REVUE DE PRESSE THEMATIQUE  « Quelles perspectives pour unecommunication publique et politique          responsable ? »
SOMMAIRE   INTRODUCTION                                                              4   SECTION I: ENJEUX DES STRATÉGIES ...
SOMMAIRE           Les collectivités et léco-responsabilité : les guides, concrétisation de           lagenda 21          ...
INTRODUCTION      A la génèse de la réflexion en termes de communication rsponsable se trouve la      prise de conscience ...
INTRODUCTION      problématiques s’est faite de manière relativement tardive au sein des métiers      de la communication....
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                                 ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          communication y sont identifiés :         publics et ap...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE           Conseil      de                      la    dénigrement...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                                 ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                         écologiq...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          Mediator en ce qui concerne le            présence de l...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE           3.4      Interdiction         de      concourent à des...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          droits et moyens de contrôler           fiscales pour  ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                                 ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          4.7 Intégration dans tous             communication de ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                              “La...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                   Selon Didier G...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          - Une contribution aux objectifs de          développem...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                                 ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                       La communi...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          « Le service communication est un lieu de mise en cohér...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE          développement durable est d’une exigence redoutable, av...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                                                                 ...
ENJEUX DES STRATEGIES DE    COMMUNICATION     RESPONSABLE                              POUR APPROFONDIR           “Le Guid...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC                                               ...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC                                               ...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC          Centrée au départ sur la volonté     ...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC                                               ...
INTEGRATION DES DEMARCHES     DE DEVELOPPEMENT DURABLE       DANS LE SECTEUR PUBLIC!              Le Codespar travaille ég...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC                                               ...
INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE   DANS LE SECTEUR PUBLIC          opérations de collecte ou de         ...
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Revue de presse thématique Sphère CPP 2012

2 297 vues

Publié le

Revue de presse thématique Sphère CPP 2012
"Quelles perspectives pour une communication publique et politique responsable ?"

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 297
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
15
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revue de presse thématique Sphère CPP 2012

  1. 1. REVUE DE PRESSE THEMATIQUE « Quelles perspectives pour unecommunication publique et politique responsable ? »
  2. 2. SOMMAIRE INTRODUCTION 4 SECTION I: ENJEUX DES STRATÉGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE 6 CADRE GÉNÉRAL ET NORMATIF DES DÉMARCHES DE COMMUNICATION RESPONSABLE 6 Manifeste de l’association pour une communication plus responsable, Programme pour réformer globalement et radicalement le secteur de la communication et de la publicité. 6 “La norme iso 26 000 en quelques mots”, afnor.org 16 LA COMMUNICATION RESPONSABLE EN PRATIQUE: ECO-CONCEPTION DES SUPPORTS ET DES ACTIONS. 19 “L’Eco-communication efficace et responsable”, Isabelle Touchard, La lettre du cadre éditorial, magasine des professionnels de la gestion territoriale, 2008. 19 “Comment éco-concevoir un support d’édition, Le Guide de l’éco- communication, pour une communication plus responsable”, Editions EYROLLES, 2007 23 SECTION II: INTÉGRATION DES DÉMARCHES DE COMMUNICATION DURABLE PAR LE SECTEUR DE LA COMMUNICATION PUBLIQUE ET POLITIQUE 25 LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET LA COMMUNICATION RESPONSABLE. 25 Présentation de l’agenda 21, ademe.org 25 “Collectivités locales et responsabilité sociale des organisations: quelle impulsion?”, Catherine Bodet et Annaïg Hache, 2010 26 “Morale et éthique en communication publique” Marc Thébaut, www.thebaultmarc.expertpublic.fr, 2011 35 !
  3. 3. SOMMAIRE Les collectivités et léco-responsabilité : les guides, concrétisation de lagenda 21 39 SECTION III: PERSPECTIVES DE DEBATS LIÉS À LA COMMUNICATION RESPONSABLE. 44 “Comment les organisations se saisissent-elles de l’image verte?”, Céline Pascual Espuny, Communication et Organisations, 2008 44 SYNTHESE 57 SIGLES ET DEFINITIONS 58 ! !
  4. 4. INTRODUCTION A la génèse de la réflexion en termes de communication rsponsable se trouve la prise de conscience du caractère prédateur de l’action de l’homme sur son environnement. Dès le milieu du XXème siècle, la notion de développement durable émerge, avec une série de travaux critiques: - En 1972, le Club de Rome publie le rapport Meadows - The limits to Growth qui ausculte les conséquences du développement économique et le processus d’exploitation des ressources naturelles. Socle idéologique du mouvement des décroissants, ce rapport aura un impact majeur, et certaines des problématiques développées seront reprises par des intellectuels parmi lesquels Nicolas Georgescu-Roegen, Hans Jonas ou Ivan Illitch. - En 1987, le rapport Brundtland propose une définition de la notion de développement durable: “un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs” - en Juin 1992, le deuxième sommet de la terre de Rio de Janeiro consacre la médiatisation du concept de développement durable. La définition produite par le comité Brundtland est amendée, y sont ajoutés les trois piliers: le progrès économique une justice sociale la préservation de l’environnement Le plan d’action Agenda 21 est adopté. - En Décembre 2010, la norme internationale ISO 26 000 est produite pour définir les normes relatives à la responsabilité sociétale des organisations et des entreprises. Les acteurs de la communication, tant publique que privée, commencent désormais à intégrer les problématiques liées au développement durable (DD) au centre de leurs stratégies. Cette mue progressive passe en premier lieu par l’acceptation des critères établis par les normes internationales, et notamment la norme ISO 26 000, mais également par la mise en oeuvre d’initiatives en matière de RSE et de communication responsable. C’est notamment parce que la communication possède une fonction sociale que les acteurs de ce métiers ont commencé à s’engager dans des initiatives permettant de mettre la communication au service d’une consommation et de modes de vie plus responsables. En effet, la communication modèle la consommation et les modes de vie, qu’elle soit au service d’une entreprise privée ou d’une collectivités publique. Toutefois, cette prise en compte des !
  5. 5. INTRODUCTION problématiques s’est faite de manière relativement tardive au sein des métiers de la communication. Il est possible de dater l’intégration des pratiques liées au développement durable dans les métiers de la communication en France au début des années 2000. Initié par l’ADEME, le programme de formation à l’ ”éco-communication” COM’ AVENIR est lancé en 2003. Ce programme fondateur a permis a plusieurs autres initiatives d’éclore: la méthode d’Analyse des Cycles de Vie (ACV) est désormais appliquée aux supports et actions de communication, et la maîtrise du Bilan Carbone™ est désormais une méthode reconnue et appliquée. D’autres labels Bilan Produit™ et Eco-Publicité™ ont par ailleurs été crées ces dernières années afin de formaliser les méthodes de communication responsable. Ainsi, cette notion de communication responsable est désormais incontournable dans les réflexions sur l’avenir de ce secteur. Problématique transverse, appelant à des réflexions multiples et à des mises en oeuvre sectorielles, la communication responsable est une notion large et protéiforme. Aux fondements de cette notion se trouve le constat des impacts de la communication: - Impact des messages tout d’abord, qui sont de loin les plus générateurs d’effets environnementaux et sociaux, et peuvent aggraver des dynamiques comme celles de la pollution, du gaspillage, et catalyser des problèmes de société déjà existants. - Impact de la diffusion ensuite, dans sa dimension intrusive, et dans le commerce des données qu’elle suppose. - Impact de la production des campagnes enfin, qui suppose la mise en oeuvre de moyens et d’outils ayant nécessairement un impact sur l’environnement à court et long terme. La notion de communication responsable appelle donc à des réflexions en termes d’impact environnemental, mais également d’éthique et de responsabilité sociétale; autant de domaine recouvrant un champ vaste. Dès lors, nous tenterons d’appréhender les questions suivantes: Quelle place occupe aujourd’hui la problématique de la communication responsable au sein des métiers de la communication ? Quelles actions sont mises en place, pour quels impacts sur le court et le long terme ? Comment le secteur de la communication publique intègre-t’il cette problématique de la communication responsable dans ses pratiques ? !
  6. 6. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE Manifeste de l’Association pour une communication plus responsable “programme pour réformer globalement et radicalement le secteur de la communication et de la publicité” Propositions de RP, événementielle, média... devons l’Association Pour une désormais assumer pleinement les communication Plus responsabilités croissantes de nosmots clés: communication responsable, mesures, production, diffusion, iso 26000! responsable métiers :!• de manière ouverte, en acceptant de mettre nos pratiques (Collectif des publicitaires éco- sous le contrôle accru des parties socio-innovants) prenantes (professionnels, pouvoirs publics et élus, associations, Aujourd’hui,!une vraie citoyens) en dialogue permanent et réforme est nécessaire pour ouvert avec elles ;!• de manière mettre la communication au positive, en encourageant le service d’une consommation et de développement de toutes les modes de vie plus responsables.!• pratiques permettant de mettre nos En effet, dans un monde savoir-faire au service d’une interconnecté, le besoin transformation écologique et sociale d’information et de communication de nos vies quotidiennes ;!• de touche tous les secteurs de la manière anticipatrice, en société, et joue un rôle central.!• La réfléchissant aux nouveaux défis que communication est un secteur posent les nouvelles formes de économiquement modeste mais communication comme Internet et son influence sociale est plus les réseaux sociaux publicité et importante que jamais.!• La émetteur peu indentifiables, etc. communication modèle la consommation, les modes de vie. LES 3 IMPACTS MAJEURS Elle valorise une entreprise, une DE LA COMMUNICATION marque, une institution, une idée dominante au détriment d’une !La nouvelle norme internationale autre. ISO 26000 sur la responsabilité sociétale des entreprises et des ASSUMER! NOS organisations1 adoptée en décembre RESPONSABIlITÉS!Nous, 2010, voit le jour, accompagnée d’un annonceurs privés et publics, guide d’application aux métiers de la agences conseil en communication communication en France (automne commerciale, directe, corporate, 2011). Trois types d’impact de la !
  7. 7. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE communication y sont identifiés : publics et appliquées par notre profession : !• Impact des messages, qui est, de très loin, le plus générateur 1. CONCERNANT d’effets environnementaux et l’ORGANISATION ET la sociaux : influence sur les TRANSFORMATION DES perceptions et les comportements PROFESSIONS DE la pouvant aggraver, parfois COMMUNICATION provoquer des problèmes de société tels que pollutions, En avril 2008, provoquant le départ gaspillages, incivilités, obésité, notamment de l’Alliance pour la addiction, ...! Planète, les associations représentatives du secteur de la • Impact de la diffusion, qui communication mettaient en place suppose souvent une intrusion un système « d’autorégulation » géré dans la cité ou la vie quotidienne et entre agences et annonceurs peut impliquer la conservation ou volontaires, qui visait à éviter une la marchandisation de données véritable régulation tout en aidant personnelles et privées.! les professionnels à éviter green- et « ethical- » washing. Force est de • Impact de la production constater que, 3 ans plus tard, des campagnes, qui génère souvent malgré une considérable production gaspillages et pollutions, malgré les de recommandations saluées par principes déjà bien établis mais tous, la crédibilité de la publicité rarement maîtrisés et appliqués de dans l’opinion publique continue de l’éco-conception des campagnes se dégrader, la formation dans les (recommandations ARPP2, agences et chez les annonceurs AACC3, UDA4 et OIP5). progresse peu, de nombreuses campagnes sont pointées du doigt par de grandes ONG de tous PROPOSITION DE 4 SÉRIES secteurs. Au-dessus de l’ARPP, DE MESURES contrôlée par les publicitaires, Pour mettre les métiers de dépourvue de moyens et la communication au service d’indépendance, ne pouvant même de la transition vers une pas s’autosaisir, il manque un Haut société du développement Conseil de la Communication durable, quatre séries de conforme à l’esprit du Grenelle de mesures doivent être mises l’Environnement. en œuvre par les pouvoirs 1.1 Mise en place d’un Haut !
  8. 8. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE Conseil de la dénigrement...),6!- publier un Communication baromètre annuel indépendant de l’évolution des pratiques des (sur le modèle du Conseil professionnels et des perceptions du Supérieur de l’Audiovisuel) Il public,!- attribuer annuellement à des réunira :!• les représentants des organisations non-lucratives un pouvoirs publics (dont les ministères de la Communication, crédit d’espaces publicitaires et de Santé, Industrie...),!• des financement de campagnes pour Organisations Non apporter au public un contrepoids Gouvernementales (Alliance pour publicitaire de qualité aux la Planète, FIDH, CRAN, Ni putes informations pouvant les induire en ni soumises...),!• des associations de erreur (ex. : nutrition, énergie, consommateurs (CLCV, UFC, ...),!• transports, produits chimiques...), des professionnels du secteur (grands et petits annonceurs, - labelliser les agences habilitées à agences indépendantes et agences participer aux appels d’offres pour dépendantes de groupes cotés à ces campagnes de contrepoids (sur voix égales).!Ce Haut Conseil de la le modèle de l’INCA ou l’INPES). Publicité pourra :!- être saisi ou 1.2 Mise en place d’un s’autosaisir pour tout manquement prélèvement de 1% sur aux droits de la consommation et chaque budget publicitaire. aux règles de l’autorégulation Ce prélèvement est destiné à (recommandations ARPP, AACC, constituer le fonds de UDA,OIP,...),!- interdire ou fonctionnement du contrôle a priori interrompre une campagne de des campagnes de plus 100 k€ communication,!- rendre publics ses (modèle CSA), et à doter le fonds de avis et décisions,!- suspendre, dans financement de campagnes publiques les cas extrêmes, l’autorisation de contrepoids informatif (cf. 1-1 d’exercer d’agences ou de services alinéas 6 et 7). de communication en cas d’infractions répétées à la 1.3 Création de fonds législation sur la consommation, régionaux d’accès à la sur la concurrence, sur les droits publicité pour les entreprises d’auteur...!- saisir la justice pour innovantes de l’économie engager des poursuites éventuelles verte ou numérique contre les dirigeants de l’agence ou (exemple avec oséo) et de de l’annonceur, qui contreviennent l’économie sociale et au droit (publicité mensongère, solidaire (exemple avec !
  9. 9. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE des France active, adie, France agences bénéficiant de marchés Initiative...). Ce fonds, géré de publics de communication. façon paritaire sous l’autorité des conseils régionaux, pourra être 6En effet, toutes les lois et tous les financé par une taxe sur les règlements nécessaires existent communications des entreprises pour protéger les consommateurs, sensibles (nucléaire, automobile, mais aucun acteur n’a les moyens chimie...) et complété par la Caisse et/ou l’autorité pour entreprendre des Dépôts. les longs et coûteux procès dont les annonceurs puissants menacent. 1.4 obligation d’intégrer à tout cursus d’enseignement de la publicité et de la communication un module de 2. CONCERNANT LES formation sur la norme ISO 26000 MESSAGES de responsabilité sociétale des entreprises, 15% du temps 2.1 Pour tous les secteurs d’enseignement devant être dont les messages ont un consacré à cette matière. impact sur les comportements sociaux et 1.5 Idem concernant environnementaux l’emploi des crédits individuels et collectifs formation pour les employés (nutrition, santé, transports, énergie, des agences et des services de produits chimiques), mise en place communication des annonceurs. d’un système « donnant- donnant » pour toute marque investissant plus 1.6 Réglementer plus de 300 k€ sur un an : pour 10mn de strictement la possibilité, publicité de cette marque, pour un groupe de financement d’1 mn d’information communication, de détenir à la indépendante sur le même sujet par fois des médias d’information et une organisation indépendante des agences spécialisées dans les labellisée par le Haut Conseil de la relations presse et l’influence Communication. (modèle de la Commission européenne sur le lobbying). 2.2 Financement de ces informations de 1.7 Certification de la «contrepoids » transparence de l’actionnariat des comptes, par une taxation des et des pratiques sociétales communications de plus de 300 !
  10. 10. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE écologique » ou « vert » k€/an par marque de ces secteurs ou « naturel ». Pour des sensibles (liste actualisée marques d’automobiles, y compris annuellement). Sur le modèle des électriques, la mention de l’écologie campagnes politiques, autorisation ne doit plus figurer, sinon pour au cas par cas à un annonceur informer clairement sur les rejets et intervenant sur un secteur consommations d’énergie. stratégique objet d’un débat public ou d’un projet de loi (exemple : un 3.1 Valorisation, par la énergéticien à la veille d’un projet réduction de leur nombre, de loi sur le nucléaire, un des affichages en milieu laboratoire pharmaceutique à la urbain et dans les transports veille d’une réforme de la santé...), en commun pour revenir au de mener des campagnes pendant niveau moyen de la plupart des ce débat. autres pays européens (métros allemand, belge...). En plus de la 2.3 À l’inverse, application suppression de l’affichage illégal, une d’une TVa réduite (ex. : 7% au réduction de 50% des espaces lieu de 19,6%) sur les campagnes publicitaires en milieu urbain, péri- faisant la promotion de produits et urbain, dans les métros, bus, trains de comportements responsables ainsi que sur les périphériques, (bio, transports en commun, permettrait d’augmenter l’impact des associations, sécurité routière...). campagnes et d’améliorer leur créativité. Le manque à gagner de 2.4 Interdiction de toutes les cette réduction des espaces publicités commerciales sur publicitaires sera compensé par un l’alimentation à destination prix plus élevé des panneaux. des enfants. A contrario, soutien à celles relatives à la santé émanant 3.2 Interdiction des d’organismes légitimes (Ministère affichages défilants ou de la Santé par exemple). lumineux non exclusivement alimentés par des opérateurs 100% 2.5 obtention obligatoire énergie renouvelable (ex. : d’un label émanant d’un Enercoop). organisme indépendant et/ou officiel (aB, Cosmebio, 2.6 limitation effective des écolabel européen, communications grand public Fairtrade-Max Havelaar sur des médicaments, même certificat ISo 14001) non soumis à prescription. Suivi des revendiquant une qualité « recommandations de la Commission !
  11. 11. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE Mediator en ce qui concerne le présence de l’alcool à démarchage des médecins en cabinet tout support publicitaire (affichage et des subventions de formation de ou presse, notamment). Supression professionnels de santé par du sponsoring d’activités sportives l’industrie de la santé et par des ou de loisirs destinées aux jeunes assureurs. par des alcooliers. 2.7 Moyens nécessaires 2.9 Contrôle renforcé des conférés au Haut Conseil de communications pouvant la Communication pour valoriser des pratiques lutter contre toute dangereuses (ex. : jeux d’argent, campagne :!- contournant les lois courses automobiles ou de moto) Evin sur l’interdiction de la publicité dans les médias non spécialisés. sur l’alcool et sur le tabac, 2.10 Particulièrement en ce - ne respectant pas les qui concerne Internet, suivi et recommandations de l’ARPP et du encadrement paritaires des actions guide d’application d’ISO 26000 aux de promotion de l’alcool, du tabac, métiers de la communication en des jeux d’argent et renforcement matière de comportements routiers, de la traçabilité des sources diversité, respect de la personne (ex. confirmant la véracité et l’origine de : scènes de conduites automobiles toute assertion publicitaire rapides dans des chemins forestiers, (documents, rapports d’identité, mannequins trop maigres pouvant certifications, vérifications par des favoriser des tendances anorexiques ONG ou pouvoirs publics...). chez les adolescents). Respect des règles de liberté, de respect des personnes et « 2.8 abandon des facilités sur d’étiquette » du web. la publicité pour l’alcool 3.3 Interdiction des accordées ces dernières années (par panneaux vidéo des couloirs exemple, autorisation des de métro, agressifs, très communications pour l’alcool sur consommateurs d’énergie et Internet). Extension de la non fortement polluants en fin de vie. !
  12. 12. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE 3.4 Interdiction de concourent à des marchés privatiser le patrimoine par publics de posséder des intérêts le bâchage par des marques dans des chaînes de télévision privées des bâtiments pouvant traiter des informations en publics ou monuments, lien avec ces marchés sur le même hormis pour la promotion territoire. d’événements culturels ou de messages d’intérêt général. 3.9 Sur Internet, demande d’autorisation préalable et 3.5 arrêt de la publicité à la explicite à l’internaute avant télévision lors des la mise en place de cookies programmes destinés aux (fichiers témoins) avant chaque envoi enfants, sauf pour des publicités d’une publicité ou chaque utilisation pédagogiques, culturelles ou des informations le concernant d’intérêt général. auxquelles l’annonceur peut avoir accès. Accès favorisé aux procédures de désamorçage des 3. CONCERNANT LA données privées que l’internaute ne DIFFUSION DES souhaite pas que l’annonceur CAMPAGNES ET DES conserve. MEDIAS 3.10 Sur Internet, en ce qui concerne la collecte et la 3.6 Réglementation des « conservation de données publireportages » dans la personnelles : instauration d’un presse pour enfants. affichage fort et explicite sur chaque écran, indiquant à l’internaute qu’il 3.7 Réduction du nombre de est en train de transmettre des publicités à la télévision données personnelles. Possibilité en (selon le même mécanisme de cliquant d’accéder directement au valorisation-compensation que formulaire de désactivation des pour l’affichage). Conditionnement données qu’il ne souhaite pas que de l’autorisation de chaque dizaine l’annonceur et le site conservent. de minutes de publicité Traçabilité de l’utilisation qui est commerciale à la mise en place faite ultérieurement des données d’une minute dédiée à la qu’il a confiées et des lieux où celles- communication d’intérêt général. ci sont stockées. Campagnes 3.8 Interdiction pour un d’information en ligne du Haut groupe dont des filiales Conseil de la Communication pour informer les internautes de leurs !
  13. 13. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE droits et moyens de contrôler fiscales pour les donateurs et l’utilisation de leurs données mécènes. personnelles. 3.14 En publicité presse 3.11 Pour le marketing et la régionale, interdiction pour un élu publicité sur Internet territorial d’intervenir dans les choix (bannières et autres espaces médias, soumis à une commission de publicitaires, annonces contrôle régionale. textuelles...), information systématique du caractère « 3.15 En publicité dans les comportemental » des ciblages et boîtes aux lettres, changement contrôle par la Haute Autorité de de logique!- en remettant à la Communication des pratiques l’ensemble de la population un guide tendant à tromper l’internaute en de ses droits en la matière, l’amenant à cliquer sur une accompagné de deux autocollants (« oui à la pub » et «nonàlapub»). Internet, pour les conditions de travail des webmestres, managers - en autorisant la distribution de de communautés et modérateurs, dépliants ou courriers de marketing direct uniquement dans les boites publicité alors qu’il veut la fermer, marquées par un autocollant à rendre difficile l’élimination de l’acceptant explicitement. cette publicité ou à lui imposer une image, un son, etc. 3.16 Refonte globale des outils de mesure des 3.12 Sur internet, en cas de performances des supports contenu payé par l’annonceur mais publicitaires, y compris prenant la forme de rédactionnels digitaux, sous l’égide d’une (ex. : billets de blogs payés), autorité de contrôle indépendante mentions et traçabilité émanant du Haut Conseil de la transparentes. Communication. 3.13 En publicité de presse, 3.17 Élaboration, sous création d’un statut de « l’autorité du Haut Conseil de fondations de presse » sur le la Communication, d’une grille modèle des fondations nationales d’évaluation des bilans de recherche, avec comme mise de environnementaux des médias (y fonds une taxe sur les sites compris Internet avec évaluation des internet utilisant de l’information hébergeurs) et obligation aux régies et bénéficiant de déductions et conseils de fournir !
  14. 14. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE à 15% systématiquement une évaluation des effectifs totaux. Mise en place des impacts de chaque plan média d’une instance du type « de plus de 100 k€ . prudhommes des stagiaires » pouvant recevoir des plaintes 4. CONCERNANT LA anonymes et diligenter des enquêtes. PRODUCTION 4.3 Idem, en ce qui concerne 4.1 Sur le modèle de la loi Intégration de cet indicateur dans NRE (Nouvelles Régulations tous les appels d’offres publics de Économiques), concernant communication. les groupes cotés, obligation pour les services de notamment lorsqu’ils sont sous- communication ou les agences de traitants situés à l’étranger (ex. : communication dont le budget de sites commerciaux ouverts aux campagne annuel est supérieur à réseaux sociaux 24h/24). 500 k€ de rendre public un 4.4 Bilan carbone pour les rapport annuel de leurs campagnes supérieures à 300 k€ sur engagements et progrès dans le 12 mois. Obligation de compléter respect de la grille d’application tout devis par le bilan carbone pour aux métiers de la communication toute campagne supérieure à 300 de la norme ISO 26000 sur la k€. responsabilité sociétale des entreprises. 4.5 Traçabilité des campagnes de plus de 300 k€ 4.2 Strict respect par les par l’impression ou l’insertion d’une services de communication adresse Internet permettant des annonceurs et par les d’accéder à l’ensemble de la fiche de agences, de la législation description de ses conditions de concernant les stagiaires et production (sous-traitants, origine les délais et contrats de droits des photos, bilan carbone, imposés aux free- lance, déplacements, free-lance, droits notamment dans les domaines d’auteur...). artistiques. Mesures publiques pour mettre en place une diminution 4.6 Primes à l’accessibilité et progressive des charges sur les à la gratuité des techniques indemnités de stage inversement utilisées sur Internet. proportionnelle à leur montant Intégration de ces critères dans tous jusqu’à concurrence de 90% du les appels d’offres publics de SMIC net. En contrepartie, communication. limitation du nombre des stagiaires !
  15. 15. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE 4.7 Intégration dans tous communication de la norme ISO les appels d’offres publics de 26000 sur la responsabilité sociétale communication des critères des entreprises. recommandés par la grille d’application aux métiers de la !
  16. 16. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE “La norme iso 26000 en quelques mots” - afnor.org LISO 26000 présente des lignes - lidentification des parties directrices pour tout type prenantes et le dialogue avec celles- dorganisation cherchant à assumer ci. la responsabilité des impacts des ses décisions et activités et en Ces deux pratiques visent à rendre compte. Elle définit la déterminer les domaines d’action responsabilité sociétale comme : pertinents et prioritaires pour une organisation à partir : Responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses - Des impacts sur l’ensemble de la décisions et de ses activités sur la chaîne de valeur (cycle de vie de société et sur l’environnement, se l’activité/produit/service) traduisant par un comportement - De la prise en compte transparent et éthique qui : systématique des 7 questions centrales mots-clés: iso 26000, RSE, norme internationale, DD - contribue au développement - D’un périmètre étendu de sa durable y compris à la santé et au responsabilité au sein de sa sphère bien-être de la société d’influence - prend en compte les attentes des - De ses parties prenantes. parties prenantes - respecte les lois en vigueur et est Historique compatible avec les normes internationales Ce projet a été initié en 2001 par - est intégré dans l’ensemble de des organisations de consommateurs l’organisation et mis en œuvre inquiets face aux pratiques de ! dans ses relations certaines multinationales et des conséquences que cela pouvait avoir Elle décrit deux pratiques sur les conditions de travail et de vie fondamentales de responsabilité des populations. sociétale que sont : Par le biais du Comité ISO en charge - lidentification des impacts des des relations avec les décisions et activités de consommateurs (COPOLCO) elles lorganisation au regard des ont souhaité la réalisation d’une questions centrales de lISO 26000 étude de faisabilité sur la normalisation de la RS des entreprises. !
  17. 17. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE Selon Didier Gauthier, président de A la suite de cette étude un la commission AFNOR DDRS, la groupe consultatif stratégique France a pris la décision de s’engager (SAG) composé de parties dans l’élaboration de l’ISO 26000 prenantes diverses a émis des pour les raisons suivantes : recommandations pour finalement déboucher sur une décision - Intérêt de participer à des travaux d’action : ainsi est née l’ISO 26000. réunissant l’ensemble des acteurs de la société sur des sujets Objectifs de la norme indissociables de la mondialisation. - Souci de clarifier des principes - Aider une organisation à prendre souvent considérés comme des en charge ses responsabilités concepts flous sans réalité sociétales opérationnelle capable d’être mis en - Fournir des lignes directrices œuvre de façon simple et efficace. pour : - Opportunité de lier bon . rendre opérationnelle la management et prise en compte responsabilité sociétale ; intégrée des trois piliers du . identifier et s’engager avec les développement durable à l’aide d’un parties prenantes ; fonctionnement moins cloisonné, . améliorer la crédibilité des plus participatif. rapports et déclarations à propos - Apporter aux acteurs déjà engagés de la RS à l’AFNOR sur le thème (SD 21000) - Mettre en relief les résultats un éclairage international de nature obtenus et les améliorations à renforcer leur efficacité, leur - Accroître la satisfaction et la crédibilité. confiance des clients - Promouvoir une terminologie Selon l’AFNOR, la vision française commune dans le champ de la RS de la RS peut également se décliner - Etre cohérent et non pas en ainsi : contradiction avec les documents, traités et conventions existants, et - Une prise en compte des impacts les autres normes ISO. environnementaux, sociaux et économiques d’une activité. La France et l’Iso 26000 - Une démarche volontaire expression d’une volonté d’assumer Les raisons de l’engagement des responsabilités dépassant les français dans l’élaboration de l’ISO obligations légales. 26000 : !
  18. 18. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE - Une contribution aux objectifs de développement durable. - Le refus d’une approche morale ou d’exclusion mais une approche de performance et de progrès. - Le respect des textes internationaux existants en matière de droits de l’homme, de conditions de travail et d’environnement. mots-clés: iso 26000, RSE, norme internationale, DD !
  19. 19. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE L’éco- communication efficace et responsable Isabelle TOUCHARD, rubrique La lettre du cadre éditorial, magasine des professionnels de la gestion territoriale, numéro 366, Octobre 2008. Vous avez choisi de mettre en place des politiques de responsabilité sociale et de développement durable dans votre collectivité. Mais avez-vous pensé à la traduction de ces engagements, en terme de communication plus éco- mots clés: impact social, impact environnemental, éco-communication, RSE responsable ? L’éco-communication, c’est quoi ? L’Ademe, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, propose une définition stricte : l’éco-communication est une façon de « communiquer en ayant le souci de réduire les impacts environnementaux induits. » On sait pourtant combien les messages mis en scène gagnent en efficacité et en crédibilité lorsqu’existe une concordance entre le fond et la forme. Pour Jean- Marc Gancille, directeur du développement durable de l’agence de communication bordelaise Inoxia, et vice-président d’Apacom, association des professionnels aquitains de la communication, il s’agit « de comprendre et d’intégrer les notions du développement durable dans son propre fonctionnement, dans l’usage que l’on a de ses ressources, dans le travail en collaboration avec les fournisseurs et ses collaborateurs.» Une communication plus responsable ! !
  20. 20. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE La communication occupe encore dans les esprits une place particulière, jolie mais peu fiable, associée au marketing. Elle paraît bien éloignée des objectifs du développement durable. Pourtant, s’aider de celui-ci pour communiquer fait partie d’une stratégie très rentable, sur les plans sociaux, économiques et environnementaux. Éco- communiquer, c’est d’abord être éco-responsable. « Il faut une adéquation entre les objectifs, les cibles, les messages et les moyens, en gros, mettre en place une démarche de sincérité, poursuit Jean-Marc Gancille. L’enjeu est celui du message lui-même : il ne doit pas être trompeur ni contraire aux principes du développement durable. Nous accompagnons nos clients pour les mettre en garde sur les écueils d’une communication assimilable à du greenwashing, c’est- à-dire l’usage abusif d’arguments écologiques. » La communication accompagne alors un changement de comportement. Le directeur de la communication doit chercher à inscrire ses actions dans la durée pour construire une démarche globale. QUELQUES GESTES SIMPLES • Dématérialiser la communication lorsque c’est possible : internet, un cédérom, une clé USB offrent de multiples possibilités. • Bien choisir son papier : format, grammage, fibres recyclées ou fibres vierges issues de forêts gérées durablement (labels FSC ou PEFC). • Intégrer une communication écoresponsable dans les bureaux : impressions recto-verso, mise en réseau des imprimantes, choix des encres, dématérialisation des réunions de travail… • Optimiser la mise en page : gérer l’espace, privilégier les dégradés aux aplats de couleur, gourmands en encre, éviter les découpes ou les formats qui génèrent des chutes importantes de papiers… • Maîtriser la diffusion des documents : calculer le juste nombre nécessaire, limiter les suremballages, réfléchir à une distribution toute boîtes aux lettres, utiliser des moyens de distribution plus neutres en CO2 : vélo, véhicules électriques… S’aider du développement durable pour communiquer est rentable sur les plans sociaux, économiques et environnementaux Chaîne de compétences
  21. 21. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE « Le service communication est un lieu de mise en cohérence des politiques publiques et de la parole politique, souligne Dominique Mégard, déléguée générale de l’association des professionnels de la communication publique, Cap’Com’. C’est une position qui n’est pas facile à tenir, parce que la communication n’est pas garante de la politique de la collectivité. Or le développement durable ce n’est pas une déclaration d’intention, mais une façon d’agir. » L’éco-communication doit s’appuyer sur de réels engagements, c’est bien là toute la difficulté. Le développement durable permet là de redonner un sens politique à la fonction communication, à l’interne comme à l’externe, par l’instauration d’un dialogue avec toutes les parties prenantes. « Nous sommes loin d’appliquer strictement toutes les recommandations de l’Ademe, reconnaît Bruno Cohen-Bacrie, directeur de la communication de la ville d’Échirolles. Nous avons été plus originaux avec la création d’Ecobureau, un groupe de travail qui regroupe des agents communaux volontaires, sensibilisés au développement durable, et issus de différents services. Ils sont chargés de faire remonter des observations à partir de leur expérience de terrain, la gestion des déchets par exemple, et de formuler des pistes d’action et des propositions d’amélioration. » Créativité, efficacité, économie Lorsque le message à faire passer est défini, il faut chercher le meilleur compromis pour minorer l’empreinte écologique d’une action de communication, de la conception à la diffusion des outils, en passant par leur fabrication. L’enjeu est le message lui-même : être ni trompeur, ni contraire au développement durable Choix du support, papier ou document électronique, optimisation de la mise en page, question du nombre de couleurs, utilisation d’aplats, choix du papier, composition des encres… tout peut être passé au crible de la pertinence, de la cible et des économies à réaliser, selon les préconisations de l’Ademe. « Sur les manifestations que nous pilotons, nous avons supprimé la mallette visiteur traditionnelle au profit d’une clé USB qui contient tous les documents nécessaires, raconte Dominique Mégard. Cela ne nous empêche pas d’avoir pour partenaire la Fédération nationale des imprimeurs, et de réfléchir avec eux sur les aspects environnementaux de leur offre. La posture du
  22. 22. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE développement durable est d’une exigence redoutable, avec soi-même, comme avec autrui. » Beaucoup de collectivités intègrent désormais dans leur cahier des charges impression la qualité écologique du papier, la qualité des encres et des produits associés, l’utilisation de technologies comme le CTP, la question des déchets dangereux de l’imprimerie… Elles privilégient du coup les imprimeurs qui affichent une démar che environnementale certifiée ISO 14001, EMAS ou répondent à la marque Imprim’Vert. « Dans une collectivité, le principal frein de l’éco-communication, c’est la méconnaissance des solutions et des alternatives écologiques équivalentes. Les mentalités ne sont pas toujours matures pour accepter des changements dans les façons traditionnelles de procéder » rappelle Jean- Marc Gancille. Une collectivité a pourtant aujourd’hui tout à gagner en mettant en avant une démarche d’éco-communication globale. À la fois source de valorisation de l’image de marque et incitation à l’action de tous, elle offre une possibilité de réduction des coûts de production comme une opportunité de différenciation et de mise en cohérence d’une politique de développement durable engagée. ■ Pour aller plus loin « Réussir sa communication locale sur le développement durable », un ouvrage de la collection Dossiers d’Experts des éditions Territorial. Sommaire, commande ou téléchargement sur http://librairie.territorial.fr, rubrique « Dossiers d’Experts ».
  23. 23. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE “Comment éco-concevoir un support d’édition”, in Le Guide de l’éco-communication, pour une communication plus responsable, Editions EYROLLES, Septembre 2007. En fonction du message et de la Dès la phase de conception, vos mots-clés: éco-conception, recyclage, écolabel européen, Analyse des Cycles de Vie (ACV) cible, vous allez choisir le ton à choix détermineront une grande donner au support écrit. Le format partie de la qualité et la forme du support (style, environnementale du projet. Il est grammage, choix des couleurs) vont donc important de faire des choix traduire et refléter le fond et le ton de conception en ayant à l’esprit les choisis (niveaux de lecture, conséquences environnementales vocabulaire, illustrations, etc.). qui en résulteront à chaque étape de L’ensemble doit s’adapter au niveau la vie du produit et en favorisant une Votre projet d’édition éco-conçu de logique de « juste nécessaire » et de AàZ sobriété. de compréhension et à En effet, tout au long de leur l’acceptabilité de la cible. Celle-ci processus de fabrication et de doit donc être bien qualifiée pour distribution, les imprimés sont vous permettre d’apprécier ses pré- consommateurs de ressources et requis, ses préjugés, son niveau de sources d’impacts sur compréhension, son opinion, ses l’environnement. Le recours à des freins… Pour guider votre produits écolabellisés, à du papier ! réflexion, demandez-vous : recyclé ou issu de forêts gérées - combien de documents sont durablement ou encore à des encres produits en trop grande quantité ? végétales, etc., ne doit pas faire - combien de documents ne oublier les impératifs de maîtrise des reflètent pas l’image de l’émetteur ? volumes pour aller vers un - combien de documents ne engagement dans une réelle éco- correspondent pas aux codes de responsabilité. Il est donc important lecture de d’apprécier si la communication par la cible ? l’édition en masse ne peut pas être - combien de fois édite-t-on un réduite par une meilleure support papier que l’on pourrait convergence des moyens et des dématérialiser sur Internet ? supports de communication.
  24. 24. ENJEUX DES STRATEGIES DE COMMUNICATION RESPONSABLE POUR APPROFONDIR “Le Guide de l’éco-communication” - publication de l’ADEME, Editions Eyrolles, Septembre 2007. “La communication responsable, source de valeurs - retour d’expérience et guide d’action” - publication de l’ADEME, 2011. “L’ISO 26000 en dix questions” - publication du groupe AFNOR, Septembre 2010
  25. 25. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC L’agenda 21, déclencheur d’une prise de conscience Définition proposée sur le site commun, le développement de officiel de l’ADEME modes de transports alternatifs à lautomobile ; LAgenda 21 est un projet global et •la création dactivités répondant àmots-clés: agenda 21, collectivités publiques, développement durable. concret, dont lobjectif est de une demande sociale locale et mettre en oeuvre progressivement demplois qualifiants et durables ou et de manière pérenne le de nouvelles filières demplois. développement durable à léchelle dun territoire. Il est porté par la Les 4 étapes de mise en collectivité et mené en oeuvre dun Agenda 21 concertation avec tous ses acteurs : élus et personnels, 1 - Elaboration dun diagnostic habitants, associations, entreprises, préalable donnant une bonne structures déconcentrées de lEtat, connaissance du territoire sur le réseaux de léducation et de la plan économique, social, recherche... environnemental et organisationnel Il se traduit par un programme 2 - Définition dune stratégie dactions visant à améliorer la décrivant les objectifs à court, qualité de vie des habitants, moyen et long termes, les méthodes économiser les ressources et les moyens dactions proposés, les naturelles et renforcer lattractivité acteurs et les partenaires impliqués du territoire. ainsi que les critères dévaluation. 3 - Mise en oeuvre dun programme Il va par exemple favoriser : dactions transversales, concrètes et •une politique de lhabitat appuyée démonstratives sur la haute qualité environnementale, la valorisation - Evaluation systématique et du parc existant et la reconquête permanente des politiques menées des espaces disponibles ; et des actions engagées, dans une •lutilisation de ressources logique damélioration continue. renouvelables, la maîtrise de lénergie, loffre de transports en
  26. 26. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC ‘’Collectivités locales et responsabilité sociale des Mots-clés :collectivités locales, développement local durable, responsabilité sociale des organisations, organisations : quelle impulsion ?’’, Catherine Bodet et Annaïg Hache Si la définition du développement sociale et environnementale sur son durable proposée en 1987 par le territoire. Cette politique sest rapport Brundtland (« un appuyée, entre autres, sur développement qui permet de lexpérimentation du Bilan Sociétal, satisfaire les besoins du présent sans outil dévaluation des pratiques compromettre la capacité des élaboré par le Centre des jeunes générations futures de satisfaire dirigeants et acteurs de léconomie leurs propres besoins ») est très sociale (Cjdes). largement admise aujourdhui, ses évaluation, bilan sociétal, associations! interprétations divergent. Lexemple Lexemple de Rennes est intéressant que nous présentons ici, même sil car il illustre lidée que la notion de est limité puisquil ne concerne que croissance ne règne plus aujourdhui 5 associations et un territoire, sans partage et laisse place à dautres sappuie sur la volonté de privilégier considérations telles que le bien un développement durable fondé sur commun et lutilité sociale. Les une économie plurielle et une « attentes actuelles ont une forte solidarité démocratique », cest-à- dimension immatérielle : « Les dire décidée et organisée par le demandes des ménages des pays pouvoir politique et la société civile développés ont évolué en liaison (Laville, 2005). avec leur mode de vie et leur mode de pensée. Les attentes en services, Lexemple de Rennes Métropole est d’un côté, les exigences en termes mobilisé dans cet article pour d’environnement et de qualité de montrer le rôle pivot dune vie, de l’autre, ont modifié collectivité locale dans la mise en l’approche de la finalité de la avant dune politique de croissance. » (Du Tertre, 2006). dynamisation de la responsabilité
  27. 27. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC Centrée au départ sur la volonté organisations évaluées, est une des de permettre aux élus de prendre conditions pour que les pratiques en compte des critères de dévaluation de la responsabilité développement durable dans leur sociale et environnementale se politique dachat, lexpérimentation développent dans les petites du Bilan Sociétal dans les structures, qui, sans financement associations rennaises, impulsée spécifique ny auraient pour la par le Codepar2(Conseil de plupart pas accès. développement économique et social du pays et de 1. Contexte et but de lagglomération de Rennes), vise lexpérimentation finalement les coopérations entre les collectivités locales et les 1.1 Contexte de l’expérimentation associations quelles financent dans loptique dune contractualisation Le Codespar a expérimenté le Bilan basée sur un diagnostic partagé et Sociétal dans 5 associations du Pays discuté. de Rennes. Sur ce territoire (67 communes et Nous resituerons dabord le environ 450 000 habitants), les contexte local et lobjectif du associations, mutuelles et Codespar de valoriser, dune part, coopératives sont nombreuses et la contribution de léconomie leur rôle dans le développement sociale et solidaire à la vie locale économique est important. et, dautre part, de développer un Cependant, les capacités de partenariat fondé sur un diagnostic développement de cette économie partagé et visant à un nouveau type sont limitées par des facteurs de contractualisation entre les multiples. Certains peuvent être liés collectivités locales et les à la gestion interne des structures associations. Nous exposerons (difficultés à professionnaliser leur ensuite le cadre de intervention, à renouveler le projet, lexpérimentation et les principaux à mobiliser des bénévoles…), résultats pour les associations d’autres relèvent de la relation entre participantes. Nous poserons dans les structures et leur une dernière partie la question de environnement. Les acteurs rennais la viabilité du modèle économique ont fait ensemble le constat dune de lévaluation proposé par cette trop faible visibilité de ce expérimentation. Un tel modèle de quapportent les structures de cofinancement, partagé entre les léconomie sociale et solidaire à la collectivités locales et les vie locale, entraînant ainsi une
  28. 28. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC • les institutions, certaine banalisation : sont-elles collectivités locales, administrations vraiment différentes ? Ont-elles partenaires de ces associations une réelle spécificité ? Laquelle ? disposent également de peu doutils, Cette spécificité justifie-t-elle un de peu de procédures pour mieux investissement financier spécifique saisir les spécificités des associations. des collectivités publiques ? Ces constats ont amené le Codespar à engager deux démarches Pour explorer cette question, le participatives locales associant les Codespar a réalisé une étude3 qui structures et leur environnement aborde ces questions : qu’est-ce dans la mise en valeur des qui fait richesse ? Qu’est-ce qui fait spécificités des entreprises utilité sociale ? Comment les associatives4 : mesure-t–on ? Le Mouvement • la démarche d’expérimentation du pour le Développement Solidaire, bilan sociétal associatif qui est chargé de cette mission, a réalisé présentée dans le présent article une trentaine d’entretiens avec des • Une démarche de mesure de la « responsables associatifs et valeur ajoutée sociale » dans les coopératifs, des techniciens de associations : cette démarche vise à collectivités ou d’institutions, des faire apparaître, dans la comptabilité habitants impliqués dans des associative, l‘importance de la dynamiques locales et des élus contribution nette issue de la sphère locaux. Parmi les constats effectués du marché, de celle de la collectivité on peut noter que : et de celle de la réciprocité associative. La méthode s’appuie sur • certaines structures, notamment la valorisation du bénévolat et une associatives, ont du mal à mesurer nouvelle mise en forme comptable. leur action : par manque Cette démarche a été expérimentée dindicateurs rendant compte des auprès de différents aspects de leur action, 12 associations. manque de temps, etc.
  29. 29. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC! Le Codespar travaille également approche multi-parties prenantes avec l’ONG PEKEA afin d’avancer pour engager les structures dans une sur la définition d’indicateurs de démarche de progrès, vers une progrès sociétal, avec et pour les meilleure prise en compte des gouvernements locaux. responsabilités globales de Actuellement trois collectivités lorganisation envers son milieu. locales françaises (Rennes Lévaluation est réalisée à travers un Métropole, le Conseil Général questionnaire, portant sur 9 d’Ille et Vilaine et le Conseil domaines7, soumis aux différentes Régional de Bretagne) sont parties prenantes internes et investies dans la démarche. externes de lorganisation. Les réponses sont analysées par un 1.2. Les buts recherchés intervenant extérieur, labellisé par le Cjdes, à travers 15 critères Le but de l’expérimentation « bilan spécifiques8. La pertinence du Bilan sociétal associatif » est dévaluer et Sociétal tient dans le regard croisé de valoriser les apports de des parties prenantes sur la léconomie sociale et solidaire à la structure. vie locale dans une perspective de développement durable et de Lévaluation nest pas réalisée à développement du partenariat partir des dires ou de la entre les associations, les élus et communication de la direction, mais les institutions. Lidée nest donc de lappréciation croisée des pas dévaluer la politique publique différents acteurs de lorganisation en matière de développement sur son action. Cest en ce sens aussi durable, mais de co-construire, un outil de partage des informations entre la collectivité locale et les sur la structure. Les convergences acteurs associatifs du territoire de vues entre les différents acteurs une politique de développement permettent de repérer les points durable. forts de la structure, alors que les divergences de vues pointent 2. Expérimentation du Bilan déventuelles points faibles ou pistes Sociétal dans les associations de travail. rennaises La réalisation de lévaluation fait entrer lorganisation dans un 2.1. Le Bilan Sociétal : une processus de dialogue inter parties évaluation et un processus prenantes pour lélaboration dun diagnostic commun dans un premier Le Bilan Sociétal propose une temps, pour la mise en oeuvre de
  30. 30. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC les démarches damélioration des parties prenantes ont été invitées à pratiques dans un second temps. répondre au questionnaire du Bilan Sociétal au cours de séances, Lévaluation réalisée par le Bilan regroupant une quinzaine de Sociétal ne donne pas une « note personnes, et animées en deux », ne porte pas de jugement, mais temps : un temps de renseignement tend à provoquer une mise en individuel du questionnaire, un mouvement des acteurs sur les temps déchanges collectifs autour thèmes liés à la responsabilité des problématiques soulevées par le sociale et au développement questionnaire. Les parties prenantes durable. Cest à cette condition potentiellement impliquées dans la que le processus dévaluation démarche, selon la pertinence pour enrichit lorganisation : il ne sagit chaque association étaient : les pas dune « évaluation sanction » administrateurs, les adhérents, les ou dun « évaluation bénévoles, les salariés et leurs communication », mais dune « représentants, les partenaires et évaluation implication » dans une notamment les élus locaux, les démarche de progrès. clients ou bénéficiaires, les fournisseurs. 2.2. Les apports du Bilan Sociétal Quelques exemples de questions, associatif : vers une « haute qualité parmi la centaine posée à tous les entrepreneuriale » acteurs de lorganisation : • Lassociation a-t-elle une politique Parmi les associations volontaires spécifique pour impliquer les jeunes pour réaliser leur Bilan Sociétal dans le fonctionnement associatif ? dans le cadre de lexpérimentation • Y-a-t-il une représentation des impulsée par le Codespar, cinq ont salariés au sein de conseil été retenues : lADMR de Melesse- dadministration ? Montreuil (Aide à domicile en • Existe-t-il une clause de « mieux milieu rural), lAssociation disant social » dans les relations avec Rennaise des Centres Sociaux, le les fournisseurs ? CRIJ-Bretagne (Centre • Y-a-t-il une contradiction entre les dinformation jeunesse), les Amitiés principes (sociaux, éthiques, sociales (Foyers de jeunes moraux...) sur lesquels sont basés les travailleurs), les Compagnons prestations et services de Bâtisseurs Bretagne. lassociation et les contraintes économiques ? Pour chacune de ces associations, • Lassociation participe-t-elle à des
  31. 31. INTEGRATION DES DEMARCHES DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS LE SECTEUR PUBLIC opérations de collecte ou de poursuivre son action et met en recyclage des déchets au plan local débat des pistes de progression. ? Spécifiques à chaque association, les • Dans sa communication externe, « pistes de travail » portent sur des lassociation fait-elle référence à thèmes très variés, allant de la des valeurs dintérêt général et communication (circulation interne dutilité sociale ?... de linformation, communication interne et relation administrateur / La mise en lumière de lutilité salariés, communication auprès des sociale de lassociation était une partenaires), au travail sur le projet associatif, en passant par la attente forte des participants vis-à- vis de la méthodologie « Bilan formation des salariés et les Sociétal ». Lévaluation relations fournisseurs.. Le Bilan transversale de lorganisation Sociétal tend à accroître également permet de situer les apports de limplication des associations sur leur lassociation dans leur contexte, en territoire, ainsi que la visibilité de les positionnant par rapport cette implication. Une mise en débat à un certain nombre de autour de pratiques visant contraintes, dune part, et de à réduire limpact des activités sur valeurs affichées par les différents lenvironnement naturel, par acteurs, dautre part. exemple, est nécessaire, y Le Bilan Sociétal fournit une compris pour des activités appréciation qualitative de lutilité faiblement polluantes : la sociale de lassociation. Cette consommation de papier, les appréciation est portée par une circulations, le recyclage, les exigence de transparence et une habitudes dachat sont autant de recherche dobjectivité à travers le questionnements souvent nouveaux croisement des réponses des ou en tous cas peu développés et différents acteurs sur la structure à formalisés dans les petites chacune des questions posées. structures. Les apports du Bilan Sociétal se La mise en débat du rôle et de la situent également en interne en connaissance des partenaires publics matière de fonctionnement et des associations est apparue comme dorganisation des associations très importante : quelle est la marge participantes. Le rapport, remis à de manoeuvre des associations dans chaque association, souligne les « le cadre dun financement lié à points forts » sur lesquels lactivité ? Quel type de convention lassociation peut sappuyer pour établir avec les partenaires pour

×