qu'il pcrçoil
L'électeur pârticipc d'âutant plus volonticrs âu scrutin

l,ulitiré Dotili;uc 6s son votc. La conljguralion ...
7

décidant du relour de Ia droitc au pouvoir. en principe propiccs à lâ

pârticipation. Le mômc phéflonlène est d'aillcur...
lorlemenl apol(iqucs ne peul que renforccr la stabililé du sÿstèmc
(BRAUD, 1980. l99r).
Pour lcs tenânts du c€ns caché. la...
L'analysc du ma1ériau rccueilli révèlc que l'âbstenrion ei lc votc
blânc et nul ont, dâns unc largc mcsurc. la mômc signif...
la cohérence iniernc des itinérâires électorâux. Câr nos
abstentionnistes aux élcctions rcgionalcs oni été nombreux à vote...
Nouvellc-Calédonie, pourlânt peu éloi8nés dans lc
temps: TloZ en 1992.17yo eî 1988. Dâns le sccond câs. le rctrâit
ecep(io...
d'hâbrlude. pcrçu I'ulilté polilique de l€ur ole En pâ(ic sans doutc
pârcc quc cclui-ci lcirr pâraissâri indépcndanl du jc...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Abstention mayer subileau

201 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
201
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Abstention mayer subileau

  1. 1. qu'il pcrçoil L'électeur pârticipc d'âutant plus volonticrs âu scrutin l,ulitiré Dotili;uc 6s son votc. La conljguralion élccloralc ct 2. læ modèle polilique Ce qu'il §'a8il d'epliquer. efl définitilc. c'cst l'âbslcnlionnisnre inlcrmittcnt. Si l'âbslcnrionnisnre constânl n'eislc pas. sinon chcr lcs non-inscrits. (les citoycns qui. à l'âgc adullc. nc sc sont jamais inscrils sur les lisies électoralcs ct donl lc compo(emcn! obéit dans une largc mcsure à une logique d'exclusion socialc). qu'cn csl-il de ces deux liers de l'élcclorât qui. sur le long lcrmc. panicipent plüs ou noins fréqucmmcnt âu proccssus éleclorâl ? Ici apparâisscnl lcs loeiqucs poliliques dcs componctucnls dc pâflicipâliorr-sbslcn(ion. On pcut lcs saisir à plusicurs nivcaui i cnlre lcs dilTércnls typcs d'élection. d'un tour à l'autrc à unc clcclion dorinéc. dâns urc conjoncturc poliliquc détcrminie. sclon la conligùrâlior dc l'offrc éleclorâlc ct l'cnjcu dc la ccnsullalior. A pânrr de l'i(udc des lislcs d'émârgcnrcnl cl dcs résul(als élcclorau. on pcùl tllenrc au iour lâ cohérenc€ dcs i(inéraircs individucls. l'nlf]uence dcs idéologiqucs cl lâ forc€ du licn entrc l'Élal ct lcs élcclcurs Or rappcllcra ici quelqucs phéronrèncs bicn conrrlrs choiri r on votc plus à l'élcclior présidcnlielle. lcs élccliorts léSislatircs nc loujours vcnânl dâns lâ phrpârt des câs qu'cn dcuième positio[ on votc générâlcmcnl dà'anlâgc âu dcuiè,nc lour: I'âbs(cnlion âugûrenlc avcc lc nombrc dc scrulins: clle croil d'autanl plus qLrc sonl priscs cn rplc dcs éleclions qùi suscitcnt pcu d'inlérôt (cârlonâlcs. curopécnncO: cltc en prnicùlièrcmcnt iInpotunlc lorsqu'un prni âppclle ,cs élcclcurs à sc délounrcr dcs rrncs. comûc lc PCF aü dcuièmc tour dc l'élcclion présidcnliclle dc 1969 (il%). Ic PS lors co dH rétércndunr sur I'élargisscnrcnl de la conrnrunâulé curopécnuc cn 1912 (39yù.lc RPR lors du référcndüm sur la NoLrcllc-Câlédonic (61y.). C'cs( surloül l'i rportancc quc 1cs élcctcurs âccordcnt au scrulin qri rnlluclcc dircclenlcnl Ic tâu dc panicipntion. On le conslal€ aisémcnt. selon lc ltpc d'élcctior {nalionalc. locâlc. réfôrcndum). sclon qu'il s'âgjl dc scn(ins "nrùcurs' (présidenliclle el législâlivcs- ccnltins référcndunrs conrnre cclui dc I'âdoplion dc l,t constilulion dc la Vc Républiquc cn 1958 ou il n']_ cut qrc l5%' d'abstcntion) ou ssnrtins "lnincurs" (ca lonâ1cs. curopéeoncs. d'âLrlres référcndums comnrc celui de 1981t) i Noùvcn;-Câtcdo;ic -q i t't"f,"tt" a" t" l le cÎconscriptior dc la Scine'Sairt-Denis Millerrând et des étccteurs. rcfusânt dc choisir cnlre François Cttl,*. s'abslicnncnl au dcurrènrc tour dc l'clectron ac l9R8 (cc qui csl dcjà rclalrtcmcnl élc!o mars sonl ",".'ia"nricff" ilg. srU"r",ut o, a"r.,cnrc lour dcs ôlcclions lôgl.lalics urr mois nc lrcc ,tr, iora tooo* Ic cândidâl comnrurrrlc r§lc scul cnrc'rrps On un (cn lou,pr"nara'r pm dau'sr torrcs rarrarions' cn sr p(u dc pns chàn8é ,noi i".oln,io"'io, 'ocillc dc I'ilcclorar n'a rùrcrncnlpoliliqucs dc p*"arc cn considéralro lcs faclcurs l*i"f"."^0. "n zo% oir ir."r"i i .." i, nanicro.rrron. cr norarr,rncnl lc( chor poliliquc p'opoés ' 'Sclon dc h dcl'nilio'r cldîquc d'A Stcgfricd' lcs ilcclrons les panicipâlion quc ".onJ"," *n, toujours plrs iavorables à la (onrpcratson du clections d"'âDaiscnrcnl" C'ccl cc qtrc nrontrc lâ or"m,ct rou. âcs ftei.fnrt,cs' l?'u d'ab(lcnlrotr§ cn l'78 I'cnjcu d'r L-,i, t,"n, I',ihcr;rancc polrliqul cnlrc gâu'hc ct droitc 2vo' cn l98lt. où il nc s'agissâit qrrc de confirmcr le résultât rs8i ct :rZ "n 2l70 cn I986' àc lélccrion présidentieltc intmédiâtemeol anlirieurc: s'il en csl puisqu'il s'âgil dc décider dc lâ Ji""t;on, a" "o*urr Drcmièrc cohJbitilron. ,4itis ccllc dr(lin(lrorr csl-cllc cn-orc f-. r.^ tr"'t dc l'âbstcnlion au élcctronr ligr'littves de l"i,n"no " i,or t:rl") larl problèmc. ll Jcgrl àusst dé]c'rron' dc lorrrbir' rr On Dc,rl !o,r,rnr rllunr.lron ric(nl(Jc (c lrlrirrÔIrÙnL lo'' Llc:élc'rrons i-Lr'il'". .-,"r,"- Ji {nr(rnh,( I r'( rLlarrorr o'r Iahsr(nrion r'r i.i,.T,,,".1.;'r,r,.,,.,', .rcvcq Ic.urr irtr'r rJrr' I' Brrhdurr''rrxrr .c a.rr dtLrrr"mt rout cà! i;;üfiJ.'.;,."*",,,. 'ourncir,c ,,",.ri,..*.ii, .r.. ,t.' t'Jb'r.nrrorr rrictnrolu(rnenr o7''0 er 64o' nj ro,. J,, p,r io ro, r.'t('uLrrrn r( tror br( d( i;ï;;;";;:;^;. nscrirs ûécessairÙ pour irte éh's .i ii"e"'s p"i *pp"ir *,- o"ctcurs 253 252 lâ définies sonl oos.rUtiie ac inoisrr cnrre plusicurs oPlions clarrcmcnl prop,.cs li panicipauon' on l'obseRe de fâçon lrès â., cànaition. ar." a" it"àu.t*s situalions élecloralcs : lc §ccond tour dc "r"i* ièle.tion Drésidcnucttc de 196c. pâr criemple' ou 3l'ô d'élcclcurs ,"i"*ni ai .rto,"t .",r" pohcr el Pompidou' 'bonncl blânc ct blanc les 63% d'abstenlion aù référendum sur la tonn"i;;, "n "o.po.un, 29% âu référcndrn dc Mâaslrichti oü âux
  2. 2. 7 décidant du relour de Ia droitc au pouvoir. en principe propiccs à lâ pârticipation. Le mômc phéflonlène est d'aillcurs observâble à l'élection présidcnlicllc : l'abstention csr cn légère âugmcntâtion, surtout lors du dcuiômc lour. à châquc ilcction dcpuis 1981. âlors qu'il s'âgit, dans lous lcs cas. dc soutenir lâ droile ou la gauch§. Cctre évolûtion. considérablc dans le câs des élcclions législalivcs- csl susccplible dc plusi€urs inlcrprélatjons : une bânalisation dc l'altcrnânc€ qüi a riclé lcs limilcs dcs changemenls politiqucs possiblcs. lâ désilhrsion dc l'ilcctoral dc gâüch€ après di ans dc pouvoir sociâlist€.l'âpprofondisscnrcrl dc lâ c.isc de lâ rcpréscrlation cl du rcjct du slslènre polilique. La réductiofl dcs Écans progrâmmatiqucs cntrc lcs grandcs formalions pârtisâûcs. l'hérilâgc dc dcu cohabitâtions_ l'affadisscmcnt dcs clivâgcs idéologiqucs contnbucnt sâns âucun doulc à ccl alTâiblisscmcnt dc Ia panicipâtion. Dc fair. cct âbstenlionnjsmc parâi1 toul ârrssi "conlrâinf' quc cclui résultânr dc Iâ margiûàlilé socialc. Priés d'oplions poliriqücs clâircs. Ics élccteurs 'otcnl d'âulant moins quc la concurrcncc idiologiquc cst limiléc Si lcs cxplicàlions d'ordrc sociologiquc cpliqucnt pour panic lcs difircnccs dc tàu d. parlicrpfltion cntre lcs diYcrs groupcs qui lâ plupan dcs abstcntionnisrcs. lcs âbslcntionnistcs inlcrmillcnls. marqücnl nroins lcùr rcfus du poliriquc en géncral quc lc rcfus du shoi poliliquc proposé à unc élcc(ion donnec. II s'agit nloins d'cclusion. dc rctrâi(. d'âpolilismc qüe dc conslitucnl l'élcctorat. l'évâluâtion. dc la pâ( dcs élcclcürs. dc lâ pcrlincncc dc lcur pârlicipâlion ll conricnl d'cârnincr ccs r€frrs d'cprinrcr un choi qüi .'oDl bicn âu-dclà dc l'abstcntion âu slricl scns dü tcn c. pour comprcndrc cc qùc vculcnl significr lcs élcclcurs Lc dcu)iièmc lour dcs élccrions législâli!es de 1993 nronlrc à I'ilidcncc qüe l'abstcntion ct lcs voles blâncs ct nuls nunifcstcnt lâ ntôn]c résislânce dcant dcs choi qui appâraisscol pcu convaincànls. Lc prcmicr tour avail llronlré. quanl à lui. qre plus dc Ia n)oitié dcs élcctcurs (559,i) âÿaicnt préféré 'olcr pour lcs parlis crlrâ-pârlcmcnlâires. rolcr blâoc ou ûul oü s'âbslcnir. contrc.l+r/o sculcntcnl lors dcs Iigislatiles dc con)bal précidcnlcs cll 25.1 lc 1986r,. obsen€ même phénomènc poür I'élecrion présidentielle : au prernicr lour lc fronl du rcfus (abslenlion. blânc êt nul. vote prolestâtâirc!3) augmcnle de 7 points enlre 1988 cl 1993 (respectivemcnt 38% cl .15%). Et si l'âb$enlion dintinuc légèremcnt entre lcs dcur tours. lc volc blanc et nul double âu sccond lour dc 1995 (602. rccord âbsolu dcpuis lcs débuts dc Iâ Vèn1e Répùbliqùc. à I'cxception dù référcndum dc 1972 sur l'élargisscmenl dc la CEE où il y en avair 7%) si on ajorte à ccs résullals l07o en'iron dc noninscrils à chaquc échéâncc élccloralc. on cooslâtc qr'unc nrajorlé dc l'ôleclorat soil boude lcs urncs. soir rcfusc d'accordcr scs su{Tragcs âu panis de goü'"ernemcnl Associé à un fâiblc inlérêt pour la poliliquc cl bâs nivcâu d'insInrction. cc §pc dc comFlortcmcnt électorâl serail. pour ccrlâins ânâlystes. lâ conséqùcncc d'un scnlimcnt d'ircompétcncc poli(ique ct obéirâit â lâ logiqüc du "ccns câché" (GAXIE. 1978) Lc nivcau On u scolairc représcntant lc faclcur délcrminânl dc la panicipalion élcclorâle. l'abstcnlion. loin dc conslilucr un choi délibéré. flc scràit qu'un cffcr pervcrs dcs iirégâlilés cùllurcllcs. Dans ccxc logiqùc de la déposscssion poliliquc. c'e( le confornrismc social qui poussc lcs élcctcurs. lc plus souvcnl fâiblemenl polilisés. à ÿotcr. Les élccleurs scraienl. dâns leur grândc Inâjorilé. néccssaircmcflt âpalhiqucs. apoiiliqucs. el de loutes fâçons incâpâblcs dc dévclopper ure opinion poliliqucmcnt consrituéc. Qüand ils vorenl- lcs élcclcurs nc sâv€nt pas fort Le vorc csl ainsi un comporlc rcnl aussi dinué d'inrponance poliliquc qüe l'siprcssion dcs opinions individuellcs rccucilli.s par lcs sondagrs. âctc dérisoirc d'un indilidu rédril à la snnple solilùdc dc l'isoloir. ignorant lcs conséqücnccs poliliqucs de scs choi. La véri(ablc cplicâlion dc Ia parlicipalion éleclorâle. cc n'cst pâs lâ conrpétcncc politi{luc. ni un intcrôl conrnu0 pour lâ chosc cc qu'ils publiquc. c'cst oùtrc lc conror isnlc- l'obéissâncc à la nor'ùc dr devoir élccloral. Cc otc dc lâ nrâjorité silcncieusc. qui nc s'cprimc Jânüis dars Ic ditrât poliliquc cl qui c$ conrposéc dc groüpcs Pou. »rénroire. cc lyl]c dc conrponcnr.nt (!otc hors srslènÈ , abstcntion. blanc ct nul) représcntuit 26%, sculcrncnl dc Iél.clôrat cn 1978 I-c vote prol.st.tairc cù 1988 r.Broù!.. par coùstnrclion, lélc.toral l-e Pcn, Waechtcr, JùqùiD. I-a8uillicr ct llousscl ct, ùtr 1995, lélcctora( l-e Pen, La8uilli.r, Dc Villicrs. Vorrct. Ch.nriradc 255
  3. 3. lorlemenl apol(iqucs ne peul que renforccr la stabililé du sÿstèmc (BRAUD, 1980. l99r). Pour lcs tenânts du c€ns caché. la dimùrsion idéologique dc l'acte électoral et dc l'orientâlion du volc cst slslémâtiquemcnt omis€. Lc pâradigmc dc lélcctcur-strâlège. qui contrcdil appâremnrcnt cclui dc lâ dépossession politiquc et du conformismc élecloral. conlribuc lui aussi à déposséder le votc de sâ signilicalion politique. Lc diclin dcs grandcs docrrines (msrxismc. câlholicismc). ct lâ fâillirc dcs orgânisâlions pârlisârcs âürâicnl cùlrai é I'âffâiblisscnrcnr. ,oirc la dispârilio . dcs proinirés jdéologiqucs. Parâllèlcncnt. cn râison nolâmmcnl dc l'élé'âlioû conliîùc du nilcâu d'insrnrcrioù lcç élcclcurs scraicllt dcvcnus moins scnsiblcs r délernrinismcs sociologiqucs. II n'y â phrs dc "olc dc classc" ûi dc ",otc de pani" L'éleclcur vole désornuis par calcul. sclon l'olÏre élcctorâle cr ses proprcs âllcnlcs politiqücs. E'âluanl lcs coùls d lcs bénéficcs de sâ panicipalion il négocic son âppüi cn échangc dc rétribulions mâtériclles c/ou s]nùoliqucs D'apolitiquc. l'élcctcur cst dcvcnu "râlionncl": l'inrérêl pour Ia poliliquc csl un intérêr pârticùlicr bicn compris. indiffcrcnl à l'inlérôt général. L'élccteur mobilc. volatile. flollanl. n'âllache pas. en définililc. grândc nnponâùce à scs choix élcctorâu (MERLE. 1990). 3. Pour unc iolcr|)rétâtior 'rslrâtéliquc" dc l'âbstcntion ? Les dcrnicrs résultals clcclorâu nc confirmcnl gùèrc cc spe d'approchc Si lc volc csl conformislc. ou râlionncl. poùrquoi I'abstention nc ccssc-l-cllc d'âugrncntcr ? En quoi lc votc prolcslatâirc cst-il conformislc ? ralionncl ? Il âppârait bi€r réduclcur dc nc voir dâns la pa(icipalion éleclorâlc qüe pâssivilé ou calcul câr lcs componcments élcclorau obéisscnl à plùsicùrs llpcs dc rârionâlilé. formanl enlrc cu dcs conrbinâisons variablcs. Lc votc cst un phénonènc coorplc)re. à la fois indn,idùcl ct collcctit sLrsccpliblc d'êlre arraltsô commc proccssusct comnrc rcsultât. sous I'ângle dc scs dércrminanls ou dc scs cffcls (BON. l99l). Co rnrc l'écril G. Larau : "... L'aclion élccloralc n'obéit pis sculcmcnl à dcs procùs dc causilliti qui lâ condilionnc- mâis ârssi à dcs procès d'intcntionnâlilé ou l'âctcur. dâns dcs limilcs quc trâccnt scs conditionncmcnts. chcrchc à 246 s'adapler à sâ siluation et à aiicindre quclques buls... I'acrion des acteurs doit ë1re prisc âu sérisux : elle n'esl pas seule inscription pâssive de causes objecliles. ellc doit êlre comprise aussi bicn â pa(ir des slructures, déterminânls ct ânlécédents ou elle se déploic, qu'à partir des motilalions dcs âclcurs cl de leur rech€rche de ationalilé"' (LAVÀU. 1986.317). Il nous faut prcndre au séricux l'action des acleurs, et toul d'abord les prendre au mol, c'esl-à{irc rcconnaî1rc lâ vâleur qu'ils accordcnt au vote pour rendre à cclui-ci son "slalut" politique. Conlre lcs lenanls dc l'illusion démocrâtique ct ceux du choix râlionncl. lcs élecleurs. abstentionnistcs où panicipânts (ct mêmc dâns une ccrtâine mcsurc les non-inscrits). allâchcnt unc grandc inlportânce à l'acte élecloral. lc plus souvenl âssocié à l'égâlité cl âu droils dc l'homme. Le vole apparail commc la condilion dc lâ démo.râtic et on nc peul lc considércr co lmc un conrportenrcnt n'cigcanl qu'un faible enAagemcnl pcrsonncl. Il csl âu conlrairc invcsti d'ùnc forlc valeur s,ymboliquc. mêmc chcz ccu qui nc lc prariqücnt pas du loul ou râremenl. Indissolublcmcnt Iié âu slslènrc démocraliquc. le olc cst un droil hérité des générâlions an1éricurcs qui ont lülté pour sa rcconnâissâncc. C'cst dans le mêmc Iùnps rlnc obligâlion moralc. un devoir civique. Bicn plus qu'un comf,oncmcnt confornriste. rite social pâuvre ou calcul égoistc. le vole. âniculalion dynamiqùc cntre droit et dcvoir. enlre droil-libcné ct droit-obligalion. est l'oipression du modèlc civiqu€, républicain. dc Ia pânicipâtion poliriqüc. C'est cc qu'â montré rne éludc qüalitative. mcnéc pâr cntrctiens non-dircclifs auprès de non-inscrils. d'âbslcntionrjslcs constants ou inlermitlents ct dc volanls constanls â l'occasion dcs élcctions régionalss dc mârs 1992 (SUBILEAU. TOINET. 1993) Ellc fâisâit apparaitrc, é8âlemenl. oulrc I'cprcssion d'un âbslcntioûnisnrc prote§ahire qui scmble êlre unc donné€ p€rmâncnle dc la ÿic polilique frânçaisc. un âbslcnlionnismc d'ùne aulrc nâturc. plus sensiblc à Ia conjonclure poliliquc. dû csscnticllcnrcnl au "déscnchântcnrenl démocraliqùc". Lâ nâlure de l'élcctior. la conligurârion de I'aclc élcclorâI. l'élar du syslème parlisar ccrccll unc influence décisivc sur cel âbnentionnismc "sélcctif' (ou "strâtégiquc"), dont l'augmcnlâlion pârait responsablc dcs varirlions observées ccs dcrnièrcs annécs. 257
  4. 4. L'analysc du ma1ériau rccueilli révèlc que l'âbstenrion ei lc votc blânc et nul ont, dâns unc largc mcsurc. la mômc significalion quc le vote pour les forccs hors-syslème parce quiils epriment un mêmc refus des choi poliliqucs proposés. Comme lc dil un cnquôté : "Moi. c'est voter abstcntion. ou votcr blanc. olr volcr vert. Il n'y a que ces lrois §pes-là. Lc resle, jc nc m'cn occupe pas". On saisit ici la dimension proleslaiaire dc l'abslcnlion, qui pcut. sous ceriaines conditions. se transformcr cn 'otc pour le Front nâtionâ|. Deux thèmes sonl souvcnt iÿoqués à cct égârd dans les cnlreriens : l'incapacilé de la classe politiquc dans son cnscmblc à résoudre lcs problèmcs économiqucs ct sociâuri ct l'hoslililé à l'égard du personrcl politique qui ne sonse qu'à conscncr lc pouvoir aü dé(rimcnl dcs promcsscs dc câmpdgnc ilccloralc. Lâ cosc icorornrquc. norârnnrnl la monléc du chômagc. est lrès préscnte dâns lc vecue, I'incâpacité du système politique à rôpondre âux auenrcs individuclles. cn âJIâiblissant les liens entrc lcs citoyeN et lÉul font perdrc âu vote un élément de sa composiutc idcntitaire, la pârt idôlogique, sans doute la plus explicâlivc dcs comportements de panicipâtion. L'effaccmcnt progressif du Parti communiste et l'cvolution idéologique du Pani sociâlistc, durant les ânnées quârrcvingt, onl conduil nombrc de "deçus du sociâlismc" et d"'orphelins du PC" à l'abstcntion. On peul quâlificr cc typ€ drâbstenlion dc "stratégique" ou "sélcctive" : c'est un choix ddlibéré. dc la part dcs âcieurs sociaux. cn fonclion du lieu. du nrc rc 1, dc l'objcl du vote. A l'inverse de l'abstention protcslalâirc baséc sur lc rcsscnlime( et sensible aux sirènes du FN, I'abstcntion strâtégiq c fondée sur la désillusion cédera lc pâs la plùparl du tcmps à Ia volonté de s'opposer à lâ monlée dc l'eNrêmc{roilc ct dc pâ(icipcr à la détcnsc des discours dcs cnquêlés : l'abslcnlion mânifcslc lc nréconrcnlcnrcnl dc ccr pour qui lê pouvoir, qucl qu'il soit- n'appone aucune solution âu dilficullés vecùcs par l'élcctorâl. c'csl l'un dcs fondcnlents dc Iâ "crisc de la représcn1âtion": on rcfuse dc votcr. cîr lcs élêclions sont pcrçuc§ libertés démocmriques Quclqucs mois âprès lcs élcclions régionalcs. la vivâcité du débat suscité par lc référcndum sur lc lrailé dc Maitslrichl, I'évolution dcs intcnlions dc ote dâns les sondâgcs. la pa(icipation élcctoralc plus élcvéc que pre!æ (70%) et lc scorc très scrré à I'issrrc du scnüio onr étonné nombre d'observatcurs. Aüssi a-l-il pilru intércssilnr d'intcrroScr dc nouvcau lcs mômcs pcrsonncs, §hoisics dilibérénrcnt cn fonclion de Icur rclrâil â I'égard du poliliquc. pour;ln:tlrscl plus préciscment en quoi la naturc ct I'cnjcu dc h collsltltlttio,l illl'lucnccnl commc un lcurrc dcnué dc loul€ réclle significalion socialc ct polilique. En toutc hypolhèsc. l'abslcnlion-protcslalion s'appârcnlc âu volc conlcslalâir€ : dans cctlc logiquc. clle conslilue un avc(isscnrcnt adrcssé â lâ classc poliliquc. eprime unc €rilique dü slslème panisan et nunifcstc l'iûadéquation enrre l'ollrc élcclorâlc ct lcs âtlcnlcs dcs Mais ce rcfus du polilique rc sâurâir epliqucr qu'rnrc parlie dc l'âbslentior. Cellc-ci n'cst pâs simplc rcnt réducliblc à unc âpâlhre. un âffâiblisscment de l'inlérôl pour Ia poliliquc ou unc inditlércncc accruc à l'égârd dcs vâlcurs démocraliques Ellc procôdc aussi du brouillâgc des clivages idéoloSiqucs. du flou programmâlique dcs discours politiqucs ct du déclin dcs idcnlilés poliliqucs. En d'âutres lcrnres. il scmblc que l'attrail pour l'cxcrcicc dc la cilolcùneté se soit âflâibli âvânl tout cn l'âbscnce d'unc oflrc poliliquc câpâblc de mobiliscr les élcctcurs. Lc déclin dcs organisations partisâncs et syndicâles. enlraînanl lâ disparilion dcs idcntrficâ1ions collecli,cs. conrribue â lâ pcrle dc I'idchlilé politiquc Lc nranque dc visibilité idéologique des fornHtions tradirionncllcs. l'âbsencc de prqcl crcdiblc illuslré pâr lc dicâlâgc cnlrc lc dis€ours poliiique cl la réalité 25't I I lcs conrponcmcnts dc pârlicipationli. Lcs cnlrcticlls du prilltcnlps âpponâicnt dcs enseigncmcnls srr lcs conccplion:i du volc, les habitudcs électorâlcs ct les orienlâlions idéologkluc$ l,lt dtflièmc enquê(e étâit dcstiftc à âpprofondir l'étrdc dü proccssür dc décision dâns I'actc dc volc. Lcs cntrcticns de Iâ dc[xiènlc lrUlxc onl Clé ltxités comme unc illuslntion dcs logiqucs indiliducllcs ltxÙuc dans l'âcte élecloral cl dans son conlcnu. C'cst pnr h lt"ct.,1!nl d,un enrretien à laurre, chcz le mémc individu, q c pr[t lltrc rc cn l r! La prcmiÈrc v{gùe de 2l .ntrelicns a itè rénlsJri ur lüvrxJl $l nxni l{)r2, a!âni lcs élcctions réBionales du 22 mars, I'lrh I rritlor lilr.ruc, à Lyon et dans Snd,Ist (Bouctcs-du-l(lxh0. Vnr (,t t.a l. (l deui!'me laguc a été naliséc .n odobr. l9')2, tln du 20 cplcnrhJ. Jd . lcs rnirnls lrru. , rl,rL{ il(r Vn((l ) rl[0r l.' r'lûrfrxlln lrrvr tr rntr,rn r ,t[ onldcnonv(du JrJùl,l(LrûHlrondtnlr.lrùnlSllllll I 239 ^lr l!',,,1
  5. 5. la cohérence iniernc des itinérâires électorâux. Câr nos abstentionnistes aux élcctions rcgionalcs oni été nombreux à voter au référcndum i six ont volé oui. un â voté non, deu sculcmcnt onl persisié dans l'âbstentionl chez lcs quatre élecleurs qui âvaienl volé en mâls, deux sc sont abstcnus (dont l'un âvâit volé blânc aux régionales) cl deùx oni volé âu référendum (un oui et ün vole blanc). L'analyse des enlreliens met en évidcncc lcs cohérences pratiques, propre§ à chaque individu. qui rendent complc des choix électorâux. La valorisalion plus ou moins lone dc l'âcte élcclorâI. les situalions évidence personnelles. le §?c d'élcction ct son eÙeu dcssinenl les combinâtoires qui pcmrcttcnl dc comprcndre lcs oricntalions du vole. Dc ce point de lrre, la mélhode dc l'cntreticn s'âvèrc pc(incnte dans la mcsure ou ellc permcl. précisement. d'cxpliciter la manièrc dont les élcctcurs eu-mêmcs ânabscnt lcs rclâtiofls réciproqucs entrc ces différenls factcurs. Lcurs cplicâlions monlrcnt conrment une consultâtion de forme référcndairc pcul fairc sortir lcs élcclcurs de l'âbstenlion ou âu conlrâirc lcs y conduire ct commcnl lc lraité dc Mâastricht. c'cst-à-dirc la conslruclion curopécnnc. s'csl constilué por à peu en cnjcu politiquc. Car il r'y a pas de relalion mécânique cnlrc lcs opinions positives ou néBalives à l'égard dc l'Eùropc ct l'acceptation ou le refus dc lâ procédurc référcndâirc. Dans la mcsure ou lc référcndum aulorisc l'cprcssion immédialc des opinions individuclles. il est pcrçu pâr ccnâins enquêtés conrnc s.vslème des panis. d'échâppcr au compromis poliliqucs ct dc dépasscr Ics co lils idéologiqucs. Tout se pâsse, âlors. commc si le référendum faisait lcs élccteilrs encore plus un moycn dc s'âflranchir du égâux qu'un scrulin convcnlionncl, "Un hommc. une voir": Ic référendum âchève lc processus dc l'égâlilé. Eigeânl dcs élcctcurs qu'ils se prononcent dircctcmcnt sur une queslion dc fond. à la il s'âgit esscnticllcnlent de sélcctionncr lc pcrsonncl poliliquc, lc référcndum conlribuc à parachcler le proccssus démocmtiquc cl rcnforce synlbqliqucmcnt lc licn enlre I'Etâl el le cilolrn. Cellc rclâlion dircctc,âpprofondil lc scnlimcnl de différcncc d'une élcction oùr la rcsponsabililé individucllc. dc I'cmcâiilé du ÿoic d dc I'influcnce de chacun sur lc processus politiquc. Lô. référcndum rcod vic à la po(éc collcclivc de la panicipâlion. ll nculrâlisc les cflcts ôvcnlucls du scntinrcût d'incompélcncc pcrsonncllc el de l'inutililé du 'olc. 26ll Mais, sunout, en pcrmcnant l,oipression dcs opinions cn alchors de ta médiation dcs forces panisancs_ il annule en partie lc discrédit dc la classe politique et rclâtivise lâ crise dc lâ participâlion. pour ces éleclcurs hésitânts. Ie surcroît d,implicalion personoelle offcrt pâr te référendum leur â permis de renouer. au moins momenlanémeni. âvec la polirique. Toutcfois le référcndum. comme §?e de consultation. ne srlfil pas toujours â entraîner la panicipâlion. Il peut même en détoumer ccrtâins éleclcurs inlcrmi(cnls pour qui il reprcscnte une nouvclle prcuve de la démission dcs étus. A leurs yeux. Ioin dc constitucr un enrichissement dc lâ dénlocrâiic. tc réfcrendum est une ncnâce pour le fonctionnemcnl du système dénmcralique. Loin de pcrm;ttre I'expression des convictions individuclles. il rcpose cn iéâlité sur une mânipulâtion ale I'opi[ion. Aussi lc référcndum âpparaît-il commc un symbolc de la crisc du poliliquc cl dc lâ fâi ilc de lâ représenralion. Lc référendum n'est qu'un plébiscjte déguisé: il nc s,agissâit pas. eû tout cas pour ces cnquêlés. dc sc prononccr pour ou conlre l,Europe, mais bel et bicn d'apponcr ou de rcfuser lcur soùlien âu gouvemcment sociâlisle cl âu présidcn( Millcrrând. cc que monlrent les entrclicns à l'évidcncc. c,csl qu'il n'y â pas dc rctation §yslématique entre lcs comporlcmcnts élcctorâu: et lcs jugemenrs portés sur lâ nâlurc du scrulin. Ainsi pcùt-on. à Ia fois. cxprimcr son attachcment âu volc. esintcr quc lc référendüm crée un âpprofondisscmenr dc tâ démocrâlic. êlrc pro-europécn cl nc pâs pâniciper à Iâ consulrarion âu nom d,unc incompélcncc potilique rcvcndiquéc. hrvcrscmcnt. on pcut ôrrc opposc au princ,pc du réIércndum ct riscrvé â l'égard dc lâ conslructron curopicnnc mâis participer pour volcr oui parcc que lc Front national appclait à voler non. Divisés sur la proccdurc du rcfércndum. lcs étccteurs I'ont été égalcmcnt dclant des cltoi:,{ contrâdictoircs, sur l,Europc. sur le lraité lui-même. sur Ics âspccts sociaux dc l,unification curopéenne. Mâis lc contcnu des cnlrelicns nc lâissc âucun doutc : daîs tous les câs l'enjeu ne Ies a pâs lâissés indirércnrs. La conslruclion europécnnc, qu'on veuillc la soulenir ou lâ combaûe. a été la principala râison explicative de Ia pânicipation. Il sullit. pour s,cn convaincrc. de comparer simplemcnt lâ pârticapârion au référcndum dc Mâaslrichl ct 261
  6. 6. Nouvellc-Calédonie, pourlânt peu éloi8nés dans lc temps: TloZ en 1992.17yo eî 1988. Dâns le sccond câs. le rctrâit ecep(ionnel dcs élecleur§ s'cPliquc. §emblc-t-il' avant tout par I'absence de lisibilité et Ie mânque d'imponânce dc l'enjeu pour lcs milropolilârns D'ârllcurs. âucune dcs pcrsonncs inlenogécs à I'occa;ion du référcndum dc Maaslricht n'évoquc le référcndum de 1988. Ce n'cst ccrles pas la durcc ccoulec cntre le§ deu consullalions qui explique cetle apparenlc amnésie mais bicn le fâit que l'âulo- à celui de la déterminalion dc la Nouycllc-Câlédonie n'â pas élé pcrÇuc commc un thème potitiquemcnl constilué. Car mêûc si lcs élccleurs. et cn pâ(iculicr ceu qui âurâicnl tcndancc à s'éloigncr âujourd'hui du jer politique. discnt le plus souvcnt ê(re fâvorâblcs à ce typc dc ionsuitation cl môme en souhaitcr la multiplicalion. c'est en définitive pâr rappofl à son objct quc se crislaltiscnt lcs âttiludes ct quc se détermincnl les straté8ies élcclorâlc§ La compâraison cntrc lcs dcux vâgucs d'cnlreticns est éclairanlc à ccl égârd. Ellc pcrmcl dc préciscr. notânrmc 1. ce que des élccleurs. choisis cn fonclion de lcur distânce à l'é8ard du châmp poliliquc. veulcnl alire lorsqu'ils âmrment qu'ils nc s'inlércsscnl pâs à la politique. "Nc pas s'intércsscr à la polilique". c'cst rcfuser dc s'impliquer. d'enlrcr dans le jcu. soit quc l'on nc se scnle pas "concemé" par la consultation. soit que l'on rcluse d'âpporter son concours à dcs mânocurrcs d'appareil ct dcs rapports dc force éleclorau- L'impossibililé d'cprimcr un choi en l'abscnce dcnjeu clâiremenl id€nlifiés epliquc cl juslifie l'âbslcnlion ou le olc prolcslâtâarc. L'exercicc de lâ cilotcnnclé pcrd cn cllct dc son atl'âit l'abscncc d'une offrc politiquc câpâblc dc mobili§er lcs élcclcurs' C'csl moins la conscicncc dc l'inulilité dc son proprc vole cn lcrmcs quânlilâtrts ou un scnlinrenl d'incompélcnce politiquc qÙc lâ dévâtorisalion de l'âclc élcclorâl lüi_nlênrc qui cplique lcs comporlcmcnls dc rctrait. C'csi bicn la ponéc colleclivc dc la in pâ(icipâlion qui sc'nble rcnrisc cn câusc- cc qui nuance forlcmcnt lcs ;nahscs oui font du tolc un conrponcmcnl dônuc dlmpoflancc cl dc signifrcarion potiriqLtcs Lc rcfôrcndu,n pàrcc quc §on objcr âpponâil une autre climcnsion à la politiquc. âu-dclàdc lâ procédure électorâle elle-mêmc. a pernris dc transccndcr cclrc crise dcs vâlcurs L'enjeu a été esscntiel dâns l'orientâtion des voles : le reférendum de Maâslricht a ramené dcs abstentionnisles au vote et rejcté des votants dâns l'abslenlion. Car les comportcmenls électoraux otÉissent à une logique s.l€{live, définie par I'intérêt rclatifque l,on porte aux élections, la compétence plitique que l'on s,âccorde pour décider dc l'cflicacité de son vole et la légitimilé quc l,on reconnâit comÉtiton politiquc. la Lorsquc lcs électcurs ont pressenli les implicâlions concrètes de lâ conslruction euroFÉrnne. qu'ils ont pri§ pcu à peu conscicnce de la nalurc de I'enjeu. Ieurs choi élcctorau:{ sc sont construits à pa(ir de leurs sys(èmes de rcpréscnmtion. Lc référendum a f,crmis l,cprcssion d'atlitudes structurécs et différenciccs âulour d,un nouvel objet politique. Tcl qu'il apparâit dans tcs cntreticns. cc cli'âge lémoigne des altiludcs à l'égard dc l'aycnir. C'csr l'ouvcrturc oplimistc sur lc monde ou le rcpli ânicu sur l'idcntilé nalionâle qui crpliquent cn dcrnièrc ânâlyse les choi élcc(orâux. L'Europc_ c,cst ,,t.a!cnir,, pour cenains: pour d'aulrcs âu contrairc. c,cst unc,mcnace,,. Il s,agit bicn de dcu conceptions dc l'âvenir. i,unc cerlréc sur t'Élal-nârion. I'autrc ouverte sur l'cnvironnemcnt supra-nalionâ|. Sclon sa paopre siluation cl sâ conccption du monde. châcun a choisi son propre mode de rclâtion à la Francc el à l'Europc. Ricn ne le montre micux que lcs altiludcs des cnquêlôs à l'égard dc l'Allcmagne. Tous. ou presquc. s'inquièlcnl de la supréntâlic allcmande cn Europc. suprénulic ârssi bien polilique qu'économiquc. Pour lcs uns. it convicnr donc de s,en protégcr en s'cn éloignânl. pour d'âutrcs, en rcvânchc. de s'en fâire unc prolcclrice par l'âlliânce. Avcc lcs mômcs préoccùpations, le chôma8c ct l'inccrlitudc dc l,avcnir. on pcul ainsj exprimer des opinions radicâlemenl difércntcs e1 votcr en sens opFrosé. Doilon cn déduire quc le vote cst aléâloirc. quc lc comporlcmcnt électoral ntsl pâs idéologiqucmcnt slructuré. quc lcs choi poliriqucs sonl conlingcnls ? Lcs cntrcliens nous discnt lc contrâirc : confrontés à un cnjeu claircment défini engâgcânt l'avcnir. lcs électcurs décidcnt dc lcur votc cn loulc connaissânce dc causc. Ici. plus dc scntimcnt d'incompélcnce poliliquc: châcun â son mot à dirc sur I,union europecnnc. même se disânl mât informé. pcrplcc dc!ânt Iâ complcilé dc la décision à prcndrc- hoslilc. ou du moins réscné. devant l'inconnu. Il scmblc quc lcs ilcclcurs âicnl. ptus quc démocrâtiqucs. 262 à 163
  7. 7. d'hâbrlude. pcrçu I'ulilté polilique de l€ur ole En pâ(ic sans doutc pârcc quc cclui-ci lcirr pâraissâri indépcndanl du jcù panisâni nrais §rnout. scmblc-l-il. pârcc quc lc référeûdunl oflrair dcs p{rrspcclilcs nouvclles à lâ poliliqucrl. Ainsi. réélanr lcs logiqucs indi!iducllcs. lcs cohércnccs proprcs à chaquc cnquôté. Ics cnrrcticns rendcnl cornplc dc râppons diflércnls à la politiqu€. dc conccplions sp€cifiqucs dc soi. dc la vic collccti'c ct dc I'âvcnir comnltrn Pâr rrppon au discours rcc[cillis â l'occasion des élcclions régionalcs. la dcuièrrc vagnc d'cntrcticns démontrc à quel point Iâ nâlurc dc I'élcction cl sorr cîicu inllucnccnt lcs conrportcmcnts. Bicn drrntagc quc lcs élcclions régiolalcs. lc réfirc.dùm dc Mâaslrichl a posé 1a qucslioo dc l'idcntité poliliquc. l.cs élcclcurs ont dù sc pronorrccr sur une noucll0 difinirion dc 1â cilolennclé. à l'échcllc europécrrnc Lc nratéricl rccùcilli i] I'§ccasion dc ccs dcur coflsulutions nroulrc à l'i!idcncc qùc lcs âllrrudcs nc soll conlpréhcnsiblcs qLr'cn référcncc à l'inlerâctron dcs siluârrons irdi'ldùcllcs. dcs choi idéologiqucs. dc la coûioncrurc polrti{tuc cr dc l'cnjcu dc Ia conlpétiiioû Lcs comporlclncflts élccrorâo sont cr définitilc Iâ .ésnil,lule dcs sïslômcs d'éalüâlion ct dc hiérarchrsàtion cntre cns différclls tâcrcurs BRAUD P ( 1980) PUF, BLÀUD P (t 991) Pr€sscs dc lâ Fondâr BRECHON P.. CÀ élcctorâics. indicâ1i /i,a"çai!c ttu (t(ù.. DENNI B (]931 Oërcùbhgi?. î,28 6A-tI D. ( l97t!) segttgattuÿt Polt!t1n HIIIAN F. ROLAL jollr ]absl.nrionni§. IIERAN F. ROL1L lr95 cchrsion so. n']11 Bihli0grâDhic Ir'SEE (1988). 'En lcs lislcs é1c!roral.s r F (1991). 'Lc vole. fragnrcnl dtrD discours élcctoral"- in a.. .lis.outs .]e la paltttt c. letcs riunis ct préscntés par BON Y SCHEMEIL. Paris. Econoûricâ. p INSEE. Dircclion r.l boudc lcs élcclions 1lr 175-185 I-ANCELO.I r' bicD lc lolc au r.Èrc dunr d. Mairrillr aDdrrn mnnrc u c ^ussi tarcnrhès. dans la rc polilique I.cs rénrlral§ d.§ ll.c1idrs ùuftrracnncs dc 199.1 conllnncnl cn clli( qr. lù élccllur s. daknLnr$t d. plus cn Paris. À A (] Colin Iclcclorar LAVAU C (I.)S.' BIR]VI]AU],I P. LE( sNbsti.nncnt. !olci,r bianù où nul ou choiÿsscnt 1.s li)nniilrons "hors- dc Ia F'ondation nâtio !1us du sstènr. !olitiqrE plu .lcs lrois!Lrarts dc systanrc' I-e parlc i.r'l curoÉcn .o.lrâircùenl â curcptcnne. n. connrtL'c !rs un .ni.u nfl'.lLtrnrt )61 Llc l'unrtrcâl,o la lrc lolitiquc

×