I felt ill when I woke up. I had painsall over me. I lay there and after awhile I heard mother coming infront of my room. ...
Vers 9h j’ai pris un vélo et rouléjusqu’à l’université. Là-bas, j’ai dit àla secrétaire que pour des raisonspersonnelles j...
Apres le travail je suis rentrée,épuisée, triste,       glissé sous lacouverture, et me suis endormietout de suite. J’ai r...
J’ai dit: « Non non non ». C’étaitmon premier vrai weekend depuislongtemps. J’ai ouvert monagenda, j’ai barré tout ce qu’i...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Presentation

533 vues

Publié le

La présentation a pour but de faire une illustration - visuelle et textuelle d'une journée vécu par une personne. J'ai demandé à des amis de scanner le contenu de leur poches et leurs sacs et de me donner une description courte de la même journée, de leur état d'âme ou des idées ce jour-là. Ansi, nous avons des objets qui parlent pour une personne, qui elle est physiquement absente, et ses paroles. Les deux canaux - visuel et textuel - interagissent pour donner une aperçu d'une vie, d'un caractère.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
533
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Presentation

  1. 1. I felt ill when I woke up. I had painsall over me. I lay there and after awhile I heard mother coming infront of my room. I kept my eyesclosed so as not to see her, not toplunge into argument again, I wastoo weak. I had nothing special todo , that was a day off, and I hadsome money. I got up resolutely,and all the time I was dressing I wasthinking what I would buy with themoney. I didn’t think of anythingelse at all and I forgot about feelingill. Outside it smelted rain, a freshand appeasing smell. I went out,and felt empty and young
  2. 2. Vers 9h j’ai pris un vélo et rouléjusqu’à l’université. Là-bas, j’ai dit àla secrétaire que pour des raisonspersonnelles je ne serai pas enpossibilité de rendre le travail cetteannée. Elle m’a demandé si m’étaitarrivé quelque chose de grave ets’elle pouvait m’aider. J’ai constatémentalement que c’étaitsympathique de sa part de porterintérêt à moi, mais je n’avais pasenvie d’entrer dans les détails. Je luiai dit merci, et répondu ‘oui’ à lapremière question et ‘non’ à ladeuxième. Ensuite j’ai repris le véloet suis allé à la rédaction
  3. 3. Apres le travail je suis rentrée,épuisée, triste, glissé sous lacouverture, et me suis endormietout de suite. J’ai rêvé que j’étais auJapon et qu’il m’arrivait sans cessedes ennuis; à un moment je me suisfait piquer par un insecte rouge eten panique, même dans le rêve, jesuis allée voir le médecin, unJaponais qui comprenait rien de ceque je lui disais, mais qui avait l’airgrave tout de même. Je me suisréveillée que le soir. J’avais un coursà donner à Marc. Il avait l’airjoyeux, et les deux heures ont passévite. et m’a ramenée chez moi enmoto
  4. 4. J’ai dit: « Non non non ». C’étaitmon premier vrai weekend depuislongtemps. J’ai ouvert monagenda, j’ai barré tout ce qu’il yavait à faire aujourd’hui. Ce matinje devais rendre un textepublicitaire; la nuit j’ai cru avoirtrouvé une idée, mais le matin jesuis revenu là-dessus, et j’ai penséque j’allais produire dans le mondeencore une publicité au rabais,encore une qui prétend d’ avoirune profondeur, qui multipliel’absurdité humaine, et j’ai dit augars que je n’ai pas eu d’idée. J’aifait chauffé du thé et me suis faitdu porridge

×