Table des matières
¡ Bienvenidos a Venezuela !
DÉCOUVERTE
Les plus du Venezuela
Fiche technique
Le Venezuela en 10 mots-cl...
COLONIA TOVAR
MARACAY
PARQUE NACIONAL HENRI PITTIER
CHORONÍ – PUERTO COLOMBIA
TUJA
CUYAGUA
VALENCIA
CAMPO DE CARABOBO
PUER...
RÍO CAURA
CIUDAD BOLÍVAR
CIUDAD GUAYANA
LA GRAN SABANA
AMAZONAS
PUERTO AYACUCHO
AUTANA
RUTA HUMBOLDT
PARQUE NACIONAL DE YA...
Décalage horaire
Électricité
Formalités, visa et douanes
Langues parlées
Quand partir ?
Santé
Sécurité
Galerie photos
Gale...
¡ Bienvenidos a Venezuela !
Imaginez un pays aussi vaste que la France et l'Allemagne réunies. Une patrie qui clame sa
lib...
DÉCOUVERTE
DÉCOUVERTE - Vénézuela
Les plus du Venezuela
Les plus du Venezuela - Île du Venezuela.
© iStockphoto.com/Fenykepez
Le Venezuela est le pays des records mondiaux (sauf ...
français, hollandais ou allemands et les esclaves africains. Certaines régions enclavées ont
résisté pendant longtemps à c...
Le pays
N o m officiel : República Bolivariana de Venezuela, depuis le vote de la nouvelle
Constitution en 1999.
Nature du...
Maracaibo est réputée pour être la ville la plus chaude du pays avec 30 °C de moyenne,
par contre, dans certains villages ...
retour à Caracas d'une manifestation plus festive mais aussi plus raffinée, sauf pour le
peuple et les esclaves qui n’ont ...
raffinés et plus forts : l’aguardiente (miche) ou l’anis qui est un vague cousin du pastis et se
boit pur !
Poissons
Sur l...
Survol du Venezuela - Paysage du Venezuela.
© WernerHilpert – Fotolia
GÉOGRAPHIE
Andes et cordillère de la Costa
Au nord, ...
vallées chaudes qui longent la mer, on cultive le cacao, mais aussi la noix de coco, la canne
à sucre et les bananes. La p...
semblent plutôt respectueux de leur environnement… dès qu’ils posent un pied dans un parc
national. Ces parcs heureusement...
leur gîte en Amérique du Sud, le bien nommé « continent des oiseaux » . Le Venezuela
participe pleinement à cette richesse...
Flore - Anarcade (ou noix de cajou).
© Laurent BOSCHERO
La grande variété d’écosystèmes différents influent bien sûr aussi...
L’ÉPOQUE COLONIALE
Le 1er août 1498, lors de son troisième voyage, alors qu’il continuait à croire qu’il naviguait
en mer ...
Les royalistes, postés à Puerto Cabello et dirigés par Monteverde, reçoivent des renforts
d’Europe. Au même moment, en 181...
VERS LA DÉMOCRATIE
De 1935 à 1941, le général Eleazar López Contreras devient président. Lui succède
jusqu’en 1945 le géné...
LES ANNÉES CHÁVEZ - Discours du président Hugo Rafel Chavez Frias, Castillo
Cipriano Castro.
© Laurent BOSCHERO
Alors a co...
L'année 2008 est marquée par les crises politiques avec la Colombie et les Etats-Unis,
expulsion des ambassadeurs respecti...
La population vénézuélienne est très jeune, comme le démontre la forme pyramidale de la
structure des âges : 31,6 % de la ...
Vie sociale - Pause cantine à El Bruzual.
© Laurent BOSCHERO
La philosophie du hamac et de la glacière...
Impossible de di...
des glaçons pour en sortir une bière Polar bien fraîche dont les Vénézuéliens sont
d’immenses consommateurs. La glacière e...
Architecture - Maison typique Piaroa.
© Laurent BOSCHERO
Contrairement à d’autres pays d’Amérique latine, l’influence espa...
ronde au toit en V renversé constitué de feuilles de palmiers) des Piaroas et des Yekuanas,
les palafitos (maisons sur pil...
contemporaine prend forme. La prose d’Arturo Uslar Pietri devient une référence dans le
monde littéraire (Barrabas y otros...
Musique - Musicien des Llanos.
© Elyxandro Cegarra Gomez
La musique au Venezuela est aussi importante que la bonne bouffe ...
Cuisine vénézuélienne - L’art de préparer le steak de Macabi.
© Laurent BOSCHERO
Entrées et en-cas
Arepas. Il s’agit du pl...
Pasapalos. Ces amuse-gueules (omelettes, chorizo coupé en cubes ou petits beignets)
sont servis dans les tascas (restauran...
lentement.
Ils ne crachent pas non plus sur le whisky, considéré comme plus noble que le rhum.
Ils en sont les plus grands...
CARACAS ET SES ENVIRONS
CARACAS ET SES ENVIRONS - Caracas
CARACAS ET SES ENVIRONS - Vue de l'hôtel Continental Altamira Caracas.
© Laurent BOSCHERO
CARACAS
CARACAS - Caracas
Caracas est le centre économique, administratif et financier du pays. C'est ici que siègent
les pouvoirs...
appuyé par la rue, se proclama Junte suprême. Le 19 avril, la junte rendit public le premier
acte d’émancipation du Venezu...
Ouverte du mardi au dimanche de 10h à 16h.
Voilà moins de cinquante ans, son clocher de 33 m dominait encore la ville. Sor...
œuvres vénézuéliennes qui couvrent les quatre siècles d’histoire et une grande quantité de
mouvements artistiques représen...
les informations vous seront données. De ravissantes jeunes filles vous accueillent
chaleureusement ; on peut y recevoir d...
pendant les vacances. Pour 140 BsF, votre bambin peut partager une demi-journée ou
plus avec des petits Vénézuéliens : une...
organise des activités culturelles, spectacles de danse et de théâtre, ateliers, concerts et
cours d’art.
MUSEO DE CIENCIA...
Avenida Norte avec avenida Panteón
Entre le tribunal de justice et la bibliothèque publique nationale.
Entrée libre. Ouver...
palais municipal et gouvernemental, cathédrale et prison (Casa Amarilla) entourent la place.
En 1799, cette place a vu la ...
La Lagunita, où les splendides villas semblent indiquer un statut social plus élevé que la
moyenne… Dernièrement, El Hatil...
aperçu des ocelots et des tatous. Et bien que le parc ne soit pas une vraie réserve
animalière, il est conseillé de ne pas...
LOS ROQUES
LOS ROQUES - Los Roques
LOS ROQUES - Welcome to the paradise – Los Roques.
© Laurent BOSCHERO
Cet archipel est situé à 80 miles (166 km) au nord d...
GRAN ROQUE
GRAN ROQUE - Gran Roque
Après avoir survolé plusieurs des îlots composant l'une des plus belles barrières de co...
créant ainsi un espace accueillant et ouvert sur l’extérieur, contrairement à la majorité des
églises. Elle est ouverte 24...
A 5 minutes de navigation de Gran Roque, la posada Acquamarina possède sur ce cayo le
Rasqui Island Chalet énergie solaire...
(Dermochelys coriacea) et la tortue à écaille ou imbriquée (Eretmochelys imbricata).
En 1976, la fondation a initié un pro...
LA CÔTE CENTRALE
LA CÔTE CENTRALE - La Côte centrale
LA CÔTE CENTRALE - Plage de Chuao, un petit air de Río.
© Laurent BOSCHERO
A l'ouest de Caracas, la région centrale, agric...
nécessité de protéger les sols de l'érosion et des constructions sauvages. Des mètres de
boue entrèrent la nuit dans La Gu...
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Venezuela
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Venezuela

825 vues

Publié le

C'est une présentation du pays, des sa culture, mais très peu d'adresses pour hotel, restaurant ou autre...

Publié dans : Voyages
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
825
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
255
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Venezuela

  1. 1. Table des matières ¡ Bienvenidos a Venezuela ! DÉCOUVERTE Les plus du Venezuela Fiche technique Le Venezuela en 10 mots-clés Survol du Venezuela Histoire Population et mode de vie Arts et culture Cuisine vénézuélienne Enfants du pays CARACAS ET SES ENVIRONS CARACAS EL HATILLO PARQUE NACIONAL WARAIRA REPANO (EX-PARQUE NACIONAL EL ÁVILA) GALIPÁN LOS ROQUES GRAN ROQUE FRANCISQUÍ MADRISQUÍ CAYO PIRATA RASQUÍ CRASQUÍ CAYENERO FERNANDO DOS MOSQUISES SUR LA CÔTE CENTRALE
  2. 2. COLONIA TOVAR MARACAY PARQUE NACIONAL HENRI PITTIER CHORONÍ – PUERTO COLOMBIA TUJA CUYAGUA VALENCIA CAMPO DE CARABOBO PUERTO CABELLO LA CÔTE OUEST PARQUE NACIONAL MORROCOY CHICHIRIVICHE CORO PARQUE NACIONAL MÉDANOS DE CORO PÉNINSULE DE PARAGUANÁ BARQUISIMETO LE ZULIA LES ANDES MÉRIDA LA TRANSANDINA LA ROUTE DES VILLAGES DU SUD LA ROUTE DU SOLEIL SUD DU LAC DE MARACAIBO LES LLANOS SAN FERNANDO DE APURE MANTECAL LE DELTA DE L'ORÉNOQUE DELTA ALTO (PARTIE HAUTE) DELTA BAJO (PARTIE BASSE) LA GUYANE VÉNÉZUÉLIENNE
  3. 3. RÍO CAURA CIUDAD BOLÍVAR CIUDAD GUAYANA LA GRAN SABANA AMAZONAS PUERTO AYACUCHO AUTANA RUTA HUMBOLDT PARQUE NACIONAL DE YAPACANA PARQUE NACIONAL DUIDA-MARAHUACA PARQUE NACIONAL SERRANÍA LA NEBLINA PARQUE NACIONAL PARIMA TAPIRAPECÓ ISLA MARGARITA PORLAMAR PAMPATAR LA ROUTE DES PLAGES DU SUD AU NORD LE CŒUR DE L’ÎLE MACANAO EL YAQUE ISLA COCHE LA CÔTE EST BARCELONA SANTA FÉ MOCHIMA CUMANÁ ARAYA CARIPE CARÚPANO PÉNINSULE DE PARIA PENSE FUTÉ
  4. 4. Décalage horaire Électricité Formalités, visa et douanes Langues parlées Quand partir ? Santé Sécurité Galerie photos Galerie cartes
  5. 5. ¡ Bienvenidos a Venezuela ! Imaginez un pays aussi vaste que la France et l'Allemagne réunies. Une patrie qui clame sa liberté, de l’homme à cheval parcourant les plaines des llanos à la rudesse de l’Andin, des communautés africaines de la côte Caraïbe qui rythment leur vie au son des tambours rituels jusqu’au Yanomami, fils de la Lune, qui sait que la planète est précieuse et généreuse. Bienvenue au Venezuela ! Tout d’abord l’intrépide et sensuelle Caracas ouvre ses portes pour ne les refermer que très tard dans la nuit, sur un dernier refrain de salsa. Puis vient l’heure de survoler la plus belle des cartes postales… Los Roques ! Une petite faim ? Partez vers la péninsule sauvage et sublime de Paria pour savourer des plats à base de coco, curry, gingembre et cacao. Après le mytique delta de l'Orénoque et la rencontre avec le mystique peuple Warao, faire une pause dans le quartier historique de Ciudad Bolívar, l’une des plus vieilles cités d’Amérique latine, puis rendez-vous à Canaïma pour se réveiller sous la plus haute chute d’eau du monde (le Salto Angel). En Grande Savane, au sommet du Roraïma, si l’envie vous titille de réitérer l’expérience de Newton, réfléchissez avant de jeter ce guide dans le monde perdu, car les dinosaures d’Arthur Conan Doyle risqueraient de le dévorer... Il peut encore vous servir d’appui-tête dans les Llanos où l’incommensurable avifaune risque de rompre vos cervicales ! Envie d’aventure ? Partez découvrir les Andes avant les eaux poissonneuses du parc national Henri Pittier !
  6. 6. DÉCOUVERTE DÉCOUVERTE - Vénézuela Les plus du Venezuela
  7. 7. Les plus du Venezuela - Île du Venezuela. © iStockphoto.com/Fenykepez Le Venezuela est le pays des records mondiaux (sauf en football !). Celui de la plus haute chute d'eau du monde, du plus haut téléphérique, des miss Univers, de l'essence la moins chère… Une nature puissante et préservée Superbe et sauvage, elle vous laisse sans voix. Que vous soyez attiré par la lumière des Caraïbes avec ses magnifiques plages, ses petites îles (cayos) ou le récif corallien de Los Roques, par les nombreux parcs nationaux dotés d'une faune et d'une flore exceptionnelles, ou par la haute montagne dans les Andes avec le pic Bolívar qui culmine à 5 007 m d'altitude. Plus au nord, on trouve la ville coloniale de Coro avec son petit désert de dunes… et des zones particulièrement arides (cactus…), la péninsule désertique de Paraguaná qui lorgne du côté des Antilles néerlandaises. La nature reprend ses droits dans un pays de savane et de tepuys (formations géologiques les plus anciennes du monde). De l'un de ces tepuys se jette le Salto Angel, la chute d'eau la plus haute du monde. Le métissage culturel Le Venezuela est un pays aux visages multiples, point de rencontre de nombreuses cultures. Les criollos sont le fruit du métissage entre les populations indigènes, les colons espagnols,
  8. 8. français, hollandais ou allemands et les esclaves africains. Certaines régions enclavées ont résisté pendant longtemps à ce métissage, et abritent aujourd'hui des populations d'origine africaine (Choroni, Chuao…) ou allemande (Colonia Tovar). Mais le Venezuela c'est aussi 34 groupes ethniques qui tentent encore aujourd'hui de protéger et conserver leur mode de vie traditionnel. Une gigantesque réserve faunique Paradis des animaux, 15 % des espèces d'oiseaux répertoriées dans le monde se concentrent dans les Llanos (les plaines) du Venezuela au cours du printemps de l'hémisphère boréal. Le spectacle est un coup à rompre les cervicales d'un ornithologue. Des fermes (appelées hatos) plutôt bien aménagées organisent des excursions. Les crocodiles, les dauphins d'eau douce et les anacondas se trouvent aussi dans Les Llanos. Avec un peu de chance vous apercevrez la tortue pré-cambrique communément appelée Mata Mata (loin d'être une Miss celle-la !). La forêt amazonienne protège les singes, serpents, jaguars, etc. A ceci s'ajoutent des îles paradisiaques, comme Los Roques, où la vie sous-marine regorge de poissons abrités dans les coraux. Fiestas avec un grand F Qu'importe la classe sociale, les problèmes socio-économiques, c'est l'opium du peuple. Ne demandez pas à un Vénézuélien où il a appris à danser, il serait incapable de vous répondre ! Syndrome d'Obélix certainement, depuis le plus jeune âge les corps s'agitent, et la musique enivre. Ne pas faire la fête en fin de semaine est une offense à la dignité nationale. A Caracas, par exemple, on s'y amuse au moins autant qu'à New York dans des lieux sûrs et chaleureux ! Fiche technique Argent Monnaie La monnaie du pays porte le nom de son Libertador : bolivar (bolivares au pluriel, prononcer « bolivarèsse » ), bolo pour les intimes, lucas ( « loucas » ) pour les familiers. Taux de change En janvier 2012, les taux de change officiels sont les suivants : 1 € = 5,5 bolivars fuerte (Bs.F) • 1 Bs.F = 0,18 €. 1 dollar canadien = 4,2 Bs.F • 1 Bs.F = 0,23 CAN$. 1 franc suisse = 4,57 Bs.F • 1 Bs.F = 0,22 CHF. 1 dollar américain = 4,30 Bs.F • 1 Bs.F = 0,23 US$. Pour avoir une idée du change parallèle, rendez-vous sur le site www.lechugaverde.com Le Venezuela en bref
  9. 9. Le pays N o m officiel : República Bolivariana de Venezuela, depuis le vote de la nouvelle Constitution en 1999. Nature du régime : démocratie présidentielle. Chef du gouvernement : Hugo Chávez Frías (première élection en 1998 avec 56,2 % des voix, réélection en 2000 et deuxième élection en 2006 à 63 %). Prochaine élection le 7 octobre 2012. Capitale : Caracas. Frontières : Colombie, Brésil et Guyane. Superficie : 916 445 km2. 39e rang mondial entre le Nigeria et la Namibie. La France est 49e. La population Population totale : 27,6 millions d'habitants (données 2011). 45e rang mondial entre l'Ouzbékistan et l'Arabie saoudite. Densité : 29,4 hab./km2. Espérance de vie : 73,28 ans (hommes : 70,24 ; femmes : 76,48). Taux brut de natalité : 20,1 %. Taux de fécondité : 2,42 naissances par femme.. Population indigène : seulement 2 %. Langue officielle : espagnol (Castellano). Langues indigènes : (warao, pémon…) pour un petit pourcentage de la population. Religion : catholiques (94 %), protestants (3 %). Taux d'alphabétisation : 93,1 %. Part de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté : 15 %. L'économie PNB : 344 milliards de dollars (2010). PIB/taux de croissance réelle : -2,8 % (2010). PIB/habitant : 12 600 US$ (2010). Croissance du PIB : 4,5 % (premier trimestre 2011). Taux de chômage : 12,1 % (2010). Climat Etant situé sous les tropiques, le Venezuela offre des moyennes de température situées entre 22 et 33 °C. Quasiment constantes tout au long de l’année, avec des maxima autour de 40 °C dans les Llanos. Ces températures dépendent principalement de l’altitude du lieu.
  10. 10. Maracaibo est réputée pour être la ville la plus chaude du pays avec 30 °C de moyenne, par contre, dans certains villages des Andes (Mucuchíes, Apartaderos…) celle-ci descend à 8 °C ! Saisonnalité La saison touristique se déroule toute l’année, on peut donc y aller quand on veut, mais la fréquentation des lieux touristiques et les prix pratiqués varient énormément en fonction de la saison. En haute saison, on peut en effet constater que la plupart des établissements affichent complet… et que les prix augmentent d’au moins 10 %. Les périodes les plus courues sont Noël et le mois d’août mais restent raisonnables, tandis que lors de la Semaine sainte (pâques) et du carnaval (février) les plages sont bondées et les infrastructures saturées. En fait, la saison sèche de décembre à mai est plus plaisante. Le Venezuela en 10 mots-clés Arepa Galette de maïs que l’on ouvre et que l’on remplit de nombreux aliments au choix : divers types de viande (hachée, effilochée, gésiers, poulet…), fromage, poisson, fruits de mer, perico (œufs brouillés avec tomates et oignons). Attention, le perico sert aussi à désigner la cocaïne en référence à l’image du petit perroquet bavard. Le tout s’accompagne de sauces variées : guasacaca (sorte de guacamole vénézuélien), sauce piquante (le plus souvent extrêmement forte !). Enfin, on peut les préparer au grill, a la plancha ou frits. Les areperas sont les restaurants, très nombreux, spécialisés dans la fabrication des… arepas. L’équivalent, en quelque sorte, de notre sandwich national (incontournable !). Bolívar Simón Bolívar proclamé en 1813 « El Libertador » est partout, dans les chansons, la monnaie, les écoles, les avenues, les places (le point central de chaque commune, et votre point de repère géographique). C’est le personnage historique par excellence du Venezuela, qui a arraché à la domination espagnole un empire cinq fois plus grand que l’Europe, fondé la république de Colombie et unifié divers pays d’Amérique du Sud (Venezuela, Colombie, Equateur…). Carnaval Cette tradition arrive avec la conquête espagnole, sous forme de jeu, avec des lancers d’eau, d'œufs, etc. Ensuite l’évêque Diez Madroñero au XVIIIe transforme les trois jours de fête en cérémonie religieuse (processions, prières). C’est à José Abalos que l’on doit le
  11. 11. retour à Caracas d'une manifestation plus festive mais aussi plus raffinée, sauf pour le peuple et les esclaves qui n’ont pas les moyens de gaspiller du riz dans les rues. Au milieu des années 1950, les fameuses « negritas » cachent leur identité sous un déguisement pour profiter pleinement et sans complexe des festivités, et ce jusqu’à la fin des années 1970. Le carnaval le plus célèbre dans le pays se trouve à El Callao dans l’Etat de Bolivar, o ù l’immigration antillaise a apporté au calypso des éléments comme le cuatro et les maracas. Eau Le pays tout entier se structure autour d’un fleuve majestueux : l’Orénoque, un immense flot d’eau douce, avec tout le potentiel qu’il représente pour le développement du pays, dans une planète où l’eau devient de plus en plus précieuse. Christophe Colomb a été clairvoyant en affirmant au cours de son troisième voyage, il y a 500 ans à la vue de ce gigantesque courant d’eau douce, que la terre s’étendant devant lui était bien un continent et non une île comme celles qu’il avait découvertes auparavant. L’Orénoque est le symbole de la nation, dont les rives virent Simón Bolívar donner forme et substance à sa création républicaine. Gocho Habitant de la zone andine. Victime principale des histoires drôles (le belge vénézuélien) à cause de ses origines paysannes et de ses manières un peu rustiques. Le terme, vieux de quelques siècles, viendrait du français « gauche » , employé par les étudiants de la haute société pour qualifier les habitants de la région. Paradoxalement, les Gochos sont également réputés pour leur galanterie et leur bonne éducation. Mérida est d’ailleurs appelée la ciudad de los caballeros ( « la ville des gentlemen » ). Hamac Le Vénézuélien est indissociable du hamac, il aime s’y prélasser en sirotant une bière, calé entre les fibres de coton, de palmiers moriche ou synthétiques. Les communautés indigènes l’utilisent quotidiennement comme couche. Fabriqués principalement sur l’île de Margarita, à Barquisimeto et chez les Waraos, on en trouve pour tous les goûts et tous les budgets. Licorería Lieu ouvert sur la rue où l’on vend de l’alcool. Tous les week-ends (et pas seulement) de nombreux Vénézuéliens se réunissent devant les licorerías, ouvrent les portes de leur voiture et boivent de la bière ou des alcools forts jusqu’au matin, tout en écoutant de la musique à plein volume. Contrairement à ce que l’on pense, les Vénézuéliens boivent plus de whisky que de rhum : ils en sont les plus grands consommateurs au monde ! Le rhum est trop vulgaire pour la bourgeoisie et trop cher pour les classes populaires qui se rabattent sur des alcools moins
  12. 12. raffinés et plus forts : l’aguardiente (miche) ou l’anis qui est un vague cousin du pastis et se boit pur ! Poissons Sur la côte des Caraïbe, les pêcheurs sont légion et le poisson est roi, frais et bon marché. Vous le dégusterez à la plancha ou frit, accompagné d'une salade, de riz et de tostones (bananes frites). Telenovela Ces feuilletons à l’eau de rose (star, glamour et intrigues « à deux balles » ) sont omniprésents dans les foyers équipés. Le phénomène est tentaculaire, les productions vénézuéliennes Abigail et Cristal ont paralysé par le passé toute activité professionnelle et sociale à l’heure de leur retransmission dans les pays voisins. Elles sont régulièrement réadaptées par des pays voisins. Au niveau du Venezuela le contexte politique et social a stoppé les productions pendant quelques années, mais depuis 2011 les femmes au foyer peuvent rêver aux vies dorées et compliquées dans Que el cielo me explique. Toros coleados L'un des sports causant le plus grand nombrede décès (sportifs) dans le pays. Cette spécialité est l'apanage de cow-boys des Llanos, qui s'affrontent notamment lors des fêtes populaires. Le principe est de lâcher un taureau dans le stade alors que trois cavaliers tentent de faire tomber la puissante bête en la prenant...par la queue. Ambiance assurée ! Survol du Venezuela
  13. 13. Survol du Venezuela - Paysage du Venezuela. © WernerHilpert – Fotolia GÉOGRAPHIE Andes et cordillère de la Costa Au nord, les Andes vénézuéliennes et la cordillère de la Costa sont séparées de la zone montagneuse de la Guyane par les Llanos, des plaines que l’on pourrait rapprocher de la pampa argentine. Les cordillères du Nord sont des rameaux de la principale chaîne andine qui entre au Venezuela en se divisant en un énorme V, de la sierra de Perijá jusqu’au nord des Andes, au bassin de Maracaibo. Plus à l’est, les Andes se transforment en cordillère de la Costa, qui marque la limite méridionale de la mer des Caraïbes. Zone côtière Cette zone n’est constituée que d’une frange étroite, entre la côte et les montagnes, entre la péninsule de Paria et le lac de Maracaibo. On y trouve, d’ouest en est, les ports de Maracaibo, Puerto Cabello, La Guaira, Puerto La Cruz (Guanta), Cumaná et Carúpano. Elle est peuplée de 18 % de la population alors qu’elle ne représente que 7 % de la surface du pays. C’est, bien entendu, ici que se trouvent les plages, notamment celles appartenant aux parcs nationaux de Morrocoy (à l’ouest de Caracas) et de Mochima (à l’est). Dans ces
  14. 14. vallées chaudes qui longent la mer, on cultive le cacao, mais aussi la noix de coco, la canne à sucre et les bananes. La pêche constitue aussi un pôle de ressources important, sur les côtes continentales et ses 72 îles. Llanos Ces plaines immenses, situées entre les cordillères andines et côtières (à l’ouest et au nord) et l’Orénoque (au sud), occupent une superficie plane de savanes à perte de vue. Quelques forêts longent des rivières calmes au faible dénivelé, qui débordent par conséquent fréquemment. Ainsi, le fond de l’Orénoque ne descend par exemple que de 80 m sur 1 200 km. Formidable Orénoque ! 97,4 % de l’eau du globe sont constitués par les océans. Parmi le peu restant, l’Orénoque a sa part : 2 200 km de long, soit le deuxième plus long fleuve d’Amérique (le 7e mondial) et le troisième plus puissant du monde (derrière l’Amazone et le Zambèze). En moyenne circulent 40 000 m2 d’eau par seconde. C’est dans ce fleuve que se trouvent 90 % des réserves d’eau non salubres du Venezuela. Au long de ce cours d’eau vivent 2 600 espèces de vertébrés et peut-être plus d’un demi-million d’invertébrés, répartis dans de grands biomes : savanes, forêts (57 types différents !), montagnes et écosystèmes aquatiques. CLIMAT En fait, il faut parler de climats. En effet, il existe 35 zones climatiques dans le monde, et l’on retrouve 25 d’entre elles au Venezuela (sans compter l’air conditionné !). Il est bien sûr difficile de détailler chacun de ces climats, mais en gros voici à quoi vous attendre. Le Venezuela propose en règle générale des températures oscillant entre 22 et 33 °C, avec des maxima dans les Llanos autour de 40 °C et surtout à Maracaibo, jusqu’à 45 ou 50 °C. Néanmoins, au bord de la mer, la température est rafraîchie par la brise marine et s’avère très agréable. La saison des pluies débute en mai et dure normalement jusqu’en novembre : c’est l’hiver (on observe cependant depuis quelques temps des pluies qui perdurent quelquefois jusqu’en janvier). Le reste de l’année, c’est l’été (verano) et le temps est généralement très sec. Mais même pendant la saison des pluies, il est tout à fait possible d’apprécier son séjour au Venezuela. Il s’agit en effet généralement de précipitations fortes, mais très courtes (30 minutes), et après le soleil reprend ses droits. ENVIRONNEMENT – ÉCOLOGIE Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est très limitée dans le pays. Excepté dans des parcs nationaux où la réglementation est très stricte, ailleurs c’est la jungle… Il suffit de visiter n’importe quelle ville pour s’en rendre compte. Les plages en haute saison touristique sont un véritable désastre : elles sont littéralement envahies de voitures et de tentes qui s’étendent jusqu’au bord de l’eau, la musique à plein volume, pendant que s’amasse à même le sable une impressionnante quantité de canettes de bière. Paradoxalement, ils
  15. 15. semblent plutôt respectueux de leur environnement… dès qu’ils posent un pied dans un parc national. Ces parcs heureusement nombreux et vastes sont comme des îlots de propreté et de respect. Leur état est irréprochable grâce à la bienveillance d’Inparques (organisme de gestion des parcs nationaux) et la collaboration de tous. FAUNE ET FLORE Faune Faune - Tony Martin, profession : piégeur d’anaconda. © Laurent BOSCHERO Les amateurs de faune se régaleront au Venezuela, qui compte une impressionnante variété d’espèces. Nombreux sont les professionnels ou les simples admirateurs qui viennent dans le pays pour étudier une espèce particulière. Oiseaux Sur les 9 300 espèces d’oiseaux répertoriées à ce jour dans le monde, plus de 3 000 ont
  16. 16. leur gîte en Amérique du Sud, le bien nommé « continent des oiseaux » . Le Venezuela participe pleinement à cette richesse ornithologique avec plus de 1 400 espèces, ce qui le place au 6e rang mondial. La richesse de l’avifaune vénézuélienne se voit favorisée par la grande variété d’écosystèmes. Parmi les meilleurs sites pour les observateurs d’oiseaux, nous citerons les Llanos et la péninsule de Paria, mais aussi le parc national Pittier, qui compte pas moins de 570 espèces différentes ! Néanmoins, certains oiseaux indigènes, qui ne vivent qu’au Venezuela, se trouvent en danger d’extinction. Parmi eux, la cotorra margariteña, le cardemolito et la guacamaya verde, victimes du déboisement. Il faut en effet savoir que chaque fois que l’on détruit 100 hectares en Amazonie, on détruit en même temps l’habitat d’environ 2 000 oiseaux. Reptiles Le crocodile de l'Orénoque est le plus imposant membre de la famille des reptiles au Vénézuela. Il a été chassé pour son cuir, presque jusqu’à extinction. Maintenant, divers hatos (ranchs), hato Masaguaral, hato El Frío, travaillent à sa reproduction et chaque année relâchent des spécimens dans le bassin de l’Orénoque. Ils peuvent atteindre 7 à 8 m de long, ce qui leur confère l’honneur d’être le plus grand crocodile d’Amérique. La famille des tortues. Une famille fort bien représentée au Venezuela avec pas moins de onze espèces ! Plus révélateur encore de la richesse animalière du pays : sur les huit espèces de tortues marines qui existent à l’échelle mondiale, cinq se rencontrent au Venezuela, dont la Leatherback (luth) qui vient poser ses œufs au nord de la péninsule de Paria. Malheureusement, les cinq espèces se trouvent en danger d’extinction, tant pour des raisons naturelles (elles atteignent l’âge de reproduction seulement à 20 ans, et seule 1/10 000 atteint cet âge) qu’en raison de l’intervention humaine (chasse, destruction des nids et pollution des eaux). Mammifères Parmi les 250 espèces recensées dans le pays, le roi est le jaguar (tigre mariposa), dont la population est malheureusement menacée par le braconnage. Il peut atteindre 2,50 m et 120 kg et habite dans les forêts de la Guyane, mais aussi dans la savane des Llanos. Autres félins que les très chanceux peuvent surprendre dans la nature, le puma (puma), le splendide ocelot (cunaguaro ou tigre), braconné pour sa peau tachetée et sa viande paraît- il savoureuse et, last but not least, la panthère noire. Les singes aussi sont largement représentés dans tout le pays. Enfin, signalons la présence du charismatique paresseux (pereza), tant dans les forêts de la Gran Sabana que dans certains parcs urbains. Ceux-ci pendent invariablement aux arbres, la tête sous la branche, et n’en descendent qu’une fois par mois environ pour déposer religieusement leurs crottes au pied du tronc. Flore
  17. 17. Flore - Anarcade (ou noix de cajou). © Laurent BOSCHERO La grande variété d’écosystèmes différents influent bien sûr aussi sur la flore, qui mérite une étude à part entière. Avec ses 30 genres et plus de 100 espèces de palmiers, le Venezuela est l'un des pays les plus fournis d´Amérique latine dans la famille des « Palmae » . La forêt de brouillard constitue le biotope préféré des palmiers où quelques espèces endémiques sont également présentes. Dans ces forêts couvertes de palmiers on trouve des manguiers. Tout ce petit monde couvre tout de même près de 60 % du territoire, dans les plaines (llanos) poussent les graminées, le Delta est fait de mangroves et les hauteurs andines hébergent des espèces surprenantes. Mais à n'en pas douter, les plus spectaculaires sont les plantes carnivores que l'on trouve aux sommets de certains tepuys. Soyez patients et attendez qu'un insecte s'y pose, c'est extraordinaire ! Histoire
  18. 18. L’ÉPOQUE COLONIALE Le 1er août 1498, lors de son troisième voyage, alors qu’il continuait à croire qu’il naviguait en mer de Chine, Christophe Colomb finit par toucher les rivages du Venezuela. Parti de Séville le 30 mai, le Gran Almirante pénètre dans la péninsule de Paria, au large du delta de l’Orénoque, et découvre Margarita et Cubagua. Ses successeurs chercheront des perles, et les trouveront à Cubagua, dont l’exploitation perlière fut le premier motif d’établissement espagnol au Venezuela en 1500. Tandis que d’autres conquistadores, plus courageux, explorent l’Orénoque infesté de crocodiles, à la recherche de l’Eldorado… Le Vénézuela devient une véritable opération militaire, où les Espagnols dominent, grâce à leurs armes, leur stratégie, leurs chevaux et leurs armures. Leur but ? S’approprier l’or, les perles, les terres et faire des esclaves. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les conquistadores étaient indépendants, et non des soldats du roi. UNE ENVIE D’INDÉPENDANCE La volonté d'indépendance, née de la maturité des colonies capables de se gouverner elles- mêmes, s'est trouvée confortée par le courant de pensée républicain et ses conséquences : indépendance des Etats-Unis et Révolution française. Les élites créoles veulent mettre fin à la dépendance politique (les postes clés sont réservés aux Espagnols) et surtout économique du Venezuela vis-à-vis de la métropole (l'Espagne oblige les colonies à ne commercer qu'avec elle, sous peine de mort). La métropole fixe aussi les productions, afin d'éviter la concurrence avec ses propres produits, comme l'olive ou le raisin. 1810, le Venezuela se déclare indépendant La vraie révolution commence avec la destitution de Carlos V, en 1808. L’Assemblée de Caracas rejette l’autorité du capitaine général Emparán, pour fonder une junte suprême. Le Venezuela est la première colonie à déclarer son indépendance à l’Espagne, le 5 juillet 1811. Le nouvel Etat, appelé la Confédération américaine du Venezuela, est constitué des provinces unies de Caracas, Cumaná, Barinas, Margarita, Barcelona, Mérida et Trujillo. Le drapeau dessiné par Miranda est adopté comme pavillon national. Simón Bolívar : première tentative Simón Bolívar joua un rôle très important dans l'indépendance du Vénézuela. C’est grâce à la publication, le 15 décembre 1812, de son manifeste de Cartagena, que le futur Libertador prend en main la restauration de la République. Dans le célèbre manifeste, il analyse les raisons de l’échec de la Ire République. Grâce à ses actions, il libère le pays des forces espagnoles. Suite à la victoire, le 30 septembre 1813, contre le commandant Monteverde, Bolivar est proclamé Liberator, nommé commandant en chef des forces révolutionnaires et reçoit les pouvoirs dictatoriaux. L’empire contre-attaque : fin de la IIe République
  19. 19. Les royalistes, postés à Puerto Cabello et dirigés par Monteverde, reçoivent des renforts d’Europe. Au même moment, en 1814, le général royaliste et sanguinaire José Tomás Boves, à la tête d’une autre horde venue des Llanos, prend Victoria et s’arrête à San Mateo, l’endroit même où Bolívar tient son quartier général. Boves, blessé dans la bataille, se retire dans les Llanos. Le 15 juin 1814, la seconde bataille de La Puerta est perdue par les indépendantistes, ce qui achève la IIe République. L’armée, dirigée par Bolívar et Mariño, est exsangue alors que Victoria, et plus tard Valencia, retombent dans les griffes de Boves. Le Venezuela redevient alors royaliste. Le 5 décembre, la bataille d’Urica, où Boves meurt, sonne définitivement le glas de la IIe République. Le capitaine général espagnol Morillo arrive à Margarita le 7 avril 1815, à la tête d’une force expéditionnaire de 15 000 hommes envoyés pour « pacifier » les colons rebelles. Bolívar : le retour, la IIIe République Au début de l’année 1816, Bolívar retrouve nombre d’indépendantistes exilés à Haïti. Là, avec l’approbation du président haïtien Petión, il prépare un débarquement avec ses officiers à Los Cayos, sur l’île Margarita. Pendant ce temps, José Antonio Páez, une figure militaire indépendantiste des Llanos, se fait remarquer par ses exploits. Il est nommé commandant en chef des forces révolutionnaires. Bolívar et ses 250 hommes débarquent le 3 mai, à Margarita, où le Libertador proclame la IIIe République, à Santa Ana, quatre jours plus tard. Il devient, du même coup, commandant en chef de l’armée libératrice. L’ÈRE DES CAUDILLOS De 1831 à 1835, José Antonio Páez, malgré son analphabétisme notoire, préside à Caracas devenue capitale. En 1839, il est réélu président jusqu’en 1846. Mais trois ans plus tard, il est carrément expulsé du pays pour avoir « conspiré » contre Monagas, qui décrète en 1854 l’abolition de l’esclavage. En 1899, le général Cipriano Castro, accompagné de 60 compatriotes du Táchira, déclare la guerre au gouvernement à Capacho, le 24 mai. Il entre dans Caracas le 22 octobre et prend le pouvoir le lendemain jusqu’en 1908. Gómez, le bras droit du dictateur, emploiera ces 9 années à construire les bases de son futur pouvoir… Les années Gómez En 1908, Cipriano Castro, sur les conseils de son entourage, part en Allemagne pour se faire opérer. Pendant ce temps, son vice-président, le général Juan Vicente Gómez prend sa place, en l’accusant de crimes en tout genre. Les tribunaux déclarent Castro inéligible ; il est suspendu de son poste et menacé d’arrestation s’il revient. Gómez assume donc le pouvoir dès le 24 novembre 1908 pour une dictature mémorable qui ne s’achèvera qu’à sa mort en 1935. En quatre ans, le budget de l’armée croît de 180 %. Son régime est une vraie tyrannie qui chasse sans relâche tous les autres partis politiques quels qu’ils soient.
  20. 20. VERS LA DÉMOCRATIE De 1935 à 1941, le général Eleazar López Contreras devient président. Lui succède jusqu’en 1945 le général Isaías Medina Angarita. Sous sa présidence, aucun prisonnier politique ni exilé n’est déploré ; c’est la première fois que l’on parle d’un impôt sur les hydrocarbures aux gringos. Il dérange… Le 18 octobre 1945 éclate un coup d’Etat fomenté par un groupe de jeunes officiers qui prend d’assaut les installations militaires de Maracay et de Caracas ainsi que le palais présidentiel de Miraflores et les centres de communication de la capitale. Le président Medina se rend à un jeune officier, Marcos Pérez Jiménez, et s’exile avec Lopez Contreras. Rómulo Betancourt préside le Conseil de gouvernement mis en place, jusqu’en février 1948, date à laquelle le célèbre romancier Rómulo Gallegos, président de l’Action démocratique (AD, social-démocrate), est élu démocratiquement président de la République. Pour la première fois, le pouvoir a le soutien de la majorité de la population. L'alternance politique De 1969 à 1974, le président est Rafael Caldera (Copei, démocrate-chrétien). C’est la première fois qu’une alternance politique a lieu au Venezuela sans effusion de sang. Avocat, professeur et écrivain, le leader du Copei, né en 1916, gagne les élections avec un tiers des voix. De 1974 à 1979, a lieu une nouvelle alternance avec la présidence de Carlos Andrés Pérez, AD. L’ancien président Carlos Andrés Pérez, réélu président le 4 décembre 1988, prônera, à l’inverse, une politique de rigueur. L’impopularité de Pérez s’accroît. Tant et si bien que, dans la nuit du 3 au 4 février 1992, douze bataillons de Maracay et Maracaibo se soulèvent. Le putsch (qui fait 20 morts), mené par le lieutenant-colonel Hugo Chávez (du Movimiento Bolivariano Revolucionario, un nationalisme anti américain de gauche) et Arias Cárdenas, avorte, mais le mécontentement subsiste. C’est ce qui s’appellera le « Mouvement du 4-F » . Lors du deuxième coup d’Etat, le 27 novembre 1992, un groupe de jeunes officiers d’aviation va jusqu’à bombarder le palais présidentiel de Miraflores, faisant 100 morts. Mais l’armée restera loyale au président. En mai 1993, Carlos Andrés Pérez est mis en cause par le Sénat pour une sombre affaire de finances occultes. Il est écarté du pouvoir en 1993, mais il sera toutefois blanchi fin 1996. En décembre 1993, Rafael Caldera est réélu président à l’âge de 77 ans avec 28 % des voix, grâce aux élections présidentielles à un tour. Malheureusement, le nouveau Président ne parvient pas à redresser l'économie du pays et le peuple se soulève. LES ANNÉES CHÁVEZ
  21. 21. LES ANNÉES CHÁVEZ - Discours du président Hugo Rafel Chavez Frias, Castillo Cipriano Castro. © Laurent BOSCHERO Alors a commencé l’ascension du mystérieux Hugo Chávez, martyr du 4-F, emprisonné pendant plusieurs mois. C’est la première fois au Venezuela qu’un homme politique descend dans la rue et se préoccupe des problèmes des plus mal lotis. Son ascension est la conséquence d’un dé sir de changement de la part de la majorité de la population, qui ne veut plus de corruption, déçue par l'inefficacité de la gestion publique et de la distribution inégale de la richesse, et qui accorde très peu de crédibilité aux partis politiques. La nouvelle é lite est représentée par des gauchistes en mal de démocratie qui ont toujours critiqué l’autoritarisme des précédents gouvernements. Chávez, qui n’est pas un ange, n’hésite pas à remettre au pas l’industrie pétrolière et à favoriser ses fidèles au sein de l’armée. Le 15 août 2004, le résultat des urnes conforte une nouvelle fois le mandat présidentiel avec 58 % des voix en sa faveur. En juillet 2006, il adhère au marché commun de l’Amérique du Sud, le Mercosur qui regroupe l’Argentine, le Brésil, le Paraguay et l’Uruguay.
  22. 22. L'année 2008 est marquée par les crises politiques avec la Colombie et les Etats-Unis, expulsion des ambassadeurs respectifs, mais aussi d'une délégation de Human Rights Watch (HRW), après un rapport critique de l'ONG. La relation avec le gouvernement américain s'est depuis améliorée avec l'élection de Barack Obama, cordiale mais ferme, la preuve avec la crise du Honduras en juillet 2009, lorsque Hugo Chávez assure alors qu'il ferait tout pour « faire échouer » le putsch, et, que de son côté, la Maison-Blanche se déclare « très préoccupée » de la situation, mais laisse place au dialogue. Se cherchant des alliés puissant, le président Chávez s'était rendu en septembre 2008 en Russie pour signer une série d'accords dans les domaines militaire et économique. Population et mode de vie Un peuple métissé Un peuple métissé - Anniversaire chez les Piaroa. © Laurent BOSCHERO
  23. 23. La population vénézuélienne est très jeune, comme le démontre la forme pyramidale de la structure des âges : 31,6 % de la population a moins de 15 ans, alors que seuls 5,1 % des habitants ont 65 ans ou plus, ceci malgré une espérance de vie relativement élevée : 76 ans pour les femmes ; 70 ans pour les hommes. La croissance démographique reste soutenue, si bien que cette tendance risque fort de se trouver confirmée durant les années à venir. Les deux tiers (67 %) de la population vénézuélienne sont métissés. Les Blancs représentent 21 % de la population et les Noirs 10 %. Ces derniers se rencontrent bien sûr dans tout le pays, mais affichent des préférences pour la côte, notamment du côté de Choroní-Chuao, où ils continuent à faire vivre leurs traditions comme celle des tambores (sorte de tam-tam). Les Indiens, appelés indígenas, ne représentent que 2 % du total de la population, mais méritent que l’on s’attache de plus près à leur sort : « Les Indiens d’Amérique totalisaient pas moins de soixante-dix millions de personnes lorsque les conquistadores firent leur apparition ; un siècle et demi plus tard, ils n’étaient plus que trois millions et demi. » (Darcy Ribeiro, avec des documents de Henry F. Dobyns, Paul Thompson et autres). Sur les 34 ethnies répertoriées lors du dernier recensement (le censo indígena) qui remonte à 2001, la plupart d’entre elles vivent en Guyane. Les Waraos (36 028 individus) et les Pemóns (27 157 individus) sont largement les plus importants ressortissants de l’Etat Bolívar, alors que les Yanomamis dominent en nombre l’Etat Amazonas (12 234 personnes), suivis par les Guajibos et les Piaroas (14 000 chacun). Certaines communautés yanomamis (et sanemas, qui sont un sous-groupe) vivent complètement recluses et sont inaccessibles aux curieux. Dans le delta de l’Orénoque vit donc la première communauté indienne la plus importante du pays : les Waraos. Mais c’est dans l’Etat de Zulia que l’on rencontre le plus fréquemment des Indiens : les 293 777 Wayuus (plus connus sous le nom de Guajiros) vivent à cheval entre le Venezuela et la Colombie, ne reconnaissant d’ailleurs pas la frontière officielle. Ceux-ci, par ailleurs contrebandiers par essence, défendent leurs droits avec un acharnement sans pareil, à tel point que même l’armée vénézuélienne refuse de mettre les pieds sur leurs terres. Vie sociale
  24. 24. Vie sociale - Pause cantine à El Bruzual. © Laurent BOSCHERO La philosophie du hamac et de la glacière... Impossible de dissocier Venezuela, hamac et glacière ! Le hamac pend invariablement devant les maisons à la campagne et accueille enfants assoupis, adultes au repos et grands-parents laissant la vie passer. Autour de lui on y discute, on y rêvasse, on y regarde la télévision, on y fait l’amour et, surtout, on y dort. Nombreux sont les Vénézuéliens qui possèdent dans leur chambre à coucher, en plus du lit, un hamac où ils dorment régulièrement. Quant aux différentes ethnies indiennes, toutes utilisent des hamacs comme couche. Dans la forêt, il est vital de dormir au-dessus du sol où peuvent se promener des animaux potentiellement dangereux ou dont la morsure n’est en tout cas pas agréable : araignées, serpents, scorpions, fourmis. Il existe bien sûr des hamacs de toutes les tailles et toutes les matières : en coton, en fibre de palmiers moriche, en diverses matières synthétiques. Il ne doit surtout pas être trop tendu, mais ne doit pas toucher terre non plus. Pensez à la moustiquaire également. Encore plus populaire que le hamac mais pas incompatible – au contraire –, la glacière. Elle ne quitte pas son maître, dans la voiture, sur un parking ou sur une plage. Autour d'elle on y refait le monde, on y danse et on y chante. Les mains toujours prêtes à plonger au milieu
  25. 25. des glaçons pour en sortir une bière Polar bien fraîche dont les Vénézuéliens sont d’immenses consommateurs. La glacière est à n’en pas douter le produit qui rassemble tout le monde. Pour les alimenter sur les routes circulent 24h/24 des remorques transportant les précieux breuvages fermentés et toutes les régions possèdent leur propre brasserie afin de faciliter et accélérer le transfert de la cuve jusqu’à la glacière pour finir dans le gosier. Le cocktail hamac et glacière se conclut souvent par une bonne sieste sur la plage ou devant le tube cathodique… ou plasmique ! Arts et culture De nouveaux espaces de création et d'expression se sont créés depuis que le président Chávez a pris le pouvoir. Que ce soit au niveau de la danse comme de la musique force est de reconnaître que le Venezuela s'est fait une place parmi les grandes nations depuis quelques années. Toute la production artistique s'en retrouve bouleversée, politisée ; cette effervescence favorise l'émergence de grands talents dans tous les domaines. Architecture
  26. 26. Architecture - Maison typique Piaroa. © Laurent BOSCHERO Contrairement à d’autres pays d’Amérique latine, l’influence espagnole en matière architecturale est relativement réduite, bien qu’il existe quelques villes qui possèdent de jolies maisons coloniales ; au premier rang d’entre elles, citons Coro, qui est un petit bijou classé par l’Unesco au patrimoine mondial ; Ciudad Bolívar (qui doit le devenir), Río Caribe, Trujillo ou Choroní méritent également une mention. Parmi les caractéristiques principales, relevons les maisons colorées, dont les fenêtres sont protégées par une grille en bois ou en fer. La plupart du temps, ces demeures coloniales possèdent un charmant patio intérieur et des plafonds très hauts afin de permettre une meilleure ventilation des chambres. Sur la péninsule de Paraguaná, on rencontre une autre influence coloniale, hollandaise cette fois, directement importée par les commerçants juifs établis antérieurement du côté des îles ABC (Aruba, Bonaire, Curaçao). Dans les grandes villes, l’architecture est plus anarchique. Caracas constitue un bon exemple de ce melting-pot, où s’entremêlent joyeusement buildings vitrés à la pointe du modernisme, misérables baraques de tôle ondulée des ranchos des bidonvilles, édifices atroces des années 1950, splendides villas luxueusement aménagées, petit centre colonial, etc. Mais sans doute, l’architecture la plus typique et la mieux conservée est l’apanage des communautés indiennes, comme la churuata (maison
  27. 27. ronde au toit en V renversé constitué de feuilles de palmiers) des Piaroas et des Yekuanas, les palafitos (maisons sur pilotis) des Waraos et des Wayuus ou les yahís des Yanomamis. Cinéma Le premier film sonore du Venezuela fut un court-métrage intitulé Taboga de Antonio Delgado Gomez en 1934. Pendant les années 1930, Romulo Gallegos crée les studios Avila dans la capitale ; quelques années plus tard Bolivar Films est créé par Guillermo Villegas Blanco qui aujourd'hui encore collabore avec des productions latino-américaines. La Balandra Isabel llego esta tarde de Carlos Hugo Christensen remporte le prix de la meilleure photo au festival de Cannes en 1951. En 1954, le Venezuela obtient sa plus haute distinction, encore au festival de cannes où le documentaire Araya de Margot Benacerraf se partage le prix de la critique avec Hiroshima, mon amour d'Alain Resnais. Dans les années 1960, le cinéma est militant, réalisé avec peu de moyens. Dans la décennie suivante, le pays s'enrichit grâce à la hausse du pétrole : ceci profite aux productions qui ont plus de moyens pour réaliser des fictions et des longs-métrages ; tout en restant amateur le pays se tourne vers des productions plus commerciales. A partir des années 1990, c'est un cinéma historique qui s’installe sur les écrans ; un autre genre aussi fait recette avec des films plus violents tels que Sicario en 1995 ou Secuestro Express de Jonathan Jakubowicz sur fond d'insécurité et de trafic de drogue. Lilane Blaser dirige une école de cinéma depuis 1986, la Vila del Ciné accompagne le cinéma d'auteur qui reprend sa place. Les financements de l’Etat permettent aujourd’hui à de jeunes réalisateurs de concrétiser leurs projets. En 2011, le road-movie El chico que miente écrit et produit par Mariana Rondón a été sélectionné au dernier festival de Berlin. Elle a aussi réalisé Cartes postales de Leningrad, primé au festival Biarritz Amérique latine en 2007. Littérature Pendant la période coloniale, le Venezuela reste discret dans l’histoire de la littérature latino-américaine. Seuls deux noms ressortent, le chroniqueur Oviedo y Baños qui commente la découverte de la terre ferme (Colombie et Venezuela), et le poète Fray Juan de Castellanos qui raconte de manière épique l’histoire de la colonisation. Au XIXe siècle deux courants de pensée marquent l’époque républicaine, la pensée politique et constitutionnelle de Simón Bolívar, et la pensée humaniste de Simón Rodríguez et d’Andrés Bello ; les chants visionnaires amorcent la poésie romantique du continent sud-américain. Les héros de l’histoire nationale sont dépeints sur un fond d’élégies. L’époque romantique prédomine jusqu’au début du XXe siècle. Pendant cette période, la satire de la vie sociale voit le jour avec le roman d’Eduardo Blanco (Zárate, 1882). Au début du XXe siècle, José Martí et Rubén Darío, marqués par le modernisme, donnent un coup de jeune à l’écriture : on est en pleine recherche symbolique. Mais la représentation de la vie nationale est toujours présente, comme avec Rómulo Gallegos (Doña Barbara, 1929, et Canaïma, 1935). Le patrimoine lyrique s’enrichit avec Juan Sánchez Peláez, Juan Liscano ; l’écriture
  28. 28. contemporaine prend forme. La prose d’Arturo Uslar Pietri devient une référence dans le monde littéraire (Barrabas y otros cuentos, 1929, Las lanzas coloradas, 1931 et El Camino de El Dorado, 1942), l’écriture libre de Miguel Otero Silva (Casa muertas, 1955) change la perspective trop réaliste des écrivains. L’imaginaire du peuple s’est nourri de la richesse des traditions des ethnies indigènes, des esclaves africains et des conquistadors. C’est avec l’histoire de ce peuple et ses talents d’alchimiste que l’écrivain contribue à l’existence d’un être à part entière, reconnu par les autres nations. Hugo Chávez depuis son ascension au pouvoir a détourné la majorité de l'imaginaire collectif vers lui ; la société vénézuélienne a politisé tous les espaces même les plus intimes. On attend désormais d'un écrivain qu'il prenne position et qu'il s'exprime sur ses affects par rapport à la politique. Le lecteur se retrouve ou non dans la plume, il se sent proche ou très loin de celle-ci selon ses convictions. Musique
  29. 29. Musique - Musicien des Llanos. © Elyxandro Cegarra Gomez La musique au Venezuela est aussi importante que la bonne bouffe en France. Avant de savoir marcher, le petit Vénézuélien tape du pied quand il entend du merengue. Dans les bus (de jour comme de nuit), les boutiques et les bars, la musique est partout. Même les plus machos fredonnent les refrains à l’eau de rose des salsas les plus romantiques. Géographiquement, on distingue plusieurs types de musique. Sur les côtes encore peuplées de Noirs, les tambores vous mettront en transe et vous feront tournoyer comme sous l’effet d’un envoûtement furieux. Dans les plaines, la musique des Llanos (contrapunteo ou l’entraînant joropó surtout, qui est la danse nationale) rythme la vie des fermiers, au son des maracas, cuatro (une petite guitare à quatre cordes), basse et harpe. Ses figures les plus éminentes, Simón Diaz ou le plus jeune (et plus soft) Reynaldo Armas, sont les ambassadeurs des llaneros, ces cow-boys vrais et forts comme le café, à la peau et au chapeau brûlés par le soleil. Ailleurs encore règnent la salsa (Willie Colon, Ruben Blades, Celia Cruz, Oscar D’Leon) et le merengue (Proyecto Uno, Los Ilegales), qui sont les musiques les plus populaires. Parfois, on a droit au reggae ravageur de Los Pericos ou Lebronch, et la nouvelle bombe qui a explosé dans le monde latino, le reggaeton, ce style ragga-cumbia-salsa avec des vocalises rap, est né dans le quartier qui a révélé au monde entier la salsa dans les années 1970. Parmi les groupes autochtones populaires, on peut compter sur le duo caraqueño de Doble Impacto, le soliste de Barquisimeto Mister Bryan. En 2012, les plus fameux sont Chino y Nacha et Oscarcito. A Caracas et dans les grandes villes, le rock'n'roll à son public, du rock classique des 80's avec Aditus, La Puta Electrica, au rock alternatif avec Zapato 3, La Vida Boheme, Caramelos de Cianuro et Los Mesoneros. Dans les discothèques, la probabilité d’avoir droit à quelques morceaux de techno est importante. Les DJ qui s’imposent sont : DJ Trujillo (Caracas), Jose Cabello (Cumaná), Leo, Stod, Nano et Oscar (Caracas). Les rappeurs ont aussi droit de « cité » : Cuarto Poder, Guerilla Seca avec Prieto, La Mente, Los Causa et DJ Trece ; une grosse scène rap appelée « Caracazo » a lieu chaque année. Au mois de décembre, un genre musical folklorique éclipse les autres : la gaita, originaire de Maracaïbo. Enfin Soledad Bravo, l'une des voix les plus célèbres d'Amérique latine, a émigré au Venezuela à l'âge de 7 ans. Connue depuis les années 1960, son répertoire mélange les genres : folklore, jazz, llanera et même la salsa. Elle a interprété la fameuse chanson du Che Hasta Siempre. Cuisine vénézuélienne
  30. 30. Cuisine vénézuélienne - L’art de préparer le steak de Macabi. © Laurent BOSCHERO Entrées et en-cas Arepas. Il s’agit du plat le plus représentatif du Venezuela, vendu dans des débits spécialisés : les areperas. Il s’agit d’une galette de maïs, fourrée de tous les ingrédients possibles et imaginables, mélangés ou non : fromage (queso blanco ou amarillo), jambon (jamón), thon (atún), viande en « mèches » façon ragoût (carne mechada), foie de poulet (hígado de pollo), poulpe (pulpo), et une trentaine d’autres ! L’arepa se mange chaude avec les doigts. Cachapas. Galettes de maïs épaisses et bourratives. Une spécialité des Andes.. Empanadas. A base de farine de maïs, ce beignet frit d’une quinzaine de centimètres est fourré le plus souvent de poulet (pollo), de carne mechada (viande de bœuf en lambeaux, façon ragoût), de fromage (queso) ou de bébé-requin (cazón).
  31. 31. Pasapalos. Ces amuse-gueules (omelettes, chorizo coupé en cubes ou petits beignets) sont servis dans les tascas (restaurants espagnols). Tostones. Ce sont des chips de banane plantain. Les fines rondelles du légume sont frites dans l’huile. Notez qu’il existe deux types de bananes au Venezuela : la banane fruit (cambur) que nous connaissons aussi sous nos froides latitudes, et la banane plantain ou banane légume. Plats traditionnels Hallacas. Servies dans des étuis en palme de bananier, les hallacas viendraient de l’époque des premiers esclaves qui confectionnaient un plat avec les restes que leurs maîtres leur donnaient à Noël. La pâte, élaborée à partir de farine de maïs blanc, est d’abord enrichie de beurre. Ensuite, des morceaux de pâte sont étalés sur les feuilles de bananiers lavées et découpées. Puis, on y dépose de la viande hachée de bœuf, de poulet, de porc ou de dinde ainsi que des olives, des oignons, voire du raisin et autres ingrédients déjà mélangés, dont l’ajout ou l’oubli fait la personnalité de l’hallaca. Pabellón criollo. LE véritable plat national, typique du dimanche et des soirs de fête, est constitué de plusieurs ingrédients : carne mechada, haricots noirs (caraotas), riz (arroz), une banane plantain frite (plátano), de petites arepas (arepitas), parfois un œuf (huevo) et un morceau d’avocat. Equilibré, copieux et peu onéreux, un plat très recommandé ! Boissons Café. Producteur d’un café excellent exporté depuis 1835 aux quatre coins du monde, le Venezuela en est aussi un grand consommateur. On le boit sous toutes les formes, du plus clair au plus foncé : guayoyo (quasiment de l’eau), café con leche (au lait), marrón, décliné encore en deux sous-groupes, claro (clair) ou oscuro (foncé) et enfin le café negro (noir). Chicha. Les Indiens Caraïbes la préparaient déjà. Cette bouillie de lait et de riz se boit frappée avec des glaçons et saupoudrée de cannelle. Une spécialité andine, que l’on trouve également au village de la Asunción sur l’île de Margarita. Frescolita. Cette boisson rouge orangé (que nous conseillons aux personnes sujettes à l’hypoglycémie) a le goût du parfait colorant sucré, dans la grande tradition du chewing-gum Malabar… ou de Novartis ! Les Vénézuéliens en raffolent mais nous vous défions d’aimer ! Cocada. Rafraîchissante et diaboliquement bonne. C’est un mélange de chair de noix de coco avec son jus, de sucre, de vanille et de glaçons ! Les meilleures se trouvent à Margarita sur le bord de la route entre La Asunción et Playa Parguito. Bière. Le Venezuela se « distingue » par sa consommation d’alcool, la plus importante du continent. Ils en sont très fiers et c’est une place qu’ils défendent avec succès depuis des années. Caracolant en tête, la bière Polar, appelée Polarcita, servie en bouteille (en botella : 22 centilitres ou plus rarement 33 centilitres – on commandera alors un tercio) ou en canette (lata). C’est LA meilleure bière du Venezuela, dit la publicité. Le Venezuela est un gros producteur de rhum brun (ron). L’usage le plus fréquent du rhum est de le prendre en apéritif. On peut y ajouter du coca mais selon la qualité nous vous conseillons de le savourer pur : dans ce cas oubliez même les glaçons et buvez très
  32. 32. lentement. Ils ne crachent pas non plus sur le whisky, considéré comme plus noble que le rhum. Ils en sont les plus grands consommateurs au monde ! Le vin vénézuélien. Autrefois petit consommateur de vin avec 1 % seulement du total des boissons alcoolisées consommées dans le pays dans les années 2000, la consommation de vin est depuis 2006 constante, phénomène de mode des telenovelas, mais aussi souci de l'élégance et du savoir-vivre à la française. Ce qui ramène les chiffres actuels à un demi- litre par personne par an, contre un litre de whisky et 65 litres de bières. Enfants du pays Hugo Rafaël Chávez Frías (1954-) L'actuel président de la République bolivarienne du Venezuela est incontestablement la personne la plus populaire du pays. Même au niveau international, le leader du parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) est régulièrement sous les feux de la rampe ; il est la bête noire des conservateurs de notre planète. Rómulo Gallegos (1884-1969) Non content d’avoir été un temps l’auteur le plus célèbre d’Amérique latine (ses romans Doña Barbara, Canaïma, etc., peignent dans un style unique la vie dans les Llanos et la savane), il devint président du Venezuela, en décembre 1947. Pastor Rafael Maldonado Motta (1985-) Figure désormais emblématique du sport de haut-niveau, il s'agit du seul Vénézuélien qui court actuellement en Formule 1. Chez Williams depuis 2011 au côté de Barrichello, ses résultats ne sont pas encore au rendez-vous mais il arrive assez régulièrement à atteindre la dernière partie des qualifications. Lors du dernier Grand Prix de Monaco il se retrouve à la sixième place et, proche de l'arrivée lorsqu'il se fait accrocher par Lewis Hamilton, il est contraint à l'abandon. Ivian Lunasol Sarcos Colmenares (1989-) Miss Venezuela 2011 est devenue la plus belle femme du monde en remportant également le prestigieux titre de Miss Monde, concours suivi dans 150 pays. 1m79, cheveux longs et brune aux yeux de jais, elle est considérée comme l'une des plus belles miss de l'histoire par les Vénézuéliens mais aussi par les spécialistes du concours. Issue d'une famille de 13 frères et sœurs, elle travaille dans une société audiovisuelle. Notre représentante française Clémence Oleksy n'a pas terminé dans le top 30 sur les 112 créatures présentées cette année-là à Londres.
  33. 33. CARACAS ET SES ENVIRONS CARACAS ET SES ENVIRONS - Caracas
  34. 34. CARACAS ET SES ENVIRONS - Vue de l'hôtel Continental Altamira Caracas. © Laurent BOSCHERO CARACAS
  35. 35. CARACAS - Caracas Caracas est le centre économique, administratif et financier du pays. C'est ici que siègent les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Les plus importantes institutions éducatives, comme l'université centrale du Venezuela (UCV), sont ici. La ville est attachante, le tout c'est d'y prendre ses marques ; tout d'abord sa situation est assez idyllique, dans une vallée ceinte de vertes collines au sud et du splendide parc national d'El Avila au nord, qui est une source d'oxygène pour les Caraqueños, se prêtant parfaitement aux excursions dominicales. Ensuite, le climat est agréable : un printemps permanent enveloppe cette ville perchée à 950 m d'altitude, où les chutes de pluie ne durent généralement pas et où le soleil règne la plupart du temps. Force est de reconnaître qu'un touriste débarquant à Caracas, bruyant et stressant, n'a généralement ni le temps, ni l'envie de faire cet effort. Ce qui est compréhensible étant donné que le Venezuela offre des attractions naturelles d'un autre acabit. CASA AMARILLA Face à la place Bolivar et la cathédrale. Entré libre de 9h à 12h30 et de 14h à 17h. Cette maison coloniale fut d’abord une prison royale. C’est ici qu’en 1819 s’est réuni le premier Conseil de Caracas. Cette réunion, qui marqua le début de l’indépendance du pays, était alors provoquée par l’invasion de l’Espagne par Napoléon. Les Caraqueños, rendus inquiets par la destitution de Fernand VII, se réunirent pour élire un gouvernement provisoire, sans même prévenir le capitaine général Emparán. Devant le refus d’Emparán de reconnaître une autorité autre que celle de Fernand VII, le Conseil,
  36. 36. appuyé par la rue, se proclama Junte suprême. Le 19 avril, la junte rendit public le premier acte d’émancipation du Venezuela, confirmé le 5 juillet 1811 lors de la déclaration d’Indépendance. D’où vient la couleur jaune de ce monument ? D’aucuns prétendent qu’il fut peint en jaune par les autorités, au moment où il devint une résidence officielle, afin de faire oublier son sombre passé de prison. D’autres disent que pour fêter son élection à la présidence, Guzmán Blanco le fit badigeonner de jaune, la couleur du Partido Liberal. Quoi qu’il en soit, la Maison Jaune abrite aujourd’hui le ministère des Affaires étrangères. CASA NATAL DEL LIBERTADOR SIMÓN BOLÍVAR ✆ +58 212 541 2563, +58 212 545 7693 Entrée gratuite. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 16h, le week-end à partir de 10h. Située dans la dernière rue pavée de Caracas, cette maison fut construite en 1773, par Juan Vincente Bolívar, sur un domaine appartenant à sa famille depuis des générations. De son mariage avec María Concepción Palacios y Blancos naîtront deux filles et deux garçons. Le second d’entre eux, né le 24 juillet 1783, sera baptisé Simón. Le futur Libertador, orphelin à 9 ans, sera éduqué par le libre penseur et peu orthodoxe Simón Rodríguez. A 16 ans, Bolívar quitte Caracas pour parfaire son éducation en Espagne. Il y séjourne la dernière fois, en 1827, avant son départ pour la Colombie. Cette demeure coloniale reste incontournable même si, à force de séismes et de restaurations, elle a perdu de son cachet. Les meubles sont d’époque, mais à l’origine ils ne faisaient pas tous partie de la maison. De grands tableaux de Tito Salas retracent l’histoire d e l’Amérique et la vie héroïque du Libertador, depuis son mariage à Madrid en 1802 jusqu’au tremblement de terre de 1812. On notera l’exposition du cordon du Libertador, l’équivalent de la Légion d’honneur. Eh, oui ! Bolívar a longtemps admiré Napoléon, assistant même à son sacre à Notre-Dame. A gauche de la maison natale de Bolívar, se trouve le musée de… Bolívar. LA CASONA Avenue centrale entre Calles 1 et 2, Santa Cecilia ✆ +58 212 284 63 22 A cinq blocs, au nord du métro Dos Caminos. Visites organisées gratuites, mardi et mercredi à 9h30 et 14h30, sur rendez-vous seulement. Enfants à partir de 9 ans. Pas de photos et tenue correcte exigée. Demande par téléphone 10 jours avant la date prévue. Depuis 1964, cette ancienne hacienda de cacao et de café est la résidence obligée des présidents vénézuéliens. Une tradition qui n’a été respectée que par Raúl Leoni en 1966 et Carlos Andrés Pérez, en 1989. Chávez s’y est installé, mais se refuse à y faire des bacchanales et des parrillas sur le dos de son peuple, a-t-il annoncé. La visite parcourt la zone non habitée de cette gigantesque propriété, parmi les jardins et les œuvres de Michelena, Reverón ou Cabré. CATHÉDRALE DE CARACAS Plaza Bolivar
  37. 37. Ouverte du mardi au dimanche de 10h à 16h. Voilà moins de cinquante ans, son clocher de 33 m dominait encore la ville. Sortie de terre en 1665, elle est ornée depuis 1888 d’une horloge anglaise mais – chose unique à Caracas – sa façade n’a pas été modifiée depuis le début du XVIIIe siècle. A l’intérieur, le retable de saint Nicolás de Bari (1771) illustre à merveille la transition entre le rococo et le néoclassique. Le retable majeur, conçu en 1756 par J.-F. De León Quintana, ne peut qu’attirer l’œil avec ses 150 kg de dorure. On notera aussi la présence de chefs-d’œuvre tels que La Présentation de l’enfant au temple de Murillo, et La Résurrection de Rubens, offert à l’église par un amiral français qui, pris dans une tempête effroyable, promit d’en faire don s’il arrivait à La Guaira. Dans la chapelle de la Trinidad, reposent la femme et les parents du Libertador. Les cendres de ce dernier y furent également conservées, avant leur transfert au Panthéon. ÉGLISE SAN FRANCISCO Messe du lundi au vendredi à 6h, 7h, midi et 18h ; samedi à 6h30, 7h30, midi et 18h ; dimanche à partir de 7h et toutes les heures jusqu'à midi puis dernière représentation à 17h30. Bâtie à l’emplacement de la chapelle du couvent franciscain, détruite par le séisme de 1641, l’église San Francisco fut elle-même endommagée légèrement par le tremblement de terre qui ravagea la moitié de la ville en 1812. C’est dans ces murs qu’en 1813 se déroulèrent les cérémonies au cours desquelles Bolívar reçut le titre de Libertador. C’est également ici qu’un an plus tard le leader du mouvement indépendantiste regroupa les chefs de famille, avant l’exode vers l’est provoqué par l’approche des troupes du royaliste et sanguinaire Boves. C’est encore à San Francisco que, le 17 décembre 1842, furent déposées les cendres du héros national mort à Santa Marta et que fut célébrée solennellement une messe funèbre en sa mémoire. Si l’on peut regretter que la façade ait été modifiée à la fin du XIXe siècle, sous Guzmán Blanco, pour « répondre » architecturalement au Capitole, l’intérieur et ses trésors sont restés intacts, comme le retable rococo de l’Enfant Jésus, ou celui, plus sobre, de la Vierge, œuvre de José Miguel de Arteaga. GALERIA DE ARTE NACIONAL Avenida México La Candelaria ✆ +58 212 576 87 07, +58 212 808 96 15 www.fmn.gob.ve Entre les stations de métro Bellas Artes et Parque Carabobo. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h et le week-end de 10h à 17h. Entrée libre. La galerie, inaugurée en 1938, a débuté ses fonctions dans un édifice néoclassique dessiné par le grand architecte local Carlos Raul Villanueva. Depuis 2009, elle a déménagé entre les avenues Mexico et Bolivar pour renforcer le nouveau centre culturel cher au président Chávez. Dessinée par Carlos Gomez de Llerena, la galerie propose trois niveaux sur une superficie totale de 30 000 m2 et abrite une collection permanente de plus de 6 000
  38. 38. œuvres vénézuéliennes qui couvrent les quatre siècles d’histoire et une grande quantité de mouvements artistiques représentés par la période préhispanique, les portraitistes de la période coloniale, les représentants de la peinture académique du XIXe, les membres du cercle de Bellas Artes et une grande quantité d’artistes contemporains. Des travaux de recherche historique sur l’art vénézuélien sont organisés ici à travers le centre d'information et de documentation national des arts plastiques. Vous trouverez également une librairie et une boutique. JARDÍN BOTÁNICO Plaza Venezuela. Avenida Salvador Allende, entrée Tamanaco de la UCV (Université centrale) ✆ +58 212 605 39 96, Denise le Chapois + 58 212 605 39 75, +58 212 662 85 66 www.fibv.org.ve Métro Plaza-Venezuela ou Ciudad-Universitaria. Ouvert tous les jours sauf le lundi de 8h30 à 16h30. Participation symbolique pour entrer. Ce jardin d'une superficie de 70 ha est intégré dans la cité universitaire de Caracas, inscrite au patrimoine culturel de l'humanité depuis 2000 par l'Unesco. Ces terres furent autrefois administrées par l’Hacienda Ibarra qui cultive au début du XXe siècle la canne à sucre. Le jardin est créé en 1944 par le docteur et botaniste Tobías Lasser en collaboration avec un horticulteur Augusto Braun. Il a ouvert ses portes en 1958. Aujourd’hui, la végétation vient de tout horizon (nationaux comme internationaux). Plus de 100 espèces de palmiers, un arboretum où poussent des milliers d'arbres à différents stades d’évolution, 4 serres pour les orchidées, broméliacées et des plantes grasses. L’Institut botanique qui se trouve à l’intérieur du jardin possède un laboratoire, une bibliothèque et plus de 100 000 plantes vénézuéliennes séchées, pressées et identifiées. Le seul problème réside dans le fait que la plupart des installations restent privées : vous pourrez seulement voir en tant que public la collection d’orchidées. Un havre de paix au milieu de la ville et du trafic. De nombreux étudiants viennent y potasser leurs cours à l’ombre des palmiers. Si vous ignoriez que les arbres perdent leurs feuilles durant les périodes sèches pour conserver l’eau, et qu’au contraire ils se remplissent de feuilles lors des périodes humides pour capter l’énergie solaire, alors peut- être devriez-vous vous joindre aux étudiants vénézuéliens ! MINISTERIO DEL TURISMO Complejo MINTUR Avenida Francisco de Miranda avec Avenida Principal de La Floresta. ✆ +58 212 208 46 51, +58 212 208 46 52 www.mintur.gob.ve Ouvert du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h30 et de 14h à 17h. En 1999, le nouveau gouvernement a destitué l’ancien organisme Corpoturismo. En février 2005, le vice-ministère du Tourisme a donné sa place à un vrai ministère responsable de la promotion du tourisme, constitué de trois directions : la Direction générale de politique touristique, de promotion et de développement. Pour vous, c’est à la première direction que
  39. 39. les informations vous seront données. De ravissantes jeunes filles vous accueillent chaleureusement ; on peut y recevoir diverses cartes de Caracas, mais aussi de jolies brochures (en espagnol, anglais ou allemand et avec un peu de chance en français) présentant les principaux sites intéressants du pays, avec de bonnes cartes en prime. MUSEO BOLIVARIANO Avenida Sur 1, parroquia catedral. ✆ +58 212 545 9828, +58 212 545 9829 Dans la rue située de San Jacinto à Traposos. Entrée gratuite. Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 16h, samedi et dimanche de 10h à 16h. Ce bâtiment post-colonial abrite, outre des objets personnels de Bolívar et de sa famille, les armes des familles fondatrices de Caracas. Vous y apprendrez tout sur le Libertador : son arbre généalogique, ses lettres, ses victoires militaires… On notera, à ce propos, la présence du journal Correo del Orinoco qui retrace, notamment en français, la légendaire bataille de Carabobo (24 juin 1821). Celle-ci, rappelons-le, scella la véritable indépendance du pays. Pour une fois, la collection est bien mise en valeur, grâce à des bornes explicatives qui guident les visites. MUSEO DE ARTE COLONIAL San Bernardino Avenue Panteón, Quinta Anauco. ✆ +58 212 551 8 190, +58 212 551 86 50 www.quintadeanauco.org.ve artecolonialanauco@cantv.net Métro Bellas Artes puis métrobus Ruta 421, en direction de San Bernardino. Visites guidées (en espagnol) toutes les 30 minutes, du mardi au vendredi, de 9h à 11h30 ; samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 16h30. Depuis 1961, le musée se trouve dans la maison la plus ancienne de la ville construite en 1632. Il s'agit de la Quinta Anauco. La demeure possède des beaux jardins, un petit théâtre et un amphithéâtre de style grec. La maison coloniale, efficacement restaurée, est un peu à l’écart des lieux touristiques. Construite en 1797, elle est composée d’un corps central (avec un joli patio), de corridors intérieurs et extérieurs, d’une porte cochère à l’entrée et d’un pavillon à deux étages. Son cadre agréable et ses visites bien organisées nous font découvrir l’artisanat, le mobilier et la façon de vivre à l’époque de Bolívar. Parfois, dans la chapelle dotée d’une excellente acoustique, se déroulent des concerts à des prix économiques. Le musée est administré par l'Association vénézuélienne des amis de l'art colonial. MUSEO DE ARTE CONTEMPORÁNEO Parque Central Zona Cultural. Nivel Lecuna ✆ +58 212 573 82 89, +58 212 573 00 75 Ouvert du lundi au samedi de 9h à 19h et dimanche et jours fériés de 9h à 17h. Gratuit. Pour les enfants : des ateliers de création plastique et artistique sont mis en place
  40. 40. pendant les vacances. Pour 140 BsF, votre bambin peut partager une demi-journée ou plus avec des petits Vénézuéliens : une expérience enrichissante sans aucun doute. Le gouvernement vénézuélien a éliminé le nom de Sofia Imber du musée après que la fondatrice a accusé le président Chávez d'avoir tenu des propos antisémites. A l'intérieur, on peut difficilement proposer une meilleure collection d’art contemporain. Les 5 étages de galeries de ce musée moderne accueillent des œuvres d’artistes de premier rang, tels Soto, Miró, Chagall, Matisse, Braque, Calder, Léger, Dubuffet, Segal, Carlos Cruz Diez, Picasso (très belle collection de gravures et dessins) et autres Botero… Depuis 2005, cette collection fait partie de la Fondation des musées nationaux. Au total, pas moins de 13 salles d'exposition. Les salles 1 à 8 proposent des expositions temporaires. La salle 9 est dédiée à l'art digital et aux multimédias ; la salle 10 exhibe les collections des grands maîtres ; une autre salle est entièrement dédiée à Picasso. Régulièrement, ce musée organise aussi des conférences et dispose d'une bibliothèque d'art. L'un des meilleurs musées d'Art contemporain d'Amérique latine. A voir absolument. MUSEO DE BELLAS ARTES Parque Los Caobos Plaza de los Museos ✆ +58 212 578 02 75, +58 212 573 00 75 www.fmn.gob.ve Métro Bellas Artes. Ouvert du lundi au vendredi, de 9h à 16h ; samedi, dimanche et jours fériés de 10h à 17h. Entrée libre. Téléphoner pour prévoir une visite guidée. En 1938, l’architecte Carlos Raúl Villanueva y pose sa touche néoclassique. En 1976, le musée est déplacé dans une nouvelle construction verticale située dans le secteur est du jardin. Cette dernière est réalisée par le même Villanueva. Cette année-là, l'immeuble original est cédé temporairement au musée des Beaux-Arts, qui depuis l'occupe toujours. Le plus vieux musée d’Art du pays est le seul également qui analyse l’art dans sa globalité. Composé de 5 étages et de 6 salles destinées aux expositions temporaires (nationales comme étrangères), il se termine sur une terrasse où l'on domine un large panorama. La grande collection qui compose ce musée couvre 6 catégories réparties sur cinq niveaux : art européen, contemporain, chinois, égyptien, latino-américain et cubisme. Le visiteur traverse donc le temps à partir de 2 400 ans av. J.-C. (pièces d'Egypte) au XXe (cubisme et ère des multimédias actuels). La collection « Obras sobre papel » (œuvres sur papier) présente plus de 600 dessins réalisés par des artistes allant du XVIe au XVIIIe, Eugène Biel Bienne, Camille Pissarro et même des contemporains tels que Juan Calzadilla, José Bedia et Mira Schendel. Mais aussi une myriade de lithographies, sérigraphies et gravures de maîtres comme Durero, Cranach, Piranesi, Goya, Picasso, Cézanne, Toulouse-Lautrec, Warhol, Luis Guevara Moreno, Edgar Sánchez et Luisa Richter. Dans le jardin des sculptures, on trouve des œuvres de grands maîtres comme Alexander Calder, Jacques Lipchitz, Alejandro Otero et Sergio Camargo, entre autres. Dans le hall principal : une exposition permanente de l'artiste conceptuel nord-américain Joseph Kosuth. Le musée compte avec une bibliothèque d’art, un centre de documentation et une salle audiovisuelle. Il
  41. 41. organise des activités culturelles, spectacles de danse et de théâtre, ateliers, concerts et cours d’art. MUSEO DE CIENCIAS Parque Central. Zona Cultural. Sotano 1. ✆ +58 212 577 50 92, +58 212 577 75 54 www.fmn.gob.ve Ouvert en semaine de 9h à 17h et le week-end de 10h30 à 18h. Un tour guidé (en français) est possible, mais il faut réserver une semaine à l’avance. Cet édifice néoclassique décoré avec des reliefs et sculptures de Francisco Narvaez vous offre une intéressante expo sur la flore et la faune africaine et sud-américaine, mais également des témoignages sur ce que fut la vie des indigènes. Un musée qui donne, en espagnol seulement, d’intéressantes informations. Au total, pas moins de 11 collections d’objets et d’animaux. Des têtes humaines réduites, des figures préhispaniques comme la Vénus de Tacarigua, symbole de fertilité humaine et terrestre, des fossiles de plantes, etc. Les amateurs de serpents peuvent y voir les vénéneux de ce continent. Il reçoit également à intervalles réguliers des expositions temporaires d’excellent niveau qui captivent géographes, ethnologues, biologistes et bien d’autres encore. PALAIS DE MIRAFLORES Visite interdite, mais on peut tenter sa chance, en demandant un rendez-vous par écrit. Déposez votre requête 10 jours à l’avance, au 1er étage de l’immeuble administratif du palais, adressée au « Señor Director, Dirección general seccional de Relaciones Presidenciales » . La lettre doit comporter votre nom, votre numéro de passeport et la date de rendez-vous souhaitée. Commandé dans les années 1880 par le président Joaquín Crespo, le palais de Miraflores n’a été achevé qu’après sa mort au combat, en 1898. Située à l’époque au milieu d’une prairie, c’était la demeure la plus vaste, la plus majestueuse et la plus fastueuse du pays. Ses murs renforcés de lamelles métalliques la rendaient résistante aux secousses sismiques. L’intérieur comme l’extérieur du palais étaient décorés de motifs aux initiales J & C entrelacées, en hommage au président Joaquín Crespo et à sa femme Jacinta. A présent, meubles français et italiens, toiles de maîtres vénézuéliens (Michalena, Salas, Mendoza et Tovar y Tovar) ornent le bureau officiel des présidents, installés dans ces murs depuis 1911. PALAIS DES ACADÉMIES A gauche en sortant de l’église San Francisco Ouvert du lundi au vendredi de 9h à midi et de 14h30 à 17h. Cet ancien couvent franciscain, dont San Francisco était la chapelle majeure, abrita jusqu’en 1953 le siège des Académies de Caracas. Allez faire un tour à l’Académie d’histoire où la bibliothèque de Miranda possède quelques livres français. PANTHÉON NATIONAL Plaza Panteón
  42. 42. Avenida Norte avec avenida Panteón Entre le tribunal de justice et la bibliothèque publique nationale. Entrée libre. Ouvert du mardi au dimanche de 9h à midi et de 13h30 à 16h30. Visite organisée sur demande. Le bâtiment du Panthéon est une ancienne église qui, jadis, vit le baptême de Bolívar. Lors du séisme de 1812, l’une des colonnes de l’église, roulant jusqu’à l’actuelle place Bolívar, détruisit la potence où fut pendu l’indépendantiste España. En 1875, après avoir ordonné la restauration de l’église, Guzmán Blanco décida d’en faire le Panthéon national. Depuis 1876, le Panthéon abrite les cendres du Libertador, gardées par des soldats, ainsi que les restes de ses trois aides de camp, de son secrétaire, du père du président Blanco et de son tuteur, Simón Rodríguez. Y aller pour la relève de la garde, juste avant midi. Parmi les 138 éminents personnages qui reposent en ces lieux, se trouvent deux femmes : la pianiste Teresa Carreño et l’indépendantiste Luisa Cáceres de Arismendi. Deux tombeaux restent vides, celui de Francisco de Miranda, mort dans une prison de Cadix, en Espagne, et jeté dans une fosse commune, et celui du maréchal Antonio José de Sucre, enterré dans la cathédrale de Quito, en Equateur. En plus de représenter le mausolée de la patrie, le Panthéon contient d’importantes œuvres d’art et une incroyable collection de cristal de Baccarat. PARQUE DEL ESTE – MIRANDA Avenida Francisco de Miranda ✆ +58 212 273 28 64, +58 212 273 65 66, +58 212 284 62 66 Métro Miranda. Juste à la sortie. Ouvert du mardi au dimanche de 5h à 17h, le lundi de 5h à 9h. La biliothèque quant à elle est ouverte du mardi au samedi de 9h à 16h45. Le Parque Generalísimo Francisco de Miranda est le plus grand espace vert de la ville avec ses 75 hectares après El Avila bien sûr. Inauguré en 1961 par Rómulo Betancourt, il a été dessiné par le fameux architecte paysagiste brésilien Roberto Burle Marx. Les fins de semaine, cet espace vert est le rendez-vous classique des Caraqueños qui y viennent en famille. Ce parc très, très vivant – où l’on côtoie iguanes, tortues, serpents, perroquets et roseaux géants, offre un excellent but de promenade. Un petit zoo où l'on peut apercevoir des caïmans de l'Orénoque et quelques singes. Ne ratez pas le terrarium, surtout. On peut éviter d’aller s’endormir au planétarium Humboldt, de bien piètre qualité (séances à 15h le samedi et toutes les heures le dimanche, de 14h à 17h), à moins de vouloir y admirer la reconstitution du ciel de Caracas, invisible la nuit à cause de la pollution. En 2011, le gouvernement y a fait construire une réplique du Leander, le bateau avec lequel Francisco de Miranda débarqua à la Vela de Coro. C’est sur ce site privilégié pour une capitale que les élèves du Lycée français viennent passer l’épreuve du bac en endurance (pauvres choux !). PLACE BOLÍVAR C’est à partir de cette ex-place d’armes (plaza de Armas) que s’est développée Caracas, fondée par Diego de Losada. Autour de la place étaient représentés les pouvoirs publics civil, militaire et religieux, ce dont témoignent encore les bâtiments actuels qui la cernent :
  43. 43. palais municipal et gouvernemental, cathédrale et prison (Casa Amarilla) entourent la place. En 1799, cette place a vu la pendaison d’España, l’un des premiers indépendantistes. Juste retour des choses, c’est aussi là qu’en 1811 fut lue la déclaration d’Indépendance. En 1883, après la démolition de son marché, la place fut rebaptisée du nom de Bolívar. Elle fut ensuite ornée de bancs et d’arbres, puis complétée par Guzmán de lampes et d’un kiosque, à la mode parisienne de l’époque. Aujourd’hui encore, des concerts y sont donnés le samedi et dimanche à 11h et le jeudi à 16h. Les plus observateurs auront remarqué la présence de nombreux oiseaux, et même d'écureuils noirs, dans les arbres ! En 1874, la place s’enrichit d’une statue du Libertador, récupérée dans les profondeurs de Los Roques où elle avait sombré avec le bateau qui la ramenait d’Europe. Le socle de cette statue de Tadolini contient des documents et des journaux relatifs à l’Indépendance. SANTA CAPILLA La Sainte-Chapelle a été construite en 1883, sur le modèle de celle de Paris. Grand admirateur de la capitale française, Guzmán Blanco la fit bâtir en trois mois pour remplacer les chapelles détruites par les tremblements de terre de 1641 et 1812. La plus ancienne, celle de San Sebastian, où fut dite la première messe de Caracas, datait de la fondation de la ville, en 1567. Elle avait été commandée par Don Diego de Losada pour remercier le saint d’avoir sauvé la ville des attaques indiennes. La Sainte-Chapelle fut restaurée en 1921, après le séisme de 1900. EL HATILLO A l’origine, la zone est peuplée par les Indiens mariches. Ces derniers luttent avec audace et courage contre les conquistadores sous le commandement des caciques Aricabacuto et Tapiaracay, qui sont eux-mêmes commandés par le grand cacique Tamanaco. En 1752, débarque Don Baltasar de León García. Il fait construire une chapelle de terre couverte d’un toit de feuilles de palmier, connue aujourd’hui comme la Capelle d’El Calvario. Don Baltasar lutte à cette époque pour faire d’El Hatillo un village indépendant de Baruta. Son épouse, Ana Francisca Pérez García, aide alors beaucoup les enfants, les personnes âgées, les malades et les nécessiteux. Elle offre de grandes quantités d’argent pour la construction d’un hôpital à Petare à la suite du terrible tremblement de terre de 1812. Un hôpital porte son nom : Hospital Pérez de León de Petare. Ce petit village colonial, à 15 km du centre de Caracas, est désormais une destination courue le week-end. Malgré sa grande proximité avec la mégalopole, le village a gardé son rythme paisible. Le mieux est de commencer la balade à partir de la place Bolívar. Son église, construite en 1784, donne une meilleure impression de l’extérieur, depuis qu’elle a été restaurée. On appréciera le charme désuet des maisons coloniales à l’architecture classée, les couleurs tranquilles, les fleurs, les sourires décontractés… Une escapade charmantissime dans ce qui est l’une des plus belles « villes » du pays. Les possibilités de shopping – comme le spécialiste des céramiques Barro y Fuego (calle C) – sont excellentes (quoique pas bon marché) alors que cafés et restaurants sont légion et souvent très bons. Juste à côté se trouve le quartier de
  44. 44. La Lagunita, où les splendides villas semblent indiquer un statut social plus élevé que la moyenne… Dernièrement, El Hatillo s'est habillé de centres commerciaux grands formats. Excentrée de la partie coloniale (qui s'en plaindra), la ville vous permet de combiner désormais balade à l'ancienne et shopping d'aujourd'hui. ÉGLISE ORTHODOXE ROUMAINE SANTA ELENA Y CONSTANTINO Av. Sur, après le centro empresarial Lagunita Cette église originale (c’est le moins qu’on puisse dire…) est construite tout en bois. Seuls quelques clous ont été employés pour fixer la toiture. Il est possible de la visiter, ce qui vous permettra de découvrir sa superbe décoration intérieure (peintures murales). Pour cela, adressez-vous à Armando, dit El Llanero, qui vous expliquera avec plaisir toutes les étapes et les secrets de sa construction. S’il n’est pas sur les lieux, il ne se trouve jamais très loin… Le contacter au tél : +58 414 278 21 19. L’office a lieu le dimanche de 11h à 13h. MUNICIPIO EL HATILLO www.une.edu.ve/hatillo Ce site, superbement réalisé, traite de la culture, des traditions et de l’histoire du village. PARQUE NACIONAL WARAIRA REPANO (EX- PARQUE NACIONAL EL ÁVILA) Les Indiens caraïbes donnèrent aux lieux le nom de Waraira-Repano ( « grande chaîne de montagne » ). Décrété parc national en 1958, El Ávila (du nom du sous-lieutenant Gabriel de Avila, l’un des fondateurs de Caracas) couvre 85 192 ha. Par un décret de mai 2011, le gouvernement de Chávez a rebaptisé le parc en Parque Nacional Waraira Repano. Il y a seulement 140 millions d’années, la mer recouvrait 60 % du territoire. Les Andes et la cordillère de la côte n’existaient pas encore. Bien plus tard, des particules de roche du massif guyanais formèrent une masse dans l’actuel nord du pays. Deux plaques – la continentale sud-américaine et celle des Caraïbes – alors en contact s’opposèrent. Dans une période géologique récente (Eocène : 40 millions d’années), la plaque des Caraïbes s’enfonça sous la plaque continentale. Cette dernière forma la cordillère. Le parc national est situé au centre de la région montagneuse, sur la Cordillera de la Costa. La température à l’aube du troisième millénaire y varie de 5 ° à 30 °C selon l’altitude (jusqu’à 0 °C au pic Naiguatá, à 2 765 m). Des conquistadors aux pirates, en passant par les paysans et plus tard les naturalistes et géographes, chacun y chercha son trésor. Une face nord qui veille sur Caracas et une face sud qui s’ouvre aux Caraïbes, El Ávila est le poumon de la capitale. Il offre l’évasion des Andes tout près de Caracas. Au pied du pic Naiguatá, on passe des forêts de cactus à la forêt tropicale en traversant des vallées et des forêts embrumées. Les arbres copey, l’arbre national « araguaney » , le bucare et ses splendides fleurs orange, Indio desnudo à la douce peau rouge, etc. On peut aussi découvrir une importante faune : les moins sauvages sont les écureuils et les oiseaux « querrequerres » . Les singes comme les « alouates » sont nombreux. On y aurait même
  45. 45. aperçu des ocelots et des tatous. Et bien que le parc ne soit pas une vraie réserve animalière, il est conseillé de ne pas sortir des sentiers battus (serpents venimeux, pumas, jaguars, etc.) : des vols ont été enregistrés. Toujours dans le parc, des ruines d’haciendas et de forts attendent les plus courageux. Celui qui souhaite pénétrer les 85 000 ha du parc est prié de demander l'autorisation à Inparques GALIPÁN Depuis le haut du téléphérique, des 4x4 vous descendent jusqu’au village de Galipán. Les premiers habitants (XVIIIe siècle) vinrent des îles Canaries pour cultiver le café et les fruits. La tradition se maintient, mais aujourd’hui ce sont les fraises, les mûres et les fleurs qui les ont remplacés. Comme aux Castillos sur les bords du fleuve de l’Orénoque, on retrouve également des immenses champs d’eucalyptus. C’est un des lieux de sortie dominicale des Caraqueños, réputé également pour ses très bons restaurants (à San Bernardino, derrière le barrio Cotiza, avant le port de La Boyaca). Cela change de l’ambiance de la grande ville et, lorsque le ciel est dégagé, la vue sur la capitale est remarquable. L’arrivée tardive des vols venant d’Europe incite les voyageurs à passer une nuit sur Caracas. Si vous êtes allergique aux villes, Galipán peut être une alternative fraîche, pratique et agréable (vue lointaine sur la mer). Dans ce cas, prévoyez de réserver le transfert depuis l’aéroport avec une des posadas mentionnées ci-dessous ou par le biais de votre agence réceptive. MUSÉE D'ART ÉCOLOGIQUE JARDIN DE LAS PIEDRAS MARINAS SOÑADORAS A 4 km de Macuto. San José de Galipán. Avenida principal de Macuto. ✆ +58 416 628 88 74, +58 416 720 56 53 www.galipan.net/museo/index.php urru@urru.org En venant de Macuto, compter 15 minutes en 4x4 et 1 heure 45 à pied. Ouvert de 9h à 18h le week-end et en semaine sur réservation. Littéralement « Jardin des pierres marines rêveuses » . Ambiance mystique dans ce parc créé par Gonzalo Barrios Pérez, un amoureux de la nature, qui définit son œuvre comme le premier musée d’Art écologique du monde. Trois étapes permettent de développer la sensibilité du public aux énergies naturelles des pierres. Pour cela, certaines règles sont à respecter : Les hommes doivent venir accompagnés d’une dame, car le jardin voue un culte à la femme. Entrer pieds nus pour être en contact direct avec la nature. Ne pas porter de montre car le musée se veut hors du temps.
  46. 46. LOS ROQUES LOS ROQUES - Los Roques
  47. 47. LOS ROQUES - Welcome to the paradise – Los Roques. © Laurent BOSCHERO Cet archipel est situé à 80 miles (166 km) au nord du port de La Guaira entre les 11°48' et 11°58' de latitude nord et 66°32' et 66°52' de longitude ouest. Au centre de cet archipel de 221 120 ha (mesurant 24,6 km du nord au sud avec une longitude totale de 36 km), se trouve un immense lagon d'environ 400 km2 qu'encerclent 42 îlots et environ 250 bancs de sable, récifs coralliens et sédiments calcaires qui surgissent à marée basse. Vers le nord-est, Gran Roque avec ses petites maisons collées les unes aux autres autrefois propriété des pêcheurs. L'archipel est protégé par deux barrières de corail, une à l'est de 24 km de longitude en direction du nord au sud et une autre de 32 km d'est en ouest. L'archipel de Los Roques remporte tous les suffrages, tant auprès des Vénézuéliens que des étrangers de passage. Tous s'accordent à reconnaître l'exceptionnelle transparence de ses eaux, la variété de sa vie sous-marine, ainsi que la blancheur aveuglante de ses petites plages de sable fin qui contraste avec les nuances azurées et turquoise qui les enveloppent, rivalisant facilement avec d'autres îles des Petites Antilles.
  48. 48. GRAN ROQUE GRAN ROQUE - Gran Roque Après avoir survolé plusieurs des îlots composant l'une des plus belles barrières de corail du monde (si le temps le permet, placez-vous près du hublot et gardez avec vous votre appareil photo, sinon vous le regretterez !), vous atterrissez sur la mini-piste de l'aéroport de Gran Roque : l'île principale de l'archipel. Descendu de l'avion, tout visiteur doit s'acquitter d'une taxe de 152 Bs.F – elle est gratuite pour les moins de 4 ans – destinée à la maintenance du parc. Vous entrez en effet dans un parc national, veillez donc à respecter les lieux et à ne pas laisser derrière vous des détritus. Comme dans tous les parcs du Venezuela, il est formellement interdit d'emporter des « souvenirs » (sable, coquillages…). On ne peut pas dire que Gran Roque brille par son unité de style, alors retenons le meilleur : ses rues en sable, ses maisons colorées et les bateaux de pêcheurs qui se tiennent chaud sur la plage ! Un peu endormi la journée, le pittoresque village se réveille toutefois le soir, parfois, lorsque s'improvise un concert ou une petite fête sur la place centrale (Bolívar). Il est alors temps de déguster une larme de rhum local, puis de parfaire vos pas de salsa en compagnie des locaux. ÉGLISE DE LOS ROQUES Restaurée depuis peu, elle est très particulière. Tout d’abord par son architecture. Les larges battants en bois qui constituent ses parois latérales sont, par un système de bascules, ouverts toute la journée ; ce qui réduit presque la construction à un simple toit,
  49. 49. créant ainsi un espace accueillant et ouvert sur l’extérieur, contrairement à la majorité des églises. Elle est ouverte 24h/24 ! Autre fait particulier, l’entrée est située sur la plage… Si vous rêvez de vous marier sous les cocotiers, renseignez-vous auprès du prêtre de la localité… PHARE Monter très tôt le matin ou le soir, pour admirer de magnifiques levers et couchers de soleil. Un vieux phare hollandais, d’où vous avez une très jolie vue, domine le village. Conseil : éviter les sandales. Pour rejoindre l’autre phare (celui qui fonctionne), continuer après Inparques. Compter 2 heures de marche. Sur le chemin, vous rencontrerez la fameuse pierre verte riche en phosphate que les Allemands venaient chercher en 1930. FRANCISQUÍ Ne manquez pas de plonger dans La Piscina (entre Francisquí Medio et Francisquí Abajo), une sorte de piscine naturelle aux allures d’aquarium, disent certains, tant sa faune est censée y être généreuse. Si vous êtes plus aventureux, tentez de passer la barrière de corail, qui se trouve à quelques centaines de mètres du restaurant. Les fonds sont beaucoup plus beaux que dans la piscine, mais faites attention aux vagues qui se brisent sur le récif à fleur d’eau, aux coraux de feu et aux barracudas… L’endroit est propice aux sports aquatiques (windsurf, kayak, kite). MADRISQUÍ A 10 minutes de Gran Roque, cette île est la plus visitée en raison de sa proximité. Ses maisons sont antérieures au classement de Los Roques comme parc national et appartiennent aux familles les plus riches du Venezuela. La majorité des coraux sont morts – donc pas génial. La profondeur se situe entre 3 et 12 m. On observe des éponges, des anémones et des crevettes. Bien pour plonger en apnée. CAYO PIRATA Une petite balade de 10 minutes depuis Madrisqui vous permet d’y accéder. Son intérêt réside en son restaurant : El Rancho de la langosta. Autre point intéressant pour les campeurs : ils peuvent y rester la nuit, mais il faut attendre le lendemain matin pour l’ouverture de l’établissement. Pensez à emporter de l’eau et quelque chose à grignoter. RASQUÍ
  50. 50. A 5 minutes de navigation de Gran Roque, la posada Acquamarina possède sur ce cayo le Rasqui Island Chalet énergie solaire, réservoir d’eau douce pour passer un moment très agréable… CRASQUÍ A 30 minutes de Gran Roque. Montagnes de coquillages (botutos) . Les Indiens avaient l’habitude de ne pas rejeter à la mer les coquilles des animaux qu’ils mangeaient, ce qui donne à présent de petites dunes qui deviendront rapidement du sable. Ici, c’est le petit resto de fruits de mer tenu par Mano Andrès et Juanita qui reçoit tous les suffrages. CAYENERO A 25 minutes de Crasquí. Huit personnes vivent sur cet îlot. Ce fut le paradis du regretté défunt Ezequiel, un personnage attachant. A 70 ans, ce prince des Caraïbes qui adorait les Français pouvait vous préparer dans son « Rancho de Amor » une langouste pas cher. On peut toujours plonger près de la barrière de corail sur la côte nord, mais il faut demander aux autochtones si le courant n’est pas dangereux : « ¿ Perdona, dime si la corriente esta fuerte hoy ? » FERNANDO C’est la plus importante ranchería de pêcheurs de langoustes du parc national où vivent jusqu’à 50 personnes pendant la période de pêche. Après, quelques-uns restent pêcher le requin (palangre). Sur ce cayo, on peut apercevoir les montagnes couvertes de palétuviers les plus hautes du parc : conchas de botuto. DOS MOSQUISES SUR Située dans la Zone primitive marine, cette île abrite une station de biologie marine privée, installée depuis 1963 et gérée par la Fundación Científica Los Roques de Caracas, qui s’est fixé pour but de protéger les tortues du commerce et de la capture. ESTACIÓN DE BIOLOGÍA MARINA ✆ +58 212 261 34 61 www.fundacionlosroques.org fclr.dosmosquises@gmail.com Dépend de la fondation scientifique Los Roques. La station a déjà libéré plus de 13 000 spécimens de tortues. Sur les 6 espèces présentes aux Caraïbes, 4 vivent ici : la tortue verte (Chelonia mydas), la tortue marine cabezón ou caguama (Carett), la tortue luth
  51. 51. (Dermochelys coriacea) et la tortue à écaille ou imbriquée (Eretmochelys imbricata). En 1976, la fondation a initié un programme basé sur l'élevage des tortues marines. En 2001, une nouvelle phase est amorcée avec le programme de conservation globale et de développement pour le rétablissement des populations dans l'archipel.
  52. 52. LA CÔTE CENTRALE LA CÔTE CENTRALE - La Côte centrale
  53. 53. LA CÔTE CENTRALE - Plage de Chuao, un petit air de Río. © Laurent BOSCHERO A l'ouest de Caracas, la région centrale, agricole et verte, suit la cordillère de la Costa, en déployant ses vallées, ses forêts et ses plages. Que ce soit l'étrange colonia Tovar nichée dans les montagnes, l'hacienda de la famille Bolívar, l'incontournable parc national Henri- Pittier (forêt et plages), voire le port de Puerto Cabello, cette région, très facilement accessible de Caracas, ne pourra que vous enchanter. Avant la fin du millénaire, la région côtière était prise d'assaut le week-end par les plagistes de Caracas, ce qui a changé un sombre jour de décembre… Il s'agit en effet aussi de la partie du pays – l'Etat de Vargas – (à l'est) qui a été dévastée, le 15 décembre 1999. En pleine saison sèche, toute la région du littoral (la partie coincée entre El Avila au sud et la mer des Caraïbes au nord) a vu, durant tout le mois de décembre, une forte pluie tomber sur la région de manière constante. Et, au beau milieu du mois, ce qui devait arriver arriva : des pans entiers du parc d'El Avila s'effondrèrent, provoquant d'immenses coulées de boue qui s'engouffrèrent implacablement dans les quebradas, charriant des arbres entiers, des rochers, etc. L'irrésistible force de la nature, furieuse, rappela alors au monde entier stupéfait et scotché devant leur téléviseur la
  54. 54. nécessité de protéger les sols de l'érosion et des constructions sauvages. Des mètres de boue entrèrent la nuit dans La Guaira, arrachant les ponts, emportant les maisons, enterrant les voitures… et les habitants. Une catastrophe naturelle d'une ampleur inégalée dans l'histoire de l'Amérique latine, causant la mort – bien que ces chiffres soient difficilement vérifiables à cause du grand nombre d'habitants illégaux ou non recensés – d'environ 50 000 personnes et en en jetant plus de 200 000 dans la rue. COLONIA TOVAR En allant vers l'ouest à la sortie de Caracas, on traverse le parc national Macarao pour se retrouver 60 km plus loin dans cet endroit charmant et assez surprenant. La naissance de la colonia Tovar date du début du XIXe siècle, lorsque le Venezuela, épuisé par la guerre d’Indépendance (117 000 morts), ouvre ses frontières pour repeupler ses campagnes. De passage à Paris, Codazzi, naturaliste de renom installé au Venezuela, prend l’initiative d’y faire venir des paysans allemands de Kaiserstuhl, dans la Forêt-Noire. C’est ainsi que le 11 janvier 1843, 145 hommes, 96 femmes et 117 enfants embarquent au Havre, sur le bateau français Clémentine. La variole en tue 70 durant la traversée… Les colons débarquent avec un prêtre, un brasseur, un maître d’école, des arbres fruitiers et, entre autres, un stradivarius pour le président Páez ! On leur doit la première brasserie du pays. Enfin, sachez qu’il n’y a pas si longtemps les mariages étaient interdits avec les personnes étrangères à la colonie. La visite de ce drôle de village, à 60 km (une bonne heure de route) de la capitale, n’est pas une perte de temps : son paysage andin, sa gastronomie et le dépaysement qu’il offre méritent une halte, entre Caracas et Choroní par exemple. La différence de climat avec Caracas se fait rapidement sentir. Jusqu’à la Colonia Tovar, la côte verdoyante parsemée de sapins surplombe les Caraïbes. Les Vénézuéliens vous conseilleront même de prendre une petite laine pour les nuits « glacées » (sic) de ce petit village bavarois (température moyenne 16 °C), à 1 700 m d’altitude sur la cordillère de la côte. HACIENDA SANTA TERESA Municipio Revenga Carretera Panamericana Urbanismo Montalbon La Villa, El Consejo ✆ +58 244 400 25 54, +58 244 400 25 50, +58 424 318 86 85 www.haciendasantateresa.com.ve info@haciendasantateresa.com.ve Pour s’y rendre en bus, de La Victoria prendre la direction d’El Consejo. L’hacienda se trouve sur la panaméricaine, parallèle à l’autoroute, entre les deux villes. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h. Entrée : adultes 150 Bs.F ; enfants de 4 à 12 ans 40 Bs.F, en dessous de 4 ans gratuit et au-dessus de 60 ans 125 Bs.F. Atelier cocktail 200 Bs.F, jeudi et vendredi de 14h à 16h et le week-end de 10h30 à midi et de 14h à 16h.

×