3part.
L ’ I N N O V A T I O N ,
L E V I E R E S S E N T I E L D ’ A M É L I O R A T I O N
D E L ’ O B S E R V A N C E
23
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
24
Ainsi que nous l’avons vu dans la deuxième partie de cet
ou...
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
25
A G I R S U R L E R Y T H M E E T L E S M O DA L I T É S
D ...
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
26
Toute innovation permettant de simplifier la prescription e...
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
27
Les résultats sont encore plus encourageants pour d’autres ...
28
U N E I N J E C T I O N S A N S A I G U I L L E , E T S A N S A I D E ,
C ’E S T P E U T-Ê T R E P O U R B I E N T Ô T ...
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
29
A C C O M PA G N E R L E PAT I E N T DA N S S A P R I S E
D...
j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2
30
permet donc un contrôle, par le praticien ou par toute pers...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

L'innovation, levier essentiel d'amélioration de l'observance

286 vues

Publié le

3ème chapitre de l'observatoire de jalma sur "les enjeux de l'observance" :

L'innovation, levier essentiel d'amélioration de l'observance

Dans ce chapitre vous trouverez une description des pistes les plus innovantes sur le plan organisationnel ou technologique:

- Agir sur le rythme et les modalités de prise des traitements : le taux d'observance est meilleur avec un nombre de prise/jour plus faible.

- Accompagner le patient dans sa prise de traitement : rappels par SMS, pilule émettant un signal électronique pour valider la prise du traitement.

Pour obtenir le PDF complet, contactez nous ici : http://ow.ly/JDQsi

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
286
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

L'innovation, levier essentiel d'amélioration de l'observance

  1. 1. 3part. L ’ I N N O V A T I O N , L E V I E R E S S E N T I E L D ’ A M É L I O R A T I O N D E L ’ O B S E R V A N C E 23
  2. 2. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 24 Ainsi que nous l’avons vu dans la deuxième partie de cet ouvrage, les causes de la non-observance sont très variées. Elles proviennent à la fois : • du patient lui-même : les effets secondaires des traite- ments, les problèmes psychologiques, et en particulier la dépression, les pathologies asymptomatiques, le manque de conviction en l’intérêt médical du traitement sont autant de fac- teurs de risque de la non-observance ; • de son environnement : une mauvaise relation patient- médecin, la complexité du traitement comme sa posologie, des problèmes financiers ou une couverture assurantielle insuf- fisante sont également des facteurs de non-observance24 . Des pistes existent pour traiter ces causes, notamment axées sur une meilleure relation entre patients et professionnels de santé. Dans ce chapitre, nous nous sommes concentrés sur la descrip- tion des solutions les plus innovantes sur les plans organisationnel ou technologique. 24 - Osterberg L., Blaschke T., “Adherence to medicine”. New England Journal of Medicine, 2005
  3. 3. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 25 A G I R S U R L E R Y T H M E E T L E S M O DA L I T É S D E P R I S E D E S T R A I T E M E N T S Le premier axe de développement possible se fonde sur un constat : l’observance est plus faible chez les patients dont l’or- donnance est complexe ou la fréquence de prise des traite- ments importante. Le graphique ci-dessous, représentant l’ob- servance moyenne selon le nombre de prises de médicament, illustre bien ce phénomène25 . Les patients ne prenant qu’un seul médicament par jour sont en moyenne 15 % plus observants que ceux qui en ont deux, et même 55 % plus observants que ceux qui doivent en avaler quatre. Et ce constat est valable sur les différentes pathologies (étude menée sur des patients atteints de diverses maladies, parmi lesquelles BPCO, diabète, cancer, problèmes psychiatriques…). 25 - Claxton A.J., “A systematic review of the associations between dose regimens and medication compliance”. Clinical Therapeutics, 2001 COMPARAISON DU NIVEAU MOYEN D’OBSERVANCE EN FONCTION DU NOMBRE DE PRISES PAR JOUR 1 prise/jour 79 % 2 prises/jour 69 % 3 prises/jour 65 % 4 prises/jour 51 % + 55 % + 15 %
  4. 4. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 26 Toute innovation permettant de simplifier la prescription et de tendre vers une prise unique représente une source majeure d’accroissement de l’observance. Il peut s’agir par exemple de développer les associations fixes de molécules, qui permettraient d’améliorer l’observance notamment pour les pathologies chro- niques et complexes nécessitant souvent plusieurs types de médicaments (diabète, BPCO, VIH26 ). D’autres voies de recherche possibles concernent les enfants. Il est intéressant notamment de jouer sur les excipients du médicament pour rendre sa prise plus agréable ou ludique27 . En effet, le goût du traitement mais aussi sa forme galénique (pilule ou sirop par exemple) ont un impact important sur sa prise et son administration par le parent28 . Un autre volet de simplification de la prise du traitement réside dans le moyen d’inoculation. Cela concerne notamment les traite- ments de longue durée, dont les prises peuvent être facilement oubliées, ou encore ceux impliquant des piqûres (voir encadré page 28). Le mode de délivrance transdermique permet d’éviter les prises régulières et de favoriser une diffusion continue du médi- cament. Depuis son adoption dans le domaine de la contracep- tion, une augmentation de 11 % de l’observance a été constatée29 . 26 - Bangalore S., “Fixed-dose combinations improve medication compliance: a meta-analysis”. The American Journal of Medicine, 2007 27 - Winnick S., “How do you improve compliance?”. Pediatrics, 2005 28 - Haynes R.B., “Interventions for enhancing medication adherence”. Cochrane Database of Systematics Reviews, 2001 29 - Audet M.C., “Evaluation of contraceptive efficacy and cycle control of a transdermal contraceptive patch vs an oral contraceptive: a randomized controlled trial”. JAMA, 2001
  5. 5. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 27 Les résultats sont encore plus encourageants pour d’autres patho- logies, comme l’asthme et la BPCO, dont les symptômes sont sou- vent silencieux pour le patient, aggravant le risque d’une obser- vance faible30 , et où une augmentation de 30 % de l’observance du traitement a été démontrée31 . 30 - OMS, “Adherence to long-term therapies”. Evidence for action, 2003 31 - Tamura G., Ohta K., “Adherence to treatment by patients with asthma or COPD: comparison bet- ween inhaled drugs and transdermal patch”. Respiratory Medicine, 2007
  6. 6. 28 U N E I N J E C T I O N S A N S A I G U I L L E , E T S A N S A I D E , C ’E S T P E U T-Ê T R E P O U R B I E N T Ô T ! C’est à l’entreprise française Crossject que l’on doit l’inven- tion du premier système d’injection sans aiguille, véritable rup- ture technologique puisqu’il permet d’injecter le médicament par voie intramusculaire de manière non invasive. Zeneo injecte le médicament sous haute pression en utilisant des buses en contact avec la peau. Après douze ans de recherches et près de 400 brevets, la société Crossject vient de s’introduire en Bourse pour financer la mise en place de sa production et les opérations nécessaires à l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché (AMM). La société compte rendre Zeneo accessible d’ici à 2015. Un tel produit pourrait faciliter grandement la prise de médi- caments dans le cas de pathologies chroniques qui impliquent des piqûres récurrentes, comme le diabète ou la sclérose en plaques. Une injection demande un geste sûr et rapide, souvent hors de portée du patient. Le concept Zeneo est prérempli et permet d’éviter la peur de l’aiguille et ses effets secondaires, comme les traces rouges et irritations laissées par l’injection. Le procédé faci- literait a priori l’autonomisation et l’observance du patient.
  7. 7. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 29 A C C O M PA G N E R L E PAT I E N T DA N S S A P R I S E D E T R A I T E M E N T Le développement de technologies de rappel de la prise de médicaments constitue un autre axe essentiel d’innovation. En effet, l’observance décline habituellement avec le temps dans les cas de traitement de longue durée, et le risque d’oubli occasionnel s’accroît. Or, une interruption dans la prise du traitement peut avoir des effets néfastes importants pour le patient. Les services de rappel de traitement (piluliers électroniques, rappels par téléphone, SMS, emails…) se répandent progressive- ment, gagnant en sophistication et en facilité d’usage32 . Mais, mal- gré des résultats très positifs sur l’observance des patients, le cadre réglementaire reste encore trop contraignant en France pour favoriser ces services. D’autres innovations pourraient améliorer le contrôle de l’obser- vance des patients, et notamment les médicaments traceurs per- mettant aux professionnels de santé de détecter les déficiences d’observance du traitement ou encore au patient de prendre conscience de sa propre observance. Ainsi, la société Proteus Digital Health vient d’introduire sur le marché américain une pilule qui, ingérée avec le traitement, émet un signal électronique capté par les appareils mobiles et validant la prise. Le système, en ligne, 32 - Lundell J., “Continuous activity monitoring and intelligent contextual prompting to improve medication adherence”. Engineering in Medicine and Biology Society, 2007
  8. 8. j a l m a h e a l t h a n d a g e i n g s u r v e y — n ° 2 30 permet donc un contrôle, par le praticien ou par toute personne ayant accès au site web, de la prise effective du traitement. L’avantage, ici, est d’impliquer l’entourage du patient pour solliciter celui-ci et motiver son observance.

×