Il s’ensuit une production de bulles dans la culasse au niveau de la fuite.
  6. 6. 6 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 6 Le cylindre : Rappelons que ses parois sont percées d'orifices appelés lumières. On distingue, du même côté, les lumières d'admission et d'échappement et, en face, la lumière de transfert, en communication avec le carter. Pour les problèmes soulevés par le dimensionnement des lumières se reporter à l'article lumière. I.2 Les organes mobiles  Le piston : Pièce cylindrique mobile, qui sert à comprimer les gaz en vue d'une explosion, et qui après l'explosion transforme un énergie thermique en énergie mécanique. Déflecteur : Dispositif qui permet de modifier la direction d’un courant liquide ou gazeux Les segments : Ce sont des anneaux "élastiques" ouverts qui se logent dans des rainures faites dans la tête du piston. Ils assurent l'étanchéité entre la chambre de combustion (les gaz) et le carter d'huile du vilebrequin. Ils sont utilisés aussi pour l'évacuation de la chaleur vers le cylindre.
  7. 7. 7 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 7 Le segment de feu : C'est le segment en contact avec les gaz. Lors de l'explosion, il est plaqué contre le piston (dans sa rainure) et contre le cylindre, ce qui assure quasiment toute l'étanchéité. Le segment d'étanchéité : Il assure l’étanchéité totale des gaz en arrêtant ceux qui seraient passés par l'ouverture du segment de feu. Segment de Feu Segments étanchéités  L’axe piston : Permet de relier le piston à la bielle. Il va encaisser de grand effort mécanique, en effet c'est lui qui va transmettre l'énergie de l'explosion à la bielle. Il faut donc qu'il soit assez résistant de part sa taille et de part les matériaux utilisés pour sa fabrication tout en le faisant le plus léger possible (donc creux en général).
  8. 8. 8 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 8  La bielle Liaison entre le piston et le vilebrequin, Elle transforme la pression du piston en force sur le vilebrequin.  Le vilebrequin et le volant moteur Le vilebrequin reçoit l'effort transmis par la bielle et fournit un mouvement circulaire à la sortie du moteur. Le volant moteur régularise le mouvement de rotation. I.3 Les organes annexes  Injecteur : L'injecteur permet l'apport du carburant dans la chambre de combustion. À l'arrière de ce dispositif, on trouve un filtre qui ne laisse passer qu'un tout petit peu de carburant et qui retient les impuretés. Le combustible est ensuite pulvérisé par l'avant sous forme de micro gouttelettes, permettant une combustion optimale. Ce phénomène peut être amplifié grâce à une turbine amplifiant la dispersion des gouttelettes. Ce système se retrouve dans les chaudières à fioul, la vaste majorité des moteurs de voitures où il remplace désormais le carburateur.
  9. 9. 9 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 9 I.4 fonction des defferentes piece du moteur 2 temps 1. LUMIERE D'ADMISSION : Conduit par lequel les gaz frais seront admis. Ils entrent dans la chambre(9) sous le piston (5), par la dépression que créée celui-ci en montant. 2. LUMIERE D'ECHAPPEMENT : Conduit par lequel les gaz brûlés seront expulsés. Quand le piston (5) est en haut, en redescendant il ouvre le conduit d'échappement(2). 3. LUMIERE DE TRANSFERT : Conduit par lesquelles gaz frais seront poussés vers le dessus du piston (5). En descendant le piston créé une pression dans la chambre sous le cylindre (9), en même temps qu'il obstrues la lumière d'admission (1). 4. BOUGIE : Elle fait jaillir une étincelle qui met le feu au mélange air/essence, créant une explosion. 5. PISTON :Pièce cylindrique mobile, qui sert à comprimer les gaz en vue d'une explosion, et qui après l'explosion transforme une énergie thermique en énergie mécanique, via la bielle (6) qui transmet le mouvement.
  10. 10. 10 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 10 6. BIELLE : Tige rigide, articulée à ses deux extrémités. Elle transforme un mouvement linéaire en mouvement rotatif. Le mouvement linéaire du piston (5) en mouvement rotatif sur le vilebrequin (7). 7. VILEBREQUIN : Arbre articulé en plusieurs paliers excentrés. Transmet indirectement l'énergie mécanique à la boîte. La boite, à la différence des moteurs 4 temps, est toujours séparée du moteur par une paroi. 8 & 9CHAMBRES : Dans la chambre (9) les gaz sont admis, et attendent que la descente du piston les poussent vers la lumière de transfert (3). Puis la chambre de compression(8) reçoit les gaz frais par le conduit de transfert (3). En même temps elle expulse les gaz brûlés par la lumière d'échappement (2). Le cycle moteur 2 temps : Un moteur à explosion utilise un gaz inflammable (essence + d'air). Ce gaz en explosant libère un énergie qui pousse le piston vers le bas, Entraînant un ensemble de pièces mobiles (entraînement d’une chaîne sur tronçonneuse par exemple). On appelle "2 temps", le cycle de deux étapes auxquels sont soumis les gaz pour créer cette explosion. Le cycle du moteur 2 temps fonctionne sur un seul tour de vilebrequin (360°) soit une montée + une descente du piston. Le moteur 2 temps n'utilise pas de soupapes pour l'admission et l'échappement comme le moteur 4 temps mais des lumières (des trous) directement dans le carter qui seront ouverts et fermés par le passage du piston. On retrouve les mêmes phases que dans le quatre temps mais l'utilisat ion du dessous du piston comme pompe dans le car ter moteur (admission des gaz frais) permet de chevaucher deux cycles en même temps.
  11. 11. 11 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 11 1er temps - Admission, compression et explosion: Lors du mouvement ascendant, le piston (2) comprime le mélange essence/air dans la chambre de combustion (1). La lumière d’admission (4) est ouverte, le mélange essence/ air frais pénètre dans le carter de vilebrequin (5). Lors du mouvement ascendant, le piston masque la lumière d’échappement (3) et le canal de transfert (7). Le mélange carburé est comprimé et allumé par la bougie d’allumage (8) juste avant le PMH. Les gaz de combustion qui se détendent repoussent le piston (2) vers le bas. Lors du mouvement descendant, le piston exécute un temps de travail et fait tourner le vilebrequin (6). Simultanément, il assure le pré compression du mélange dans le carter de vilebrequin (5). La lumière d’échappement (3) et le canal de Transfert (7) s’ouvrent. Les gaz d’échappement s’échappent De la chambre de combustion par la lumière d’échappement. Le mélange frais, pré comprimé, pénètre dans la chambre de combustion par le canal de transfert et chasse les restes de gaz d’échappement. Après cela, le piston se déplace à nouveau vers le haut.
  12. 12. 12 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 12 le balayage des gaz : En l'absence d'arbre à cames ou de soupapes, on doit dans le moteur 2 temps transférer le mélange frais du carter vers le cylindre. Ces gaz frais doivent balayer les gaz brûlés, tout en évitant qu'une partie ne soit entraînée dans l'échappement. Pour parvenir à un résultat optimal, de nombreux principes de balayages ont été utilisés au cours du temps. on en distingue 3 principaux :
  13. 13. 13 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 13 I.5 Le refroidissement de moteur 2 temps Problème posé – analyse Origine de la chaleur  Combustion des gaz dans le cylindre et la chambre de combustion (2000°C).  Frottement des pièces en mouvement. Conséquences d’un manque de refroidissement Dilatation des pièces >>> Serrage, grippage... Dilatation des gaz >>> Diminution du taux de remplissage. T° élevée des gaz >>> Auto-inflammation. Modification des matériaux >>> Usure voire casse d'organes. Altération du lubrifiant >>> Carbonisation, calamine, graissage peu performant... Conséquences d’un refroidissement trop important Combustion lente et incomplète >>> perte de puissance, pollution et surconsommation. Condensation du carburant >>> Surconsommation. Condensation eau de l'huile >>> Oxydation. Essence liquide sur les parois >>> Dilution de l'huile: graissage défectueux.
  14. 14. 14 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 14 Principe utilisé Un fluide "caloriporteur" récupère les calories des pièces soumises à hautes températures pour les évacuer dans l'atmosphère. Ce fluide peut être : >>> L'AIR ou >>> L'EAU I.5.1 Le refroidissement par air Les cylindres sont munis d'ailettes orientées pour que le courant d'air provoqué par le déplacement du véhicule circule facilement entre elles. En automobile, le système est complété par un ventilateur ou turbine. Les cylindres sont alors enfermés dans un habillage en tôle, destiné à canaliser l'air. Parfois, un volet commandé manuellement ou automatiquement par un thermostat, faisait varier la circulation d'air selon la température du moteur et de l'extérieur.
  15. 15. 15 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 15 Avantages : >>> Simplicité et faible coût de construction. >>> Gain de poids. >>> Peu de défaillances et d'entretien. Inconvénients : >>> Régulation de température imprécise. >>> T° moyenne élevée, donc remplissage moins bon. >>> Rendement, puissance et consommation moins favorables. >>> Pollution moins maîtrisée.
  16. 16. 16 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 16 I.5.2 le refroidissement par eau Circulation de l'eau par thermosiphon L'eau chaude monte, l'eau froide descend : une circulation naturelle de l'eau s'effectue avec les changements de température. Vitesse du fluide : 20 cm/s. Ce système n'est évidemment plus compatible avec les performances des moteurs automobiles actuels. Le circuit scellé Le vase d'expansion, en communication permanente avec le radiateur, sert à absorber les variations de volume du liquide dues à l'échauffement et au refroidissement du moteur. Ainsi, il maintient un niveau maxi constant dans le radiateur et empêche la consommation de liquide de refroidissement (moins d'entretien et sécurité de fonctionnement).
  17. 17. 17 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 17 Organe sécurité Une sonde d'alerte placée sur une partie haute du moteur permet l'allumage du témoin d'alerte du tableau de bord en cas de surchauffe moteur. Ce type de sonde peut également commander un de thermo -mètre température d'eau situé au tableau de bord La pompe a eau La pompe à eau, entraînée par courroie, est généralement de type centrifuge. Sous l'effet de la force centrifuge, l'eau est chassée à la périphérie de la roue, créant ainsi une dépression à l'entrée de la pompe, au centre. L'axe est décentré pour permettre une légère circulation d'eau par thermosiphon après l'arrêt du moteur.
  18. 18. 18 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 18 Le radiateur Il est chargé d'évacuer les calories excédentaires dans l'atmosphère. L'eau circule dans un faisceau tubulaire qui est en contact avec des ailettes. Ces ailettes servent à augmenter considérablement la surface d'échange thermique entre l'eau et l'air. La surface frontale du radiateur est un facteur important dans la dissipation de la chaleur. Le liquide de refroidissement RÔLE >>> Il est l'agent de transport des calories du moteur vers le radiateur. QUANTITÉ >>> Les moteurs des véhicules de tourisme en contiennent de 5 à 10 litres.
  19. 19. 19 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 19 COMPOSITION >>> On utilise maintenant des liquides prêts à l'emploi; ils sont fabriqués à base d'ÉTHYLÈNE et de GLYCOL. Ils contiennent également des additifs INHIBITEURS de corrosion. QUALITÉS >>> Protection contre le gel : de - 20 °C à - 35 °C selon la composition. >>> Ils supportent les températures très élevées. >>> Ils protègent le circuit des corrosions diverses
  20. 20. 20 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 20 II. Les différents types de moteurs II.1 Les moteurs à injection indirecte L'application du moteur Diesel aux véhicules automobiles légers privilégie parfois le silence de fonctionnement au détriment d'une légère surconsommation. Pour satisfaire à ces conditions, les moteurs Diesel montés sur les voitures étaient, jusqu'à un passé récent, de type à chambre divisée (injection indirecte). Deux principes sont utilisés : les préchambres et les chambres de turbulence. Avec préchambre Avec chambre de turbulence Dans ces deux cas, la combustion se déroule dans deux volumes séparés : une chambre, représentant 30 à 60% du volume total, qui reçoit l'injection du carburant et où s'amorce la combustion, et une chambre principale dans laquelle elle s'achève. L'injection du carburant dans ce petit volume relativement chaud permet de réduire le délai d’allumage du combustible. Seule la quantité minimum de combustible nécessaire à l'amorçage de la combustion s'enflamme, le reste se trouve chassé de la préchambre par l'augmentation de pression et la combustion se poursuit dans la chambre principale.
  21. 21. 21 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 21 Les moteurs à injection indirecte remplissent les conditions requises pour son d'émissions de NOx. Le second choc pétrolier en 1973 et les normes de dépollution toujours plus sévères ont amené les constructeurs à repenser le moteur Diesel en termes d'économie et de faible pollution. II.2 Les moteurs à injection directe Le moteur à injection directe s'impose pour son rendement supérieur à ceux des moteurs à injection indirecte. En effet, le rapport entre la surface et le volume de la chambre de combustion est nettement plus faible pour un moteur à chambre à espace mort unique (injection directe) que pour un moteur à préchambre (injection indirecte) ; de plus, la durée de la combustion est plus courte dans un moteur à injection directe. Ces deux paramètres diminuent les échanges thermiques entre la chambre de combustion et le système de refroidissement, facteurs de perte de rendement. Les problèmes liés à l'injection directe sont de deux ordres : bruits de combustion et émission d'oxyde d'azote(NOx). L'apparition de la régulation électronique dans les systèmes d'injection a permis de stabiliser et d'affiner les réglages de base, tant au niveau du moment d'injection que du débit de combustible.
  22. 22. 22 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 22 Ces différents systèmes d'injection mécaniques par pompe distributrice, régulés ou non de manière électronique, présentent comme caractéristique commune la variation de la pression d'injection en fonction de la vitesse de rotation du moteur. Cette variation de pression d'injection rend difficile une maîtrise totale de la combustion. Le moteur à injection directe Le système d'injection à rampe commune s'affranchit de cette contrainte.
  23. 23. 23 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 23 III. le circuit d'alimentation III.1 Pompe d'alimentation À une pression inférieure à 0,8 bars, le clapet de sécurité est fermé. Le carburant passe au travers d'un ajutage afin de permettre la lubrification et le refroidissement de la pompe. À une pression supérieure à 0,8 bars, le clapet décolle de sa portée et permet l'alimentation en carburant des éléments de pompage. La lubrification et le refroidissement de la pompe sont maintenus. Composition : 1 : désactivateur du troisième piston ; 2 : chambre ; 3 : sortie haute pression ; 4 : entrée basse pression ; 5 : retour au réservoir. la pompe d'alimentation
  24. 24. 24 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 24 La pompe est entraînée par la distribution du moteur (coefficient d'entraînement : 0,5 environ). Elle est composée de trois pistons radiaux, décalés de 120°, qui fournissent à la rampe une quantité suffisante de carburant à une pression déterminée. Ce type de pompe absorbe un couple d'entraînement compris entre 18 et 20 Nm, soit 1/9 du couple d'entraînement d'une pompe distributrice ; de plus la traction est plus régulière. La pompe doit pouvoir fournir le débit souhaité par le calculateur sous une pression variant de 2 bars à 1 400 bars. Composition : 1 : arbre excentrique 2 : came d’entraînement 3 : piston 4 : clapet de refoulement à bille 5 : clapet d’aspiration. III.2 L'élément filtrant Un élément thermostatique intégré au filtre permet la dérivation du gazole vers le réchauffeur. Un régulateur maintient la pression d'alimentation constante. Certains constructeurs placent la régulation basse pression à l'extérieur du filtre.
  25. 25. 25 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 25 Composition : 1 : retour réservoir 2 : sortie vers pompe HP 3 : entrée du filtre 4 : entrée du gazole réchauffé 5 : départ vers le boîtier de sortie d’eau 6 : régulateur de basse pression 7 : élément thermostatique . III.3 les injecteurs L'injecteur permet la pulvérisation du carburant dans la chambre de pression en dosant avec précision le débit et le point d'avance. Description L'injecteur est composé de deux parties : -la partie inférieure : c’est un injecteur à trous multiples, semblable aux injecteurs classiques montés sur les moteurs à injection directe - la partie supérieure : c’est un dispositif à commande électrique qui permet la commande de l'aiguille.
  26. 26. 26 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 26 Composition : 1 : raccord d’entrée de pompe 12 : bobine 2 : raccord de retour au réservoir 13 : ressort de rappel 3 : filtre tige 14 : connecteur 4 : aiguille d’injecteur 15 : écrou 5 : chambre de pression 6 : ressort d’injecteur 7 : tige de liaison 8 : chambre de commande 9 : ajutage du circuit d’alimentation 10 : ajutage du circuit de retour 11 : noyau de commande
  27. 27. 27 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 27  Conclusion Les avantages et les inconvénients de moteur deux temps  Les avantages Les moteurs « deux temps » permettent de bénéficier théoriquement du double de travail par cycle (un cycle moteur par tour de vilebrequin, au lieu d'un cycle moteur pour deux tours de vilebrequin pour le moteur quatre temps). Cependant l'étanchéité demeure difficile à assurer et certains effets liés à l'emplacement des canaux de transfert de gaz (admission et échappement) limitent le gain pratique à 70 % du travail. Les principaux avantages de ces moteurs sont :  une combustion à chaque tour moteur et une puissance spécifique (puissance/cylindrée) très élevée, donc une puissance massique très élevée  une simplicité de construction (peu de pièces en mouvement)  un graissage des éléments en rotation quelle que soit l'inclinaison du moteur  des pertes par frottements internes nettement plus faibles que sur un 4 temps (vilebrequin sur roulements, pas de distribution à entrainer, pas de segment racleur, régime nettement plus faible à puissance équivalente fournie)  un caractère moteur très expressif, qui fonctionne de mieux en mieux à l'approche de son régime maxi. Tout l'opposé du quatre temps qui semble forcer et vouloir éjecter ses composants dans ce cas  à puissance égale une fiabilité supérieure au quatre temps qui doit tourner beaucoup plus vite, ce qui est mis en évidence en comparant la NR500 Honda de grand prix des années 80 aux 500 deux temps de l'époque.  un transfert de chaleur au système de refroidissement du moteur plus faible par rapport aux moteurs a quatre temps, donc une meilleure efficacité du point de vue du cycle thermodynamique.
  28. 28. 28 merabti.soufiane1@gmail.com S.MERABTI 28  Les inconvénients Les principaux inconvénients des moteurs deux temps sont :  Une plus forte consommation spécifique :  Due à la partie de gaz imbrûlés qui sont rejetés hors du moteur durant la phase de transfert. Pour y remédier, une injection directe permet de faire pénétrer une dose précise de carburant, dans la chambre de combustion transferts fermés.  Un pot d'échappement accordé dit pot de détente permet d'éviter la perte par l'échappement et fait profiter au remplissage d'un effet « compresseur » en gavant le cylindre avant la fermeture de la lumière d'échappement dans sa plage d'accord. Une valve à l'échappement étend cette plage, soit en diminuant la hauteur de la lumière d'échappement, ou en faisant communiquer avec le pot une chambre qui va abaisser la fréquence de résonance de ce dernier. L'injection d'eau dans le pot ( le refroidir) le fait s'accorder plus bas. La diminution de l'avance à l'allumage le fait chauffer et s'accorder plus haut (la vitesse des ondes étant proportionnelle à la température du pot).  Une usure plus rapide due à la partie supérieure de la (des) lumière d'échappement qui torture les segments lors de leur passage : ils y subissent des contraintes différentes et importantes, compensée par une vitesse de rotation plus faible à puissance égale.  La lubrification est réalisée par mélange (1,5 à 3 % d'huile dans l'essence) ou graissage séparé par pompe avec injection d'huile directement dans les roulements parfois (Suzuki). Les huiles modernes brulent quasi complètement lors de la combustion, cependant la pollution est due aux hydrocarbures imbrulés, liés à la simultanéité du transfert, du mélange air/carburant vers le haut du cylindre, et de l'échappement.  Faible frein moteur.

×