Les explorations mammairesI. Lexamen senologiquea) Linspection :-bon éclairage, mobile-fait de face, de profil, la patient...
II. La mammographie1. TechniqueLa valeur de la mammographie est grande chez la patiente âgée et notamment ménopausée :1. L...
2. Les images obtenues                   02 types -Les micro calcifications - Les opacités                2.1. Les micro c...
3Cette classification permet :a. dassocier à la morphologie des micro-calcifications Les calcifications suspectes : sont t...
2. 2. Les opacités2. 2. 1 - Les opacités à contours irréguliers-Les opacités à contours irréguliers, spiculés et notamment...
3. Lexpression des résultats de la mammographieIl est recommandé dutiliser un compte-rendu mammographique standard où sont...
6ACR 2Signifie Images certainement bénignesCes images sans ambiguïté ne nécessitent aucun examen complémentaire ni surveil...
7ARC 4Classification correspondant à des images indéterminées ou suspectes nécessitant unevérification biopsique.Ce sont s...
IV. CytoponctionElle est réalisée systématiquement sur toute anomalie clinique et radiologique.Il faut différencier :-Les ...
V.GalactographieLa galactographie est un examen qui consiste à injecter par lorifice dun galactophore un produit decontras...
VI. LéchographieLéchographie des seins est dautant plus performante que la patiente sera jeune avec des seinsdenses, elle ...
2. Sémiologie échographiqueIl nexiste pas daspect échographique parfaitement typique du cancer ;•   les images suspectes :...
IV. Les autres procèdes dimagerie1. La thermographieLa thermographie est un examen qui a connu une grande vogue dans les a...
V. CAT après découverte et confirmation dune             anomalie mammographiqueLe choix entre:o   larrêt de la démarche d...
14Devant un aspect danomalie mammographique bénin (ACR2),•   il est recommandé darrêter la démarche diagnostique et de    ...
15Dans les anomalies probablement bénignes (ACR3),•   une surveillance clinique et mammographique est recommandée à condit...
16Les anomalies suspectes (ACR4): doivent faire lobjet dun prélèvement pour diagnostic histologique, possible par techni...
17Devant un aspect malin danomalie mammographique (catégorie ACR5):   il est recommandé de réaliser systématiquement une ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les explorations mammaire dr tayebi

835 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
835
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les explorations mammaire dr tayebi

  1. 1. Les explorations mammairesI. Lexamen senologiquea) Linspection :-bon éclairage, mobile-fait de face, de profil, la patiente assise, les bras tombantsb) La palpation :-Explore le sein quadrant par quadrant,-la main à plat, avec la pulpe de doigts.-Dabord les bras abaissés pour la palpation superficielle, puis surélevés pour la palpation profonde.-Sans oublier le creux axillaire et le mamelon: la palpation se fera en position couchée, des creux axillaires etsus claviculaire recherchera les adénopathies.
  2. 2. II. La mammographie1. TechniqueLa valeur de la mammographie est grande chez la patiente âgée et notamment ménopausée :1. Le sein moins dense,2. meilleure visualisation de la trame,3. meilleure visualisation des anomalies de cette trame.Chez la femme plus jeune non ménopausée, elle doit être réalisée en début de cycle.La mammographie standard comprend 3 clichés par sein : une face, un profil et un oblique.La mammographie réalisée dans le cadre des campagnes de dépistage ne comprend quun seul clichépar sein, en général un oblique ;(6 clichés) en cas danomalie.
  3. 3. 2. Les images obtenues 02 types -Les micro calcifications - Les opacités 2.1. Les micro calcificationsLes différents types de micro calcifications ont été décrits par Le Gal qui propose uneclassification en 5 stades:
  4. 4. 3Cette classification permet :a. dassocier à la morphologie des micro-calcifications Les calcifications suspectes : sont typiquement irrégulières, vermiculaires ou granuleuses, en grain de sel.Elles sont nombreuses, polymorphes, de densité différente de lune à lautre et dans une mêmecalcification. Celles qui moulent les embranchements canaliculaires sont très suspectes.b. Lanalyse de la topographie est aussi importantant :-Les foyers qui ont une disposition sphérique sont bénins.-Les calcifications canalaire malignes jalonnent le trajet des galactophores ou occupent un territoire plus oumoins triangulaire ou pyramidal à sommet orienté vers le mamelon.-La variété histologique qui comporte le plus souvent ces calcifications typiques est le comédocarcinome
  5. 5. 2. 2. Les opacités2. 2. 1 - Les opacités à contours irréguliers-Les opacités à contours irréguliers, spiculés et notamment les images de type stellaire: 95 % dentreelles sont malignes.-Lopacité stellaire maligne typique comporte une condensation tissulaire centrale plus ou moins denseet hétérogène, de dimension inférieure à celle de la masse palpée (loi de Leborgne).-La prolifération néoplasique induit une rétraction du tissu péritumoral créant un vide apparent péritumoral (halo clair graisseux).-Les rares lésions bénignes sont les cicatrices rétractiles, radiaires, postopératoires, certainescytostéatonécroses, les élastoses et les centres prolifératifs dAschoff.2. 2.2 - Les opacités à contours nets Multiples et bilatérales.Certains nodules solides, en apparence bénins, peuvent correspondre à des cancers, de variétéshistologiques habituelles ou plus rares (cancers papillaires, mucoïdes ou médullaires).2. 2. 3 - Les désorganisations architecturales et les asymétries de densité
  6. 6. 3. Lexpression des résultats de la mammographieIl est recommandé dutiliser un compte-rendu mammographique standard où sont formulées leshypothèses diagnostiques selon le degré de suspicion daprès lAmerican Collège of Radiology(ACR).ACR 0Il sagit dun classement dattente, car les images détectées demandent un bilancomplémentaire.Cette classification est pratiquement utilisée par le deuxième radiologue lorsquil détecteune anomalie non signalée en première lecture.Le deuxième radiologue doit alors préciser les examens complémentaires quil préconise parexemple:-Des incidences mammographiques complémentaires-Des agrandissements pour les MICROCALCIFICATIONS.-Une échographie pour les éventuelles masses détectéesACR 1Signifie mammographie normale
  7. 7. 6ACR 2Signifie Images certainement bénignesCes images sans ambiguïté ne nécessitent aucun examen complémentaire ni surveillancespécifiquePar exemple:-calcifications épaisses entourant un adénofibrome.- kyste typique en échographie- images de densité graisseuse (lipomes, hamartome)- petits ganglions intra-mammaires- cicatrices connues et calcifications bénignes diversesACR 3La plupart de ces images sont de petits amas de MICROCALCIFICATIONS qui ont une trèsfaible probabilité de correspondre à un cancer.Dans cette catégories sont également classées les images très évocatrices dadénofibromey compris sur léchographie
  8. 8. 7ARC 4Classification correspondant à des images indéterminées ou suspectes nécessitant unevérification biopsique.Ce sont surtout des microcalcifications nombreuses ou groupées en amas, des opacités àcontours imprécis, des images stellaires(en forme détoile) sans centre dense.ARC 5Ces images sont évocatrices de cancerCe sont essentiellement des microcalcifications groupées évocatrices de cancerintracanalaire ou des opacités à contours flous irréguliers ou spéculées
  9. 9. IV. CytoponctionElle est réalisée systématiquement sur toute anomalie clinique et radiologique.Il faut différencier :-Les ponctions de masse solide où un peu de matériel est retrouvé dans laiguille pour êtred o n n é à l a n a l y s e c y t o l o g i q u e ;-et les ponctions de masse liquide où la ponction est systématiquement suivie dunepneumographie.Dune innocuité parfaite, na de valeur que positive. Nécessité dun cytologiste expérimenté.
  10. 10. V.GalactographieLa galactographie est un examen qui consiste à injecter par lorifice dun galactophore un produit decontraste iodé, ce qui permet dopacifier tout le galactophore.La galactographie est indiquée devantun écoulement unipore, surtout sil se produit spontanément et a un aspect séreux ou séro-sanglant.Un cliché objectivant des images lacunaires, des végétations papillaires intracanalaires multiples estsuspect.
  11. 11. VI. LéchographieLéchographie des seins est dautant plus performante que la patiente sera jeune avec des seinsdenses, elle est donc très complémentaire de la mammographie.Léchographie est peu utile dans les seins graisseux des patientes anciennement ménopausées.Léchographie nest pas un bon examen de dépistage du cancer du sein car les images sont troppolymorphes et difficiles à interpréter.1. Les indications de léchographie• sont les anomalies ACR 3 et 4 sur des seins denses :Opacité de nature indéterminée : léchographie permet essentiellement de différencier un kyste dunestructure tissulaire et apporte des arguments supplémentaires de malignité ou de bénignité,Micro calcifications, distorsions architecturales, hyperdensités localisées : léchographie ne sert pas àapprécier directement le degré de suspicion mais à éliminer une lésion radiologiquement latenteassociée.
  12. 12. 2. Sémiologie échographiqueIl nexiste pas daspect échographique parfaitement typique du cancer ;• les images suspectes : une masse hypoéchogène, solide, daspect lacunaire, à contours irréguliers avec cône dombre postérieur ou ayant des dimensions antéro-postérieures supérieures aux dimensions transversales.• Les nodules cancéreux sont en général peu échogènes ; ils ont une écho structure hétérogène, ils présentent volontiers une zone hyperéchogène postérieure (renforcement postérieur).
  13. 13. IV. Les autres procèdes dimagerie1. La thermographieLa thermographie est un examen qui a connu une grande vogue dans les années 1970 et qui sestavéré peu spécifique, peu sensible et donc très peu performant. Il doit être abandonné de nos jour.2. Le scannerIl ny a pas dindication au scanner en matière de dépistage du cancer du sein. Le scanner acependant un intérêt dans lévaluation de lextension en profondeur et de lenvahissement pariétaldes grosses tumeurs du sein. Il est également intéressant pour juger de lextension dunenvahissement axillaire massif.3. LIRMLIRM conventionnelle na pas dintérêt en imagerie mammaire, par contre lIRM dynamique, avecinjection de substances paramagnétiques, a certains intérêts.LIRM permet en effet de caractériser des nodules solides ou des zones très denses enmammographie.Lindication essentielle de lIRM est la surveillance des seins opérés et/ou irradiés
  14. 14. V. CAT après découverte et confirmation dune anomalie mammographiqueLe choix entre:o larrêt de la démarche diagnostique,o la simple surveillance,o le recours aux techniques interventionnelles non-chirurgicales (cytoponction et/ou microbiopsie)o ou aux techniques chirurgicales (exérèse) à visée diagnostique ou thérapeutique)dépend essentiellement du degré de suspicion de malignité établi à limagerie.
  15. 15. 14Devant un aspect danomalie mammographique bénin (ACR2),• il est recommandé darrêter la démarche diagnostique et de nengager aucune surveillance particulière.• Le suivi seffectue selon des modalités de dépistage individuel , en fonction des facteurs de risque.• Il ny a pas de contre-indication à débuter ou poursuivre un THS de ménopause ou une contraception orale.
  16. 16. 15Dans les anomalies probablement bénignes (ACR3),• une surveillance clinique et mammographique est recommandée à condition que les données de limagerie soient concordantes, quil nexiste pas de facteurs de risque particulier et que la surveillance soit possible.• La décision de surveiller est prise, si possible après double lecture (deux radiologues) et au mieux de façon collégiale, en associant le médecin prescripteur.• La surveillance mammographique seffectue avec les mêmes incidences qui ont révélé lanomalie.• Le premier contrôle a lieu entre 4 et 6 mois selon le degré de suspicion, de la nature de lanomalie (plutôt 4 mois pour les opacités circonscrites et 6 mois pour les microcalcifications) , puis tous les ans pendant au minimum 2 ans avant de reprendre le schéma de dépistage habituel.
  17. 17. 16Les anomalies suspectes (ACR4): doivent faire lobjet dun prélèvement pour diagnostic histologique, possible par technique interventionnelle non chirurgicale. Cependant, la biopsie ou lexérèse chirurgicale peuvent être préférées aux prélèvements non-chirurgicaux lorsque : Les techniques interventionnelles non-chirurgicales sont difficilement accessibles, Le degré de suspicion est suffisamment important (contexte de risque particulier), La patiente préfère une intervention chirurgicale demblée.
  18. 18. 17Devant un aspect malin danomalie mammographique (catégorie ACR5): il est recommandé de réaliser systématiquement une biopsie ou une exérèse. La pratique préalable dune technique interventionnelle non-chirurgicale peut se concevoir dans loptique de préciser les modalités chirurgicales (cette remarque vaut aussi pour les ACR4 opérées).

×