Pour te protéger

29 vues

Publié le

Le corps inerte d’une femme gît sur les marches d’escaliers du parking sous-terrain. Affolée à l’idée d’être accusée à tort, la jeune fille qui a improvisé cette rencontre s’échappe à travers la place déserte, puis disparaît. Rien ne s’est déroulé comme elle l’a imaginé. Protéger la fillette, c’est la seule chose qui compte.

Publié dans : Divertissement et humour
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
29
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Pour te protéger

  1. 1. STÉPHANE TINNER Pour te protéger Roman
  2. 2. Copyright © 2016 Stéphane Tinner Tous droits réservés Illustration de la couverture: ©Victorine Stolz ISBN: 1533175640 ISBN-13: 978-1533175649
  3. 3. i À Séverine, à mes enfants
  4. 4. ii Le caractère de la femme, sans exception, se meut sur deux pôles, qui sont l'amour et la vengeance. Félix Lope De Vega, dramaturge et poète espagnol. Le débat n'est pas la culpabilité. Il ne s'agit que d'une affaire de droit. Charles Dubey, avocat pénaliste au barreau de Genève.
  5. 5. 1 PROLOGUE Lausanne, mardi 16 septembre 2003 La jeune fille est obsédée par la conversation qu’elle a interceptée deux jours plus tôt. Dans la précipitation, elle a improvisé cette rencontre fortuite. Protéger la fillette, c'est tout ce qui importe. Cachée derrière la rambarde qui encercle le front de l'esplanade en surplomb, elle observe l’homme à qui elle a donné rendez-vous poursuivre son va-et-vient incessant devant l’entrée principale du parking public. Soudain, le quinquagénaire quitte l’épais couvert, surpris par la venue de la femme à l’origine de tous ses soucis qu’il voit surgir au détour d'une rue pavée, puis s’avance. Spectatrice, l’espionne assiste à leur dispute avant de voir s’enfuir celle qu’elle épie depuis de nombreux mois. Une fois de plus, le cinquantenaire n’a pas réussi à la convaincre et il se retire dans l'obscurité du parc de stationnement. Adossée contre un arbre qui l'abrite des regards, la jeune fille maugrée l'échec de son plan, son esprit envahi par un silence pesant bientôt brisé par des bruits de talons qui résonnent à travers l'étendue bétonnée. Elle observe la responsable de ses maux se diriger, d'un pas
  6. 6. POUR TE PROTÉGER 2 ferme, la tête baissée, vers les entrailles d'une entrée secondaire, creusée aux pieds du Palais de Rumine. Quelque chose d'inhabituel se trame devant ses yeux. Rien ne passe comme elle l'a imaginé. À distance, elle prend des photos avec son téléphone, mais ne distingue pas leurs visages. Sans flash, la qualité est médiocre. Le ton monte. Tout s’enchaîne très vite. D'abord tétanisée par la vue de ce corps étendu en contrebas de l'accès au garage souterrain, elle s'élance le long de l’escalier qui rejoint la place, parcourt les quelques mètres qui la séparent de la porte d'accès, puis interrompt brutalement sa course devant les marches maculées de sang. La femme respire encore. Elle photographie la scène. Elle veut appeler la police, puis se rétracte. Comment justifier sa présence sur les lieux de l’accident? Affolée à l’idée d’être accusée à tort, elle s’échappe à travers l’endroit désert, illuminé par quelques réverbères et une fontaine luisant de ses lumières bleutées, puis disparaît.
  7. 7. 3 1 Quelques années plus tard Genève, mardi 25 mars 2014 Guillaume déposa Emily à son travail. – On prend la pause déjeuner ensemble, insista-t-elle. – D’accord. – C’est important, ajouta-t-elle les sourcils froncés en pinçant le bout des lèvres. – Promis, je serai là. – Ouais, tu dis toujours cela, puis te défiles à la dernière minute. Il hocha de la tête pour confirmer qu'il serait bien là. – Rendez-vous à midi pile, s'obstina-t-elle. – Oui, mon amour. Ils s’embrassèrent. Il la regarda s'éloigner et pousser la porte de l’hôtel dans lequel sa fiancée s'occupait depuis trois ans de préparer l’arrivée des clients VIP. Un dispositif quasi militaire, qu’elle coordonnait avec les différents départements du cinq étoiles, avait été mis en place par Emily pour répondre, de nuit comme de jour, à tous les caprices des stars ou des personnalités fortunées pendant la durée de leur séjour à Genève.
  8. 8. POUR TE PROTÉGER 4 Guillaume reprit la route et atteignit rapidement le parking souterrain où il gara sa voiture. Il aimait arriver au travail tôt le matin. Il rejoignit son bureau situé au deuxième étage de la société financière B&K, Bossard & Kloter Trust Family Office, l'un des établissements les plus renommés de la place avec une tradition bancaire de plus de deux cents ans. Cette fiduciaire, à l'origine, s'était spécialisée au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle dans le concept d'office familial pour gérer le patrimoine des grandes familles industrielles fortunées d'Europe. Les fondateurs, deux cousins nés d'une prestigieuse famille de banquiers, avaient financé de nombreux projets à travers tout le continent dans le chemin de fer, l'exploitation minière ou la navigation marchande. Il se débarrassa de son manteau et de son écharpe qu'il déposa sur le portemanteau. L'hiver venait de se terminer, mais l'air était encore frais le matin. Christelle était déjà là comme à son habitude. Elle était son assistante depuis son engagement dans l'entreprise. Dès qu'elle l'avait vu arriver, elle avait pris soin de lui apporter son café noir avec deux sucres et le dossier Zucchelli sur lequel il travaillait en ce moment. Une grosse affaire de succession d'entreprise estimée à deux milliards d'euros. Emilio Zucchelli, soixante-dix- sept ans, avait fait fortune dans la mode et allait se retirer des affaires. Sa spécialité initiale était le tissage de tissus précieux, mais les produits dérivés comme les parfums et les lunettes avaient permis à sa société d'être connue dans toute l'Europe et aux États-Unis à travers ses boutiques de luxe. L’affaire entièrement familiale cherchait à s'étendre en Asie et allait être reprise par ses deux fils. – Bonjour, Monsieur Chapuis, comment allez-vous ce matin? – Bonjour, je vais bien. Merci pour le café et le dossier.
  9. 9. POUR TE PROTÉGER 5 – Vous avez passé un bon week-end? – Oui, excellent. Et vous? – Nous avons gardé notre neveu de sept ans avec mon mari. C'était épuisant, dit-elle en riant. – Je le conçois. Des rendez-vous prévus ce matin? – Le directeur aimerait vous rencontrer à midi pour parler du dossier Zucchelli. – Pas midi, Christelle. J'ai promis à Emily de déjeuner avec elle. Elle a quelque chose d'important à m'annoncer. Je ne pourrai pas me désister cette fois. Vous pouvez arranger cela? – Bien sûr, comme toujours, soupira-t-elle. – Merci, que ferais-je sans vous? Elle ne répondit rien et veilla à refermer la porte derrière elle lorsqu’elle quitta la pièce. Guillaume s'assit dans son fauteuil en cuir, puis parcourut les actualités des journaux financiers, s'informa des derniers chiffres annoncés par les agences de notation et prit connaissance du titre des actions pour lesquelles il avait fait récemment des placements pour certains de ses clients. Il consulta le cours de l’indice SMI et ceux des autres places financières majeures avant l’ouverture des marchés, puis il passa en revue les dossiers des sociétés qu’il gérait pour le compte de la banque: résultats annuels, trimestriels, nouveaux produits. Le soleil refléta ses rayons sur son large bureau en acajou et il songea à Emily. Que veut-elle m'annoncer? Encore une nouvelle idée pour notre mariage? Déjà bien assez difficile avec ma famille qui s'en mêle. Ses coudes posés sur les larges accoudoirs, il se tourna face à la baie vitrée et bascula sa tête en arrière contre l'appuie-tête rembourré qui lui permit de s'installer confortablement. Guillaume observa le défilé de voitures sous ses yeux.
  10. 10. POUR TE PROTÉGER 6 Un tram s’arrêta à la station. Il avait vu son apparition avec le développement de ce secteur coincé à l'extrémité de la ville de Genève et de la commune de Carouge où les terrasses des bistrots étaient très prisées dès le retour des beaux jours. Cet ancien quartier populaire avait prospéré avec l'apparition de plusieurs banques privées, de sociétés informatiques, de projets immobiliers comme la construction du nouveau stade de Genève ou son immense centre commercial et de loisirs. Il se remémora leur premier dîner en amoureux dans le quartier du Vieux-Carouge et leur rencontre au club de fitness trois ans auparavant, à proximité de son travail et de celui d’Emily où il allait s'entraîner de temps en temps pendant la pause de midi. Ça fait longtemps que je n'y suis pas retourné, soupira-t-il. Les souvenirs remontèrent à la surface. * Guillaume court sur l'un de ces tapis roulants équipés d'une multitude de programmes d'entraînement et de fonctions multiples dont il ne voit pas l'utilité. De minuscules écouteurs enfoncés dans le lobe de ses oreilles tiennent tant bien que mal. Il a le regard collé à l'écran de télévision fixé au mur du club qui diffuse les dernières actualités de CNN de ce mois de janvier 2011. Des images défilant en boucle parlent du succès de l'iPad et de l'arrivée de nouveaux concurrents dans ce secteur, qui cherchent tous à créer leur propre tablette et à se tailler une part du gâteau, suivies par l’information du mauvais état de santé de Steve Jobs qui inquiète les marchés boursiers depuis l'annonce d'une nouvelle prise de congé du patron de Apple. Devant lui, une fille se poste et gesticule avec ses deux mains, mais il ne comprend rien de ses propos. Il arrête le tapis de course, puis ôte ses écouteurs.
  11. 11. POUR TE PROTÉGER 7 – Je disais que votre serviette était sur le point de tomber. Vous risquiez de trébucher, dit-elle à haute voix avec un léger accent qu'il n'arrive pas à identifier. – Merci beaucoup, répond-il bêtement surpris par cette intrusion inattendue. – Vous vous entraînez souvent en regardant la télévision? – Non...Enfin oui. Je trouve cela ennuyeux de courir sur un tapis alors je m'occupe. – Alors pourquoi courez-vous? – Pour garder la forme. – Vous devriez être plus concentré sinon votre séance de remise en forme va se transformer en séance de rééducation. Il la regarde d'un air abasourdi. Cette fille le raisonne dans l'endroit où il vient habituellement se détendre loin de son travail. Finalement, elle a peut-être raison. Le temps de réfléchir à une réplique, elle disparaît. Las de ce flux d'informations, il interrompt par la même occasion son entraînement et part prendre sa douche. Vêtu de son costume et accoudé sur l'une des trois tables du bar, il consomme à la hâte une salade prête à manger sans saveur proposée dans l’assortiment de restauration rapide, accompagnée d'une boisson protéinée chocolatée au goût trop prononcé. C’est l’heure de retourner au bureau. Devant l'entrée campe l'un des entraîneurs du club aux muscles hypertrophiés et au sourire carnassier qui discute avec la donneuse de leçon. Elle le regarde. – Vous ne vous êtes pas blessé je vois, dit-elle en souriant. – Non, je vais tâcher de mettre en pratique vos conseils d’entraînement. Il se dirige vers la porte lorsqu'elle le rappelle. – Comment vous appelez-vous?
  12. 12. POUR TE PROTÉGER 8 – Oui pardon. Je ne me suis pas présenté. Je m’appelle Guillaume. Et vous? – Emily. Ses doigts fins et allongés sont posés sur le rebord du comptoir de la réception. Ses yeux bruns clairs sont tournés vers lui. Ses cheveux blonds coiffés tirés vers l'arrière et retenus par un chignon lui donnent un air sévère. Son visage est jeune. Sa silhouette svelte est mise en valeur par son tailleur gris et ses talons hauts. Très différente de sa tenue de sport précédente dont il ne se souvient même plus à quoi elle ressemble. Ses lèvres s'entrouvrent pour laisser apparaître de magnifiques dents blanches. Son premier sourire ne le laisse pas indifférent. Tu ne vas quand même pas t'amouracher d'une inconnue rencontrée dans un club de fitness. Il la quitte finalement sans rien dire. Elle lui souhaite une bonne journée. * Les jours suivants engendrent une période intense d’activité sportive. Il est au club de fitness dès qu’il le peut et il espère tomber à nouveau nez à nez avec l’étrangère qui porte désormais un prénom. Ce jeu de cache-cache s’enchaîne avec une deuxième approche de sa part quelques jours plus tard. Puis une troisième tentative a lieu. Quelques semaines défilent ainsi pendant lesquelles les rencontres furtives deviennent la règle. * Deux mois après leur première rencontre, il se décide enfin à l’inviter un soir au restaurant Le Dix Vins, un endroit typique du Vieux-Carouge à l'allure de bistrot. Les murs sont couverts de plaques émaillées de toutes formes contenant de vieilles publicités de bières et
  13. 13. POUR TE PROTÉGER 9 d'alcool comme on en trouve dans des tas de brocante. De longues tables en bois massif proches les unes des autres sont recouvertes de napperons de papier alors que d’autres, de plus petites tailles, où une place leur est réservée, permettent un dîner en tête-à-tête. Le voilage crème des rideaux accrochés aux grandes fenêtres tente de rendre le lieu plus intime. Ils prennent place. Emily ne connaît pas cet endroit et semble subjuguée par sa découverte. Le lieu lui rappelle l’ambiance des cafés de Hambourg, sa ville natale, où elle a grandi avant de quitter l’Allemagne pour étudier à l’école hôtelière de Glion, perchée sur les hauts de Montreux. La cuisine est réputée et elle se laisse tenter par une cassolette aux écrevisses et ravioles alors que Guillaume succombe pour un filet de boeuf au foie gras de canard et à la truffe. Ils profitent de leur repas en amoureux qu’ils concluent par un mille-feuille partagé à deux. Le dessert posé au milieu de la table, Emily approche sa cuillère des lèvres de Guillaume pour qu’il croque dans la couche de crème pâtissière recouverte d’un fondant. Elle la glisse ensuite dans sa bouche pour terminer le reste de pâte feuilletée et de fruits, puis glisse ses lèvres fines sur la face incurvée avant de la reposer délicatement dans l’assiette. Son regard est identique à celui de leur première rencontre devant la réception du club de fitness. Sa coiffure est détachée et laisse apparaître une raie sur le côté et de longs cheveux ondulés. Elle frotte sa main sur sa nuque, incline sa tête sur le côté et sourit chaleureusement en lui faisant un clin d’oeil. Il règle la note. À peine sortie du restaurant, elle se jette sur lui. Ils s’embrassent contre la façade de l'établissement. Il la raccompagne en voiture à Versoix, à l'extérieur de la ville, où elle habite.
  14. 14. POUR TE PROTÉGER 10 Elle loge dans un petit studio qu’elle a pris soin de décorer avec beaucoup de délicatesse. L’ambiance est cosy. Elle a réussi à le dégoter par hasard au travers d’un site de petites annonces lorsqu'elle a su qu’elle décrochait son nouveau job de responsable de la relation clientèle dans un hôtel de luxe. Les loyers sont très chers à Genève et il est pratiquement impossible d'y trouver un logement. Elle l’invite à prendre un dernier verre. Ils font l'amour toute la nuit. Leur idylle continue ainsi pendant plus d'une année jusqu'au jour où ils décident d'emménager ensemble. * Guillaume reprit ses esprits et tourna son fauteuil dans l’autre sens, face au tableau de David Gerstein accroché au mur blanc qui apportait la seule touche de fantaisie et de modernité dans ce bureau à la décoration sobre et classique. Il enchaîna par la séance prévue avec ses confrères, puis continua à travailler sur le dossier Zucchelli. Il fallait qu'il fût au point puisque le directeur souhaitait le rencontrer à ce sujet. Il devait être certain de pouvoir répondre à toutes ses questions sans aucune hésitation. L'heure du déjeuner arrivait à grands pas et son poste fixe ne manqua pas de sonner. C'était Emily. – Mon amour, on se voit au resto dans quinze minutes? – Oui comme prévu. Je me prépare puis j’arrive. À tout de suite. – Je t'aime. – Moi aussi. Il ferma le dossier en cours puis verrouilla l'écran de son ordinateur. Cela faisait partie des règles de sécurité en usage dans l'entreprise. Il mit son manteau, enroula son écharpe autour de son cou et informa Christelle qu'il
  15. 15. POUR TE PROTÉGER 11 serait de retour vers quatorze heures. Elle approuva d’un signe de la tête et signala que le directeur voulait le voir ce soir à dix-neuf heures. C'était non négociable. Elle lui souhaita un bon appétit. Guillaume emprunta l'escalier de secours pour accéder plus vite au garage. Les portières de sa berline bleue s’ouvrirent à distance dès le frottement de son pouce sur la clé du véhicule. Il prit place sur le siège en cuir. Le moteur V8 de 407 chevaux vrombit sous le capot et il ne put s’empêcher d’appuyer sur le champignon en répétant le mouvement. Un sourire satisfait s’afficha sur son visage. * Cinq minutes plus tard, après avoir traversé la voie centrale, il arriva dans le centre commercial de la Praille à côté de l'immense stade de football. Il se dirigea vers le restaurant de l'hôtel Ramada situé au bout du complexe, où Emily l’attendait déjà. Ils passèrent commande rapidement. Il n’osait pas aborder la discussion. Assis face à elle, il fuyait son regard en observant les clients défiler de part et d’autre du restaurant à travers les nombreux miroirs alignés le long du mur blanc au-dessus de la tête de sa fiancée. Le faux parquet, les plantes de décoration et un mur peint en rouge près du bar sur lequel étaient fixées quelques photos de paysages rendaient le lieu moderne et chaleureux. Leur silence prit fin quand Emily se mit à parler. Elle lui facilitait souvent la tâche dans ces moments. – Guillaume, j’ai une nouvelle importante à t’annoncer. Il ne répondit rien. Elle plongea sa main dans son sac et en sortit un objet allongé qu'elle déposa sur la table. Il le prit entre ses mains. C'était un test de grossesse. C'était la première
  16. 16. POUR TE PROTÉGER 12 fois qu’il en voyait un. Deux barres verticales rouges étaient affichées sur un petit écran. – Qu'est-ce que ça signifie? – J'ai fait le test ce matin à jeun avant qu'on parte travailler. – Et? – D'après toi? – Tu es enceinte? – Oui. Je ne pouvais pas attendre ce soir pour te l'annoncer. Des larmes jaillirent des yeux d'Emily. Il resta figé devant ce spectacle. Finalement, il se leva de sa chaise pour s'approcher de la banquette sur laquelle elle était assise et la serra maladroitement contre lui. Je déteste m’afficher de la sorte en public. – C'est merveilleux mon amour! lui dit-il pour la réconforter. – Tu es sûr? – Oui, absolument. – Mais comment va-t-on faire pour tout gérer? – Ne t'inquiète pas Emily, on trouvera bien une solution. On prendra une nounou, pensa-t-il. – Es-tu vraiment sûr que tu veux ce bébé? reprit-elle d’une voix sanglotante. Il essuyait avec son pouce les larmes qui ruisselaient le long des joues d’Emily pendant qu’elle reprenait son souffle en reniflant. Il la contempla brièvement puis retourna à sa place, gêné par les regards des clients du restaurant qui les observaient. Il réfléchit quelques instants puis répondit: – Je le veux ce bébé. Tu sais que je souhaite avoir un enfant. C'est la plus belle chose qui puisse arriver. Elle l'examina. Il la sentit rassurée. La serveuse arriva à ce moment, servit leurs plats, déposa la bouteille d’eau pétillante au centre de la table
  17. 17. POUR TE PROTÉGER 13 et s’en alla. Emily s'excusa et se leva pour se diriger vers les toilettes. Guillaume ne réalisait pas vraiment ce qui venait de se passer et ce que cela impliquerait. Il n'était pas préparé, même s’il avait toujours désiré fonder une famille. Il l’avait confié à Emily dès le début de leur relation, mais là c'était si soudain, si brutal. Il scruta ses voisins de table qui discutaient autour de lui et se demanda combien étaient des pères de famille. Des questions auxquelles il n'avait songé auparavant traversèrent son esprit. Emily revint. Ses yeux étaient encore rougis par l’annonce inattendue. Elle reprit place face à lui. Il ne l’avait jamais vue dans un pareil état. – Depuis quand tu le sais? – Depuis ce matin. – D'accord. Je voulais dire depuis quand tu soupçonnes cela? – Ça fait plus de dix jours que je devrais avoir mes règles. Normalement, je suis très régulière à cause de la pilule. – Pourquoi m’en parles-tu seulement maintenant? – Je n'étais pas certaine. Je ne voulais pas nous alarmer. Les préparatifs du mariage occupent déjà tout notre temps. – Mais comment est-ce possible que tu sois tombée enceinte en prenant la pilule? – Ce n'est pas garanti à cent pour cent. Tu n'es pas content? – Si, mais c'est tellement inattendu. Rien n'était prévu. Et nous n'en avons jamais parlé sérieusement. – Pourtant tu veux un enfant, tu me l'as toujours dit! – Oui bien sûr. Mais entre le vouloir et l'apprendre soudainement... Guillaume interrompit la conversation. Des
  18. 18. POUR TE PROTÉGER 14 commentaires incongrus provenaient de la table voisine où était assis un couple distingué d'un certain âge. La femme le fusillait du regard. En plus, il était en train de heurter Emily. – Pardon, mon amour. Je suis désolé. Reprenons cette discussion plus tard. Il dévora son club sandwich sans décoller les yeux de son assiette. Elle n'avala rien. Elle le regardait manger. – Tu n'as pas faim? – Non. Il termina son assiette en vitesse. – Tu veux un café? – Ce n'est pas bon pour le bébé. – Oui pardon. Il va falloir changer nos habitudes. Elle sourit timidement. Il tourna le regard. Il fit signe à la serveuse d'apporter l'addition. Il regarda sa Rolex, il était déjà treize heures trente. – J'aimerais passer à la pharmacie avant de retourner au travail. – D'accord Emily. Mais on fait vite. Le directeur veut me voir ce soir et j'ai encore du boulot. La jeune employée vêtue de sa jupe noire et de sa chemise blanche arriva. Il régla le montant de leur repas avec sa carte Visa Platinum, puis il aida Emily à mettre sa veste trois quart et lui passa le foulard Hermès avec l’étole en cachemire qu’il lui avait offert pour son dernier anniversaire. Elle en rêvait comme de la montre Chopard en or qu’elle portait toujours au poignet, cadeau de leur premier anniversaire de rencontre. À la pharmacie, elle demanda quelques conseils pour les femmes enceintes et acheta une boîte d'antalgiques qui ne faisaient pas partie de la liste des médicaments désormais à proscrire, pendant qu’il s’impatientait à côté d’elle pianotant sur le comptoir. Ils retournèrent à la voiture et furent rapidement bloqués derrière un véhicule arrêté devant la barrière de
  19. 19. POUR TE PROTÉGER 15 sortie du parking. De là s’ensuivirent un véritable bouchon et un monumental concert de klaxons, qui cessèrent dès l’instant où le conducteur étourdi devant eux eût payé son ticket qu’il glissa dans l’appareil. Quinze minutes plus tard, la lumière du jour éblouissait enfin le visage contrarié de Guillaume. – Je vais prendre rendez-vous chez ma gynécologue. Tu veux m'accompagner? – Oui, ce serait bien, expira-t-il en voyant l’heure affichée sur le tableau de bord. Il faut juste qu'on trouve une date qui convient. – Ok. – Où se trouve son cabinet? – À Morges. – Ça va, c'est sur le chemin du travail. Peux-tu t’arranger pour prendre un rendez-vous tôt le matin? – Je vais voir. Je te dirai. Arrivé devant l’hôtel, il coupa le moteur. Emily posa sa main sur la cuisse de Guillaume. – Je t’aime. – Moi aussi. J’ai été maladroit tout à l’heure. – Non, c’est de ma faute. Tu n’étais pas préparé. J'aurais dû attendre ce soir pour t'en parler à la maison. – Ce n'est pas grave. – Tu es heureux? – Oui. Elle se rapprocha et l'embrassa avec ardeur, puis sortit de la voiture. Avant de le quitter, elle lui demanda: – On rentre ensemble ce soir? – Non, prends plutôt le train. Mon entretien risque de finir tard. Emily était habituée à cela avec le travail de Guillaume et ne s'était jamais plainte. Il appréciait cette qualité chez elle. *
  20. 20. POUR TE PROTÉGER 16 Il était près de quatorze heures trente lorsque Guillaume reprit place à son bureau. Christelle le questionna du regard. Il lui fit comprendre qu’il n'avait pas le temps de discuter, mais que tout allait bien. Il passa en revue les emails reçus pendant sa pause déjeuner pour s’assurer qu’aucun imprévu n’avait eu lieu avant son entrevue et se plongea à nouveau dans le dossier Zucchelli pour affiner les derniers préparatifs. Il s’arrêta sur chaque détail pour être certain de n’avoir rien oublié et consulta l’état des différents comptes du client. Il s’assura que les recommandations du service de gestion des risques étaient bien là et que les contrats étaient prêts à être signés après avoir tous été vérifiés. Il était prêt pour la réunion avec son directeur. Il ne restait que quelques minutes avant son rendez-vous. La gorge sèche, il se leva pour aller se désaltérer à la fontaine d’eau située à quelques mètres de son bureau. Il tira un verre en polystyrène du support, le remplit et le but d’une seule traite. Il répéta l’opération, puis profita de ces quelques instants de répit pour sortir son smartphone de dernière génération de la poche de son veston. Quatre nouvelles notifications Facebook s’affichaient sur l’écran. Simon avait encore posté les photos de son repas de midi. On voyait son visage en arrière-plan d’une pizza recouverte d’énormes tranches de salami et de fromage qui dégoulinait, et son sourire indéniable. Les dernières photos de son week-end étaient plus intéressantes, la tête plongée dans la poitrine d’une fille qui devait avoir dix ans de moins que lui. Probablement sa dernière conquête d’un soir. On pouvait suivre sa vie en direct. Les autres messages du mur n'étaient qu'une longue liste d'états âme, de publicités déguisées en messages ou de conjectures hautement philosophiques. Guillaume fut attiré par une invitation qui s'affichait en bas de l'écran.
  21. 21. POUR TE PROTÉGER 17 Il ne l'avait pas vue tout de suite. Elle comportait un message. TU TE SOUVIENS DE MOI? Il braqua ses yeux sur la photo. Il l'analysa. Encore et encore. Ce n'était pas possible. C’était bien elle. Cela faisait si longtemps. Bien sûr que je me souviens de toi. Comment aurais- je pu t’oublier? Il retourna à sa place pour récupérer son dossier. C'était l'heure.
  22. 22. 18 2 Guillaume rejoignit le dernier étage de l'entreprise où s'illustrait le bureau du directeur qui occupait à lui seul une pièce aussi vaste que celles de tous les associés réunis, dont le plus jeune des gestionnaires de fortune qu'il représentait avait eu le privilège de rejoindre ce club restreint d'élus après sa nomination récente qui lui avait valu l'attribution du dossier Zucchelli et la confiance accordée des membres du conseil d’administration. La secrétaire déjà partie, celui-ci lui fit signe d'entrer et de s'installer à la table de réunion qui semblait se prolonger sur la Cité de Calvin que l'on distinguait à travers l'immense paroi vitrée. L'entretien dura plus d'une heure. Guillaume répondit à toutes les questions de son patron qui le félicita pour le travail accompli. Il y avait encore quelques détails à régler, mais cela pourrait se faire dans les temps impartis. Une réunion décisive avec le client était prévue le mercredi suivant pour lui présenter les résultats de l'analyse et lui proposer un réaménagement total de son portefeuille. À peine sorti de sa séance, il envoya un texto à Emily pour lui dire qu'elle s'était bien déroulée, puis s'empressa de rédiger un second message pour lui demander comment elle se sentait, oubliant un instant que sa fiancée était enceinte. Sa réponse fut brève. Elle
  23. 23. POUR TE PROTÉGER 19 l'invitait à s'acheter quelque chose à manger sur le chemin du retour, car elle était fatiguée et n'avait pas faim. De toute façon, elle n'avait rien préparé pour le dîner. Il repassa à son poste de travail prendre ses affaires et s'empressa de s'en aller après cette journée de treize heures qui était la norme dans son domaine. * Il s'engagea sur l'autoroute de contournement dont l'entrée se trouvait à proximité de son entreprise. À cette heure-ci de la journée, le trafic était moins dense. Il roula prudemment, car ce tronçon de quelques kilomètres comportait de nombreux radars. À la hauteur de l’aéroport international de Genève, il changea de voie pour rejoindre l'autoroute A1 en direction de Lausanne où il pourrait s'arrêter en chemin à l’unique restoroute situé entre les deux grandes villes. Son esprit fut occupé pendant toute la durée du trajet par l'invitation reçue sur Facebook. Tu n’es jamais venue au rendez-vous. Pourquoi me contactes-tu maintenant après plus de dix ans d’absence? Une fois l'aire de service de Bursins atteinte trente minutes plus tard, il gara sa voiture, traversa le pont au- dessus de la voie rapide qui menait au fast food et commanda un menu burger accompagné de frites et d’un demi-litre de soda. Le lieu était presque vide et il put s’asseoir à la table de son choix. Indécis, son portable resta déposé à côté du plateau-repas tout le temps qu'il mangea, puis il l'attrapa et rédigea une courte réponse. JE ME SOUVIENS DE TOI. QUE DEVIENS-TU? Le regard collé à l’écran, les paroles I’m lost without you and there’s nothing I can do de l’une des chansons de son groupe préféré Nickelback résonnèrent soudain
  24. 24. POUR TE PROTÉGER 20 dans sa tête et il s’empressa de la chercher parmi sa liste d’écoute musicale, puis il se leva et retourna au volant de sa voiture. Le Bluetooth activé sur son téléphone, la musique commença à vibrer à pleine puissance dans les haut-parleurs de la berline, le temps de parcourir les derniers kilomètres qui le séparait de la sortie d’autoroute de la petite ville de Morges au bord des rives du lac Léman. Des souvenirs enfouis ressurgirent des entrailles de ce passé, resté enterré au fond de lui si longtemps. Que voulais-tu m'annoncer lors de notre rendez-vous manqué? Aurais-je enfin les réponses à tant d'interrogations demeurées vaines? Si tu savais ce que j'étais prêt à te donner et à quel point ai-je souffert de notre séparation. Il tourna à gauche, puis roula quelques instants jusqu’à leur maison villageoise située à proximité du château de Vufflens. Il appréciait le calme de la campagne vaudoise. Emily, un peu moins, car elle était habituée à vivre dans une grande ville depuis son enfance. Sa voiture garée devant leur habitation entièrement rénovée deux ans plus tôt, il entra, se déshabilla dans la grande entrée-vestiaire et entendit la voix de sa fiancée qui parlait en allemand. Elle était au téléphone et devait probablement discuter avec son frère de sa visite cet été, à moins qu’elle eût décidé de lui annoncer l'heureuse nouvelle. Tobias habitait leur ville natale où il partageait sa vie avec sa femme et leur fille de cinq ans dont Emily était la marraine. Il comptait énormément dans la vie de sa fiancée et elle regrettait souvent la distance qui les séparait, mais leur venue cet été en Suisse la réjouissait. Ils séjourneraient deux semaines chez eux après une halte à l’île de Sylt au nord de Hambourg, le Saint-Tropez allemand, ce qui rendait Emily folle de jalousie.
  25. 25. POUR TE PROTÉGER 21 Elle y avait passé presque tous les étés en famille durant son enfance et ce lieu magique à ses yeux, malgré la présence de stars et autres fortunes du nord de l’Europe qui vivaient dans de somptueuses villas, l’avait marqué à tout jamais. La présence de phoques dans cet endroit préservé, dont le célèbre Willy qui avait élu résidence dans le port de Hörnum au sud de l’île, avait empli son coeur de bonheur. Dès qu’elle le pouvait, Emily, des étoiles dans les yeux, partageait les albums photo de sa jeunesse avec Guillaume. Sur ceux-ci, on la voyait courir nue avec son frère à travers les immenses étendues de sable brun coincées entre la mer et les dunes. Elle lui avait juré un jour qu’elle l’emmènerait là- bas pour lui faire découvrir cet endroit idyllique. Guillaume, adepte de vacances balnéaires dans les pays chauds, freinait toujours l’enthousiasme de sa fiancée dès qu’elle parlait de Sylt. Rien que de concevoir l’idée de planter ses orteils dans la mer du Nord suffisait à lui faire imaginer les pires vacances de sa vie. Conscient qu’il devrait bien un jour céder aux demandes répétées d’Emily, il repoussait l’échéance le plus loin possible. Guillaume monta l’escalier en colimaçon et passa devant une pièce mansardée qui deviendrait la chambre d’enfant. Il poursuivit le long du couloir pour atteindre la suite parentale qui se distinguait par tout le confort nécessaire, de nombreux rangements et un grand dressing. Par la fenêtre, il distingua le grand pommier au milieu du jardin malgré la nuit déjà présente, puis se dévêtit et prit une douche dans la pièce attenante installée sous les combles avant de se rhabiller avec un polo et un pantalon de jogging. Sur l’écran, toujours pas de réponse à son dernier message. De retour dans le salon, il trouva Emily toujours accrochée au téléphone, assise près du poêle suédois qui produisait une température agréable. Il se dirigea vers la
  26. 26. POUR TE PROTÉGER 22 cuisine et se servit un verre d’eau avant de prendre place dans le coin à manger. Le courrier était déposé sur la table. Il parcourut le contenu des enveloppes avec fenêtres qui ne renfermaient que des factures, s’attarda quelques instants sur un dépliant publicitaire d’électronique de divertissement qui proposait des écrans plats haute définition de plus de deux mètres de diagonale, puis ouvrit une lettre du Grand Hôtel de Vevey, situé sur la Riviera vaudoise, où ils avaient prévu de se marier. Elle contenait leur proposition finale. L’hôtel cinq étoiles se chargeait d’organiser entièrement la réception et mettait des chambres à disposition des invités qui le souhaiteraient. Cent-vingt personnes étaient conviées à la célébration de leur union. Elles viendraient de toute la Suisse, d’Allemagne et de France. La plus grande partie de la famille du côté de sa mère habitait toujours en France. Née à Dijon où elle avait grandi, elle s’était ensuite installée à Annemasse, proche de la frontière suisse, lorsqu’elle avait trouvé un emploi à Genève. C’est là qu’elle avait rencontré son père. Emily reposa enfin le combiné. – J’étais au téléphone avec mon frère. – Je m’en doutais. – Nous parlions du voyage cet été. Ils viendront en voiture depuis l’Allemagne. – Ce n’est pas un peu loin? – Non, ils voyageront de nuit en wagons couchettes et traverseront l’Allemagne jusqu’à la frontière suisse, près de Bâle pendant que leur voiture sera transportée par convoi ferroviaire. – Quel cauchemar! J’imagine l’espace restreint de la cabine sans douche avec des lits superposés. – Mon frère et sa femme sont très nature et aiment partir à l’aventure. Tout le contraire de toi. – Qu’insinues-tu?
  27. 27. POUR TE PROTÉGER 23 – Tu veux toujours voyager en avion et loger dans des hôtels de luxe. – Les vacances servent à ça. À rester… – Allongés au soleil à se prélasser, interrompit-elle. Les vacances sont faites pour se reposer, pas pour voyager. Je connais le discours. Guillaume acquiesça par un sourire. – Tu me connais trop bien, enchaîna-t-il. – Oh oui, monsieur le pénible. – Alors pourquoi veux-tu m’épouser? – Parce que tu as d’autres qualités et surtout un compte en banque bien rempli. – Je crois que je vais songer à la séparation de biens comme régime matrimonial. Emily se leva du canapé, s’approcha de Guillaume et glissa ses mains autour du cou de son fiancé. Elle le regarda, puis lui déposa un baiser sur le bout des lèvres. – Wil, je t’aime. Il aimait lorsqu'elle l'appelait ainsi. Elle était la seule à le faire. C’était le diminutif de son prénom en allemand, mais il appréciait cette consonance anglo- saxonne. – Tu n’essaierais pas de me charmer, par hasard. – Non, absolument pas, répondit-elle en l’embrassant à nouveau. Je vais aller me coucher. Je suis fatiguée. Tu me rejoins? – Non, je vais regarder un peu la télévision. J’ai besoin de me changer les idées après cette grosse journée. Je monte un peu plus tard. – D’accord. Ah! Avant que j’oublie, j’ai obtenu un rendez-vous chez ma gynécologue jeudi prochain à 7h15. – Je dois vérifier mon agenda si tu veux que je t’accompagne. – C’est déjà fait. J’ai déjà appelé ta secrétaire, tu es disponible. – Bien.
  28. 28. POUR TE PROTÉGER 24 – Samedi matin, tu viens toujours à Lausanne avec moi? – Pour quoi faire? – Tu as déjà oublié. Guillaume réfléchit un instant, mais ne put se rappeler de quoi il s’agissait. – Je dois aller essayer des robes de mariée. J’ai rendez-vous à neuf heures au magasin. Tu pourras en profiter pour te balader en ville. – On verra. – Bonne nuit, mon amour. Emily s’en alla. Affalé dans le canapé, Guillaume repensa à sa journée, puis alluma la télévision et zappa entre plusieurs chaînes avant de s’arrêter sur un documentaire qui parlait de Bali. Peut-être une destination pour notre voyage de noces, songea-t-il. Déposé sur la table basse du salon, l’affichage de son téléphone s'éclaira. Guillaume s'avança, attrapa l'appareil et appuya son pouce sur le message d'alerte. L'application Messenger de Facebook s'ouvrit et le nouveau message apparut. J’AIMERAIS TE REVOIR Guillaume respira profondément et rédigea une longue réponse, puis hésita. Il effaça tout et reposa le téléphone. Le documentaire le plongea à nouveau dans la campagne indonésienne où on découvrait cette fois une route qui menait au village de Sidemen dans l'une des plus belles régions de Bali. Le mont Agung, visible à l'arrière-plan, dominait toute la vallée. La voix du narrateur expliquait comment arpenter les nombreux chemins de randonnée à travers les rizières et les cours
  29. 29. POUR TE PROTÉGER 25 d'eau. La caméra zoomait sur cette nature luxuriante, faisant apparaître des lieux magiques dans lesquels il faisait bon se détendre. Guillaume voulait savoir. Il reprit son téléphone puis rédigea un court message. SAMEDI 9H30. OK? La réponse ne tarda pas à s’afficher sur l’écran. OUI. À SAMEDI. BAR DE L’HOTEL DU BEAU- RIVAGE PALACE Il confirma, arrêta la télévision et grimpa au premier étage. Sur le seuil de leur chambre, Guillaume s’approcha sans bruit pour ne pas réveiller sa fiancée qui dormait déjà, puis se glissa sous les draps. Au contact de ses pieds gelés qui effleurèrent la peau d’Emily, elle grommela. Malgré ses origines du nord de l’Allemagne, la moindre sensation de froid était susceptible de la rendre de mauvaise humeur une journée entière. Dès que la température était trop fraiche à son goût, soit au moins six mois par an, elle utilisait une bouillotte, ce qui pour l’occasion plut à Guillaume qui glissa ses jambes contre le tissu encore chaud, puis bascula son corps sur le côté, le duvet tiré jusqu'à la hauteur de son cou. L'esprit toujours occupé depuis cette fin de journée, il soupira puis relâcha ses épaules. La silhouette de Sara apparut lorsqu’il ferma les yeux. Acheter ce livre Acheter la version numérique

×