Table des matières
INVITATION AU VOYAGE
Bienvenue au Suriname !
Les plus du Suriname
Fiche technique
Idées de séjour
DÉCOU...
Galerie photos
Galerie cartes
INVITATION AU VOYAGE
INVITATION AU VOYAGE - Suriname
Bienvenue au Suriname !
Ex-Guyane hollandaise, le Suriname est une de...
plaisir des scientifiques et des amoureux de la nature. En plus de la forêt, il sera aussi
possible de se familiariser ave...
Une faune et flore encore préservées - Enfant noir-marron coupant une noix de coco
au sabre pour en extraire l'eau, Awarra...
trouvent des villages amérindiens comme celui de Palumeu dont la culture et les savoirs-
faire traditionnels sont en dange...
les guesthouses en chambre simple avec ventilateur, en mangeant simplement et en faisant
ses courses au marché ou en achet...
pêche, le kaolin, la crevette, l’or, une petite quantité de nickel, du cuivre, du platine et du
minerai de fer.
Produits a...
des frontières d’où part le bac. Aucun visa ne sera délivré à la frontière. Le trajet Saint-
Laurent–Albina est d’environ ...
période idéale pour voyager au Suriname.
Début mai à mi-août : une forte saison des pluies. La visite du Suriname reste po...
Jour 4. Retour à Paramaribo. Visite de la réserve de Pepperpot (oiseaux) ou de Matapica
(tortues marines) – virée nocturne...
Jour 5. Visite des marchés locaux le matin, déjeuner typique puis shopping dans les
centres commerciaux et sortie observat...
comme l'un des écosystèmes les plus riches au monde. Pour la préserver, le gouvernement
surinamais a pris le parti de déve...
restaurants, les warung, proposent tous des plats traditionnels, mais chaque habitant a son
adresse favorite. La cuisine e...
encore des synagogues qui se partagent un territoire très restreint avec respect et humilité.
Parmi ces bâtiments, on cite...
DÉCOUVERTE
DÉCOUVERTE - Ancienne plantation de Peperpot.
© MORGANE LESCOT
Le Suriname en 25 mots-clés
Afaka
Il s’agit d’un...
Ce sont les plus anciens habitants du Suriname et ils représentent aujourd’hui 3,7% de la
population, soit 18 000 personne...
Art et Artisanat - Artisanat amérindien, confection de bijoux en perles et graines.
© MORGANE LESCOT
Qu'ils soient créoles...
En 1927, 1960 puis 1966, le territoire surinamais a subi de nombreuses subdivisions.
Aujourd'hui, 10 districts le composen...
La première chose que vous observerez au Suriname, c’est la diversité de sa population : il
suffit de se balader dans Para...
vient se superposer au pangui : porté d’une certaine façon autour de la taille par les
femmes, il permet de savoir si cell...
Roti
Un plat succulent très populaire au Suriname, d’origine indienne : une crêpe servie avec du
poulet cuit dans une sauc...
autres espèces qui viennent pondre au Suriname : tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea),
verte (Chelonia mydas) ou imbriq...
chaînes que l’on peut facilement arracher.
Toujours avertir votre guide ou logeur si vous comptez aller vous promener en f...
nord du continent sud-américain et s’étend entre le 2e et 6e degré de latitude au nord de
l’équateur et le 54e et le 58e d...
et de leurs contreforts impressionnants, ainsi que leurs diverses utilisations est
passionnante.
Des milieux aquatiques ri...
Climat - Arrivée à Paramaribo.
© MORGANE LESCOT
De par sa situation en latitude (entre 2° et 6° nord) et son exposition au...
Environnement – écologie - Rivière Tapanahony.
© MORGANE LESCOT
Un écosystème menacé
Faisant partie du plateau des Guyanes...
visibles lorsque l'on survole le pays. L'orpaillage illégal est un fléau encore présent dans la
région, qui a même lieu au...
développement économique régional durable dans le respect de la faune, de la flore et des
cultures traditionnelles. Ce tou...
parc et profiter de la vue sur le lac artificiel créé par le barrage Afobaka.
Réserve naturelle Central Suriname. Complète...
Réserve naturelle Wia Wia. C'était aussi une plage de ponte pour les tortues marines,
mais suite à l'érosion naturelle, ce...
Faune maritime et estuarienne. Cinq espèces de tortues marines viennent pondre sur
quelques plages surinamaises. Parmi ell...
gibiers sont aussi très répandues au Suriname et appréciées dans la cuisine créole, comme
les biches, les agoutis, les péc...
jusqu'à plus de 70 % de son propre poids. Dans tous les cas, que l'on soit initié ou non, les
oiseaux du Suriname continue...
Les fleurs de lianes tombées sur les sentiers empruntés, les palétuviers des mangroves, les
nombreux arbres aux vertus méd...
immigration massive d'Hindous et de Javanais a lieu, afin de travailler dans les plantations.
Il décèdera en 1918 à l'âge ...
mathématiques et de physique. A partir de 1969, il devient directeur de l'École secondaire
générale.
En 1973, il occupe le...
La colonie néerlandaise - Le fameux « Bleu de Delft » importé des Pays-Bas.
© Morgane LESCOT
Les premiers habitants du Sur...
1600 > Installation des Amérindiens dans le village de Parmarbo, non loin de l’actuel
Paramaribo.
1595-1616 > Expéditions ...
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Suriname
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Suriname

1 066 vues

Publié le

Guide de voyage sur le Suriname

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 066
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
275
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Suriname

  1. 1. Table des matières INVITATION AU VOYAGE Bienvenue au Suriname ! Les plus du Suriname Fiche technique Idées de séjour DÉCOUVERTE Le Suriname en 25 mots-clés Survol du Suriname Histoire Politique et économie Population et langues Mode de vie Arts et culture Festivités Cuisine surinamienne Jeux, loisirs et sports Enfants du pays PARAMARIBO ET SES ENVIRONS Paramaribo Les environs de Paramaribo LA PLAINE CÔTIÈRE La plaine côtière L’INTÉRIEUR FORESTIER L’intérieur forestier ORGANISER SON SEJOUR Pense futé S'informer Comment partir ? Rester
  2. 2. Galerie photos Galerie cartes
  3. 3. INVITATION AU VOYAGE INVITATION AU VOYAGE - Suriname Bienvenue au Suriname ! Ex-Guyane hollandaise, le Suriname est une des plus petites nations d'Amérique du Sud, et fait partie du plateau des Guyanes : il est situé au nord du Brésil et à l'ouest de la Guyane française. Destination verte et luxuriante, ses forêts et ses fleuves sont encore bien préservés, sa diversité faunistique d'autant plus impressionnante. C'est le seul pays au monde à être recouvert à 95 % de forêt primaire : l'occasion de découvrir ce milieu rare dans toute sa splendeur et diversité. Depuis de nombreuses années, les différents gouvernements au pouvoir ont compris cette richesse et ont tenté de la préserver, en instaurant des réserves naturelles et des parcs accessibles au public, pour le plus grand
  4. 4. plaisir des scientifiques et des amoureux de la nature. En plus de la forêt, il sera aussi possible de se familiariser avec d'autres milieux naturels, comme la mangrove et ses ibis rouges, la plage et ses tortues marines ou encore la vue époustoufflante offerte par les majestueux inselbergs. Autre attrait : un héritage culturel lié à une population pluriethnique. Hindoustanis, Amérindiens, Chinois, Créoles, Javanais, descendants d’esclaves africains mais aussi de colons hollandais, tous vivent ensemble avec respect, et vous accueilleront le sourire aux lèvres. L'occasion aussi d'aller à la rencontre de communautés vivant encore en étroite harmonie avec la nature tels les Amérindiens à l'intérieur des terres, ou encore les Noirs- Marrons le long des fleuves, et de découvrir leurs traditions et savoirs ancestraux. Puisque le Suriname s’est construit grâce à ces habitants d’origines différentes, les monuments en leur honneur sont nombreux, et un jour national dans l’année est dédié à chaque peuple. Cette mosaïque ethnique procure une richesse indéniable au Suriname, qui saura combler le visiteur par ses mets issus des quatre coins du monde ou encore son architecture hors du commun. Ce petit pays mérite réellement un brin de curiosité, car c’est un étonnant mélange de couleurs. En saison sèche ou même en saison des pluies, sa découverte ne laissera personne indifférent. Les voyageurs recherchant dépaysement et aventure seront comblés, n’hésitez plus… Morgane Lescot Les plus du Suriname Une faune et flore encore préservées
  5. 5. Une faune et flore encore préservées - Enfant noir-marron coupant une noix de coco au sabre pour en extraire l'eau, Awarradam. © MORGANE LESCOT La forêt amazonienne, qui recouvre 80% du Suriname, est la plus riche au monde en termes de biodiversité : sur ce petit territoire, on recense 192 espèces de mammifères (singes, tapirs, félins), 175 espèces de reptiles (tortues, serpents, caïmans, dendrobates) et 730 espèces d'oiseaux aux couleurs somptueuses. En raison du climat tropical, la végétation est luxuriante et variée au Suriname. On compte environ 5 000 espèces de plantes, allant du fromager au nénuphar, en passant par l'orchidée et l'hibiscus. Moins enclin au tourisme de masse, le Suriname offre au visiteur la possibilité de découvrir des territoires authentiques et peu foulés par l'homme, véritables havres de paix pour des espèces rares et menacées comme les tortues marines ou encore les jaguars. Une capitale riche Paramaribo, sa capitale, possède une architecture unique, produit des colonisations successives, ainsi que des bâtiments religieux illustrant la grande tolérance du pays. Cette ville regorge de casinos, de magasins, de marchés et de restaurants où vous pourrez goûter à une grande diversité culinaire : mets chinois, indonésiens, libanais, bushinengés, créoles... Pour des visiteurs en quête de calme, le fleuve Suriname leur permettra de se ressourcer. Clou du spectacle : l'observation des dauphins à l'heure du coucher de soleil. Une population pluriethnique Avec ses 560 000 habitants, la population du Suriname comprend de nombreuses communautés. Les plus importantes sont constituées par les Hindoustanis et les Créoles (issus du métissage européen et africain). Ensuite on retrouve les Javanais (Indonésiens) et les Noirs-Marrons, descendants d’esclaves africains évadés. Le reste du peuple est composé d’Amérindiens, de Chinois et d'Européens. Toute cette communauté cohabite dans une tolérance exemplaire et confère au Suriname une grande richesse. De nombreuses réserves naturelles Ce pays luxuriant est aussi la destination des amoureux de la nature, en quête d'étendues vertes et sauvages. Il possède 1 parc et 11 réserves naturelles, qu'il est possible de découvrir sur plusieurs jours. A 130 kilomètres au sud de la capitale, le Parc naturel de Brownsberg est l'endroit idéal pour observer la faune : singes, oiseaux et félins s'offriront à la vue des visiteurs respectueux et patients. Les 11 réserves possèdent toutes leurs spécificités et permettent de découvrir la diversité des milieux naturels et leurs richesses préservées : en s’enfonçant à l'intérieur des terres, des sites historiques témoins des premiers habitants de la forêt s'offriront à vous. Des contrées lointaines à découvrir Le Suriname est un de ces rares pays qui demeure peu connu et dont certains territoires sont encore vierges, une sorte d'appel à la découverte pour les voyageurs en mal de dépaysement et de sensations fortes. Au beau milieu d'une forêt amazonienne sauvage se
  6. 6. trouvent des villages amérindiens comme celui de Palumeu dont la culture et les savoirs- faire traditionnels sont en danger, face à notre civilisation invasive. Le mont Kasikasima, quant à lui, domine la jungle et se mérite, mais offre une vue incomparable. Entre trek, avion et canoë, le long du fleuve ou en forêt, la découverte du Suriname tiendra ses promesses d'aventures. Fiche technique Fiche technique - Drapeau suriname Argent Monnaie La monnaie officielle est le dollar surinamien (SRD) depuis le 1er janvier 2004. Taux de change En novembre 2013 : 1 € = 4,50 SRD ; 1 SRD = 0,22 €. 1 US$ = 3,27 SRD ; 1 SRD = 0,30 US$. Selon les cas, les établissements affichent indifféremment des prix en dollars surinamiens, en euros ou en dollars américains. Vous pourrez payer la plupart du temps dans ces trois devises, sauf pour les petites dépenses qui se font exclusivement en dollars surinamiens. Idées de budget Petit budget : 80 SRD par jour et par personne, à condition de dormir en hamac ou dans
  7. 7. les guesthouses en chambre simple avec ventilateur, en mangeant simplement et en faisant ses courses au marché ou en achetant des plats locaux (rôti, bami, nasi). Pour se déplacer, il faudra prendre les transports locaux (bus, taxi collectifs...), qui nécessitent parfois du temps et de la patience. Budget moyen : entre 150 et 200 SRD par jour et par personne. Cela comprend un logement en chambre climatisée, les repas en restaurant et la découverte du pays encadrée par des professionnels et guides, pour ceux qui disposent de plusieurs jours et qui souhaitent avoir un aperçu global du Suriname. Gros budget : entre 700 et 1 000 SRD par jour et par personne. Cette option sera parfaite pour les voyageurs en quête de confort, qui souhaitent visiter le Suriname en avion et avec des opérateurs touristiques de qualité. Les nuits se feront dans les meilleurs hôtels du pays et les repas dans les restaurants les plus fins de la capitale, mais en dehors, il faudra se contenter d'une offre plus restreinte. Le Suriname en bref Le pays Capitale : Paramaribo. Type de gouvernement : démocratie constitutionnelle. Pouvoir exécutif : le 10 juillet 2010, le président Dési Bouterse a succédé à Ronald Venetiaan. Le vice-président est Robert Ameerali. Le président est à la fois le chef de l’Etat et le chef du gouvernement. Les dernières élections législatives ont eu lieu en mai 2010. C'est la coalition de Desi Bouterse, ancien dictateur, qui remporte la majorité des sièges. Ce dernier remporte la présidentielle le mois suivant. Division administrative en 10 districts : Brokopondo, Commewijne, Coronie, Marowijne, Nickerie, Para, Paramaribo, Saramacca, Sipaliwini, Wanica. Indépendance : 25 novembre 1975 (des Pays-Bas). La population Population : 560 000 habitants (2012) dont environ 225 000 à Paramaribo. Groupes ethniques : 37 % d’Hindoustanis (dont les ancêtres ont émigré essentiellement de l’Inde du nord à la fin du XIXe siècle après l’abolition de l’esclavage), 31 % de créoles (mulâtres), 15 % de Javanais, 10 % de Noirs-Marrons (dont les ancêtres ont été embarqués et amenés dans le pays comme esclaves aux XVIIe et XVIIIe siècles), 2 % d’Amérindiens, 5 % de Chinois, Libanais, Européens et autres. Langues : le néerlandais (langue officielle), l’anglais (parlé largement), le sranan tongo, le créole, la lingua franca, celle de nombreux jeunes, l’hindou (un dialecte de l’hindi) et le javanais. Religion : 27 % d’hindouistes, 25 % de protestants (majoritairement Moraves), 23 % de catholiques, 20 % de musulmans, 5 % de croyances indigènes. L'économie PNB/hab : 9 900 US$. Croissance : environ 6 %. Taux de chômage : 9,5 %. Ressources naturelles : la bauxite (70 % du PIB), le bois, l’énergie hydraulique, la
  8. 8. pêche, le kaolin, la crevette, l’or, une petite quantité de nickel, du cuivre, du platine et du minerai de fer. Produits agricoles : riz non décortiqué (paddy), bananes, graines de palmier, noix de coco, bananes plantains, arachides, bœufs, poules, produits forestiers, crevettes. Export : 1,391 milliard US$ : bauxite, aluminium, pétrole brut, bois, crevettes et poissons, riz, bananes. Partenaires (export) : Norvège (23 %), Canada (15,5 %), Etats-Unis (12,6 %), Belgique (10,1 %), France (8,5 %), Islande (4,2 %). Import : 1,297 milliard US$ : biens d’équipement, pétrole, denrées alimentaires, coton, biens de consommation. Partenaires (import) : Etats-Unis (29,4 %), Pays-Bas (18,9 %), Trinidad et Tobago (14,9 %), Japon (5,1%), Chine (4,9 %). Téléphone Indicatif téléphonique : 597. Au Suriname, les numéros à 6 chiffres sont ceux des postes fixes, les numéros à 7 ou 8 chiffres sont ceux des téléphones portables. Téléphoner au Suriname depuis la France métropolitaine et la Guyane : 00 + 597 + le numéro local. Téléphoner en Guyane depuis le Suriname : 00 + 594 + le numéro local sans le 0 initial. Téléphoner en France métropolitaine depuis le Suriname : 00 + 33 + le numéro local sans le 0 initial. Décalage horaire GMT-3 pour le Suriname, ce qui signifie qu'il y a quatre heures de moins en hiver et cinq heures de moins en été par rapport à Paris (GMT+1). Quand il est 11h du matin à Paramaribo, il est 16h (en été) ou 15h (en hiver) à Paris. Formalités Un visa ou une carte touristique est obligatoire pour voyager au Suriname. Depuis le 25 novembre 2011, les ressortissants français sont dispensés de visa pour rentrer au Suriname. En revanche, il devront se présenter au consulat du Suriname de Paris ou Cayenne afin d'obtenir une « carte touristique », délivrée sur simple présentation d'un passeport valable plus de 6 mois. Le coût de cette carte est de 20 €, elle donne droit à une présence sur le territoire de 90 jours. Attention : cette carte vous permet d'entrer une seule fois au Suriname et, tous les 30 jours, il faudra vous rendre dans un poste de police pour en informer les autorités. Cette procédure est également valable pour les ressortissants des Pays-Bas, du Canada, des États-Unis, de la Bolivie, du Chili, du Paraguay, du Pérou, de l'Uruguay et du Venezuela. Pour les autres pays, l'obtention d'un visa est obligatoire. Les pièces à présenter sont le passeport en cours de validité d’au moins 6 mois, une photo d’identité, un formulaire rempli, daté, et signé. On pourra également vous demander une preuve d'achat d'un billet d'avion de retour. Le coût d'un visa entrée simple est de 42 €. Si vous venez de Guyane, vous devrez faire tamponner votre visa au poste de police
  9. 9. des frontières d’où part le bac. Aucun visa ne sera délivré à la frontière. Le trajet Saint- Laurent–Albina est d’environ 15 minutes par le bac ou de 5 minutes en pirogue. Vous devrez aussi faire tamponner votre visa et remplir un formulaire d’immigration au poste de police des frontières dès l’arrivée au Suriname. Demandez aux taxis de vous y déposer avant de partir pour la destination choisie car si vous ne le faites pas, les autorités surinamiennes ne seront pas complaisantes du tout. Pour le retour, rebelote, il faut faire tamponner son passeport des deux côtés. À l'arrivée en Guyane, le poste ferme à 19h. Mais vous pouvez revenir le lendemain, ou le faire tamponner au commissariat de La Charbonnière. Prévoir un traitement antipaludéen. Le vaccin contre la fièvre jaune est obligatoire au Suriname, de même qu'en Guyane. SERVICE IMMIGRATION DU SURINAME Bâtiment du ministère des Travaux publics OW Gebouw Mr. J. Lachmonstraat 167 PARAMARIBO ✆ +597 532 109 Ouvert du lundi au vendredi de 7h à 14h. S’y présenter avec son passeport et son billet d’avion (s’il y a). On vous délivrera alors un visa de 90 jours. Climat De par sa situation en latitude (entre 2° et 6° nord) et son exposition aux alizés sur la façade orientale de l’Amérique du Sud, le Suriname a un climat équatorial, constamment chaud au cours de l’année (28 °C de température moyenne annuelle en plaine), humide (humidité relative très rarement au-dessus de 80 %) et très pluvieux (plus de 2 m d’eau par an dans presque toutes les régions). La répartition des pluies au cours de l’année est peu contrastée, sans longue période de sécheresse et des différences régionales dans les précipitations. Un climat d’une forêt humide domine sur la côte et tout le long de la frontière sud avec le Guyana. Une grande partie du pays, et particulièrement le Sud, a un climat de mousson. La température moyenne en milieu de journée avoisine les 28 °C. Saisonnalité Saisonnalité - Bloc Meteo surinam Quatre saisons peuvent être distinguées pendant l'année : Début décembre à début février : une faible saison des pluies, où il peut tout de même pleuvoir en continu sur toute une journée : Wit aleng. Début février à début mai : une faible saison sèche. La saison sèche est en général la
  10. 10. période idéale pour voyager au Suriname. Début mai à mi-août : une forte saison des pluies. La visite du Suriname reste possible, à condition de se renseigner sur l'état des pistes que l'on souhaite emprunter. De mi-août à début décembre : une forte saison sèche, idéale pour voyager malgré la chaleur. Attention également aux saisons touristiques : en haute saison (de juillet à mi- septembre et de mi-décembre à mi-mars) certains prix peuvent augmenter, mais toutes les sorties seront possibles. En basse saison (mi-septembre à mi-décembre et mi-mars à juin), certains opérateurs n'accepteront de faire la sortie que sur un minimum de réservations. Pour profiter au maximum du Suriname, mieux vaut donc voyager en saison sèche et haute soit entre février et mars ou entre août et septembre, sans oublier la période exceptionnelle des fêtes de fin d'année. Drapeau du Suriname Le drapeau. Le drapeau du Suriname est composé de cinq bandes colorées avec une étoile sur celle du milieu. En regardant celui-ci du haut vers le bas, les couleurs des bandes sont successivement le vert, puis le blanc (fine bande), le rouge, le blanc (fine bande) et le vert. L’étoile qui se trouve au milieu de la bande rouge est jaune. La bande rouge symbolise le progrès et la lutte pour une vie meilleure ; la bande blanche représente la liberté et la justice ; la verte symbolise la fertilité de la terre surinamienne, et l’étoile jaune le futur du Suriname. Les armoiries. Elles représentent deux Amérindiens armés tenant un bouclier. Sous leurs pieds, vous pourrez lire Justitia Pietas Fides, ce qui signifie « Justice Foi Fidélité ». Le bouclier est composé de trois parties : un bateau à voiles à gauche, un palmier à droite et en son centre un diamant. Le bateau à voiles symbolise l’histoire du Suriname quand les esclaves ont été embarqués de l’Afrique vers l’Amérique. Le palmier représente aussi bien le présent que la justice. Le diamant et l’étoile en son centre figurent les cinq continents d’où sont originaires les habitants du Suriname. Idées de séjour Séjour court Une semaine permettra de découvrir les points essentiels du Suriname, en restant tout de même sur le littoral, Paramaribo étant le point de chute. Pour les aventuriers, il sera aussi possible de rester 4 à 7 jours dans l'intérieur des terres, en séjour tout compris. Le temps sera compté pour se faire une idée générale, et mieux vaut faire appel à des prestataires touristiques et réserver hôtels et excursions avant le départ. Jour 1. Arrivée à l'aéroport Johan Adolf Pengel. Visite guidée du centre historique de Paramaribo, nuit à l'hôtel ou en guesthouse. Jour 2. Départ pour le Parc naturel de Brownsberg. Balade, découverte de la forêt primaire et de sa faune dans l'après-midi. Les sentiers ont une durée et un niveau de difficultés variables. Nuit en bungalow dans le parc. Jour 3. Randonnée courte le matin puis départ pour Matu Island, non loin du barrage Brokopondo. Baignade et activités sur place, nuit au bord du lac.
  11. 11. Jour 4. Retour à Paramaribo. Visite de la réserve de Pepperpot (oiseaux) ou de Matapica (tortues marines) – virée nocturne et casinos. Jour 5. Visite des marchés locaux le matin, déjeuner typique puis shopping dans les centres commerciaux et sortie pour l'observation des dauphins roses au coucher de soleil. Jour 6. Balade en bateau le long des anciennes plantations dans le Commewijne, visite du Fort New Amsterdam et découverte des villages de pêcheurs javanais et indoustanis, repas local. Retour sur Paramaribo en fin d'après-midi. Jour 7. Visite guidée dans la matinée du Fort Zeelandia et de son musée, achat de souvenirs et cartes postales. Dernier plongeon dans une des piscines des hôtels et détente avant le départ en avion. Si le retour se fait par la Guyane française, prévoir un arrêt à Moengo, non loin d'Albina à la frontière. Une autre solution consiste à privilégier la forêt et le fleuve, loin de la ville : il faudra alors s'enfoncer dans les terres et voyager en avion. Le dépaysement est au rendez-vous ainsi que l'observation de la faune environnante : primates, oiseaux, reptiles... Les amoureux de la nature seront comblés. En prime : la découverte de peuples rares et anciens, tels que les Noirs-Marrons ou encore les Amérindiens. Cette option nécessite au minimum 4 jours libres et peut s'avérer coûteuse en raison de la prise en charge entière du transport, de l'hébergement, des activités et de la nourriture sur place par les tour-opérateurs. Séjour long Lorsque l'on dispose de 15 jours ou plus, la découverte de ce beau pays se fera plus en profondeur, loin de la grande capitale, et permettra de goûter au mode vie paisible et insouciant des habitants, au rythme du fleuve. La location d'un véhicule sera aussi nécessaire (attention à la conduite à gauche) si vous souhaitez vous rendre dans les différentes localités par vos propres moyens. Certains taxis ou bus peuvent aussi vous emmener assez loin. On pourra se familiariser nettement mieux avec les différentes cultures présentes sur le territoire et visiter les nombreuses réserves naturelles que possède le Suriname pendant son séjour. La côte ouest avec son écosystème particulier, le fleuve frontière avec le Guyana et ses nombreux sauts qui permettront de se rafraîchir offrent un véritable moment de détente aux voyageurs en quête de calme. Un séjour long permettra aussi de s'initier à la forêt amazonienne, pour les sportifs et non-sportifs, et de plonger dans les différents fleuves, aussi différents les uns des autres. Attention tout de même à ne pas se lancer dans une aventure en forêt seul : des guides expérimentés sauront vous conseiller, que vous souhaitiez voyager seul ou à plusieurs. Jour 1. Arrivée à l'aéroport Johan Adolf Pengel. Installation en guesthouse ou hôtel et location d'un véhicule. Jour 2. Départ pour l'Ouest surinamais dans la matinée : arrêt dans les villages sur le chemin de la réserve naturelle de Bigi Pan. Observation des oiseaux et bains de boue. Nuit en bungalow sur pilotis. Jour 3. Départ matinal pour le village d'Apoera le long du fleuve Corantijn : poursuivre vers les chûtes de Blanche Marie. Nuit sur place ou à Nieuw Nickerie. Jour 4. Retour à Paramaribo. Dans l'après-midi, visite de la réserve de Pepperpot (oiseaux) ou de Matapica (tortues marines).
  12. 12. Jour 5. Visite des marchés locaux le matin, déjeuner typique puis shopping dans les centres commerciaux et sortie observation des dauphins roses au coucher de soleil. Jour 6. Balade en bateau le long des anciennes plantations dans le Commewijne, visite du Fort New Amsterdam et découverte des villages de pêcheurs javanais et indoustanis, repas local. Retour sur Paramaribo en fin d'après-midi. Jour 7 à 14. Départ pour l'intérieur des terres, en avion. Pour une immersion en terre amérindienne : opter pour Palumeu, et pour découvrir la culture noir-marron, il sera aussi possible de coupler la sortie avec Awarradam. Pour les grands aventuriers et sportifs : choisir le majestueux et mystique Mont Kasikasima, avec ses légendes et sa vue imprenable. Pour les amateurs de faune, privilégier la découverte de Gran Rio. Jour 15. Retour à Paramaribo. Visite guidée du centre historique et du Fort Zeelandia, repas local (rôti, bami, nasi) et nuit à l'hôtel ou en guesthouse. Virée nocturne et casinos. Jour 16. Départ matinal pour le Parc naturel de Brownsberg. Balade, découverte de la forêt primaire et de sa faune dans l'après-midi. Les sentiers ont une durée et un niveau de difficultés variables. Nuit en bungalow dans le parc. Jour 17. Retour à Paramaribo. Achat de souvenirs et cartes postales. Dernier plongeon dans une des piscines des hôtels et détente avant le départ en avion. Si le retour se fait par la Guyane française, prévoir un arrêt à Moengo, non loin d'Albina à la frontière. Séjours thématiques Le Suriname offre une diversité d'activités et de découvertes : que l'on soit plutôt citadin ou amoureux de la nature, sportif ou non, voyageant seul ou à plusieurs, gourmand, shoppeur ou joueur – toutes les activités sont adaptables et répondent aux envies du visiteur. On peut aussi privilégier un mode de transport en particulier, une activité ou encore une région. Vélo Le mode de transport hollandais par excellence a aussi été largement adopté au Suriname : Gazelle, Sparta ou Batavus, son guidon haut et rond est bien plus confortable que nos vélos classiques. Les vélos peuvent se louer facilement dans la capitale et permettent de se familiariser avec le centre-ville, où tout est très proche. C'est un excellent et agréable moyen de découvrir la capitale et ses alentours, d'autant que les week-ends, les rues de Paramaribo sont en général désertes. La prudence reste de mise car la conduite se fait à gauche et les conducteurs surinamais sont peu respectueux du code de la route. La visite du district du Commewijne et des nombreuses plantations est aussi très agréable à vélo : il suffit de traverser le fleuve par un petit bac pour regagner l'autre rive. Dans certains complexes hôteliers et réserves naturelles (Pepperpot notamment), il vous sera aussi possible de faire les visites à vélo. Se renseigner auprès des différents prestataires touristiques, qui proposent toutes sortes de sorties à deux roues. Que l'on soit initié ou non, ce moyen de transport agréable et écologique ravira tous les visiteurs, notamment ceux venus en famille ou les petits budgets. Réserves naturelles Le Suriname, à plus de 80 % recouvert de forêt amazonienne, est aussi l'occasion de se familiariser avec une faune et une flore des plus intéressantes : cette forêt est considérée
  13. 13. comme l'un des écosystèmes les plus riches au monde. Pour la préserver, le gouvernement surinamais a pris le parti de développer plusieurs réserves naturelles sur son territoire. Les amoureux de la nature auront donc l'occasion de découvrir au total 1 parc et 11 réserves naturelles, de quoi largement s'occuper sur plusieurs jours. Depuis 1966, la STINASU, Fondation pour la conservation de la Nature au Suriname, s’occupe de la gestion et de la promotion de ces réserves naturelles, en incitant le tourisme durable. Sur la zone côtière, les réserves de Galibi et de Wia se distinguent car elles accueillent chaque année plusieurs espèces de tortues marines, pendant la saison des pontes. A l’intérieur des terres, la « Central Suriname Nature Reserve » est la plus vaste : 16 000 km2 de montagnes et de plaines tropicales primaires à découvrir ! Quant au parc naturel du Brownsberg, c’est l'endroit idéal pour observer la faune, en particulier les singes. Il sera difficile de visiter toutes les réserves et parcs en un seul séjour, mais les aventuriers en quête d'air pur et de découvertes seront servis dès le premier pas posé en forêt primaire. Ecotourisme et cultures Pour ceux qui souhaitent voyager tout en respectant l'environnement, le Suriname offre des possibilités intéressantes : le vélo est une option proposée dans de nombreux endroits, surtout pour la visite de la capitale et de ses alentours, et de nombreux opérateurs touristiques respectent la charte de l'écotourisme. Les hébergements se veulent traditionnels et en matériaux locaux : c'est le cas notamment lorsque vous dormirez dans les réserves. Les guides proposent aussi des sorties naturalistes, où la chasse est évidemment interdite et où l'on apprend à observer la faune sans la déranger. Une des règles premières de l'écotourisme est en effet de ne pas modifier le milieu naturel dans lequel on se trouve. Attention tout de même aux nombreuses enseignes de « tourisme vert » alors qu'il s'agit juste d'une stratégie de communication plutôt que d'un engagement réel. Le Suriname offre aussi la possibilité de venir à la rencontre de communautés locales uniques au monde et en totale adéquation avec leur environnement : les Noirs-Marrons ou encore les Amérindiens. Certains opérateurs touristiques sont très impliqués dans le développement économique de ces communautés, dans le respect de leurs traditions. Ils permettront aux visiteurs de découvrir des villages résistant encore influences occidentales et de rencontrer ces habitants aux savoirs-faire fascinants et anciens. Selon les endroits, il sera aussi possible de dormir chez l'habitant et de goûter aux recettes traditionnelles, en accord avec les autorités coutumières. Cet échange respectueux entre cultures, en adéquation avec son environnement deviendra à coup sûr une expérience sociale riche et inoubliable. Saveurs d'ailleurs Le Suriname peut aussi se découvrir à travers se nombreux mets, tous issus d'un peuple cosmopolite, aux influences différentes. Les produits issus de la mer et des estuaires sont frais et méritent d'être goûtés, tels que les crevettes, les crabes ou encore le fameux Bang Bang, vivaneau largement consommé sur la côte, notamment cru avec un goût délicatement fumé. Pour commencer, les spécialités javanaises ou indonésiennes, savoureuses et généreuses, ne manqueront pas de vous dépayser. Cette cuisine, en général bon marché, peut se consommer autant dans les restaurants que dans de petits snacks le long du fleuve. Sur la Greenstraat, dans le quartier indonésien Blauwgrond, une multitude de petits
  14. 14. restaurants, les warung, proposent tous des plats traditionnels, mais chaque habitant a son adresse favorite. La cuisine est en général Halaal car de nombreux Javanais sont musulmans. Parmi les incontournables, la fameuse saoto soep, les baka bana ou encore les succulents loempias, à accompagner d'une boisson curieusement rose mais très rafraîchissante à la citronnelle et au lait de coco, le dawet. A déguster sur le pouce et dans les endroits les plus inaccessibles du Suriname : les nassi (riz avec poulet et légumes) et bami (idem mais avec des nouilles). Pour les végétariens, la cuisine javanaise est aussi très adaptée et saine, le tofu sous toutes ses formes étant utilisé dans de nombreux plats. Attention aux épices et au piment : il suffit de préciser votre tolérance ou non lors de votre commande. La découverte gastronomique se poursuit forcément par les influences indiennes que possède le Suriname : cette cuisine également riche en épices, se différencie pour autant des plats indonésiens ou javanais. On retrouvera les classiques tandooris, viandes au curry, samosas et autres plats végétariens accompagnés de naans, mais la vraie spécialité surinamaise est le fameux roti. Cette crêpe est servie avec du poulet cuit dans une sauce au curry et massala, avec des morceaux de pomme de terre ainsi que des haricots verts. La version végétarienne est aussi très bonne. A déguster sans modération dans toutes les régions du Suriname : c'est le plat local par excellence. A Paramaribo, les meilleurs rôtis sont servis dans les Roti shop, notamment chez Roopram ou Joosje. D'autres influences sont aussi à relever dans la cuisine surinamaise, tant les origines de ses habitants sont variées : la cuisine asiatique, notamment, avec les spécialités chinoises, thaïlandaises, japonaises et même coréennes. La cuisine créole, avec sa fameuse pinda soup, le poisson boucané aux légumes (moksie aleysi) et son excellent gratin au poulet appelé pom. Enfin la cuisine libanaise et européenne, qui permettent aux visiteurs de tous horizons de trouver une gastronomie qui répond à chaque envie. Un vrai délice pour les papilles ! Histoire et architecture Le Suriname est aussi un pays très intéressant et surprenant d’un point de vue architectural, notamment sa capitale, Paramaribo. En peu de temps, il sera possible de parcourir les points stratégiques historiques et architecturaux. Ce n’est pas un hasard si le centre historique est classé au patrimoine mondial de l’Unesco ! Bien que situé en Amérique du Sud, c'est le seul endroit au monde où les bâtiments rappellent fortement la Louisiane américaine, avec ses grandes maisons symétriques en bois, aux façades blanches et vertes. Certains éléments de ces bâtiments qui ont survécu aux incendies datent même du XVIIe siècle. Parmi les incontournables du centre historique : le palais présidentiel, la Haute Cour de justice, le ministère des Finances, les rue Mirandastraat et Wagenwegstraat, ainsi que Henk Arronstraat, où l’on peut observer des bâtiments incontournables comme l’ancien presbytère des prêtres rédempteurs, la Maison Cellier, la Résidence de l’évêque, l’école Hendrik... La rue Waterkant constitue aussi une belle promenade où l'on peut se restaurer et profiter de l'air du fleuve, avant d'arriver au fameux quartier Fort Zeelandia, qui propose une architecture typiquement coloniale. L’architecture religieuse est tout aussi étonnante et diversifiée, le Suriname est devenu l'un des rares endroits au monde où les lieux de cultes cohabitent avec respect : on trouve des églises catholiques, protestantes, réformées, des temples hindous, des mosquées, ou
  15. 15. encore des synagogues qui se partagent un territoire très restreint avec respect et humilité. Parmi ces bâtiments, on citera la mosquée Jama Masjid sur la Keizerstraat ; la cathédrale St. Petrès et Paulus, au style néo-roman ; la synagogue Neve ve Shalom, de 1836, aux bois précieux et sables blancs de la forêt ; le temple coloré Arya de Waker Mandir… Les visiteurs en quête d'histoire pourront aussi revenir sur le passé houleux du Suriname : son histoire colonialiste reste très présente sur tout le territoire, notamment lors de la visite des nombreuses plantations dans le district du Commewijne et des forts Zeelandia et Nieuw Amsterdam. La fuite des esclaves noirs-marrons et leur tenacité vis-à-vis de la puissance colonialiste hollandaise est aussi ancrée dans les mémoires, afin de rappeler à quel point un peuple peut être fort et soudé face à l'adversité. Des monuments à la mémoire des différentes communautés ayant immigré pour travailler au Suriname sont aussi érigés dans de nombreux endroits : la pluri-ethnicité qui a construit le pays est sans cesse félicitée. Ce pays chargé d'histoire et à l'architecture atypique permettra donc de satisfaire les passionnés d'histoire et même d'en inspirer certains, tant la diversité ethnique est ici une force.
  16. 16. DÉCOUVERTE DÉCOUVERTE - Ancienne plantation de Peperpot. © MORGANE LESCOT Le Suriname en 25 mots-clés Afaka Il s’agit d’un alphabet très particulier et propre à la culture noir-marron, inventé autour de 1900 par un Ndyuka : Afaka Atumisi. Porté par une voix intérieure, il aurait créé 56 symboles en quelques jours. Plus tard, ces symboles servirent aux Ndyuka du Tapanahony à communiquer secrètement sur des feuilles de dachine (chou de Chine). Aujourd’hui, cette écriture n’est plus utilisée mais elle revit grâce à certains artistes qui les intègrent à leurs peintures ou sculptures (John Lie-A-Fo, Marcel Pinas, Roddney Marnix Johannes Tjon Poen Gie…) Amérindiens
  17. 17. Ce sont les plus anciens habitants du Suriname et ils représentent aujourd’hui 3,7% de la population, soit 18 000 personnes environ. Au moins 9 ethnies différentes sont présentes sur le territoire : principalement les Arawak (ou Lokono) et les Caribs (ou Kaiina), puis viennent les Akuriyo, les Trio, les Wayana, les Tunayana, les Katuena, les Mawayana et les Sikiyana (et les Warau). On ne fera la découverte des Akurio qu’en 1938, sur la crique Oelemarie, alors qu’ils continuaient de se déplacer. Ils se sont ensuite sédentarisés dans le village de Palumeu aux alentours de 1960. Les Trio, quant à eux, se sont installés le long des berges de Palumeu et Sipaliwini : on les retrouve notamment dans le village de Tepu. Pour ce qui est des Wayana, on les retrouve autant au Suriname (Apetina), qu’en Guyane française ainsi qu’au Brésil. Architecture Paramaribo est la ville du Suriname la plus surprenante et intéressante d’un point de vue architectural. Ce n’est pas un hasard si son centre historique a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2002 ! Les bâtiments nous rappellent fortement la Louisiane américaine avec ses maisons de planteurs rectangulaires, aux façades symétriques vertes et blanches, des escaliers à double entrée et certains magnifiques balcons en bois à colonnades. Certains éléments de ces bâtiments qui ont survécu aux incendies dateraient même du XVIIe siècle. L’architecture religieuse est tout aussi étonnante et diversifiée : presque toutes les religions du monde sont représentées dans un rayon de 1 km ! Parmi ces bâtiments, on citera la mosquée Jama Masjid sur la Keizerstraat ; la cathédrale St. Petrès et Paulus, au style néo-roman ; la synagogue Neve ve Shalom de 1836, aux bois précieux et sables blancs de la forêt ; le temple coloré Arya de Waker Mandir… Art et Artisanat
  18. 18. Art et Artisanat - Artisanat amérindien, confection de bijoux en perles et graines. © MORGANE LESCOT Qu'ils soient créoles, amérindiens, indonésiens ou saramaka, le Suriname propose une grande variété de produits artisanaux grâce à sa diversité culturelle. Il en est de même pour ses artistes d’origines ethniques très variées. A Paramaribo, vous aurez l'occasion de découvrir la richesse de ces arts et cultures grâce aux expositions qui ont lieu régulièrement. La ville de Moengo est aussi en passe de devenir la capitale de l'art au Suriname, avec ses sculptures à ciel ouvert provenant d’artistes du monde entier. Peintures, sculptures, poteries, céramiques, vanneries et tissus s'offrent aux yeux à tous les coins de rues et permettent de ramener des souvenirs authentiques de cette richesse culturelle. Bauxite Roche latéritique blanche, rouge ou grise, contenant de l'alumine, indispensable à la production de nos canettes d'aluminium. Cette roche est très présente au Suriname, notamment à Paranam où la multinationale américaine Alcoa est implantée depuis 1915 (dans le petit village de Moengo) : pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est elle qui a permis de fournir des avions aux forces alliées. A l’heure actuelle, 5 350 tonnes d'alumine sont extraites chaque jour. Cette activité n’est pourtant pas sans risques pour l’environnement surinamais : lors d’un éventuel survol de la forêt, vous aurez l’occasion d’apercevoir les percées dans la forêt occasionnées par cette activité, sans oublier l’énorme barrage hydroélectrique de Brokopondo, l’un des plus grands au monde. Casinos Las Vegas n'a qu'à bien se tenir, la seule ville de Paramaribo possède plus de quarante casinos ! Les Surinamiens mais aussi nombreux touristes hollandais et guyanais en sont très friands, d'autant que la plupart des hôtels en possèdent. Autre raison de leur succès : dans tous les établissements, la nourriture et l’alcool sont offerts aux clients ! Roulette, machines à sous, black jack, loteries… toutes sortes de jeux sont proposées avec parfois des animations et spectacles. De quoi passer une bonne soirée : faites vos jeux ! Dauphin Sotalie Cette créature sympathique cohabite depuis toujours avec les pêcheurs locaux de l’embouchure du fleuve Suriname. Longtemps méconnue, ce dauphin a fait l’objet d’études qui ont permis de distinguer deux espèces : Sotalia fluviatilis (ou tucuxi, dauphin rose que l’on retrouve dans les eaux saumâtres du bassin de l’Amazone) et Sotalia guianensis (ou costero, qui fréquente plutôt les côtes Caraïbes et Atlantiques du Nicaragua au Brésil). Dans l’estuaire du fleuve Suriname, on dénombre environ 125 individus de cette dernière espèce. L’observation de ces animaux rares est une activité fortement recommandée lors de votre visite à Paramaribo : entre le fleuve Suriname et Commewijne, vous aurez de fortes chances d’en voir et même d’apercevoir leur ventre rose lorsqu’ils sautent devant vous ! Vous pouvez soit embarquer à bord de la sympathique compagnie « Waterproof Suriname », soit accompagner l’équipe de bénévoles du « Greenfund Heritage ». District
  19. 19. En 1927, 1960 puis 1966, le territoire surinamais a subi de nombreuses subdivisions. Aujourd'hui, 10 districts le composent, ayant chacun ses particularités : Paramaribo, le plus dense et lui-même divisé en 12 quartiers ; Wanica, le plus petit ; Sipaliwini, le plus vaste (80 % du territoire) ; Brokopondo, avec sa magnifique réserve de Brownsberg et son énorme barrage qui s’étend sur plus de 1 560 km2 de forêt ; Coronie et Saramacca, districts côtiers à l’ouest du pays ; Nickerie, aux frontières du Guyana ; Commewijne et Marowijne, qui accueillent les tortues marines à l’est du pays, et enfin Para, le district le plus riche, où se trouvent les réserves de bauxite, de diamants et d’or… Inselberg Ce terme, signifiant « montagne-île », désigne une sorte de roche isolée qui émerge de la forêt. Le Suriname en possède plusieurs, plus ou moins accessibles et à hauteurs variables. Ces montagnes miniatures auraient été créées par l'érosion, il y a fort longtemps. Sur certaines roches, le sillon creusé par l'eau est encore visible. L'inselberg le plus remarquable est le majestueux et mystique mont Kasikasima (ou Kassi-kassima), qui nécessite plusieurs jours d'expédition. Attention aux chutes lors de l’ascension car de petites algues poussent sur la roche et la rendent ainsi glissante, surtout en saison des pluies. De nombreuses excursions sont proposées pour visiter les différents inselbergs : ils offrent une vue incomparable sur la forêt et permettent également l'observation des oiseaux. Une expérience à vivre absolument lors de la découverte du Suriname. Keti Koti Au Suriname, c’est la journée célébrée en mémoire de l’abolition de l’esclavage, décrétée par les Pays-Bas le 1er juillet 1863. Suite aux attaques à répétition des esclaves africains en fuite et face à la pression des abolitionnistes et de l’opinion internationale, l’esclavage cesse enfin aux Pays-Bas, 30 ans après l’Angleterre et 15 ans après la France. Depuis, chaque 1er juillet est férié au Suriname et des fleurs sont déposées devant le monument Kwakoe, une statue de bronze représentant un esclave aux chaînes brisées qui a résisté et tenté de s’évader plusieurs fois. Les jardins de Palmentuin deviennent alors un lieu de fête où danses, musiques et tenues traditionnelles se succèdent tout au long de la nuit. Mamio C’est le nom en Sranan tongo donné aux patchworks de tissus aux formes et couleurs diverses que l’on peut voir exposés sur les marchés. Ces bouts de tissus cousus les uns aux autres remontent à l’époque coloniale, où les esclaves ne disposaient que d’une pièce de tissu pour se vêtir. Lorsqu’une naissance avait lieu, les esclaves de la plantation réunissaient les chutes qu’il leur restait et les offraient aux nouveau-nés, afin que la mère en fasse un drap. Ces tissus serviront aussi aux fugitifs pour baliser les sentiers empruntés avec des couleurs différentes, en fonction de leur dangerosité. Aujourd’hui, ces mamio sont portés fièrement par les Noirs-Marrons et les Créoles lors d’événements festifs comme Keti Koti. Vous pourrez aussi en retrouver sur les marchés : les couturières surinamaises les vendent en guise de draps et taies d’oreiller. Multi-culturalité
  20. 20. La première chose que vous observerez au Suriname, c’est la diversité de sa population : il suffit de se balader dans Paramaribo un jour de marché pour s’en apercevoir. Cette mosaïque ethnique est liée à l’immigration forcée d’esclaves d’Afrique mais aussi à celle plus volontaire de travailleurs chinois, indiens, indonésiens, libanais et européens suite à l’abolition de l’esclavage, afin de travailler dans les plantations. Les communautés les plus importantes sont constituées par les Hindoustanis et les Créoles (Afro-surinamais). On retrouve aussi les Javanais (Indonésiens), les Noirs-Marrons, les Amérindiens, les Chinois, quelques Européens et Brésiliens. Cette mixité ethnique procure une richesse incontestable au Suriname, où toutes les religions du monde peuvent s’exercer en paix. Puisque le Suriname s’est construit grâce à ces habitants d’origines différentes, un jour national dans l’année est dédié à chaque peuple. Noirs-marrons Le nom provient du bétail échappé ( « marron »). Appelés aussi Bushi-nengue, ils sont les descendants d’esclaves d’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Ghana, Liberia, Sierra Leone, Gabon, Côte d’Ivoire, Cameroun, Angola) évadés des plantations, ayant « marronné ». Réfugiés dans l’intérieur des terres, le long des fleuves, ils ont alors formé différentes communautés dont six ethnies toujours existantes au Suriname : les Matawai, Aluku (et Boni), Kwinti, Saramacca, N’djuka (ou Auca) et Paramacca. Deux communautés se distinguent car elle se sont affrontées pendant longtemps : les Aluku (dont font aussi partie les Boni) et les N’djuka. Après avoir fui et longuement persécuté les colons, les N’djuka sont les premiers à avoir obtenu leur indépendance vis-à-vis des colons européens, avec le traité d’Auca, signé en 1762 soit 6 ans avant la déclaration de l’indépendance américaine ! Armés et en supériorité numérique, les N’djuka ont aussi longuement affronté les Aluku. Lorsque leur dernier chef fut décapité, les quelques survivants Aluku s’installèrent aux alentours des actuels Abattis Cottica, l’accès au littoral leur étant interdit par les N’djuka. Cent ans après le traité d’Auca, les Aluku échappent enfin à la subordination des Hollandais et des N’djuka, lorsqu'ils s’allient aux Français de Cayenne et deviennent citoyens français, ayant libre accès sur tout le fleuve Maroni. Ornithologie Le Suriname est un lieu prisé des ornithologues du monde entier ! En effet, la diversité des oiseaux y est impressionnante : toucans, hoccos, agamis, ibis, aras, oiseaux cloche, coracines chauves, caracaras à gorge rouge, sans oublier le fameux et rare coq de roche... Il suffit de tendre l'oreille ou de lever la tête pour apprécier cette richesse, que l'on soit en forêt ou à proximité des villes. Le Cultuurtuin ou jardin botanique situé à 2 km du centre-ville de Paramaribo attire de nombreuses espèces, idem pour le Parc naturel de Peperpot dans le district du Commewijne, ainsi qu'autour de l’aéroport international de Zanderij. Pangui Véritable habit traditionnel noir-marron, le pangui est un tissu madras coloré sur lequel la couturière a cousu des motifs et parfois des proverbes indiquant son état d’esprit ( « amours toujours », « mêle toi de tes affaires », etc.). Certains motifs et couleurs permettent de savoir de quel village il est issu. Le hangisa quant à lui, est un autre tissu qui
  21. 21. vient se superposer au pangui : porté d’une certaine façon autour de la taille par les femmes, il permet de savoir si celle-ci est mariée ou non. Les hommes aussi le portent fièrement, en nouant cette fois l’étoffe à l’épaule : il s’agit du tapa koto ou bandjakoosu. Ces tissus sont très populaires sur le fleuve et chaque modèle est unique, confectionné pour chaque grande occasion. Lors des fêtes traditionnelles, les couleurs vives voire fluo des pangui illuminent les villages et témoignent d’une richesse culturelle extraordinaire. Picolet Ne vous étonnez pas de voir ces petits oiseaux en cage baladés à vélo ou suspendus à des arbres : ces sporophyles sont connus pour leur chant et peuvent rapporter à leur propriétaire une belle somme lors des concours organisés sur la place de l'Indépendance à Paramaribo. Le concours a des règles très précises : les cages sont mises l’une à côté de l’autre afin que les mâles s’affrontent. Pendant un temps chronométré, l’oiseau va chanter (instinct territorial) : l’idéal étant des chants courts et nombreux, de manière consécutive. Malheureusement, suite à de nombreux prélèvements dans leur milieu naturel, les picolets sont en voie de disparition au Suriname et en Guyane française. Réserves naturelles Ce pays luxuriant est aussi la destination des amoureux de la nature, en quête d'étendues vertes et sauvages. Il possède 1 parc et 11 réserves naturelles, qu'il est possible de découvrir sur plusieurs jours. Depuis 1966, la STINASU, Fondation pour la conservation de la Nature au Suriname, s’occupe de la gestion et de la promotion de ces réserves naturelles, en incitant le tourisme durable. Sur la zone côtière, les réserves de Galibi et de Wia se distinguent car elles accueillent chaque année plusieurs espèces de tortues marines, pendant la saison des pontes. A l’intérieur des terres, la « Central Suriname Nature Reserve » est la plus vaste : 16 000 km2 de montagnes et de plaines tropicales primaires à découvrir ! Quant au Parc naturel du Brownsberg, c’est l'endroit idéal pour observer la faune, en particulier les singes. Rhum Le Suriname en possède de plusieurs sortes, tous produits par la « Suriname Alcoholic Berverages N.V », fondée en 1966. La plantation de sucre de canne de Mariënburg, datant de 1745, a joué un grand rôle dans la production de rhum blanc traditionnel surinamais. Attention, le rhum Mariënburg a une teneur en alcool de 90 % ! C’est d’ailleurs la dernière plantation de sucre de canne en activité jusqu’à la fin des années 1980. Aujourd'hui, le sucre de canne n'est plus produit au Suriname : il provient du Guyana et la mélasse de Trinidad et Tobago. On retrouve aussi parmi les meilleurs rhums du monde, le fameux Borgoe (rhum vieux) et Black Cat (rhum blanc), produits à partir de mélasses de sucre de canne. Ces marques ont désormais une notoriété internationale et ont été récompensées de prix prestigieux comme le « Monde Sélection Médaille d’Or ». Pour en savoir plus, rendez-vous au musée du Rhum à Paramaribo, où vous pourrez visiter le musée et l’usine, pour découvrir le procédé de fabrication du début à la fin, sans oublier la traditionnelle dégustation. A consommer avec modération !
  22. 22. Roti Un plat succulent très populaire au Suriname, d’origine indienne : une crêpe servie avec du poulet cuit dans une sauce au curry et massala, avec des morceaux de pomme de terre et haricots verts. La version végétarienne est aussi très bonne. A déguster sans modération dans toutes les régions du Suriname : c'est le plat local par excellence. A Paramaribo, les meilleurs rôtis sont servis chez Roopram ou Joosje. La cuisine indonésienne ou javanaise est tout aussi populaire : nassi, bami et loempias se dégustent à peu près partout et sont très bon marché. Shopping Les « malls » ou centres commerciaux sont nombreux dans la capitale : l'occasion d'acheter tissus, chaussures et vêtements de marques internationales à des prix intéressants. Certains d'entres eux sont excentrés : mieux vaut s'y rendre en taxi ou en bus (Hermitage Mall, Ma retraite Mall). Quelques rues de Paramaribo se prêtent aussi au shopping comme Dominestraat et alentour, Saramaccastraat (la rue des bazars), Steenbakkeriijstraat… Attention : les magasins ferment leurs portes en général à 16h en semaine, sauf le vendredi, jusqu’à 19h. Le samedi uniquement le matin jusqu’à 13h. Sjoelbak Au Suriname, l’influence hollandaise est non seulement présente dans la langue mais aussi dans de nombreuses pratiques. Le billard hollandais en fait partie : on en trouve dans certains bars (celui de la réserve de Brownsberg par exemple) et son utilisation nécessite la maîtrise de quelques règles. Le joueur doit faire glisser ses pions dans un grand compartiment en bois qui ensuite se décompose en 4 couloirs, correspondant à différents points. Le but est de marquer le maximum de points, en répartissant un nombre égal de pions dans chaque couloir. Soulas Une des caractéristiques les plus importantes du paysage surinamais sont ses « soulas » ou sauts. Ils se forment là où la rivière s’élargit et lorsqu’il y a des dénivelés. Les formations rocheuses à l’origine de ces dénivelés ne sont pas facilement érodées, ce qui crée un passage de l’eau plus inégal. En général, la hauteur de ces rapides ou sauts ne dépasse pas les 10 mètres, c’est pourquoi ce ne sont pas des cascades. Les Amérindiens et les Noirs-Marrons sont ceux qui maîtrisent le mieux le passage de ces sauts au bateau à moteur. L’île de Palawa, sur la rivière Tapanahony, est l’une des premières formations de rapides. Tortue luth La tortue luth (Dermochelys coriacea) est la plus grande espèce de tortues marines : environ 400 kg pour 1,60 m. Les plages de Matapica ainsi que celles de la réserve de Galibi accueillent des milliers de femelles chaque année, entre avril et août. La ponte est un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte : celles-ci parcourent des milliers de kilomètres pour rejoindre les côtes afin d'y déposer leurs précieux œufs, qui écloseront deux mois plus tard. L’espèce est intégralement protégée, et il en est de même pour les
  23. 23. autres espèces qui viennent pondre au Suriname : tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea), verte (Chelonia mydas) ou imbriquée (Eretmochelys imbricata). Vélo Tradition hollandaise oblige, le vélo néerlandais est aussi beaucoup pratiqué au Suriname. Vous le reconnaitrez à son guidon haut et rond, bien plus confortable que nos vélos classiques. Attention : pour freiner, il faut pédaler dans l’autre sens ! Vous pourrez vous en procurer à des prix défiant toute concurrence chez quelques revendeurs, mais vous pourrez aussi en louer, notamment lorsque vous visiterez les plantations. De nombreuses agences de location existent, et proposent toutes sortes de sorties à deux roues. Winti Cela veut dire esprit ou vent. Le Winti est une pratique mystique présente chez de nombreuses populations de l’intérieur, comme les Marrons, les Créoles, les Amérindiens. Chez les Amérindiens, les Winti sont des esprits présents dans leur quotidien, certains sont des anges gardiens, qui les guident dans leurs rêves, d’autres sont des mauvais esprits. Chaque personne en possède un, qui peut se révéler pendant des rituels traditionnels. Les Noir-Marrons ont même des esprits avec des noms amérindiens. Il existe aussi des danses Winti qui permettent de soigner un malade ou d’exorciser les mauvais esprits : les danseurs se recouvrent d’argile blanche à base de kaolin, qui les protège des mauvais sorts et entrent dans une transe mystique. Des échoppes dans la capitale proposent toutes sortes de produits liés à cette pratique magico-religieuse : encens, boules de kaolin, plantes médicinales, anneaux en métal… Si vous souhaitez en savoir plus sur cette pratique, un centre Winti a récemment ouvert ses portes au grand public dans le district de Wanica. Faire – Ne pas faire Tester les mets proposés par les différentes cultures du Suriname (plats javanais, chinois, amérindiens, indiens…) Visiter le centre historique de Paramaribo ainsi que ses environs : se promener dans les plantations à vélo et terminer la journée par l’observation des dauphins roses, au coucher du soleil. Flâner dans les marchés de la capitale, sentir les épices et observer les différentes cultures. Partir à la découverte des ethnies amérindiennes et noir-marron le long des différents fleuves, dans l’intérieur des terres. Se familiariser avec l’art surinamais dans les galeries et expositions de Paramaribo et de Moengo. Observer la faune locale dans les réserves : oiseaux, singes, insectes, félins, si vous avez de la chance ! Grimper tout en haut d’un inselberg et contempler l’immensité et la richesse de la forêt amazonienne, vous retrouverez alors les sensations d’aventure et de liberté. Ne pas se balader seul(e) tard la nuit dans certains quartiers de Paramaribo : mieux vaut se déplacer à plusieurs. Eviter de porter de porter des signes de richesse ostentatoires : gros bijoux en or, ou
  24. 24. chaînes que l’on peut facilement arracher. Toujours avertir votre guide ou logeur si vous comptez aller vous promener en forêt. Ne pas se suspendre aux lianes ou racines aériennes en forêt, cela peut provoquer la chute de branches voire même d’insectes et serpents. S’équiper de chaussures montantes en forêt et éviter de porter des couleurs trop vives ou noires, qui attirent taons et moustiques. Toujours avoir sur soi un parapluie ou cape de pluie en balade, ainsi qu’une bouteille d’eau. La lotion anti-moustiques et la crème solaire sont de mise lorsque vous êtes en forêt ou sur le fleuve. Attention aux taxis de rue : mieux vaut faire appel à une entreprise. Attention à la conduite à gauche : marchez sur le côté gauche de la route et regardez de gauche à droite lorsque vous traversez. Survol du Suriname Géographie Géographie - Vol au-dessus de la forêt surinamaise. © MORGANE LESCOT Le Suriname, ex-Guyane hollandaise devenue indépendante en 1975, se situe sur la côte
  25. 25. nord du continent sud-américain et s’étend entre le 2e et 6e degré de latitude au nord de l’équateur et le 54e et le 58e degré de longitude ouest le long de la côte septentrionale de l’Amérique du Sud baignée par l’océan Atlantique. Le pays a une superficie de 163 265 km² et comprend les deux territoires disputés aux frontières sud-ouest et sud-est du Guyana (ex-Guyane britannique devenue indépendante en 1966) et de la Guyane (département français d’outre-mer) respectivement. Le Suriname est le plus petit Etat d’Amérique du Sud et fait approximativement cinq fois les Pays-Bas, soit un petit tiers de la France. Il est bordé au nord par l’océan Atlantique, à l’ouest par le Guyana, à l’est par la Guyane française et enfin au sud par le Brésil. Deux fleuves énormes, le Maroni à l’ouest, la Corentyne à l’est, séparent donc l’ex-territoire néerlandais de la Guyane et du Guyana tandis qu’au sud la chaîne du Tumuc-Humac ferme l’entrée du Brésil. La majeure partie de la population est concentrée sur le littoral, la partie sud se compose de forêts tropicales et de savanes peu peuplées au niveau de la frontière avec le Brésil, couvrant 95 % de la surface. Le plus haut point du Suriname est atteint par les monts Wilhelmina qui culminent au Juliana Top à 1 286 m d'altitude. Les régions naturelles La plaine côtière alluviale, originellement occupée par la mangrove et les marécages, est celle qui a été la plus transformée par l’homme, et, dans certaines zones, elle a cédé la place à un paysage entièrement artificiel, les polders. L’arrière-pays des épandages de sable blanc et d’argile est encore appelé zone des savanes intermédiaires. Il s’agit de la zone des savanes, terres sableuses et infertiles. Mais en dépit de la pauvreté des sols, elle a été en partie modifiée par l’agriculture sur brûlis des Amérindiens et des Bushinengués, car elle est plus facile à pénétrer et le sol plus aisé à cultiver. L’intérieur forestier de la pénéplaine et des massifs de hautes collines occupe plus de 80 % de la superficie du Suriname. Son vallonnement, l’épaisseur du manteau d’altérite qui couvre les roches-mères, l’opacité de la forêt ainsi que la pluviosité le caractérisent. Il présente de coûteux obstacles à la pénétration humaine. C’est la forêt vierge, immense et mystérieuse, où se dressent au-dessus d’une végétation abondante, énormes et majestueux, les géants de bois dur, lourd et précieux, couronnés de cimes grandioses et arborant des variations de fleurs colorées. C’est aussi le site des collines et des montagnes, des rochers et des marais ; le site pittoresque des sources et des criques innombrables, qui s’entremêlent et s’unissent et se jettent dans les fleuves – la Corentyne, la Nickerie, le Coppename, la Saramacca, le Suriname, les deux Commewijne, la Cottica et le Maroni – qui arrosent le littoral et regagnent l’océan par des embouchures étonnantes de largeur. C’est aussi là que le sol cache ses richesses, ses minerais, l’or, le diamant, le bauxite. Une forêt recouvrant 95 % du territoire Cette forêt, souvent primaire, est en partie protégée par des réserves naturelles (14,6 %) et exploitée de manière durable sur certaines zones. Elle possède des essences de bois précieux, certaines avec des vertus médicinales peu connues, d'autres qui s'avèrent imputrescibles comme l’ipe ou encore l’amarante. La découverte de ces arbres majestueux
  26. 26. et de leurs contreforts impressionnants, ainsi que leurs diverses utilisations est passionnante. Des milieux aquatiques riches Les réserves d'eau douce au Suriname sont grandes et de qualité, malgré une menace liée aux pratiques d'orpaillage. Les poissons d'eau douce sont une source importante de nutrition et de revenus pour les populations de la côte et de l'intérieur des terres. Pour ce qui est des milieux marins surinamais, ils procurent également de nombreux services comme la pêche et l'éco-tourisme. La côte surinamaise est très dynamique et possède une particularité propre au plateau des Guyanes : le transport continu de boue et de sédiments provenant de l’Amazone. Ce mélange d'eau douce et d'eau de mer dans une zone estuarienne semi-fermée sous l'influence des marées lui confère un des écosystèmes les plus riches au monde. Les plages accueillent aussi de nombreuses espèces menacées de tortues marines, comme la tortue luth ou olivâtre. Climat
  27. 27. Climat - Arrivée à Paramaribo. © MORGANE LESCOT De par sa situation en latitude (entre 2° et 6° nord) et son exposition aux alizés sur la façade orientale de l’Amérique du Sud, le Suriname a un climat équatorial, constamment chaud au cours de l’année (28 °C de température moyenne annuelle en plaine), humide (humidité relative très rarement au-dessus de 80 %) et très pluvieux (plus de 2 m d’eau par an dans presque toutes les régions). La répartition des pluies au cours de l’année est peu contrastée, sans longue période de sécheresse et des différences régionales dans les précipitations. Le climat humide domine sur la côte et tout le long de la frontière sud avec le Guyana. Une grande partie du pays, et particulièrement le Sud, a un climat de mousson. La température moyenne en milieu de journée avoisine les 28 °C. Saisonnalité Début décembre à début février : une faible saison des pluies, au cours de laquelle il peut pleuvoir en continu sur toute une journée : les Surinamais appellent cette pluie « Wit aleng » (pluie blanche). Début février à début mai : une faible saison sèche. Début mai à mi-août : une forte saison des pluies. La visite du Suriname est tout de même faisable puisqu’il peut pleuvoir fort mais pas en continu. Renseignez-vous tout de même sur l'état des pistes que vous souhaitez emprunter. A l’abri, dans votre hamac, vous aurez l’occasion de vous détendre en écoutant la pluie tomber en attendant l’accalmie, qui vous permettra de sortir à nouveau. De mi-août à début décembre : une forte saison sèche, idéale pour voyager malgré la chaleur. Les pistes sont toutes praticables et permettent de pénétrer au cœur du Suriname, en pirogue ou à pied. Environnement – écologie
  28. 28. Environnement – écologie - Rivière Tapanahony. © MORGANE LESCOT Un écosystème menacé Faisant partie du plateau des Guyanes, le Suriname est une destination idéale pour découvrir des milieux naturels rares et riches : la forêt amazonienne, vers l’intérieur des terres : les inselbergs, surplombant toute la forêt, ou encore la mangrove, du côté des estuaires et de la côte. Le pays possède aussi une biodiversité spectaculaire, souvent peu connue, avec une grande variété d'espèces et de hauts nivaux d'endémisme pour le plateau des Guyanes. La découverte de cette diversité se fait à tout moment, dans n'importe quel milieu. Seulement cette richesse reste fragile et nécessite respect et protection. La proportion d'espèces menacées est faible mais pour ce qui est des espèces qui ont atteint un seuil critique et qui sont sur le point de disparaître, elles sont nombreuses. L'immensité de la forêt est un avantage pour la nature, qui bénéficie d'un réservoir naturel quasi-vierge : en tout, 14 758 000 hectares du territoire surinamais est recouvert de forêt primaire, soit 95 %. C'est le pays qui possède le plus de forêt primaire au monde. Mais cet immense territoire représente aussi une menace, due à l'impossibilité pour les autorités d'en contrôler efficacement la totalité. De plus, si les milieux sont riches en termes de biodiversité, ils contiennent aussi des ressources précieuses comme l’or, le bauxite ou encore le diamant. L'exploitation de ces ressources rares est souvent pratiquée avec peu d'égards pour l'environnement : le bauxite et l'or, notamment, impliquent une déforestation et créent des percées dans la forêt,
  29. 29. visibles lorsque l'on survole le pays. L'orpaillage illégal est un fléau encore présent dans la région, qui a même lieu au sein de zones protégées comme le parc national de Brownsberg : il implique, entre autres, une chasse intensive aux alentours des sites orpaillés et l'utilisation d'un métal hautement toxique, le mercure, qui pollue considérablement les cours d'eau et qui réduit ainsi les milieux de beaucoup d'espèces rares. On estime que plus de 20 tonnes de mercure sont dispersées chaque année dans l'environnement surinamais. L'impact lié à l'utilisation de ce métal est immense, non seulement pour la nature surinamaise (le WWF Guianas estime que 26 000 km de rivières sont impactés par l'orpaillage en 2008) mais aussi pour les populations en étroite relation avec la nature : 79 % des enfants vivant le long du fleuve Maroni ont été détectés avec un taux de mercure anormalement élevé dans les cheveux, en 1998. A cela s'ajoute la mise en danger des tortues marines venant pondre sur les plages surinamaises, liée aux filets de pêche et au braconnage des œufs. On estime à plus de 1 800 le nombre de tortues marines piégées dans les filets de pêche au Suriname en 2012. Il faut savoir que 40 % de la population atlantique de tortues luth (Dermochelys coriacea) vient pondre sur les plages du plateau des Guyanes, dont le Suriname fait partie. Enfin, le littoral se développe rapidement et implique une pollution atmosphérique et terrestre importante, des enjeux à prendre également en compte pour mieux comprendre les dangers qui pèsent sur l'environnement surinamais. Protection du milieu Pour autant, les Surinamais sont conscients des enjeux liés à l'environnement, et de l'importance de sa préservation pour les générations à venir. Depuis de nombreuses années, les différentes politiques au pouvoir, appuyées par des ONG comme le WWF Guianas, luttent contre l'orpaillage clandestin et ont su maintenir et préserver les parcs et réserves naturelles, rendus accessibles au public. Le Suriname, avec la Guyane française, font partie des rares territoires à posséder autant d'espaces protégés (14,6 % pour le Suriname), ce qui montre la volonté du gouvernement, et ce depuis 1970. Ils sont tous deux signataires de la Convention sur la Diversité Biologique (CBD) qui vise à faire passer 17 % du territoire du pays signataire en zone protégée d'ici 2020. La réserve Central Suriname est d'ailleurs classée au patrimoine mondial de l'Unesco, et celle de Peperot est l'unique réserve privée, hautement soutenue par le WWF Guianas. La sensibilisation des habitants mais aussi des touristes à la préservation de cet environnement riche est une priorité des structures en charge de ces sites protégés. Les associations comme le WWF Guianas ou le Green Heritage Fund, ainsi que les structures publiques telles que le Stinasu ou Nimos luttent quotidiennement pour la préservation de la faune et de la flore au Suriname. Écotourisme Certains hôtels et opérateurs touristiques commencent aussi à entrer dans une démarche durable, en cohérence avec le milieu qui les entoure : les guides vous donneront des conseils pour réduire votre impact sur l’environnement et la chasse sera notamment interdite pendant votre séjour. La nature fait partie des principales raisons qui poussent le visiteur à venir au Suriname : il est donc indispensable de respecter les consignes dispensées par les guides ou les règlements des réserves et parcs naturels du Suriname. On entend par écotourisme un tourisme planifié et réalisé de façon à soutenir un
  30. 30. développement économique régional durable dans le respect de la faune, de la flore et des cultures traditionnelles. Ce tourisme représente un support pour la conservation des écosystèmes visités et de l’authenticité des traditions locales. Il intègre la notion de patrimoine naturel et culturel et s’inscrit dans la gestion durable et la valorisation de celui-ci. Voici quelques consignes extraites de la charte de l'écotourisme, qu'il sera nécessaire de suivre lors de votre séjour : L’introduction des touristes dans les zones naturelles ou ayant un caractère environnemental exceptionnel doit se faire par petites unités afin de limiter les perturbations. La pêche en rivière et en mer est possible, mais aucune forme de chasse (sauf photographique) ne sera entreprise dans un but sportif ou de collection. De même, la collecte d’insectes et la chasse aux papillons ne seront autorisées qu’après accord des gardes au cas par cas. Toutes les ordures non biodégradables accumulées seront rapportées et, dans la mesure du possible, déposées dans une décharge contrôlée. Le dérangement des animaux rencontrés ou recherchés devra être évité afin de ne pas les éloigner de leur territoire ou de mettre en danger leur reproduction. Les touristes auront à leur disposition – en plus des informations données par leur guide – une documentation sur les espèces remarquables qu’ils sont susceptibles de rencontrer. La prestation se fera dans un esprit de découverte des espèces, dans le respect de celles-ci et des écosystèmes qu’elles habitent. Les sites archéologiques seront respectés. Aucun objet appartenant au patrimoine historique surinamais ne sera collecté et emporté par les touristes. Parcs nationaux Ce pays luxuriant est aussi la destination des amoureux de la nature, en quête d'étendues vertes et sauvages. Il possède 1 parc, une réserve privée et 11 réserves naturelles, qu'il est possible de découvrir sur plusieurs jours. En règle générale, les parcs nationaux représentent des espaces très vastes à l'intérieur desquels les activités agricoles et commerciales ainsi que la circulation automobile sont réglementées, l'objectif étant la protection de la flore et de la faune, mais aussi du patrimoine humain. Ce sont des établissements publics à caractère administratif. Les réserves, elles, sont plus petites et très protégées, à but exclusivement scientifique. Elles sont gérées par des associations 1901 ou des collectivités territoriales, et peuvent être constituées à l’intérieur d'un parc national. Depuis 1966, la STINASU, Fondation pour la conservation de la Nature au Suriname, s’occupe de la gestion et de la promotion de ces réserves naturelles, en incitant le tourisme durable. Parc naturel de Brownsberg. Une visite incontournable qui permet l'observation régulière de primates et d'oiseaux. Le parc se situe à 130 kilomètres au sud de la capitale, dans le district de Brokopondo et possède une superficie de 12 200 ha. Les différents sentiers de randonnée sont régulièrement entretenus et bien indiqués, complètement adaptés aux différents niveaux des marcheurs. Temps fort à ne manquer sous aucun pretexte : gravir l'immense plateau montagneux du Brownsberg, qui culmine à 500 m d'altitude au centre du
  31. 31. parc et profiter de la vue sur le lac artificiel créé par le barrage Afobaka. Réserve naturelle Central Suriname. Complètement au centre du pays, à plus de 200 km au sud de Paramaribo, cette réserve n'est accessible qu'en avion ou en bus. Etablie en 1998, c'est la seule qui regroupe les réserves de Raleighvallen, de Tafelberg et celle de Eilerts de Haangebergte, pour une superficie actuelle de plus de 1,6 million d’hectares. L’Unesco a inscrit cette réserve sur la liste des sites naturels du patrimoine mondial en 2000. Réserve privée de Peperpot. Cette réserve de 700 hectares est une ancienne plantation de café et de cacao. Elle possède désormais une originalité : c'est un corridor permettant aux espèces côtières d'être reliées à l'intérieur des terres. A seulement 10 minutes de Paramaribo, ce parc offre une expérience unique pour ce qui est de l'observation des oiseaux. Réserve naturelle de Sipaliwini. Au sud du Suriname, dans le district du Sipalawini, cette réserve naturelle possède une superficie de 1 000 km2. L'occasion de découvrir une flore et une faune uniques et rares. Réserve naturelle de Brinckheuvel. Cette petite réserve fait partie des plus anciennes du Suriname. Elle est située au sein du district Brokopondo, entre la rivière Suriname et Saramacca. Réserve naturelle de Boven Coesewijne. Cette réserve, qui date de 1986, possède un environnement très spécifique : ses savanes et ses bancs de sable blanc. Elle est accessible à pied ou en bateau. Réserve naturelle de Hertenrits. Fondée en 1972, Hertenrits est la plus petite réserve du Suriname, et se situe dans le district de Nickerie. Elle est très spéciale pour le patrimoine culturel surinamais : on y a trouvé les vestiges d’une existence pré-colombienne. Réserve naturelle de Peruvia. Créée en 1986, cette réserve est située dans le district de Coronie, face à l’embouchure de la rivière Coppenname, dans la partie où l’eau est douce. On peut y observer de nombreuses espèces de palmiers ainsi que des aras araraunas bleus et jaunes. Réserve naturelle Coppename Monding. Créée en 1966, elle est un lieu prisé des ornithologues car située le long de la côte, prés de l’embouchure de la rivière Coppenname, au sein du district Saramacca. Réserve naturelle Copi. Dans le district de Para, cette réserve est créée en 1986 afin de mieux conserver ses savanes humides, ses marais et forêts sur sables blancs, sans oublier sa faune remarquable (caïmans, loutres...) Réserve naturelle Wane Kreek. Créée en 1986, elle se situe entre la ceinture de savanes et la vieille plaine cotière, au sein du district de Marowijne. Ses savanes humides offrent au visiteur un paysage exceptionnel. Réserve naturelle Galibi. Située à l’embouchure du Maroni, le long de la frontière guyanaise, cette réserve est uniquement accessible par bateau. Plusieurs villages amérindiens sont situés à l'intérieur de la réserve et tous les ans, on peut assister à un spectable exceptionnel et rare : la ponte des tortues marines, notamment les tortues luth (Dermochelys coriacea), les tortues vertes (Chelonia mydas) et les tortues olivâtres (Lepidochelys olivacea).
  32. 32. Réserve naturelle Wia Wia. C'était aussi une plage de ponte pour les tortues marines, mais suite à l'érosion naturelle, ce sont désormais les oiseaux que les visiteurs viennent regarder, notamment les ibis rouges (Eudocimus rubber). Créée en 1966, la réserve se trouve au sein du district Marowijne, à l’ouest de Galibi et on y accède aussi en bateau. Faune et flore Faune et flore - Dauphin sotalie à ventre rose. © MORGANE LESCOT La forêt tropicale qui recouvre la plus grande partie du Suriname est un terrain idéal pour la faune : on recense 192 espèces de mammifères (singes, tapirs, félins), 175 espèces de reptiles (tortues, serpents, caïmans, dendrobates) et 730 espèces d'oiseaux aux couleurs somptueuses. En raison du climat tropical, la végétation est luxuriante au Suriname. On compte environ 4 500 espèces de plantes, allant du fromager au nénuphar, en passant par l'orchidée et l'hibiscus. Moins enclin au tourisme de masse, le Suriname offre au visiteur la possibilité de découvrir des territoires authentiques et peu foulés par l'homme. La volonté du gouvernement de protéger cette richesse naturelle se traduit par l'implantation d'un parc naturel, d'une réserve privée et de 11 réserves naturelles sur tout le territoire. Depuis 1966, la STINASU est en charge de leur gestion et de faire découvrir cette immense richesse. C'est notamment dans ces réserves et parcs qu'il sera possible de réaliser la majorité des observations faunistiques et de découvrir la diversité étonnante de la flore surinamienne. Faune
  33. 33. Faune maritime et estuarienne. Cinq espèces de tortues marines viennent pondre sur quelques plages surinamaises. Parmi elles, la tortue luth (Dermochelys coriacea), la plus grande espèce (400 kg pour 1,60 m), la tortue olivâtre (Lepidochelys olivacea), la plus petite, la tortue verte (Chelonia mydas) ou encore la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata). Toutes ces espèces sont intégralement protégées au Suriname. Matapica et Galibi sont les principales plages qui accueillent des milliers de femelles chaque année, entre février et août. Pour autant, le littoral surinamais est changeant et certaines plages disparaissent au profit d'autres, en fonction des courants marins et des bancs de sable. Cela reste l'occasion de découvrir le magnifique spectacle de la ponte, la nuit tombée sous un ciel étoilé ou encore d'assister aux éclosions des petites tortues deux mois plus tard, qui se ruent vers la mer une fois sorties de leur nid. Le dauphin au ventre rose (Sotalia guianensis) est aussi une très belle rencontre en balade sur les estuaires et fait partie des activités incontournables du Suriname. C’est l’un des plus petits représentants de l’ordre des cétacés ! Il pèse 60 kg pour 1,70 m en moyenne. Dans le fleuve Suriname, on dénombre environ 125 individus, qui cohabitent depuis longtemps avec les pêcheurs locaux. Entre le fleuve Suriname et Commewijne, les chances d’en voir sont fortes, et même d’apercevoir leur ventre rose lorsqu’ils sautent face au bateau. Les opérateurs qui proposent cette sortie sont en règle général consciencieux et respectent des règles strictes pour ne pas perturber leur comportement. Cette merveilleuse découverte peut se faire facilement, sans aller très loin : non loin de la capitale, vous aurez l'occasion de vous balader en bateau sur le fleuve et découvrir les richesses de ce milieu particulier. Les lamantins (Trichechus manatus) sont aussi une belle découverte, mais plus rares à observer. Longtemps confondus avec des sirènes de par leur mamelles et palettes natatoires, ils font partie de l'ordre des Siréniens. Ils pèsent 200 à 800 kg pour 2 à 4 mè. Ces mammifères aquatiques placides se nourrissent uniquement de plantes et subissent malheureusement les effets de la présence humaine croissante sur les estuaires. Hélices de bateaux, filets, braconnage et pollution de leur milieu contribuent largement au déclin de l'espèce. Pour certaines populations amérindiennes, il incarnerait l’esprit de l’eau et serait responsable des enlèvements, noyades ou renversements de pirogue. Faune forestière. Dendrobates, singes, serpents, insectes de toutes les tailles : la variété des espèces que vous rencontrerez en forêt est surprenante. Leur observation nécessite patience et détermination : certaines espèces s'observent à l'aube et d'autres la nuit, il faut donc s'adapter et apprendre à se mouvoir sans bruit, les yeux rivés vers les arbres. En termes de mammifères pour commencer, le Suriname en abrite en tout 192 espèces, dont les tailles sont très diverses. Le tapir ou maïpouri (Tapirus terrestris) est le plus gros mammifère terrestre d'Amérique du Sud, avec son poids pouvant aller jusqu'à 250 kg. Les félins sont aussi présents en forêt amazonienne, mais de plus en plus rares à cause du braconnage et de la déforestation. Parmi eux, le majestueux jaguar (Panthera onca), le puma (Puma concolor) ou encore l'ocelot (Leopardus pardalis). Les primates sont nombreux et certaines espèces facilement observables, selon les endroits : parmi les 8 espèces présentes au Suriname, on entendra les fameux cris des pacifiques singes hurleurs (Alouatta seniculus) et on appréciera l'agilité des singes araignées ou atèles (Ateles paniscus), tous deux dotés d'une queue préhensile. Les différentes espèces de
  34. 34. gibiers sont aussi très répandues au Suriname et appréciées dans la cuisine créole, comme les biches, les agoutis, les pécaris (à collier ou à lèvres blanches) ou encore le fameux cabiaï (Hydrochaeris hydrochaeris). Ce dernier est le plus gros rongeur du monde et peut atteindre 1,20 m pour un poids de 60 kg. Certains mammifères du Suriname attirent aussi par leur originalité : le tatou, avec sa carapace à bandes, les marsupiaux, avec leurs poches ventrales ou encore le fourmilier géant (Myrmecophaga tridactyla), avec son museau complètement allongé qui lui permet de fouiller les termitières et fourmilières. Parmi les espèces amusantes à observer, on retrouvera le lent et gracieux mouton paresseux ainsi que l'agile et curieuse loutre géante (Pteronura brasiliensi). Cette dernière est beaucoup plus rare que le paresseux : on aura la chance de l'apercevoir dans les fleuves les plus éloignés du Suriname. Elle peut mesurer jusqu'à 1,80 m pour 35 kg et c'est aussi une espèce intégralement protégée. Pour ce qui est des insectes, la forêt amazonienne en est l'un des plus importants réservoirs : papillons multicolores, longicornes originaux, scarabées robustes ou fourmis géantes, les scientifiques auraient répertoriés environ 2,5 millions d'espèces d'insectes. Pour autant, les recherches continuent et tous les ans de nombreuses nouvelles espèces sont ajoutées à la liste. Parmi les plus connus, on ne citera que la fameuse mygale, pas si agressive qu'on ne le prétend, ainsi que le célèbre morpho à la couleur bleue électrique. Enfin, les reptiles (175 espèces en tout) et amphibiens (102 espèces) sont tout aussi importants et leur rencontre est des plus faciles : les serpents sont nombreux en forêt, mais il faudra faire preuve de patience et de concentration pour arriver à les repérer. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les attaques sont rares et tous ne sont pas forcément venimeux. Quant aux grenouilles et dendrobates, celles-ci sont nombreuses et arborent des couleurs vives, synonyme de danger pour des prédateurs potentiels. La fameuse dendrobate bleue Dendrobates azureus est une des plus belles représentantes. Pour ce qui est des caïmans, ils sont facilement repérables de nuit, grâce à la lumière des lampes qui se reflète dans leurs yeux rouges. Il en existe 4 espèces : le caïman à lunettes (Caiman crocodilus) le plus fréquent, le caïman noir (Melanosuchus niger), pouvant atteindre 7 m de longueur, ou encore les caïmans rouge et gris. Le paradis des ornithologues. Le Suriname est en effet un lieu prisé des ornithologues du monde entier : 730 espèces sont repertoriées ! Que l'on soit en forêt ou à proximité des villes, leur diversité saute aux yeux dès les premiers instants passés à les observer. Il suffit de tendre l'oreille ou de lever la tête pour apprécier cette richesse. Selon le milieu où l'on se trouve, on appréciera le chant des perroquets, le rouge vif des ibis (Eudocimus rubber), le cri perçant des aras, l'envol maladroit des toucans, ou encore les couleurs magnifiques du coq de roche (Rupicola peruvianus). En forêt, de nombreux oiseaux rares comme les hoccos, agamis, marails, tangaras, oiseaux cloche, coracines chauves ou caracaras à gorge rouge, sont aussi observables. Mais le plus impressionnant de tous est bien l'aigle forestier, plus connu sous le nom de harpie féroce (Harpia harpyja). C'est un oiseau puissant et massif d'un mètre pour un poids de 9 kg. Ses ailes courtes (2 m d'envergure) lui permettent de se diriger rapidement à travers les branches des arbres pour s'attaquer aux grands singes ou paresseux. Son bec et ses serres épaisses et pointues lui permettent de maintenir sa proie en vol lorsqu'elle est amenée jusqu'au nid. Cette proie peut même peser
  35. 35. jusqu'à plus de 70 % de son propre poids. Dans tous les cas, que l'on soit initié ou non, les oiseaux du Suriname continueront d'impressionner de par leur diversité et leurs couleurs semblant provenir directement du paradis. Flore Les plantes et arbres que vous découvrirez au Suriname sont d'une diversité extraordinaire, liée à la grande variété de milieux : savanes, zones marécageuses, petites rivières et grands estuaires, sans oublier l'immense forêt. Un survol de la canopée permet de se rendre rapidement compte de cette richesse : certains arbres peuvent culminer à 60 m. Dans le seul territoire du Parc naturel Brownsberg, plus de 1 450 espèces de plantes ont été recensées, dont des mousses et des fougères étonnantes. Sur cette variété floristique, 138 espèces sont même considérées comme rares et 12 comme endémiques à cette montagne. La réserve naturelle Central Suriname possède aussi une variété impressionnante : parmi les 3 000 espèces de plantes répertoriées, environ 50 sont rares et endémiques à la zone. Parmi certaines espèces surinamaises qui retiennent l'attention, on relèvera le margousier ou Neem (Azadirachta indicata), originaire d'Inde. Cet arbre, appelé aussi « pharmacie du village », possèderait diverses vertus médicinales. Antipaludique, il peut aussi agir contre la fièvre, la soif, les maladies de peau ou encore les piqûres de scorpion et de serpent. Le palmier est aussi une espèce importante au Suriname : où que l'on se trouve, il attire l'œil de nombreux curieux : palmiers à huile (Elaeis guieensis), palmiers talipot (Corypha umbaculiferaa), ils sont partout et rendent de nombreux services à l'homme. Certains produisent même des graines comestibles, très bonnes pour la santé, dont on va aussi extraire l'huile. De nombreux animaux comme les toucans viennent aussi déguster les graines de ces plantes, que l'on ne considère pas comme des arbres, notamment car elles n'ont pas de tronc mais un stipe. Certaines graines servent aussi à confectionner des colliers, très appréciés des Amérindiens. Les feuilles, quant à elles, vont être tressées en objets comme des éventails, des paniers ou encore des toitures pour les habitations traditionnelles. Pour tous les découvrir, mieux vaut se rendre à la réserve naturelle de Peruvia, connue pour son importante collection, dont le fameux palmier-bâche (Mauritia flexuosa). A Paramaribo, on appréciera l'ombre dispensée par les magnifiques palmiers royaux (Roystonea regia) du Palmentuin : originaires du Vénézuela, ils pouvaient mesurer jusqu’à 50 m de hauteur ! A l’époque, ils permettaient de repérer facilement de loin et même de nuit les habitations esclavagistes : les palmiers servaient ainsi de panneaux indicateurs. Dans la capitale, on ne pourra pas non plus manquer les majestueux et imposants Mahogany (Swietenia mahagoni) ou acajou d'Amérique ou des Antilles, connus aussi pour leur résistance au feu. Longtemps exploités pour la production de meubles et d'habitations de qualité, ils sont désormais en voie de disparition. Toujours dans la capitale, les amateurs d'orchidées trouveront à coup sûr leur bonheur : un marché aux orchidées avec des espèces des plus courantes aux plus exceptionnelles a lieu tous les dimanches matin à Cultuurtuin. Les spécialistes des quatre coins du monde se mélangent aux familles, venus visiter ces pépiniéristes détenteurs d'espèces rares. Enfin, parmi les plantes aquatiques, on relèvera le magnifique et rare lotus bleu : dans les marécages aménagés, notamment au Fort Nieuw Amsterdam, il a été importé par les Indonésiens et peut même être dégusté dans certains plats.
  36. 36. Les fleurs de lianes tombées sur les sentiers empruntés, les palétuviers des mangroves, les nombreux arbres aux vertus médicinales, comme le fameux margousier, en passant par la beauté sauvage des orchidées ; la flore surinamaise a largement de quoi ravir les curieux et experts naturalistes. Histoire Histoire - Fort Nieuw Amsterdam. © MORGANE LESCOT Figures historiques George Henry Barnet Lyon (1849-1918). Homme du gouvernement et avocat qui s'est occupé des immigrants indiens et javanais. Né à Paramaribo le 7 janvier 1849, il passe une partie de son enfance à Bruxelles avant d'étudier le droit aux Pays-Bas en 1871. Il rejoint ensuite son père au Suriname afin de l'aider dans la gestion et l'administration de ses plantations. Il devient membre temporaire de la Cour de justice de Paramaribo de 1878 à 1880, puis avocat général et sous-procureur général de 1883 à 1886. En 1891, il succèdera à Cateau Johan van Rosevelt en tant qu'agent général de l'immigration, avant de devenir chef du département de l'immigration. C'est à cette même période qu'une
  37. 37. immigration massive d'Hindous et de Javanais a lieu, afin de travailler dans les plantations. Il décèdera en 1918 à l'âge de 69 ans à La Haye. Le 7 janvier 1908, un buste en son honneur est financé par la communauté indienne : il est visible à Paramaribo, à l'angle des rues Henck Arronstraat et Grote Combeweg. Johan Adolf Pengel (1916-1970). Politicien populaire du Suriname, d'origine afro- surinamienne, né le 20 janvier 1916 à Paramaribo. Il commença en tant que leader des travailleurs syndicaux du Suriname, puis, au sein du National Party of Suriname, il fut l'un des politiciens les plus influents du moment. Il occupa le poste de Premier ministre de 1963 à 1969 pour ce même parti. Il était très proche de Lachmon et de son parti VHP, le plus grand parti hindou. Il a donc mené une politique de fraternisation afin que les deux partis apprennent à se comprendre mutuellement. Il a aussi été le premier homme politique à demander réparation à l'ancien régime colonial, et à donner un sentiment de dignité au Suriname, d'où sa popularité. Sous son gouvernement, les infrastructures du Suriname ont été largement développées : des routes et des hôpitaux furent construits et les infrastructures déjà installées ont été améliorées. Il fut aussi ministre des finances, mais rapidement, il sera accusé d'exercer son pouvoir de manière paternaliste. De plus en plus critiqué, une grève de l'éducation a lieu en 1969 et provoque sa démission immédiate. Il s'éteindra un an après, le 5 juin 1970. Sa statue se trouve en face du Ministère des Finances à Paramaribo. Erigée en 1974, c'était la première statue coulée en bronze du Suriname. Son nom a aussi été donné à l'aéroport international, non loin de la capitale. Jagernath Lachmon (1916-2001). Homme politique surinamien d'origine indienne, fondateur du parti politique progressiste Hindoustani (VHP). Né le 21 septembre 1916 à Nickerie, ses parents faisaient partie de la première vague d'immigration des Indes anglaises. Il décide de faire des études de droit et est formé par l'avocat créole Julius Caesar de Miranda. Surpris qu'un Créole vienne en aide à un Hindou, Lachmon s'efforcera par la suite à aider la réconciliation entre les différentes communautés ethniques. Il devient avocat en 1940 et c'est aussi l'un des fondateurs du parti politique progressiste Hindoustan (VHP) en 1947. C'est le plus grand parti politique hindou du Suriname et Lachmon en sera le président jusqu'à sa mort. Il devient député au Parlement en 1949. En 1987, son parti VHP arrive enfin au gouvernement et Lachmon devient président de l'Assemblée nationale. Au total, il sera président du Parlement cinq fois. En juin 1999, il sera inclus dans le Livre Guinness des Records comme parlementaire le plus ancien dans le monde. Il décèdera en 2001 lors d'une visite officielle aux Pays-Bas. Son plus grand souhait était de faire du Suriname un modèle pour le monde entier, où toutes les cultures et religions se côtoieraient dans la paix et le respect. Sa statue se trouve sur la place de l'Indépendance à Paramaribo. Ronald Venetiaan (1936-). Poète et homme politique surinamien, il fut le sixième président de la République du Suriname, le 7 septembre 1991. Suite à la situation politique instable instaurée par Desiré Bouterse, il a pu rétablir la démocratie au Suriname. Il a été le président de la République à trois reprises, d'une part entre 1991 et 1996 puis de 2000 à 2010. Il a étudié les mathématiques et la physique à l'Université de Leiden aux Pays-Bas. En 1964, il a obtient sa maîtrise puis revient au Suriname, où il travaille comme professeur de
  38. 38. mathématiques et de physique. A partir de 1969, il devient directeur de l'École secondaire générale. En 1973, il occupe les fonctions de ministre de l'Éducation, dans le gouvernement de Henck Arron. Il cesse ses fonctions politiques suite au coup d'Etat mené par le sergent Desi Bouterse en 1980 contre le gouvernement Arron. Il devient alors professeur à la faculté technique de l'Université Anton de Kom. Suite aux élections de 1987, la démocratie est restaurée, Venetiaan est à nouveau ministre de l'Éducation, avant le nouveau coup d'Etat du 24 décembre 1990. Hostile aux militaires, il devient le chef de file d'une coalition multi-ethnique issue de la société civile. En 1991, il candidate à la présidentielle pour le Nouveau Front, pour la démocratie et le développement. Il a été élu le 7 septembre et réussit à remplacer Bouterse par un officier loyal. L'année suivante, les accords de Kourou sont signés : la paix est établie entre la guérilla et le gouvernement surinamais, ce qui permet à des milliers de réfugiés de revenir. Si les relations avec les Pays-Bas reprennent, l'économie surinamaise, elle, continue à baisser. En 1996, c'est Jules Wijdenbosch, soutenu par Desi Bouterse, qui remporte les élections. Venetiaan reste membre de l'Assemblée nationale et l'ensemble du gouvernement Wijdenbosch doit faire face à une hyper inflation et à de violentes manifestations. Ce contexte difficile lui est favorable et lui permet d'être réélu, toujours pour le Nouveau Front, le 12 août 2000. Il présidera jusqu'en 2010, succédé cette fois par Dési Bouterse et le Parti démocratique national. Il représentera toujours Parti national du Suriname (NPS) à l'Assemblée nationale jusqu'en octobre 2013, où il déclare renoncer à son siège. Il est récompensé de deux grands prix en 1978 : le prix néerlandais Commandeur de l'Ordre d'honneur de l'étoile jaune en 1978 et Grand Maître du même ordre en 1991. Depuis ses années d'études, Venetiaan s'affirme aussi en tant que poète, souvent sous le pseudonyme de Vene. Il publie notamment Mamjo (1963) et Moetete (1968). Marié avec Liesbeth Vanenburg, il a quatre enfants. La colonie néerlandaise
  39. 39. La colonie néerlandaise - Le fameux « Bleu de Delft » importé des Pays-Bas. © Morgane LESCOT Les premiers habitants du Suriname étaient les Indiens caraïbes. Le premier établissement européen dans cette région est celui des colons de la Barbade, amenés par lord Willoughby (1650). Ils mettent en place des plantations de canne à sucre et de tabac sur les rives ouest de la rivière du Suriname et fondent la localité appelée aujourd’hui Paramaribo. Le Zélandais Abraham Crijnssen envahit la colonie de Willoughby et les Néerlandais se font céder cette colonie à la paix de Bréda (1667), cession confirmée par le traité de Westminster (1674) en échange d’une de leur colonie, l’actuel New York. La population, fort cosmopolite (Anglais, Néerlandais, Allemands, Français, Marranes), se consacre aux plantations de canne à sucre. Mais difficile de résister aux assauts des Européens. Les Zélandais vendent la colonie à la Compagnie des Indes orientales néerlandaises et à la famille Van Sommelsdijk en 1683. Le chef de famille, Cornelis Van Aerssen Van Sommelsdijk, devient gouverneur du Suriname. Sommelsdijk améliore la sécurité dans les plantations. Il est tué dans une mutinerie en 1688. Chronologie Entre 3000 et 1100 av. J.-C > Arrivée au Suriname, et plus largement sur le plateau des Guyanes, des premières ethnies amérindiennes : les paléo-indiens. Les Arawaks n’arrivent qu’au Ier siècle après J.-C., puis vers l'an 900, c’est au tour des Caraïbes et enfin les Tupis. 1500 > Expéditions espagnoles qui permettent de découvrir les côtes du Suriname.
  40. 40. 1600 > Installation des Amérindiens dans le village de Parmarbo, non loin de l’actuel Paramaribo. 1595-1616 > Expéditions britanniques (Walter Raleigh…) au Suriname et découverte des Amérindiens. 1613 > Installation de commerçants zélandais et construction au bord du fleuve d’un poste de commerce entouré d’une palissade, qui deviendra Fort Zeelandia. 1616-1626 > Installation de colonies permanentes néerlandaises sur les estuaires de la rivière Essequibo, de la Berbice puis de la Demara (l'actuel Guyana). 1630 > Implantation des Britanniques à l'embouchure du fleuve Suriname. 1644 > Occupation française, réalisation du premier fort en bois à la place du poste de commerce. 1650 > Lord Willoughby, gouverneur de la Barbade, s’installe dans la région et occupe le fort, appelé Fort Willoughby. Arrivée de colons britanniques et d'esclaves noirs de la Barbade, pour travailler dans les premières plantations créées. Création de Thorarica, l’ancienne capitale du Suriname. 1667 > Traité de Breda : conquête de la colonie par les Néerlandais qui, en retour, cèdent aux Anglais l’ancienne colonie de la Nouvelle-Amsterdam. Le Suriname devient hollandais et le fort est renommé Fort Zeelandia. 1667 à fin du XVIIIe siècle > Les Néerlandais deviennent les maîtres du littoral des Guyanes, du Maroni à l'Essequibo (soit Suriname et Guyana). Administration des quatre colonies permanentes par la Compagnie néerlandaise des Indes orientales dont la ville d'Amsterdam devient propriétaire en 1770. Création des polders (sujets actuellement à la montée des eaux maritimes). 1674 > Traité de Westminster suite à la troisième Guerre anglo-néerlandaise, où la Grande Bretagne reprend puis perd le Suriname. Les conditions du traité de Breda sont entérinées : les Pays-Bas échangent l’une de leur colonie dans l’Amérique du Nord, New Amsterdam, l’actuelle New York, contre le Suriname. 1675 > Les Néerlandais votent des lois pour protéger les droits des Amérindiens du Suriname, auxquels sont assimilés les Marrons, le tout afin de pacifier le territoire. 1683 > La « société du Suriname » est instaurée avec trois participants, qui se partagent à parts égales les profits de la société : la ville d’Amsterdam, la famille family Van Aerssen van Sommelsdijck et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Cette société prendra fin en 1795 lorsque ce genre d’échange et de commerce ne sera plus valable. 1720 > Expansion de Paramaribo vers l’ouest, prolongation des avenues Henck Arronstraat et Keizerstraat. 1750 > Deuxième expansion de la ville, désormais Paramaribo est constituée de Henck Arronstraat, Stoelmanstraat, Zwartenhovenburgstraat, Steenbakkersgracht et Waterkant. 1760-1767 > Après un siècle de révoltes et fuites d'esclaves (marronnage) du fait des très dures conditions de ces derniers, le traité d’Auca est signé entre les planteurs colons, sous gouvernement hollandais, et les Ndjuka, esclaves noirs-marrons entrés en résistance. Ils deviennent ainsi le premier peuple sur le continent américain à avoir obtenu son indépendance des colons européens. 1783 > Les Néerlandais signent ensuite un traité avec le chef des révoltés Aluku Nengé,

×