TICmag azine                                                             Le magazine marocain des Technologies de l’Inform...
N°1 Octobre - Décembre 2011
Des perspectives encourageantes                                                    et des niches alléchantes              ...
SOMMAIRE                              Actus                              M2Msoft : présente sa nouvelle gamme ...............
ACTUALITESM2Msoftprésente sa nouvelle gamme de produits           2Msoft, entreprise fran-M          çaise qui conçoit et ...
ACTUALITESHuawei                                                                                               INTERNATION...
N°1 Octobre - Décembre 2011
ACTUALITESECS Informatique                                                                          GFI Maroc             ...
Maroc Numeric 2013les clusters épaulés par l’Etat       l s’agit de 4 contrats-programmesI      qui ont été signés par Ahm...
PROFIL PRO                                                                         PORTRAIT                               ...
N°1 Octobre - Décembre 2011
PROFIL PRO                                                                        INTERVIEWMohamed Taj, DG de HP Maroc    ...
Interview recueillie par H. EssqalliD’abord comme constat, les Data-centers sont de grands consom-mateurs d’énergie. Pour ...
BUSINESSPoste Maroclance barideSign.maLancé dans le cadre de la stratégie Maroc Numeric 2013, Barid eSign est l’Autorité d...
Par O. Lahlimtriques, …). Ajoutés à cela, tous les              des acheteurs et des vendeurs ou laprocessus fonctionnels,...
LEADERS                                                                                                                 Pa...
INTERVIEWSaid BensbihDirecteur du Pôle Editique de CBI«Les évaluations confirment queMDS a été effectivement uneréponse app...
ENQUETE                                             SECURITE IT AU MAROC                                                  ...
sationnelles et d’architecture des SI,         œuvre, l’application et l’évolution de lades connaissances des métiers et d...
SECURITE IT AU MAROC                                                lité au niveau du pilotage et de la coor-    du plan d...
N°1 Octobre - Décembre 2011
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
TIC MAGAZINE EDITION N1
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

TIC MAGAZINE EDITION N1

2 101 vues

Publié le

TIC Magazine est le premier magazine marocain francophone dédié aux Technologies de l’Information et la communication, destiné aux professionnels du secteur au Maroc
Plus d'infos sur http://www.ticmagazine.net

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 101
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

TIC MAGAZINE EDITION N1

  1. 1. TICmag azine Le magazine marocain des Technologies de l’Information et de la Communication Business Poste Maroc lance barideSign.ma p: 14 Leaders Mohamed Taj, MDS DG HP Maroc Une approche innovatrice p:16 Un manager Carrière Dell Prend soin de son vivier RH p: 38 Hautement ProN°1 Octobre - Décembre 2011 - Ce numéro ne peut être vendu p:10 - 13 ENQUETE: Management de la Sécurité IT des menaces plus vraies que jamais La sécurité est, plus que jamais, à l’ordre du jour en raison des évolutions des organisations, et par conséquent, de leurs Systèmes d’Information. Comment les entreprises marocaines voient la Sécurité de leur SI? Éclairage. p: 18 N°1 Octobre - Décembre 2011
  2. 2. N°1 Octobre - Décembre 2011
  3. 3. Des perspectives encourageantes et des niches alléchantes ’humoriste français Francis Blanche avait dit: «face au monde L qui change, mieux vaut penser le changement que changer le pansement». C’est dans cet esprit que le présent numéro intervient. NTIC Journal ayant bouclé sa première année d’existence, il était incontournable de procéder à une évaluation afin de pouvoir répondre aux différentes attentes du secteur des TIC et les professionnels qui l’animent. De fait, le changement tant au niveau du contenu que de la forme s’imposait, pour faire écho à tous ceux qui nous ont accompagnés depuis la naissance de ce support. Tout , donc, a été revu pour un meilleurEDITO support capable d’accompagner l’actualité des TIC au Maroc. Un secteur dont le développement n’est plus à renier, malgré les problèmes qui le plombent encore. En effet, malgré une année 2010 mitigée au niveau international, le Maroc tire bien son épingle du jeu puisqu’il affiche un indice en constante évolution. Pour preuve, en dix ans, le chiffre d’affaire du secteur, hors opérateurs télécoms, est passé de 4,5 milliards de dirhams en 2001 à plus de 7 milliards de dirhams fin 2010, réalisant ainsi une croissance annuelle de 36%. Cette croissance est due en bonne partie à la pénétration du mobile et largeur de bande internationale qui a atteint en 2010 un taux de croissance de 101,49%, contre 21,23 en 2004. Les perspectives s’annoncent généralement encourageantes malgré la crise, voire alléchantes dans certaines niches. Il en est ainsi pour les applications mobiles auxquelles on a réservé le dossier de ce numéro. Bien que le Maroc pénètre timidement ce marché, et au regard de l’actualité du secteur, la machine finira par passer à la vitesse supérieure, suivant ainsi la tendance internationale. En effet, avec un marché de plus de 5 milliards d’abonnés (dont près de 20% abonnés à la 3G) et la percée des smartphones et des services sociaux associés, le mobile s’avère être la niche du présent... à venir. Sinon, comment expliquer la guerre que se livrent les différentes marques au niveau des App Stores, des Os pour mobile ainsi que les chiffres faramineux qu’engendrent ces activités? Le mobile, en l’espace de 20 ans, est passé d’un état «primitif» à un état de connectivité totale. Dans quelques années, le temps que les smartphones seront assez communs et que les opérateurs télécoms en vulgarisent l’accès, le consommateur ne verra plus son portable comme étant un simple moyen de communication, mais un vrai assistant qui lui facilitera la vie. Le changement est en cours et l’avenir des TIC se joue aujourd’hui. Pour en avoir une idée nette, rendez- vous au Med-IT qui dans leur édition 2011 en novembre prochain feront la part belle aux applications mobiles. En attendant, ce numéro ne manquera pas de vous en donner un aperçu. Bonne lecture. K. Lahkim Directrice de la Publication TIC Magazine, le magazine marocain des Technologies de l’Information et de la Communication • Une édition de IT COMMUNITY SARL, 7, Rue BECKMANS, Rés. Valrose 4, Q. des Hôpitaux, 20360, Casablanca • Tél.: 0 526 080 000 / 0 526 090 000 • Fax.: 05 22 27 48 81 • Mail: contact@ticmagazine.net • Web: www.ticmagazine.net • Directeur de la Publication: Kaoutar Lahkim Lahlou • Rédacteur en chef: Said Zinnid • Journalistes: H. Essqalli, N. Mounouar, O. Lahlim • Experts en NTIC: M. Malah, S. Aitbrahim • PAO & Infographie: N. Nechchafa • Maquette, Conception & Conseil Editorial: 4Brand • Impression: Imprigema • Dossier de Presse: 2010 c11 • Dépôt légal: 2011PE0101 • ISSN: En cours • Tirage: 10.000 Exemplaires N°1 Octobre - Décembre 2011 03
  4. 4. SOMMAIRE Actus M2Msoft : présente sa nouvelle gamme ....................................p:5 CBI: meilleur partenaire Cisco 2011 ...........................................p:6 ECS Informatique lance ses séminaires ..................................p:8 Maroc Numeric 2013: les clusters en profitent ........................p:9Profil pro FOCUS: BusinessMohamed Taj ATRI: tout ce qu’il faut savoir....................................................p:24 Poste MarocL’homme qui porte lancela couronne barideSign.made HP Maroc ANALYSE p: 14p:10 Systèmes virtuels: quelle gestion de cycle de vie? ................p:26 SECURITE Gestion des incidents de sécurité: Quelle organisation du processus au Maroc?...................................................................p:28 NETWORKING Gsm: le mobile a 20 ans .......................................................... p: 36 COACHING EnqueteLeaders estime de soi: vive l’égo !.......................................................p: 38 Sécurité ITMDS De la fiction à laUne approche inno-vatrice p:16 CARRIERE réalité p:18 Dell: prend soin de son vivier RH............................................p: 38 FORMATION Management des SI: un Master ou rien...............................p: 38 Solution Gestion des évènements : quelles solutions open-source pour la gestion des logs....................................................................... p:44Guide conso TribuneApps mobiles CybercriminalitéLes dessous d’une Chronique Et si la loi s’adap-concurrence Mobile: ces applications mythiques ........................................p:50 tait? p:48acharnée p:46 Dossier la guerre des Apps Pour la fin 2011, les téléchargements d’applications mobi- les atteindront, selon le cabinet Gartner, les 17 milliards; soit un accroissement de 117% par rapport à l’année 2010. Une expansion certes, fulgurante et inattendue mais qui prépare l’installation d’un nouveau marché concurrentiel. Eclairages. p: 30 - 34 N°1 Octobre - Décembre 2011 04
  5. 5. ACTUALITESM2Msoftprésente sa nouvelle gamme de produits 2Msoft, entreprise fran-M çaise qui conçoit et édite des solutions de commu- nication sur IP (au Marocvia son partenaire B2BTelecom),présentera ses nouvelles gammesde produits notamment, les gammesCall Center et Entreprise, lors duMED-IT de Casablanca en novem-bre prochain.M2Msoft développe une offre de so-lutions de communication sur IP, enversions logicielles ou embarquées,qui répond aux différents secteurs demarché: Softswitch opérateur, IPBX mettant de réaliser des campagnes nouvelle console graphique, l’AgentEntreprise, Call Center, etc. Cette d’appels sortants. L’application se Panel, qui permet la gestion de misesnouvelle gamme IP Call Center am- base sur des algorithmes de routage en relation de tout type d’appels en-bitionne d’apporter une réponse ex- qui utilisent des critères tels que la trants et sortants. Les opérateurs vi-haustive aux problématiques des provenance de l’appel, la langue, le sualisent en simultané les appels encentres de contacts de petites ca- code client, le temps de disponibilité files d’attente avec les informationspacités, aux grands plateaux de té- des agents, les compétences, etc. de l’appelant (nom, numéro, Entre-léconseillers... Ce système dispose Pour les opérateurs de standard prise qu’il désire joindre en fonctionaussi de fonctions avancées per- d’entreprise, M2Msoft propose une du SDA, …).E-CommerceEnfin un Salon dédié e Jeudi 03 Novembre 2011 vations en matière de e-commerce, plateformes: Magento, Prestashop,L verra la tenue de la première édition du salon e-commerce expo (Cf., www.ecommerce-expo2011.ma) au palais des Am- de gestion de contenu, de e-marke- ting, de business intelligence, etc. Avec à l’honneur des solutions Open Source et des thématiques de poin- Ez Ppublish, Typo 3, Open ERP, etc. Des conférences thématiques seront organisées pour profiter des témoignages réels de spécialistesbassadeurs de Casablanca. Cet te telles le e-commerce, ERP, CRM, métiers avec notamment la confé-évènement qui s’adresse aux chefs rence de clôture qui sera animéed’entreprises, e-commerçants, por- par Moustafa Belkhayate, référen-teurs de projets, webmasters, res- ce de la bourse du futur, sur busi-ponsables marketing, responsables ness intelligence et le e-commerce.IT..., ambitionne de devenir un des Cette édition verra la mise en placegrands salons du e-business au d’une zone démo avec des expertsMaroc et se veut une réelle oppor- en référencement, «eye tracking»tunité pour rencontrer les meilleurs et en ergonomie e-commerce quispécialistes régionaux en matière analyseront gratuitement les sitesde e-commerce afin de répondre au des visiteurs en direct. Par la mêmemieux aux attentes des visiteurs qui occasion, l’e-commerce expo 2011recherchent en priorité des parte- BI, etc., Ce Salon peut s’avérer la verra l’organisation du e-Commercenaires de proximité. première plateforme au Maroc qui Awards destiné à récompenser lesSur plus de 3000m² d’exposition et offre une vision globale du marché meilleures réalisations et innova-de démonstrations, un programme Open Source avec en exclusivité et tions Web marchandes avec à l’is-alléchant s’offre aux visiteurs avec pour la première fois, la présence sue, 4 prix qui seront remis lors dela participation de plus de 60 ex- d’éditeurs internationaux de renom la soirée de Gala du salon, le 06perts pour découvrir toutes les inno- pour présenter leurs nouveautés et Novembre prochain. N°1 Octobre - Décembre 2011 05
  6. 6. ACTUALITESHuawei INTERNATIONAL Hewlettconsolide sa Packardprésence au Maroc se consacre à la sécurité IT uite au lancement d’un nou- munication, réalise un CA de plus de HP a annoncé la créationS veau portefeuille de produits et solutions d’entreprise, no- tamment, de Datacenter, deCloud, de télé-présence, etc. et après 28 MM US$ dont 7% issus des offres entreprises. Invité lors d’une conféren- ce, organisée par Huawei, IDC Afrique du Nord a présenté les macro tendan- d’ESP (Enterprise Security Products); une BU dédiée à la sécurité regroupant les ré- centes acquisitions ArcSight, TippingPoint et Fortify.avoir pénétré le marché des entrepri- ces du marché marocain qui montrentses au Maroc, Huawei vise à élargir que plus de 45 % des DSI voient que la L’objectif annoncé n’étantson champ de collaboration et à déve- sécurité des TI est une priorité majeure nullement de concurrencerlopper de nouveaux partenariats chez alors que 35 % accordent une priorité frontalement les spécialistesnous. Pour rappel, Huawei, un des lea- d’investissement à la consolidation et de la sécurité tels que Sy-ders mondiaux des solutions de com- au «Disaster Recovery». mantec ou McAfee. Et pour- tant, il est bien question de se positionner sur des offres de solutions de sécurité etCBI de services associés, et tou- chant à l’infrastructure IT.Meilleur partenaire La nouvelle BU qui sera dé- ployée à l’international dès le 1er novembre prochain de-Cisco 2011 vra apporter une plate-forme fédérative permettant d’orga- niser et de rendre efficace le management de la sécurité près sa Certification CiscoA pour les moyennes et gran- Silver, CBI a été élu meilleur des entreprises, notamment à Partenaire Cisco de l’année travers les solutions ArcSight 2011 sur toute la région Afri- de management des évène- que du Nord & Levant et de- ments et des informations devient ainsi, la première entreprise ma- sécurité (SIEM), les solutionsrocaine à être gratifiée de ce titre. TippingPoint de préventionCette distinction vient reconnaître le des intrusions et les solutionssavoir-faire, la qualité des proces- Fortify dédiées à la validationsus et prestations, le leadership ainsi des applications; le tout pré-que la grande expertise de CBI dans senté dans le cadre généralle domaine IT, à l’échelle régionale, d’un framework unique bap-couronnant aussi toute la stratégie de tisé HP Enterprise Securityformation et de valorisation des com- Solutions Framework.pétences mise en œuvre par le mana- Kamil Benjelloun, President CBIgement CBI. N°1 Octobre - Décembre 2011 06
  7. 7. N°1 Octobre - Décembre 2011
  8. 8. ACTUALITESECS Informatique GFI Maroc et Sagelance ses séminaires draguent la génération Y CS Informatique, un des Dans une perspective de ren-E principaux intégrateurs des solutions informatiques à l’échelle nationale, parie surla qualité de son service à travers dre Sage HR Management en- core plus performant et mieux adapté aux exigences locales et africaines, GFI Maroc a si-des partenariats solides avec les plus gné un accord de localisationgrands constructeurs (IBM, HP, Dell, avec son partenaire historiqueCisco, Apple, …) et éditeurs de logi- Sage. Dès lors, le leader ma-ciels, (Microsoft, WMware, Symantec, rocain des solutions de gestionKaspersky, ...). Cette opération s’ins- des ressources humaines acrit dans un programme de partenariat trimestre, des sessions de présenta- constitué une équipe pluridis-privilégié avec IBM et bénéficie égal tions techniques et de démonstrations ciplinaire pour développer etement de la certification Gold Par- de produits qui permettront aux parti- intégrer les adaptations néces-tner de Microsoft. Afin de répondre au cipants de mieux appréhender diffé- saires. Fort de son expertisemieux aux besoins et aux exigences de rents produits et solutions avec l’aide africaine, GFI Maroc déploierases clients et partenaires, ECS Infor- des experts de ECS Informatique et également cette solution surmatique organise courant le prochain ses partenaires. le continent. Baptisé Sage HR Management version Export, le nouveau système complété Programme intègre, en standard, des com- pléments applicatifs pour la - 20 Octobre à Rabat: Séminaire ECS avec IBM autour de la Virtualisation gestion des salariés payés en VMware, Microsoft Hyper-v avec la présentation d’IBM Blade Center. espèce, la gestion des Prêts - 01 Novembre à Casablanca /24 Novembre à Rabat: Séminaire ECS avec IBM au personnel et un Pack de autour des problématiques de stockage et de Virtualisation avec des présentations gestion du social. des Serveurs Blade et d’IBM Tivoli Monitoring solutions - 29 Novembre à Rabat: Séminaire ECS avec Microsoft autour des nouveautés Atento de Microsoft office 2010 Un nouveau DG - 06 Décembre à Rabat: Séminaire ECS autour de la solution «Entreprise Project Management, EPM2010» pour la gestion des projets de l’entreprise prend les rênes Il s’agit de Santiago Urío, nouveau Directeur Géné- ral de la région EMEAA qui sera en charge des opéra-Nelite North Africa tions d’Atento au Maroc, en Espagne, en France etprimée par Microsoft en République tchèque. Avec une expérience de plus de 25 ans dans les secteurs IT et télécommu- ean-Christophe Boyer, Direc- nications, Urío a occupéJ teur Général de Nelite North Africa, s’est vu remettre des mains de Steve Ballmer, actuelPrésident Directeur Général de Micro- de hauts postes de res- ponsabilités dans d’im- portantes multinationales notamment, AT&T où il asoft, le prix de «Partenaire de l’Année été le Président exécutif2011» au Maroc pour l’excellence et pour l’Italie et l’Espagne,la qualité d’expertise sur les solutions IBM, BT Global Services,de Microsoft. Cette consécration qui a et EDS (Electronic Dataeu lieu à Los Angeles lors de la confé- Systems) où il occupait larence annuelle qu’organise Microsoft. fonction de Président Exé-«Worldwide Partner Conference» vient cutif pour l’Espagne et lejuste d’avoir après un peu plus d’un an Portugal.d’activité au Maroc. N°1 Octobre - Décembre 2011 08
  9. 9. Maroc Numeric 2013les clusters épaulés par l’Etat l s’agit de 4 contrats-programmesI qui ont été signés par Ahmed Réda Chami et les présidents de 4 clusters nationaux sélectionnéset labellisés suite à l’appel à projets lan-cé en février dernier. Les 4 clusters enquestion sont: «Maroc Numeric Clus-ter » dans le pôle des TIC, du CE3Mdans l’électronique, la mécatronique etla mécanique, de «Morocco Microelec-tronics Cluster» et de l’Océanpôle TanTan spécialisé dans la valorisation desproduits de la mer. Ces contrats défi-nissent les obligations de l’Etat enversces clusters en leur allouant un appuifinancier étalé sur une durée de 3 anssous forme de subventions annuellesdestinées à leur mise en place et leurfonctionnement ainsi qu’un accompa-gnement concernant leur promotion au et «formation» à travers le recrutement que cluster ainsi que la production desniveau national et international. Avec des profils adéquats en vue d’atteindre services à valeur ajoutée. Ces clustersune enveloppe budgétaire affectée de des objectifs fixés dans le cahier des s’engagent aussi à produire 81 projets17 millions de DH, les 4 clusters s’enga- charges. Il sera question du nombre de R&D et 28 brevets. A cela s’ajou-gent à jouer un rôle animateur fédérant des projets de R&D collaboratifs, des tent, la création de 24 start-up et 266le triptyque «entreprise», «recherche» entreprises évoluant au sein de cha- emplois en R&D.Modes de paiementLa monétique se vulgarise en douceur utoroutes du Maroc (ADM) en sous-sol, entend proposer aux col-A a annoncé la mise en place d’une solution de gestion des services liés au règlementqui permet de nouveaux moyens de lectivités qui le souhaitent d’assurer la gestion globale de leurs problèmes de stationnement, en intégrant l’ensemble des données relatives à la voirie maisrèglement du péage sur les autorou- aussi la conception, le financement ettes marocaines. Ainsi, le paiement est l’exploitation des ouvrages ou équipe-désormais possible via les TAG de ments nécessaires hors voirie. Danstélépéage, les cartes d’abonnement ce cadre, et suite à un appel d’offres,multifonctions post ou prés-payées, elle a confié à HPS, un des leaders na-les cartes bancaires nationales et in- tionaux dans le domaine de la monéti-ternationales, les canaux de vente à que, la conception d’un nouveau sys-travers internet, les GAB, les bornes tème d’automatisation des processusde paiement déployées sur les aires du métier de stationnement. La solu-de services ainsi que les points de tion cible devra permettre le traitementvente partenaires. Pour les usagers, des moyens de paiement ainsi que leoutre la gestion de la relation client, sont dorénavant offerts. Sur un autre traitement de l’émission et de l’acqui-le suivi de la consommation de leurs flanc, la Compagnie Générale des sition des cartes CG Park prépayéessoldes par internet, la gestion de la Parkings (CG Park), ayant pour voca- et post-payées, à travers les multiplesflotte et la traçabilité des itinéraires, tion la construction, le financement et canaux électroniques (horodateurs,d’autres services à valeur ajoutée l’exploitation de parkings sur voirie et TPE, GAB, Web, Mobile...). N°1 Octobre - Décembre 2011 09
  10. 10. PROFIL PRO PORTRAIT Réalisé par H. EssqalliMohamed TajL’homme qui porte la couronnede HP MarocLe poste de DG lui réussit bien. Il a été manager pour la première fois dès l’âge de 28 ans,six ans après sa première expérience. Mohamed Taj, a toujours visé l’excellence et choisid’évoluer dans une entreprise «vraiment d’envergure». Aujourd’hui, il porte sur ses épaulesla filiale d’un mastodonte international qui n’est plus à présenter: Hewlett Packard. l a 40 ans, mais a déjà l’expé-I rience d’un grand manager. Mo- hamed Taj présente parfaitement le profil d’un leader. Pour HP, ilétait le seul à construire son projet decroissance au Maroc et il a réponduprésent. «Ils ont beaucoup insisté etj’ai dit oui», déclare-t-il.Depuis son jeune âge, il a toujours étépremier de sa classe. Il décroche unebourse pour des études en Franceaprès une mention d’excellence enbaccalauréat sciences mathémati-ques. A l’INSA de Lyon, il obtient sondiplôme d’ingénieur en informatiqueet enchaine avec des études en MBAà l’Institut de l’administration des en-treprises d’Aix-en-Provence. C’est làoù il apprend à gérer des hommes etdes entreprises.Comme première expérience, il débu-te chez ST-Microelectronics France.Cette expérience dure un an et demiavant que Mohamed Taj ne rejoignele Maroc pour occuper un poste ausein de la direction marketing de Xe-rox. Au bout d’un an seulement, il estnommé directeur marketing Afriquedu Nord. Trois ans plus tard, il réus-sit, entre 200 candidats, à prendre laresponsabilité de gérer les marchésémergents de Motorola à Chicago. Ils’envole pour Dubaï, un an plus tard,pour être responsable du réseau dedistribution en Afrique du Nord puis àMadrid où il est chargé de superviserun programme de qualité sur la régionEMEA. de RadioShak en 2008. Il crée aussi mène sa vie? «Je mène une vie sim-En janvier 2000, Motorola crée sa fi- un bureau d’études spécialisé en ple. Ma petite famille, mon petit en-liale marocaine et Mohamed Taj est le marketing direct et fidélisation: J&L fant de 3 ans et mes frères sont mesmieux placé pour la diriger. Ses res- Africa. En juillet 2010, Mohamed Taj principales préoccupations. J’accordeponsabilités ont été élargies aussitôt prend les rênes de HP Maroc. Ce fut beaucoup d’attention au sport et j’or-à toute l’Afrique francophone, l’Egyp- un retour en force au monde des mul- ganise mon temps pour être toujourste, et l’Afrique de l’Est. tinationales. Au niveau personnel, on disponible, c’est primordial pour gérerMais, il décide plus tard de se mettre se demanderait sans doute comment les priorités», nous confie-t-il avec al-à son compte et rachete la franchise un homme si brillant et overbooké légresse. N°1 Octobre - Décembre 2011 10
  11. 11. N°1 Octobre - Décembre 2011
  12. 12. PROFIL PRO INTERVIEWMohamed Taj, DG de HP Maroc «Les donneurs d’ordre ont ralentil’investissement dans un environnement aussi instable» se» ou entreprise instantanée. HP est nier trimestre nous avons senti une capable aujourd’hui d’avoir un langa- baisse d’activité dans nos chiffres ge cohérent grâce à la multiplicité mais ceci reste conjoncturel et est loin de ses départements et de ses d’être structurel. Nous sommes très acquisitions au lieu d’avoir confiants dans ce que nous faisons et beaucoup d’alliances et dans ce que nous voulons faire sur- de partenaires; une op- tout et nous possédons les éléments tion assez compliquée. plus que nécessaires pour réussir. Nous sommes donc A ce titre, HP envisage de s’installer loin de l’entreprise pour cette année 2011 dans douze qui ne produit que autres pays africains. du consommable. Quels sont les mesures prises par Vous avez parlé HP dans le cadre du Maroc Nume- de beaucoup ric 2013? d’acquisitions à Nous sommes sollicités à tous les ni- l’international, veaux et nous contribuons vivement mais pour le cas à faciliter l’accès aux «smart devi- du Maroc, quelle ces» dans le cadre des programmes serait votre po- tels GENIE ou autres. En plus, nous sitionnement par avons des instances avec le ministère rapport à HP CDG? de tutelle, l’AMDI… HP CDG représente le site offshore où HP pos- Vous avez lancé dernièrement sède 51%. Ce site sert une solution gratuite pour véri- essentiellement des clients fier l’authenticité des produits et français (grands comptes, consommables HP. Parlez-nous de de grandes banques, de gran- cette solution et de votre stratégie des structures comme Carrefour, de lutte contre la contrefaçon? comme le groupe Accor qui sont des On lie beaucoup ce phénomène à la clients de HP CDG au niveau du site pollution car il génère beaucoup de Technopolis avec ses 800 employés) problèmes à l’environnement. En effet,En premier lieu, comment se posi- mais qui sert aussi des clients ma- au niveau de la production de l’encre,tionne HP sur le marché de l’IT et rocains. Cependant, l’écosystème où on est le plus attaqué, l’industrie estcomment restez vous dynamique marocain ignore cette donne. Il y a très pointue et ce n’est qu’une entrepri-face à la concurrence? beaucoup de synergie entre les deux se très high tech qui peut produire uneHP est une entreprise organisée sur structures. On travaille ensemble. telle cartouche. Notre stratégie est detoute la chaine de valeur de l’IT que continuer à produire des consomma-ce soit dans le domaine du hardware, Quels sont les résultats enregis- bles respectueux de l’environnement;des services ou des solutions. Il n’y a trés pour cette année? établir des programmes de collecte etpas une 2e entreprise dans le monde HP jouit d’une notoriété très positive. de recyclage de ces consommables etdans ce domaine qui a ce positionne- Les chiffres ont suivi. Nous sommes puis sensibiliser les partenaires et lesment. Nous sommes une entreprise N°1 et de loin dans tout ce qui est clients aux impacts qu’auront les pro-globale, de par notre présence géo- PSG (laptop et desktop). Le problème duits contrefaits HP sur leur machinegraphique et aussi par la nature des qui se pose, par contre, surtout qu’on en premier lieu et sur l’environnement;fonctions des domaines où nous opé- est une entreprise globale, est que, d’où cette solution récente.rons, surtout avec les dernières ac- dans le cadre du printemps arabe,quisitions (EDS, Palm, 3PAR, etc.). les donneurs d’ordre ont ralenti l’in- Comment se distinguent les Da-La vision de HP tourne autour de ce vestissement dans un environnement tacenters HP écologiques récem-que l’on appelle «Instant On Entrepri- aussi instable. Effectivement, ce der- ment introduits au Maroc? N°1 Octobre - Décembre 2011 12
  13. 13. Interview recueillie par H. EssqalliD’abord comme constat, les Data-centers sont de grands consom-mateurs d’énergie. Pour les Data-centers HP, l’effort est déployé àdeux niveaux.En premier, au niveau de la concep-tion des matériaux. Puis, à traversson fonctionnement. En effet, lesDatacenters HP, au contraire desautres Datacenters qui font des re-froidissements globaux en partantde l’hypothèse que tous les ser-veurs fonctionnent en même temps,repèrent les endroits qui chauffentet effectuent un refroidissement lo-calisé et adapté à travers des cap-teurs softwares; ce qui permet uneéconomie de l’énergie.A ce titre, le développement de cesDatacenters rentre en effet dansnotre stratégie de promotion dugreen IT.Quelles opportunités de dévelop-pement du Cloud trouvez-voussérieusement sur le marché ma-rocain surtout après l’acquisitionde 3PAR?Les clients marocains ont aussi desbesoins en termes du Cloud carils ont les mêmes contraintes quetous les autres DSI du monde: desapplications plutôt vieillissantes,une architecture solide et donc nonflexible avec le matériel et enfin lamultiplication d’information qui fontque si le DSI n’a pas de solutionflexible selon la demande, il pour-rait être bloqué. Notre vision estdonc d’optimiser les informations,de les sécuriser et de voir commentles rendre disponibles au client in-terne et externe. travers les produits Palm HP dont Indépendamment de HP WebOS,Le Cloud se présente très bien à ce la tablette TouchPad. Cependant, comment voyez-vous leniveau; d’où l’acquisition de 3PAR ce n’est pas la principale raison développement des smartphonesqui est un spécialiste du stockage de cette acquisition. En effet, nous dans le monde avec la guerre desvirtualisé. nous sommes focalisés sur le déve- OS…? loppement d’un système d’exploita- Tout sera smart. On arrivera surHP, avec l’acquisition de Palm, tion qui s’appelle HP WebOS. des téléphones qui seront moinsest devenu l’un des pionniers Nous sommes convaincus que chers et «smart enough» pour fairedans le domaine des terminaux c’est un OS qui a été fait dès le dé- du web et les entreprises qui ontmobiles intelligents. Quels sont part pour le web alors que tous les réussi sont celles qui ont ramenéles produits disponibles sur le autres OS ont été adaptés pour le des smartphones.marché marocain? web. Tous les devices (impriman-Des produits ont été lancés en Eu- tes, laptops, etc.) seront intercon- Est-ce que HP est dans la cour-rope et seront pour bientôt lancés nectés. se des applications mobiles. Ensur le marché marocain. C’est la révolution que HP est en avez-vous développé?Nous sommes en effet revenus train de mener car toute la connec- Franchement pas à ma connaissance.dans le monde de la téléphonie à tique est orientée web. HP est tellement énorme (rires)! N°1 Octobre - Décembre 2011 13
  14. 14. BUSINESSPoste Maroclance barideSign.maLancé dans le cadre de la stratégie Maroc Numeric 2013, Barid eSign est l’Autorité de cer-tification de référence escompté pour la dématérialisation des procédures publiques et lanumérisation intégrale de l’accès aux services du gouvernement qui se mettent progressi-vement en place dans l’administration marocaine. En quoi consiste l’offre? a normalisation et la dématé-L rialisation des échanges com- merciaux et financiers consti- tuent une des préoccupationsmajeures des entreprises et des ad-ministrations marocaines. En effet,la démystification des procédures, ladisponibilité rapide des informationset des flux financiers pour les besoinsde gestion interne, la gestion optimaledes flux importants de dossiers ainsique la réduction des coûts de fonc-tionnement, tels sont les défis majeursauxquels font face les acteurs écono-miques à l’échelle mondiale généra-lement, et au Maroc particulièrement.Cependant, le développement de ceséchanges numériques passe inévita-blement par l’instauration d’un cadrede confiance numérique qui constitueun préalable au développement deséchanges e-commerce et e-gov, parti-culièrement, ceux qui nécessitant une du Monde. Tous ces indicateurs mon- pace numérique.authentification forte des intervenants trent l’opportunité des services eSignet des informations échangées. pour le développement économique Pourquoi eSign? et social du Maroc. Agréés par l’ANRT et prochainementQuelles opportunités pour référencés par les navigateurs inter-eSign? Vous avez dit poste numérique net du marché, les services BaridLes offres de services en ligne dis- Dans une perspective de préserver eSign se caractérisent d’abord par laponibles dans le marché marocain son statut de tiers de confiance à l’ère qualité de service de support fournitévoluent à un rythme accéléré et intè- numérique, le Groupe Barid Al-Ma- en ligne 24h/24 et 7j/7 au profit desgrent progressivement le recours à la ghrib garantit à sa clientèle le service porteurs de certificats et des opéra-dématérialisation des échanges. Les postal avec un accès facile et fluide teurs de systèmes de numérisationtendances internationales montrent au réseau, appuyé par une panoplie sécurisée. Et vus les enjeux stratégi-aussi des perspectives prometteuses de services à prix abordables, gou- ques liés aux domaines d’applicationpour le développement des échanges vernée par des KPI de rigueur (sa- des services eSign, des technologiesnumériques entre le Maroc et le reste tisfaction, accès au service, fiabilité, éprouvées sont utilisées pour garantir sécurité, etc.). une infrastructure hautement sécu- En effet, le Groupe Barid Al-Maghrib risée conformément aux exigences, se positionne en tant que tiers de standards et normes nationales et in- confiance de référence entre tous les ternationales en vigueur. Par ailleurs, E-sign permet d’opérer l’activité usagers, qu’ils soient particuliers, ad- Barid eSign est doté d’un système de de certification numérique afin ministrations ou opérateurs autant au backup en mode réplication en ligne de donner une dimension élec- niveau du réseau physique que sur sur deux sites distants de type «bun- le Net. D’ailleurs, les services Barid ker» répondant à des exigences très tronique au «cachet postal fai- eSign viennent appuyer la transition fortes de sécurité physiques et logi- sant foi». du groupe au statut d’opérateur de ré- ques (machines redondées, services férence de tiers confiance dans l’es- secourus, contrôles d’accès biomé- N°1 Octobre - Décembre 2011 14
  15. 15. Par O. Lahlimtriques, …). Ajoutés à cela, tous les des acheteurs et des vendeurs ou laprocessus fonctionnels, opérationnels signature des contrats (assurances,et organisationnels déployés pour ga- immobilier, etc.).rantir un taux de disponibilité quasi A noter que Poste Maroc est ga-parfait. Quelles offres pour le marché rante de l’ensemble du proces- marocain?Spécificités du service Barid L’offre de Poste Maroc s’articule sus de certification concernanteSign autour de 2 axes principaux: l’authen- l’émission, l’obtention et la ré-La plateforme Barid eSign a pour vo- tification forte des usagers et des ap- vocation des certificats électro-cation de proposer aux administra- plications d’une part et, la signature et niques qu’elle émet.tions, entreprises et particuliers une l’horodatage des échanges numéri-offre de services de certification de ques, d’autre part.l’identité numérique, qui permet la En effet, l’offre est composée de plu- des écosystèmes où la confiancesignature électronique sécurisée et sieurs natures de certificats. D’abord, est préétablie. La troisième classeconcourt ainsi à la sécurité des échan- une première classe de certificat sim- concerne les certificats dont la valeurges électroniques des données selon ple sous format logiciel qui peut être est probante (reconnue par la juridic-le dispositif réglementaire en vigueur automatiquement téléchargés à par- tion Marocaine) intégrée dans desau Maroc. Ainsi, les certificats électro- tir du site www.barideSign.ma pour clés cryptographiques et produite se- lon la politique de certification arrêtée par l’ANRT. L’utilisation de ces certi- ficats garantit aux parties prenantes la preuve probante et non réfutable de toutes transactions électroniques. Poste Maroc commercialise égale- ment les jetons de date qui jouent le rôle de la signature légalisée selon la loi 53-05 ainsi que des certificats SSL dédiés aux serveurs, routeurs ou applications critiques. Comment se provisionner? Dans ses démarches de vente, l’ac- tivité Barid eSign repose surtout sur le réseau commercial de Barid Al Maghrib pour faciliter l’accès à l’en- semble des utilisateurs aux offres de certificats. Aussi, au niveau du site www.bari- deSign.ma, un guichet virtuel sera prochainement mis en service pour les demandes à travers le net. Côténiques fournis par Poste Maroc ap- des utilisations dans les domaines princing (affiché sur le même site),portent aux échanges électroniques qui ne requièrent pas un besoin de les frais de fourniture ou de renou-le niveau de sécurité nécessaire et preuve probante. La seconde classe vellement des certificats sécuriséspermettent de garantir l’identification est celle des certificats qualifiés sur sont de 690 Dhs HT/an alors que lesde l’émetteur, la non répudiation, l’in- des médias physiques (carte à puce, frais de déblocage d’un certificat setégrité du contenu, et la confidentialité clé USB,..), avec un niveau de sécu- chiffrent à 50 DHs HT par certificat.des échanges contribuant à générer rité supérieur qui peuvent être utili- Les supports hébergeant le certifi-la confiance dans les échanges sur sés au sein des entreprises ou dans cat sont commercialisés à 225 Dhsinternet. HT et les jetons d’horodatage sont àDe ce fait, les services Barid eSign 1DH/HT par jetons.Plusieurs projetsrenforcent les mécanismes de sécu- d’intégration des services eSign ontrité numérique requis par les diffé- été amorcés avec un grand nombrerents services en ligne, qu’ils soient d’administrations et d’opérateurs.des Télé-procédures (Déclaration Certains de ces projets ont atteintdes impôts, Demandes ou délivrance des phases assez avancées où desde documents administratifs, etc.), certificats ont été produits ou bien ilsdes services bancaires (Transfert sont en cours de production tel qued’argent, ordres de bourses, etc.) ou les cas du Ministère du Transportdes transactions commerciales né- et Equipement et du Ministère de la !cessitant une authentification forte Justice. Que la suite défile … N°1 Octobre - Décembre 2011 15
  16. 16. LEADERS Par S. B.Managed Document ServicesUne approche innovatrice pourdes Solutions d’impressionmultifonctions optimiséesIl existe de nos jours, moult technologies qui permettent aux entreprises d’optimiser leursparcs d’impression grâce notamment à l’optimisation des coûts, l’amélioration de la qualitéou encore la satisfaction des consommateurs. Cependant, d’autres défis plus critiquespersistent encore et nécessitent une solution de management globale couvrant tout le cyclede gestion des dispositifs d’impression de l’entreprise. Focus. ’impact des coûts opéra- et Toshiba, acteur mondial dans une meilleure productivité des en-L tionnels sur la marge glo- bale, le manque de sta- tistiques concernant lesdifférentes solutions d’impression l’Innovation Technologique, offrent dans le cadre de leur partenariat remontant à plus de 40 ans, une approche innovatrice baptisée MDS treprises. Avec l’accroissement des exigences d’un environnement d’impression de bureau adéquat, et vue l’importance de tels environ-multifonctions déployées ou encore pour Managed Document Services, nements, outre les solutions tech-le contrôle difficile des contrats et afin d’accompagner les entreprises niques, une approches innovantedes engagements,… telles sont les dans leurs efforts pour la maitrise et surtoutprincipales difficultés dont souffrent et l’optimisation des solutions d’im-les entreprises aussi bien au niveau pression multifonctions.national qu’international. Cette approche vise essentielle-Conjugués au contexte économique ment à permettre aux entreprisesmondial assez tendu, ces entraves de mieux contrôler leurs infras-empêchent inévitablement les en- tructures, ressortir la valeurtreprises d’avoir le focus nécessaire ajoutée par les solutions dé-sur leurs propres métiers, leur im- ployées tout en améliorantposant à chercher à faire plus avec le retour sur investissement,moins de ressources. et surtout obtenir la satis-Dans ce contexte, la disponibi- faction des utilisateurs parlité des données sur les différents un niveau de service, SLA,moyens d’impression multifonctions à même de leur permettreconstitue un capital précieux pour d’avoir le document voulu auplus de flexibilité et une meilleure moment propice.productivité, gage essentiel pour lacompétitivité de l’entreprise dans un MDS, quelle logique?milieu extrêmement concurrentiel et Le cycle Toshiba MDS s’arti-globalisé. cule autour de 5 piliers qui sont d’abord l’audit de l’existant, suiviMDS, quelle valeur ajoutée? de l’analyse approfondie des infor-CBI, intégrateur global dans le do- mations recueillies pour aboutir à lamaine des Technologies de l’Infor- proposition des scenarii répondantmation et de la Communication, au mieux aux besoins des entrepri- ses. Vient ensuite la phase d’opti- globale s’impose. Les so- misation en vue de l’implémentation lutions MDS, leaders du marché, du meilleur scénario retenu. améliorent ainsi les performances Il est essentiel ensuite de mettre en de l’entreprise en améliorant le place le support nécessaire et des contrôle sur les coûts et en limi- procédures de gestion, d’évaluation tant les divers problèmes d’impres- et de «fine-tuning» tout au long de sion tout en favorisant des avan- l’exploitation des solutions d’im- tages environnementaux évidents pression multifonction déployées optimisant ainsi la compétitivité pour garantir leur contribution à de l’entreprise. N°1 Octobre - Décembre 2011 16
  17. 17. INTERVIEWSaid BensbihDirecteur du Pôle Editique de CBI«Les évaluations confirment queMDS a été effectivement uneréponse appropriée»A quel type d’entreprise, approche dédiée qui s’étend à longl’approche MDS correspond-elle terme et qui permet la rationalisationle mieux? du processus de document dans sonPratiquement toutes ! Aussi bien intégralité. Cela inclut les données dede grandes entreprises que des capture, l’archivage de documents,professions libérales optent pour le Workflow de documents, lacette approche pour se consacrer sécurité des données et la gestionentièrement à leur métier. Il est vrai environnementale. MDS permetqu’il est bien plus simple de mettre donc d’optimiser la gestion desen œuvre l’approche MDS pour imprimantes multifonctions tout endes organisations d’une certaine améliorant la qualité des impressionstaille ayant un besoin d’impression et de gestion des documents. Celamultifonctions assez important. aide donc l’entreprise à atteindreToujours est-il que par exemple une rentabilité et une efficacitédes cabinets spécialisés dans des optimales à long terme, sanssecteurs spécifiques et à effectif négliger les économies de coûts etréduit verront aussi dans MDS une la viabilité environnementale.opportunité de mieux satisfaire leurs D’autres points tout à fait importants,clients en leur offrant le meilleur voire même vitaux, résident dans de service des plus exigeants. support document sans se soucier la réduction des risques d’arrêt et Toshiba, en reconnaissance de de la disponibilité opérationnelle des coûts d’impression optimisant cette maitrise, a confié dernièrement de l’équipement. Pour vous ainsi la productivité et l’efficacité de à CBI l’intégration d’une nouvelle dire, plusieurs entreprises, l’entreprise. De plus, les mesures gamme de produits qui sont les TPV tant à l’échelle nationale que de sécurité sont plus renforcées et et les imprimantes codes-barres. dans les pays africains où CBI seules les fonctionnalités autorisées opère, ont déjà opté pour cette peuvent être utilisées. Qu’en est-il de votre solution et les évaluations que positionnement sur le marché ?nous faisons régulièrement de ces Il est de coutume de diredéploiements confirment que MDS que nous sommes leader ena été effectivement une réponse prestations intégrées d’impressionappropriée pour des solutions multifonctions. En effet, nousadaptées à leurs besoins. sommes fiers de compter parmi nos clients la plupart des grandesQuelles sont d’après vous les entreprises de la place tout envraies raisons pour lesquelles couvrant aussi les besoins de PME/une entreprise opterait pour PMI et des professions libérales.MDS? Parlez-nous de votre partenariat Atravers un processus d’évaluationAvant de citer les principaux avec Toshiba ? continue, nous tenons à fidéliseravantages de MDS, gardons A vrai-dire le partenariat CBI- notre base installée et convaincresurtout en tête les multiples Toshiba est au fort de plus de 36 de nouvelles entreprises à opterdifficultés auxquelles font face les ans d’existence. Ces 36 ans ont pour cette approche qui s’avèreentreprises à travers l’exploitation vu CBI acquérir, via un transfert un levier considérable pour lade leurs solutions d’impression technologique continu, un savoir- compétitivité nécessaire dans unmultifonctions. Toshiba MDS est une faire à même de garantir des niveaux contexte concurrentiel ! N°1 Octobre - Décembre 2011 17
  18. 18. ENQUETE SECURITE IT AU MAROC Réalisé par M. Malah Management de la Sécurité IT au Maroc des menaces plus vraies que jamaisAgatha, est le fameux système d’espionnage mis au point par un certain Reda Cherqaoui; unjeune marocain de 22 ans qui a exploité des failles de sécurité de Facebook et s’est emparédes données privées de plus de 100.000 utilisateurs… Ce type de mise à mal de systèmesd’information n’arrive pas qu’aux autres. L’affaire Kerviel ayant compromis le SI de la SociétéGénérale en est bien la preuve. La sécurité est, plus que jamais, à l’ordre du jour en raison desévolutions des organisations, et par conséquent, de leurs Systèmes d’Information. Commentles entreprises marocaines voient la Sécurité de leur SI? Éclairage. ul ne doute que l’informationN est devenue une ressource précieuse dont la protection contribue inévitablement aubon fonctionnement des entreprises.Toute fuite ou manipulation malinten-tionnée de cette information peut avoirdes conséquences désastreuses surl’organisation à plusieurs niveaux: sonimage de marque, ses dispositifs orga-nisationnels, des pertes financières ouencore des contraintes légales inhé-rentes, etc.Il est donc question de protéger ce ca-pital fondamental ainsi que les outilsqui permettent de le stocker et de letraiter contre les risques connus, dansla mesure du possible. Toutefois, il fautprendre conscience que les failles nesont pas toujours d’ordre technologue;le comportement humain est souventla faille la plus simple et la plus rapideà exploiter.La politique sécuritaire, pierreangulaireLe système d’information (SI) est lecanal de toutes les transactions, dé-cisions stratégiques, stratégies opé-rationnelles, etc. de l’entreprise. Il est ment. Il s’agit d’un ensemble formalisé de risques et des vulnérabilités du SI. Ildonc question de se prémunir contre des éléments stratégiques, des direc- s’agit ensuite de définir la politique detoute manipulation non-intentionnelle tives, procédures, codes de conduite, sécurité de l’entreprise et les procédu-voire malveillante du SI à travers une règles organisationnelles et techniques res afférentes».organisation bien fondée tout en gar- identifiant clairement les enjeux pro-dant en tête que la sécurité est un pro- pres à l’entreprise (apports, risques, Quel leader pour la PSSI?cessus business plus transversal et entités concernées…) ainsi que les Initialement, avec des mécanismesorganisationnel que technique. contraintes légales et réglementaires de sécurité plus d’ordre technique, lesA cet effet, toute entreprise doit adop- devant être respectées. entreprises faisaient plus appel à dester une politique de sécurité prenant Des normes reconnues proposent de administrateurs de sécurité dont laen considération tous les risques qui bonnes pratiques pour installer, utiliser fonction était plus technique. De nospèsent sur son SI afin d’assurer Pro- et gérer une PSSI, particulièrement la jours, et avec la complexification ac-tection de la Vie privée (Informations famille des normes ISO 2700x; ce que crue des SI ainsi que l’ouverture desà caractères personnel), Imputabilité nous confirme Siham Khazzani «ISO réseaux, la nature des risques a fonda-(traçabilité), Disponibilité, Intégrité et 27001 est la norme de référence pour mentalement changé. Les entrepriseConfidentialité des informations, les la mise en place d’un SMSI. La démar- font appel de plus en plus à des pro-plus critiques et sensibles particulière- che standard débute par une analyse fils justifiant de compétences organi- N°1 Octobre - Décembre 2011 18
  19. 19. sationnelles et d’architecture des SI, œuvre, l’application et l’évolution de lades connaissances des métiers et de Politique liée à tout type d’informationconduite du changement sans pour (Papier, électronique, verbale,…). Au- Hassan Harti delà de l’élaboration et la mise à jour Directeur Général des procédures, normes et standards de sécurité tenant compte de l’exposi- IT Group Morocco tion du SI aux risques informatiques, le RSSI suit directement tous les projets La roue de Demming (PDCA d’intégration et de mise en œuvre du pour Plan Do Check Act) est dispositif technique de sécurité le plus le schéma de base du fonc- approprié (firewall, programmes bac- tionnement d’un système de kup, cryptographie, authentification...) management de Sécurité. qu’il recommande au préalable, à l’is- Il représente les principa- sue des audits et des contrôles perma- les étapes d’un processus nents qu’il mèn». d’amélioration continue étalé Par ailleurs, le RSSI assure une veille sur quatre phases. D‘abord, réglementaire pour garantir la confor- la phase Plan (planifier) quiautant dire qu’ils ne jouent pas de rôle mité du SI aux contraintes légales et ré- permet principalement dede technicien. Il s’agit du Responsable glementaires. Il assure aussi une veille définir la politique, les objec-de Sécurité du Système d’Information, en termes de vulnérabilités permettant tifs, les moyens, les rôles, lesconnu sous le nom de RSSI. d’identifier les nouveaux risques pe- responsabilités, etc. Elle per- sant sur le SI. Lorsqu’il y a atteinte à met, surtout, d’assurer l’en-Le RSSI, gardien du temple la sécurité du SI, le RSSI s’occupe des gagement de la direction gé-Avec tous les bouleversements que investigations nécessaires pour en en nérale via à vis du systèmeconnaissent les SI, le RSSI se retrou- analyser les causes et les conséquen- de mana-ve gestionnaire des risques organisa- ces... Au Maroc, la standardisation de gement.tionnels, réglementaires, stratégiques la fonction du RSSI reste encore à son Ensuite,et opérationnels. Son rôle est d’être début et les management prennent vient lale garant de la politique de la sécurité encore conscience de sa nécessité phase Dodes systèmes d’information (PSSI) mais tardent à l’adopter. D’après Si- (déployer)tout en étant confiné dans la gestion ham Khazzani «Cette fonction est très qui consis-technologique et administrative des récente dans les DSI marocaines. Elle te en lamesures de sécurité mises en œuvre est identifiée comme nécessaire mais mise enou à mettre en œuvre. Pour Karim El reste en cours de structuration. Plus œuvre desHamdaoui, le RSSI «a un rôle de pilo- que la fonction, c’est surtout son rôle politiquestage et de coordination pour la mise en au sein de l’organisation, entre les di- définies… Il s’agit notam- ment de mettre en œuvre les procédures de gestion des incidents liés à la sécurité de l’information … Puis, vient l’étape Check (contrôler) qui se résume au contrôle du système de management à travers des audits internes et externes ainsi que le suivi des KPI. La quatrième et dernière phase de la roue de Dem- ming (avant de boucler) qui est Act (agir) consiste à ap- pliquer les actions entrepri- ses pour agir après contrôle et qui peuvent être variées, allant d’une action ponc- tuelle curative et immédiate, à une action de réorganisa- tion impliquant de nombreux acteurs et s’étalant sur plu-! sieurs mois … N°1 Octobre - Décembre 2011 19
  20. 20. SECURITE IT AU MAROC lité au niveau du pilotage et de la coor- du plan d’actions correctives suscepti- dination globale des actions de sécuri- bles de réduire le niveau de risque à té (dont en premier lieu l’élaboration de travers l’implémentation du processus Les premières illustrations la politique de sécurité de l’information. de gestion des risques. Késako? sur le ROI en sécurité : C’est le conseiller de la DG dans le do- • Amélioration de la maine de la sécurité de l’information et Qui ne risque rien n’a rien disponibilité du SI ; non pas que l’IT)», nous affirme Karim La gestion des risques IT est un pro- • Assurance de l’intégrité El Hamdaoui. Une chose est sûre, le cessus qui permet d’identifier toutes et de la confidentialité de rattachement du RSSI est un signe fort les menaces qui pèsent sur le SI de l’information ; de l’importance de sa mission dans l’or- l’entreprise. Partant de l’établissement • Réduction du nombre ganisation et ce rattachement est donc du contexte, ce processus consiste en d’incidents de sécurité. étroitement lié à la maturité de l’organi- l’identification, l’évaluation ainsi que Hassan Harti sation à la sécurité de l’information; ce l’établissement des mesures de trai- que confirme d’ailleurs, Hassan Harti tement des risques identifiés. A l’issuerections de contrôle et d’audit et la DSI, «Pour les entreprises ayant une ma- de ce processus, l’entreprise a le choixqu’il reste à définir proprement». Has- turité à la sécurité de l’information, et de dresser directement des risques àsan Harti, directeur génerale d’IT Group comme le RSSI intervient de manièrepense que «la plupart des grands transversale sur l’ensemble du systè-comptes au Maroc sont dépourvus du me d’information de l’entreprise, d’unposte RSSI. Rares sont les PME et les point de vue organisationnel et tech-entreprises qui attribuent cette fonction nique, en synergie avec les différenteset nomment un responsable sécurité directions, il doit être rattaché à un ni-du SI. Souvent, c’est la DSI qui assure veau hiérarchique élevé pour des rai-ce rôle sur un plan uniquement tech- sons d’indépendances et d’efficacité»,nique (mise en œuvre de pare-feu et nous déclare-t-il.Antivirus, …)». Parmi les responsabilités du RSSI et qui nécessitent une vision et surtout un travers un plan d’actions correctivesQuel rattachement du RSSI? champ d’actions transverses, le suivi pour réduire l’impact, d’en accepterIl existe des rattachements différents de l’évolution des actifs (informations, certains ou de sous-traiter d’autres àde la fonction de RSSI (à la DSI, à la ressources matérielles et logicielles, des tiers ou aux assurances. Pour Si-DG, …), compte tenu de l’évolution personnel, image de marque, etc.) ain- ham Khazzani «un schéma directeurdes missions du RSSI. «Aujourd’hui le si que des risques qui pèsent sur ces sécurité est élaboré afin de passer deRSSI converge de plus en plus vers la actifs, à l’échelle de l’organisation dans la situation constatée par l’analyse desfonction RSI (Responsable sécurité de sa globalité. De ce fait, il est responsa- risques (Situation As-Is) à une situationl’information) qui assure la responsabi- ble de l’élaboration et de la déclinaison cible (Situation To-Be) dictée par la po- litique de sécurité». Le processus de gestion des risques implique fortement le management et doit inévitablement être orientés stratégie et objectifs fon- damentaux de l’entreprise pour bénéfi- cier de l’engagement du top manage- ment; Cependant, et pour garantir une réussite parfaite de ce processus, il est nécessaire de définir au préalable son domaine d’application ainsi que ses limites s’appliquant à tout ou par- tie (Unité organisationnelle, processus d’affaires, localisation, actifs, etc.) de l’organisation. En effet, «en définissant un domaine d’application qui s’inscrit dans le prolongement de la mission de l’organisme, il est plus facile d’obtenir l’appui de la direction et la mobilisation des parties prenantes au projet ainsi que de justifier une plus-value aux par- ties intéressées. Il convient d’éviter les domaines d’application qui n’apportent aucune valeur à leurs parties intéres- sées et/ou ne correspondent pas à leurs attentes», nous assure Karim El Hamdaoui. N°1 Octobre - Décembre 2011 20
  21. 21. N°1 Octobre - Décembre 2011

×