ÉTUDE                      MOBILITÉ VERS L’EMPLOI                     DANS LES HAUTES-ALPESOrganiser les déplacements ou o...
TABLE DES MATIÈRESLes attendus de cette étude..........................................................4Tableaux de synthè...
Proposer une ingénierie-conseil aux entreprises en matière de transports et de       déplacements............................
LES ATTENDUS DE CETTE ÉTUDEEntre 2008 et 2010, la Maison de lEmploi des Hautes Alpes a initié une démarche dediagnostic te...
TABLEAUX DE SYNTHÈSE DES DIFFICULTÉS ET DES PROPOSITIONSSYNTHÈSE « ORGANISER LES DÉPLACEMENTS »      Modes                ...
Coût dentretien (réparation) dune voiture           Développer un un garage associatif           Lien p.32    Projet      ...
les compétences et les ressources humaines                formation territorialiséeTIC : substitution   4 initiatives en c...
INTRODUCTION : UN CADRE DANALYSE ÉLARGI1- Analyse globale de la mobilité vers lemploiLe cadre danalyse que nous avons rete...
I- LE DIAGNOSTIC : CONNAÎTRE LES BESOINS, LES       PRATIQUES ET LES DIFFICULTÉS POUR ACCÉDER À                           ...
Les déplacements domicile-travail dans les Hautes-Alpes3/4 des actifs ayant un emploi utilisent la voiture pour se rendre ...
Zone demploi de Briançon : besoins et modes de déplacement  La zone demploi de Briançon correspond au Pays du Grand Brianç...
Commune résidence           Commune de travail   Nb de personnes                                                          ...
Sur la zone demploi de Briançon, les deux grands générateurs de flux de déplacementsont   ➔ la ville-centre de Briançon   ...
Zone demploi de Gap : besoins et modes de déplacement  Les chiffres présentés précédemment pour lensemble des Hautes-Alpes...
Les flux domicile-travail   Les principaux flux domicile-travail sur la zone demploi de Gap (flux supérieurs à 100 personn...
APPROCHE PAR MODE DE DÉPLACEMENT ET LEURS DIFFICULTÉSLes différents modes de déplacement et leurs difficultésTransports en...
Mars entraîne un délai supplémentaire               statistiques détaillées précédemment.d’au moins une demi-heure pour le...
d’entreprises. Les remontées mécaniques,             question du sentiment de sécurité, lesles   entreprises    de    nett...
territoire sont convoquées durant lamême demi-journée, de sorte à leurpermettre de covoiturer entre elles. Leproblème est ...
Les différents modes de non-déplacement et leurs difficultésOffres de logement sur place                         d’informa...
prévues dès 2010.                                     Hautes-Alpes,    il  nexiste    pas    deLes expériences de télé-tra...
ZOOM SUR LA PETITE ENFANCELa garde des enfants est le deuxième principal frein à lemploi et à la formation. Eneffet, sur l...
Source : schéma départemental Petite enfance du CG05 - 2007 -                   23
II- INITIATIVES EXISTANTES ET SOLUTIONS POSSIBLES1- CARTE DES INITIATIVES EXISTANTES (HORS RÉSEAUX TRAINS ET CARS)
2- FICHES-ACTIONS « ORGANISER LES DÉPLACEMENTS »                      Nombre des propositions qui sont détaillées sont iss...
Fiche              Simplifier les tarifications des transports publics      Actio            n          Ce qui existeComme...
Fiche            Adapter les navettes touristiques aux travailleurs saisonniers      Actio                (horaires et tar...
Transports collectifs privésFiche      Actio         Mutualiser loffre de transports entre entreprises et AOT            n...
Actions « Voiture individuelle »   Comment rendre la voiture individuelle plus accessible ? Fiche       Actio          Cen...
Fiche             Élargir les actions « taxicode »        Actio              n          Ce qui existeEn labsence de véhicu...
Fiche             Mettre en place de la plateforme daide à la mobilité vers lemploi                             Actio     ...
Fiche             Amoindrir le coût de la voiture individuelle en élargissant les aides                            Actio  ...
Actions « Covoiturage »                       Fiche               Développer les aires de covoiturage                     ...
Fiche              Produire un guide du covoiturage dans les Hautes-Alpes        Actio              n          Ce qui exis...
Fiche           Soutenir et sécuriser la pratique de lautostop                            Actio                           ...
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise

1 882 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 882
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
27
Actions
Partages
0
Téléchargements
36
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Etude mobilite vers_l_emploi_dans_les_hautes_alpes_-_finalise

  1. 1. ÉTUDE MOBILITÉ VERS L’EMPLOI DANS LES HAUTES-ALPESOrganiser les déplacements ou organiser les solutions de proximité ? État des lieux et propositions dactions Juin 2010Maison de lEmploi des Hautes-Alpes Immeuble le Doyenné 5 Rue du Doyenné 05000 Gap Réalisation : ADRETS 04 92 24 99 30 www.mde05.fr 1
  2. 2. TABLE DES MATIÈRESLes attendus de cette étude..........................................................4Tableaux de synthèse des difficultés et des propositions..............5 Synthèse « Organiser les déplacements »....................................................5 Synthèse « Organiser des solutions de proximité »......................................6 Synthèse par public......................................................................................7Introduction : un cadre danalyse élargi........................................8I- Le diagnostic : connaître les besoins, les pratiques et lesdifficultés pour accéder à lemploi.................................................9 Approche par territoire.................................................................................9 Hautes-Alpes : la voiture ancrée dans les habitudes de déplacement..................9 Quelques données de cadrage...................................................................9 Les déplacements domicile-travail dans les Hautes-Alpes.............................10 Zone demploi de Briançon : besoins et modes de déplacement........................11 Zone demploi de Gap : besoins et modes de déplacement.............................14 Les pôles dhabitation et les pôles demploi (INSEE 2006)............................14 Les pôles de services..............................................................................14 Les flux domicile-travail..........................................................................15 Approche par mode de déplacement et leurs difficultés..............................16 Les différents modes de déplacement et leurs difficultés..................................16 Transports en commun publics.................................................................16 Véhicules individuels...............................................................................17 Le transport collectif d’entreprises............................................................17 Covoiturage...........................................................................................18 Lautostop ............................................................................................19 Les différents modes de non-déplacement et leurs difficultés...........................20 Offres de logement sur place...................................................................20 Ladaptation des horaires.........................................................................20 L’utilisation des TIC pour le travail à distance ou le télé-service....................20 Aides financières individuelles......................................................................21 Zoom sur la petite enfance.........................................................................22II- Initiatives existantes et solutions possibles...........................24 1- Carte des initiatives existantes (hors réseaux trains et cars).................24 2- Fiches-actions « Organiser les déplacements »......................................25 Transports collectifs publics.........................................................................25 Développer une centrale dinformation multimodale inter-AOT......................25 Simplifier les tarifications des transports publics.........................................26 Adapter les navettes touristiques aux travailleurs saisonniers (horaires et tarifs) ...........................................................................................................27 Transports collectifs privés..........................................................................28 Mutualiser loffre de transports entre entreprises et AOT..............................28 2
  3. 3. Proposer une ingénierie-conseil aux entreprises en matière de transports et de déplacements........................................................................................28 Actions « Voiture individuelle »....................................................................29 Centraliser les différentes aides individuelles à la mobilité (guide).................29 Élargir les actions « taxicode ».................................................................30 Adapter les temps dapprentissage du code aux publics en difficultés.............30 Mettre en place de la plateforme daide à la mobilité vers lemploi.................31 Amoindrir le coût de la voiture individuelle en élargissant les aides...............32 Amoindrir le coût de lentretien par un garage associatif..............................32 Actions « Covoiturage »..............................................................................33 Développer les aires de covoiturage..........................................................33 Produire un guide du covoiturage dans les Hautes-Alpes..............................34 Soutenir et sécuriser la pratique de lautostop............................................35 Mettre en place une coordination départementale de covoiturage..................36 3- Fiches-actions « Organiser les solutions de proximité ».........................37 Recommandation générale ......................................................................37 Actions « Logement ».................................................................................37 Accroître loffre de logement temporaire pour lemploi ou la formation...........37 Améliorer la lisibilité de loffre locale de logement.......................................38 Centraliser les différentes aides au logement (guide)..................................38 Actions « Petite Enfance »...........................................................................39 Accroître la diversité de loffre de garde Petite enfance................................39 Actions « services emploi-insertion en proximité ».........................................40 Développer une ingénierie emploi-formation territorialisée...........................40 Actions « TIC : la substitution au déplacement »............................................41 Projet Visio Rendez-vous.........................................................................41 Visiocommunication pour le travail à distance.............................................41 Projet de Formation à Distance mutualisée entre organismes de formation.....41 Télétravail.............................................................................................41 Actions « public spécifique »........................................................................42 Généraliser les mallettes daccueil du travailleurs saisonniers.......................42 Service à la personne : expérimenter la mise à disposition de véhicule par lassociation employeuse.........................................................................42 Actions « entreprises »...............................................................................43 Transports, logement, petite enfance...quelques actions possibles.................43 Un outil spécifique aux entreprises : le plan de déplacement........................44BIBLIOGRAPHIE..........................................................................45ANNEXES.....................................................................................46 Statistiques issues du questionnaire Conseil Général Hautes-Alpes, Service de lInsertion et de lÉconomie Solidaire: ..........................................................46 Statistiques issues des questionnaires ADRETS - Maison de lEmploi des Hautes- Alpes : mobilités entreprises, mobilités organismes insertion - formation - emploi ...............................................................................................................49 3
  4. 4. LES ATTENDUS DE CETTE ÉTUDEEntre 2008 et 2010, la Maison de lEmploi des Hautes Alpes a initié une démarche dediagnostic territorial partagé sur lemploi en partenariat avec une douzaine decommunautés de communes. Sur lensemble du département, ces diagnostics locauxont mis en évidence les difficultés daccès à lemploi et aux services qui lui sont liés.La Maison de lEmploi a donc décidé de mener une étude "Mobilité vers lemploi" pourmieux cerner les besoins et les initiatives déjà existantes. La réalisation de cette étudeétant confiée à lADRETS.Cette étude vise à: • Mieux connaître les besoins : au regard des pôles emplois existants, comment se déplacent les différents publics (en emploi, demandeurs demploi, en formation, jeunes,...). Est-ce satisfaisant ? • Identifier clairement des pistes de solutions en matière de mobilité, existantes ou en développement : transports collectifs publics (TER, LER, bus départementaux, transports à la demande), transports collectifs privés (interne à lentreprise), covoiturage, aide individuelle aux personnes, prêt de véhicule, solutions de substitution aux déplacements (proximité logement, emploi, télétravail, téléservices, formation à distance,....) 4
  5. 5. TABLEAUX DE SYNTHÈSE DES DIFFICULTÉS ET DES PROPOSITIONSSYNTHÈSE « ORGANISER LES DÉPLACEMENTS » Modes Difficultés repérées Propositions Détail Information non-coordonnée et peu lisible pour Développer la centrale dinformation Lien p. 25 Projet Projet lusager multimodale PER ? PER ? Horaires inadaptés aux travailleurs Démarche en cours par 05 Voyageurs, à Lien p. 25Transports Correspondances entre les différents transports poursuivrecollectifs public Fréquences insuffisantes Tarification différenciée selon chaque AOT Simplifier et harmoniser les tarifications Lien p. 26 des transports publics Navettes touristiques inadaptées aux saisonniers Adapter les navettes touristiques aux Lien p. 27 (horaires et tarifs) travailleurs saisonniers Transports privés accessibles aux seuls salariés et Mutualiser loffre de transports entre Lien p.28 navettes touristiques parfois en doublons entreprises et AOTTransportscollectifs privés Difficultés pour les entreprises de connaître loffre Proposer une ingénierie-conseil aux Lien p.28 de transports collectifs existante entreprises en matière de transports et de déplacementsVéhicule Aides financières non-coordonnées et peu lisibles Centraliser les différentes aides Lien p.29individuel individuelles à la mobilité Difficultés daccès (géographique) à lautoécole Élargir les actions « taxicode » Lien p.30 Difficultés de rythme dapprentissage pour Adapter les temps dapprentissage du Lien p.30 certains publics code aux publics en difficultés Obstacle (coût) à lachat dun véhicule individuel Mettre en place de la plateforme daide Lien p.31 Projet Projet à la mobilité vers lemploi PER ? PER ? Coût dentretien (assurance) dune voiture Amoindrir le coût de la voiture Lien p.32 individuelle en élargissant les aides
  6. 6. Coût dentretien (réparation) dune voiture Développer un un garage associatif Lien p.32 Projet Projet PER ? PER ? Pas de système de mise en relation de loffre et Plateforme Internet porté par la Ville de Lien p.33 Projet Projet de la demande Gap => en cours PER ? PER ? Peu/pas dendroits pour laisser sa voiture et se Développer les aires de covoiturage Lien p.33 Projet Projet retrouver PER ? PER ? Manque dinformation sur les aspects pratiques et Produire un guide du covoiturage dans Lien p.34Covoiturage juridiques les Hautes-Alpes Manque de souplesse du covoiturage Soutenir et sécuriser la pratique de Lien p.35 Projet Projet « classique » (contraintes horaires) lautostop PER ? PER ? Multiplication des initiatives de covoiturage : non- Mettre en place une coordination Lien p.36 Projet Projet coordonnées donc inefficaces départementale de covoiturage PER ? PER ?SYNTHÈSE « ORGANISER DES SOLUTIONS DE PROXIMITÉ »Type de solution Difficultés Propositions Détails Difficulté à trouver des logements temporaires (la Accroître loffre de logement temporaire Lien p.37 Projet Projet proximité du logement évite le déplacement) pour lemploi ou la formation PER ? PER ? Difficulté à trouver un logement locatif localement Améliorer la lisibilité de loffre locale de Lien p.38 Projet ProjetLogement logement PER ? PER ? Problème de lisibilité de lensemble des aides au Guide dinformation sur lensemble des Lien p.38 logement aides Difficulté pour les travailleurs à trouver un mode de Accroître la diversité de loffre de garde Lien p.39 Projet Projet garde adapté à leurs besoins petite enfance PER ? PER ?Petite Enfance Manque de lisibilité de loffre de garde (où trouver Portail de géolocalisation de loffre de Lien p.39 Projet Projet une crèche ou une assistante maternelle ?) garde => en cours PER ? PER ?Services Emploi- Services concentrés dans les villes (accessibilité) Poursuivre le soutien aux services Lien p.40insertion en mutualisés de proximité (RSP, MDS...)proximité Manque dinformations et de stratégies locales sur Développer une ingénierie emploi- Lien p.40
  7. 7. les compétences et les ressources humaines formation territorialiséeTIC : substitution 4 initiatives en cours : visioguichet, travail à distance, formation à distance, télétravail Lien p.41 Projet Projetau déplacement PER ? PER ?SYNTHÈSE PAR PUBLIC Public Difficultés Propositions - Accès au permis et à la voiture - cf propositions « véhicule individuel »Jeunes - Besoin de formation - cf propositions « FOAD » ou « logement » - Garde denfants - cf propositions « petite enfance »Femmes - Accès au permis et à la voiture - cf propositions « véhicule individuel » - Accès à la formation - cf propositions « FOAD » ou « logement »Publics en difficulté - Apprentissage de la situation de mobilité Adapter les temps dapprentissage du code aux publicssociale ou psychique - Apprentissage adapté du permis en difficultés : Lien p.30Personnes à mobilité Contraintes de déplacements fortes Actions issues du schéma départemental accessibilitéréduite aux transports en communPersonnes en Actions via Cap Emploisituation de handicapEntreprise Être accompagné sur les questions de mobilité Actions spécifiques « entreprises » page 43 et 44 Opportunité PER : Pôle dExcellence Rurale Un projet de Pôle dExcellence Rurale « services à la population et services numériques » est actuellement en réflexion au sein du conseil général des Hautes- Alpes. Les PER sont essentiellement ciblés sur des dépenses dinvestissement, nous avons proposé les actions qui pourraient intégrer ce PER. Il va de soi quaucune décision na encore été prise, les actions indiqués « PER » sont donc à débattre...
  8. 8. INTRODUCTION : UN CADRE DANALYSE ÉLARGI1- Analyse globale de la mobilité vers lemploiLe cadre danalyse que nous avons retenu est volontairement large. En effet, laquestion de la mobilité ne signifie pas uniquement la mobilité des personnes, maiségalement la mobilité des services ou laccès à distance aux services et à lemploi.Le schéma ci-dessous résume cette approche. Lensemble des solutions (organiser lesdéplacements ou organiser la proximité) est détaillé dans la partie « II- Initiativesexistantes et solutions possibles ».2- Approche par mode de déplacement et par zone demploiLensemble des modes de déplacement a été étudié sur le département, publics etprivés, individuels ou collectifs. Les possibilités de connexions (intermodalité) entreplusieurs modes de déplacement ont également été prises en compte.Lapproche géographique est par zone demploi, mais peut être complétée par desapproches plus ciblées le cas échéant. 8
  9. 9. I- LE DIAGNOSTIC : CONNAÎTRE LES BESOINS, LES PRATIQUES ET LES DIFFICULTÉS POUR ACCÉDER À LEMPLOIAPPROCHE PAR TERRITOIREHautes-Alpes : la voiture ancrée dans les habitudes de déplacementQuelques données de cadrage 9
  10. 10. Les déplacements domicile-travail dans les Hautes-Alpes3/4 des actifs ayant un emploi utilisent la voiture pour se rendre à leur travail (chiffreéquivalent pour la région PACA)Parmi lensemble de ces actifs Ensemble des actifs ayant un emploiayant un emploi, Près de 6 sur 101 Hautes-Alpes PACA(59,9%) travaillent en dehors de Moyen de transport nombre % nombre %leur commune d’habitation. (54%en région PACA – DADS 2004). Pas de transport 3359 6,1% 66879 3,6%Les graphiques ci-dessous Marche à pied 8229 14,9% 173526 9,4%montrent que la voiture Deux roues 1471 2,7% 98406 5,3%individuelle est très largement Voiture, camion, fourgonnette 40525 73,5% 1338222 72,7%majoritaire dans les déplacements Transports en commun 1519 2,8% 163638 8,9%domicile-travail, notamment Ensemble 55104 100,00% 1840672 100,0%lorsquil est nécessaire de sortir desa commune pour aller travailler. Déplacement domicile-travail dans les Hautes-Alpes Si Commune de travail = commune de résidence 2,5% 9,9% Pas de transport Marche à pied 24,1% Deux roues Voiture, camion, fourgonnette Transports en commun Pour les personnes 59,9% travaillant dans la 3,6% commune où ils résident, 6/10 utilisent la voiture pour se rendre au travail, et un quart préfèrent la Déplacement domicile-travail dans les Hautes-Alpes marche à pied. Si commune de travail # commune de résidence 2,4% 0,4% 1,1% 1,4% Ce chiffre atteint presque 95% lorsquon Pas de transport doit sortir de sa Marche à pied commune pour aller Deux roues travailler Voiture, camion, fourgonnette Transports en commun1 INSEE , recensement 2006 94,7% 10
  11. 11. Zone demploi de Briançon : besoins et modes de déplacement La zone demploi de Briançon correspond au Pays du Grand Briançonnais. Attractivité des services BriançonLargentière Guillestre 11
  12. 12. Commune résidence Commune de travail Nb de personnes concernées Zone demploi Briançon Villar-Saint-Pancrace Briançon 420 Saint-Chaffrey Briançon 335 Saint-Martin-de-Queyrières Briançon 314 Briançon La Salle les Alpes 269 LArgentière-la-Bessée Briançon 180 Puy-Saint-André Briançon 144 Puy-Saint-Pierre Briançon 135 Briançon Montgenèvre 126 Briançon Saint-Chaffrey 118 Guillestre Vars 108 Saint-Chaffrey La Salle les Alpes 101 5457 = 51 % des salariés résidant dans la zone d’emploi de Briançon travaillent dans une autre commune que celle où ils résident, soit légèrement moins que la moyenne régionale.4212 = 39 % quittent leur commune de résidence mais restent dans leur zone d’emploi,894 = 8 % quittent cette dernière pour aller dans une autre zone d’emploi de la région, notamment dans celle de Gap (6 %).910 = 8 % des emplois de la zone d’emploi de Briançon sont occupés par des salariés résidant dans des zones d’emploi extérieures à la région et à sa périphérie. 12
  13. 13. Sur la zone demploi de Briançon, les deux grands générateurs de flux de déplacementsont ➔ la ville-centre de Briançon ➔ les stations de ski dautre part (Serre-Chevalier, Montgenèvre, Puy St Vincent, Vars-Risoul, Queyras...)Les chiffres des graphiques ci-dessous sont similaires aux chiffres des Hautes-Alpes,avec cependant une part relative de la voiture inférieure de 3 points, au bénéfice de lala marche à pied. Flux domicile-travail - Zone demploi Briançon Commune de travail=commune de résidence 2,4% 10,5% Pas de transport Marche à pied Deux roues 28,5% Voiture, ca- mion, four- gonnette Transports en commun 56,1% 2,5% Flux domicile-travail - Zone demploi Briançon Commune de travail # commune de résidence 3,2% 0,9% 1,5% 1,3% Pas de transport Marche à pied Deux roues Voiture, camion, fourgonnette Transports en commun 93,2% 13
  14. 14. Zone demploi de Gap : besoins et modes de déplacement Les chiffres présentés précédemment pour lensemble des Hautes-Alpes restent largement vérifiés pour la zone demploi de Gap. Les pôles dhabitation et les pôles demploi (INSEE 2006) Emplois 2006 Les pôles de services Gap est le seul pôle urbain de la zone demploi, les autres sont des pôles ruraux secondaires. Le pôle urbain en bas de carte est Sisteron (04) Attractivité des servicesSt Bonnet Embrun Savines Veynes Chorges SerresLaragne 14
  15. 15. Les flux domicile-travail Les principaux flux domicile-travail sur la zone demploi de Gap (flux supérieurs à 100 personnes - 1999) 45 % des salariés résidant Commune de Nombre de personnes dans la zone d’emploi deCommune de résidence travail concernées Gap travaillent dans uneLa Bâtie-neuve Gap 334 autre commune que celleTallard Gap 290 où ils résident, ce taux estChorges Gap 245 très inférieur à la moyenneVeynes Gap 165 régionale (les superficiesSaint Bonnet Gap 164 importantes de certainesEmbrun Gap 158 communes – gap parLa Roche des Arnauds Gap 157 exemple- expliquent enBriancçon Gap 157 partie ce chiffre : lesLa Saulce Gap 147 salariés franchissent moinsGap Aix-en-Provence 142Gap La Bâtie-neuve 117 les limites de leurGap Tallard 112 commune car celle-ci estNeffes Gap 101 grande) 33 % quittent leur Flux domicile-Travail - Zone demploi de Gap commune de résidence Commune de travail = commune de résidence mais restent dans leur zone d’emploi 2,6% 9,6% 9 % quittent cette dernière Pas de transport pour aller dans une autre Marche à pied zone d’emploi de la région, 22,5% notamment dans celles de Deux roues Voiture, camion, Digne (3 %) et de fourgonnette Manosque (2 %). Transports en commun 61,3% 4,0% Flux domicile-travail - zone demploi de Gap Commune de travail#commune de résidence 2,0% 0,2% 0,9% 1,4% Pas de transport Marche à pied Deux roues Voiture, ca- mion, four- gonnette Transports en commun 95,4% 15
  16. 16. APPROCHE PAR MODE DE DÉPLACEMENT ET LEURS DIFFICULTÉSLes différents modes de déplacement et leurs difficultésTransports en commun publics notamment pour les communes limitrophes des villes ; les villes sontil existe plusieurs offres de transports en équipées de transports urbains et lescommun suivant les différentes autorités communes voisines n’en bénéficient pasorganisatrices de transports (AOT). bien qu’une majorité de la population se rende dans la ville centre pour y travaillerSNCF (ligne de nuit Briançon-Paris) et pour les services.TER – trains express régionaux (Conseil Cette question se pose également dansRégional) les communes disposant dune gare hors-LER – lignes express régionales (Conseil service (autour de Gap).Régional)Cars des Hautes Alpes (Conseil Général) * Fréquences insuffisantesBus urbains : Briançon et Gap Les horaires de travail sétalent sur uneTransports locaux – CC du Pays des plage horaire de deux heures le matin etEcrins, SIVU du Queyras, Navettes de le soir. Pour répondre aux divers besoinsSerre-Chevalier, Navettes des Baronnies, individuels, les fréquences des transportsNavettes de l’Avance, ainsi que de collectifs sont insuffisantes. Un arbitragenombreuses navettes touristiques (OT doit être fait en continu entre fréquenceEmbrun, Champsaur, Névache...) importante et taux de remplissage des véhicules.- Difficultés liées à l’utilisation de cestransports publics collectifs * Horaires inadaptés : les horaires des différents transports publics collectifs ne* Les personnes sont souvent obligées de sont pas toujours adaptés aux horairesfaire coïncider les horaires des enfants d’ouverture des services ou aux horaires(garderie, aide maternelle, école de travail des entreprises. Il est évidentmaternelle, école) avec leurs horaires de que les lignes régulières ne peuvent pastravail. Les circuits et les horaires de arriver à 08 heures ou 09 heures danstransports, les détours en véhicule toutes les villes desservies.personnel, posent des questionsd’adéquation qu’il est difficile parfois de * L’adaptation des horaires pose aussi desrésoudre. questions de correspondances entre les différents modes de transports.* L’information sur les horaires.L’information du public sur les horaires de * Le problème des correspondances : lesdessertes est éparse. Il n’y a pas encore correspondances ne sont pasde plateforme intermodale ou multimodale systématiquement organisées tant dupermettant d’avoir l’ensemble des offres point de vue des lieux multimodaux dede transport pour relier deux points du transferts que des horaires. Le principe dedépartement, ou un point du département non-concurrence aboutit à deset un point de la région. interdictions du « cabotage », à des aberrations sur le terrain : un car venant* Dessertes insuffisantes. Un certain de Montgenèvre ne peut s’arrêter qu’à lanombre de communes ne sont pas gare de Briançon, alors que certainsdesservies par les transports en commun usagers désireraient s’arrêter au champpublics. Ce sont la plupart du temps des de Mars. Aller de la gare au champ decommunes isolées. Cette question se pose 16
  17. 17. Mars entraîne un délai supplémentaire statistiques détaillées précédemment.d’au moins une demi-heure pour le public. - Les limites du mode de transport* Non-respect des horaires : les usagers, individuelnotamment de la SNCF, se plaignent detrès nombreux retards sur la ligne * Les limites écologiques et collectives.Briançon–Marseille, qui rend peu fiable L’utilisation par la majorité de lal’utilisation du train pour des usages population de véhicules individuelsprofessionnels. entraîne des nuisances environnementales (émission de gaz à effet de serre) et des* Le coût : pour certains publics, le coût nuisances urbaines (embouteillages,des transports en commun reste élevé. Ce pollution).coût est très disparate suivant les types L’utilisation d’un véhicule individuel estde transports. source d’insécurité (accident de la route).Des réductions sont accordées à certainspublics (jeunes, séniors, personnes en * Le coût d’entretien d’un véhicule est undifficultés). Des abonnements existent obstacle pour les personnes les pluspour les travailleurs. Cependant, ces fragiles, les jeunes, les personnes enréductions ou ces abonnements ne sont difficulté d’emploi. Cela peut entraîner desvalables que sur un seul type de problèmes de non-assurance, de non-transports. Chaque AOT2 dispose en effet respect des contrôles techniques avec desde sa propre tarification. Le conseil incidences importantes sur la sécurité. Cegénéral propose une tarification par zone coût concerne également l’achat d’un(3€/zone en plein tarif), avec des tarifs véhicule qui est hors de portée d’unréduits pour certains publics (jeunes, certain nombre de ménages. Une étudebénéficiaires RSA « socle ») ou pour les Fubicy-ADEME3 montre que le coût moyendétenteurs dune carte annuelle de dune voiture par an est de 5300€ auréductions. Le conseil régional a une minimum : cela comprend amortissementtarification au kilomètre, avec des de lachat, assurance, entretien,réductions par type public spécifique carburant...(carte Jeunes, carte solidarité, carte toutpublic), mais les passerelles nexistent pas * Enfin, l’accès au permis de conduire :entre LER et TER : un abonnement TER les jeunes, les femmes, les personnespermet demprunter un LER, mais d’origine étrangère, ont des difficultéslinverse nest pas possible. Les transports d’accéder au permis de conduire. Cesurbains de Gap sont gratuits, et les difficultés sont dues à des obstaclesnavettes touristiques ont des tarifications d’une part d’ordre financier, d’autre partlibres. d’ordre pédagogique (maîtrise du françaisIl n’y a pas d’accord entre les différents et des concepts pour passer le code),AOT pour que ces abonnements puissent enfin un problème d’accessibilité auxêtre multimodaux. auto-écoles pour les territoires ruraux les plus enclavés.* Accès pour lintermodalité : vélo, piéton Le transport collectif d’entreprises Un certain nombre d’entreprises organisent le ramassage des salariés ou mettent à disposition des véhiculesVéhicules individuelsLe véhicule individuel reste le principal 3 Consultable surmoyen de locomotion pour les habitants http://www.fubicy.org/IMG/pdf/VC97_budgdes Hautes-Alpes, comme le montrent les et_velo_pp8-10.pdf ou http://www.ademe.fr/particuliers/Fiches/se2 Autorité Organisatrice de Transports -deplacer-malin/rub4.htm 17
  18. 18. d’entreprises. Les remontées mécaniques, question du sentiment de sécurité, lesles entreprises de nettoyage, les gens ne sachant pas avec qui ils vontentreprises de BTP, mettent souvent en covoiturer, ils peuvent avoir desplace un ramassage des salariés. C’est le réticences.cas notamment des remontées Les femmes ou les parents voulantmécaniques de Serre-chevalier, de covoiturer, ayant des enfants, utilisentMontgenèvre, des Orres, de Vars-Risoul. leur voiture pour porter leurs enfants à laCertains salariés de petites entreprises crèche ou à l’école. Cela pose desbénéficient d’un véhicule d’entreprise problèmes pour le covoiturage notammentqu’ils utilisent pour ramener leurs sur le nombre de sièges enfants, et lacollègues et rentrer chez eux, notamment place du siège enfant. Une question dedans les petites entreprises du BTP. légalité juridique et de sécurité est aussi à régler.* Les limites de ces dispositifs : ils sontréservés à un type de salariés et ne sont * Problème d’aires de covoiturage : lapas du tout mutualisés entre plusieurs plupart des aires de covoiturage ne sontentreprises la plupart du temps, d’autre pas conçues pour cela. On assiste à lapart, ils créent un lien de dépendance prise de possession sauvage d’un certainentre le salarié et l’employeur, notamment nombre de parkings ou d’espaces. Celaavec le prêt de véhicule de société. n’étant pas organisé, ils ne sont pas systématiquement reliés aux transportsCovoiturage en commun.Le covoiturage est une pratique qui pourl’instant est plutôt informelle. Il dépend de * Illisibilité des différents systèmes del’organisation par territoire ou par covoiturage : de nombreux projets sontentreprise des actifs ou des salariés. Le en cours ou en projet sur le départementcovoiturage est pratiqué notamment par (Planète Champsaur, Pays Serre-ponçonles saisonniers du tourisme dans Ubaye Durance, Mobilidées, Ville de Gap,l’hôtellerie, dans les différentes stations. 05 voyageurs...). Ces projets ne sont pasLe covoiturage est repérable à la sortie inter-connectés les uns aux autres, ce quides grandes villes ou des stations avec rend impossible la mutualisation desdes parkings d’échanges. bases de données des utilisateurs.Le covoiturage est également pratiqué par Pourtant, lune des clés de réussite dudes personnes qui viennent en formation covoiturage est datteindre une masseet qui sorganisent pour se regrouper afin critique dutilisateurs : plus nombreuxde se rendre dans les bourgs centres. seront les utilisateurs, plus facilement chacun trouvera un covoitureur adapté à* Les limites du covoiturage sont ses horaires. La multiplication desnombreuses. Étant informel, le systèmes de covoiturage indépendants lescovoiturage reste limité aux collectifs, aux uns des autres rend chacun de ces projetsentreprises ayant suffisamment de isolé et peu efficace, et rend lensemblepersonnels, ou qui permettent une illisible pour lusager (même problèmeinterconnaissance mutuelle importante. que pour linformation sur les transportsLe covoiturage des personnes en difficulté en commun)pose des problèmes d’assurance et desécurité. Certaines personnes en difficulté A lheure actuelle, le covoituragene sont pas à jour de leur assurance ou sorganise en petits collectifs. Mais lade leur contrôle technique et ce qui difficulté d’information ne permet pas deentraîne des problèmes de responsabilité généraliser des dispositifs pour l’ensembleen cas d’accident. des besoins des salariés. Pôle Emploi Briançon organise les rendez-* Sentiment de sécurité : outre les vous de façon à favoriser le covoiturage.problèmes de sécurité réel, il se pose la Pour les territoires les plus éloignés, toutes les personnes habitant sur ce 18
  19. 19. territoire sont convoquées durant lamême demi-journée, de sorte à leurpermettre de covoiturer entre elles. Leproblème est que Pôle Emploi na pas ledroit de communiquer les identités despersonnes convoquées (obligation deconfidentialité)LautostopForme de covoiturage spontané, lautostopest pratiqué souvent par les jeunes et lessaisonniers notamment. Il est difficile àchiffrer.* La morphologie des Hautes-alpes,organisée autour de la vallée de laDurance, est favorable à la pratique delautostop, car les flux de véhicules sontconcentrés sur un petit nombre de routes(notamment entre Gap et Briançon sur leRN 94).* Les limites du stop : le stop paraitdifficile pour les horaires atypiques (ensoirée par exemple). Le stop peut poserdes problèmes de sécurité. Certainsstoppeurs utilisent des aires aménagées àla sortie des villes. Dans certains cas, lasortie des villes ne permet pas un arrêt entoute sécurité des véhicules, ce qui posedes problèmes de sécurité routière qu’ilserait aisé de régler par l’aménagementde parkings et d’aires d’arrêt. Le stoppose aussi des problèmes d’assurancepour lesquelles un système de charte oude garantie publique pourrait êtreorganisée pour vérifier et garantirl’assurance tant du point de vue deschauffeurs que des stoppeurs. 19
  20. 20. Les différents modes de non-déplacement et leurs difficultésOffres de logement sur place d’information centralisé pour faciliter la recherche.Une des manières permettant de réglerles problèmes de la mobilité est d’offrir unlogement proche du lieu de travail ou du Ladaptation des horaireslieu de formation. D’une part, cettepratique concerne notamment l’offre de Un certain nombre de services publics oulogement pour les saisonniers logement d’entreprises adaptent leurs horaires pourcollectif, foyer des jeunes, logements faciliter la mobilité de leurs salariés etsaisonniers (Orcière-Merlette, la Vallouise, réduire les déplacements. On peut citerLes Orres, Montgenèvre). Un certain notamment les horaires décalés, ou lanombre d’employeurs notamment dans le possibilité de faire la journée continue.tourisme social ou dans l’hôtellerierestauration proposent des logements. * Difficultés : ces adaptations d’horaires ou ces tolérances sont utiles. Elles neA noter enfin que les employeurs de règlent pas pour autant les problèmes dessaisonniers agricoles peuvent bénéficier modalités de transports ni de leurs coûts.d’aides pour le logement de ces Ces aménagements d’horaires restenttravailleurs saisonniers. Voir avec la DDA ponctuels et propres à chaque entreprise.et la Direction du Travail sur l’utilisation Il est difficile de négocier avec lesde ces aides ou pour avoir des chiffres. entreprises et les entreprises de transport pour faire une adéquation. Les initiativesEn ce qui concerne les formations, un du bureau des temps, expérimentéescertain nombre d’organismes proposent dans différentes villes françaises, seraientun logement temporaire. C’est notamment intéressantes mais seraient lourdes àle cas des organismes de formation Cret, mettre en place.Chantoiseau (centre de coordination à Le PDIA de la ville de Gap devraitBriançon), AFPA à Gap. permettre peut-être d’avancer dans ce domaine comme dans celui du covoiturageEnfin, les structures du type foyers des organisé.jeunes permettent de proposer deslogements temporaires à des apprentis,ou des personnes en stage, temporaires L’utilisation des TIC pour le travail àsur le territoire. distance ou le télé-service L’accès aux services de l’emploi peut se* La limite de ces dispositifs concerne faire à distance par des visio-guichets etcertains territoires qui n’ont pas d’offre de des télé-services à partir de points d’accèslogements, et les entreprises sont trop de proximité ou même du domicile. Il enpetites pour ouvrir ce service. est de même pour des organismes deLa salubrité des logements n’est pas formation. En ce qui concerne le travail,toujours garantie. un certain nombre de salariés peuventLa prise en charge financière des travailler à distance grâce aux TIC.logements temporaires reste Les expériences dans le domaine des télé-problématique pour les opérateurs. services se développent bien sur leL’offre de logement reste sectorisée. territoire grâce à la maison de l’emploi etNotamment en ce qui concerne les centres du conseil général.de formations. Les séances de formations à distanceUn certain nombre de personnes en restent timides et nécessitent uneformation ou en stage sont obligées de formation des organismes de formation etrechercher de l’information sur les un appui du conseil général et deslogements disponibles. Il n’y a pas de lieu financeurs. Des expérimentations sont 20
  21. 21. prévues dès 2010. Hautes-Alpes, il nexiste pas deLes expériences de télé-travail pour des plateforme de mobilité sociale, seules lessalariés de grandes entreprises restent loueurs marchands sont présents.isolées et occasionnelles dans les Hautes- Or, sur le département, les chiffres 2009Alpes. montrent un problème daccès à ces services : 35 demandes, 0 satisfaites. Les* Limites : tous les services et les emplois loueurs existant sont en effet implantésne peuvent pas bénéficier de travail à dans les plus grandes villes, cest à diredistance. hors datteinte des personnes qui en ontLes employeurs sont réticents pour des réellement besoin.raisons de contrôle. Le travail à distancepeut être un obstacle à la constitution decollectifs de travail. Cependant, le travail àdistance peut être occasionnel et non pasforcément permanent.Le travail à distance nécessite enfin desconnexions Internet de très bonnesqualités qui ne sont pas toujours garantiessur le département.Le travail à distance peut se faire àdomicile avec comme question laséparation de la sphère de travail et lasphère de la vie privée. Un travail a étémené par Hautes-Alpes Développement etle comité du bassin de l’emploi du Buëchpour faire venir des télétravailleurs.Aides financières individuellesPour se déplacer, des aides financièressont proposées par Pôle emploi, ConseilGénéral, les services sociaux, la missionjeunes, ou encore le FASTT (fonds dactionsociale du travail temporaire).Ces aides financières sont d’une part malconnues du grand public. La lisibilité deslogiques de ces aides reste difficile. Enfin,les aides financières ne règlent pas laquestion de l’accès à un mode transportadapté et sécurisé.Concernant le FASTT, gestionnaire dudispositif MouvEmploi : ce dispositifapporte une aide financière auxtravailleurs intérimaires ayant desdifficultés de déplacements vers lemploi.MouvEmploi a des accords avec desloueurs privés (location marchande devoiture) ou avec des plateforme demobilité sociale (type AME 04). Dans les 21
  22. 22. ZOOM SUR LA PETITE ENFANCELa garde des enfants est le deuxième principal frein à lemploi et à la formation. Eneffet, sur les lieux de résidence ou sur les lieux de travail, loffre de garde ne répondsouvent pas à lensemble des besoins : ➢ Besoins quantitatifs : les crèches et assistantes maternelles sont débordées et les listes dattentes sont longues. Les places disponibles sont souvent insuffisantes. ➢ Besoins qualitatifs : des besoins particuliers sont inhérents à certains emplois. Les travailleurs saisonniers (et les touristes) ont besoin de faire garder leurs enfants dans les stations de ski durant les quatre mois dhiver, mais pas le reste de lannée. Les crèches saisonnières répondent à ce besoin. Les salariés travaillant dans des secteurs à horaires décalés (propreté, hôpitaux, grande distribution, hôtellerie-restauration) ont des besoins variables pour faire garder leurs enfants. Les crèches à horaires décalés peuvent constituer des réponses à ces besoins. Les crèches familiales ou associatives peuvent encore apporter dautres pistes.Comment évaluer le besoin ?Sur les Hautes-Alpes, on pourra sappuyer sur plusieurs études traitant des servicespetite enfance (offre et demande) : ➔ Schéma départemental de la petite enfance (2007-2011) – conseil général des Hautes-Alpes http://www.cg05.fr/include/viewFile.php? idtf=1287&path=WEB_CHEMIN_1287_1196785871.pdf ➔ Schéma de services pays SUD ( 2005) – en cours de réactualisation – Pays Serre-Ponçon Ubaye Durance : le schéma recense lensemble des services présents ou accessibles sur le territoire, évalue les besoins et les affine par des enquête-population, puis propose des stratégies de développement. ➔ Schéma de services pays gapençais ( 2007) : idem ci-dessus http://adrets-asso.fr/?Le-schema-des-services-au-public ➔ Étude petite enfance Pays grand Briançonnais ➔ Schéma de services pays Sisteronnais Buech -en cours 2009-2010 : idem ci- dessus ➔ Actes de la rencontre Petite enfance et territoires -ADRETS 2009 : ce guide présente les problématiques principales de la petite enfance, ainsi des expériences pour répondre à lensemble des besoins. http://adrets-asso.fr/? Guide-pratique-Petite-enfance-et 22
  23. 23. Source : schéma départemental Petite enfance du CG05 - 2007 - 23
  24. 24. II- INITIATIVES EXISTANTES ET SOLUTIONS POSSIBLES1- CARTE DES INITIATIVES EXISTANTES (HORS RÉSEAUX TRAINS ET CARS)
  25. 25. 2- FICHES-ACTIONS « ORGANISER LES DÉPLACEMENTS » Nombre des propositions qui sont détaillées sont issues des deux réunions de co- construction réalisées en mai 2010 sur les Hautes-Alpes. Ces réunions ont rassemblé des acteurs de différents domaines : emploi, insertion, entreprises, collectivités territoriales, transports, social... Ces propositions sont donc celles identifiées comme prioritaires par les acteurs des territoires. Transports collectifs publics EN CO Développer une centrale dinformation multimodale inter-AOT UR S Ce qui existe En 2009, le conseil général a reformé sa politique transports publics. Parmi les nouveautés, une centrale dinformation, 05 voyageurs. Par un numéro de téléphone ou par son site Internet, elle peut aujourdhui informer sur lensemble de loffre du conseil général (scolaire et non-scolaire). Ce qui est en projet Retour tableaux récapitulatifs? OPPORTUNITÉ PER ? Pour proposer une réelle simplification pour lusager, 05 Voyageurs a vocation à intégrer lensemble de loffre de transports publics du département. Des négociations sont en cours, avec les autres autorités organisatrices de transports AOT afin dintégrer leurs offres de transports respectives dans cette centrale dinformation : TER et LER gérés par le conseil régional, transports urbains gérés par les villes de Gap et Briançon. Propositions pour aller plus loin Sur lexemple dItinisère (www.itinisere.fr), on pourrait imaginer une centrale dinformation qui intègre toute loffre de transports existante sur le département, de sorte à optimiser linformation, et donc faciliter laccès aux transports en commun. Au- delà du travail réalisé actuellement par 05 Voyageurs sur le transport public, loffre de covoiturage - développé par ailleurs par la ville de Gap et le conseil général - pourrait être intégrée à 05 Voyageurs, ainsi que les offres de transports locaux et/ou touristiques. Porteur : le conseil général, via 05 voyageurs Partenaires : lensemble des AOT (région, réseaux urbains Gap et Briançon), ainsi que les collectivités ou structures locales ayant une offre de transports en commun (CC Pays des Écrins et nombreuses navettes touristiques), Maison de lemploi. Coût : travail dingénierie, mise à jour permanente des informations horaires. A NOTER 1- Létude fait ressortir deux autres difficultés sur les transports publics : - horaires inadaptés aux heures de travail - correspondances entre trains et cars non-prévues Il est à noter que 05 Voyageurs effectue durant le 1er semestre 2010 des réunions sur les territoires afin de ré-étudier de très près loffre et, notamment, de résorber ces deux difficultés. Par ailleurs, les cinq Pays de laxe de la Durance (Grand Briançonnais, SUD, Gapençais, Sisteronais- Buëch et Haute-Provence) lancent une réflexion concertée sur ces questions. 2- Dautres faiblesses ont été pointées, telles que la difficulté de combiner Vélo+ transports publics, les fréquences des cars/ trains insuffisantes ou encore le non-respect des horaires (notamment trains). Les solutions pour répondre à ces difficultés sont connues et exigent des moyens importants. Elles relèvent davantage dune politique « transport » que dune politique « emploi » 25
  26. 26. Fiche Simplifier les tarifications des transports publics Actio n Ce qui existeComme expliqué précédemment, il nexiste aujourdhui pas d’accords entre lesdifférentes autorités organisatrices de transports (AOT) pour que les titres detransports soient valables sur différents réseaux de transports publics. Le problème nese pose pas pour la Ville de Gap, où les transports urbains sont entièrement gratuits.Hors du département, des initiatives existe localement en région Rhône-Alpes (régiongrenobloise) ou dans les Alpes-maritimes.Propositions pour aller plus loinAfin de rendre plus accessible, donc attractive, loffre de transports en commun, unepremière étape pourrait être dharmoniser les abonnements et cartes spécifiques : ➢ les abonnements de travail pourraient donner accès à nimporte quel transports en commun circulant dans le département. Cela nécessite un accord entre les différentes AOT Retour tableaux récapitulatifs ➢ les cartes de réduction : la carte « solidarité » de la Région nest pas coordonnée avec les réductions qui sont faites aux bénéficiaires RSA sur loffre départementale. Sur le même principe que les abonnements, la détention dune carte « solidarité » de la Région pourrait automatiquement donner accès aux tarifs réduits dans les cars 05 Voyageurs sans davantage de démarches administratives.Porteur : 05 Voyageurs, au titre de leur démarche de décloisonnement des AOTPartenaires : toutes les AOT (conseil régional, conseil général, organisateurs locauxde transports, offre saisonnière), Maison de lemploiCoût : coûts de coordination, coût liées aux extensions des réductions à déterminerselon lambition de cette harmonisation. A NOTER La prime Transport pour les trajets domicile-travail : ce dispositif vise à inciter les salariés à utiliser les transports en commun. Ainsi, si son employé dispose dun abonnement de travail en transport collectif, lemployeur se doit de prendre en charge 50% du coût de cet abonnement. Plus de détails sur le site de Localtis 26
  27. 27. Fiche Adapter les navettes touristiques aux travailleurs saisonniers Actio (horaires et tarifs) n Ce qui existeDe nombreuses stations de ski mettent en place des navettes touristiques durant lasaison dhiver (Serre-Chevalier, Montgenèvre, Puy-Saint Vincent, Queyras, Vars-Risoul,Les Orres, Orcières-Merlette …). Par les horaires et/ou par les tarifs pratiqués, cesnavettes ne sont pas adaptées aux travailleurs saisonniers pour un usage quotidien.Certaines stations proposent des avantages : à Serre-Chevalier (SIVM), lamplitude desnavettes a été élargie, et toute personne disposant dun forfait saison peut prendregratuitement la navette (1 trajet = 3€, soit 6€/jour aller-retour). Certains saisonniersdisposent de ce forfait saison, dautres non.Une navette relie Briançon à Montgenèvre. Un aller coute 6€, soit 12€/jour pour unaller-retour.En cours : une étude est actuellement menée sur la Vallée de la Guisane par le SIVM Retour tableaux récapitulatifsSerre-Chevalier. Elle devrait sans doute prendre en compte la problématique Mobilitévers lemploi. Elle sera rendue mi-juin 2010.Contact : SIVM Serre-Chevalier, 12 rte Pont Levis 05330 SAINT CHAFFREY ; 09 79 3447 13Propositions pour aller plus loinTravailler collectivement entre employeurs, organisateurs des navettes, transporteurset représentants des saisonniers pour adapter les navettes : ➢ Sur les horaires : lensemble des horaires décalés (restauration notamment) ne pourra sans doute pas être couvert, mais il est possible de caler les premiers départs des navettes sur les horaires de travail du plus grand nombre. Idem pour les retours en soirées. ➢ Sur les tarifs : préciser des systèmes de badges ou carte « Transports saisonniers » qui permettent un accès gratuit, ou à tarif adapté a minima, aux travailleurs saisonniers.Porteur : groupe de travail animé par la maison de lemploi ou la commission paritairedépartementalePartenaires : employeurs, organisateurs des navettes (communes, remontéesmécanique, offices de tourisme), transporteurs et représentants des saisonniersCoût : Variable selon les décisions prises sur chaque territoire. A évaluer par le groupede travail. 27
  28. 28. Transports collectifs privésFiche Actio Mutualiser loffre de transports entre entreprises et AOT n Ce qui existeSur plusieurs territoire, létude a montré que des systèmes de transports publics(collectivités) et de transports privés (entreprises) coexistaient, sans coordination etparfois en doublon. Cest le cas sur plusieurs stations du Nord du département (LesOrres, Montgenèvre...). Ces deux offres sont aujourdhui cloisonnées, loffre publiqueétant surtout destinée aux touristes et loffre privée exclusivement destinée àtransporter les salariés sur leur lieu de travail.Propositions pour aller plus loinLes propositions sont ➢ dune part douvrir le transport de salariés de lentreprise organisatrice aux Retour tableaux récapitulatifs salariés dautres entreprises (mutualisation entre employeurs) ➢ dautre part dadapter les horaires des navettes touristiques aux horaires des travailleurs saisonniers (exemple de Serre-Chevalier, hormis horaires décalés)Porteur : Maison de lEmploi des Hautes-Alpes (animation de la démarche, réunions)Partenaires : 05 voyageurs (connaissance du territoire), employeurs locaux, stations,office de tourisme organisant du transportCoût : Il sagit prioritairement d’optimiser loffre existante. Si une offre supplémentaire(amplitude horaire élargie) est décidée, le financement serait partagé entre employeurset collectivités.Lien à faire avec laction « Plan de déplacement inter-entreprises », voir p.44Fiche Proposer une ingénierie-conseil aux entreprises en matière de Actio transports et de déplacements n Ce qui existeLes entreprises connaissent mal loffre de transports collectifs existante. Pourtant,certaines entreprises sont intéressées, mais ne savent pas à qui sadresser. Parexemple, la chargée de mission « mobilité » à la ville de Gap reçoit parfois des appelsdentreprises en recherche de conseils et daccompagnement sur la question de lamobilité. Ce rôle nétant pas prévu dans ses missions, elle ne peut satisfairepleinement ces demandes.Propositions pour aller plus loinPour satisfaire ces demandes et développer des actions entreprises ou inter-entreprisessur la mobilité, la création dun poste danimation semble nécessaire, ou à défaut decréation de poste, la nomination dune personne-ressource sur cette question. Ce poste(ou cette fonction) pourrait être assumé par une structure ayant déjà des relationsavec les entreprises.Porteur : Chambre de commerce et dindustrie (création dun poste dédié)Partenaires : Maison de lemploi, conseil général, conseil régional, ADEME(nombreuses ressources), Services économies des territoires de projets (ComCom,Pays...)Coût : un équivalent temps plein 28
  29. 29. Actions « Voiture individuelle » Comment rendre la voiture individuelle plus accessible ? Fiche Actio Centraliser les différentes aides individuelles à la mobilité (guide) n Ce qui existeAide pour déménager ou passer un entretien, aide pour passer la partie « code » dupermis de conduire, aide pour passer la partie « conduite » du permis, aide à lalocation de véhicule, aide exceptionnelle à la réparation ou encore prime transportversée par lemployeur, les aides financières directes sont nombreuses ... et illisibles !Les organismes qui les attribuent sont multiples (Pôle Emploi, Conseil général, MissionJeunes, employeur...) et les critères dattribution divergent dun organisme à lautre.Chacun de ces organismes connait plus ou moins les aides des autres organismes.Proposition pour aller plus loinSur le modèle du Guide de la création/reprise dentreprise, un guide synthétique quiconcentrerait lensemble des aides et les rendrait plus lisibles pourrait être réalisé. Un Retour tableaux récapitulatifsguide sur Internet permettrait une actualisation plus aisée des informations.Une approche par territoire pourra être privilégiée, afin de répondre au mieux à lademande des usagers. Ce guide sera ensuite diffusé et valorisé auprès du grand publicdune part et auprès de toutes les structures recevant du public afin de mieux orienterles personnes.Porteur : Maison de lEmploi des Hautes-AlpesPartenaires : Pôle Emploi, Mission Jeunes, Conseil général, FASTT, entreprisedinsertion.Coût : à linstar du guide « création/reprise dentreprise », cette action nécessiteessentiellement un travail de centralisation et de coordination de linformation. LesOPCA, FAF propreté, FAFEM pourraient être contactés pour déventuels financements decette action. A NOTER La plateforme mobilité de l’Autunois Morvan a repris un travail de « guide des aides à la mobilité ». II est destiné à l’ensemble des structures d’accueil, de formation et d’insertion du territoire. Il classe les aides selon 4 besoins : - aides aux déplacements - aides au permis de conduire - aides ciblées, ponctuelles - aides à l’hébergement Lien vers le guide : http://www.ijbourgogne.com/Guide-des-aides-a-la-mobilite-en 29
  30. 30. Fiche Élargir les actions « taxicode » Actio n Ce qui existeEn labsence de véhicule personnel, les jeunes sont très touchés par les problèmesde mobilité, y compris pour se rendre à lautoécole! Pour leur faciliter le passage dupermis, la Mission Jeunes 05 propose sur certains territoires (Champsaur et Buëch)daller chercher les jeunes et de les amener à lautoécole en groupe, grâce à un taxi.Proposition pour aller plus loinCes actions Taxicode pourraient être élargies à dautres territoires. En effet, les jeunesde lensemble du département sont soumis à ces mêmes difficultés.Porteur : Mission Jeunes 05Partenaires : taxis locaux, autoécoles, Maison de lemploi,Coût : fond daide aux jeunes, ou enveloppe régionale « mobilité » des jeunes ? Retour tableaux récapitulatifs Fiche Adapter les temps dapprentissage du code aux publics en Actio difficultés n Ce qui existeLa capacité dapprentissage est un facteur bloquant pour laccès au permis de conduire,et donc à la voiture. Du point de vue pédagogique (capacité à apprendre) oupsychologique (se mettre dans une dynamique de mobilité), de nombreuses personnesont besoin de temps dapprentissage plus adapté pour passer le permis conduire.Portée par 2 Mains Chez Vous, lexpérience Mobicar (à Gap) a été proposée à unedizaine de bénéficiaires. Cette expérience présente des rythmes adaptésdapprentissage du code. A lheure actuelle les résultats semblent positifs.Propositions pour aller plus loinDeux types dactions sont possibles : ➢ étendre les actions telles que Mobicar, en regroupant les bénéficiaires par territoire (proximité) ➢ passer des appels doffre auprès dauto-écoles classiques, pour des rythmes dapprentissage adaptés.Porteur : 2 Mains chez Vous 30
  31. 31. Fiche Mettre en place de la plateforme daide à la mobilité vers lemploi Actio n Le véhicule individuel reste le principal mode de déplacement domicile-travail pour les habitants des Hautes-Alpes. Pourtant, pour un public déjà fragilisé, ce mode de déplacement reste inaccessible pour des raisons de coût : coût transport, coût du permis de conduire, coût achat/entretien/assurance véhicule, barrière de la langue, apprentissage plus long,.... Ce qui existe A.M.E 04 (basée à Chateau-Arnoux) intervient sur le sud des Hautes-Alpes (Laragnais) pour répondre à une demande forte. Ces besoins sont partagés sur lensemble du territoire des Hautes-Alpes, mais les autres territoires nont pas de solutions à proposer aux personnes en difficulté face à la mobilité. Ce qui est en projet? OPPORTUNITÉ PER ? A linstar de lassociation A.M.E 04, le projet SAIME (Solidarité Accueil Initiatives Retour tableaux récapitulatifs Mobilité Emploi) se propose dintervenir sur ces problématiques entre emploi-insertion et mobilité. Le projet dispose de plusieurs volets : ➢ volet accompagnement: favoriser laccès aux transports et à la mobilité nécessaire à linsertion sociale/professionnelle (auto école sociale, apprentissage/formation préparation au permis,... ➢ volet mobilité: favoriser le lien social et les démarches des usagers, étudier et permettre à tout usager de trouver un moyen de mobilité adapté à ses déplacements (mise à disposition de 2 / 4 roues, mise en œuvre de covoiturage, mise en œuvre de transport micro-collectif,...) ➢ volet sécurité routière : action de prévention, de sensibilisation à une conduite responsable, entretien de base des véhicules,... Proposition pour aller plus loin Le projet SAIME étant prêt et répondant aux besoins constatés sur le terrain, il semble opportun de lamorcer, pour tout ou partie des trois axes proposés. Porteur : SAIME Partenaires : AME 04, Pôle Emploi, Mission Jeunes, Maison de lEmploi, les RSP-SLA du département, MDS Coût : linvestissement initial important a été lune des principales raisons du retard dans le démarrage du projet. Le Pôle dExcellence Rurale (PER) en réflexion par le conseil général pourrait être une opportunité de financement de cet investissement. Le dossier du projet ainsi que le budget sont disponibles auprès de Christian FAYOLLET : mobilite.05@gmail.com , 06 77 81 23 59 31
  32. 32. Fiche Amoindrir le coût de la voiture individuelle en élargissant les aides Actio n Ce qui existe Le coût moyen réel dune voiture est évalué à 5300€ annuel. Laccès au permis ne permet donc pas automatiquement dacheter une voiture. De même, lachat dune voiture ne signifie pas automatiquement avoir les moyens de lutiliser (carburant, assurance, entretien...) Le conseil général dispose dune aide durgence, qui peut - entre autre - être utilisée pour faire réparer une voiture, lorsque celle-ci constitue un maillon indispensable dans la chaîne de linsertion. Proposition pour aller plus loin Lensemble des mutuelles dispose de fonds sociaux, abondés par les éventuels bénéfices réalisés durant lannée (les bénéfices des mutuelles ne peuvent pas être redistribués, mais doivent être ré-injectés dans des œuvres sociales par exemple). Par Retour tableaux récapitulatifs concertation avec ces mutuelles, on pourrait imaginer certaines aides aux personnes (aides directes ou indirectes) ou certaines actions financées par ces fonds sociaux mutualistes. Porteur : Maison de lemploi des Hautes-Alpes (animation de la démarche) Partenaires : mutuelles présentes sur le département, conseil général, Pôle Emploi, Mission Jeunes... Coût : coût danimation de la démarche. Fiche Amoindrir le coût de lentretien par un garage associatif Actio n Ce qui existe Dans la même problématique du coût dune voiture, les coûts de réparations sont souvent trop élevés pour être assumés par son/sa propriétaire, le/la privant de fait de véhicule personnel. Lexemple dAME 04 montre quun garage associatif peut répondre à ses obstacles. Cet axe « garage associatif » est prévu dans le projet SAIME.? OPPORTUNITÉ PER ? Propositions pour aller plus loin Deux solutions peuvent être développées en parallèle : ➢ le lancement du projet SAIME (plate forme de mobilité ci-dessus), intégrant le pôle « garage associatif ». ➢ des conventions passées avec des garages privés du secteur marchand. En effet, le garage associatif de SAIME ne pourra pas rayonner sur lensemble du département. Une solution peut donc être de sappuyer sur le maillage déjà existant de garages privés. Un travail doit être fait avec ceux-ci pour élaborer le contenu un modèle de convention. Porteur : SAIME Partenaires : garages privés, financeurs projet SAIME. Coût : à déterminer 32
  33. 33. Actions « Covoiturage » Fiche Développer les aires de covoiturage Actio n Ce qui existe Les personnes pratiquant déjà le covoiturage nont généralement pas de parking identifiés où se retrouver. On assiste parfois à une occupation sauvage de lespace, potentiellement dangereux. Pour les personnes qui ne pratiquent pas le covoiturage, des aires bien identifiées (signalétique claire et bien visible) et judicieusement placées constituent un élément de communication autour du covoiturage. Bénéficiant de Programmes dAménagement Solidaires (PAS, dispositif du conseil régional), la C.C. du Laragnais et la C.C. de lEmbrunais ont aménagé ou vont? OPPORTUNITÉ PER ? aménager des aires de covoiturage. La Ville de Gap a aménagé des parkings - relais aux entrées de ville, et le Pays SUD projette daménager des aires dans le cadre de son projet Trajeco (www.trajeco.org). Retour tableaux récapitulatifs Proposition pour aller plus loin La généralisation de ces aires semble pertinente, avec lobjectif davoir une cohérence sur lensemble du territoire départemental. La signalétique pourrait renvoyer vers le service de plateforme Internet évoqué précédemment (Ville de Gap/conseil général) ou vers 05 Voyageurs. Ces aires devraient être conçues comme des mini-pôles déchanges, situées à proximité des arrêts de bus, des gares afin de faciliter la multimodalité. Elles pourront également servir dans le cadre du projet dautostop organisé évoqué page 35. Ainsi ces aires pourront être au service de lensemble des modes de déplacement : covoiturage, bus, trains, autostop vélo... Porteurs : communes ou communauté de communes Partenaires (financement) : conseil général, conseil régional (PAS), Maison de lemploi, Pays Coût : variable en fonction de la taille de laire et de la signalétique associée... A NOTER Une Plateforme Internet de covoiturage portée par la Ville de Gap (service emploi), et en relation avec le conseil général 05, devrait être lancée à la rentrée scolaire 2010. Ce site devrait rapidement avoir une ambition départementale Contact Ville de Gap : Emmanuelle REBIS, 04 92 53 24 92 emmanuelle.rebis@ville-gap.fr Sur le département, Planète Champsaur, le BIJ de Gap et lassociation Mobilidées proposaient déjà des systèmes de covoiturage. Plus récemment, lUbaye a lancé www.trajeco.org 33
  34. 34. Fiche Produire un guide du covoiturage dans les Hautes-Alpes Actio n Ce qui existe Comment fonctionne le covoiturage ? A qui madresser ? Quelssont les risques que cela comporte, notamment pour lassurance ? Nombreuses sont lesquestions autour du covoiturage, y compris sur les questions juridiques.En dehors du département, de nombreuses ressources grand public existent pourexpliquer ce quest le covoiturage et apporter des conseils pratiques pour palliersimplement au problème dassurance par exemple.Proposition pour aller plus loinAfin de vulgariser la pratique du covoiturage, dinciter à sa pratique et de répondre auxquestions les plus fréquentes, un « guide du covoiturage dans les Hautes-Alpes »pourrait être produit. Il pourrait être décliné pour les salariés ou demandeurs demploi(grand public) et pour les entreprises (employeurs).De même que les aires, ce guide sappuiera sur un préalable : la plateforme Internetde covoiturage portée par la Ville de Gap, en lien avec le conseil général. Retour tableaux récapitulatifsPorteur : conseil général ou association mobilidéePartenaires : Conseil général, Ville de Gap, Maison de lemploi 34
  35. 35. Fiche Soutenir et sécuriser la pratique de lautostop Actio n Ce qui existe Lautostop est une pratique assez courante dans le département. Pourtant, elle pose des questions de sécurité : sécurité routière au bord de la route, sécurité vis à vis de la personne prise en autostop ou vis à vis du conducteur, questions autour de lassurance du conducteur comme du passager... Ce qui est en cours Lassociation Mobilidées est porteuse dun concept de « covoiturage instantané », à la croisée entre autostop et covoiturage classique. Grâce à des aires darrêt et des bornes de covoiturage instantané (basée sur les arrêts de car par exemple), grâce à un système dadhésion et didentification de lautostoppeur, le projet vise à renforcer la sécurité et le sentiment de sécurité autour de lautostop. Lassociation Chemins de Traverse expérimente actuellement ce projet dans le Champsaur. Propositions pour aller plus loin Retour tableaux récapitulatifs? OPPORTUNITÉ PER ? Aujourdhui exclusivement associatif, ce projet pourrait être étendu à dautres territoires, avec le soutien des collectivités. Ce soutien apporterait la crédibilité nécessaire à la réussite du projet. Le dispositif semble peu coûteux et s’inscrit dans une complémentarité avec la plateforme de covoiturage développée par la Ville de Gap. En amont du projet les actions ci-dessous mentionnées (et précédemment détaillées) pourrait être lancées. Elles concourront à garantir la réussite dun tel projet dautostop sécurisé et organisé. ➢ Lancement de la plateforme Internet de covoiturage (Ville de Gap) : le lancement du covoiturage ne peut être que favorable et complémentaire au projet dautostop organisé. ➢ Aménagement daire de covoiturage : sécurisation de la pratique de lautostop par laménagement daires et darrêts de covoiturage Porteur : association Mobilidées Partenaires : communes, intercommunalités et structure publiques locales (association, centres sociaux, relais de services publics) pour la mise en œuvre et le relais de communication ; Maison de lemploi ; conseil général; conseil régional et ADEME pour le soutien financier, Pays Coût : voir dossier de Mobilidées en ligne (lien ci-dessous) A NOTER Association Mobilidées : mobilidees@yahoo.fr ; www.mobilidees.org Détails sur le projet : http://mobilidees.org/?-Moins-d-auto- Association Chemin de Traverse : chemins_de_traverse@yahoo.fr 35

×