ETUDE DE CAS Nº 2: Les meilleures pratiques de gestion des               risques pesant sur les chauffeurs routiers  Dével...
INTRODUCTION     Dans le transport routier, comme dans tout autre secteur, il est     important de s’intéresser aux condit...
DESCRIPTION 1ere Partie           Exemples de bonnes pratiques dans le transport de marchandises                          ...
"Mon dos est diablement important», BelgiqueMeilleure pratique n° 1 : Van Dievel Transport, Belgique.http://www.vandievel....
"Le partage des connaissances entre les conducteurs pourprévenir les accidents de circulation au travail", Danemark Meille...
"Transports en ligne»: un système intranet et ​Internet pour           gérer et superviser les camionneurs         « trava...
DESCRIPTION 2de Partie                 Exemples de bonnes pratiques dans le transport de personnes                        ...
"La mise en œuvre de l’outil RoadRISK", Pays-BasMeilleure pratique n° 1 : Transports en commun Connexxion, Pays-BasPoints ...
“La prévention du stress en milieu urbain chez les          conducteurs de bus/tram”, AllemagneMeilleure pratique n° 2:Poi...
Qu’est ce que cette étude vous apportera?Si vous êtes salarié (chauffeur) dans le transport routier...• Avec cette étude d...
Observations finalesCette étude de cas a pour principale référence le rapport « Managing risks to drivers in road transpor...
Les partenaires du projet                            12
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Case study module2 fr

549 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
549
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
30
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Case study module2 fr

  1. 1. ETUDE DE CAS Nº 2: Les meilleures pratiques de gestion des risques pesant sur les chauffeurs routiers Développé par: XXI Inveslan S.L. Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication reflète uniquement les opinions de lauteur, et la Commission ne peut être tenu responsable de toute utilisation qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues. 1
  2. 2. INTRODUCTION Dans le transport routier, comme dans tout autre secteur, il est important de s’intéresser aux conditions de travail. Certaines caractéristiques de ce secteur rendent néanmoins la gestion des risques plus ardue que dans les autres secteurs : en général, les chauffeurs travaillent de manière autonome et loin de la base. Ils peuvent aussi être à leur propre compte et ont souvent beaucoup d’expérience. Ceci fait qu’il n’est pas toujours facile de communiquer avec eux et qu’ils ne sont pas toujours ouverts aux changements. C’est pour cette raison qu’il faut impliquer les chauffeurs dans les solutions : ces solutions doivent être développées par les chauffeurs et pour les chauffeurs en ayant recours à des méthodes participatives. Former, y compris avec des sessions de rappel, et s’assurer que les procédures sont bien suivies sont des étapes très importantes pour les chauffeurs, mais il faut que cela se déroule dans le cadre d’un système organisé. Cette étude compile des exemples d’initiatives et d’interventions mises en œuvre pour gérer les risques professionnels dans le transport routier. Ces exemples se répartissent en deux groupes : le transport de marchandises et le transport de personnes. En prévenant les risques professionnels, on évite le stress lié au travail et d’autres affections ! 2
  3. 3. DESCRIPTION 1ere Partie Exemples de bonnes pratiques dans le transport de marchandises Selon l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, les problèmes spécifiques auxquels il faut s’intéresser dans le transport routier de marchandises comprennent : Do you know that..? • la gestion en flux tendu qui génère d’importantes pressions au travail ; • les pressions des clients, les aléas, etc. ; • l’utilisation croissante de systèmes de surveillance/contact à distance et de technologies complexes ; • l’ergonomie du lieu de travail, l’accessibilité des installations et services ; • les maladies contagieuses ; • la violence et les agressions, la solitude au travail ; • la position assise prolongée et l’exposition aux vibrations ; • les risques d’accidents, y compris pendant le chargement et le déchargement. Bonnes pratiques• « Mon dos est diablement important », Belgique• « Partage du savoir entre les chauffeurs pour éviter les accidents dutravail non liés à la circulation », Danemark• « Transport online » : un système de gestion et de supervision desheures de travail et de repos des travailleurs sur l’Intranet et surInternet », Finlande 3
  4. 4. "Mon dos est diablement important», BelgiqueMeilleure pratique n° 1 : Van Dievel Transport, Belgique.http://www.vandievel.comPoints clés de cette meilleure pratique !• Prévention des troubles musculo-squelettiques chez les chauffeurs professionnels.• Développement d’un programme de formation spécial pour les chauffeurs professionnels.• Utilisation de supports graphiques.Introduction: Van Dievel est une société de transport de chargements complets qui livre dans un rayon de 500 kmautour de Bruxelles, entre la Belgique et les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Allemagne et la France. Cette sociétéemploie environ 90 chauffeurs et possède environ 60 camions et 120 remorques spécialisées. Elle s’intéressebeaucoup aux conditions d’hygiène et de sécurité au travail de ses chauffeurs et également à la sécurité routière engénéral.Le projet : La direction de l’entreprise a lancé ce projet parce que les travailleurs se plaignaient souvent deproblèmes de dos. L’objectif était de promouvoir un travail sain et sûr et de prévenir les troubles musculo-squelettiques et les douleurs lombaires chez les chauffeurs.Conjointement au service d’hygiène du travail (ergonomes), l’entreprise a analysé les conditions de travail deschauffeurs puis a cherché des solutions techniques pour améliorer ces conditions. Le médecin du travail a préparé,en étroite collaboration avec un ergonome externe et huit chauffeurs de la société, un programme de formationspécial et une brochure faite surtout d’illustrations. Cette brochure donne des conseils généraux sur une nutritionéquilibrée, les bonnes positions assises et couchées, des exercices pour prévenir les troublesmusculo-squelettiques et des conseils spécifiques aux chauffeurs, comme la bonne manière de s’asseoir auvolant, la bonne manière d’entrer dans le véhicule et d’en sortir et la façon dont il faut soulever et manipulerles objets lourds.Résultats : En 2002, cette entreprise a remporté pour son action le prix « Santé et Entreprise » du Clubeuropéen de la santé.Facteurs de succès : La direction a soutenu et promu ce projet et les chauffeurs étaient très impliqués.La participation et l’étroite collaboration des travailleurs dans le cadre de ce projet et de l’évaluation des risquesse sont révélées très utiles. L’utilisation dun support graphique a aussi été importante. 4
  5. 5. "Le partage des connaissances entre les conducteurs pourprévenir les accidents de circulation au travail", Danemark Meilleure pratique n° 2 : le National Research Centre for the Working Environment (NRCWE) et Arla Foods, Danemark Points clés de cette meilleure pratique ! • Accent mis sur les risques dans les zones de chargement. Partage du savoir entre les chauffeurs de camions. • Approche participative. • Informations HST intégrées dans le système informatique de gestion des itinéraires de livraison. Introduction: En 2005, le National Research Centre for the Working Environment (NRCWE) du Danemark a entrepris une analyse détaillée des conditions de sécurité au travail pour les chauffeurs de camions de marchandises dans le pays. Des entretiens avec les responsables des entreprises et les chauffeurs ont montré que le risque le plus courant pour la sécurité des chauffeurs était lié aux conditions physiques dans les zones de chargement où les chauffeurs devaient travailler. Les chauffeurs expérimentés familiarisés avec leurs itinéraires apprennent à gérer les risques auxquels ils sont exposés. Leur savoir permet d’alléger et gérer ces risques. The project: L’objectif du projet était de trouver une manière de rendre le savoir souvent implicite des chauffeurs expérimentés accessible à leurs collègues moins expérimentés. Il s’agissait d’un travail collaboratif. La collaboration a été entreprise au sein d’un groupe de travail qui a tenu des réunions mensuelles pendant un an. Le groupe comprenait 3 chercheurs du NRCWE et 8 représentants de l’entreprise : le responsable environnement, le responsable des expéditions, le représentant syndical, un représentant pour la sécurité des salariés, un répartiteur et trois chauffeurs avec différents niveaux d’expérience. Le groupe de travail s’est concentré sur la question du partage du savoir et de la manière de recueillir le savoir tacite des chauffeurs expérimentés pour aider les chauffeurs et sous-traitants inexpérimentés. Le projet a été divisé en deux parties. La première partie consistait à rendre explicite le savoir des chauffeurs expérimentés. A cette fin, une initiative a été développée, dans le cadre de laquelle les chauffeurs pouvaient fournir des informations essentielles à propos des conditions de travail sur leurs itinéraires. La deuxième partie du projet s’est concentrée sur la mise au point d’un système de présentation des informations acquises. Il a été décidé que le système devrait se connecter au système informatique utilisé pour gérer toutes les informations sur les itinéraires et les livraisons. Une fois cette analyse intégrée dans le système informatique, les chauffeurs obtiennent des informations immédiates sur le niveau de risques pour un site donné selon un code reprenant les feux de la circulation, les sites étant présentés à l’écran avec la couleur du score obtenu. Résultats: Cet instrument développé pour obtenir des informations sur les zones de chargement constitue un outil qui peut être transposé dans d’autres contextes. Facteurs de succès: Cet instrument a été appliqué à plus de 500 sites de livraison différents et la grande majorité des chauffeurs 5 expérimentés ont contribué au processus.
  6. 6. "Transports en ligne»: un système intranet et ​Internet pour gérer et superviser les camionneurs « travail et heures de repos » , FinlandeMeilleure pratique n° 3 : Tyvi Transport Company Ltd.Points clés de cette meilleure pratique !• Système en ligne pour améliorer à la fois la gestion du personnel et la productivité au sein de l’entreprise.• Ce système combine toutes les informations dont l’entreprise a besoin en temps réel. C’est un outil de communication bidirectionnel.• Ce système est utilisé pour promouvoir le bien-être des salariés et l’hygiène et la sécurité du travail.• Il permet à l’entreprise de planifier des heures de travail plus « normales » pour les chauffeurs, c’est-à-dire avec des journées plus courtes et plus prévisibles et des quarts de travail réguliers. Donne aux chauffeurs un accès aisé à toutes les informations dont ils ont besoin pour leur travail.Introduction: Tyvi est une société à responsabilité limitée privée appartenant au groupe finlandais Kaukokiito. Tyvi a plus de 50salariés et sa flotte comprend environ 30 camions et remorques. Lidée du projet de système de transport en ligne est venue dudirecteur général et elle est étroitement liée à la stratégie de l’entreprise. Ce système est un outil qui doit permettre à l’entreprise deperdurer et de se développer.Le projet: L’objectif du projet « Transport en ligne » était de développer le système de gestion opérationnelle de Tyvi. Le but étaitd’obtenir un système en ligne visant à améliorer à la fois la gestion du personnel et la productivité au sein de l’entreprise. Tyvi avaitdes ordinateurs installés dans tous ses camions, ce qui rendait possible la mise au point du système « Transport online ». Quand unchauffeur allume l’ordinateur de son camion, il se connecte automatiquement au réseau de l’entreprise, qui lui fournit toutes lesinformations nécessaires sur sa mission. Ce système permet des communications dans les deux sens entre lemployeur et leschauffeurs. Les chauffeurs reçoivent des consignes et des indications et l’employeur reçoit les rapports et remarques des chauffeurs.Ce système en ligne est dynamique et il évolue constamment. L’entreprise a affecté une personne dédiée à son administration et samaintenance.Resultats: Le système en ligne permet à Tyvi de donner vie à sa stratégie et d’améliorer à la fois la gestion du personnel et laproductivité au sein de l’entreprise.Facteurs de succès:• Fait partie dun engagement global en matière de HST.• L’outil de gestion des livraisons tient compte des questions de HST, notamment en matière d’horaires de travail.• L’entreprise a dédié une personne à l’administration et à la maintenance du système et les chauffeurs ont accès à un service d’assistance.• Différents systèmes sont utilisés pour collecter le retour d’informations en provenance des chauffeurs.• Formation des chauffeurs perçue dans le cadre d’un engagement global en faveur de leur niveau de qualification. 6
  7. 7. DESCRIPTION 2de Partie Exemples de bonnes pratiques dans le transport de personnes Selon l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, les problèmes spécifiques au transport routier interurbain de personnes comprennent : Le saviez- • la violence et le harcèlement vous..? • la position assise prolongée et l’exposition aux vibrations • les contacts accrus avec les clients, y compris quand il faut leur expliquer des changements de nature organisationnelle • la solitude au travail • les quarts de travail • les exigences contradictoires (servir les clients et conduire) • les besoins d’une main-d’œuvre âgée • le nombre croissant de femmes chauffeurs Bonnes pratiques« Déploiement de l’outil RoadRISK », Pays-Bas.« Prévention du stress pour les chauffeurs de bus/trams », Allemagne 7
  8. 8. "La mise en œuvre de l’outil RoadRISK", Pays-BasMeilleure pratique n° 1 : Transports en commun Connexxion, Pays-BasPoints clés de cette meilleure pratique!• Introduction de l’outil RoadRISK basé sur le Virtual Risk Manager – Fleet.• Test proposant une analyse du style de conduite des chauffeurs de bus.• Promotion d’un style de conduite plus sûr et moins agressif pour prévenir les accidents et les dommages causés aux bus.• Inclut le développement des compétences d’évaluation des risques.• Le Virtual Risk Manager.• Accompagnement individuel et formation assurés par des chauffeurs avec de l’ancienneté dans les domaines où les résultats des tests montrent qu’un développement des compétences est nécessaire.Introduction: La compagnie hollandaise de transports en commun Connexxion a introduit l’outil RoadRISK pour seschauffeurs de bus. Ce logiciel contient un questionnaire et un test devant être complétés par les chauffeurs de bus. Lesrésultats mettent en évidence les compétences de chaque chauffeur de bus qui ont besoin d’être développées.Le projet: Le Virtual Risk Manager – Fleet traite des cinq facteurs qui influencent le style de conduite : le profil du chauffeur,son attitude, sa connaissance du code de la route, son comportement au volant et son évaluation des risques.Il faut 30 minutes au chauffeur pour répondre au test à choix multiples et les résultats sont notés insatisfaisants,satisfaisants, bons ou excellents. Le but est d’identifier les compétences spécifiques que les chauffeurs de Connexxion ontbesoin d’améliorer et, dans les domaines où un chauffeur obtient le résultat « insatisfaisant », de charger un chauffeur plusexpérimenté de le former personnellement, pendant le travail.Résultats: La compagnie de bus Arriva a utilisé la même application logicielle en Angleterre et a réduit de 40 % lesdommages subis par ses bus à la suite d’accidents ou accrochages.Facteurs de succès:• Le ciblage du développement des compétences – le projet aide les chauffeurs de bus à mieux connaître leurs compétences professionnelles et à identifier leurs potentiels de progrès.• Le développement des compétences d’évaluation des risques.• Le recours à des formations de suivi et à un accompagnement par des chauffeurs expérimentés.• Le test est basé sur les connaissances scientifiques relatives aux compétences qui améliorent le mieux la sécurité sur la route.• L’approche participative, le fait de demander aux représentants des travailleurs et au comité d’entreprise de commenter le test et de prendre des décisions sur l’extension de son utilisation a permis à cet outil d’être mieux accepté. 8
  9. 9. “La prévention du stress en milieu urbain chez les conducteurs de bus/tram”, AllemagneMeilleure pratique n° 2:Points clés de cette meilleure pratique!• Formation à la prévention du stress pour les chauffeurs• Formation basée sur ordinateur.• Spécifique aux chauffeurs de bus/trams et aux situations auxquelles ils sont confrontés, y compris avec des simulations de situations de conduite.• Comprenait un travail pour améliorer la prise de décisions par les chauffeurs et les aider à sentir qu’ils contrôlent mieux la situation.• Participation et partenariat pendant la phase de développement.Introduction: Une formation à la prévention du stress assistée par ordinateur pour les chauffeurs de bus et de trams a été mise aupoint. Les employeurs impliqués étaient BG-Bahnen, BGF et DVR, avec le soutien de l’Université d’Erfurt, de RWTH Aachen et de TT-C. Les compagnies de transport urbain Dresdner Verkehrsbetriebe AG, Pinneberger Verkehrsgesellschaft mbH, RegionalverkehrDresden GmbH et Stuttgarter Straßenbahnen AG ont fourni le feedback sur la fonctionnalité, l’aspect pratique et la pertinence decette ressource. Les objectifs étaient les suivants : sensibiliser les chauffeurs aux questions du stress et à la manière dont celui-cipeut s’aggraver, aider les chauffeurs à identifier le stress dans leur vie professionnelle, améliorer la prise de décision par leschauffeurs et les aider à mieux sentir que les choses sont sous contrôle, ce qui réduit le stress.Le projet: Ce programme est en deux parties. La première partie contient des informations sur la manière dont le stress est induitet dont il peut est évité, avec un test final. La seconde partie consiste en un exercice interactif. Il existe des versions différentes pourles chauffeurs de bus et les chauffeurs de trams qui les confrontent à des situations de stress comme en cas de conflit avec lespassagers, de problèmes aux arrêts ou de situations critiques au niveau de la circulation, des situations montrées en vrai ou avec desimages de synthèse.Résultats: Entre 2003 et 2008, ce programme a été utilisé par 274 entreprises. 58 séminaires ont eu lieu au total, dont 38 pour leschauffeurs et 20 pour les formateurs. 623 personnes en tout ont participé aux séminaires : 415 chauffeurs et 208 formateurs.Facteurs de succès:• Une audience cible bien définie.• Différents séminaires adaptés aux besoins divergents des chauffeurs de bus et de trams, en ayant recours à des simulations des situations réelles auxquelles sont confrontés les chauffeurs.• Séminaires d’un jour moins coûteux pour les employeurs.• Pouvoir organiser les séminaires près des locaux de l’entreprise concernée.• Formations en petits groupes, pas plus de 12 personnes par séminaire.• Deux formateurs par séminaire.• Feedback après chaque partie de la formation. 9
  10. 10. Qu’est ce que cette étude vous apportera?Si vous êtes salarié (chauffeur) dans le transport routier...• Avec cette étude de cas, vous pouvez apprendre qu’il existe un certain nombres de mesures qui peuvent être prisespour contrôler les risques et améliorer la sécurité des chauffeurs dans le secteur du transport routier de personnes.Ces mesures peuvent aussi conduire à une amélioration des services pour les passagers et à des économies d’argentpour les sociétés de transport ! Vous avez maintenant sûrement une idée des initiatives qui pourraient être mises enœuvre dans votre travail quotidien ! Pourquoi ne pas en parler à votre supérieur direct ? C’est la première étape pouraméliorer votre bien-être !Si vous êtes directeur d’une société de transport routier...• Dans tous les cas, il existait une collaboration étroite avec les chauffeurs. C’est indispensable à la réussite de toute initiative.• Les solutions visant à réduire le stress peuvent être réparties entre : - La technologie, par exemple les systèmes de gestion du trafic et les communications interactives avec lesrépartiteurs. - L’organisation, par exemple les temps de repos, la création d’horaires innovants et l’installation d’un nombresuffisant de toilettes, une commission consultative pour le stress psychologique. - La formation et le conseil, y compris des séminaires de gestion du stress et la gestion du suivi psychologique deschauffeurs impliqués dans des accidents graves. 10
  11. 11. Observations finalesCette étude de cas a pour principale référence le rapport « Managing risks to drivers in road transport » rédigé parl’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. Ce rapport présente plusieurs études de cas de gestion desrisques auxquels sont exposés les chauffeurs routiers. Ces cas comprennent diverses initiatives et actions pourprotéger les chauffeurs.Si vous désirez en savoir plus sur les meilleures pratiques des entreprises et institutions des autres pays européens,cliquez sur le lien suivant ! http://osha.europa.eu/en/publications/reports/managing-risks-drivers_TEWE11002ENN 11
  12. 12. Les partenaires du projet 12

×