CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS                               Maroc                        ___________________ ...
Avant-propos :Lénergie électrique est fournie aux clients sous la forme dun système triphasé d’une tensionsinusoïdal. Les ...
TABLE DES MATIERESIntroduction……………………………………………………….............................................31. Définition du Flicker…...
Introduction :Lamplitude de la tension est une composante très importante de la qualité de lélectricité, elleest généralem...
1 Définition du FlickerLes changements dans lamplitude dune tension sur une période plus longue que la période detension n...
Le Flicker « un terme anglicisme » est défini comme limpression visuelle dun scintillementde la lumière due aux variations...
La tension au point de raccordement de la charge est différente de celle au point de la sourced’alimentation, à cause des ...
Ce qui donne:                                      ΔV= (R.P + X.Q) / VREt en valeur relative :                            ...
présence de ces inter-harmoniques dans la tension d’alimentation génère des fluctuationsassimilables au Flicker [7].On a d...
Les fluctuations de tension produites sur un réseau à moyenne tension (HTA) ou sur unréseau à haute tension (HTB), peuvent...
En effet, les dispositifs d’éclairage sont non linéaires. Leur efficacité d’éclairage est fonctiondu carré de la tension f...
Le paramètre de quantification de la gêne « dose de Flicker » ou G est perçue pour unepériode d’observation T donnée (norm...
L’index Pst représente la perceptibilité de scintillement fondée sur un critère que les niveauxde Flicker créés par les fl...
tension v (t). Plus spécifiquement ces blocs représentent comment les fluctuations de tensionsont transformées pour allume...
normes, lindex à long terme de clignotement, Plt correspond à une estimation statistique de laprobabilité de gêne visuelle...
· Pst95% : valeur maximale du Pst sur toute la session de mesure ayant une probabilité de 5%d’être dépassée.· PltM : valeu...
Depuis une dizaine dannées la CEI a fait de grands efforts pour standardiser la mesure etlévaluation du Flicker, les secti...
CEI 61000.3.7 :Ce rapport du CEI est un rapport technique. Cette norme est exigée pour sassurer quelinteraction de toutes ...
CEI 61000.3.11 :Cette norme couvre le raccordement conditionnel des charges qui relèvent des caractéristiquesdécrites dans...
Linvestissement dun tel dispositif peut être relativement faible, mais cette solution reste unremède local aux effets du F...
 Raccordement de la charge perturbatrice à un réseau de tension plus élevée6.5 Conditionneurs dynamiques de tensionOn a v...
Cette solution conduit à une réduction des fluctuations de 2 à 10 % et jusquà 30 % avec dessystèmes modernes de contrôle é...
réactance                                             série                                     générateur        réseau s...
6.5.5. la réactance de découplageCette méthode est très efficace, car les fluctuations peuvent être réduites par un facteu...
Le pont de Steinmetz permet le rééquilibrage dune charge résistive monophasée. Ainsi, unecharge monophasée (Sm = Pm + jQm)...
Dans l’exemple de la Figure 18, le SVC comporte des inductances de compensation, unebatterie fixe de condensateurs shunts ...
SSVC = puissance du compensateur (en VAR).       SF = puissance du four (en VA).Les compensateurs statiques sont considéré...
Par rapport au compensateur statique de puissance réactive conventionnel de type SVC, leSTATCOM présente les avantages sui...
ConclusionLes fluctuations de tension connues en anglais par "Flicker" sont des variations systématiquesde lenveloppe ou u...
Bibliographie[1] Math H. J. Bollen Irene Yu-Hua Gu, 2006. Signal Processing of Power QualityDisturbances. John Wiley & Son...
Annexe 1 :Ranger PM7000http://www.outramresearch.co.uk/pages/product_pm7000.shtmlAuto-ranking Waveform CaptureRecords 3...
Annexe 2 :Industrial Power Quality SolutionsAmerican Superconductor (AMSC) offers modular, cost-effective power quality so...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Yamoul tariq rapport_enm112

1 177 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 177
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
20
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Yamoul tariq rapport_enm112

  1. 1. CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS Maroc ___________________ ENM112 Information et communication pour lingénieur en énergétique SPECIALITE : Electrotechnique OPTION : Energétique par Tariq YAMOUL ___________________Réduction du « flicker » sur les réseaux électriques industriels : Enjeux - solutions technologiques Juin 2011
  2. 2. Avant-propos :Lénergie électrique est fournie aux clients sous la forme dun système triphasé d’une tensionsinusoïdal. Les paramètres caractérisant de cette tension sont :1. Fréquence – Déviations2. Amplitude3. Forme d’onde4. Symétrie - DéséquilibreLa définition de la Commission Electrotechnique Internationale de la qualité de la puissance,dans le CEI 61000-4-30, est comme suit : « Caractéristiques de lélectricité à un point donnésur un système électrique, évaluées contre un ensemble de paramètres techniques deréférence. » [1], et selon l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (I.E.E.E.) : onappelle « Power Quality Problem » toute variation dans l’alimentation en puissanceélectrique, ayant pour conséquence le dysfonctionnement ou l’avarie d’équipements desutilisateurs (creux de tension, surtension, transitoire, harmoniques, déséquilibre, …). Maisavec l’utilisation croissante de l’électronique de puissance dans les applications quotidiennesainsi que l’augmentation des appareils hautement sensibles dans les installations industrielles,la qualité de l’énergie devient un sujet consistant.La qualité de lénergie électrique dépend évidemment de la tension au point de livraison.Toutefois, elle peut être modifiée de quatre manières différentes, en fonction descaractéristiques du système de tensions touchées par la panne. On distingue quatre types dedéfauts:  les fluctuations de fréquence, qui sont rares et correspondent généralement à des incidents majeurs sur linterconnexion du réseau.  les modifications de la forme de londe de tension.  les dissymétries entre les trois phases, qui a pour conséquence le déséquilibre.  les variations damplitude de la tension, pouvant être lentes ou rapides mais de faibles valeurs, sont responsables du phénomène de Flicker. ~1~
  3. 3. TABLE DES MATIERESIntroduction……………………………………………………….............................................31. Définition du Flicker………………………………………………………..........................42. Origine des fluctuations de la tension ou Flicker………………...........................................53. Effets du Flicker……………………………………………………….................................84. Quantification et mesure du Flicker………………………….............................................10 4.1. Facteurs de fluctuations de tension…………………………………….......................10 4.2. Mesure du Flicker………………………………………………………......................115. Normes des fluctuations de tension……………………………..........................................156. Réduire les effets du Flicker…………………………………………….............................18 6.1. Alimentation sans interruption (ASI)……………………………………………........18 6.2. Choix du mode déclairage……………………………………………........................19 6.3. Ajout d’un volant d’inertie………………………………………………....................19 6.4. Modification du réseau…………………………………………………………..........19 6.5. Conditionneurs dynamiques de tension……………………………………….............20 6.5.1. Machines synchrones…………………………………………………….............20 6.5.2. La capacité série……………………………………………………………….....21 6.5.3. La réactance série………………………………………………………………...21 6.5.4. La réactance shunt saturée……………………………………………………….22 6.5.5. La réactance de découplage……………………………………………………...23 6.5.6. Le convertisseur de phase……………………………………………………......23 6.5.7. Le compensateur statique (SVC)…………………………………………….......24 6.5.8. STATCOM……………………………………………………………….............26Conclusion……………………………………………………………....................................28Bibliographie……………………………………………………………….............................29Annexes ~2~
  4. 4. Introduction :Lamplitude de la tension est une composante très importante de la qualité de lélectricité, elleest généralement le premier engagement contractuel du distributeur dénergie. Encombinaison avec la gestion des contingences de la transmission et la distribution, lamplitudede tension peut subir des fluctuations et des anomalies, et qui peut même chuter à un niveauproche de zéro.Il existe différents types de phénomènes à lorigine de ces variations de tension. Côtéproducteur tel que la foudre ou les courts-circuits accidentels, défauts d’isolation, blessure decâble, projection de branches sur les lignes aériennes. Côté utilisateur, les causes proviennentessentiellement de l’installation elle-même, suivant le type de la charge alimentée.Pour caractériser ces événements, on utilise couramment deux paramètres (amplitude et duréede la variation de la tension). Plusieurs types de défauts sont alors définis : les surtensions, lescreux de tension, les coupures, les à-coups de tension, les surtensions transitoires, lesharmoniques, les inter-harmoniques et les fluctuations rapides de la tension ou flicker.La plage de variation nominale de la tension du réseau (plage dans laquelle toute variation dela tension n’est pas considérée comme “anormale”) est fixée par le distributeur d’énergie engénéral à ±10% de la tension composée. Exemple de perturbations réseau basse tension ~3~
  5. 5. 1 Définition du FlickerLes changements dans lamplitude dune tension sur une période plus longue que la période detension nominale est décrite comme une fluctuation de tension, les fluctuations de tensionpeuvent survenir une fois, à plusieurs reprises, hasardeusement ou régulièrement. Lafluctuation rapide de la tension est une diminution de la valeur efficace effective d’une margede10%. La tension est modulée en amplitude par une enveloppe dont la fréquence estcomprise entre 0,5 et 25 Hz [2].Il existe plusieurs types de fluctuations de tension. Ils sont nommé comme suit dans lapublication CEI 61000-3-3 [3] : Type a Type b Type c Type d Figure 1 : fluctuation de tensionType a : à-coups de tension rectangulaires et périodiques d’amplitude constanteType b : série d’à-coups de tension irréguliers.Type c : variations de tension clairement séparées qui ne sont pas toutes des à-coups.Type d : série de fluctuations aléatoires ou continues de tension.Le principal effet des fluctuations de tension est le malaise produit par le scintillement de lalumière ou la variation de la luminosité des lampes. Le malaise physiologique dépend delamplitude, la fréquence de répétition et la durée des fluctuations de tension, d’ou vient ladéfinition du Flicker. ~4~
  6. 6. Le Flicker « un terme anglicisme » est défini comme limpression visuelle dun scintillementde la lumière due aux variations de lintensité lumineuse ou de la distribution spectrale deléclairement où l’effet de scintillement des sources lumineuses est cause par fluctuations detension dues aux perturbations introduites dans le réseau au cours de la production, letransport ou la distribution de lélectricité, mais surtout dérivés de lutilisation des chargesfluctuantes [4] .La perception de l’œil humain des fluctuations des sources lumineuses évolue en fonction dela fréquence et présente un maximum de sensibilité entre 8 et 10 Hz, Il existe une limite deperception à environ 35 Hz. Figure 2 : exemple de fluctuation de tension de type sinusoïdale2 Origine des fluctuations de la tension ou du flickerVue les distances entre les centrales de production et les lieux d’utilisation de l’énergieélectrique, un réseau électrique s’avère nécessaire. Ce dernier est constitué d’un réseau detransport un deuxième de répartition et un troisième de distribution [4]. Figure 3 : Structure d’un réseau de distribution ~5~
  7. 7. La tension au point de raccordement de la charge est différente de celle au point de la sourced’alimentation, à cause des impédances de ligne et des transformateurs. D’où la présenced’une chute de tension plus ou moins importante suivant les caractéristiques des composantsdu réseau.Pour mettre en évidence la chute de tension due aux transits de courant dans le réseau, onutilise le schéma équivalent monophasé, avec une charge supposée inductive [5] : Figure 4 : Schéma d’un réseau alimentant une charge donnée et la représentation De celui-là en diagramme de FresnelSi on considère que langle entre VS et VR est faible, le calcul de la chute de tension nousmène à : ΔV = VS - VR = R.IS. Cosϕ + X.IS. SinϕEt on peut écrire : P = VR.IS. Cosϕ et Q = VR.IS. SinϕAvec : VR = tension nominale du réseau VS = tension à vide du réseau ΔV = chute de tension (= VS – VR) P = puissance active de la charge sous la tension nominale VR. Q = puissance réactive de la charge sous la tension nominale VR Cosϕ = facteur de puissance de la charge IS = courant nominal de la charge Scc = puissance de court-circuit du réseau amont R = résistance totale du réseau amont X = réactance totale du réseau amont ~6~
  8. 8. Ce qui donne: ΔV= (R.P + X.Q) / VREt en valeur relative : ΔV/ VR = (R.P + X.Q)/ VR2En HT, la résistance R est négligeable vis à vis de limpédance X, léquation se transforme en : ΔV/ VR = X.Q / VR2 = Q/ SccCest la variation de la puissance réactive Q qui est prédominante et doit donc être contrôlée[4] [5], plus la puissance de court-circuit est grande, moins les perturbations dégradant laqualité de la tension électrique seront perceptibles. Par contre en basse tension, la résistanceR n’est pas négligeable, alors il faut agir sur les puissances active et réactive.Ainsi les variations de tension « fluctuation de tension ou flicker » dans le réseau électriquedépendent des déplacements des puissances actives et réactives, et surtout par le changementde la puissance réactive de la charge au cours du temps [1] [3] [4] [5] [6]. Le flicker estsouvent associé à des charges de forte puissance telle que :  Dans la basse tension des charges de forte puissance comme, appareils à rayons X (radiologues), lasers, grosses photocopieuses ou tireuses de plan (architectes), Accélérateurs de particules, Chaudières électriques de grande capacité, moteurs pour pompes à chaleur ou pour les groupes frigorifiques de chambres froides.  Dans la haute tension des charges fluctuantes comme : - Les fours à arc - Les laminoirs - Les enrouleurs - Les machines à souder point par point ou par résistance - Les processus industriels accumulant les démarrages de moteurs - Régulateurs de puissance à thyristorsCertains types de charges peuvent créer des inter-harmoniques, Il s’agit des tensions et descourants sinusoïdaux ayant une fréquence qui n’est pas multiple de celle du réseau électrique.Les Inter-harmoniques sont souvent produites par des convertisseurs de fréquence statiques,des cyclo-convertisseurs, des moteurs asynchrones, et des dispositifs à arc électrique, la ~7~
  9. 9. présence de ces inter-harmoniques dans la tension d’alimentation génère des fluctuationsassimilables au Flicker [7].On a dénombré avant quelques types de charge qui peuvent causer le flicker, mais aussi il y acertains types de centrales de production qui peuvent en être la cause par exemple, un sited’éoliennes peut créer des fluctuations de tension, les fluctuations de la vitesse du vent sontcapable de se répercuter sur la puissance injectée par l’installation sur le réseau électrique etainsi produire des fluctuations de tension.3 Effets du FlickerLa baisse de la qualité de lénergie peut conduire à des temps darrêt imprévus des processusindustriels ou des défauts dans les installations de production et des pertes matérielles. Lesfabricants de dispositifs semi-conducteurs sont parmi les industriels les plus sensibles etpeuvent être perturbé en raison de chutes de tension momentanée causée par les fluctuationsde tension dans le réseau.Aussi lors de lapparition dun creux de tension, le couple moteur proportionnel au carré de latension, subit une diminution brutale qui provoque le ralentissement du moteur. Ceralentissement est fonction de lamplitude et de la durée du creux, et dépend essentiellementdu moment dinertie des masses tournantes et du couple résistant. Et lors de la réapparition dela tension du réseau, chaque moteur absorbe un courant dautant plus proche de son courant dedémarrage sous pleine tension que le glissement atteint en fin de perturbation est élevé. Cettephase de ré accélération nentraîne pas a priori de conséquences graves sauf si les moteursreprésentent une grande partie de la puissance dune installation. Dans ce cas, l’appel ducourant du moteur peut provoquer le déclenchement des protections.Ces surintensités peuvent également conduire à des chutes de tension dans les impédancesamont (en particulier celles des transformateurs) telles que le retour au fonctionnementnominal soit difficile et contraignant (faible différence entre les couples moteur et résistant,provoquant une reprise avec sur-échauffement) ou même impossible (le couple moteur ayantfortement diminué et devenant inférieur au couple résistant). Les fortes fluctuations danscertains cas peuvent gêner le démarrage en raison de la réduction de lalimentation en tension.En outre, les moteurs à induction qui fonctionnent à un couple maximal peuvent décrocher siles fluctuations de tension sont dune ampleur significative [8].Les phénomènes de perturbation de cette sorte peuvent nuire aux équipements. Lesfluctuations de tension peuvent également provoquer des déclenchements intempestifs desrelais; et interférer avec les équipements de communication. ~8~
  10. 10. Les fluctuations de tension produites sur un réseau à moyenne tension (HTA) ou sur unréseau à haute tension (HTB), peuvent s’ajouter aussi bien qu’affecter les réseaux voisinsparmi lesquels certains peuvent être à basse tension [3].On définit T FHM le coefficient de transfert de Flicker entre un réseau à haute tension (HT) etun réseau à moyenne tension (MT) qui lui est associé. Sa valeur dépend des caractéristiquesdu réseau et des charges ; en moyenne, elle est voisine de 0,8.On définit T FML le coefficient de transfert de Flicker entre un réseau à moyenne tension(MT) et un réseau à basse tension (BT) qui lui est associé. Sa valeur dépend descaractéristiques du réseau et des charges ; en moyenne, elle est voisine de 0,95.On considère que le coefficient de transfert de Flicker est nul en remontant vers la source depuissance : T FLM = 0 , T FMH = 0En d’autres termes, des fluctuations de tension sur un réseau BT n’affectent par le réseau MTdont ils sont issus, et des fluctuations de tension sur un réseau MT n’affectent pas le ou lesréseaux HT dont ils sont issus. Plusieurs raisons permettent d’expliquer ces résultats. Il y abien sûr l’augmentation notable de la puissance de court-circuit lorsqu’on se rapproche de lasource et, en particulier, le maillage des réseaux HT, mais il y a aussi les régulations detension appliquées à l’exploitation des réseaux et le foisonnement des charges [7].L’une des principales conséquences du Flicker est la variation de l’intensité lumineuse deséclairages qui peut entrainer chez l’homme une gêne physiologique. Même si les variations detension sont (assez) espacées dans le temps, elles sont parfois perçues comme gênantes par lesutilisateurs. Figure 5 : Variation de l’intensité lumineuse due à une fluctuation de tension ~9~
  11. 11. En effet, les dispositifs d’éclairage sont non linéaires. Leur efficacité d’éclairage est fonctiondu carré de la tension figure 5. Les fluctuations de tension produisent des fluctuationsd’éclairage, nommées scintillement ou papillotement ou Flicker, dues à des composantes dontles fréquences sont des fréquences de battement. Celles-ci peuvent être mises en évidencedans le spectre du carré de la tension, tous les types d’éclairage ne réagissent pas de la mêmemanière au Flicker, les lampes à incandescence sont les plus gravement touchées, ensuite Leséclairages fluorescents sont moins sensibles, et enfin Les lampes à vapeur de mercure ou desodium sont les moins sensibles au Flicker [1] [3] [4].4 Quantification et mesure du FlickerLe Flicker est un problème de qualité de puissance avant même que le terme de la qualité depuissance n a été établi. Toutefois, il a fallu de nombreuses années pour développer un moyenadéquat afin de quantifier les niveaux de Flicker. Seules des mesures de fluctuations detension, permettent de déterminer le niveau d’émission en comparaison avec les limites decharge définis dans la compatibilité électromagnétique (CEM).La quantification et la mesure du phénomène de Flicker est assez complexe, car ils couvrenten même temps des facteurs techniques, physiologiques et psychologiques, et aussi parce queses effets sont principalement qualitatives: il sagit dune déficience visuelle qui peut êtreperçu différemment par de nombreuses personnes.4.1 Facteurs de fluctuations de tensionLévaluation du clignotement est basée sur la perception humaine des fluctuations de tensionavec certaines formes extérieures et divers fréquences ou taux de répétition. Lévaluationsuppose l’utilisation dune lampe à incandescence de 60 W - 230 V à filament bi-spiralécomme lampe de référence. Des essais personnels ont été employés pour différents taux derépétition et fluctuations de tension pour déterminer si une fluctuation dans la lumière pourraitêtre classifiée du `non évident par le `très évident au `insupportable.La «Dose de Flicker», premier paramètre de quantification de Flicker, utilisé en France, a étéétablie à partir dexpérimentations [5] :  la sensation de gêne est proportionnelle au carré de l’amplitude des fluctuations de la tension et à sa durée.  la sensibilité moyenne des personnes aux papillotements de lumière est maximum pour une fréquence de 8,8 Hz. ~ 10 ~
  12. 12. Le paramètre de quantification de la gêne « dose de Flicker » ou G est perçue pour unepériode d’observation T donnée (normalement une minute) selon l’équation : G=Avec :a8.8= gf .af est l’amplitude équivalente à 8.8 Hz, due à une fluctuation de tension af à unefréquence f multiplier par le coefficient gf qui ne dépend que de la fréquence de cettefluctuationLa dose de Flicker évalue la quantité de la gêne pendant une certaine période. Ce paramètreest très fluctuant pour une charge perturbatrice avec un cycle de fonctionnement plus long quela période dintégration. Il exprime mal le malaise total perçu. L’utilisation de la Dose deFlicker n’est plus d’actualité en France, d’autres grandeurs (Pst-Plt) sont maintenantemployées pour exprimer la sévérité du Flicker.4.2 Mesure du FlickerLa mesure conduit à quantifier le phénomène du Flicker, et ainsi définir les conditionsoptimales de l’exploitation d’un réseau électrique. L’optimisation concerne la satisfaction desutilisateurs avec ses deux pôles, difficiles quelque fois à mettre en œuvre :  absence de gêne sur les dispositifs susceptibles d’être perturbés;  correction minimale (au moindre coût) des dispositifs perturbateurs.Il y a deux index importants utilisés dans lévaluation du clignotement dans les systèmesdalimentation, lindex à court terme de clignotement, Pst, et lindex à long terme declignotement, Plt. Figure 6 : courbe limite de gêne du Flicker ~ 11 ~
  13. 13. L’index Pst représente la perceptibilité de scintillement fondée sur un critère que les niveauxde Flicker créés par les fluctuations de tension va ennuyer 50% de la population. Cet index estcalculé sur une base de 10 minutes pour évaluer les niveaux à court terme de clignotement.Pour une fluctuation rectangulaire périodique de tension, cet index, normalisé à une valeur de1.0, est illustré sur la figure 6 comme la courbe de clignotement. Ce diagramme représente leseuil conventionnel de lirritabilitéLa compensation du papillotement n’est pas possible de manière parfaite. Elle se définit parun taux d’atténuation de papillotement, défini comme le rapport du Flicker avant installationdu dispositif compensateur sur le Flicker après installation du dispositif, de manière à ramenerle papillotement à une valeur admissible. D’où la nécessite de faire des mesures dans uneinstallation avant même de proposer une solution pour remédier au problème du Flicker.La méthode de mesure doit permettre de quantifier la gêne ressentie et prendre en compte lesmécanismes de la vision. Pour cela, le Flicker doit être évalué sur une période de tempssuffisamment longue. De plus, en raison de sa nature aléatoire (le papillotement est provoquéuniquement par certaines charges), le niveau instantané de Flicker peut varierconsidérablement et de façon imprévisible pendant cette période. Un intervalle de 10 minutesa été jugé comme étant un bon compromis pour évaluer ce qui est appelé le Flicker courtedurée ou Pst « probability short term ». Il est assez long pour éviter d’accorder tropd’importance à des variations isolées de tensions. Il est également assez long pour permettre àune personne non avertie de remarquer la perturbation et sa persistance. La période de 10minutes sur laquelle a été basée l’évaluation de la sévérité du Flicker de courte durée estvalable pour l’estimation des perturbations causées par des sources individuelles telles que leslaminoirs, pompes à chaleur ou appareils électrodomestiques. Dans le cas où l’effet combinéde plusieurs charges perturbatrices fonctionnant de manière aléatoire (par exemple des postesde soudure ou des moteurs) ou quand il s’agit de sources de Flicker à cycle defonctionnement long ou variable (four électrique à arc), il est nécessaire d’évaluer laperturbation ainsi créée sur une plus longue durée. La durée de mesure est alors définie à 2heures, durée considérée comme appropriée au cycle de fonctionnement de la charge ou duréependant laquelle un observateur peut être sensible au Flicker longue durée ou Plt « probabilitylong term ».Le calcul des valeurs de Pst est exécuté par un Flickermeter dont les spécifications deconception et la fonctionnalité sont décrites dans la norme CEI 61000-4-15. La figure 7montre le schéma fonctionnel dun Flickermeter selon la norme. Les trois premiers blocs de laconception effectuent lopération de traitement de signal sur la forme donde mesurée de ~ 12 ~
  14. 14. tension v (t). Plus spécifiquement ces blocs représentent comment les fluctuations de tensionsont transformées pour allumer des fluctuations, déterminent la perceptibilité à lœil humain etpuis simulent la réponse de cerveau (ennui) au clignotement de lampe. Ce processus désignésouvent sous le nom de la réponse de "lampe-œil-cerveau". Le bloc final exécute lanalysestatistique exigée pour calculer Pst et Plt. Dispositif de simulation de la perception humaine signal image de la gêne (Flicker instantané) bloc 1 bloc 2 bloc 3 bloc 4 bloc 5 convertisseurtransformateur adaptateur démodulateur filtres de élévateur analogique/numérique déntrée d entrée quadratique pondération au carré + programmateur des + +filtre périodes dobservation générateur passe-bas + dun signal (lissage) interfaces de sortie de contrôle sortie n° 1 2 3 ■ sélection des 6 gammes ■ Tension efficace de ■ niveau 4 ■ intégration sur une ■ présentation chaque alternance de fluctuation minute (dose de Flicker) des données 5 ■ enregistrement (Pst, Plt) ■ enregistrement Figure 7 : diagramme fonctionnel du Flickermètre (selon CEI 61000-4-15).Le filtrage (lissage) et la pondération dans les trois premiers blocs du Flickermeter ajustent lescomposants de fréquence de fluctuation selon lennui humain perçu.Le signal de niveau instantané scintillement de la sortie du 3ème bloc du Flickermètre, estéchantillonné et divisé en 64 classifications différentes de temps. Cela permet l’établissementd’une évaluation statistique des niveaux Flicker. La mesure de la gravité du court termescintillement, la Pst, est ensuite calculée toutes les 10 minutes en utilisant les valeurspondérées de probabilité cumulée des niveaux de scintillement dépassant 0,1, 1, 3, 10 et 50%du temps moyennant léquation : Pst3 =Les pourcentages P0,1 , P1, P3, P10 et P50 sont les niveaux de Flicker dépassés de 0,1; 1; 3;10 et 50 % du temps pendant la période d’observation. Ces valeurs sont prises de la courbe de«Fonction de Probabilité Cumulée» -FPC, établie à partir des valeurs de Flickerinstantanées, soit a8.82(t), qui peut aussi être considéré comme la valeur «différentielleinstantanée de la Dose de Flicker».La tolérance des gens au scintillement des sources lumineuses sur de longues périodes estmoindre que pour le court terme. Pour cette raison le second index est introduit par les ~ 13 ~
  15. 15. normes, lindex à long terme de clignotement, Plt correspond à une estimation statistique de laprobabilité de gêne visuelle sur une durée de 2 heures, le Plt est une moyenne de valeurs dePst évaluées en utilisant une loi cubique comme défini dans léquation : Plt =Où Psti (i = 1, 2, 3, ...) sont des lectures consécutives de la sévérité à court terme Pst. Figure 8 : mesure du Plt en fonction de Pst.Lorsque l’index Plt est utilisé, il devrait être calculé en utilisant toutes les dix minutesdintervalle coulissant au cours des deux dernières heures figure 8.Lavantage de cet index est d’offrir une plus grande vision de stabilité pour le Flicker que lePst ne le fait pas. Surtout quand on suit le protocole CEI pour une session de mesure dunesemaine pour le scintillement, la lecture dune parcelle de Plt est beaucoup plus facile quecelle de PstLe Flickermètre permet de déterminer les différents indices de la sévérité du Flicker à partirdu Pst et du Plt :· PstM : valeur maximale du Pst sur une journée· Pst99% : valeur maximale du Pst sur toute la session de mesure ayant une probabilité de 1%d’être dépassée. ~ 14 ~
  16. 16. · Pst95% : valeur maximale du Pst sur toute la session de mesure ayant une probabilité de 5%d’être dépassée.· PltM : valeur maximale du Plt sur une journée· Plt99% : valeur maximale du Plt sur toute la session de mesure ayant une probabilité de 1%d’être dépassée.· Plt95% : valeur maximale du Pst sur toute la session de mesure ayant une probabilité de 5%d’être dépasséeEnfin les utilisateurs doivent sassurer que les niveaux de Flicker, surgissant de leursinstallation en raison des fluctuations de tension, demeurent en-dessous de 1.0 pour le Pst. Etpour le Plt les valeurs devraient être maintenues encore tout inférieures que le clignotement àlong terme est généralement plus ennuyant.5 Normes des fluctuations de tensionOn parle d’une énergie de qualité supérieure lorsque les caractéristiques physiques del’alimentation des processus industriels sous les conditions normales sont telles que niperturbations ni interruptions ne sont provoquées. De plus en plus, des normes sont adoptéespour définir le niveau toléré des différents types de perturbations dans le réseauLa norme CEI 61000 intitulée Compatibilité électromagnétique (CEM), lune des publicationsvolumineuses de la CEI « Wikipédia », a pour objet de donner une description et uneinterprétation de divers termes jugés fondamentaux pour les concepts et lapplication pratiquedans le domaine de la conception et de lévaluation des systèmes électro-magnétiquementcompatibles. De plus, le présent rapport attire lattention sur la distinction quil convient defaire entre les essais de compatibilité électromagnétique fait dans une installation dessainormalisée et ceux faits sur le site sur lequel un dispositif (appareil ou système) est installé(mesures in situ) « CEI 61000-1-1 ». Cette norme est constituée de :o Partie 1 : Généralitéso Partie 2 : Environnemento Partie 3 : Limiteso Partie 4 : Techniques dessai et de mesureo Partie 5 : Guides d’installation et d’atténuationo Partie 6 : Normes génériques ~ 15 ~
  17. 17. Depuis une dizaine dannées la CEI a fait de grands efforts pour standardiser la mesure etlévaluation du Flicker, les sections de la norme CEI 61000 développant le Flicker sont :CEI 61000.3.3 :La CEI 6 1000.3.3 spécifie les limites démission pour léquipement de basse tension évaluéinférieur ou égal à 16A pour sassurer que des fluctuations excessives de tension ne sont pasprovoquées par leur opération normale. La norme décrit les conditions dessai surléquipement (matériel déclairage, machines à laver, réfrigérateurs, machines à photocopier,imprimantes à laser, aspirateurs, perceuses, sèche-cheveux, électronique grand public,chauffe-eau …).Afin de mesurer les fluctuations de tension causée par lexploitation des charges spécifique,lampleur du changement dans la tension efficace est considérée de la moitié de chaque cycle(10 ms) de la fréquence du réseau pour toutes les valeurs efficaces de la tension sur chaqueintervalle de 10 minutes. La caractéristique de tension ΔV (t) de la figure 9 est ensuitedéterminée pour des périodes entre le moment où la tension a été dans létat stable pendant aumoins une seconde. Une référence impédance du système est spécifiée pour être utiliséependant les essais de ce type. Temps, t Figure 9 : Évaluation dhistogramme du ΔV (t).CEI 61000.3.5 :La CEI 61000.3.5 couvre les caractéristiques décrites dans la CEI 61000.3.3 pourléquipement de basse tension avec un courant assigné supérieure à 16A. Cette norme diffèrecependant parce quelle emploie le point réel de raccordement pour exécuter les sondages deconformité plutôt quune impédance de référence. Ainsi pour exécuter lévaluation de cetéquipement, le consommateur et le fournisseur de lélectricité doivent coopérer et fournir lesdonnées nécessaires pour permettre une évaluation davoir lieu. De telles données peuventinclure des détails de charge, limpédance de système, le niveau existant de la perturbation, etle coût daméliorations dalimentation dénergie. ~ 16 ~
  18. 18. CEI 61000.3.7 :Ce rapport du CEI est un rapport technique. Cette norme est exigée pour sassurer quelinteraction de toutes les charges reliées au système dalimentation ne cause pas desfluctuations excessives de tension.Le premier objectif de cette norme est de fournir des conseils pour des pratiques en matière detechnologie. Les directives données sont fondées sur certaines hypothèses de simplification etpar conséquent des approches recommandées doivent être employées avec la flexibilité et lejugement. La décision finale pour le raccordement de la charge dintensité variable dun clientdépendra toujours du fournisseur de lélectricité.Des niveaux de compatibilité pour des fluctuations de tension sont placés suivant lesindications du tableau pour les index à court terme et à long terme de clignotement. Lesutilités devraient essayer de sassurer que les index de clignotement ne dépassent pas lesniveaux de compatibilité recommandés par les normes appropriées. Pour cette raison lesutilisateurs devraient assigner des niveaux de planification au-dessous des niveaux decompatibilité. Les niveaux de planification pour des systèmes de système MT et de HTrecommandés dans la norme sont indiqués dans le tableau. limites niveaux de acceptables compatibilité pour de flicker plannification BT HTA HTB Pst 1,00 1,00 0,79 Plt 0,74 0,74 0,58La procédure générale pour évaluer les charges dintensité variable selon la norme CEI61000.3.7 est remplie par étapes. Létape 1 est une évaluation simplifiée démission deperturbation. Si la charge dintensité variable ou la demande maximum de clients est petitecomparée à la capacité de court-circuit au moment où le raccordement commun, aucuneévaluation détaillée nest nécessaire. Létape 2 calcule les limites démission proportionnelles àune demande maximum. Léquipement est évalué contre le pouvoir absorbant du système quiest assigné à différents clients selon leur demande. Le pouvoir absorbant est dérivé desniveaux de planification. Dans lattribution à différents clients aux niveaux de système MT,des perturbations dérivées des niveaux de HT devraient être considérées. Létape finale estl’acceptation des niveaux démission plus élevée sur une base exceptionnelle et périlleuse oùlutilisateur et le consommateur peuvent convenir sur le raccordement dans des conditionsspéciales. ~ 17 ~
  19. 19. CEI 61000.3.11 :Cette norme couvre le raccordement conditionnel des charges qui relèvent des caractéristiquesdécrites dans CEI 61000.3.5 mais ne rencontre pas la conformité.CEI 61000-4-15 :Cette norme spécifie l’ensemble des caractéristiques auxquelles doit répondre un appareildestiné à mesurer le niveau correct du Flicker, pour toutes les formes d’ondes de fluctuationde la tension rencontrées dans la pratique. Les normes en vigueur définissent une fourchetteadmissible pour ces variations de tension : période < 1 heure, faibles amplitudes (< 10 %) dela tension d’alimentation.6 Réduire les effets du FlickerIl existe deux possibilités pour l’amélioration de la qualité de l’énergie électrique. L’une estappelée conditionnement de la charge qui consiste à rendre les équipements du processusindustriel moins sensibles aux problèmes de la qualité de l’énergie, en leur permettant ainsi deles surmonter. L’autre possibilité réside dans l’installation d’un dispositif de conditionnementcapable de supprimer ou contrecarrer les perturbations provenant du réseau.Pour la première possibilité on peut noter :6.1 alimentation sans interruption (ASI)Lorsque les nuisances causées par le Flicker sont limitée à un site bien défini dutilisation, ilest possible de nettoyer le départ de ce site en installant une alimentation sans interruption.Comme son nom l’indique, la fonction principale d’une alimentation sansinterruption « ASI », figure 10, est la continuité de service. Mais une ASI peut remplirégalement d’autres fonctions, dans notre cas réduire le Flicker, et ainsi améliorer la qualité dela tension à l’utilisation [5] [8]. Figure 10 : schéma de principe d’une ASI double conversion « Wikipédia ». ~ 18 ~
  20. 20. Linvestissement dun tel dispositif peut être relativement faible, mais cette solution reste unremède local aux effets du Flicker.6.2 choix du mode déclairageLes types de lampes n’ont pas une sensibilité identiques auxvariations rapides de la tension, il existe des sourceslumineuses plus ou moins sensibles au Flicker. Les lampesfluorescentes sont sensibles aux variations de tension de deuxà trois fois plus faible que les ampoules à incandescences, les« fluo-compactes » sont encore moins sensible, Ils sont doncle meilleur choix de l’éclairage pour remédier au problèmedu Flicker. Mais cette solution reste seulement un remèdepour l’éclairage, et pas pour les autres utilisations perturbées [1] [5] [8].6.3 Ajout d’un volant d’inertieDans certains cas particuliers, de charges tournantes, comme un moteur avec charge variableou un alternateur dont la puissance de la machine dentraînement est variable peuventprovoquer des fluctuations de tension. Ces fluctuations peuvent être réduites en ajoutant unvolant dinertie sur larbre du moteur ou de l’alternateur, et ainsi réduire les fluctuations de lacharge induisant le Flicker [5] [8].6.4 modification du réseauSuivant la relation « ΔV/ VR = Q/ Scc », pour remédier au Flicker il sera plus efficaced’augmenter la puissance de court-circuit du réseau en diminuant son impédance. Comptetenu du point de raccordement de la charge. Bien entendu, si cette décision est efficace, il estsouvent difficile à mettre en œuvre. Pour cela, différentes solutions sont possibles [5] [8] [4] :  Raccordement des circuits déclairage au plus près du point de livraison ou la séparation galvanique (transformateur d’isolement) des charges fluctuantes et des charges stables  Augmentation de la puissance du transformateur commun (à Ucc constant) alimentant les charges fluctuantes  Diminution de la tension de court-circuit (Ucc %) du transformateur commun (à puissance constante)  Mise en parallèle de transformateurs supplémentaires  En BT, renforcement de la section des conducteurs situés en amont de la charge perturbatrice ~ 19 ~
  21. 21.  Raccordement de la charge perturbatrice à un réseau de tension plus élevée6.5 Conditionneurs dynamiques de tensionOn a vu que les charges induisant le Flicker sont ceux que leur demande d’énergie réactive estfluctuante, les conditionneurs dynamiques de tension sont des dispositifs couplés avec lacharge pour fournir le complément de tension due à la chute de tension causé par la demanded’énergie réactive, ainsi en contrôlant le flux demandé par ces charges on peut réduire, mêmeannuler les fluctuations responsables du Flicker [8] [4].Les dispositifs commercialisés destinés à réduire les problèmes liés à la qualité de puissancesont susceptibles de protéger contre des groupes de problèmes. Ces dispositifs sont dedifférentes grandeurs et peuvent être installés aux différents niveaux de tension (HT, MT, BT)du réseau. Le dispositif et son emplacement, sont choisis selon des critères de faisabilitééconomique et de la fiabilité recherchée.Les conditionneurs dynamiques de tension sont soit tournant comme la machine synchrone,soit statique utilisant des convertisseurs statiques. Les solutions basées sur lélectronique depuissance « convertisseur statique » sont souvent utilisés quand une réponse rapide à lasuppression ou de contrecarrer les problèmes de qualité de lalimentation. Pour lesapplications à charge unique la sélection du dispositif approprié est assez simple, tandis quepour les systèmes complexes avec de multiples charges, tous les éléments du réseau doiventêtre soigneusement considérer, et lorsqu’il s’agit de grands systèmes, il faut aussi savoir quelssont les exigences des charges sensibles6.5.1. Machines synchronesL’utilisation de la machine synchrone ou le compensateur synchrone, comme il est nomméquelque fois figure 11, dans ces quadrants moteur ou générateur permet, tout en bénéficiantde la force mécanique sur larbre, la production de puissance réactive (inductive ou capacitive)à la fréquence fondamentale. compensateur synchrone générateur réseau de Flicker sensible au Flicker Figure 11 : compensateur ou machines synchrones. ~ 20 ~
  22. 22. Cette solution conduit à une réduction des fluctuations de 2 à 10 % et jusquà 30 % avec dessystèmes modernes de contrôle électroniques [5] [8].Lutilisation de la machine synchrone sans vérifier le courant dexcitation natteint pas lesniveaux limites normatives de la variation de tension. En effet, il serait nécessaire pour cela,que la puissance nominale de la machine synchrone soit plusieurs fois supérieure à lapuissance de la charge à stabiliser, sinon contrôler la machine synchrone en boucle fermée enrégulation de tension avec un contrôle du courant d’excitation rapide. Une telle solutionpermet un contrôle rapide du courant réactif appelé par la machine.6.5.2. La capacité sérieLintroduction dun condensateur en série dans le réseau, en amont du point de connexion dela charge perturbatrice et des circuits sensibles aux vibrations, figure 12, peut réduire demoitié les fluctuations de tension. Cette solution présente un avantage supplémentaire car ellepermet la production dénergie réactive en plus de réduire les fluctuations. Par contre, il fautprotéger les condensateurs contre les courts circuits en aval [5] [8]. capacité série Générateur réseau sensible de Flicker au Flicker Figure 12 : Capacité en série dans le réseau.6.5.3. la réactance sérieUtilisé pour les fours à arc, la solution peut réduire de 30% le taux de scintillement. Laréactance est insérée en série avec lalimentation HT du four en aval du terminal figure 13.Elle peut être incorporée dans le transformateur du four. Elle comprend souvent un ajustementde lappareil (prises boulonnées) et une possibilité de court-circuit.Le principal effet "positif" sur les variations de tension, est que le courant consommé par lefour baisse. De plus, il stabilise le four à arc, ainsi les fluctuations de tension sont moinsbrusques et le fonctionnement aléatoire du four à larc est réduit. ~ 21 ~
  23. 23. réactance série générateur réseau sensible de Flicker au Flicker Figure 13 : la réactance série.Linconvénient est que la réactance est traversée par le courant de charge du four, et donc elleconsomme de la puissance réactive [5] [8].6.5.4. la réactance shunt saturéeLa réactance shunt saturée raccordée au plus près de la source de Flicker peut réduire dunfacteur de 10% les fluctuations supérieures à la tension nominale, figure 14, mais elle estinefficace pour les fluctuations inférieures parce que linductance ne sature pas [5] [8]. Figure 14 : la réactance shunt saturée.Ces réactances présentent des inconvénients :  Elles consomment du courant réactif  Elles produisent des harmoniques  Leur prix est plutôt élevé. ~ 22 ~
  24. 24. 6.5.5. la réactance de découplageCette méthode est très efficace, car les fluctuations peuvent être réduites par un facteur de 10.Mais il faut une configuration appropriée du réseau figure 15. réactance de Générateur découplage réseau de Flicker (auto - transfo sensible au Flicker spécial) Figure 15 : la réactance de découplage.Une impédance est placée dans lalimentation de la charge origine de perturbations. Et grâce àun auto- transformateur spécial connecté à cette impédance, la tension opposée est ajoutéeà la perturbation au niveau du réseau sensible au Flicker. Il ny a pas datténuation du Flickeren amont du dispositif [8].6.5.6. le convertisseur de phaseLa tension produite par la fluctuation des charges monophasées sont considérablement réduitspar les convertisseurs de phase, groupes tournants, transformateurs à couplages spéciaux oupont de Steinmetz illustré dans la figure 16. Figure 16 : montage en pont de Steinmetz pour la compensation dune charge monophasée alimentée entre deux phases (schéma de principe). ~ 23 ~
  25. 25. Le pont de Steinmetz permet le rééquilibrage dune charge résistive monophasée. Ainsi, unecharge monophasée (Sm = Pm + jQm) peut être compensée par une charge (-jQ) sur la mêmephase. Il en résulte une charge monophasée purement résistive Pm qui peut être compensée enajoutant des admittances selfiques et capacitives sur les deux autres branches. Ce montageéquivaut à une charge triphasée équilibrée purement résistive de (Pm / 3).Quand la charge monophasée Sm est fortement fluctuante, un dispositif délectronique depuissance peut permettre une compensation dynamique, pratiquement en temps réel. Idem entriphasé déséquilibré. Dans ce cas, le Pont de Steinmetz devient un «compensateur statique»[5] [8].6.5.7. le compensateur statique (SVC)Le stato-compensateur ou le compensateur statique SVC « Static Var Compensator », figure17, est un dispositif destiné à compenser en temps réel la puissance réactive. Lefonctionnement du stato-compensateur se base sur le principe de linterruption commandé aucours de la période sur des composants statiques du réseau (inductance et capacité) Sonutilisation permet également de réduire le Flicker de 25% à 50% [3] [7] [5] [8] [4]. compensateur statique générateur réseau de Flicker sensible au Flicker Figure 17 : schéma dinstallation d’un compensateur statique.Il existe plusieurs configurations de ce type de dispositif « TCR TSC MSR… », Il estcomposé :  Dun banc de condensateurs, fixe ou commutable de façon discrète, fournissant du réactif. Ce banc prend souvent la forme dun filtre anti-harmonique.  Dun gradateur triphasé à thyristors faisant varier de façon continue le courant dans des inductances, qui consomme lexcès de réactif. ~ 24 ~
  26. 26. Dans l’exemple de la Figure 18, le SVC comporte des inductances de compensation, unebatterie fixe de condensateurs shunts montés en filtre, et un dispositif électronique à base dethyristors ou à IGBT. Figure 18 : schéma simplifié d’un compensateur statique SVC.Le dispositif électronique a pour rôle de varier la consommation dénergie réactive desinductances pour maintenir pratiquement constante la puissance réactive absorbée parlensemble générateur de Flicker, batterie fixe de condensateurs, et inductances decompensation.Une formule donne une valeur estimative du coefficient de réduction du Flicker réalisé avecun SVC [5] : RSVC ≈ 1+ 0,75. SSVC/SFAvec : RSVC = facteur de réduction de Pst. ~ 25 ~
  27. 27. SSVC = puissance du compensateur (en VAR). SF = puissance du four (en VA).Les compensateurs statiques sont considérés comme la meilleure solution, économique ettechnique, pour améliorer la qualité de la puissance.6.5.8. STATCOMEn raison de lopération avec commutation à fréquence fondamentale, les SVC classiques ontdes inconvénients tels que le temps de réponse relativement long et la possibilité de necompenser que la fréquence fondamentale du courant réactif de la charge. Cela limite lespossibilités de réduire le Flicker avec un SVC. En outre, un SVC introduit égalementharmoniques, et par conséquent il doit être combiné avec un banc passive de filtres [8] [4].Le STATCOM (STATic synchronous COMpensator), figure 19, est un convertisseur àsource de tension connecté en parallèle à un réseau alternatif en général par le biais d’untransformateur abaisseur, son fonctionnement permet de fournir ou absorber des quantités depuissance réactive. V1- a Va Vb Vc Ish-b Ish-c Ish-a Transformateur Shunt Vsh-a Vsh-b C Vsh-c Figure 19 : Structure de base dun STATCOM.Les STATCOM appartiennent à une nouvelle génération de compensateur statiques utilisantdes éléments semi-conducteurs à commutation forcée comme les IGBT. Et malgré le cout etles pertes importantes des IGBT, leur contrôle rapide et précis fait du STATCOM unéquipement intéressant, ~ 26 ~
  28. 28. Par rapport au compensateur statique de puissance réactive conventionnel de type SVC, leSTATCOM présente les avantages suivants:  lespace nécessaire pour linstallation est réduit en raison de labsence de bobines dinductance et de condensateur;  le recours aux filtres dharmoniques nest pas nécessaire;  les performances en régime dynamique sont meilleures.Lavantage de ce dispositif est de pouvoir échanger de lénergie de nature inductive oucapacitive uniquement à laide dune inductance. Contrairement au SVC, il ny a pas délémentcapacitif qui puisse provoquer des résonances avec les éléments inductifs du réseau. Il remplittoutes les fonctions d’un SVC mais sur une plage de variation de tension plus large. Alors quele SVC fournit une puissance réactive fonction de la tension du réseau, le STATCOM peutfournir le maximum de sa puissance réactive pour des tensions réseaux très faible. De plus larapidité naturelle du temps de réponse du STATCOM lui donne avantage important pour laréduction du Flicker. Enfin un STATCOM est moins encombrant et moins bruyant qu’unSVC [8]. ~ 27 ~
  29. 29. ConclusionLes fluctuations de tension connues en anglais par "Flicker" sont des variations systématiquesde lenveloppe ou une série de changements aléatoires dans l’amplitude de tension, il estdérivé de l’impact visible du papillotement des lampes. La gêne produite conduit à une fatiguevisuelle et nerveuse des utilisateurs de source d’éclairage perturbée. Plusieurs types decharges donnent naissance au Flicker, mais ce sont surtout les charges avec une grande etfluctuante demande d’énergie réactive qui sont les causes.Afin de permettre à léquipement connecté au système dalimentation de fonctionnercorrectement, des normes internationales décrivent le phénomène du Flicker, ces normesfixent les limites d’émission des charges perturbatrices, ainsi que la méthodologie de mesure,cz qui oblige les fournisseurs et leurs clients à sassurer que les fluctuations de la tension defonctionnement du système ne dépassent pas ces limites.La réduction des variations de puissance réactive permet une diminution importante de l’effetde Flicker, pour cela une multitude de solution se présentent, et celles utilisant les nouvelletechnologies de l’électronique de puissance restent les plus adéquates et les mieux adaptéespour l’industrie. ~ 28 ~
  30. 30. Bibliographie[1] Math H. J. Bollen Irene Yu-Hua Gu, 2006. Signal Processing of Power QualityDisturbances. John Wiley & Sons Inc, Canada 880p.[2] J. Schlabbach D. Blume T. Stephanblome, 2001. Voltage Quality in Electrical PowerSystems. The Institution of Engineering and Technology, London, United Kingdom 250p.[3] Roger OTT. Qualité de la tension - Fluctuations et flicker. Techniques de l’Ingénieur. 10nov. 2002, Référence D4263.[4] Zbigniew Hanzelka, Andrzej Bien. Perturbation en tension - Section 5.1.4 Flicker(papillotement). leonardo-energy. Octobre 2008.[5] René Wierda. Flicker ou scintillement des sources lumineuses. Cahier Technique MerlinGerin, n° 176 décembre.[6] Patrick Bastard. Le flicker sur les réseaux dénergie électrique. La Revue 3EI. numéro 31,13, 2002.[7] Jacques COURAULT, Guillaume de PREVILLE, Jean-Louis SANHET. Fluctuations detension et flicker. Évaluation et atténuation (partie 1) (partie 2). Techniques de l’Ingénieur.10 nov. 2001, Référence D4315 et D 4 316.[8] Christophe PRÉVÉ, Robert JEANNOT. Guide de conception des réseaux électriquesindustriels. Schneider Electric. Février 1997. ~ 29 ~
  31. 31. Annexe 1 :Ranger PM7000http://www.outramresearch.co.uk/pages/product_pm7000.shtmlAuto-ranking Waveform CaptureRecords 32 channels simultaneously for 2WEEKS with single cycle resolution onchanges because of our Exclusive Patented“Single Cycle Adaptive Store”Also, records over 470 channels of generalparameters) in 10 minute(or user specified)increments. Gives unprecedented detail.Pocket PC included with every unitReports to the Standards.Can automatically download data aftereach recording to USB stickThe only analyser to include the required InstantaneousFlicker Sensation output.Provides authoritative Flicker measurements to IEC61000-4-15.Harmonic Direction shows if Harmonics are upstream or downstream of the point ofmeasurement. Also measures individual Harmonics to the 50th, and Interharmonics(optional) ~ 30 ~
  32. 32. Annexe 2 :Industrial Power Quality SolutionsAmerican Superconductor (AMSC) offers modular, cost-effective power quality solutions for a variety of industrialapplications.http://www.amsc.com/products/powerquality/svcindustrial.htmlAMSC SVC SolutionThe AMSC SVC (Static VAR Compensator) solution eliminates voltage sags and flicker, giving electric utilitiesand large electricity users the most cost-effective way to connect large loads to circuits. These Mobile DistributionAssets are highly portable, modular, and can be field-modified, reducing the costs normally associated withupgrades. We routinely solve problems caused by starting large motors, metal shredders and crushers, operatingsawmills, pump or pipeline stations, shipyards, coal mines, feed plants or kindred processes. We can also curearc furnace flicker and stabilize transmission lines. AMSC SVC Installation.SVC Solution Attributes: More affordable than alternative solutions Static (solid state) valves can switch once per cycle – eliminating flicker ZVD switching eliminates ringing transients and re-strike High speed control system: integral sensing, actuating and system diagnostics No moving parts, operates as needed (> 100k operations/ day) Interior of SVC installation ~ 31 ~

×